AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Notre premier jour, chez nous ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Notre premier jour, chez nous ~    Lun 7 Avr - 23:10

Un nouveau monde se tenait dans mes bras à cet instant, un nouvel espoir pour une vie à laquelle je ne portais plus d’intérêt il y a de cela trois ans à peine. Elle n’était pas la seule qui illuminait mes jours, non, Akiha était l’une de mes plus grandes sources de joie également ~ Cette même femme qui m’avait accordé le plus beau des présents, jamais je ne lui dirai assez merci pour cela ~ A tout jamais, cette femme recevra mon amour pour m’avoir donné un enfant, à tout jamais je déposerai un regard amoureux sur sa personne, à tout jamais, elle figurera à mes côtés en tant que mon épouse, en tant que mère pour ma fille ~ Mon ange, mon amour, mon bébé ~

- Kaori-Chan dort beaucoup ~

Cela faisait quatre jours que j’avais la chance de tenir ma fille dans mes bras, quatre jours qui ne se passèrent pas sans encombre avec les visites et la tonne de présents qui ne faisaient que s’accroître dans cette chambre d’hôpital que je partageais avec mon épouse. Suite à un débordement de cadeaux, j’eus demandé à ce que tous colis soient directement livrés à ma demeure plutôt que de stocker des paquets multi-couleurs dans cette chambre devenue débordée. Mais comment faire cela lorsque les visiteurs venaient également, les mains pleines ? ~ Maaah, je ne pouvais guère appeler la poste pour les empaqueter avec leurs présents n’est-ce pas ? ~ Parlons justement de ce jour où les enfants d’Akiha-Chan -mes enfants également, ne serait-ce que par éthique à l’égard de mon épouse- qui eurent décidés de venir nous rendre visite en compagnie de leur cher oncle ~

Kiseki-Kun digne de lui même se montrait excité quant à la rencontre avec sa sœur. Pour preuve, dès qu’il regarda sa sœur pour la première fois, il se mit à pleurer à chaudes larmes en criant entre deux sanglots « SUPER MAGNFIQUE ! » Oui mon cœur, ta sœur est la plus belle ~ Après un long câlin -donné par Akiha- afin de calmer le jeune homme, il revendiqua son rôle de frère en disant qu’il lui apprendrait mille et une choses, que ce soit « super rouler en super scooter » ou encore « super s’entraîner dans la super Arène ». Aussi étrange que cela puisse être, je n’étais guère d’accord avec celui-ci quant à sa première proposition. Ma fille ne montera jamais sur un engin aussi dangereux. Silence ~ Je ne fais pas ma Akiha du tout, disons juste que je tenais à ma fille, cela s’arrêtait à ça. Et l’Arène dans tout cela ? Maaah ~ Je me ferai un plaisir de l’y emmener également ~

Hikari-Chan quant à elle… Comment pourrais-je la décrire ? Déprimée ? Maaah, elle sourit tout de même avant que sa sœur ne lui vomisse dessus après qu’elle s’est faite secoué par Kiseki-Kun. Dois-je dire que j’ai failli tuer le garçon après cela ? Dieu soit loué que mon épouse était présente pour retenir ma noirceur d’étrangler la pauvre chose qui osait s’attaquer à ma fille ~

Ren-Chan avait l’air moins « intriguée » que les jumeaux, bien au contraire, entre l’indifférence et une certaine appréhension en voyant le bébé, je ne savais sur quel pied danser. Bien qu’elle montre une certaine servitude à son égard, je savais que l’idée de devoir protéger ma fille ne l’enchantait guère plus que cela. Dois-je en parler à Akiha-Chan ? Maaah ~ Mes affaires avec Ren-Chan ne concernaient que sa personne et la mienne ~

Vint ensuite le tour de mon cher frère qui gloussait comme un possédé en tenant dans ses bras notre nouvelle Eimin, cet être qui nous suivait dans notre lignée ~ Un nouvel être exceptionnel naquit après tout, pourquoi devions-nous nous retenir de verser des larmes de joie ~ Laissant l’homme tenir mon enfant -tout en restant prudente quant à ses gestes-, c’est d’un regard attendrit que je vis ma fille essayant d’arracher le nez de mon cher Izanagi-Kun ~ Maaah, voilà un enfant qui ne se plaisait guère dans les bras d’un homme, huhu ~ A mon image.

C’est ainsi que la petite famille rencontra pour la première fois notre chérie… Certes pas toute ma famille, la plus importante arriva le jour d’après ~ Essoufflée à son possible, les bras encombrés de cadeaux, une expression de surprise sur le visage et elle lâcha le tout en voyant Kaori-Chan dans les bras de mon épouse. Dois-je dire que je trouvais cela terriblement émouvant de voir ma Yume-Chan tenir ma fille ? Nous avions immortalisé le moment d’ailleurs, un jour je vous montrerai cette photo que je chéris tant ~ Restant une bonne partie de la journée en notre compagnie, c’est à contrecœur qu’elle partit après avoir présenté tous les cadeaux qu’elle eut apporté à notre enfant ~ Entre une peluche énorme, des vêtements, -de la nourriture en poudre ?- ainsi que mille et une autres choses, elle s’en alla enfin pour nous laisser, nous les mères de Kaori-Chan profiter jalousement d’un moment à trois… En famille ~

Tout ceci était si parfait, si idyllique que je me demandais sans cesse, quand ce rêve prendrait fin. Je n’étais guère défaitiste, juste réaliste. « Elle te ressemble Ayame ~ » Je n’aurais pu dire mieux ~ Lorsque Miri-Chan arriva, la première chose que je décidais de faire, fut de regarder les expressions de ma femme ~ Après tout, jamais elle ne se serait attendue à voir une personne avec laquelle elle ne s’entendait pas, dans sa chambre d’hôpital afin de voir son bébé ~ Et pourtant, n’était-elle pas là, rayonnante d’amour à l’égard de mon enfant, trop pour que cela soit vrai ~ Je lui étais tout de même reconnaissante de se montrer si sympathique en ces jours de pur bonheur, jamais je n’aurais accepté que quelque parole disparate vienne déranger mon nouveau quotidien.

Après tout, n’étions-nous pas, les femmes les plus heureuses en ce moment ? ~
Et ce, terriblement ~

C’est sur cette note joyeuse que finit notre séjour à l’hôpital de Kyoto ~ Aujourd’hui s’annonçait comme un grand jour, nous rentrions à la maison. Cet endroit dans lequel nous élèverons notre fille jusqu’à ce qu’elle soit en âge pour rentrer à Undai. Assise sur le lit après avoir fini les derniers sacs de mon épouse, je tenais Kaori-Chan dans mes bras avec douceur ~ Berçant mon bébé tout en laissant quelques ronronnements agréables traverser mes lèvres dans un langage enfantin, je me plaisais à laisser ma fille attraper mes doigts ~ Ne quittant guère un instant ses pupilles verdâtres si similaires aux miennes, c’est sous un dernier « Maaah ~ » que je relevais mon regard vers mon épouse, parée à partir de cette chambre qui nous eut accueillie ~

- Rentrons à la maison mon amour ~

Installant Faith-Chan dans son Maxi-Cosi, je pris toutes les précautions du monde pour que ma fille soit confortablement installée avant de me saisir de ce dit porte-bébé ainsi que de la valise de mon épouse ~ Après les dernières remarques de Yukariko-Chan quant au bien-être de notre enfant lorsque nous serons chez nous, nous arrivâmes devant la voiture d’Akiha-Chan ~ Voiture avec laquelle je suis venue ce matin. Bien que je sois restée une semaine entière en sa compagnie, cela ne voulait pas dire que je ne suis jamais sortie de cette chambre pour reprendre en main mes obligations à Undai. Bien que la plupart aie été délaissée aux mains expertes de Miri-Chan, je m’obligeais à passer, ne serait-ce que deux heures chaque jour dans mon académie pour remettre de l’ordre dans mes affaires ~ Affaires et également me défouler de tant de bonheur en m’attaquant à quelques élèves exquises ~ Guère sexuellement, je devais être une mère exemplaire pour ma fille, mais ce n’était guère pour autant que je ne pouvais me plaire à torturer quelques étudiantes, n’est-ce pas ? ~

- Tellement rose pour une voiture de fonctionnaire mon cœur ~ Crois-tu qu’il faudrait coller un autocollant sur la vitre-arrière disant « Kaori-Chan se trouve dans cette voiture » ? ~ Huhu ~

Maaah, je ne singeais guère ma femme, et je le lui montrais, une fois que ma fille soit parfaitement attachée -après avoir attaché son siège en suivant à la lettre les instructions et avoir vérifié la solidité de l’accessoire- sans oublier de déposer sur sa tête son petit chapeau afin que sa chevelure blonde ne soit attaquée par le soleil et que sa tétine soit dans sa bouche. M’approchant d’Akiha-Chan, j’enlaçais son être de tout son long pour venir baiser ses lèvres avec amour ~ Quémandant le passage entre ses lèvres, je fondis au contact de sa langue, m’arrachant quelques gémissements de plaisir alors que je ronronnais des mots d’amour au creux de son oreille « Si tu continues ainsi, tu risques de m’exci… » M’arrêtant lorsque notre fille nous rappela à l’ordre sous ses pleurs, c’est après un long soupir que j’adressais un sourire à mes aimées tout en me détachant de la chaleur de ma femme ~ Maaah, nous aurons encore le temps de nous explorer mille fois, avant ce soir, n’est-ce pas ?

