AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Lun 11 Aoû - 16:40

Un passage rapide sous la douche, un ajustement de ma coiffure, un matage intensif à la recherche de défauts -inutiles- sur mon corps et je pouvais partir. Ah ouais… me vêtir aussi, ca, ca serait mieux avant de partir. Haha… Hum ~

Courant dans ma chambre à la recherche d’une robe, j’attrapais la première qui me tombait sous la main. Je mens, j’ai passé genre vingt minutes pour me dégoter THE robe que j’allais porter ce soir. Y avait un événement spécial ? TROP. Je devais passer la soirée avec Kaïla et d’un accord en commun avec celle-ci et sa petite chérie, elles avaient acceptés qu’on sorte à trois. C’était la première fois pour moi, j’étais juste trop excitée ! Les robes de soirée, le champagne à fond, les belles paires de fesses et surtout… Surtout la recherche d’un amoureux pour ma personne ~

Parce que oui, du haut de mes quinze ans -bientôt seize- je n’avais toujours pas de copain. Rien, le zéro pointé au niveau sentimental. N’allez pas dire que c’est à cause de ma mère, mais c’est tout comme. Ce n’est pas avec maman Ayame que j’allais sortir non plus hein ! Ouais, paraît que j’avais un frère qui était branché sorties dans les clubs… Mais bon, ce n’est pas qu’il est à l’autre bout de la terre mais c’est tout comme.

Descendant vêtue de THE robe trop sex’, trop moulante, je passais un coup de main dans ma chevelure de blé, j’étais juste… Magnifique ~ Enfuyant mon téléphone dans mon sac à main, je vérifiais juste d’avoir assez d’argent avant de sortir. Sortir, ouais, la main sur la poignée, j’allais le faire.

- Kaori-Chan sort ce soir ?

Elle est passée où la petite vague ? Haha… Me retournant sur Ayame, je lui adressais mon plus beau sourire avant de tourner sur moi-même, lui demandant comment j’étais. Sa réaction ne se fit pas attendre, et même si elle avait pas parlé, ca se voyait qu’elle me trouvait à son goût ~ Bah ouais, j’étais une bombe et je le savais !

- Kaori-Chan a-t-elle oubliée que nous allions chercher quelqu’un ce soir ? Je t’en parle depuis une semaine mon cœur.

Une semaine ? Des mois ouais. Soupirant en sachant parfaitement de quoi elle parlait, je croisais les bras, décidée à lui dire mon fond de pensée concernant le retour de la vipère. Quoi ? Vous n’êtes pas au courant ? Ma mère, la blonde revenait de son tripe aux US avec Kise’ et l’autre gamine. Personnellement, je n’étais pas encline à les revoir, après trois mois intensifs rien qu’avec Ayame, ma vie avait été un rêve alors savoir que la femme que je détestais revenait… ARG. Ouais, ca faisait du Chipmunks dans ma tête.

- Nan mais t’sais, c’est mieux que je sois pas là… Je suis sûre que t’as envie de la revoir pour toi toute seule aussi, aller profite en m’man ~ Et puis, je rentrerai demain, donc j’aurai tout le temps de revoir sa tête de vipère et…

Ouais, je m’arrête là sous son air désapprobateur. Je savais même plus à quoi elle ressemblait ! Dans mes souvenirs, elle était grosse et moche. MECHANTE surtout ! Genre, je ne l’appelais pas « vipère » sans raison hein ! Roulant des yeux en soupirant, je tentais de poursuivre mais ma parole se fit vite couper par celle de ma mère ;

- Kaori-Chan, combien de fois je t’ai demandé de ne pas l’appeler ainsi ? Akiha-Chan serait ravie de te revoir mon cœur, tu as tant changé depuis son départ et…

Et c’est moi qui lui coupais la parole sous un « JUSTEMENT ! On lui fera une surprise, ok ? Allez bisous, bisous, je t’aime très fort, à demain ! » Un bisou et je me cassais -en courant. En talons c’est chaud, mais j’ai réussi à atteindre le rez-de-chaussée sans me tauler !

Arrivant dehors où un taxi m’attendait déjà, je traversais le pont pour monter dedans et… QUE LA SOIREE COMMENCE ! Des filles, des mecs, des cocktails -non alcoolisés pour ma personne-, Kaïla, Yume et la musique. Y avait rien de mieux, rien de plus HOT !

Et c’est vers trois heures du matin que je me suis laissée tomber sur mon lit dans l’appart de Kaïla. Le réveil fut moins doux que mon coucher, non, pas du tout même. C’est sous des secouements que je me suis faite arracher des bras de Morphée, à moitié nue avec du maquillage qui coule, vive le sex-appeal ! Bavant limite tout en bronchant contre mon tortionnaire, j’essayais de la faire fuir à coup de mains lancées dans le vide. Le résultat de ma super attaque, je me suis retrouvée la gueule la première sur le parquet, une Yume sur moi me disant clairement de son ton glacial « Tu bouges ou je te bouge. » Y avait qu’elle… pour sortir des phrases comme ça.

Soupirant en me levant, je la suivis jusqu’à la salle de bains. Ne faisant qu’un faible mouvement de la main à Kaïla pour lui dire bonjour avant que je me vois submergée par de la mousse et de le flotte -froide. Parce que ouais, selon Yume, après une soirée, y a que ça pour réveiller. J’ai hurlé, j’ai eu froid et maintenant j’éternue comme une conne depuis cinq minutes.

Sortant de l’eau -en courant, à croire que je passais ma vie à courir-, je m’enroulais autour d’une serviette pour vite me sécher. Une fois ça fait… Bah j’ai chopé l’uniforme de Yume, imbécile que j’ai été de ne pas prendre des vêtements de rechange. J’étais belle hein ? Trop, qu’importe ce que je porte, je suis trop HOT ~

Une fois le déjeuner pris, je me suis vue jetée dans la voiture de la présidente du conseil car Kaïla, bonne étudiante qu’elle était n'allait pas à Undai mais à son université de boutonneux. Le trajet se passa relativement calmement… « YUMEEEEEEE ! LAISSE MOI DODO CHEZ TOI CE SOIR AUSSIIIII ! » Réponse ? « Non. » Et elle savait pertinemment bien pourquoi je voulais tant rester chez elle… Sérieusement, je n’avais pas envie de voir la grosse dinde là… Ouais, la blonde. Les seules photos qui restaient d’elle, je les ai balancé je ne sais où et selon le vague souvenir que j’avais… Elle était juste blonde.

Arrivant sur le parking de l’école, je traînais mes pas jusqu’au bureau de maman… Pour mieux me retrouver seule dedans. V’là que la dirlo se tape des heures de congé ! Sérieux, je veux même pas savoir ce qu’elle a fait de sa nuit pour ne pas être debout à dix heures du mat'. Soupirant en faisant un tour rapide de la pièce, je me laissais tomber sur le siège directorial, tournant sur moi-même dans les « Hou houhou ~ » Enfantins. Bah quoi, j’étais toujours une enfant hein ~

Une fois lasse de ce manège, je me relevais pour mieux arpenter les couloirs de l’académie. C’est l’une de mes occupations, lorsque je n’avais pas Shizuma pour m’enfoncer des infos dans la tête, je me baladais ici. C’était reposant, tous ces cris, tout ce sang ~ Et plus sérieusement, depuis le départ de Miri-Chan -qui devait déjà avoir accouché de ma cousine-, c’était Yume qui avait repris l’ordre d’Undai. Paraît que le nombre de morts a explosé… Perso, tant que je me retrouvais pas tachée de sang, je m’en foutais un peu.

La vie d’Undai, je l’ai connue depuis mon plus jeune âge. Même si je n’étais pas au centre du combat, des trucs moches, j’en ai tellement vus qu’à présent je me bidonnais quand un gars perdait un bras… Sauf la tête, ça je trouvais ça deg’ quand même… Parce qu’attends, le blesser ca passe, mais le tuer c’est chaud quand même. L’est partie où l’humanité hein ?! ELLE EST OÙ PUTAIN ? Bah pas ici en tout cas.

- Ah ouais…

Me retrouvant dans un couloir vide, seule une autre personne se trouvait devant moi. Genre à deux mètres si pas cinq, mais de là où j’étais, ce que je voyais me plaisait. Mais genre tellement que mon cœur a manqué un battement…

Continuant mon avancée comme si de rien était, plus je m’en approchais, plus mon cœur battait à la chamade. Elle était… juste trop bonne. De longues jambes semblant douces, un regard fixe impartial, une chevelure aussi blonde que la mienne, des yeux océans dans lesquels j’essayais de ne pas me noyer et son aura de femme fatale ! &@#?/!=§ QUOI !

- Tout sex’ tout ça ~

Ouais, je me suis pas retenue de lâcher ce commentaire en passant juste à côté d’elle, mon regard se perdant un instant sur son postérieur avant que… Je palisse. Blonde, tellement blonde… Tellement… MAIS ELLE NE DEVAIT PAS ÊTRE MOCHE CELLE-LA ?! Parce que oui ! Moi dans mes souvenirs, c’était THE thon de la life ! Et là, juste devant moi c’était pas un thon bande de cons !

- … ?

Reprenant contenance en cachant mon air ahuri, je n'ai pas pu me retenir d’un rire amusé -digne d’Ayame-  avant de m’avancer vers la bombe. Ca ne pouvait pas être elle… Je fais genre que je suis une nouvelle étudiante qui ne sait pas qui est la meuf qui lui fait face ? Haha ~ Non mais plus sérieusement, lorsque j’ai posé mes mains sur les siennes, je me suis juste sentie mourir. Liquéfiée par cette chaleur…

- Je peux vous aider ? ~

Vous prendre tant que t’y es trou du cul ouais ! Non, si CA c’est ma mère, alors c’est bon, je me pends. PERSONNE, PERSONNE ne m’a jamais dit que la femme d’Ayame était juste… SO pour Ayame quoi ! HOLY SHIT quoi !

- Je veux dire… Alala ~

Non, décidément, je ne savais quoi dire devant une telle merveille de la nature. Je peux toucher ses seins ? Juste… pour savoir hein… Ha ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Mar 12 Aoû - 15:51

New York City, la ville des acteurs et de la richesse. Cette même place qui m'accueillit pendant trois mois durant lesquels j'étais loin du Japon, loin de ma vie habituelle comme de mes obligation de mère, médecin et enseignante. Il va de soi que malgré les mauvais cotés de ma présence aux USA, je ne regrettais guère d'y être allée, ne serait-ce que pour le bonheur de mes enfants ~ Le concours de Kiseki se termina sur la deuxième place attribuée à son groupe. Ce qui m'emplit de fierté à son égard, tandis qu'il fêtait cela avec les autres membres et sa sœur. Il va de soi que je l'eus célébré à ma manière dans le lit, en compagnie de mon épouse qui prit soin de revenir presque chaque nuit -durant la dernière semaine de mon séjour- se blottir au creux de mes bras, ou entre mes cuisses, ce n’était à préciser ~ Quoi qu'il en soit, j'eus passé une semaine agréable sous tous les points de vue. Tellement que j’appréhendais maladivement de remettre les pieds au Japon. Non, guère à cause de mes responsabilités à Undai ou en dehors, mais bel et bien à cause d'une tête blonde, ressemblant comme deux gouttes d'eau à ma femme, à un détail près. Sa chevelure de blé.

Et ce n'est guère son absence au terminal d'arrivée qui me réconforta, malgré les sourires rassurants d'Ayame. Moi qui m'eus attendu à voir ma fille dans les loges d'attentes, je fus déçue qu'elle ne soit venue nous chercher avec sa mère. « A quoi tu t'attendais de sa part ? Ce gosse fait notre malheur Akiha. » Certes, mais je ne pouvais la railler de ma vie non plus. C'était mon enfant, peu importe ses torts. Ainsi, c'est fatiguée et désappointée que je me laissais tomber sur le lit, dans les appartements d'Ayame, ayant appris que Kaori ne serait présente jusqu'à demain, sous prétexte qu'elle est partie s'amuser avec Kaïla et Yume, je ne sais où. Devrais-je rappeler à ma femme que Kaori était mineur et qu'elle ne devrait boire, ni fumer, ni sortir la nuit ? Je crois qu'en cette nuit, je n'avais guère l'envie d'aborder ce sujet, angoissant intérieurement sur ce qui allait advenir le lendemain quand je la rencontrerais après tant d'absence, autour d'un dîner tendu. Tendue ? Je l'étais, jusqu'à ce que les mains de ma femme ne viennent me... détendre ~ Et ce, pendant toute la nuit ~

Le premier matin depuis que j'eusse touché le sol japonais, arriva sous forme d'un soleil voilé par des nuages. Ouvrant un œil encore endormie et perturbée par le décalage horaire, je humais l'air avant d'embrasser la femme couchée à mes cotés, glissant ma langue sur son ventre plat pour mieux me plaire dans ses mouvements de bassin ~ Réveil matinal des plus sexuels, et me voilà de bonne humeur ~ C'est également pour cela que je laissais Ayame retourner à ses occupations sans rechigner, avouant que de mon coté, j'avais également beaucoup à faire, afin de me remettre à l'ordre après le trimestre que j'eus manqué. Ne serait-ce qu'au niveau des cours, j'étais débordée malgré les remplaçants qui s'engagèrent à donner cours à ma place.

C'est ainsi que je me retrouvais, tasse de café posée sur le bureau me servant d'espace de travail, des centaines de feuilles constituant mon cours que j'épluchais assidûment. Quant à l'hôpital ? Je me suis déjà arrangée à appeler tout le service pour annoncer mon retour ~ Tellement bien qu'on m'attribua une opération dans le courant de la semaine. Alala... Quelle femme débordée faisais-je là, n'est-ce pas ? ~ Tellement que je fus déconcertée de réaliser que la seule chose que je n'ai encore faite, c'était de juger de moi-même, comment se portait ma fille cadette. Enfant que je redoutais par dessus tout. Ridicule que cela puisse paraître aux yeux rouges de mon alter-ego, dont la situation l'énervait plus qu'autre chose.

-Quand je la verrai, je lui parlerai. Pour l'instant, concentre-toi et laisse-moi travailler.

« C'est toi qui devrais te concentrer, je te signale, Akiha. » Silence. Laissant un son outré traverser mes lèvres, je finis par me lever, délaissant mon travail à un autre jour, réalisant que je ne saurais m'y atteler avec sérieux, si je continuais à ressasser une certaine relation que j'entretenais avec ma fille. Alala... Et qu'allais-je faire à présent ? Me changer les idées dans mon laboratoire, cela va de soi. Ne serait-ce que afin de satisfaire mon ombre, ou l'occuper en l'occurrence. Sortant de la salle de classe que j'eus occupée le peu de temps que j'y suis restée, je me dirigeais d'un pas ferme vers les étages inférieurs, en direction du bureau d'Ayame. Saluant les quelques chatons que je croisais dans les couloirs, je reprenais une certaine contenance rayonnante sous les sourires que je leur lançais. Définitivement, Undai m'a manqué ~ Jouant de mon déhanché habituel, je laissais mes pas me mener sous le son de mes talons, claquant au sol sous un son distinctif. Tellement bien que je ne perdis contenance -en apparence- quand un éclat blond attira mon attention, à peine trois mètres devant ma personne. Une étudiante ? À croire son uniforme, j'aurais pu le croire si ses traits ne ressemblaient tant à ceux de ma femme. Ne me départant guère de mon sourire, je fus suffisamment stressée pour omettre de la saluer, comme je le fis précédemment avec d'autres étudiants qui croisèrent ma route. « Tu me fais honte sur le coup, à être rigide ainsi. » Alala... Quoi qu'il en soit, cela ne se voyait guère sous mon assurance légendaire ~ Marchant droit devant moi, au fond, j'espérais qu'elle m’interpelle, devant savoir qui j'étais.

- Tout sex’ tout ça ~ 

Ou alors, elle ne savait pas ? Déconcertée par ses paroles quand elle passa à coté de ma personne, je ne pus m'empêcher de me retourner, stoppant mes pas pour mieux faire face à l'enfant, les sourcils levés par l'étonnement. Définitivement, je ne m'attendais guère à un tel accueil ~ Non que je n'ai l'habitude de me faire siffler à longueur de journée, mais certainement pas par ma propre fille. Tellement peu que je ne bougeais plus d'un millimètre, mon sourire charmeur s'étant transformé en une évidente hésitation. Quant à Kaori... J'ai eu un instant de doute quand son rire éclata contre les murs et qu'elle vint se saisir de mes mains. Trop... Tellement... « Ayame. » C'est bien cela. Au point que je me demande si ma chère femme ne se jouait de ma personne, ayant pris l'apparence de Kaori.

