AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Jeu 24 Juil - 14:28

Beaucoup de décisions ont été prises sans mon accord. Trop pour que je reste impassible lorsque j’appris la nouvelle, d’un quelconque départ vers un pays étranger. Dès que mon regard s’est posé sur Kiseki, j’ai compris qu’il était l’investigateur de ma rupture… Je ne me suis retenue d’abattre mon poing sur son visage si similaire au mien avant de détruire la pièce dans laquelle j’étais, à savoir ma chambre.

J’étais colérique… Ma timidité se tuait sous cette montée d’adrénaline venant tout droit de mon incapacité à gérer mes sentiments. Les mots me manquèrent, seuls mes cris résonnèrent dans cette pièce, étant mienne.

La suite… Elle est passée bien trop vite. J’ai essayé d’être le plus possible avec Mei-Sama, mais même ça, ça me fut retiré. Entre la préparation des bagages, les cours de ma terminale, les disputes avec mon jumeau et les ordres d’Akiha-Okasama…

Ce n’est que le dernier jour que j’ai pu lui consacrer. Je l’ai enlacé, j’en ai pleuré, elle m’a rassuré et nous avons consumé le reste de notre temps dans un amour charnel. Je la voulais gravée en moi… Elle seule faisait de moi un être à part entière, et non un sujet d’expérience.

Les adieux on été déchirants, des promesses ont été faites… Je les tiendrai… Mais elle, le fera-t-elle ? Je l’espérais vraiment.

C’est au petit matin que le sol américain se dessinait devant nous. Me redressant dans mon siège, je posais un regard par le hublot alors qu’une hôtesse nous informa de nous attacher pour l’atterrissage. Je n’aimais pas prendre l’avion, à quoi cela servait-il si nous avions les routes ? D’autant plus que si les humains n’avaient des ailes, c’est justement pour qu’ils ne volent pas, mais restent à terre.

Fermant les yeux lorsque le jet de Dead Master-Sama atterrit, je restais un instant immobile et ce, jusqu’à ce qu’on nous autorise à nous détacher et… Sortir. Chose que je fis en première, accourant vers l’extérieur pour mieux déverser ma nausée sur le tarmac.

Vraiment… Je détestais les hauteurs.

Reprenant un semblant de contenance sous l’air frais qui nous accablait, je me redressais en faisant signe au groupe afin qu’ils ne s’inquiètent inutilement… Non, en plus d’être malade, je ne voulais surtout pas qu’une foule de jeunes garçons ne s’agglutine atour de moi.

Après la réception des bagages, une limousine nous attendait à l’extérieur de l’aéroport. M’asseyant dedans à la suite des autres personnes faisant le voyage, je sursautais lorsque Kiseki cria à l’encontre d’Akiha-Okasama « Super maman ! Y a une super note de super maman Ayame là ! » Un mot… Qui était adressé à Akiha-Okasama.

N’y prêtant attention, je n’attendais qu’une chose. Arriver à l’hôtel et me reposer… Dormir pendant ces trois mois pour que le temps passe plus vite, que je puisse retrouver Mei-Sama… Elle me manquait déjà tant.

Une fois à l’hôtel, j’eus la malheureuse surprise de me retrouver dans une chambre double avec Akiha-Okasama… Ce n’est pas sa présence qui me dérangeait, juste… Que j’aimais être seule. Rougissant en m’imaginant dormir dans le lit deux personnes avec ma mère, je détournais le regard à la recherche d’une… solution.

- Je… Je prendrai le fauteuil, Akiha-Okasama…

Déposant ma valise à côté de celui-ci, j’entrepris de l’ouvrir pour ranger mes affaires… Mes affaires. Écarquillant les yeux en remarquant que je n’avais aucun de mes vêtements dans le sac, mais des choses ne m’appartenant pas, je piquais un stress. Où étaient mes affaires ?! Mes vêtements, mes sweat… mes livres ! Mon ordinateur… Non, lui était dans mon sac à dos avec mes autres appareils électroniques… Ma brosse à dent ?

Retournant rapidement la valise, j’attrapais l’attache-caisse et y lisais un autre nom que le mien… Comment… Comment ai-je pu me tromper ? Nos affaires étaient dans l’avion d’Ayame-Okasama… Seraient-elles encore dedans ?

- Yo ! Je crois que j’ai laissé ma valise dans… Ah mais non ! C’est super ça Hikari-Chan, merci d’avoir pris ma valise !

Il fut entré sans préavis, et s’était déjà enfui… avec sa valise. Moi… Que me restait-il ? Rien.

- Ce… Ce n’est pas… vrai… ?