- J’ai une surprise pour toi à la maison mon amour ~

Était-ce une manière d’attiser sa curiosité ? La connaissant, les premières questions n’allèrent tarder ~ Maaah, quelle méchante personne faisais-je là en donnant les informations qu’à moitié, pour finalement me murer dans un silence moqueur sous l’intérêt d’autrui ~ Je suis diabolique… Mais je suis maman également, à présent ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Mar 15 Avr - 23:39

La sensation de tenir son enfant dans ses bras pour la première fois, le sentir se blottir contre la peau de sa mère, c'était inestimable. Plus l'attente fut longue, plus l'envie de prendre Kaori dans mes mains, me tiraillait. Et quand je pus enfin la toucher et la bercer de mon amour, j'estimais que ce fut la plus belle chose qui m'eut arrivé dans la vie ~ Mon précieux enfant a pu découvrir l'affection que je lui portais ~ N'était-ce pas magnifique ? Si ~ Particulièrement, en admirant Ayame cajoler notre Kaori ~ Des moments comme ceux-là, deviendraient notre quotidien, à mon plus grand bonheur ~ « Ou un calvaire quand tu devras changer les couches de cette chose baveuse, Akiha ~ » Il m'arrivait souvent de tolérer les remarques désobligeantes de mon alter-ego maléfique, mais pour une fois, j'étais contrariée qu'elle gâche cet instant de pure délicatesse, par ses paroles déplacées. Mais qu'elle soit là ou non, qu'elle dise des méchancetés sur ma famille, m'importait peu comparé à la bouille joviale de l'enfant dormant tranquillement dans le berceau métallique se trouvant à coté du lit que j'occupais depuis près d'une semaine. Cela dit, je n'étais guère seule à y passer la plupart du temps, étant donné qu'Ayame décida de prendre ses aises dans cette chambre blanche afin de profiter de la présence de notre fille ~ N'était-ce pas charmant de sa part, de nous apporter tant d'attention ? ~ Tellement que j'en mouillais, rien qu'à la pensée que la grande Dead Master-Sama n'avait d'yeux que pour ma personne -et celle de mon enfant, mon rayon de soleil- ~ J'avais le monde entre mes mains ~

Et le monde désirait mon attention également, étonnant que cela puisse l'être ~ Commençons par les visites, coups de fils, paquets envoyés par la poste et toute autre sorte de manifestation en grandes pompes s'étant déroulé tout au long de cette fameuse semaine d'hospitalisation ~ Après avoir goûté au bonheur maternel en choyant Kaori entre deux baisers tendres de mon épouse, vinrent les obligations, tel que prévenir mes chers parents de la venue prématurée de leur petite-fille. Il va de soi que la conversation dura assez longtemps pour que je me retrouve confrontée à une mère furieuse -la mienne-, un père déconcerté, et un couple de personnes pressés à prendre le premier avion menant à Kyoto. Devrais-je avouer qu'il m'a fallu tout mon savoir-faire d'élocution pour les dissuader de faire cela ? ~ C'est fait ~ Mais ce ne fut guère la partie poignante de ce séjour, un autre point important vint détruire la stabilité d'un gazouillement attendrissant, sous forme de quelques paroles détachées d'Ayame Eimin, prête à assouvir sa -notre- vengeance subtilement. « Maaah ~ Akiha-Chan croit-elle qu'il est pire d'être un trafiquant d'enfant ou un pédophile ? ~ » Sans moindre hésitation, j'ai répondu que les deux sont punissables de mort selon mon avis personnel, que de tels actes méritait d'être châtiés et inadmissibles. Surtout maintenant que je savais ce qu'était d’avoir des enfants, et que je ne voudrais guère qu'il leur arrive une telle chose. Rei Yu fut l'exemple blessant qui me sauta aux yeux, malheureusement. Ce n'est que quelques heures -minutes- plus tard, après mûre réflexion que je compris de quoi il s'agissait. Et je n'ai guère contredit Ayame sur son choix lubrique de prendre son dû. Après tout, n'ai-je pas failli perdre le rayon de soleil paisiblement endormi dans son berceau ? Si, et cela valait une souffrance atroce pour les coupables.

Mais passons les souvenirs désagréables pour ceux, plus joyeux, plus... mignons ~ La venue du reste de ma famille ~ Entourée de ce petit monde que je chérissais tant, je ne pouvais qu'être comblée ~ Même si certaines personnes, n'étaient bienvenues dans le cercle que je me suis construite avec hargne. Keitaro. L'homme que j'eus aimé autrefois, le seul qui m'eut blessé avec fourberie, un être ne devant avoir ma confiance à qui -pourtant- je confiais Ren sans sourciller. Pourquoi ? Demandez-le à la directrice d'Undai Gakuen. Ce même être que je voulais considérer comme vil, qui est apparu dans l'hôpital avec ses grands airs, pour mieux prendre ma Kaori dans ses bras, gloussant à en faire pâlir plus d'un -dont ma personne- au point que je veuille lui retirer mon bébé des bras à la seconde même où il posa un regard ambitieux dessus. À cet instant précis, je me promis de tenir Kaori éloignée de cet homme. Évidemment, il ne vint pas seul, amenant avec lui mes trois chatons adorés. Avec un Kiseki engagé dans l'avenir de sa petite sœur, tellement que je dus retenir ma femme de l'étrangler sous ses élan d'amour gauche ; une Hikari à laquelle je finis par présenter mes excuses quand Kaori remit son déjeuner dessus, et dont j'espérais de tout cœur que cela ne portera préjudice quant à la future entente entre ces deux là, et Ren... Ren... Je ne saurais dire pourquoi, mais j'ai remarqué un certain changement dans son comportement. Était-ce lié à la naissance de sa cadette ? J'aurais encore le plaisir de le découvrir. Mais la visite qui marqua davantage mon esprit, fut celle de Yume. Voir un glaçon dans son genre, adouci par un bébé était... spécial ~ Définitivement, Kaori Eimin apporterait beaucoup de bonheur et de calme, même aux âmes ténébreuses ~ Parlant de cela... Miri Okugi. La personne que je ne désirais voir si près du futur de l'humanité que représentait ce petit corps chaud et blanc comme la neige, si pur ~ Je ne sus dire si pendant sa visite, j'étais mitigée de tant de gentillesse de sa part, ou alors complètement sur les nerfs sous ses faux semblants. Quoi qu'il en soit, je fus bien heureuse de la voir disparaître au détour d'une porte quelques minutes après. Les importuns dans son genre, n'avaient rien à faire dans notre vie ~ à part cela, aucun autre incident n'arriva. Même Ayame paraissait plus détendue, moins angoissée par la sécurité de notre petit être bien-aimé ~

Cela dit, venons-en aux faits ~ Aujourd'hui, était le jour de notre sortie -à toutes les trois, comprenant Ayame, vu qu'elle passa énormément de temps en notre compagnie- où la découverte de la maison par Kaori était imminente. Il était normal que j'eusse hâte de m'occuper de mon bébé dans un endroit chaleureux et familial qu'était la demeure de Kyoto ~ Préparant donc les dernières affaires à mettre dans des sacs, je laissais Ayame jouer avec Faith pendant que je finalisais notre départ de ce lieu, trop blanc, trop impersonnel. Déposant la valise à même le sol, je m'appuyais contre le chambrant de la porte pour admirer une scène, que personne n'a jamais pu contempler avec tant de clarté. Dead Master-Sama, heureuse -vraiment- à s'amuser -dans le bon sens- en jouant avec un enfant, le sien ~ Un tableau que je chérissais à en avoir des larmes de joies perlant aux bords de mes yeux clairs ~ « On verra si tu seras si sentimentale quand ton fameux gosse t'enverra pourrir dans un coin ~ » Cela n'adviendra guère ~ Ma fille ne sera jamais un monstre à l'image de sa mère. Non, elle sera pure et délicate comme elle avait l'air de l'être dans son petit habit coloré ~ Après tout, ne me ressemblait-elle pas avec sa chevelure de blé et son sourire d'ange ? ~ Certes, le regard perçant de ma femme, qu'abordait ma fille, n'était pas moins imposant, mais cela ne voulait rien dire ~ Ce n'est pas le physique, mais l'éducation qui comptait ~ Et ma fille, je l'éduquerai à la perfection ~

- Maaah ~ Rentrons à la maison mon amour ~

Et nous le fîmes ~ Traversant les couloirs de l'hôpital -ma femme portant notre bébé- sous les paroles de Yukariko, nous arrivâmes rapidement devant... MA voiture. Que faisait-elle donc là ? ~ Ayame, bien évidemment ~ Ne laissant rien paraître de mon inquiétude vis-à-vis de la carrosserie, je préférais regarder mon épouse installer le siège-enfant dans l'auto, pour me changer les idées ~ M'approchant du petit groupe sur le parking, je portais toute mon attention sur les gestes experts de ma femme -aurait-elle étudié le mode d'emploi par cœur ? ~- tandis qu'elle attachait notre fille. « Tellement rose pour une voiture de fonctionnaire mon cœur ~ Crois-tu qu’il faudrait coller un autocollant sur la vitre-arrière disant « Kaori-Chan se trouve dans cette voiture » ? ~ Huhu ~ ». Saisissant directement les paroles de la femme me faisant face, c'est incrédule que j'écarquillais les yeux sous son idée inacceptable. Il était hors de question qu'elle colle quelque chose sur les vitres teintées de mon bolide ! Je ne supporterais guère que des traces de colle restent collées sur le verre. Seulement imaginer que je devrais gratter cela, et par ce fait, je grifferais la vitre... Non. Kaori sera en sécurité sans devoir provoquer de tels sacrifices. Par contre, pour ce qui est de la touche du rose sur les sièges en cuir, cela ne me dérangeait guère ~ Au contraire, je jugeais cela bien joli ~