- Je peux vous aider ? ~ 

L'aurait-elle fait pour me déstabiliser ? À croire le jugement infaillible de mon ombre, ce n'était le cas. Mais... Je ne m'attendais guère que Kaori soit tellement... Ayame. Ses mimiques, sa voix, sa manière de parler, tout y était pour décrire cette enfant comme une copie version blonde de ma femme. Ne sachant que répondre, je restais muette sous sa question. Peut-être, qu'elle ne savait vraiment pas qui j'étais. Me permettrais-je de jouer le rôle d'une parfaite inconnue, pour que ma fille m'apprécie et ne s'emporte haineusement en comprenant qui se trouvait devant son regard des plus attirants ? Alala... Quel dilemme.

- Je veux dire… Alala ~ 

Définitivement, c'était ma fille ~ Mais cela n'arrangeait guère mon état bouleversé. Exerçant enfin une légère pression sur les mains chaudes de mon enfant, je finis par me ressaisir et la border d'un sourire se voulant ravageur. Voyons, pourquoi perdrais-je contenance devant cette jeune fille qui me draguait aussi ouvertement ? ~ J'en rirais, si je n'étais à ce point consciente de marcher sur un terrain dangereux. Laissant un « Alala ~ » similaire au sien traverser mes lèvres, grillant ainsi ma couverture par la même occasion.

- Quelle délicate attention ~ Kaori, si je ne m'abuse, n'est-ce pas ? ~

Évidemment. Relâchant ses mains à contrecœur, l'envie de caresser son visage me traversa l'esprit, idée que je ne mis en œuvre, cela va de soi. Je ne savais comment réagir vis-à-vis de cet enfant qui faillit me tuer à plusieurs reprises... Autant jouer le jeu de la première rencontre, comme-ci je ne savais rien de la jeune fille me faisant face ~ Et je comptais le faire tellement bien, que je coulais mon regard sur sa personne, de haut en bas, la détaillant allégrement. Jolie ~ Digne de ses mères ~ Et je voyais définitivement ce qu'Ayame voulait dire en la qualifiant de perverse ~ Quelle idée d'ainsi interpeller un professeur ~

- En vue de ton uniforme, je pourrais dire que tu es étudiante ici ~ Peut-être que je t'aurai à mon cours ~

Dans quel sens ? ~ Je la laissais interpréter mes paroles à sa convenance ~ A se demander qui de nous deux était davantage perturbée par la présence de l'autre, elle ou moi ? ~ Alala ~ Peut-être que je n'ai pas tout perdu avec ma fille et que ce voyage me permettra de recommencer sur de nouvelles bases... Je l'espérais ~


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Mar 12 Aoû - 17:45


Qu’importe ce que l’on pouvait dire, me suggérer ou même me hurler dessus à cet instant précis… J’étais carrément sous le choc. Mon cerveau venait de dire FUCK au monde et mon cœur, mon cœur. Le pauvre. Il mourrait ! Littéralement, c’était pire qu’un surplus d’adrénaline, j’étais complètement IN LOVE avec la personne qui me faisait face ! Et cette même personne… N’était autre que la vipère.

Sur le coup, on été toutes deux sous le choc, parce que ni l’une ni l’autre ne s’attendaient à ce que l’on se trouve ainsi. Du moins, j’avais tourné la scène cent fois dans ma tête -vraiment- et ce n’était certainement pas au détour d’un couloir, que je m’attendais de l’apercevoir ! Attends MAN ! C’est du délire, moi qui m’étais imaginée de la croiser dans les appartements de maman Ayame, couchée sur son corps de rêve en train de baver tel le carpeau qu’elle devait être. Non, l’image du thon avait disparu de mon esprit perturbé par sa beauté, je… PUTAIN DE MERDE, j’avais plus que des scènes érotiques en tête !

Non, non, non, on calme ses ardeurs là ! Parce que oui, des ardeurs j’en avais et ce au point que je rougisse furieusement en l’imaginant elle… Dans des scènes plus folles les unes que les autres… Genre… Un souvenir.

Flash Back

Je ne devais pas avoir plus de cinq ans quand j’ai déboulé dans les appartements de Undai après que Shizuma ou Shizuru -elles se ressemblent quand même- ne vienne me chercher à l’école. J’étais si petite, si innocente, si mignonne et là, BAM. Et ce BAM se qualifia par une vision qui pouvait perturber plus qu’un enfant…

Devant mes yeux d’enfant, j’avais entrevu la vipère entre les cuisses de maman Ayame. Au premier abord, je n’ai pas saisi ce qu’il se passait, ce n’était que d’un air enfantin que je m’étais approchée des femmes -n’ayant remarqués ma présence sous le poids des gémissements de la directrice.

Je me vois encore lever la main vers la tête blonde de ma mère, la caresser et lui demander d’une voix plus que curieuse ;

- Alala, maman a aussi une bouche là ?

Dieu, rien qu’en y pensant…

Flash Back END


Je mourrais sur place. C’était le carnage dans ma tête, jamais, OH FUCHING GOD, jamais je n’aurais voulu me souvenir de ça. Et le pire, c’est que ce n’était plus la face de poisson que je voyais, mais le visage me faisant face, rayonnant de cet éclat me faisant chavirer vers d’autre rangée… Akiha Ketsuki. Si seulement tu savais, ce que je ressentais à cet instant précis…

Mais là n’était le pire, je me maudissais d’avoir pu haïr une beauté telle que ta personne. A quel point étais-je en colère et avide de te voir souffrir ? Comment, ai-je pu seulement ressentir de tels sentiments à ton égard ? Comment… Ai-je pu souhaiter ta mort ? Que m’avait-elle fait ? Je peinais à m’en souvenir.

Le passé, oui, cela appartenait au passé. Et je comptais… Rattraper ce temps que je n’ai pu passer à ses côtés. Le regard embrumé par mes songes, je me plongeais une fois de plus dans les abîmes de mon esprit pour ressortir une tâche qui avait effacé le visage de ma blonde de mère.

Flash Back

Il n’y a pas si longtemps que cela que cet événement s’est produit. Un mois tout au plus. C’était dans le bureau d’Ayame que je m’étais retrouvée, assise sur le divan que Yume utilisait pour dormir. Livre en main, je feuilletais les pages du vieux livre que je tenais sur mes genoux, retraçant ainsi du regard la lignée de la famille de maman Ayame. L’importance de mon nom, elle me le fit bien assez comprendre pour que je sache que je n’étais n’importe qui. Mais ce n’était pas pour autant que j’allais me comporter comme une SLUT non plus, j’étais pas du genre à snober autrui moi, non, je préférais rire ou chialer avec eux plutôt. Mais revenons à ce livre, et plus je tournais les pages, plus un certain malaise se dessinait en mon sein devant les anciennes photographies.

- Finalement… Ce qui me fait défaut, c’est ces cheveux blonds.

Une parole lancée à qui voulait bien l’entendre. Et cette même personne n’était autre que la directrice d’Undai, assise dans son siège directorial, la tête relevée sous mes dires.

- Je veux dire, regarde, vous êtes tous… Japonais aux yeux verts. Genre, y a pas un seul descendant qui est blond.

Et quoi amenait tout ça ? « Je suis comme une bâtarde. Parce que… J’ai du sang anglais dans mes veines. » Seulement un autre moyen de détester davantage la vipère en rejetant sur sa personne le fait que, si elle avait été mieux, plus asiatique, plus comme il faut, je ne me serais sentie mal en lisant le book des Eimin.

Flash Back END


Vraiment, mon monde me hantait. Et ce, jusqu’à ce qu’un bruit significatif me rappelle à l’ordre, me faisant vibrer sous un son inhumainement excitant. Rien que lorsqu’elle soupire, elle est sexy. C’est quoi cette femme ?! Ma… Maman. Haha. Ah Fuck.

- Quelle délicate attention ~ Kaori, si je ne m'abuse, n'est-ce pas ? ~

Alala, elle avait déjà oublié mon prénom ? Si elle désirait m’appeler autrement, qu’elle le fasse ~ Je l’aiguillerais même sur un « Eimin-Sama » ou encore, « La femme de ma vie ». Oui, voilà ~ Gardant un semblant de contenance alors que mon esprit se perdit sur les courbes de la femme qui me regardait de haut en bas sans moindre gêne, j’hésitais à lui demander si elle ne voulait pas que je me déshabille ~ Histoire qu’elle puisse me voir sous toutes les coutures et sachez que je n’hésiterai même pas un seul instant à me montrer nue si elle le souhaitait ! Maaah, un peu de… self-control avant que je ne me mette à baver ~

- En vue de ton uniforme, je pourrais dire que tu es étudiante ici ~ Peut-être que je t'aurai à mon cours ~

Il est vrai que ma tenue pouvait méprendre plus d’un, mais non, je n’étais encore étudiante ici. Et pourquoi cela ? Car une certaine règle -tenue à cheval par ma chère Ayame-Sama- m’interdisait d’accéder aux cours d’Undai avant mes seize ans. Il en allait de même pour l’arène d’ailleurs, tant que je ne serai en âge, je n’avais plus le droit d’y entrer. Plus ? Parce que oui, quand la matérialisation n’était qu’un jouet d’enfant pour moi, je pouvais créer mes dînettes parmi les cadavres des combattants ! Tellement morbide que j’en frémissais, mais laissons ça et… Prof ? Oui. Akiha-Chan était enseignante à Undai -le bon stéréotype de l’enseignante sex’ qui couche avec le directeur ! Directrice dans ce cas- mais je ne savais de quelle matière par contre. Quand on la regarde… Elle pourrait être prof d’éducation sexuelle non ? ~ Haha ~

- Alala ~ Je ne suis guère étudiante ici, du moins pas encore ~ Akiha-Chan aurait-elle oubliée cela ? Huhu ~

Non, à dire vrai juste zappé le fait que je devais me vêtir de quelque chose pour rentrer à la maison et je me voyais mal débouler à Undai avec une jupe « raz la touffe » comme le disait si bien Kaïla alors qu’une centaine, si pas un millier d’étudiants materaient mon déhanché made in Akiha. Oui, en la regardant, elle devenait une marque déposée !

Prenant un courte inspiration, je ne me gênais guère pour reprendre sa main et la tirer à ma suite, enlaçant mes doigts aux siens tout en justifiant mes gestes sous un « Allons déjeuner, je n’ai encore rien avalé ~ Nous pourrions en profiter pour… nous connaître mutuellement ~ » Bien que pour cela, il serait préférable d’aller dans ma chambre, non ? Haha ~

C’est donc d’un pas sûr de moi que je nous dirigeais vers la cantine d’Undai. Saluant le peu de gens que je connaissais -encore en vie-, nous arrivâmes dans l’endroit étrangement plein pour l’heure. Quoi, ils sèchent tous parce qu’ils sont affamés ? Attends, c’est pas la semaine passée que le cuisto du dortoir a fait grève ? Arf, ces gens ! Tous des veaux.

Lâchant Akiha-Chan dans la file, je me plaçais derrière elle, regardant ainsi ce que j’allais prendre… Un petit déj’ mais il était déjà onze heures, donc bientôt l’heure de table non ? Ca serait juste étrange si je prenais un bol de céréales alors qu’une odeur de viande se fait déjà sentir un peu partout… Bon, va pour le plat du jour alors. Et qu’était-ce ? Une salade avec de la viande dedans. Un invention de je ne sais quel imbécile, mais qui a le mérite d’être pas mal du tout !

Me rapprochant un temps soit peu de la femme me faisant face, je déposais ma main dans son dos avant de m’approcher de son cou pour mieux lui susurrer à bon entendant, « J’aime ce parfum ~ » Le sien en terme clair ~ C’était déjà plus correcte que de venir lui dire que je l’aimais elle et qu’on pouvait passer aux choses sérieuses tout de suite ! Qu’importe le fait que je sois novice, j’inventerai des prouesses de malade pour la satisfaire et…

- Deux salades s’il vous plaît, un coca pour moi et… de l’eau ? Oui, de l’eau s’il vous plaît.

J’ai marqué un temps, histoire de regarder de haut en bas ma Akiha et choisir pour elle ce qui allait le mieux avec sa silhouette de rêve. Le jour où je la vois grosse et moche, je la tue. Qu’elle prenne un kilo et je lui fais subir l’entraînement de Yume. Ouais, le rite du parcours de militaire -que je faisais en vingt minutes sans faute. Une fois les plateaux dans les mains, il ne fallait plus que s’asseoir et c’est à une table pour quatre que je trouvais mon bonheur.

Bonheur qui sonna étrangement. Je VIBRE ! Haha. Oui, dans tous les sens du terme. Sortant mon téléphone, je décrochais sans plus attendre alors qu’une voix si mienne me répondit à l’autre bout. « Kaori-Chan me permettrait-elle de ne pas déjeuner en sa compagnie aujourd’hui ? ~ Maman a un travail important à finir ~ » Celui de coucher avec ma Akiha ? Non puisqu’elle me faisait face ~ Répondant du tac au tac que cela ne me dérangeait pas étant donné que je mangeais déjà sans elle, je la laissais poursuivre dans un changement radicale de conversation, se basant à présent sur ma Akiha vipérine ~

« Kaori-Chan a-t-elle déjà rencontré Akiha-Chan ? » Plus qu’elle ne le croit, je lui ai même caressé le dos ! ET TOC DANS TES DENTS POUBELLE ! Non, je ne venais pas de traiter ma mère d’ordure, l’insulter, c’est m’insulter. « C’est avec elle que je déjeune à cet instant, Ayame-Chan ~ Quand aurais-je l’honneur de te voir par ailleurs ? Rentrons-nous à Kyoto ce soir ? » Une question à la fois hein ! Ouais mais me connaissant ca fait toujours fois dix. Poursuivant les dires, c’est après que maman raccrocha que je reportais toute mon attention sur la femme me faisant face ;

- Akiha-Chan m’excusera-t-elle de la faire ainsi attendre ? ~ Maaah, maman ne sera pas disponible toute la journée, désires-tu passez du temps en ma compagnie ? Nous pourrions nous rendre directement à Kyoto, sauf si tu as quelque chose de prévu ? Tu dois sans doute remettre en ordre tes documents d’enseignante ou que sais-je… Maman m’a dit que tu avais une classe t’étant propre, qu’enseignes-tu ? Il est rare que…

Et le moulin se relança. J’étais de ce genre là, je parle, je parle et je parle tout le temps. « Je parle trop, désolée ~ » C’est parce que tu m’excites. Hum. SHUT UP LITTLE PONEY ! Alala ~

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Ven 15 Aoû - 21:24

Cette enfant, ma réussite, celle qui m'ouvrit le cœur d'Ayame en grand. C'était la première chose que j'eus pensée quand j'ai appris que j'étais enceinte de Kaori. Il y eut également une période où je redoutais que le petit chaton blond fasse son apparition dans notre vie, effrayée par les possibilités que mon couple ne devienne qu'une blague aux yeux de la haute société japonaise, contraignant ainsi Ayame à mettre un terme à cela. Il va de soi, que cela n'arriva guère et c'est dans un bonheur sans nom que Kaori poussa ses premiers cris d'enfant, prononça ses premiers mots, fit ses premiers pas... Jusqu'à ce jour où tout dérapa, et où nous n'étions plus que deux étrangères l'une pour l'autre. Et à présent ? Je ne saurais dire ce qu'il était de notre relation fille mère. Devrais-je dire que j'appréhendais chacune de ses paroles, chacun de ses gestes ? Alala, je devais paranoïaque ~ Certes, je l'étais déjà... Mais là, c'était différent. J'avais peur que cet enfant, me rejette. « N'importe quoi. » Evidemment, mon ombre ne comptait plus céder aux humeurs d'une adolescente, quitte à la remettre à la place qu'elle lui réservait, à savoir celle d'une assurance quant aux sentiments d'Ayame à mon égard. Abjecte, n'est-ce pas ? Tellement.

- Alala ~ Je ne suis guère étudiante ici, du moins pas encore ~ Akiha-Chan aurait-elle oubliée cela ? Huhu ~ 

Tellement que la tristesse me submergeait quand je pensais qu'un jour, je pus être en accord avec mon alter-ego sur les sentiments que nous éprouvions pour cette jeune fille souriante, dont la voix me rappelait tant celle de mon épouse, dont son regard me transperçait avec tant d'assurance, dont la chevelure clamait haut et fort, de qui, elle était la progéniture. Ma fille... Pourrais-je espérer qu'elle me sourie ainsi pour toujours ? ~ Certes, pas de manière perverse comme elle le montrait à cet instant précis. Quoi que, cela ne me dérangeait guère tant que ce n'était de la haine que je voyais briller dans ses magnifiques prunelles ~ Ma réussite disais-je ? Bien plus que cela. Souriant aimablement à son encontre, je ne répondis, et n'eus le temps de le faire en soi, qu'elle me tira à sa suite. Étonnée, je le montrais sur mes traits, tandis qu'elle poursuivit, enjouée.