Combien ai-je de chance… pour que l’avion de Dead Master-Sama revienne du Japon pour me rapporter mes vêtements ? Tellement peu.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Ven 25 Juil - 19:01

L'emprunte de sa main sur mon corps, était telle une marque apposée au fer rouge, brûlante de chaleur, mordante d'intensité. Tant de passion, de possession. Je n'ai jamais vécu une expérience pareille auparavant, guère avec tant d'acharnement. Ayame... Son toucher glacial sur ma peau irradiant d'une fièvre me consumant. Seule sa présence imposante m'attachait à ce monde, tandis que mon esprit voulut vaguer dans les limbes d'abandon, de la soumission. Troublé par les envies de domination. Il y' avait un besoin pressant dans nos ébats, celui de prouver que nous étions là, l'une pour l'autre, que cet amour que nous éprouvions chacune, était bien plus profond qu'une histoire sans fondements. Nos actes... étaient différents en cette nuit, guère régit par l'envie de se toucher, mais celle de s'imprimer. J'en gémissais, je me perdais dans ses caresses parfois douces, plus souvent violentes. Chaque parcelle de mon corps meurtri par ses assauts, enregistrait la fureur dont son véritable amour était chargé. Ainsi, je perdais pieds.

Des gémissements plaintifs traversaient mes lèvres tandis que j'embrassais son corps fiévreusement, cherchant constamment du contact, jouissant sans retenue, nous enveloppant dans une ambiance électrique... si malsaine, mais si merveilleusement délicieuse ~ Et incessante. Aucun répit ne fut accordé à nos corps en cette nuit, aucun moment de douceur ne se vit sentir dans l'étreinte de nos ébats. Et pourtant, le message fut passé, que ce soit par les touchers, les baisers ou le regard, nous savions, autant l'une que l'autre... que notre avenir ensemble se trouvait sur une fine corde, pouvant rompre à tout moment. Lien qui fut à son apogée, gravé dans les profondeurs de l'obscurité ~

Notre union charnelle de la nuit passée, fut marquante, autant dans mon esprit que sur mon corps tout entier ~ Je ne saurais dire le temps exact que nos rapprochements ont duré, ni quand j'ai fermé les yeux pour savourer le repos mérité. Mais un fait était indéniable, quand je me suis réveillée ce matin, je sentais Ayame sur mon corps, malgré qu'elle n'était guère à mes cotés. Me redressant en position assise afin de regarder l'heure, je laissais un fin gémissement douloureux traverser mes lèvres, avant de me lever. « Heh, quand on ne se ménage pas, on souffre, Akiha ~ » Certes, mais exprimer nos sentiments mutuels était important, avant mon départ... Tellement que je me sentais submergée par une profonde tristesse... Justifiée. Quitter ma plus jeune fille ainsi que mon épouse dont je dus batailler pour gagner son cœur... c'était affreux.

Nue dans la pénombre du levée du jour, je vérifiais une dernière fois mes valises, en prévention d'avoir oublié quelque affaire qu'elle soit ~ Prenant soin de tout fermer, je les sortis en dehors de la chambre, les laissant devant la porte de celle-ci, sachant que les jumelles la descendraient pendant que je me doucherais. Oui, je n'avais guère le temps pour prendre un bain, l'avion décollait dans à peine deux, trois heures, temps nécessaire aux derniers préparatifs. Arrivée dans la salle de bains, j'allumais l'eau et plongeais en dessous, savourant la sensation de chaleur apaiser mes muscles tendus. Alala... Cela me manquera également.

Mais guère pour l'instant ~ Frissonnant quand Ayame vint se coller à mon corps dévêtu, je ne me gênais guère à me rapprocher de sa personne, et une fois de plus, une ultime fois, goûter à son être ~ Je l'aimais, j'en mouillais, j'en gémissais et jouissais en même temps, j'étais... comblée ~

Mais tout plaisir prend fin à un moment donné, et cet instant fatidique arriva plus vite que je ne l'aurais cru. Et avant même que je ne prenne conscience de ce qu'il se passait, j'étais assise dans la voiture de mon épouse, notre fille à moitié réveillée, à l'arrière. Au moins, je pouvais être heureuse qu'elle accepte de me faire ses adieux. Attendant qu'Ayame démarre, je fus -faussement- étonnée qu'elle ne réagisse guère, tandis que les minutes tournaient, ne me laissant d'autre choix que de prendre les devants, obligeant ma chère femme à libérer sa place pour que je nous conduise à l'aéroport, où son jet nous attendait déjà. Cela était dur pour nous, et tellement plus pour Ayame, je le savais parfaitement bien, c'est pour cela que j'essayais de maîtriser mes sentiments au mieux, ne permettant aucune faiblesse de transparaître sur mes traits. Pourquoi donc faire tant d'effort pour une séparation que nous ne voulions guère ? ~ A cause de la situation actuelle de ma famille, je n'avais d'autres choix, et je ne comptais me voiler la face en disant que peut-être, ce voyage n'était guère nécessaire pour que tout s'arrange. Définitivement, je ne pouvais y penser, si je ne voulais faire demi-tour dans les prochaines secondes. L'air serein se dégageant de mon être, je m'engageais sur le parking de l'aéroport.