Soupirant de soulagement quand ma femme me prit dans une douce étreinte pleine d'amour, je me fondis contre son corps glacial sans attendre, happée par un désir de proximité me brûlant le bas-ventre, instantanément ~ Je n'avais que faire que nous nous trouvions au milieu d'un parking bondé, seul la langue chaude de celle qui était mienne, submergeait tous mes sens ~ Exquis ~ Tellement que je me liquéfiais sous un simple toucher de sa part. Je la voulais, tant ~ « Si tu continues ainsi, tu risques de m’exci… » Mais l'envie ne fut guère suffisante pour la plaquer contre la portière de ma Jaguar, tandis que Kaori pleurait dedans. Soupirant pour décharger mon corps de ce désir naissant, au même titre qu'Ayame, je la laissais s'éloigner de ma personne à contrecœur. Ayame, j'ai terriblement envie de vous baiser de tout part ~

- J’ai une surprise pour toi à la maison mon amour ~

Pardon ? ~ Qu'était-ce donc ? ~ La curiosité s'éveilla en mon sein avec autant de puissance que tout forme de fantasme érotique défilant dans mon esprit ~ Soulevant un sourcil étonné, je déposais un doux baiser sur la joue de ma femme avant de m'occuper de l'enfant braillant dans son siège. Déposant délicatement mes lèvres sur son front à moitié caché par un minuscule bonnet, je chuchotais quelques douces paroles à son encontre avant de remettre la tétine dans sa bouche. « Nous allons à la maison, mon rayon de soleil, maman a une surprise pour toi ~ » Surprise que je voulais découvrir sur le champ ~ Me détachant de l'enfant sous un dernier geste affectueux, je sondais Ayame de haut en bas pour mieux river mon regard clair dans ses billes perçantes. Depuis quand je ne ressentais plus aucune crainte à la fixer ainsi ? ~  Assez longtemps pour savoir desceller cette once de malice brillant au fond de son regard ~ Sourire charmeur aux lèvres, je l'invitais à prendre place sur le siège passager à coté du mien, avant de m'y installer et mieux la bombarder de questions tandis que le moteur ronronnait déjà sur les routes menant vers notre demeure.

- Une surprise de quel genre ? ~ Vous seriez gré de me le dire, de toute manière, je le saurais tôt ou tard ~

Sous le silence -supplice douloureux à ma curiosité- de la mère de Kaori, je déduisais que ce serait tard plutôt que maintenant. Frustrée par ce manque d'information, je me freinais de toutes mes forces pour ne pas accélérer sur le chemin, prétendant veiller à la sécurité de notre enfant avant tout ~ « La vitesse ne compte pas, ce gosse n'est pas fait de cristal non plus, Akiha... » Si, il l'était. Kaori était tellement précieuse que seulement penser qu'elle pourrait être égrainée était odieux. C'est pour cela que je préférais me heurter à une barrière de titane imagé par le silence de plomb de ma femme face à mes questions, plutôt que de risquer un dérapage improvisé sur le bitume. Lançant de temps en temps des coups d’œil dans le rétroviseur pour m'assurer du bien-être du bout de chou à l'arrière, je finis par abandonner -soi-disant- mes questionnements, et ce jusqu'à la maison. Soi-disant car mes regards en disaient long sur mon vouloir ~

- Nous voilà chez nous ~

Garant la voiture sur le parking sous cette note joyeuse, je sortis et ouvris la portière arrière afin de sortir notre fille -étrangement calme- du véhicule. Maxi-Cosy au bout du bras, j'attendis qu'Ayame sorte également pour qu'on puisse rentrer dans la maison de verre. Accueillies par les servantes jumelles qui nous ouvrirent la porte sous un « Dame Akiha, Dame Ayame ~ » chaleureux. Souriant à leur encontre, je me glissais jusqu'au salon, survolant la pièce d'un regard circonspect, impatiente de trouver qu'était ladite surprise. À part quelques jouets exposés par-ci par-là dans des couleurs vives contrastant avec la pièce sobre, je n'arrivais à desceller ce qu'Ayame me cachait. Frustration à son apogée ~ Détachant notre fille du siège-enfant, je la pris dans mes bras, savourant la sensation délicate d'avoir un être si frêle au creux de ses bras. Me tournant vers ma femme -avec Kaori qui se plaisait à jouer avec les mèches de mes cheveux- je fronçais les sourcils, visiblement impatiente.

- Ayame ~ Nous sommes à la maison ~ Dites-moi la nature de cette surprise ~ Kaori aimerait également le savoir ~ N'est-ce pas mon bébé ? ~

Bébé qui à part gazouiller dans son coin ne portait guère plus d'attention à mes vouloirs, préférant de loin exprimer ses ressentis autrement. M'approchant de la maîtresse des lieux, je me glissais impunément contre sa personne, ne lui laissant plus aucune échappatoire. Je désirais savoir, maintenant ~ « Ta chose te bave dessus, elle va encore te bouffer les seins... Dégoûtant ~ » Alala ~ Roulant des yeux, Kaori soutenue par un bras, j'attrapais la main d'Ayame dans la mienne, caressant sa peau froide du bout des doigts, pressée de savoir ce qu'elle me cachait ~ Ma curiosité n'avait guère de limite ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Mer 16 Avr - 8:47

Le bonheur d’engendrer un enfant n’avait nul prix… Serait-ce pour autant que je veuille moi-même tomber enceinte ? Ne soyez guère fous, ma folie ne me poussait pas si loin voyons ~ Non, décidément, je ne voulais guère prendre une tonne pour qu’un être maléfique sorte de mon corps sous des cris de souffrance de ma part. Jamais je ne me suis faite déchirer cet endroit fragile et jamais, je ne compte expérimenter cela d’ailleurs ~ Laissons ce plaisir à ma femme plutôt que d’imaginer un visage diabolique me trancher net ~ Mais qu’importe, cette expérience était des plus réjouissantes ~ Était-ce pour autant que je veuille la revivre ? Nullement. Avoir une femme insupportable pendant six mois était bien assez pour une vie et d’ailleurs, plus aucun enfant ne pourrait être mieux que ma fille, ma petite Kaori-Chan que je couvais de mon amour ~ Un amour encore différent de ceux que je pus offrir à autrui auparavant ~

Dieu, quelle sentimentale faisais-je là ~ Revenons sur terre et regardons plutôt l’impatience de ma chère épouse ~ Maaah, Akiha-Chan était-elle à ce point incapable d’attendre davantage ? « Nous allons à la maison, mon rayon de soleil, maman a une surprise pour toi ~ » Une surprise de taille qui plairait sans doute plus à mon épouse qu’à ma fille ~ Après tout, un enfant si jeune ne pouvait reconnaître la beauté de futurs présents que j’exposerai sous leurs yeux. Kaori-Chan avait beau être ma fille, elle restait un bambin ne sachant que pleurer et brailler des bruitages incompréhensibles pour se faire comprendre, ce n’était certainement pas demain que je l’entendrai dire « Maaah ~ Cela me paraît agréable ~ » Dieu, que je rêve l’entendre dire cela ~

- Une surprise de quel genre ? ~ Vous seriez gré de me le dire, de toute manière, je le saurais tôt ou tard ~

Tard, bien plus tard mon amour ~ Je ne gâcherai guère l’effet de surprise pour ton beau regard sais-tu ? Restant silencieuse sous son impatience, c’est volontairement que je me détournais de son regard pour mieux rire dans mon coin en regardant le paysage ~ Serait-ce un regard froid que je sentais là dans mon dos ? Maaah ~ Quelle femme impatiente, je ne la savais guère ainsi… Mentais-je ? Évidement ~ Akiha-Chan a toujours été une personne ne sachant attendre pour avoir les réponses à ses questions, que ce soit dans sa vie professionnelle ou encore privée. Combien de fois a-t-elle recommencé une expérience pour comprendre la résolution d’une équation tierce ? Combien de fois s’est-elle permise de fouiner dans mes effets personnelles -si pas mes pensées- pour connaître x et x choses me concernant ? Et cela ne se limitait nullement à ma personne, ses enfants ainsi que son entourage subissaient le même sort ~ Pauvres personnes, mais après tout, tout le monde n’a guère la force nécessaire pour se barricader l’esprit afin qu’elle ne vienne y tremper ses doigts avides de savoirs ~
Akiha-Chan, tellement unique ~

J’en étais folle. Et ce d’autant plus depuis l’arrivée de ma fille… Ne disait-on pas que les enfants brisaient les couples ? Nous passions par-dessus cette règle, Kaori-Chan nous rapproche d’avantage l’une de l’autre ~ La présence d’Akiha-Chan est devenue incontestable, elle qui m’eut offert un enfant des plus exceptionnels, elle qui a donné naissance à une nouvelle Eimin ~  J’en étais toute chose, tellement… Heureuse ~

Et mon bonheur ne put que continuer lorsque nous arrivâmes dans notre demeure ~ Sortant de la voiture alors que ma femme s’occupa de notre fille, je me permis de sortir sa valise avant de nous avancer vers le pas de la porte qui s’ouvrit sans plus attendre sous le regard accueillant de mes servantes ~ Si aimables, si parfaites pour la famille que nous étions à présent ~ Leur demandant de ranger les affaires d’Akiha-Chan, c’est avec une certaine taquinerie que je gardais mon mutisme alors que ma chère et tendre épouse ne lâcha guère le morceau quant à cette fameuse surprise… Devrais-je, ne devrais-je pas ? Huhu ~ Faisons-la encore attendre un peu plus ~