- Allons déjeuner, je n’ai encore rien avalé ~ Nous pourrions en profiter pour… nous connaître mutuellement ~ 

Depuis quand ai-je rêvé d’entretenir une conversation normale avec elle ? Depuis tellement longtemps que j'en mouillerais de joie ~ Riant à ses allusions translucides, je me dis qu'elle ressemblait énormément à sa directrice de mère. « Normal, elle passait ses journées en sa compagnie, Akiha. » Merci de me le dire aussi clairement... Soupirant sous le manque de tact de mon ombre vis-à-vis de mes ressentis, je me plaçais dans la file, devant ma fille. Perturbée par sa présence, je me rendis compte que je la détaillais davantage que je choisissais ce que j'allais manger. Reprenant contenance, je me contentais de couler une dernière fois mon regard clair sur son visage -moins enfantin que dans mes souvenirs- afin d’opter pour un plat simple. « J’aime ce parfum ~ »  Plat qui me sortit de la tête au même titre que ma fille... m'aguicha ? ~ Alala ~ Devrais-je avouer que je ne m'attendais guère à ce genre de relation ? ~

- Deux salades s’il vous plaît, un coca pour moi et… de l’eau ? Oui, de l’eau s’il vous plaît.

Acquiesçant à sa commande, fière qu'Ayame ne l'ait conditionnée à manger des sucreries ou de la viande guère saine à grande échelle, je pris le plat qui me fut servi avant de suivre ma fille à une des tables libres de la cafétéria. M'essayant en face d'elle, je voulus lancer un sujet quelconque, mais je n'eus l'occasion de le faire qu'elle se détourna de ma personne pour répondre à un appel. Alala... Elle connaissait tant de gens que cela ? Il suffisait de s'apercevoir de toutes les personnes qui la saluaient à travers Undai, malgré qu'elle ne soit une étudiante entre ces murs. Au moins, j'étais contente qu'elle soit sociale ~ Et toujours en vie dans cette Académie, cela va de soi ~

Écoutant d'une oreille distraite -en apparence- ce qu'il se disait entre elle et ma femme, je piochais dans ma salade afin de me donner de la contenance, tandis que je brûlais de curiosité quant aux réponses de mon enfant aux questions de sa mère. Alala... Je me terrifiais moi-même ~ Attendant qu'elle raccroche, je l'invitais à se nourrir également, tandis que sa bouche s'ouvrit sous un flot de mots et sujets mélangés entre eux. Définitivement, elle ne tenait guère de ma personne, à ce niveau là ~

- Akiha-Chan m’excusera-t-elle de la faire ainsi attendre ? ~ Maaah, maman ne sera pas disponible toute la journée, désires-tu passez du temps en ma compagnie ? Nous pourrions nous rendre directement à Kyoto, sauf si tu as quelque chose de prévu ? Tu dois sans doute remettre en ordre tes documents d’enseignante ou que sais-je… Maman m’a dit que tu avais une classe t’étant propre, qu’enseignes-tu ? Il est rare que… Je parle trop, désolée ~

Riant à tant d'enthousiasme venant de sa part, je la gratifiais d'un sourire rayonnant avant de faire un geste négligent de la main pour lui signaler que cela ne me dérangeait aucunement qu'elle parle. Au contraire, je voulais savoir chaque détail de sa vie, ce qu'elle devenait, ce qu'elle aimait, ce qu'elle faisait. Toutes ces choses que j'ai manqué, malheureusement. Ne détachant mes yeux des siens, je déposais ma fourchette dans mon plat de salade avant de parler, d'une voix se voulant douce.

- Cela ne me dérange guère, mon chaton ~ Je veux connaître le plus de choses à propos de toi ~

Etait-ce étrange de dire cela de cette manière ? ~ Non. Ce n'était que la stricte vérité ~ Mais ce n'est guère cela qui me dérangeait, c'était plutôt le fait de me retrouver seule à seule avec Kaori toute la journée qui me stressait, littéralement. Non que je ne veuille apprendre à connaître ma propre fille, mais la façon dont Ayame arrangea cela en prétendant ne pouvoir se libérer pour la journée, me contrariait. Un peu ~ Parce qu'à coté, c'était une véritable opportunité pour ma personne, n'est-ce pas ? Oui, et je comptais en profiter ~

- Si cela te convient, nous rentrerons à la maison de Kyoto dès que tu finis de manger, je n'ai rien de prévu, alors je serais ravie de passer le reste de la journée en ta compagnie ~

Tellement que j'en frémissais ~ N'ayant guère faim, je croisais les bras sur la table, posant ma tête sur ma paume, sans quitter Kaori ne serait-ce qu'une seconde. Elle était si jolie, en tant que femme et fille, j'avais l'impression qu'elle transpirait la joie de vivre malgré la famille dans laquelle elle était née. Serait-elle plutôt fragile ou forte mentalement ? Je dirais qu'elle était conditionnée à voir les horreurs du monde... Alala... « Arrête-toi là, ça devient flippant Akiha. » Certes.

- Et pour te répondre, effectivement, j'enseigne les sciences principalement aux Terminales et Premières... Mais il est possible que j’enseigne aux secondes dès que tu commenceras le cursus scolaire ~

Cela allait de soi, n'est-ce pas ? ~ S'il le fallait, j'irais chambouler tout le planning de Yume pour qu'elle me donne la classe des chatons dont ma fille ferait partie, pour que je puisse lui donner cours ~ Exagérais-je ? Pourquoi donc ? Il était normal pour une mère de s'enquérir de son enfant à tous les niveaux ~ Scolaire ou en dehors ~ Relevant le regard quand un autre point attira mon attention -oui cela était possible malgré la fascination que j'avais pour Kaori en ce jour- je fis signe à mon autre fille de s'approcher de notre table.

- Akiha-Okasama. Je compte reprendre les cours dès demain, je ferai en sorte que Kiseki en fasse de même. Le décalage horaire ne vous... a pas affecté à ce que je vois.

Tellement formelle ~ Mais tellement adorable quand elle essayait de prendre de mes nouvelles. Me relevant pour la prendre dans mes bras, je la rassurais quant à sa scolarité, disant clairement que si elle avait besoin du temps afin de se remettre en ordre, je me ferais un plaisir de l'aider de ce coté, avant qu'elle ne reprenne les cours de Première. Demandant également si elle a déjà vu Mei, je me heurtais à un sourire mitigé qui ne répondit vraiment à mon questionnement. Décidant qu'il serait préférable de la laisser s'en aller, c'est d'un sourire mutuel que je lui fis un signe d'au revoir avant de me tourner vers Kaori, tout sourire.

- Tu te rappelles de ta grande sœur ? Et de ton frère ? ~

Etrangement de bonne humeur, je fronçais tout de même légèrement les sourcils tandis que la cafétéria se remplissait dangereusement, ne devenant qu'un chantier de brouhaha incompréhensible. Haussant délicatement les épaules, je posais ma main dans le dos de Kaori pour la pousser en dehors de cet endroit surpeuplé. « Partons d'ici ~ » Il serait plus aisé de converser à la maison, et même la voiture, ferait l'affaire ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Ven 15 Aoû - 22:07


Quoi qu’on en dise, j’étais… amoureuse de la femme qui me faisait face. Non que de son physique, mais aussi de son aura… écrasant toute forme de vie autour d’elle. je me suis toujours dit qu’il n’y avait que maman Ayame qui était impressionnante, au point d’en faire trembler les graviers, et en ce jour, je venais de tomber -littéralement- sur un autre spécimen du même calibre. A croire qu’il y avait un regroupement ici, genre si un être tombant tout droit du ciel pose son pied dans les alentours, d’autres vont également faire une chute libre ? Ca sonne un peu mégalomane, mais les faits étaient là. J’avais un putain d’ange devant moi. Et sa manière si sex' de prendre sa fourchette pour la mettre dans sa bouche, c’est seulement permis ça ?! Y a pas une loi qui interdit aux bombes sexuelles de manger avec des fourchettes dans cette fichue académie ?! Alala ~

- Cela ne me dérange guère, mon chaton ~ Je veux connaître le plus de choses à propos de toi ~

Et « Mon chaton ~ » Résonna comme une douce louange au creux de mon ouïe ! WTF ! Attends. Arrêt sur image, on rembobine, PLAY ! « Mon chaton ~ » Sérieusement. C’était quoi ça ? Un nouveau commandement en un mot ? Attends, ca faisait juste bourrage de crâne là. Non que je n’aime pas, j’aimais juste… TROP. Tellement que je crus que ma mâchoire allait se déboîter sous ses dires -à moitié entendus, étant donné que toute mon attention s’était focalisée sur « Mon chaton ». Ouais, je compte répéter ça encore longtemps, histoire que tu saches Ô comment, j’étais en mode perturbée devant sa personne. Mais arrêtons là le futur geyser qui risquait de gâcher ma nourriture et pensons à autre chose. Un chat, une brouette et du coca. Que cela signifiait-il ? Rien du tout ~

- Si cela te convient, nous rentrerons à la maison de Kyoto dès que tu finis de manger, je n'ai rien de prévu, alors je serais ravie de passer le reste de la journée en ta compagnie ~

Mais oui ! Soumets moi Akiha ! Et plus sérieusement, j’étais « IN LOVE ». Donc qu’importe ce qu’elle me dise, j’aurais dit oui sans même écouter. Imaginez un peu, elle serait là, devant moi comme ça, toute belle, tout elle et elle me dirait, de sa voix suave teintée de douceur « Tu n’es qu’un porc, tu es la plus laide des enfants que j’ai pu voir jusqu’à aujourd’hui ~ D’où sors-tu ? Certainement pas de moi, je ne me souviens pas d’avoir créé une immondice ~ » Et de toute cette beauté, je baverais encore devant elle quoi. Je ne suis pas atteinte, je ressens juste des choses bizarres.

- Et pour te répondre, effectivement, j'enseigne les sciences principalement aux Terminales et Premières... Mais il est possible que j’enseigne aux secondes dès que tu commenceras le cursus scolaire ~

Ouais, mais prof d’éducation sexuelle t’irait tellement mieux. Finissant de manger en même temps qu’elle déposa ses couverts, je restais penaude devant elle, un simple sourire aux lèvres en acquiesçant à ses dires. En mode je restais normale alors qu’en moi, c’est le foutoir intergalactique. CHECK. Sérieusement, Akiha, es-tu vraiment ma mère ? Parce que si je continue à te regarder avec autant d’entrain, ca n’ira pas du tout.

C’est pas comme-ci je savais vraiment mettre le doigt sur ce que je ressentais. Je n’ai jamais eu de copains et à part aimer maman, je n’ai jamais dit à quelqu’un d’autre je t’aime. Du moins, dans le sens amoureux et -ne sait-on jamais ce que vous pensez- entre Ayame et moi, c’était PEACE AND LOVE mais en mode mère/fille. Ouais, j’ai déjà maté plus d’une fois la directrice quand elle prenait ses bains, mais c’était normal, je ne pensais pas à plus. Tellement pas qu’un nouveau sentiment naquit en mon sein lorsqu’une tête verte apparut… Trop pas cool du tout.

- Akiha-Okasama. Je compte reprendre les cours dès demain, je ferai en sorte que Kiseki en fasse de même. Le décalage horaire ne vous... a pas affecté à ce que je vois.

Et blablabla, je suis jalouse. C’est quoi ce champ de gazon qui venait de parler à MA Akiha ?! J’en savais rien -si, c’était ma sœur- mais je n’acceptais pas. Je ne la savais pas aussi… Proche de celle que j’ai perdu pendant plus de trois mois -tout d’un coup je me souviens du temps loin d’elle tiens. Tout ça pour dire que quand la meuf est partie, je me suis sentie mieux après avoir foudroyé son dos de mon regard made in Ayame. Dans le sens, elle aurait pu me saluer à la place de me snober aussi. C’est elle la plus vieille, donc qui a eu le plus d’éducation et regardez le résultat, même pas capable de dire bonjour c’te fille. C’est décidé, je la déteste.

- Tu te rappelles de ta grande sœur ? Et de ton frère ? ~

« Non. » C’était sorti tellement froidement et rapidement que je finis mon unique mot par un sourire en disant long sur le reste de ma pensée. Mais heureusement pour moi, la foule qui s’agglutinait dans la cafétéria me sortit d’une future confrontation sur ma relation avec les autres plantes de la famille et ce fut sur le « Partons d'ici ~ » De Ma Akiha que je me levais, toute moi ~

Aller, aller, aller sur le parking je présume. Et c’est vers cet endroit que je nous menais. Si on devait se rendre à la maison de Kyoto, ce ne serait certainement pas à pieds que je le ferai. Je l’ai fait une fois, et je ne recommencerai pas. Une petite histoire ? ~ J’étais avec Yume ce jour là, Kaïla avait dû rester à la capitale pour un examen ou que sais-je. Comme maman n’était déjà plus à Undai, on avait décidé d’aller la rejoindre à la demeure Ketsuki mais manque de bol, Yume n’avait pas sa voiture avec et pour je ne sais quelle x raison occulte, elle avait refusé de matérialiser un moyen de locomotion, affirmant que la demeure était pas si loin d’ici… trois heures il m’a fallu ! Dont deux heures et cinquante-cinq minutes de lamentation avant que je ne tombe, morte de fatigue.

Voilà ! Et sinon, revenons donc vers… la magnifique voiture d’Akiha. Ayant un instant de recul en me rappelant d’un certain « SLUT » sur le capot, je toussotais pour me redonner contenance alors que je prenais déjà place sur le siège passager. Devrais-je ? Ouais…

- Pour… La voiture, désolée de ce que… j’ai pu faire. Mhmm.

Haha et quoi ? Bah tu remontes à quelques mois d’ici, et j’ai littéralement tué c’te voiture. En mode, elle n’était plus qu’une épave lorsqu’elle a été conduite au garage. Mais laissons ça de côté et changeons vite de sujet avant que l’atmosphère ne me fasse éclater les bulbes neuronaux. Parce que fallait le dire, c’était vachement palpable cette aura noire, limite j’avais l’impression de m'être assise sur une fourmilière. OUTCH.

- Mais sinon, ça me fait vraiment plaisir de passer ce temps avec toi. On a… eu pas mal de désagrément avant ton départ, essayons de rattraper le temps perdu.

En commençant par poser ma main sur sa cuisse ? DONE ! OWH YES BABY ! Carrément, je ne me suis pas gênée plus que coutume pour commencer à caresser sa peau douce n’étant recouverte par sa jupe. J’avais des limites, j’allais pas plonger comme une bourrine ma main entre ses cuisses non plus et lorsque nous arrivâmes devant la maison, je lui ai fait mon sourire Ayami’en avant de sortir ~

Une fois devant la porte d’entrée, trousseau de clés en main, j’ai ouvert la porte, attendant que Ma Akiha fasse de même pour mieux m’aventurer dans cette maison qui était mienne. Pour moi, si j’ai une chambre m’étant dédiée dans une maison, cela signifie que cette maison est à moi. Logique non ? Sinon à quoi sa sert que j’ai une chambre ? Faut pas être débile non plus, si tu ne me veux pas, ne m’offre pas ton hospitalité tête de nœud ! Je m’égare ? Ouais, retour à la réalité. Alala ~

Me dirigeant vers la cuisine, je lançais directement la machine à café afin de nous abreuver alors que mon attention se perdit… sur mon emploi du temps de la journée. Et dire qu’un court instant, j’ai zappé que j’avais entraînement ce soir. Arf. Soupirant en remarquant que j’avais mon club de sport d’ici trois heures, je me décidais d’en informer ma Akiha… Chose qui ne me tenta pas du tout, parce que ca veut dire que je perdrai deux heures à courir après un ballon. Alala… Pourrais-je rattraper ce temps cette nuit ? Maaah ~ Que des perversités, Kaori-Chan ~ Schizophrène, activée.

- Mhmm… J’ai entraînement à dix-huit heures. Normalement, j’aurai fini vers vingt heures, mais ca ne m’enchante pas. J’annule ? Comme ça on reste ensemble, Akiha-Chan ?