- Ayame ~ Nous sommes à la maison ~ Dites-moi la nature de cette surprise ~ Kaori aimerait également le savoir ~ N'est-ce pas mon bébé ? ~

Serait-il préférable que tu retires la bave qui colle dans tes cheveux avant que je ne te montre ce fameux cadeau ? ~ Ne faisons guère la méchante et acceptons ce regard suppliant et la bouille désintéressée de mon enfant ~ Acquiesçant d'un sourire amusé, je déposais mes lèvres sur celles d’Akiha-Chan avant de la tirer à ma suite vers l’étage supérieur ~ Gardant un œil attentif à mes deux chéries lorsqu’elles montèrent les escaliers, j’arrêtais les pas de ma femme un peu avant le salon secondaire ~ Coinçant son corps contre la porte de la chambre des invités de notre demeure, je me permis de caresser ses hanches avec envie tout en déposant mille et un baisers dans le cou de ma chère aimée ~ Qu’en était-il de ma fille ? Elle arrêta subitement de regarder autour d’elle pour mieux nous fixer avec cette once d’incompréhension enfantine ~ Maaah, serait-elle jalouse que j’embrasse aussi fiévreusement sa mère ? ~

Gloussant pour mieux me décaler du corps d’Akiha-Chan, je déposais un doux baiser sur les lèvres de ma fille pour mieux continuer mon chemin jusqu’à notre ancien salon secondaire ~ Ancien ? Maaah, ne voyez-vous pas ce rose flambant et ces meubles pour enfant ? Voici la nouvelle chambre de notre fille ~

- J’espère que cela te plaît, je dois t’avouer que je ne suis guère entichée des couleurs vives mais cela devrait te faire plaisir… donc ~

Donc j’ai agi sans ton consentement ~ Après tout, pourquoi demanderais-je ? Je suis Dead Master-Sama. Prenant ma fille dans mes bras, je me permis de lui montrer sa nouvelle chambre, et ce en commençant par l’énorme lapin blanc jonchant le sol ~ « Kaori-Chan veut-elle tenir son lapin ? ~ » La réponse ne se fit pas attendre lorsque les mains du bébé s’ouvrirent et que ses yeux s’émerveillèrent devant cette créature aussi grande que sa personne ~ Soutenant la peluche tout en me tournant vers mon épouse, c’est avec un sourire amoureux que je laissais mes cordes vocales vibrer au son de ma joie ~

- Qu’en penses-tu, trouves-tu cela…

Me détournant de mon épouse lorsque ma fille s’agrippa à mon sein, je fronçais les sourcils imperceptiblement avant de tendre Kaori-Chan à sa mère ~ N’était-ce pas évident ? Huhu ~

- Kaori-Chan réclame sa nourriture mon cœur ~ Assieds-toi donc ici ~

Proposant à Akiha-Chan de prendre place dans la chaise à bascule, je me permis de m’asseoir à côté de celle-ci pour mieux admirer la scène qui allait suivre ~ Se sentait-elle gênée que je la fixe ainsi lorsqu’elle allaitait notre fille ? Maaah ~ C’est comme regarder un veau boire au pis d’une vache ~ Ne soyez guère fourbes, je ne traitais pas mon épouse d’un animal de la basse-court, disons juste… Que je trouvais tout ceci attendrissant ~

- C’est ici que notre nouveau quotidien débute, il serait préférable que l’on s’organise quant à Undai, Akiha-Chan ~

J’avais beau être mère, j’étais également directrice et par-dessus tout, Dead Master-Sama ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Mer 16 Avr - 16:37

Comment considérais-je au juste les surprises ? À première vue, on dirait que je n'étais du genre à les apprécier, trop impatience de découvrir de ce qu'il en tenait à chaque fois qu'on me donnait des bribes d'informations sur quelque chose. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, j'adorais les surprises, l'attente haletante avant de découvrir maintes choses intéressantes. Je ne dérogeais pas à cette règle en cet instant précis, voulant à tout prix connaître la pensée de ma femme afin d'y desceller ce qu'elle me cachait. Ce n'est que par éthique -et aussi car je savais que bientôt j'aurais réponse à mes questions- que je ne me faufilais guère derrière sa personne pour mieux fouiller dans ses souvenirs. Cela va de soi, mon pouvoir était vicieux et j'en jouissais à volonté ~ Affichant une mine agacée quant à l'interminable suspens provoqué par l'impartialité d'Ayame, je n’abandonnais guère, lui faisant des yeux doux, pour qu'elle crache le morceau ~ Mais il était tout autant évident que ma femme n'était guère n'importe qui, Ayame Eimin ne cédait pas aussi facilement ~ Quoi que, cela dépend de quand, où, et pourquoi ~

Les sourcils froncés, j'acceptais son baiser et son mouvement -sans un mot d'explication- vers l'étage du dessus. Tenant fermement notre fille dans les bras, je montais les escaliers à sa suite, me demandant sans cesse ce qu'elle pouvait bien trafiquer. Et ce, jusqu'à -prise par surprise- je me retrouve coincée contre la porte de la chambre des invitées, calée entre le bois et la silhouette svelte de notre chère directrice. Alala ~ Instantanément, un gémissement à peine étouffé traversa mes lèvres, tandis que je fus submergée par un désir violent de la sentir en mon sein ~ Si elle avait continué comme cela, j'aurais pu perdre pied, malgré que Kaori se trouvait toujours dans mes bras. Heureusement -ou malheureusement pour ma libido- Ayame s'éloigna de mon corps en ébullition, son éternel sourire moqueur aux lèvres. J'en rougirais, si je n'avais guère l'habitude de cela, au lieu de cela, je mouillais sur place, littéralement ~ Et rien ne s'arrangea quand mes pas suivirent les courbes alléchantes de ma femme ~ Jusqu'à une pièce, devenue rose à en faire jalouser une princesse.

- J’espère que cela te plaît, je dois t’avouer que je ne suis guère entichée des couleurs vives mais cela devrait te faire plaisir… donc ~ 

Détachant mon regard clair de son corps, j'englobais la nouvelle chambre de ma fille d'un air -littéralement- époustouflé. C'était... parfait pour un enfant ~ Magnifique ~ Ayame s'est surpassée sur le coup, j'en étais éblouie ~ Définitivement, je ne m'attendais guère à ce qu'elle outrepasse ses goûts carrés pour autant. Il suffisait de se rappeler tout ce que je dus faire, tous les efforts que j'ai mis afin qu'elle mette quelques tableaux de couleurs dans son bureau ~ Pourtant, je ne rêvais guère, et ma fille aurait la plus belle chambre de fille qu'il m'était arrivé de voir ~ Délaissant Kaori aux bons soins de sa deuxième mère, j'entrais dans la chambre fraîchement aménagée, l'analysant de tous les cotés. Un berceau parfait, adapté à notre petit bout de chou -qui grandissant de manière particulière-, les meubles nécessaires au déroulement de tous les jours, et ces jouets... ~

- Qu’en penses-tu, trouves-tu cela…

Sublime ~ Oui ~ Toute sourire, je fis face aux deux êtres chéris présents dans la chambre. Alala, et cette peluche, faisant deux fois la taille de notre Kaori, c'était trop mignon, dans tous les sens du terme ~ M'approchant par automatisme vers Ayame quand elle me tendit Faith, je pris l'enfant agité dans mes bras sans rechigner. « Kaori-Chan réclame sa nourriture mon cœur ~ Assieds-toi donc ici ~ » La nourrir. Cela va de soi voyons ~ Donner le sein à son enfant était une expérience unique dans son genre ~ M'asseyant à l'endroit indiqué par la voix mielleuse de mon épouse, je ne pus que me plaire dans la chaise à bascule, confortable à souhait ~ Attendrie par l'empressement dont le bébé faisait preuve pour atteindre sa ration de la journée, je fus tout de même bloquée par la présence d'Ayame, ses yeux fixés sur nous ~ « Tu sers à engraisser ce môme, dès qu'elle sera en âge, tu ne serviras plus à rien, Akiha. » Alala, que des gentillesses ~ A part cela, je restais mitigée quant à allaiter devant ma chère et tendre épouse. Même à l'hôpital, je m'efforçais à la discrétion, ne sachant si Ayame trouverait cela à son goût. Finissant par céder à la résolution sous le début des pleurs de ma fille, aussi impatiente que sa mère, j'essayais de faire abstraction de la présence de ma femme. C'était humain, n'est-ce pas ? ~ Définitivement oui ~

- C’est ici que notre nouveau quotidien débute, il serait préférable que l’on s’organise quant à Undai, Akiha-Chan ~ 

Retirant les pans de vêtements obstruant l'accès à ma fille à ladite nourriture, je grimaçais légèrement quand sa bouche happa avec force mon téton pour mieux le téter avec force. Que ressent une nymphomane dans une telle situation ? Entre le mélange de douleur et de l'agréable sensation de chaleur humide sur un de ses points sensibles... Il n'y avait rien à dire ~ Devrais-je avouer que si je n'avais conscience que j'allaitais, et que la douleur ne finissait par primer sous l'odeur du lait, je me sentirais toute chose ? ~ Alala, cela dit, se faire pomper ainsi, n'avait rien d'attirant en soi. Attrapant la petite main de ma fille entre mes doigts afin qu'elle ne s'agrippe pas avec autant de force à mon galbe, je levais le regard vers Ayame faisant abstraction des bruitages en tout genre provenant de notre fille.