Tellement sérieux, qu’il me manquait une paire de lunettes pour que je sois le stéréotype de la secrétaire trop bonne.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Sam 16 Aoû - 19:35

La voiture. Ma voiture pour être précise ~ La même qui se fit démolir par l'enfant qui m'accompagnait en ce jour. Ouvrant les portières d'un bruit significatif, je m'installais sur le siège conducteur, savourant la sensation du cuir sous mes doigts. Avais-je pardonné à Kaori ce qu'elle a fait à ma Jaguar ? Le goût amer qui me restait en travers de la gorge, supposait quel tel n'était le cas. Non... Parce que ce véhicule représentait le point culminant de mon départ, c'était à cause de sa destruction que j'eus décidée de changer de pays pour un temps indéterminé. Il va de soi qu'à présent, elle était comme neuve, toutes les pièces ayant été changées par de nouvelles pendant mon absence. Du moins, je n'ai désiré la rechercher au garage avant que je parte aux USA ~ Certes, mes sentiments à l'égard de cet incident étaient justifiés, mais ne pouvais-je passer au dessus de cela ? Maintenant que les casses ont été réparées ?

- Pour… La voiture, désolée de ce que… j’ai pu faire. Mhmm.

Si, je le pouvais ~ Je le devais même ~ Ne serait-ce que pour récompenser l'effort de Kaori de s'être excusée auprès de ma personne, pour ses méfaits. Pourtant, malgré toute la volonté que j'essayais de mettre dans mon sourire, seul mes mains crispées sur le volant lui répondirent. Étais-je encore en colère contre elle ? Non. « Bien sûr que si ~ » Certes. Définitivement, le sujet était délicat, tellement que je préférais démarrer sans aborder ce dernier. Autant éviter de marcher sur des œufs, le jour où j'avais la possibilité de m'entendre avec ma propre fille, enfant que je n'ai vue depuis trois mois. Temps suffisant pour me faire comprendre que je ne pouvais garder les anciens mauvais souvenirs, entraver notre rapprochement. Rapprochement disais-je ? ~

- Mais sinon, ça me fait vraiment plaisir de passer ce temps avec toi. On a… eu pas mal de désagrément avant ton départ, essayons de rattraper le temps perdu.

Oui ~ Et cela se concrétisa quand Kaori posa sa main sur ma cuisse, comme l'aurait si bien fait Ayame ~ Alala... Cette jeune fille était étonnante ~ Tellement que je me demandais s'il était normal qu'elle agisse ainsi avec sa mère. Il va de soi que je me doutais fortement qu'elle le faisait avec son autre mère, mais Ayame n'étant une valeur sûre quant aux relations familiales, je cherchais à déterminer les similitudes avec le comportement de Hikari vis-à-vis de ma personne. Il va de soi que ma fille aînée ne caressait guère ma cuisse pendant que je conduisais. Alala ~ J'en mouillerais, si elle n'était -justement- ma progéniture ~

Mais ce n'est guère sur ses gestes que je devrais m'arrêter, mais plutôt sur ses paroles qui me réchauffèrent le cœur. Rattraper le temps perdu. Je n'attendais que cela, je ne désire qu'un sourire sincère de sa part. Mon vœu fut-il exhaussé ? Cela progressait ~ Sourire aux lèvres, je me garais devant la maison, une agréable sensation de nostalgie se propageant en mon sein. Définitivement, le Japon m'eut manqué ~ Descendant du bolide, je laissais Kaori ouvrir la marche jusqu'au seuil d'entrée, où je rentrais à sa suite dans la demeure de verres. Un cadeau de mon épouse, ne l'oublions guère ~ « Tu crois qu'en divorçant on l'aurait ? » Je ne pensais guère à ce genre de choses voyons ~ Levant les yeux en signe de désespoir, je suivis d'un pas distrait la fille blonde, et ce jusqu'à la cuisine, où elle nous prépara du café. Bien ~ Ainsi nous serons seules jusqu'à l'arrivée d'Ayame, vu que je ne voyais les servantes dans les parages. Parfait, cela me laissait plusieurs heures à poser toutes sortes de questions à Kaori ~

- Mhmm… J’ai entraînement à dix-huit heures. Normalement, j’aurai fini vers vingt heures, mais ca ne m’enchante pas. J’annule ? Comme ça on reste ensemble, Akiha-Chan ?

Vraiment ? ~ Comme c'est malvenu ~ L'envie de lui demander d'annuler me tentait, au même titre que mes responsabilités de mère me criaient que je ne pouvais être égoïste ainsi. Si, j'en avais le droit ~ Regardant le planning sur lequel ma fille s'est attardée il y a de là quelques secondes, j'analysais la grille avec assiduité. Des activités extra-scolaires donc ? ~ Il y en avait presque chaque jour de la semaine. A croire que ma femme conditionnait notre enfant à devenir une femme accomplie ~ Mais ce n'était guère en passant du temps en ma compagnie, au lieu d'aller courir derrière... un ballon, qu'elle serait désavantagée dans son avenir, n'est-ce pas ? ~ Tellement vrai que je me tournais vers Kaori avant de prendre la parole, de manière faussement innocente.

- Je te proposerais d'annuler pour aujourd'hui ~ Si cela te convient, bien évidemment.

J'espérais que cela ne la dérangeait guère, effectivement. S'il le fallait, j'étais prête à appeler le centre de sport afin de prévenir son coach de son absence ~ « C'est Ayame qui sera ravie ~ » Ma chère femme n'avait à interférer dans mes choix, étant la protagoniste de la rencontre entre ma fille et moi-même ~ En y pensant, j'allais lui en toucher deux mots quant aux activités auxquelles elle a inscrit notre cadette. Vraiment, quelle idée de courir sur du gazon derrière un ballon ~ Alala ~ Perplexe quant aux choix de mon épouse, j'invitais Kaori à continuer la conversation dans le salon, prenant dans mes mains les tasses fumantes avant de l'y rejoindre. Posant lesdites tasses sur la table-basse, je jugeais que l'instant était adéquat pour lui montrer ce que j'avais pour elle ~

- Kaori ? ~ Veux-tu bien m'attendre un instant ? J'appellerai ton coach si tu le désires ~

Lançant un clin d’œil à son encontre, je m'empressais de sortir de la maison pour rejoindre ma voiture, dont je sortis de son coffre, quelques sacs colorés qui comportaient les souvenirs que j'ai rapporté à la jeune fille. Ne sachant ce qu'elle aimait vraiment à part ce dont Ayame eut gré de m'informer, j'ai acheté quelques affaires dans tous les coins de la ville, que ce soit des vêtements ou petites bricoles. Revenant dans le salon, les sacs en mains, je les posais sur le fauteuil avant de m'adresser à ma jeune accompagnatrice.

- Je t'ai rapporté quelques souvenirs des États-Unis ~ J'espère qu'ils te plairont ~

Il ne manquerait plus qu'elle me dise que ce n'était le cas, et nous retournerions à un point où le malaise battrait son plein. Me sentais-je mal ? Être le maître des sentiments qui se contrôle, aidait à ne guère montrer ce genre de détails ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Sam 16 Aoû - 20:09

Mes entraînements étaient assez importants pour que j’hésite à annuler celui-ci. Même si j’étais douée dans ce que j’entreprenais et que la prochaine rencontre ne serait avant un bon mois, je restais incertaine quant à mes choix. C’est également pour cela que j’avais demandé conseil à Akiha. Après tout, c’est elle l’adulte hein ! Elle a qu’à prendre la décision et moi, moi… Haha. Bah je l’écouterai volontiers si c’est pour rester à ses côtés ~

- Je te proposerais d'annuler pour aujourd'hui ~ Si cela te convient, bien évidemment.

Et ce furent les mots. Ceux qui me firent sourire telle une attardée sortant tout droit de sa grotte après y être restée des années durant. Sérieusement ! Non mais j’adorais cette femme, il n’y avait pas mieux qu’elle ! Si c’était maman Ayame… Bah elle m’aurait traînée par la peau du cul jusqu’à mon entraînement sous un « Muscler ton corps ne te fera guère de mal en vue des sucreries que tu manges mon cœur ~ » Dirait celle qui dans son bureau, a un tiroir rempli de chocolats ! Mais oui, je n’étais comme elle. Moi quand je mange je grossis, quand je déprime je grossis, quand je respire je grossis ! FUCK THE WORLD AND EAT CANDIES ! Voilà. Mais plus sérieusement, des activités j’en faisais assez pour ne pas me préoccuper de ma ligne. Entre mes entraînement du mardi avec Kaïla - où à coup sûr, j’ai deux heures de courses intensives- et ceux des autres jours de la semaine, que ce soit au Kendo, à la danse ou encore au football, j’avais de quoi dépenser « ma graisse ».

Mais PUT IT OUT ce genre de pensées et concentrons-nous sur le moment présent, à savoir celui où je me trouvais à suivre ma charmante « mère » des yeux lorsque son bassin se dandinait sous mon regard forêt ~ Sérieusement, n’aurait-elle pas pu mettre une jupe encore plus courte ? Non que ses cuisses se dessinaient à merveilles, mais j’étais tout de même curieuse de connaître… sa lingerie ~ Soit, laissons la perversion à…

- Kaori ? ~ Veux-tu bien m'attendre un instant ? J'appellerai ton coach si tu le désires ~

Plus tard. Car en moins de trois secondes, elle était déjà partie ! J’ai à peine eu le temps de lui dire que j’allais appeler mon coach moi-même que sa silhouette alléchante quittait mon champ de vision. Sérieusement, quel genre d’humaine était-ce ? Non, elle ne venait pas de notre monde ! Ma mère une extraterrestre ? « Ma mère » hein ? Haha.

Soupirant en me laissant tomber dans le divan, c’est téléphone en main que je composais le numéro de mon entraîneur… Ca sonne, ca sonne et ca tombe sur la messagerie. Bien, fallait plus que lui laisser un message donc… Je fais genre que je suis malade ? Non, autant dire la vérité, ce serait plus efficace. Histoire de vous informer, je ne me suis pas amusée à raconter ma vie, je l’ai juste averti que ma mère venait de rentrer d’un pays lointain et que je voulais passer la journée avec elle. Inutile de lui dire que cette même femme était plus que HOT & SEX.

- Je t'ai rapporté quelques souvenirs des États-Unis ~ J'espère qu'ils te plairont ~

Et ce fut en même temps que je raccrochais que la créature blonde revint, les mains remplies. Alala… Qu’était-ce donc ? Des souvenirs. Pour moi ? Je ne pouvais qu’être heureuse, mais tant que ça, ça, je ne m’y attendais pas du tout. Prenant le premier sac, curieuse de ce qui se trouvait à l’intérieur, ce fut des pulls d’une marque anglaise aux inscriptions japonaises que je sortis. Franchement ? J’adorais ! Et je le fis comprendre par des petits cris d’excitation avant de me lancer sur le deuxième sac où je sortis cette fois-ci des T-shirts de la même marque. Attrapant un d’une couleur extravagante, je le regardais sous toutes ses coutures avant de lâcher un « Quelle idée ~ » Tout en le remettant dans le sac. Vert fluo n’était mon choix de prédilection, mais j’étais le genre de personne sur qui les plus moches habits prenaient une nouvelle vie.

Mais mes découvertes ne se finirent guère sur une nouvelle garde-robe -dont une robe dont j’étais littéralement folle- mais également sur des gadgets en tout genre. Passant par la statue de la liberté version miniature et le plus intéressant, fut cette même statue mais en pendentif. Entrouvrant les lèvres, émerveillée, je relevais le regard vers Akiha avant de lui demander avec la plus grande des convictions du monde « Comment t’as su ?! C’est trop génial ! » Parce que oui, ce genre de trucs, je les collectionnais !

Me levant tout en attrapant les sacs, je me saisis de la main d’Akiha avant de lui dire avec vélocité « Allons dans ma chambre, faut que je me change aussi ! » et complètement surexcitée, je la tirais à ma suite. Et ce, jusqu’à ma chambre, mon univers, la traversée du monde en quelque sorte. Au niveau déco… Disons que je rapportais de chacun de mes voyages un souvenir significatif, et ce nouveau pendentif allait rejoindre les autres. Me rapprochant de mon lit, j’attrapais mon bijou pour y accrocher la nouvelle pièce, la faisant scintiller avec les autres ~ Magnifique.

- Je n’en ai pas encore beaucoup, mais je suis super contente…

Et pour remercier convenablement quelqu’un, il faut l’embrasser. Du moins, c’est ce que j’entrepris de faire avant que mon téléphone ne sonne et que je sois forcée de répondre alors qu’à l’autre fil on venait de me hurler dessus -dans un allemand- bien gras « Sie besser bringen Sie Ihren Arsch hier Karoi! » Maaah, quelle vulgarité. Ma réponse à cela ? Un joli « Nein! » Avant de raccrocher.

- Alala… Les gens sont étranges dans ce monde ~

Tellement que coupée en plein élan, je reportais à plus tard les remerciements, décidée à me changer avant toute chose. Moi et ma pudeur… Nous faisions deux. Je n’ai jamais été mal à l’aise à me dévêtir en public, et à cet instant même, je le montrais assez bien, laissant mes vêtements tomber au sol avant de me retrouver en sous-vêtements. Bien… Qu’allais-je mettre ? Un shorty et un des nouveaux T-shirt seraient parfaits ! Ce sera donc short blanc, T-shirt rose FITCH et une paire de converses blanches… J’apportais de l’intérêt à mon style vestimentaire !

- Maaah, cela fera l’affaire ~

Et… Et ? Bah rien.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Sam 16 Aoû - 20:48

L'appréhension se lisait sur mes traits tandis que j'attendais le verdict de ma fille quant aux cadeaux que je lui ai rapporté. Il va de soi que je n'avais aucune idée de ce qu'elle aimait porter, et encore moins, si les t-shirts et pulls que je lui offrais, seraient des vêtements qu'elle mettrait. Évidemment, je m'étais référée à la mode de cette saison pour mes choix ainsi qu'aux paroles vagues de mon épouse, maintenant savoir si cela était judicieux, restait une question... délicate ~ Tellement que je ne pus m'empêcher de regarder avidement chaque expression du visage de Kaori, allant jusqu'à paraître tout autant intéressée que sa personne, par ce qu'elle déballait. Alala... Serais- je à ce point préoccupée de son avis ? Tellement que je trépignais d'impatience, sous ses petits cris, une fois ravis, d'autres fois « Quelle idée ~ » me signalant clairement que le t-shirt fluo ne lui plaisait guère. Certes, ce n'était un tissu que je porterais moi-même, mais la vendeuse m'eut assurée que c'était à la mode chez les jeunes, alors je fus résolue à l'acheter, ne serait-ce que pour réaliser que oui, ma fille avait de bons goûts ~

- Comment t’as su ?! C’est trop génial !

Et qu'elle était cette chose qui rendait ma fille tellement heureuse que je me surpris à sourire joyeusement de mon coté ? Un pendentif, un gadget ludique que j'ai pris à l'aéroport avant de quitter le pays, en me disant qu'il serait logique que je prenne quelque chose qui symbolisait cette terre. Mais je ne m'attendais guère à ce qu'elle préfère ce petit objet aux habits que j'ai pris soin de choisir pendant plus de trois heures dans plusieurs magasins différents. Alala « Pas difficile à vivre, ce môme. Heh, pauvre de ton portefeuille, Akiha ~ » Du nôtre en soi ~ Déconcertée autant par les pensées de mon alter-ego que les réactions de Kaori, je ne savais qu'en penser, seul un sourire platonique se peignit sur mes lèvres. Définitivement, l'enfant que j'ai laissé aux soins de mon épouse, a radicalement changé. Et ce n'était guère à me déplaire, au contraire, j'y voyais une opportunité inestimable de me rapprocher d'elle et devenir ce que je voulais tant à ses yeux. Sa mère.

- Allons dans ma chambre, faut que je me change aussi ! 

Riant légèrement sous son excitation, je me laissais traîner par sa douce main, jusqu'au dernier étage, dans sa chambre pour être plus précise. Et cette dernière, n'était guère commune. Définitivement, je m'attendais à tout, sauf à cela ~ Moi qui crus que sa chambre serait tapie de rose, je fus étonnée d'y découvrir... Tant de choses, venues du monde entier. Un véritable tour du monde, si je ne m'abuse. Quand a-t-elle eu le temps de collectionner autant d'affaires ? ~ Aimait-elle les voyages ? Voilà une autre question que je lui poserai dans peu ~

- Je n’en ai pas encore beaucoup, mais je suis super contente…

Je l'étais tout autant ~ Tellement que je me félicitais intérieurement sous les sifflements exaspérés de mon ombre lugubre. Sourire aux lèvres, je m'approchais de son bureau, intriguée par une étrange statuette posée dessus. Statuette que je ne pris dans les mains, étant donné que c'est le portable de ma fille qui attira mon attention, du moins, les voix sortant de ce dernier. De... L'allemand ? « Nein ! Alala… Les gens sont étranges dans ce monde ~ » Ma fille parlait-elle allemand ? Quand a-t-elle eu le temps de l'apprendre ? À croire que je n'étais au bout de mes surprises ~ Alala ~ Hochant seulement de la tête pour lui signaler que je l'écoutais malgré mon état déconcerté, je ne sais ce qui m'a pris quand elle se déshabilla pour se changer, mais je ne sus détourner mon regard de sa silhouette fine. « Tu mates ton propre gosse maintenant ? ~ » Ne faisant attention aux paroles désobligeantes de mon ombre, je m'approchais de Kaori afin de poser ma main au creux de son dos, d'où je la fis glisser un peu plus bas avant de la retirer, songeuse.

- Alala ~ Tu es devenue une magnifique femme en si peu de temps, que je n'arrive encore à le réaliser ~

Ses courbes, sa peau, son intelligence, elle était tout à fait à l'image de sa mère ~ Attirante ~ Digne de son rang, comme le dirait mon épouse ~ Gratifiant Kaori d'un sourire aimable, je me détournais de son corps afin qu'elle ne soit mal à l'aise, même si je pensais que cette notion ne lui seyait guère, étant donné qu'elle n'eut de gêne à se déshabiller sous mes yeux ~ Englobant la pièce du regard, je quémandais plus amples informations sur... tout cela ~

- Tu aimes voyager à ce que je vois ~ En parlant de cela... Je ne savais que tu parlais allemand et je t'avoue que cela m'étonne ~

Définitivement oui ~ Non que j'ai quelque chose contre les allemands, mais je ne voyais d'intérêt à apprendre cette langue, l'anglais étant suffisant dans le monde entier ~ Intriguée, et désappointée de savoir si peu sur ma propre fille, je me saisis d'une boule à neige où le drapeau finlandais était gravé. « As-tu visité tous ces pays ? Et... Saurais-tu m'expliquer ce qu'un poteau de métro londonien fait dans ta chambre ? » J'ai bien remarqué qu'il y avait une chose étrange dans cette pièce. Alala... Abasourdie, c'est à moitié amusée et à moitié sceptique que je posais la question en pointant le fameux poteau. Vraiment ? ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Sam 16 Aoû - 21:24

Tellement rien que je perdis contenance lorsque la paume d’Akiha se posa dans mon dos. Sur le coup, j’ai frémi. Tellement, terriblement, torride. C’était juste… Attendez, elle se rendait seulement compte de ce qu’elle me faisait ? J’en savais rien, mais sentir sa peau douce au creux de mon être… C’était juste abasourdissant.

- Alala ~ Tu es devenue une magnifique femme en si peu de temps, que je n'arrive encore à le réaliser ~

Faut pas me demander la lune, après ça, incapable pour moi de péter un mot. Mais genre, je lui faisais encore dos et heureusement d’ailleurs. Parce que plus rouge que moi sur le coup, ce n’était pas permis. Essayant de me calmer -parce que j’ai cru que mon cœur allait lui dire bonjour-, je me tournais vers elle, lui adressant un sourire sous son regard… envoûtant. Sérieusement, si je ne savais pas qu’elle était la femme de ma mère, je me serais demandée qui saurait sortir avec une personne comme elle. Genre, toutes les cinq secondes, t’as envie de lui faire des trucs chelou, ou encore la câliner ou te ruiner pour un de ses sourires. Ouais, j’ai pris conscience de la fortune de ma chère maman directrice, et heureusement pour elle parce que si elle avait été pauvre… Je ne crois pas qu’elle aurait réussi à combler une femme comme Akiha. Et puis faut être réaliste, regardez où elle vit ! Et sa voiture ! Une Jaguar quoi. C’est pas la boulangère du coin qui roule avec ça, aux dernières nouvelles, « son bolide » était un suppositoire sur roues. Ouais, cette femme était, Ma Akiha. Alala. J’en suis… déconcertée.

- Tu aimes voyager à ce que je vois ~ En parlant de cela... Je ne savais que tu parlais allemand et je t'avoue que cela m'étonne ~

Voyager ? Changement de sujet sur lequel je sautais littéralement pour me redonner contenance après ses attouchements. Toussotant légèrement tout en regardant la boule de neige qu’elle tenait en main, je levais un sourcil. La Finlande, je n’y suis pas allée, c’est après un voyage d’affaire de maman que je l'ai sommé de me rapporter quelque chose. Et de sa grande générosité, elle n’a rien trouvé de mieux que ça… Ce n’était pas moche, juste inutile. Mais quoi qu’il en soit, Ma Akiha avait raison sur un point, j’aimais voyager. Découvrir le monde, partir à l’aventure, visiter des contrées que jamais, je n’aurais cru qu'elles existaient. C’était le pied et jusqu’à présent, en trois mois plus ou moins, j’ai visité au moins une dizaine de pays. Parfois pour même pas une journée, mais assez pour que ma chambre ressemble à la caverne d’Ali Baba. Et concernant l’allemand… Haha.

- As-tu visité tous ces pays ? Et... Saurais-tu m'expliquer ce qu'un poteau de métro londonien fait dans ta chambre ?

… Là, ma tête elle s’est juste décomposée. Parce que sérieusement, je ne savais pas quoi répondre à sa question. Du moins la dernière, parce que sérieusement, je me voyais mal lui expliquer que j’ai demandé à maman de m’arracher un poteau au plein milieu d’une rue. Certes, la nuit pour qu’il n’y ait de soucis, mais tout de même… En même temps, je peux me lancer et dévier sur un autre sujet plus tard non ? Ouais, faisons ça ! LET’S DO IT PEGGY !

- Bah… Maman a été visiter je ne sais plus quoi à Londres et je l’ai accompagnée… Et t’sais, ce poteau à un certain charme ! Et comme je suppose que tu n’as pas très envie de savoir que je lui ai demandé de l’arracher dans la rue -en pleine nuit même si on a fini par se faire pourchasser par des flics- , je te dirai que je l’ai acheté sur internet ? ~

Ouais, ca sonnait bien. Assez pour que je fasse un V avec mes doigts et que je lui adresse mon plus grand sourire avant de rire à gorge déployée. Changeons donc cette atmosphère monstrueuse et parlons, parlons, parlons jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus de ma voix ! Non que je compte la tuer de mes cordes vocales, et puis j’étais bonne chanteuse ! Sachez le ! Tu veux que je te le prouve ?! Bah écoute moi bien et…

- Et pour l’allemand, c’est parti d’une connerie. Je cherchais un documentaire sur internet et il était en allemand… Donc pour le comprendre, bah j’ai appris la langue. Ca été... Assez rapide, je le parle pas parfaitement et pour l’écrire, c’est l’horreur, mais je trouve ça cool en plus du français et de l’anglais en tout cas ~

Parce que les langues, c’est le futur ! Ouais, c’est ma version des faits, même si celle que j’ai reçu d’Ayame sonnait plus comme « Le pouvoir, c’est le futur ~ » Et blablabla matérialisation par-ci, matérialisation par-là. Compris ? Tu n’as pas le choix de toute manière ! Et depuis quand j’ai arrêté de vous vouvoyez ? Depuis que j’en ai décidé ! Mein kleines Schwein ~

- Et pour les voyage… Ouais. Du moins, je n’ai pas visité tous ces pays là. En trois mois, c’est pas assez pour vraiment faire le tour du monde ~ J’ai tout de même fait l’Europe et la Russie pour les réunions de maman. D’ailleurs, c’est le pays que je déteste le plus. Il fait froid, c’est moche et je n’apprécie pas forcément Q… Maria et ses manières. Mais bon, à part ça… J’ai fait un safari également, c’était assez cool… J’aime bien les animaux, mais assez gore quand sous ton nez, t’as un Bambi qui se fait égorger… Et puis y a aussi la Pologne que j’ai faite. Mais ça c’était genre un trip d’un jour pour que maman et Kaïla puissent aller se fournir en Vodka, d'où la bouteille. Je te rassure tout de suite, je ne bois pas ! Et je sais dire un mot aussi… « Poduszka » Qui veut dire coussin… Et, et… Voilà. Et toi ? Tu voyages aussi ? Le truc que j’aimerai visiter, c’est Dubaï ! Rien que pour voir la fameuse tour des milliardaires !

Et… Je parle trop hein ? Sourire aux lèvres, valait mieux que je m’arrête là avant que…

- C’est donc ici que vous vous cachez, demoiselle Kaori ~

Ah Fuck. Action réaction, je venais de sauter dans mon lit pour me cacher sous mes couettes en entendant la voix significative de Shizuma ou Shizuru -j’en sais jamais rien. Souriant jaune en comprenant aisément là où elle voulait en venir, je ris. Tristement avant de sortir ma tête de mes draps et lui adresser mon plus large sourire compatissant.

- Vraiment, c’est de sa faute.

Et de quoi ? Et qui pointais-je plutôt ? Ma Akiha. Parce que si je n’étais pas au cours des servantes, c’est parce que je passais mon temps avec Ma Akiha ! « Pas vrai Akiha-Chan ? » Dis oui et SAVE MY LIFE !

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Dim 17 Aoû - 21:42

Ce n'était guère la première fois dans ma vie que je voyais quelque chose d'étrange, sortant de l'ordinaire. Mon métier en soi, représentait un conflit constant entre la réalité et le surréel, à travers des expériences plus saugrenues les unes aux autres. Mais malgré cela, je n'arrivais à expliquer le pourquoi du comment d'un poteau dans une chambre de jeune fille. Définitivement Kaori était un mystère à elle toute seule ~ Tellement que c'est les sourcils froncés que j'écoutais ses dires, ne sachant si elle me disait la vérité ou inventait de toutes pièces une histoire incroyable.

- Bah… Maman a été visiter je ne sais plus quoi à Londres et je l’ai accompagnée… Et t’sais, ce poteau à un certain charme ! Et comme je suppose que tu n’as pas très envie de savoir que je lui ai demandé de l’arracher dans la rue -en pleine nuit même si on a fini par se faire pourchasser par des flics-, je te dirai que je l’ai acheté sur internet ? ~ 

Parce qu'il fallait l'avouer tout de même... Je voyais mal Ayame tirer sur un poteau dans une rue déserte afin de le rapporter jusqu'au Japon dans son jet privé. Seulement imaginer la scène était suffisamment embarrassant. Dead Master-Sama, l'une des femmes les plus influentes du sol nippon qui s'enfuit avec un poteau sous les bras, pourchassée par des agents de l'ordre. Définitivement, il m'était impossible de l'imager convenablement, tellement cela semblait sortir d'un mauvais film. Alala... Il va de soi que je poserai des questions sur ce fameux voyage à Londres -dont je n'eus vent- à la concernée ~ Ne serait-ce que pour contempler son visage se décomposer sous des souvenirs épineux ~ Déconcertée par ses paroles qui affluaient tel un torrent violent, je ne pus commenter qu'elle poursuivit, impitoyablement.

- Et pour l’allemand, c’est parti d’une connerie. Je cherchais un documentaire sur internet et il était en allemand… Donc pour le comprendre, bah j’ai appris la langue. Ca été... Assez rapide, je le parle pas parfaitement et pour l’écrire, c’est l’horreur, mais je trouve ça cool en plus du français et de l’anglais en tout cas ~ 

Un documentaire... Et encore internet ? Devrais-je lui inculquer le fait que l'on ne trouvait guère tout ce qu'on désirait sur internet ? Non, les jeunes de nos jours ne croyaient qu'en cet outil d'information directe. « Continue à penser de la sorte, et je décréterai que tu deviens vieille. » N'est-ce pas ? Je m'en effrayais moi-même ~ Quoi qu'il en soit, je fus d'autant plus étonnée par sa manière si subtile d'apprendre de nouvelles langues, que celle de désirer un poteau de métro faisant office d'un porte-manteau. Après, j'étais fière que mon enfant ait l'intelligence dans les gènes, elle deviendrait une scientifique de renommée avec tant de talent et facilité d’assimiler les connaissances. Oui, je guiderai au moins un de mes chatons, vers une carrière digne de ce nom ~ Et mon choix se portait bien évidemment, sur la cadette de la famille ~

- Et pour les voyage… Ouais. Du moins, je n’ai pas visité tous ces pays là. En trois mois, c’est pas assez pour vraiment faire le tour du monde ~ J’ai tout de même fait l’Europe et la Russie pour les réunions de maman. D’ailleurs, c’est le pays que je déteste le plus. Il fait froid, c’est moche et je n’apprécie pas forcément Q… Maria et ses manières. Mais bon, à part ça… J’ai fait un safari également, c’était assez cool… J’aime bien les animaux, mais assez gore quand sous ton nez, t’as un Bambi qui se fait égorger… Et puis y a aussi la Pologne que j’ai faite. Mais ça c’était genre un trip d’un jour pour que maman et Kaïla puissent aller se fournir en Vodka, d'où la bouteille. Je te rassure tout de suite, je ne bois pas ! Et je sais dire un mot aussi… « Poduszka » Qui veut dire coussin… Et, et… Voilà. Et toi ? Tu voyages aussi ? Le truc que j’aimerai visiter, c’est Dubaï ! Rien que pour voir la fameuse tour des milliardaires ! 

Pardon ? Sous les mots incessants de Kaori, je ne sus emmagasiner toutes les informations qu'elle me donnait d'un bloc. Le regard dans le vague, je levais le bras en signe d'attente, afin qu'elle me laisse le temps de récapituler ce qu'elle venait de dire. À savoir, qu'elle a passé du temps en Russie en compagnie de Maria. Je l'avoue ~ C'était la seule chose qui me sauta aux yeux ~ Chose dont je n'eus connaissance. En y pensant, je n'ai entendu parler d'aucun de ces voyages qu'elle entreprit avec mon épouse. Visites et découvertes que j'aurais voulu vivre avec elles. « Ouais, mais tu n'étais pas là. À cause d'elle ~ » Certes. Mais ce sujet était clos. Et je comptais recommencer une nouvelle histoire sans prendre en considération ce qui s'est passé il y a de là trois mois. Après, j'étais quand même déçue d'avoir manqué tant de choses qu'elle eut vécu avec son autre mère. Alala... Devrais-je demander à Ayame de partir en vacances quelque part, dans un pays chaud ? Pourquoi ne pas commencer par Dubaï afin de plaire aux envies de ma fille ? ~ C'était décidé, j'en ferai la demande à ma chère femme dès qu'elle rentrera, à savoir ce soir ~ En attendant, il serait préférable que j'agisse et parle, au lieu de rester plantée au milieu de la chambre, à fixer Kaori comme s'il s'agissait d'un point noir sur une feuille blanche. Alala... Par où commencer ? ~

- C’est donc ici que vous vous cachez, demoiselle Kaori ~

Sursautant sous la voix d'une des jumelles dans mon dos, je me tournais vers elle, perturbée de ne guère avoir remarqué sa présence plus tôt. Ébauchant mon plus beau sourire à l'encontre de Shizuru que je n'ai vu depuis longtemps également, je ne m'attendais guère à ce que ma fille fasse toute une scène... Situation qui m'échappa sous ses accusations ambiguës. « Vraiment, c’est de sa faute. » Excusez-moi, mais je n'ai guère tout saisi ~ Tellement peu que j'affichais une expression dite désemparée devant ma fille, cachée sous ses couvertures. Mais que se passait-il ici ? Je ne saurais le dire. Du moins, je ne sus comment réagir sous les demandes de Kaori pour que je me dénonce pour avoir commis un crime dont je ne connaissais l'existence. Et ce jusqu'à ce que le livre tenu dans les mains de la servante, ne vienne m'éclairer. Livre de sciences ? Ayame m'avait parlé du fait que c'étaient les servantes qui donnaient cours à notre fille, faute de pouvoir l'inscrire dans une école à cause de son évolution incontrôlable. Alala... Je voyais où elle voulait en venir à présent ~ Sourire aux lèvres, je m'approchais de Shizuru afin de prendre le livre qu'elle exhibait avec fermeté. Feuilletant ce dernier, je décidais de prendre les choses en main.

- Alala ~ Je m'en occupe ~ Un questionnaire c'est cela ? ~ Laissez-moi faire ~

Partant d'une bonne intention, et surtout, voyant là une opportunité incroyable de passer de temps intelligemment avec mon enfant, je fus tout de même perturbée par le sourire que me lança la servante, tout en ajoutant « Je vous en prie, dame Akiha ~ Bonne chance ~ » Avant qu'elle ne parte, me laissant le livre, le questionnaire et... l'enfant, toujours dans son lit. Souriant jaune sous l'atmosphère laissée par la servante, je finis par me tourner vers Kaori, déterminée à lui montrer mes talents d’enseignante ~ « Elle doit être horrible comme élève ~ Si c'est le cas, je la redresserai ~ » Jamais ~ Il était hors de question que ma fille rencontre mon ombre lugubre ~ Que ce soit pour voir à quoi elle ressemblait ou tout simplement, car j'aurais besoin de ses services. Non, ma fille ne verrait cette masse de noirceur sous aucun prétexte, sauf quand je devrais la matérialiser avec ma robe de combat. Bien ~ La question n'était guère là pour l'instant, mais se résumait aux quelques feuilles que je tenais dans les mains.