- J'envisageais de prendre un congé de maternité pendant un mois, environ ~ Après cela, nous pourrions mettre Kaori à la crèche ou la laisser sous la surveillance d'une personne compétente à ce fait ~ Évidemment, cela dépendra également de l'évolution du bébé... Si elle grandit plus vite que prévu, il va de soi que je reprendrai mes responsabilités plus tôt. Cela vous convient-il, chère directrice ? ~

Il était difficile de dire avec précision quand Kaori sera suffisamment grande pour pouvoir être délaissée aux mains d'autrui. Avec sa manière si particulière de se développer, savoir quand elle atteindra l'âge de deux mois. Normalement, un congé de ce calibre dure environ deux mois et demi, mais comme c'était parti, je comptais un mois avant que notre fille puisse être confiée à un biberon ~ Et ainsi, je pourrais reprendre au plus vite, les occupations concernant mes chatons adorés à Undai ~ Baissant les yeux sur notre dite fille -tellement spéciale-, je remis mes vêtements en place avant de me lever tenant l'enfant afin qu'il puisse digérer tout le lait ingurgité. Me penchant vers Ayame quand Kaori manifesta son bien-être sous un bruit significatif -sans remettre à mon plus grand bonheur-, je déposais un tendre baiser sur ses lèvres, puis allais mettre mon bébé dans son nouveau berceau.

- Il est temps de dormir, Kaori ~ Ayame, vous vous êtes surpassée en aménageant cette chambre ~ Nous devrions mettre plus de couleur un peu partout dans la maison, à l'image de cet endroit ~

Plaisantant joyeusement, je lui fis un clin d’œil amusé, tout en caressant la joue joviale de Faith, afin qu'elle ne se mette guère à pleurer sous l'absence de ses mères ~ Me redressant après quelques minutes seulement, c'est à pas de loup que je rejoignis Ayame, la saisissant par la taille fermement pour l'embrasser sensuellement ~ Définitivement, j'avais tant d'envies la concernant, maintenant, tout de suite, ici ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Sam 19 Avr - 20:13

Il n’y avait rien de sexy ou d’attirant lorsqu’une femme allaitait son enfant, mais ne fallait-il pas avouer que ce geste restait tout de même attendrissant à son possible ? ~ Je ne pouvais détacher mes pupilles de cet enfant grandissant, se nourrissant en tenant fermement ce qui était si… le temps d’un instant ~

Kaori-Chan, regarde comme tu es magnifique ~

J’en étais folle. Littéralement parlant, cela ne faisait qu’une semaine que je pouvais tenir ce petit corps au creux de mes bras, toucher sa peau laiteuse, admirer sa ressemblance avec ma personne et celle d’Akiha-Chan ~ Elle avait mes yeux, un regard perçant en disant long sur ce qu’elle pensait d’autrui. Un sourire aussi charmeur que celui de sa chère mère, une chevelure appartenant à sa génitrice également ~ Cet enfant était le plus beau qu’il m’avait été donné de voir. Non, je ne disais guère cela car il s’agissait de ma fille, mais bien car l’être que j’avais sous les yeux, resplendissait de mille étincelles ~
Il en allait de même pour Akiha-Chan, la voir si heureuse, si comblée, si bien dans sa nouvelle vie ne pouvait que me remplir de satisfaction ~ Il va de soi que nous avions également gardé les pratiques d’autrefois, certains disent que les femmes enceintes repoussent le sexe. Je ne peux que me sentir chanceuse d’avoir une nymphomane comme femme n’est-ce pas ? ~ Huhu, je l’aime.

- J'envisageais de prendre un congé de maternité pendant un mois, environ ~ Après cela, nous pourrions mettre Kaori à la crèche ou la laisser sous la surveillance d'une personne compétente à ce fait ~ Évidemment, cela dépendra également de l'évolution du bébé... Si elle grandit plus vite que prévu, il va de soi que je reprendrai mes responsabilités plus tôt. Cela vous convient-il, chère directrice ? ~

Détachant mes yeux du bébé, c’est tout sourire que j’écoutais les dires de mon épouse. Je ne pouvais la contredire quant à son congé de maternité, une femme qui venait de donner naissance à un être aussi exceptionnel que Kaori-Chan se devait de se reposer convenablement. A dire, un mois était peut être peu… Ne serait-il pas préférable d’allonger cela ? ~ Maaah, je ne la contredirais guère sur ce sujet, après tout n’était-elle pas la mieux placée pour savoir ce qui était le mieux pour sa personne ? A titre informatif, ma question n’était qu’administrative, lorsqu’un enseignant s’absente pour x et x raisons, il est de mon devoir de directrice de trouver un remplacement et seul Dieu -Moi- sait, Ô comment les listes sont longues. Il ne fut guère difficile de trouver une personne tierce pour assumer les cours de mon épouse -omettrais-je de dire que ce fut Ami-Chan mon premier choix ?-, mais je ne pouvais laisser cette jeune enseignante assumer autant de classes, Akiha-Chan avait plus d’expérience, plus de capacités et tellement plus de ce petit quelque chose qui faisait tenir les élèves en place ~ Parlais-je de son fessier ? Huhu ~

Mais laissons cela à plus tard, et écoutons plutôt la suite… Oui, celle qui me fit perdre mon sourire. Laisser ma fille entre les mains d’autrui n’était guère quelque chose qui me réjouissait. La mettre à la crèche… Quelle idée saugrenue ~ Nous avions des servantes et encore, je tiendrai personnellement à ce qu’elles soient aux petits soins avec ma progéniture et je pourrai me montrer d’autant plus disponible également, quitte à prendre Kaori-Chan avec moi à Undai ~ N’étais-je pas le meilleur bouclier pour cet enfant après tout ? Maaah ~

- Ayame, vous vous êtes surpassée en aménageant cette chambre ~ Nous devrions mettre plus de couleur un peu partout dans la maison, à l'image de cet endroit ~

Souriant jaune aux dires d’Akiha-Chan, je n’étais guère de son avis quant à la mise en couleur de notre demeure ~ Je n’étais guère friande de tout ce qui pète aux yeux, donne la nausée où les couleurs sont à peine reconnaissables ~ Oui, je connaissais les goûts d’Akiha-Chan quant à cela, mon bureau en a payé les frais d’ailleurs. Soupirant silencieusement en réponse à ses dires, je préférais de loin me concentrer sur ses doux baisers plutôt que sur l'aménagement intérieur ~

Maaah, quelle frivolité Akiha-Chan, allons-nous faire cela ici, ainsi à côté de notre fille ? Cela n’avait l’air de la déranger en vue de sa langue possessive et de ses mains baladeuses ne demandant qu’à explorer mon corps ~ Gloussant silencieusement, je fis tourner mon épouse afin qu’elle se retrouve coincée sur la porte en verre, mon corps compressant le sien de toute sa splendeur, j’attrapais ses lèvres dans un baiser langoureux alors que mes fins doigts exploraient sa chair sans moindre pudeur ~ Passant mes mains le long de son cou, je descendis avec lenteur jusqu’à la naissance de sa poitrine sans quitter ses lèvres ~ Seul mon sourire montrait mon plaisir en cet instant ~ Jamais je ne me lasserai d’explorer encore et encore ce corps chaud m’appartenant ~

Si parfait, si délicat que seule l’envie de le briser me saisissait de toute part. Remontant sa jambe pour qu’elle s’enroule autour de ma taille, je passais sans moindre pudeur sur son intimité humide. Caressant ses lèvres sans jamais lui donner la délivrance d’une quelconque pénétration, c’est avec moquerie que je titillais ce point sensible alors que mes lèvres s’étaient détaché des siennes pour venir à la découverte de sa peau dont le goût m’enivrait à tout jamais ~ Baisant son cou, mordant sa chair tendre, c’est d’un mouvement souple de la main que je me débarrassais de son débardeur pour mieux me perdre dans sa poitrine somptueuse ~ Déposant de doux baisers sur ses pointes rougies, c’est sans ménagement que je suçotais ceux-ci pour mieux les mordiller avec envie ~ Dois-je dire que la première fois que je me suis retrouvée avec du lait en bouche, cela m’eut coupé d’un coup ? Maaah ~ Cela était révolu, qu’importe ce qu’il en sortait, tout ce qui appartenait à mon épouse était exquis après tout ~ Tout.

Descendant le long de son corps, sa jambe toujours apposée sur mon corps, je traçais un sillon de baisers jusqu’à son intimité que je vins lécher avidement ~ Sans moindre abstinence tout en tenant l’un de ses seins fermement dans une de mes mains ~ Sa peau délicate se serrant entre mes doigts, ma langue passant entre ses lèvres et vint finalement le moment tant attendu par cette chère blonde ~ Commençant de longs va et viens, je remontais jusqu’à sa bouche pour mieux mordiller ses lèvres avec envie, enfermant ses gémissements dans de longs baisers langoureux, j’accélérais le mouvement jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus et que son corps soit pris dans un torrent d’extase ~

Un doux échange corporel que je me permettrai de recommencer d’ici peu ~ Huhu ~ Gardant un sourire narquois sur les lèvres, je déposais un dernier baiser sur les lèvres de ma femme avant de la laisser dans la chambre de notre fille alors que je me dirigeais déjà vers la cuisine ~ Était-ce mon ricanement qui résonnait dans notre demeure ? Maaah ~

Arrivant rapidement devant les fourneaux, je me lavais les mains avant d’ouvrir le frigo et voir ce que je pouvais préparer après tant d’effort physique pour mon épouse ~ Restant songeuse un long moment, c’est sous un coup de tête que je me saisis du lard et des œufs afin de préparer un déjeuner typiquement anglais. Je n’étais guère friande de cette nourriture grasse, mais ne pouvais-je pas faire plaisir à ma chère épouse en ce jour ? ~ Sentant mon cellulaire vibrer dans ma poche, je n’attendis guère un instant pour décrocher et entendre avec surprise la voix de la mère d’Akiha-Chan à l’autre bout du fil. Depuis quand avait-elle mon numéro de téléphone ? ~

« Ayame-Chan ? Comment vas-tu ? Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vues, vous êtes rentrées chez vous avec Kaori-Chan ? ~ » Aurait-elle mise des caméras dans notre maison ? Riant légèrement en répondant que tout allait bien et que oui, nous étions à présent à la maison, je continuais cet appel téléphonique tout en commençant la préparation du déjeuner ~ « Je compte venir dans peu avec James-Kun ! Akiha n’est guère enclin à vouloir nous voir, mais c’est notre petite-fille qui vient de naître ! Tu me comprends toi, Ayame-Chan ~ » N’est-ce pas ? Huhu. Je n’étais guère étonnée que mon épouse ne veuille que sa mère vienne de si tôt, cela ne faisait-il pas moins d’un mois qu’elle nous avait quitté ? ~

- Maaah ~ C’est toujours un plaisir de vous voir, Inoue-Sama ~ Vous êtes la bienvenue parmi nous, je vous ferai parvenir mon emploi de temps afin que nous puissions bloquer une date quant à votre future venue ~

Future est tellement vaste après tout ~ Des dernières paroles polies et je raccrochais sous un dernier « Oui, oui, merci de votre attention, Inoue-Sama, bonne journée ~ » dans un japonais fort formel accentué par mon accent de Kyoto ~ Donc, où en étais-je dans cette préparation ? ~ Les œufs, les œufs ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Ven 25 Avr - 12:40

L'intensité de son regard m'électrisait, son souffle chaud et sucré m'enivrait, et aucun mot ne saurait être suffisamment puissant pour décrire l'extase de cet instant unique ~ Ils l'étaient tous, chaque fois que sa main se posait sur mon corps, qu'elle me pénétrait de ses doigts fins dans de longs mouvements habiles, que sa bouche baisait ma peau avec sensualité, qu'elle se déhanchait humidement sur mes courbes... La sensation inégalable d'être dominé mais d'aimer cela, telle était la douce mais à la fois amère, réalité d'un acte sexuel entre Ayame et ma personne. J'aurais pu la détester pour me faire jouir ainsi sans moindre pudeur, mais je fondais littéralement sous son toucher impérial, ne me formalisant guère des détails du genre. Parce que j'adorais cela, hurler de jouissance sous ses caresses, la supplier pour qu'elle abrège mon attente languie soigneusement par ses gestes, c'était comme une drogue impossible à sevrer, j'en étais complètement affectée et je l'assumais ~ Dead Master-Sama ~ Ayame ~ Il suffisait qu'elle pose un de ses regards avides et possessifs sur ma personne pour que j'en mouille -littéralement-, une seule parole ambiguë de sa part, comblait le manque qui ne me quittait jamais ~ J'étais affamée de chair tendre à savourer et elle, ma femme, l'était tout autant ~ Sauf que j'avais mes limites -rares soient-elles-, j'étais humaine, tandis que mon épouse, était un monstre, jamais rassasié, jamais satisfait... Et toujours prêt ~ Partout et n'importe où, que je me fasse prendre en public ou en privé, cela importait peu si l'envie nous tombait dessus ~ Et ce dit désir n'était jamais loin dès que nos regards se croisaient ~

Ayame ~ « Si tu t'exprimes plus fort, tu vas réveiller le sale gosse, Akiha. » Je... Ne pouvait lutter malgré les restrictions de l'endroit où nous nous trouvions, malgré notre bébé couché dans le berceau paisiblement endormi. Définitivement, cette femme avait une emprise séductrice sur ma personne, qu'aucun maléfice ne saurait défaire. Je fondais littéralement sous ses caresses frivoles, à peines ressenties. Mon corps était piqué au vif sous ses baisers chauds et doux, mon regard se brouillait plus sa silhouette descendait le long de mes courbes afin de dévoiler, explorer une partie sensible de ma personne, avec sa langue. Et qu'importe l'intensité dont je me trémoussais et jouissais sous ses attouchements, rien ne pouvait l'arrêter ~ Définitivement rien ~ Je vibrais de plaisir, une jambe relevée ne gardant mon équilibre que par souplesse ~ Et elle... elle ~ Ma chère épouse, ne se préoccupait guère de mes sursauts et frissons, léchant mes lèvres intimes avec application, jusqu'à ce que je sente mon corps se liquéfier aussitôt que ses doigts me pénétrèrent ~ Embrumée par mes propres gémissements, une main essayant de se rattraper à la porte vitrée en vain, tandis que l'autre se crochetait à sa chevelure soyeuse, je ne ressentais plus qu'une chaleur et douleur mêlées, tandis que je perdais contrôle sur mon corps qui -par une force mystique- se laissait aller à la violence délicate qui nous submergeait. Le souffle coupé, le visage caché au creux de son oreille, je haletais sous l'impuissance, sous l'effort fourni dans l'ambiance exquise de la chambre. Et ce jusqu'à ce que je m’effondre à moitié sur sa personne, parcourue par des spasmes brûlant d'un orgasme fulgurant ~ J'étais sienne, et elle le savait ~ Et elle me le fit comprendre, me délaissant là, presque nue, tandis que son rire moqueur résonnait encore dans mes oreilles ainsi que dans toute la maison.

Le visage rougi par ledit exercice d'à peine trois secondes, je me redressais, marquant un arrêt considérable sur l'envie de couper court à son rire, disparut à présent dans les profondeurs de la demeure. Elle était mienne, et je le lui rappellerai ~ Alala... ~ Me remettant immédiatement de tous les troubles doux causés par les mains expertes d'Ayame, je ramassais mes vêtements jonchant le sol de la chambre de Kaori, et les enfilais, prenant tout mon temps dans cette tache soi-disant simple. « Heh, laisse-moi sortir, je lui ferai sa fête ~ » Je n'en doutais guère ~ Il allait de soi que ma femme ne s'en sortirait guère aussi facilement après tout ce que j'ai subi -en omettant que ce fut plaisant ~ Au plus tard, la nuit à venir, nous -oui, toutes les deux- allions user de tout notre art pour l'amener à l'apogée ~ Entendre les gémissements d'Ayame Eimin, n'avait de prix après tout ~

- Qu'il en soit ainsi ~

Remettant les mèches frivoles qui s'étaient échappés de ma coiffure, lissant les vêtements sur mon corps afin que j'aie l'allure parfaite, je ne me départais guère de mon sourire mystérieusement sadique, accompagné par le rire lugubre de mon alter-ego maléfique. Le sexe était tout disaient certains, tandis que d'autres prétendaient que cela était inutile. Avant, j'aurais dit que tout s'obtenait par la baise ~ Le pouvoir, la puissance, ainsi que la renommée ~ N'était-ce pas grâce à mon habilité infaillible à répondre aux assauts incessants d'Ayame, que j'aie conquis son cœur ? ~ Cela restait à prouver, surtout que maintenant, un lien plus stable nous unissait, bien plus fort qu'une partie de jambes en l'air. Kaori, notre fille ~ Mon dernier chaton adoré qui dormait paisiblement dans son berceau, guère perturbé par les cris de jouissance de sa mère. Un enfant qui savait quand il devait se manifester, n'est-ce pas ? ~ Me penchant posément sur son petit visage lisse, je déposais un doux baiser sur son front et recouvris son corps d'une couverture, spécialement choisie par Ayame présumais-je ~ « Dors bien mon rayon de soleil ~ » Allumant le babyphone posé sur une armoire, je pris son jumeau avant de sortir de la chambre, refermant la porte de verre avec précaution. Personnellement, je n'aurais jamais pensé faire la chambre de Kaori à cet étage, mais l'idée fut ingénieuse en même temps. Ainsi, nous aurions plus aisément accès à notre enfant, étant donné qu'il se trouvait sur le même étage que notre chambre à coucher -à Ayame et moi. « Ouais, ou plus facile à te lever dès que cette chose se mettra à gueuler. » Quelle mauvaise volonté ~ Heureusement pour ma bonne humeur, il était impossible de me gâcher cette journée par de simples mots, tout mon être réagissait positivement à chaque circonstances après les caresses corporelles de ma femme ~

Du moins, c'est ce que je croyais, jusqu'à ce que j'entende quelques bribes de conversation entre ma génitrice et la mère de Faith. « ...puissions bloquer une date quant à votre future venue ~ » Ne daignant guère débouler à l'improviste dans la cuisine, je me contentais d'écouter discrètement les derniers usages formels de la politesse, avant qu'Ayame ne raccroche sous un soupir de ma part. Ma mère... Elle n'a guère supporté d'apprendre que le jour de son départ, ma fille fut née. Étrange coïncidence qui lui déplut au point qu'elle veuille revenir sur le champ au Japon, idée que j'écartais délibérément avec toute la subtilité psychologique dont je pouvais faire preuve. Après tout, j'étais bien placée pour connaître le comportement de ma propre mère. Déjà qu'elle était envahissante avant même que je n'atteigne un stade de grossesse avancé, je ne voulais même pas imaginer son emprise décisive sur notre bébé à présent. Définitivement, plus tard elle venait, mieux ce serrait ~

Me décidant finalement à rentrer dans la cuisine, je fis un mouvement discret aux jumelles -traversant le couloirs entre le salon et la cuisine- afin qu'elle ne viennent guère nous déranger. Ayant une confirmation de leur part sous forme d'un sourire en disant long sur ce qu'elles pensaient, je laissais tomber sur le sol dans un bruit imperceptible, les vêtements remis auparavant, et j'entrais -nue- à pas de loup dans la pièce claire du rez-de-chaussée, abritant frigo et autres ustensiles dans le genre. Déposant sans bruit le babyphone sur un plan de travail, je m'approchais furtivement d'Ayame, me collant sans moindre gêne à son dos, frottant mon corps contre le sien, tandis que d'une main j'écartais quelques mèches de ses cheveux pour venir lécher avidement son oreille et y souffler quelque murmure coquin ~