- Viens t'asseoir ici mon chaton ~ Plus vite ce sera fait, plus vite nous pourrons passer à quelque chose de plus... divertissant ~

Aurais-je des idées perverses en tête ? Aucunement voyons ~ Tapotant la chaise de son bureau, je l'invitais à s'y asseoir, amusée par son comportement enfantin. Définitivement, je ne pouvais espérer mieux de ma fille ~ à croire qu'Ayame eut respecté mon vouloir de faire de cet enfant une personne normale et non un monstre, étant donné que pour l'instant, je ne descellais guère de méchanceté en sa personne. Attendant que Kaori prenne place, je déposais le questionnaire devant elle avant de me pencher pour lire la première question, de ma voix se voulant douce :

- « Quel est le muscle le plus puissant du corps humain ? » ~ Alala, elle est facile celle-ci ~ Une idée, Kaori ? ~

Définitivement, je m'attendais à plus complexe que des questions de l'ordre de la culture générale. Peut-être que les suivantes le seront ? À ce que j'ai pu lire au numéro deux, c'était bien le cas. Heureusement ~


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Dim 17 Aoû - 22:06

« Alala ~ Je m'en occupe ~ Un questionnaire c'est cela ? ~ Laissez-moi faire ~ » Je ne sais pas si c’était mieux finalement. Dans le sens, avec Shizuru j’avais mes techniques de ninja pour me sortir des cours -même si elles échouaient- mais avec Akiha… Ca risquait d’être d’autant plus difficile. En soi, les sciences ne me portaient pas de soucis, j’étais assez douée dans les matières que l’on m’enseignait, c’est juste que je ne sais pas rester concentrée sur ma feuille plus de trois minutes. Mais genre, sérieusement ! C’était trop hard, à se demander comment les gens ils faisaient.

« Je vous en prie, dame Akiha ~ Bonne chance ~ » Mais là, c’était sûr, je n’avais plus d’autre choix. Soupirant en sortant de mes draps, je me relevais pour mieux prendre place à mon bureau, là où Ma Akiha m’attendait gentiment. Gardant tout de même un sourire sur les lèvres -histoire de faire bonne figure- je regardais ce qui m’incombait…

- Viens t'asseoir ici mon chaton ~ Plus vite ce sera fait, plus vite nous pourrons passer à quelque chose de plus... divertissant ~

Plus vite je me liquéfiais. Non pas sur la matière que j’avais sous les yeux, j’étais censée connaître chaque réponse, mais plutôt sur l’allusion perverse de ma mère. Quelque chose de plus divertissant disait-elle ? Genre, la regarder se déshabiller ? J’étais pour, mais je ne crois pas que je tiendrai jusqu’à ce qu’elle retire ses sous-vêtements. Non je n’étais pas en manque, on ne sait pas l’être si on a jamais rien fait bande de trou du cul ! Je crois ? Alala.

- « Quel est le muscle le plus puissant du corps humain ? » ~ Alala, elle est facile celle-ci ~ Une idée, Kaori ? ~

Facile ? Pas forcément, beaucoup de muscles étaient puissants, que ce soit ceux des jambes qui nous tenaient debout ou encore ceux du bras qui nous aidaient à porter des poids monstrueux… Et par logique, j’allais justement répondre « Les biceps ? » Mais en vue de la tête de ma prof du jour, j’avais tout faux et ce… Bah ce jusqu’à ce que je perdre contenance devant ses agissements. Et je crois que je suis restée choquée au moins une minute entière devant sa langue en V. Rouge ? Je l’étais, parce que la voir… Ca émoustillait tellement de choses en mon sein que je balbutiais une tirade… Des plus incompréhensibles.

- Pas chez moi ! Du moins non, je ne l’ai jamais utilité pour… Et même ! Je suis vierge ! Du moins, je n’ai pas encore eu de copains pour pouvoir faire ça ! Et même si c’était le cas, non ca peut pas être ça et…

Et ma connerie me rattrapa en me rappelant des paroles de la servante. « La langue est le muscle le plus puissant de l’humain car celui-ci lui sert à la parole et selon… » Et encore du blabla que j’ai déjà oublié. Mais assez pour que je rougisse davantage et que je note sur ma feuille « la langue » avant de regarder la deuxième question. Bien, regardons… regardons.

- Haha… Mhmm. Complétez le schéma ci-dessous en annotant les différentes parties du cœur… Ouais.

Ouais, ca ce n’était pas bien compliqué, et en moins d’une minute, j’annotais chaque endroit. Tellement facilement que je pouvais déjà passer à la troisième question qui se portait à présent sur le cerveau… Et c’était quoi à présent ? « Citez les lobes cérébraux et décrivez leurs utilités ». Ca, ça c’était chaud. Du moins, je trouvais ça tellement compliqué que je butais sur la question, incapable de savoir… quoi répondre.

- Bah y a deux hémisphères et le tout flotte dans un liquide, mais de là à décrire ce que fait chaque partie, c’est autre chose et même… les énumérer, je n’y arrive pas… Tu… Tu veux bien m’aider, Akiha-Chan ?

Parce qu’elle était là pour ça non ?

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Dim 17 Aoû - 22:55

La langue, l'organe du goût, mais également celui qui permettait à un humain de s'exprimer distinctement. C'est également l'un des muscles les plus vascularisés, sans omettre le fait qu'il se constituait de quatre parties musculaires lui donnant cet aspect visqueux mais ferme. Il va de soi qu'à l'origine, il était difficile d'imaginer cet organe d'environ dix centimètres comme étant le plus puissant parmi tout ce qui constituait un corps. Et cela se vit sous la réponse de ma fille, réponse à laquelle j'aurais pu m'attendre, en fin de compte ~ « Les biceps ? » Couvant mon enfant d'un sourire doux, je fis un signe négatif de la tête avant de lui donner un indice sous forme de geste. Plus précisément, en ouvrant la bouche et tirant la langue tout en la pointant du doigt afin qu'elle réalise où je voulais en venir. L'eut-elle compris ? Difficile à dire, en vue de sa réaction des plus surprenantes ~

- Pas chez moi ! Du moins non, je ne l’ai jamais utilité pour… Et même ! Je suis vierge ! Du moins, je n’ai pas encore eu de copains pour pouvoir faire ça ! Et même si c’était le cas, non ca peut pas être ça et…

Comment... ? Si un regard tierce nous fixait à cet instant précis, je pense pouvoir affirmer que je tirais le même que Kaori, déconcertée par ses paroles n'ayant rien -ou très peu- avoir avec le cours dont la question posée. Premièrement intriguée par ses rougeurs et dénis, je finis par rire ouvertement quand je réalisais où ses paroles nous menaient. « Ce gosse est pervers à souhait ~ Veut-elle peut-être que nous lui montrions comment utiliser sa langue ? ~ » Amusée par la gêne se peignant sur le visage de ma chère petite blonde, j'essayais de contenir mon état, mais seul un sourire charmeur fit office de freins sous mes pensées dénuées de bon sens. Alala... Non je ne comptais guère succomber aux idées de mon alter-ego ~ Mais il n'était guère moins vrai que j'étais ravie d'apprendre que ma fille n'eut de rapports sexuels avec autrui, ni de pénétration, ni de préliminaires coquins ~ Voilà que je pense à la langue de mon épouse, se faufilant sur une certaine partie sensible de mon anatomie ~ J'en mouillais, littéralement ~

- Haha… Mhmm. Complétez le schéma ci-dessous en annotant les différentes parties du cœur… Ouais.

Jusqu'à la prochaine question. Regardant par dessus l'épaule de ma fille tandis qu'elle notait les réponses, je me permis de scruter sa feuille tandis qu'elle finit d'y répondre. Juste. Voilà qui rattrapait le coup... de langue ~ Enjouée par la situation, je la laissais énoncer la troisième question qui se penchait davantage sur un domaine m'étant propre. Le cerveau humain ~ Le thème sur lequel j'eus passé des années de ma vie, à l'étudier, à expérimenter dessus, à bâtir ma carrière comme ma réputation sur cet organe vital d'un corps ~ Passionnée ? Je l'étais, tellement que je ne pus sourire, comblée, quand ma fille me quémanda mon aide pour ladite question.

- Bah y a deux hémisphères et le tout flotte dans un liquide, mais de là à décrire ce que fait chaque partie, c’est autre chose et même… les énumérer, je n’y arrive pas… Tu… Tu veux bien m’aider, Akiha-Chan ?

Mais bien évidemment, mon chaton ~ Sourire aux lèvres, prise d'une envie fulgurante de décrire en détail tout ce que je savais sur la question, j'optais par le lui inculquer de manière tactile, trouvant qu'ainsi elle comprendrait davantage que si je lui lançais des termes indéchiffrables à la volée ~ Me plaçant dans son dos, je me permis de poser délicatement mes mains sur son front, tout en prenant la parole d'un ton suave :

- Le premier lobe est celui situé derrière le front, d'où son nom, le lobe frontal ~ Il gère la parole et le langage, le raisonnement, la mémoire, ainsi que les mouvements ~

Laissant le temps à Kaori d'écrire, je déplaçais mes mains au niveau de ses tempes, massant ses derniers du bout des doigts, tout en poursuivant sur le même ton : « Au niveau des tempes, nous trouvons le lobe temporal ~ Il a quelques fonctions en commun avec le lobe frontal, comme le langage, la mémoire et surtout, les émotions ~ » Me penchant davantage sur Kaori afin de voir ce qu'elle notait sur sa feuille, je continuais quand je fus satisfaite de ses réponses. Cette fois-ci posant ma main sur le dessus de son crâne, je l'informais de la partie du cerveau s'y trouvant :

- Le lobe pariétal ~ Grâce à lui tu te repères dans l'espace et tu ressens de la sensibilité ~

Crassant doucement sa chevelure soyeuse, je me plus à entremêler ses longues mèches dorées entre mes doigts avant de les laisser couler contre son dos. Attendant qu'elle note, je pointais du doigt l'arrière de sa tête pour lui montrer le lobe suivant. « Le lobe occipital gère la vision ~ » Fronçant délicatement les sourcils quand elle écrit le mot avec une faute, je me collais à son dos -ma poitrine plongeant contre son cou- et attrapais doucement sa main, soulignant la faute d'orthographe tout en guidant sa main pour qu'elle l'écrive correctement. Chose faite, je restais ainsi, ma tête au niveau de la sienne, sa joue limite contre la mienne avant de tourner la tête afin de déposer un chaste baiser sur sa peau tout en me redressant :

- Ce n'était guère difficile n'est-ce pas ? ~ Veux-tu poursuivre ? Tu n'as pas l'air... à l'aise ? ~

« Heh ~ Comme c'est bizarre ~ Tu profites là ~ » Un peu, et je m'en sens toute émoustillée ~ Cela faisait si longtemps que je n'ai plus déposé mes lèvres sur la peau douce de ma fille après tout ~ Alala ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Dim 17 Aoû - 23:33

Le cerveau humain était bien trop complexe pour que je m’y colle plus de quelques secondes, maman Ayame m’avait déjà décrit les parties cérébrales, me faisant un cours sur ce sujet là mais comme vous pouvez le voir, je savais juste que ce morceau de viande était coupé en deux. Le gauche et le droit ~ Au moins, je savais ça, n’en demandez pas trop à une collégienne hein ! Je ne rentrerai pas à Undai avant un mois, et quelques broutilles !

Mais ce à quoi je ne m’attendais certainement pas, c’est que ma Akiha prenne ses aises sur ce thème. Et ce au point que je frémisse lorsque ses mains se posèrent sur mon front et que sa voix… Putain de voix quoi !

- Le premier lobe est celui situé derrière le front, d'où son nom, le lobe frontal ~ Il gère la parole et le langage, le raisonnement, la mémoire, ainsi que les mouvements ~

Et bien sache que mon lobe frontal se souviendra de ce que tu lui faisais à cet instant précis ! Parce que sa peau, je la savais douce, ses paumes, je les connaissais chaudes mais ainsi posées sur mon front… Non, elle ne transpire pas des mains, c’est moi qui suis en train de fondre là. Au niveau sex, la transpiration c’n’était pas la joie, mais entre ma bouche faisant une déformation temporelle et mes yeux qui sautillèrent comme si je venais de subir des électrochocs, je vous dis FUCK.

- Au niveau des tempes, nous trouvons le lobe temporal ~ Il a quelques fonctions en commun avec le lobe frontal, comme le langage, la mémoire et surtout, les émotions ~

Mes émotions, faut en parler. Parce que là, je dois tout vous dire. Je mouille. Non, je ne déconne pas, c’était les chutes du Niagara dans mes sous-vêtements Prada là ! Et c’est sans déconner, parce qu’en plus de l’écouter, de la sentir, de la toucher, je devais écrire en même temps sur ma feuille. Mon écriture, je ne savais même pas si c’était du japonais que j’annotais, mais en vue de son insistance sur ma feuille, elle me l’aurait fait comprendre non ? Parce que si elle ne matait pas ma feuille, c’était mon décolleté plongeant de sa position mais si c’était le cas… SI ELLE ME MATAIT… Non mais non, laissez tomber. GIVE ME A GUN BRO.

- Le lobe pariétal ~ Grâce à lui tu te repères dans l'espace et tu ressens de la sensibilité ~

Sensible ? A tes touchers, je l’étais. L’espace ? Il venait de s’effondre autour de moi lorsque tes doigts se sont entremêlés dans ma chevelure, me faisant hérisser des poils inconnus sur tout le corps. Là, je suis comme une actrice de porno lesbienne à qui on offrait un nouveau godemichet révolutionnaire.

- Le lobe occipital gère la vision ~

Ma vision… Elle tremblait et d’autant plus lorsqu’elle joua avec ma main pour écrire ce fameux mot que j’avais essayé de tourner en horticulture. Non mais… Je m’arrêtais un instant sur sa main justement. Ses doigts étaient longs, ses ongles parfaitement limés et sa bague… Magnifique. Tellement que j’en perdis la notion du temps, -espace déjà bousillé en sentant ses seins dans mon cou- et mon nez, mon pauvre nez qui ne voulait plus qu’éjaculer le surplus de plaisir. De la morve ? Non, du sang banane.

Mais contrairement à toute attente, ca n’arriva parce que je venais de me tétaniser sur place lorsque SES LEVRES m’ont touchées la joue. Elle… Elle venait de m’embrasser ! Mais genre THE KISS qui te fait pisser dessus de bonheur ! Aux anges ? Putain de merde, si je savais que le paradis était comme ça, depuis longtemps j’aurais enfui ma tête entre ses seins.

- Ce n'était guère difficile n'est-ce pas ? ~ Veux-tu poursuivre ? Tu n'as pas l'air... à l'aise ? ~

Ris Kaori ! RIS PUTAIN DE MERDEUH ! Mais impossible. J’ai juste souri en gardant un calme fou. Genre, je me reconnaissais pas, je me suis levée en lui lançant un petit « Maaah ~ » Avant de quitter ma chambre et fermer la porte dans mon dos. Et derrière cette même porte ? Je convulsais ! TERRIBLEMENT, prise de spasmes, j’ai rien trouvé de mieux que de courir vers la salle d’eau, passer un coup d’eau rapide sur mes traits tirés avant de m’effondre sur le pot de toilettes. WHAT ?! C’est quoi cette femme ?! Si Ayame… Non, je veux revivre ça, et je vendrai mon corps à la prostitution si Akiha serait ma seule cliente !

- Dieu.

Oui maman, je t’implore de faire en sorte que tu ne rentres pas ce soir pour que je puisse passer encore et encore du temps, seule à seule avec Ma Akiha. Mais pour ce fait, il serait préférable que je quitte la toilette et c’est ce que je fis. Un tour rapide pour me laver les mains et je revins dans ma chambre, tout sourire.

- Akiha-Chan sait-elle qu’en agissant ainsi avec ma personne, je risque… De me plaire peut être « trop » dans les cours qu’elle me donne ~

Et que cela signifiait-il ? Que si elle voulait que je garde mon bureau propre et ma culotte sèche, qu’elle garde ses mains le long de son corps et son sourire pour quelqu’un d’autre. Mais en même temps, ne voulais-je pas que cela soit effectivement pour moi ? Stop, je fonce dans un mur autant freiner tout ça avant de commettre l’irréparable et… Et mes envies étaient comme celles de maman Ayame. Quand je veux, j’ai.