- Ne croyez guère vous échapper ainsi, Ayame ~

Mordillant son lobe, je descendis mes mains le long de ses épaules sveltes. Baisant son cou et y plantant délicatement mes crocs, je passais par dessous ses vêtements, caressant du bout des doigts son bas ventre, me faufilant à travers tout tissu dérangeant afin de glisser un de mes doigts dans la feinte de ses lèvres intimes, sans pour autant la pénétrer ~ Pressant mon pouce sur son bourgeon de plaisir déjà humide de désir, un fin sourire apparut sur mes lèvres tandis que mes yeux clairs brillaient de milles feux ~ Continuant ce jeu tout en ne laissant à Ayame aucune chance de s'échapper de mon emprise, calée entre le plan de travail et ma silhouette dévêtue, je ne la laissais guère se retourner, tandis que mon autre main vint brusquement s'emparer du sein de ma femme, poitrine que je malaxais jusqu'à ce que ses tétons durcis n'attirent particulièrement mon attention, et que je les taquine de mes doigts avides ~ Avide d'elle, je l'étais ~

- Continuez donc à cuisiner, vous le faites si bien ~

Riant légèrement, je la pénétrais d'un geste agile, débutant des vas et viens impitoyablement lents, le regard ne se détachant plus de ce qu'elle faisait ~ Et ce, jusqu'à ce que je glisse mon pouce sur une autre partie sensible de son corps pour l'humidifier, qu'un sourire sadiquement pervers -digne de mon ombre- se peigne sur mon visage, que je passe ma langue sur sa nuque et ainsi goûte à sa fragrance si unique et que... Alala ~ Et que mon pouce ne se glisse dans un endroit distinct et chaud, chevauchant mes autres doigts affairés ailleurs, dans un mouvement qui releva son corps dans un sursaut perceptible de ma part ~ Me collant davantage dans son dos, une main baladeuse chiffonnait ses vêtements sous le besoin de toucher sa peau, tandis que l'autre... Ne faisait que commencer son manège dont le but était d'entendre Ayame gémir sous mes caresses ~

- Hmmm... Il est dangereux de se moquer ainsi des plaisirs d'une femme, chère épouse ~

Épouse. Appellation que j'utilisais rarement entre nous deux, la laissant plutôt comme arme contre les mauvaises langues ~ Serais-je enfin résolue à accepter ce titre ? ~ Avec quatre enfants, il serait temps ~ Et pour illustrer les dangers prétendus par ma personne, je descendis lentement le long de la colonne vertébrale de ma femme dans de doux baisers papillons, m'arrêtant à la naissance de sa raie, un sourire espiègle dessiné sur les traits. Ce fut d'un mouvement vif que je retournais Ayame pour qu'elle puisse me regarder, avant de la soulever avec aisance, libérer un plan de travail, et l'installer dessus, sans modération. L'embrassant fougueusement, je finis par me détacher de ses lèvres sous le manque d'air et rejoignis subitement son bas-ventre ~ Vas et viens interminables et présents de tous parts, se virent décuplés avec la chaleur de ma langue sur son bourgeon meurtri par le plaisir ~ Il ne faut jamais provoquer une nymphomane, n'est-ce pas ? ~ Parce qu'il est compliqué de l'arrêter quand elle a une idée en tête, cuisine ou pas ~ Alala ~


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Ven 25 Avr - 20:00

La cuisson des œufs est assez relative selon les goûts d’autrui, certains les aiment coulant, d’autre bien cuit. Personnellement, je n’étais guère du genre à manger cet aliment tous les jours. Tant de fer en un si petit rond de jaune n’était fort diététique ~ Oui, c’est bien moi, Dead Master-Sama qui parlait de diététiste alors que je m’enfilais au moins un paquet de chips par jour ~ Mais que voulez-vous ? Lorsque vous êtes immortelle, que votre corps ne changera jamais qu’importe l’alimentation ou le temps, ce genre de détails ne vous préoccupe guère ~

Mais qu’importe la nourriture, n’avais-je pas mieux à présent ? Là dans mon dos, se collant à mon corps aussi impunément ~ De quoi parlais-je ? De mon épouse évidemment, il n’y avait qu’elle pour électriser tous mes sens que par sa présence ~ Gloussant sous cette pensée, je continuais à m’affairer sur mon repas sans me laisser perturber par sa présence. Mensonge, comment voulez-vous cuisinier lorsqu’un souffle chaud vient réveiller vos sens, qu’en quelques secondes, votre corps tremble d’excitation sous des pensées plus perverses les unes que les autres ? Vous me traitez d’obsédée, mais je ne suis rien comparé à la nymphe m’oppressant de tout son long ~

« Ne croyez guère vous échapper ainsi, Ayame ~ » Que pouvais-je répondre à cela ? Seul un long soupir traversa mes lèvres alors que des mains baladeuses commençaient à caresser mon corps de long en large. Vibrant à ces touchers délicats, je laissais toute préparation de côté, ne voulant que me retourner pour mieux saisir celle qui me faisait mouiller sans moindre pudeur. Mais le pouvais-je seulement ? Non malheureusement, emprisonnée sous la poigne de mon épouse je ne pouvais que gémir lorsque ses doigts glissèrent vers mon sous-vêtement déjà bien humide par ses doux baisers ~ Prenant appui contre mon plan de travail, je me courbais légèrement plus l’oppression d’Akiha-Chan dans mon dos s’accentuait. Dieu, je voulais plus ~

Il allait de soi que j’aurais pu m’en défaire, de mon pouvoir, de ma puissance, de mon statut ~ Mais je l’avouais, j’aimais me soumettre à ses caresses intimes, seul moment durant lequel je lui accordais de m’être supérieure, en soi ~
Akiha-Chan, tu me rends folle ~

« Continuez donc à cuisiner, vous le faites si bien ~ » Cela m’était impossible. Sursautant lorsqu’un premier doigt me pénétra, je me déhanchais à ses happements impitoyablement lents. Laissant de longs soupirs de satisfaction traverser mes lèvres, c’est avec impatience que je désirais la voir accentuer ses gestes, la sentir encore plus, plus long, plus profondément ~ Synchronisant mes déhanchés à ses gestes intimes, je descendis ma mains jusqu’à la sienne pour la supplier, de ce mouvement, de m’en donner encore… plus ~

« No… Aki… N… » De frêles complaintes que jamais je ne sus finir lorsque son pouce passa par une fente encore jamais explorée. Vibrant sous ce toucher inconnu, mélangeant plaisir, honte et douleur, je ne savais où en donner de la tête. Soumise. Je l’étais, et cela me déplaisait… Mais j’aimais cela également. Entrouvrant les lèvres pour laisser échapper mes gémissements dans un torrent dissocié, je me cramponnais tant bien que mal à tout support qui me soit permis de toucher. Me faire… ainsi ~ Dieu, jamais je n’aurais cru ressentir quelque chose de nouveau du haut de mes cents ans.

« Hmmm... Il est dangereux de se moquer ainsi des plaisirs d'une femme, chère épouse ~ » Me moquais-je si souvent que cela d’elle ? ~ Je l’avoue, mais je n’étais guère attentive à ses dires à cet instant précis, bien trop prise par le plaisir qu’elle m’accordait. Frissonnant sous chaque baiser qu’elle m’apportait, cette chose encore en moi, immobilisant mes mouvements, je tentais bien que mal de masquer mon malaise… Vainement ~ Lorsque je jouissais, j’étais si expressive que le moindre détail se lisait à merveille sur mes traits fins ~ Chanceuse que je puisse être de lui faire dos ?

Nullement lorsque ma chère femme me fit pivoter pour mieux m’écarter les jambes sur mon plan de travail. Rougissement prononcé sur le visage, expression montrant une plaisir certain mélangé à une honte vainement dissimulée, je détournais le regard alors qu’une sensation humide et chaude vint lécher mon intimité déjà bien gonflée par le plaisir ~ Je me donnais trois secondes de plus et je… Je ~

Je me laissais aller dans les aléas d’un orgasme époustouflant. Frissonnant sous celui-ci, je m’arquais sous un dernier gémissement ultime.

Dieu, je me sens toute chose ~


Qu’importe le sourire que j’abordais après l’acte, je n’en restais pas moins… Hum ~

- Akiha… Hum ~

Sur le coup, je me sentais moi-même bête de ne savoir dire autre chose que cela. Relevant la tête tout en descendant de mon pupitre, c’est dans un mouvement disparate que j’essayais de remettre mes habits en place avant de quitter la cuisine… Cela se voyait tant que je venais de me faire baiser ? ~ Demandez-le donc aux servantes qui me reluquaient avec leur regard disant haut et fort « Voilà une personne qui vient de se faire enculer ~ ». Faux. C’était vrai ~ Mais elles ne le savaient pas n’est-ce pas ? La grande Dead Master-Sama qui se fait… cela par sa femme ? Huhu, laissez moi rire. Hum. Dieu.

Sortant de la maison pour rejoindre le jardin, c’est sans ménagement que je sautais dans ma piscine pour me rafraîchir. Entièrement habillée, oui. Je n’agissais que très rarement sur de tel coup de tête, mais je n’avais d’autre choix. L’envie de me refroidir me tiraillait tellement qu’en voyant la source d’eau étendue sous mes yeux, je n’ai guère hésité un seul instant. Me laissant couler au fond, les yeux fermés, j’essayais tant bien que mal de me calmer.