D’un déhanché des plus sexy, je m’étais rapprochée de ma chère Akiha pour mieux poser mes mains le long de ses hanches, gardant mon regard penché sur son décolleté alors que mon sourire ne faisait que s’agrandir ~ Montant sur la pointe de mes pieds, je déposais un chaste baiser sur sa clavicule avant de me détourner de sa personne sous un « Huhu ~ » Des plus enjoués ~

- Faisons donc une pause, le temps est radieux, que dirais-tu de me dévoiler ton corps… semblant si alléchant ? ~

Parce qu’il le paraissait, mais peut être qu’en dessous de ses vêtements, je trouverai quelque chose qui me dissuadera de vouloir le découvrir. Vile pensée, qui jamais ne serait fondée. Attrapant mon bikini, je me dirigeais déjà vers l’extérieur afin de m’enfermer dans la cabine du jardin et me changer. Un petit ensemble que j’ai acheté à Paris, qui, sur mon corps, m’allait à merveille ~ Sortant à présent, je ne tardais guère à sauter dans l’eau pour me rafraîchir les idées… Bien, voyons comment je vais réagir en la voyant en maillot à présent ! Haha, ca va être HOT.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Lun 18 Aoû - 14:55

Suis-je allée trop loin en me permettant ce baiser dit innocent ? Une mère était dans son droit d'embrasser sa fille pour lui montrer des marques d'affections, n'est-ce pas ? ~ Je le crus, jusqu'à ce que Kaori se lève et sorte de la chambre sans dire mot, ni répondre à ma question. Il va de soi que je ne m'attendais guère à une telle réaction, du moins, je l'eus envisagé pendant à peine une seconde avant de poser mes lèvres sur sa joue. Était-ce trop tôt ? Étant donné son comportement vis-à-vis de ma personne, je pensais que non, mais maintenant que j'ai vu l'effet que cela lui faisait, j'avais l'impression d'avoir fait une erreur grossière. Devrais-je aller m'excuser auprès d'elle ? Sans aucun doute. « Arrête toi là Akiha ~ Elle allait pisser du nez, tellement elle a adoré ~ » Abjecte. L'ego de mon ombre m'étonnait de jour en jour. Il était évident que Kaori n'a guère apprécié ce contact, contrairement aux pensées lubriques de mon alter-ego n'ayant de moindre pudeur.

- Et depuis quand tu es douée à ces choses là, Akiha ? ~

Seul un rire macabre me répondit, tandis qu'un frison parcourra tout mon dos. Évidemment, mon sombre coté et les sentiments, ne faisaient bon ménage. Malheureusement pour ma personne, dans des situations délicates comme celle-ci. Un léger soupir traversa mes lèvres avant que je ne referme le livre des sciences abandonnant ainsi la suite des questions, décidée à aller m'expliquer avec Kaori. Je ne désirais guère de malentendu entre nous deux ~ Moi pas... Mais à croire que la jeune fille n'était du même avis. Et ce, je le réalisais quand elle revint dans la chambre, et s'approcha de ma personne d'un déhanché digne de sa mère. Alala...

- Akiha-Chan sait-elle qu’en agissant ainsi avec ma personne, je risque… De me plaire peut être « trop » dans les cours qu’elle me donne ~ 

Tellement Ayame... Que je me surpris de ressentir une pointe d'envie incontestable au fond de mon être, tandis qu'elle posa ses lèvres sur mon corps. Guère gênée par notre dite relation de mère et fille. Ne sachant vraiment comment réagir, je me contentais de la fixer, un sourire platonique ornant mon visage tandis que dans mon esprit, un chantier prenait forme. Que voulait-elle dire par sa tirade m'insufflant des idées farfelues dans l'esprit ? « Je ne crois pas que c'est du cours qu'elle parle ~ Heh ~ » Non, tu en es certaine ? ~ Non que cela me dérange que ma fille m'apprécie plus qu'elle ne le devrait, mais c'était... déstabilisant. Au point que mon cerveau se mette en arrêt, seule l'image d'Ayame y persistait. Agissait-elle ainsi avec Kaori également ? Je ne saurais le dire, je ne les ai vues ensemble depuis mon retour sur le sol japonais. Perturbée, à cet instant précis, je l'étais, malgré tout l'effort du monde que je faisais afin de rester impassible. Et ce n'est guère son rire qui arrangea mon état. Cette enfant... était le portrait craché de Dead Master-Sama, que ce soit physiquement, ou mentalement. Étais-je terrifiée par cela ? Non, juste... Alala ~

- Faisons donc une pause, le temps est radieux, que dirais-tu de me dévoiler ton corps… semblant si alléchant ? ~

Et elle fut partie aussi vite qu'elle était venue ~ Tellement que je n'eus le temps de remettre mes idées en place qu'une nouvelle réalité s'imposa à ma personne. Était-il permis à un enfant de son âge de s'adresser ainsi à sa mère ? Me considérait-elle comme telle ? Je commençais à avoir des doutes quant à cela. Et ce, au point, de me promettre de lui en toucher deux mots dès que je le pourrais, en commençant par lui intimer de m'appeler « maman ». Ainsi, les choses seront claires entre nous, n'est-ce pas ? ~ Oui. En attendant cet instant fatidique, autant que je la suive dans le jardin. Mais avant cela, mon nouvel ensemble -spécialement choisi pour les beaux yeux de mon épouse- serait ravi de se poser sur mon corps, supposais-je ~

Descendant d'un étage, c'est dans notre chambre conjugale que je m'enfermais, fouillant précipitamment dans l'une de mes valises -toujours remplies- j'y dénichais ledit bikini en cuir, guère vulgaire mais suffisamment provoquant pour attirer le regard ~ Alala... Le soleil tapait fort dehors, n'est-ce pas ? Tant mieux, le chapeau vendu avec l'ensemble me serait ainsi d'une certaine utilité ~ Quant aux fines lamelles de cuir noir entourant le bas de mes cuisses... Un plus intéressant ~ Remettant mes talons pour rejoindre le jardin, c'est bikini sur le corps, chapeau sur la tête, que je me dirigeais vers la piscine, endroit de prédilection de Kaori, à ce que je pouvais déduire des bruits parvenant de l'étendue d'eau ~ Tout sourire, je fis claquer mes talons jusqu'au bord de la piscine où ma fille se baignait, regardant son corps pâle une infime seconde, je lui fis signe de la main avant de tirer un transat près du bord, l'installant de manière à pouvoir regarder Kaori tout en bronzant ~ Le temps américain n'étant favorable au soleil, ma peau avait besoin de se remettre au climat du pays du soleil levant ~ J'enlevais mes talons avant de me coucher dessus, l'air serein, ne sachant si c'était le moment d'aborder le sujet qui me tracassait depuis l'épisode de la chambre. Alala... Plus tard ~ Pour l'instant, autant se relaxer ~ Et cela se marqua quand je me retournais, la tête posée sur le coussin, le regard rivé sur ma fille, toujours dans l'eau.

- Kaori ? ~ Pourrais-tu mettre de la crème sur mon dos si alléchant ? ~

Il ne manquerait plus que ma peau pèle à cause d'un coup de soleil. Voilà une conséquence malvenue quant au bronzage. Tellement que je préférais encore demander à Kaori de sortir de la piscine afin de m'étaler ladite crème sur le corps. Seulement sur le dos, cela va de soi ~ « Heh, c'est comme cela que tu veux tracer les limites entre mère et femme à baiser ? ~ » Silence. Quelle désagréable parole. Dires qui se gravèrent dans mon esprit, obnubilant toutes mes pansées. Serait-il temps de changer de colocataire de cerveau ? Si seulement je pouvais l'envisager. Songeuse, je me redressais légèrement sur les coudes, avant de parler, pesant mes mots. Du moins, il n'y avait guère à juger ce que j'allais dire, ce n'était que la vérité.

- Tu peux m'appeler maman, mon chaton ~

Sauf si... elle considérait que c'était trop tôt. Même si selon mon avis, elle devrait l'avoir ancré dans son esprit depuis sa naissance. La brusquerais-je ? J’espérais que non ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Lun 18 Aoû - 15:52

Le corps mouillé, je me laissais flotter un instant en attendant l’arrivée d’Akiha-Chan. Je ne savais pas quoi penser d’elle. Elle était ce genre de personne qu’on ne savait vraiment décrire, son physique était époustouflant et au fond de son regard, une perle de douceur virevoltait mais son assurance et l’aura qu’elle dégageait en disait long sur ce qu’il pouvait se passer dans sa tête. Si je remontais à quelques mois d’ici, lorsque je n’étais encore qu’une enfant, j’avais découvert… Cette masse. Cette chose étrange qui habitait en son sein. Sa forme, je l’eus rencontrée dans l’Arène lorsqu’elle s’était battue contre Kaïla mais ce qui me restait le plus en mémoire, c’était sans doute son regard sang, ses dents effilées telles des lames tranchantes. C’est fou n’est-ce pas ? Sous ce top modèle se cache un monstre.

C’est en entendant le bruit de ses talons résonner dans la maison que je me redressais, plongeant mon corps jusqu’à mes lèvres dans l’eau alors qu’un spectacle des plus… WAW se dessinait sous mes yeux. On était là pour nager hein ? Parce que son maillot -bikini- en mode policière érotique disait tout le contraire ! Non mais ça faisait trop « Le sex-appeal de la policière me fait mouiller, devant, derrière, SEX-APPEAAAAAL ~ » Tu vois ? Non, bah va écouter la chanson tête de con ! Et plus sérieusement, ça y est, mon nez fait des bulles rouges !

- Kaori ? ~ Pourrais-tu mettre de la crème sur mon dos si alléchant ? ~

Quand j’aurai arrêté mon hémorragie et que mon expression se rapprochera plus de quelque chose de posé et calme et non la tête d’un moine devant une sœur ! Genre, deux minutes plus tard en fait, j’ai plongé ma tête son l’eau pour me remettre les idées en place et une fois cela fait, j’ai émergé. Mais était-ce suffisant ? Non, mais je pouvais toujours dire que c’était à cause du soleil que mes joues étaient si rougies. Et sérieusement gars, mate moi ça !

- Tu peux m'appeler maman, mon chaton ~

Personnellement, la suite de ses dires m’avait totalement refroidie. Sortant de l’eau, je m’avançais vers Akiha, les sourcils froncés quant à ses dires. Il est vrai… Que je n’ai toujours pas prononcé ces mots pour m’adresser à sa personne, mais je trouvais cela tellement étrange de l’appeler maman après tout ce temps. « Maaah ~ T'appeler Akiha-Chan est bien plus sexy, ne trouves-tu pas ? ~ » Et même si j’essayais d’argumenter, je ne saurai prononcer ce mot… Tout de suite. Souriant toujours à son encontre, je me plaçais dans son dos, à savoir sur son postérieur tout ferme tout parfait. Attrapant la crème bronzante se trouvant à même le sol, je me penchais pour m’en saisir, laissant ma poitrine caresser le dos de « ma mère ». Non, c’était vachement laid finalement, je préfère continuer à l’appeler par son prénom. Et elle… Elle qu’elle continue avec « mon chaton » C’était juste excellent !

- Avant que je ne t’appelle comme ça, promets moi de me rendre le massage de rêve que je vais te prodiguer ~

Parce qu’elle n’était pas la première femme que je massais, dans le sens, je le faisais tout le temps à maman. Posant la crème sur son dos, je l’étalais entre mes mains avant de l’apposer sur son corps. Passant la main sur ses omoplates pour mieux redescendre le long de sa colonne vertébrale, faisant sauter par la même occasion le haut de son maillot alors que je m’aventurais le long de ses cotes, remontant jusqu’à sa poitrine que je touchais du bout des doigts… Encore heureux que j’étais déjà mouillée. Déglutissant difficilement sous les gestes précis que je formais sur son dos, je sentais ma respiration se hâter alors que mon corps se penchant de plus en plus au-dessus de sa personne, mes mains se voulant plus présentes, plus marquantes, plus…

- Ara ~ Je ne m’attendais guère à retrouver les deux femmes de ma vie dans une position si… érotique ~

Et j’ai sursauté. Littéralement en déviant le regard vers la source du bruit. Déglutissant difficilement en remarquant maman, j’entrouvris les lèvres alors qu’un de ses sourcils se releva, sa posture droite, bras croisés et… Et si sèche que je ne voulais qu’une seule chose. Celle-ci ? La noyer. Laissant un rire traverser mes lèvres alors que je m’ôtais du corps de la blonde, c’est vers ma maman que je m’avançais. Tel un chat tournant sur lui-même avant de se laisser tomber dans les bras de son maître ~ Posant mes bras autour de son cou pour prendre appui, je n’attendis guère un instant pour frotter ma joue contre celle de Dead Master. En mode MIAW activé !

- C’est ta faute de laisser deux femmes comme nous seules ~ A quoi pensais-tu hein ? Maaah ~

Souriant à son encontre, je déposais un chaste baiser sur ses lèvres en signe de bonjour avant de la tirer vers la piscine et lui demander explicitement « Tu viens te baigner aussi ? Tu n’as plus de travail n’est-ce pas ? Parce que même si tu en avais, je t’interdirais de partir ! Comprenez nous Dead Master-Sama, nous ne savons vivre sans vous ~ » Faisais-je mon cinéma pour toucher son cœur ? Ouais et cela marchait assez pour qu’elle laisse tomber ses vêtements en s’approchant de sa femme et sorte à mon encontre ;

- Je n’ai plus rien de prévu avant demain matin, Kaori-Chan me supportera-t-elle aussi longtemps ? ~

Je n’en savais rien, mais ça valait la peine de tenter le coup. Maman était souvent occupée, il était rare qu’elle rentre si tôt et c’était un fait auquel je m’étais habituée. C’est sans doute aussi pour cela que lorsqu’on avait deux secondes de libre, on partait en vacances. Même pour une journée, c’était une journée mémorable qui restera gravé dans nos esprits. Tendant le bras à maman pour qu’elle vienne avec moi dans l’eau également après qu’elle eut matérialisé un bikini aussi HOT que celui d’Akiha, je dus tout de même attendre puisque maman avait l’air assez… intéressée par le corps de son épouse. Dieu, les parents !

- Je ne savais pas que tu sortirais le grand jeu pour impressionner ta fille, Akiha-Chan ~ Mais sais-tu qu’avec ce genre de vêtement tu risques de la détraquer plus qu’elle ne l’est déjà ? ~

On venait… de m’insulter là non ? Entrouvrant la bouche en pointant du doigt Ayame, je rageais contre sa personne avant d’attraper le premier objet ressemblant à une coupole et l’asperger avec. Sa réaction ? Un gémissement qui me fit pouffer de rire ~

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Mar 19 Aoû - 20:35

Il va de soi que je n'avais guère de raison de me demander si je faisais une bonne chose en lui quémandant de m'appeler maman, plutôt que par mon prénom. Ce qui me dérangeait, ce dont j'essayais de m'en persuader, tandis que c'était une évidence, un fait indéniable duquel je désirais profiter pleinement. Se faire interpeller par ses propres enfants, qui n'utilisaient guère le diminutif dû, mais le prénom de leur mère, n'était agréable, du moins, je n'approuvais guère qu'un parent laisse son enfant l'appeler de cette manière là. Était-ce pour cela que je proposais à Kaori d'utiliser le terme exact quand elle s'adressait à ma personne ? C'était bien plus complexe à ce niveau ~ Je désirais qu'elle me nomme ainsi, pour que nous puissions être plus proches, comme à l'époque où elle ne me haïssait guère et n'essayait de me tuer au détour d'un couloir ~ Fille d'Ayame ou non, elle était également la mienne, n'est-ce pas ? ~ Oui.