Vainement. Quelques bulles jaillirent à la surface suivies rapidement par mon corps. Me laissant flotter de tout mon long, je dématérialisais mes vêtements pour mettre sur mon corps un bikini de mon cru. Me redressant dans l’eau, je nageais jusqu’au bord de la piscine pour mieux y prendre place, mes jambes battant lentement dans l’eau. Assise, le regard perdu dans mes songes, ce n’est qu’en sentant la présence de mon épouse que je parlais enfin.

- Prends moi dans tes bras.

Attendant qu’elle agisse, ce n’est qu’en sentant sa personne dans mon dos, mon corps humidifiant ses habits que je me relaxais. Ne serait-ce qu’assez pour que je lui explique honteusement ma réaction quant à cela ~ C’était bon, terriblement bon mais je n’aimais pas. Du moins, je ne lui avouerai guère que j’aime me faire enculer. Et encore moins me convaincre de cela, c’était bien trop… Dérangeant. Oui, il va de soi que je lui faisais également cela, mais la était la nuance. J’étais celle qui donnait ce plaisir malsain et non, celle qui le recevait ~

- Sais-tu que tu es la première à… Cela, à ma vénérable personne ? ~ Que cela ne s’ébruite pas, veux-tu.

Voilà encore un secret que je dévoilais à ma chère épouse. Soupirant longuement, je finis par me retourner et la coucher contre les dalles en pierres entourant notre piscine. Adressant un doux sourire à son encontre, je vins déposer mes lèvres contre les siennes ~ Un toucher doux, se voulant rapidement plus prononcé ~ Nous étions ainsi, nous nous aimions… ainsi ~

- Tu me rends folle, Akiha-Chan ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    Jeu 1 Mai - 20:47

Qu'était donc le pouvoir comparé au plaisir ? ~ Un être de puissance tombé sous le charme de douces caresses, était une vision agréable à observer pour celui qui procurait ces délicates attentions au dit monstre de pouvoir ~ Entendre Ayame jouir sous mon toucher était exquis, je mouillais -littéralement- plus son déhanché devenait disparate, incontrôlable ~ J'aimais sentir Dead Master perdre le fil de ses idées quand le frison de l'orgasme la prenait de tout part ~ Et savoir que j'étais à l'origine de l'expression épanouie de son corps, ne pouvait que me mettre dans tous mes états ~ Ayame Eimin était mienne ~ Mais l'était-elle parce qu'elle le désirait ou parce que je l'eus poussé à m'aimer ? ~ Pour le bien-être de son ego démesuré, je lui laisserai croire la première option. Même s'il m'arrivait de le penser également, aux purs moments de paranoïa aiguë. Mais au final, cela n'avait guère d'importance au quotidien des journées simples, comme celle-ci ~Après tout, je n'avais plus de raison pour m'inquiéter vis-à-vis des sentiments de mon épouse à mon égard, n'est-ce pas ? ~ Ne l'ai-je pas rendu la plus heureuse femme au monde, en donnant naissance à sa fille ? ~ Tout à fait. C'est pourquoi, c'était avec joie et spontanéité que j'accordais mon temps à ma femme, dans des caresses intimes nous faisant monter haut, très haut ~ Tellement qu'au énième et ultime gémissement traversant sa bouche, je relevais le regard pour l'admirer ~ La voir dans cet état, valait de l'or ~ Or que je possédais tout autant que sa personne ~ Dans tous les sens du terme.

- Akiha… Hum ~

Devrais-je prendre cela comme preuve qu'elle eut apprécié ? ~ Je ne saurais le dire, en vue de ses mouvements brusques et peu calculés qui l'amenèrent à sortir de la cuisine sans se retourner, sans même un dernier baiser. Aurait-elle... ? « Tu l'as bouleversé, heh, du jamais vu ~ Heh ~ » Mais pourquoi donc ? N'aurait-elle guère apprécié ce que je lui ai fait... Effectivement, maintenant que j'y pensais, jamais avant je ne m'y suis prise de la sorte, mais... Ayame était censée être une bête de sexe, et en bonne nymphomane, nous aimons nous divertir dans toutes les pratiques sexuelles, possibles et imaginables... Du moins, je le pensais. Mais peut-être que j'ai eu tort.

- Alala... Je ne la comprendrai jamais entièrement...

Frustrée tout autant qu'incompréhensive, je laissais couler cela pour l'instant, préférant ne guère interagir avec ma femme, ne serait-ce que pour lui laisser le temps de se remettre de ses émotions -quels qu'ils soient- avant de passer à un interrogatoire subtil. Je désirais savoir, quitte à m'en offusquer si elle n'a pas aimé mes attouchements. La curiosité est un défaut fort pratique quand nous savions quand l'utiliser ~ Et je le savais. C'est avec perplexité que je me lavais les mains dans l'évier de la cuisine, avant de sortir de ladite pièce quand les servantes y pénétrèrent avec des sourires en disant long sur leurs pensées. Alala... Il était impossible de m'arrêter quand je m'y mettais après tout ~ A quoi donc ? Aux assouvissements de mes besoins sexuels, n'importe où, n'importe quand ~ Mais passons cela, et... trouvons donc Ayame ~ « Tsss, laisse tomber. » Ce n'était guère dans mes intentions. J'étais certes un être fier à l'image de mon ombre, mais connaître la raison de cette soudaine fuite sans un mot, était tout aussi tentante. Suffisamment pour que je laisse de coté les éloges sur mes prouesses au lit, pour écouter ce que ma femme aurait à me dire. Oui, j'étais... perturbée ~

Et cela ne changea guère quand j'aperçus -à travers les baies du hall- ladite femme incompréhensible, assise sur le rebord de la piscine. Il ne m'a fallu guère deux secondes pour me décider à la rejoindre, fidèle à moi-même, les sourcils légèrement froncés. « Prends moi dans tes bras. » Ordre -guère déplaisant- qui claqua dans l'air tel un coup de fouet auquel je me soumis machinalement. M'accroupissant dans son dos, j'entourais ses épaules de mes bras, posant ma tête sur l'un de ses épaules. Mi-surprise, mi-appréhensive, je n'osais élever la voix dans le lourd silence, me mettant -je dois l'avouer- mal à l'aise. Définitivement, la situation ne me seyait guère.

- Sais-tu que tu es la première à… Cela, à ma vénérable personne ? ~ Que cela ne s’ébruite pas, veux-tu. 

Excusez-moi ? ~ Je ne saurais dire si je devais sourire ou afficher une mine effrayée sur le moment. Je ne m'attendait aucunement à... cela. Ayame ne s'est jamais faite... Tout au long de son existence ?! Impossible. Et pourtant, il n'y avait pas de raison à ce qu'elle me mente, au contraire, il serait préférable pour sa personne, de garder cette information secrète. Alors... « Hehehe ! Nous venons d'enculer Dead Master pour la première fois de sa vie ! Quelle ironie ! Heh » Il n'y avait que mon alter-ego pour ironiser ainsi tout en se moquant de ma femme. Tandis que moi, je... ne savais que faire, devenant aussi gênée que mon épouse. Parce que oui, je venais de... lui faire cela, sans lui demander son avis. Mais, comment aurais-je pu être au courant qu'elle ne s'est jamais faite prendre de la sorte ?! Je croyais... Tout le monde après tout a testé... Alala... ~ Je ne savais guère qu'en penser, ni que dire, choquée -littéralement- par... Autant par le fait de sa « virginité », mais aussi par le fait que cela ne m'était même pas passé par l'esprit, qu'elle n'a jamais essayé. Définitivement, je ne savais où me mettre ~

- Tu me rends folle, Akiha-Chan ~

Mais Ayame trouva rapidement solution au malaise, se jetant sur ma personne, me plaquant au carrelage froid du bord de la piscine. N'en parlons même pas de mes vêtements mouillés ~ « Hilarant ~ Demande lui comment elle l'a pris ~ » Pris ? Alala. Je ne comptais briser ce doux baiser qu'elle me procurait par des paroles abjectes, n'ayant de la place en ce lieu. Certes, il était amusant de la voir ainsi, ne sachant que penser de ce qui lui venait d'arriver. Après tout, la première fois n'est jamais valorisante surtout si nous jouissions de ce toucher spécial ~ Et, par dessus tout, si nous avions l'ego d'Ayame ~ « La grande Eimin s'est faite enculer par sa femme ~ Et elle aimait ça ! Heh ! » Silence. Je ne voyais guère les choses de cette manière, allant jusqu'à trouver que les événements présents, résultaient en une situation plaisante. N'était-elle pas adorable à ainsi cacher son désarroi derrières des sourires pervers ? ~ Terriblement ~

- Vous êtes impossible, Ayame ~

Emprisonnant son visage dans l'étau de mes mains, je ris ouvertement pour décompresser l'atmosphère, un regard doux coulé dans celui, perçant de la femme posée sur ma personne ~ Définitivement, elle me surprendra toujours ~ Passant mes bras dans sa nuque, je l'obligeais à se baisser pour finir par capturer ses lèvres dans un baiser passionnel, pour mieux caresser ses courbes gracieuses de toute part ~ Pour... ~ « Vous n'avez encore rien vu, mon amour ~ »


Ce n'était que le début ~
END ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre premier jour, chez nous ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Notre premier jour, chez nous ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le premier jour du reste de notre vie
» 01 . Premier jour de travail
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» Nouvelles de chez nous
» La langue de chez nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Kyoto :: Demeure Ketsuki - Eimin-