- Maaah ~ T'appeler Akiha-Chan est bien plus sexy, ne trouves-tu pas ? ~

Mais à croire que cela ne lui convenait guère. Ne montrant guère ma déception quant au refus que je venais d’essuyer sous la voix digne de celle de mon épouse, je restais couchée sur le ventre, tandis que ma fille s'asseyait sur ma personne. « Heh ~ Elle ne te considère pas comme sa mère, mais pas pour les raisons que tu crois, Akiha ~ » Que voulait-elle dire par là ? Perplexe quant aux suppositions de mon alter-ego aux idées abjectes, je me questionnais sur la relation -toute jeune- que je construisais avec la jeune blonde. Si elle ne désirait m'appeler mère, était-ce parce que je n'avais de place dans son cœur ? Ou peut-être que son ancienne elle, ne s'est totalement évaporé, et qu'au final, elle essayera de me faire souffrir à nouveau, si elle verra que je serai trop proche de sa mère ? Je préférais que cette théorie ne se confirme guère ~ En attendant, je m'empressais d'écarter celle de mon ombre également, disant que tous les Eimin deviennent fous de ma personne. Alala... Définitivement, il serait temps que je remette les idées en place à cette chose grouillant en mon sein ~

- Avant que je ne t’appelle comme ça, promets moi de me rendre le massage de rêve que je vais te prodiguer ~ 

Détendue sous le massage de ma fille, je suivais intérieurement chacun de ses mouvements, de ses gestes sur mon dos, et ce jusqu'à frissonner légèrement quand l'attache de mon bikini se fit enlever par ses doigts doux ~ Au moins, elle prenait soin de sa peau ~ Autant que je pus remarquer que son vestimentaire, ses tenues étaient féminines et colorés, tout ce que j'aimais ~ à croire que ma fille eut hérité de mes goûts par le sang, parce que ce n'était sans nul doute guère par mes suggestions et propositions qu'elle a choisi ses habits. Ou était-ce Ayame qui fut à l'origine de cela ? Mon absence aurait fait en sorte qu'elle transmette ses désirs sur notre fille ? Alala... Je m'égarais ~

- Ara ~ Je ne m’attendais guère à retrouver les deux femmes de ma vie dans une position si… érotique ~ 

Tellement que j'ai ri discrètement quand a voix de mon épouse détonna dans le jardin ~ Comment savais-je qu'il s'agissait de sa personne, et non de ma fille dont la voix était similaire à celle d'Ayame ? ~ Les distances voyons ~ Et la formulation également ~ Sur l'instant, je fus contente qu'Ayame ne puisse lire dans mon esprit ~ Et ce fut le moment que choisit ma fille pour abandonner mon dos à son triste sort, et se jeter -littéralement- sur sa chère mère. Si proche. C'était le premier constat qui me sauta aux yeux quand je me redressais afin de contempler la scène se déroulant devant ma personne. Pourrais-je un jour espérer avoir le même accueil de la part de Kaori ? Je ne saurais le dire, seule elle, était maître de ses ressentis... Du moins, si je n'y mêlais guère mon pouvoir, cela va de soi ~

- C’est ta faute de laisser deux femmes comme nous seules ~ A quoi pensais-tu hein ? Maaah ~ Tu viens te baigner aussi ? Tu n’as plus de travail n’est-ce pas ? Parce que même si tu en avais, je t’interdirais de partir ! Comprenez nous Dead Master-Sama, nous ne savons vivre sans vous ~ 

Tellement adorable que mon ombre aurait voulu vomir sous le glamour de la scène, situation qui m'émut autant qu'elle me déplut en soi. Laissant un fin soupir traverser mes lèvres, seul un sourire doux fit office de radar de sentiment que je pouvais éprouver à cet instant précis. Ne perdant guère contenance sous les suppliques et ordres que lançait Kaori à l'encontre de sa mère, je fus étonnée de la voir avec tant d'assurance. Quel enfant ~ Digne de ses parents, n'est-ce pas ? Certainement ~ Et assez têtue pour qu'Ayame cède à ses demandes sans rechigner. Surprise par cela ? Je ne l'étais qu'à moitié. Après tout, tout en Kaori démontrait son coté persévérant ~

- Je n’ai plus rien de prévu avant demain matin, Kaori-Chan me supportera-t-elle aussi longtemps ? ~ Je ne savais pas que tu sortirais le grand jeu pour impressionner ta fille, Akiha-Chan ~ Mais sais-tu qu’avec ce genre de vêtement tu risques de la détraquer plus qu’elle ne l’est déjà ? ~ 

Détraquer ? ~ Grand jeu ? ~ Si seulement elle savait à quel point je me réjouissais de plaire à notre fille ~ Cela dit, je ne pensais guère que notre fille devienne plus perverse qu'elle ne l'était déjà, à cause de mon bikini ~ Il suffisait de jeter un coup d’œil sur celui de ma femme pour réaliser qu'elle était la seule et unique responsable de la perversion de Kaori ~ Rejetais-je la faute sur la grande Dead Master-Sama ? Autant que je le pouvais, évidemment ~ Riant à ses dires, je me levais, soutenant le haut de mon bikini dégrafé d'une main afin de cacher -justement- ce qu'il y avait à cacher aux yeux de Kaori, avant de m'approcher d'Ayame et... hésiter une fraction de seconde interminable de l'embrasser devant notre fille. Instant de flottement que j'effaçais en capturant les lèvres de ma femme dans un baiser se voulant torride. Me permettrais-je de retracer ses courbes de mes mains avides ? ~ Non, je risquerais de faire tomber le tissu cachant ma poitrine ~

- Alala ~ Regardez-vous donc avant de... critiquer ~ Je n'ai guère vue plus aguicheuse que vous à l'instant ~

Et pourquoi disais-je cela ? Pour me mettre du coté de ma fille qui venait d'asperger sa mère, la mouillant de la tête aux pieds, sous des rires amusés ~ Et un gémissement intense de la part de la victime des assauts humides, cela va de soi ~ Et ce n'était guère son regard noir qui allait me faire peur ~ Tellement peu que je ris de plus belle tandis qu'elle vint s'asseoir à coté de ma personne sur le transat, changeant de tout au tout en comprenant que s'emporter ne servait à rien étant donné l'ambiance joyeuse dans laquelle nous nous trouvions toutes trois ~

- Bien, comment cela se passe-t-il ? Avec Kaori-Chan, bien sûr ~

Evidemment ~ N'était-elle pas celle qui eut orchestré cette rencontre ? Il allait de soi qu'elle tenait à connaître les moindres détails ~ Alala, quelle femme intéressante ~ Mais que pouvais-je lui répondre ? Prenant une pose songeuse tout en regardant les agissements de notre fille, je pesais mes mots avant de prendre la parole, prudemment. « Très bien ~ Nous avions parlé un peu de ce qui s'est passé quand je n’étais là ~ Je ne savais guère que l'un de vos passe-temps favoris se résumait à courir avec des poteaux dans les rues de Londres ~ » Devrais-je signaler que je finis par tourner ma phrase en taquinerie afin de ne m'avancer davantage sur le sujet concernant Kaori ? ~ Souriant moqueusement à l'encontre de ma femme, j'analysais chacune de ses mimiques, amusée. Bien évidemment, sa réponse ne tarda guère, nullement perturbée par mes connaissances vis-à-vis de ses méfaits ~

- ... Maaah ~ N'aimerais-tu pas que j'arrache un monument historique pour ta personne ? ~ Je ne m'attendais guère, à ce que vous partagiez tant, toi et Kaori-Chan. Du moins si tôt ~ Serait-ce moi où... Son regard ne quitte ta poitrine, mon cœur ? ~

Pardon ? Déconcertée par ses dires, je n'eus l'occasion de me vexer quant au fait que je sache communiquer avec mon enfant mieux à ce qu'elle s'est attendue, étant donné que je fixais Kaori d'un air... inquisiteur ~ Trouvait-elle que mon bikini m'allait bien ? « C'est plutôt qu'elle attend que tu fasses tomber ton haut, Akiha ~ » Alala... Ces enfants étaient tellement pervers de nos jours ~ Ce n'était guère à me déplaire, cela dit ~ Rattachant mon haut d'un mouvement de la main précis, je gratifiais la petite blonde d'un clin d’œil coquin avant de reprendre ma conversation avec Ayame sous un « Vraiment ? ~ Ce n'est pas plutôt vous qui la fixez avec insistance ? ~ En y pensant, décorer le jardin avec la tour Eiffel serait intéressant ~ » Revenais-je sur le sujet du dit poteau ? Oui et ce n'était guère peu dire ~ Mais amusée que je puisse l'être, je ne m'attendais guère qu'elle rétorque du tac au tac sous le même ton « Ara ? Akiha-Chan aime-t-elle Paris ? » Alala. Mutant mon air enjoué pour un vexé, je détournais le regard, posant une phrase négative au fond de son ouïe, suivie d'un gloussement tellement propre à ma femme. Définitivement, ce jeu verbal me divertissait au plus haut point, même si j'en sortais souvent perdante. Sauf pendant les disputes, cela dit ~ Préférant changer de sujet, je revins au sérieux.

- C'est tout de même... déstabilisant de voir à quel point Kaori vous ressemble ~ Elle a beaucoup changé depuis la dernière fois que je l'ai vu, c'est peut-être pour cela que nous nous étendons... mieux ~

C'était probable. Au point que je sois contente de m'être éloignée d'elle pendant ces trois mois, ne serait-ce que pour que nous puissions à nouveau, être une famille unie ~ Même si je dois l'avouer, je n'arrivais à m'y faire, à cette similitude frisant l'incrédulité. La même voix, les mêmes manières, le même regard, les mêmes traits. Kaori transpirait le sang Eimin, c'était hallucinant. Ou alors, Ayame l'a éduqué si bien à son image que ce n'est que par habitude que ma fille eut pris sa mère pour modèle ? Je ne saurais le dire, mais les faits présents démontraient que ce n'était seulement le sang qui jouait sur son comportement. Quoi qu'il en soit...

- Fais attention mon cœur ~

Confuse quant à sa mise en garde, je rivais mon regard dans celui de mon épouse, ne comprenant où elle voulait en venir. Kaori ne ferait pas semblant quand même ? N'est-ce pas ? Ce serait... tellement Ayame effectivement. Perplexe, je demandais plus ample explication sur ses dires, dont la réponse ne me satisfait aucunement. Au contraire. « Hum ~ Disons que sa personne... s'attache trop au mauvaise personne. » S'attache trop ? Désirait-elle que je n’aie mot à dire sur l'avenir de Kaori ? Contrariée qu'elle puisse prétendre que ma personne était une mauvaise influence pour notre enfant, c'est amèrement que je m'emportais, gardant un semblant de calme pour ne guère froisser la jeune fille sous une dispute inutile. Du moins, l'une dont elle n'avait à être témoin.

- Guère dans ce sens là mon amour ~ Il serait juste fâcheux qu'elle tombe amoureuse de sa propre mère ~

Ridicule ~ Tellement que je laissais un léger soupir traverser mes lèvres, l'air disant bien qu'elle ne disait que des inepties. Kaori amoureuse de ma personne ? Quelle idée saugrenue ~ Ce n'était guère plausible, ne serait-ce que parce que justement, j'étais sa mère, j'agissais avec sa personne comme une mère l'aurait fait, sans omettre que je ne comptais en aucun cas attiser de tels sentiments dans ses ressentis à mon égard. Et ce n'était guère parce que nous sachions passer du temps à deux, qu'il était question d'un amour inconditionnel. Alala... Définitivement, cette conversation n'avait aucun sens.

- Voyons Ayame. Votre coté incestueux n'est guère génétique ~

Parce que c'était cela, n'est-ce pas ? ~ Ayame avait des tendances étranges vis-à-vis de personnes n'ayant atteints l'âge adulte. Mais aurait-elle l'audace de s'en prendre à sa propre fille ? Non, je ne le pensais guère ~ Mais dire que je puisse entretenir une relation incestueuse avec Kaori, m'eut suffisamment contrarié pour que je me lève du transat sans plus de cérémonie et qu'avant que ma femme ne puisse rétorquer à mes dires, j'envoyais son transat -avec sa personne dessus- dans la piscine à coup d'une bourrasque de vent bien placée. C'est dans un bruyant splash que je fronçais les sourcils, avant de sourire jaune devant Kaori, devant se demander si nous n'étions en train de nous disputer, sans doute. Faisant un signe négligent de la main, je m'approchais du rebord de la piscine, en m'adressant directement à l'enfant.

- Ne désirais-tu nager avec ta chère mère ? ~

Plaisanterie mise de coté, je m'assis sur le rebord de la piscine, plongeant mes jambes dans l'eau tiède, un sourire ravageur aux lèvres en attendant que ma chère femme remonte à la surface. Serait-elle en colère ? Qu'elle le soit, je la lui ferai oublier sous des caresses intimes ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   Mar 19 Aoû - 21:35

Voilà donc… Mon nouveau portrait familial. Dans un sens, j’étais assez contente que ce soit pour moi ou même pour maman. Regardez-la, elle avait l’air si heureuse, si bien, si contente aux côtés de ma Akiha. En même temps, qui ne le serait pas hein ? Si elle n’avait été ma mère, depuis le début de notre rencontre, je lui aurais fait du rentre dedans ! Comment ça je l’ai déjà fait ? Non mais je sais, inutile de relever la pierre sous laquelle je cache mes vices.

Soupirant sous cette pensée, je me suis décidée à nager… en désespoir de cause. Maman n’avait pas l’air de vouloir me rejoindre dans l’eau et d’où j’étais, je n’entendais que des brides infimes de leur conversation. J’ai compris qu’elle parlait de Londres puis de Paris… Serait-ce notre prochaine destination ? Non que j’aime le sol français, mais de là à y retourner si précocement. Je préférais de loin partir ailleurs, genre, plus près. Ouais la Chine ca peut être cool et j’avais toujours Dubaï en tête ! Comment ça c’était aussi loin que la France ? N’importe quoi, d’un côté tu traverses l’océan, de l’autre la moitié du globe ! Me contredisais-je ? Ca, je devais le tenir de maman Ayame ! Haha ~

Mais plus sérieusement, je me faisais chier. Et ce n’est guère en batifolant dans l’eau que je m’occupais vraiment. C’est pour cela que je me suis arrêtée sur le rebord de la piscine, à l’opposée de là où était maman et Akiha. Me hissant jusqu’au bord, je pris place sur celui-ci, faisant des vagues avec mes jambes alors que mon regard se perdait avidement sur les courbes de mes génitrices.

Bonnes. Terriblement, et regardez seulement la poitrine de ma Akiha ! WONDERFUL ! Tellement que je me serai mise à baver si son regard ne s’était posé dans ma direction et qu’elle ne m’adresse un clin d’œil. Cramée ! Ce n’est pas si grave, je pouvais toujours dire… Qu’il y avait un monstre derrière elle ~ A côté d’elle, plutôt. Alala ~

- … incestueux n'est guère génétique ~

C’est ce que je crus entendre avant que ma Akiha ne se lève et… Renverse Ayame. Dans le sens, je ne sais pas comment -sans doute à coup de matérialisation- elle avait créé du vent pour mieux pousser ma mère et son transat en direction de la piscine. Ce qui se résolut sous un cri de surprise de maman avant qu’un énorme SPLACH ne résonne dans le jardin. Monstrueux mais… Tellement drôle que j’éclatais de rire. Non mais sérieusement, la grande Dead Master qui pique du nez ~ Haha, trop drôle !

Nageant jusqu’à leur hauteur, je m’approchais de ma blonde de mère alors que celle-ci me demanda d’un air faussement innocent « Ne désirais-tu nager avec ta chère mère ? ~ » Effectivement, elle marquait un but mais je ne crois pas qu’Ayame soit ravie par cela. Il n’y avait qu’à regarder sa tête et son air outré pour comprendre que ça puait le poisson pourri alors qu’elle nageait à grandes brasses vers nous avant d’attraper les jambes de sa femme et… La tirer d’un coup sec.

Ce fut son rire qui détonna cette fois-ci, et vite accompagné par le mien alors que je me dirigeais à présent vers elle afin de m’accrocher à son dos ~ Enroulant mes bras autour de son cou alors que mes jambes la serrèrent au niveau des hanches, je déposais un chaste baiser sur sa joue avant de lui lancer un « Sadique ~ » Avant qu’elle ne me rétorque sur le même ton « Elle l’a mérité ~ ». Peut être mais tout cela menait à une seule conclusion… J’aimais ce nouveau quotidien.

Tellement que je lâchais maman pour aller chez Akiha. En mode je lui ai sauté dessus, mon front contre le sien alors que je riais à pleines dents ~ Non mais sérieusement, cette fameuse vipère, je l’aimais. Terriblement, tellement que peut être… J’allais lui faire plaisir ? Ouais, c’était dans mes intentions ~

- Vraiment, je sais de qui je tiens… maman ~

Le mot laissé en suspens, je ne me décrochais pas de sa personne alors qu’Ayame nous rejoint pour mieux voler un baiser à sa femme ~ Et moi ? Moi je reçus le mien sur le front avant que ses bras ne nous enlacent. Ouais… C’était génial et pour rien au monde… Je ne troquerai ce cadre idyllique.

END

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pourquoi personne ne m'a dit que la vipère était une bombe sexuelle ? Ah Fuck.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les cadavres ont ils le sang chaud ou froid? [Pv avec kitase shinichi]
» "Harry Potter ça n'a aucun sens"
» Pourquoi personne ne me laisse jamais tranquille ? (terminé)
» La fiche de Galadriel
» Pourquoi le sol du champ de bataille de Warterloo était boueux?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Couloirs-