Puis, nous sortîmes de la voiture, marquant par ce geste pourtant simple, que le temps était venu de se séparer, de se dire au revoir pour une période encore indéterminée. Me tournant premièrement vers Kaori -sachant que je ne supporterais croiser le regard de ma femme-, je déposais un tendre baiser sur son front et lui souhaitais de bien se porter. Il va de soi que sa réponse -minime soit-elle- me désola au plus haut point. Et c'est l'air attristé que je rivais mon regard clair dans celui -embrumé- d'Ayame. Je ne saurais dire si cela fut une erreur de ma part, ni si elle ne s'était mise à pleurer sans me lâcher, je ne pleurerais guère non plus. Mais ce qui fut une vérité indéniable, c’est que nous pleurâmes, toutes deux, enserrées dans une étreinte se voulant rassurante. Nous restâmes ainsi pendant un long moment, jusqu'à ce que d'autres durent nous rappeler nos priorités. Un dernier baiser volé, et je décollais.

« Ils sont tous gays, je te dis, Akiha. » Évidemment que non ~ Je donnerais ma main à couper en suggérant l'hétérosexualité au Three ~ Non, ce n'était guère son vrai prénom, mais celui de la scène, je l'eus appris récemment ~ Chaque membre du groupe d'idoles de mon fils, portait un numéro prononcé en anglais, pour leur donner un genre. Il y avait donc One ; un japonais de pure souche, aux yeux et cheveux noirs, l'air un peu maigrichon, Two ; à l’inverse de One, il était grand et musclé, toujours rieur, Three ; dont j'étais persuadée de son attirance pour les femmes, il suffisait de se rendre compte comment il me regardait ~ Four, qui n'était autre que Kiseki et Five que j'eus confondu avec une fille, la première fois que je l'ai vu ~ Tout ce petit monde de jeunes hommes était entouré par une Manager, une petite brune, mignonne dans son genre ~ C'est avec eux et Hikari que j'entrepris ce voyage, nous amenant sur un autre continent, l'Amérique. New York City pour être plus précise ~
Tout cela pour un concours ~

- Je ne saurais comment vous remercier, Akiha-San. Un jet privé aussi luxueux et sans frais... C'est juste...

Levant négligemment la main, je lui souris aimablement avant de répondre qu'il n'y avait guère de raison de me remercier, et que c'était dû à la générosité de mon épouse ~ Il va de soi que j'eusse demandé la permission d'utiliser son jet privé plutôt que de me retrouver quatorze heures assise sur un siège inconfortable ~ C'est avec joie que je me heurtais à un accord sans rechigner, tandis que je me retrouvais en possession de son engin volant ~ Il va de soi que je l'ai remercié comme il se le devait par la suite ~ Définitivement, ma chère femme a fait des heureux en ce jour ~ Il suffisait de regarder les garçons, affalés devant la télévision, des en-cas en bouches. Et Hikari ? Elle n'appréciait guère les voyages dans les airs. Inquiète, je me levais de ma place pour m'enquérir de son état, lui faisant cruellement défaut. Bien évidemment, je savais qu'elle ne voulait se retrouver dans cet avion, autant que se séparer de Mei Mashiro. Mais ce fut une décision réfléchie que je ne lui laissais le plaisir de contester.

Après cela ? Le reste du vol se déroula dans la bonne humeur apparente, entre deux cris de joie et disputes des enfants, ainsi que des conversations structurées avec la Manager, nommée Harue ~ « Quelle belle bague ! Vous êtes vraiment chanceuse. » N'est-ce pas ? ~ Et ce jusqu'à ce que le sommeil nous emporte tous, tandis que nous planions au-dessus de l'océan.

Ce fut une hôtesse qui me réveilla, m'informant d'un atterrissage imminent. Habituée aux transports de l'air, j'attachais la ceinture à ma taille, avant de me détendre, reprenant contenance peu à peu, après que je sois émergée d'un lourd sommeil. Lourd, il ne l'était guère, mes pensées furent toutes tournées vers les activités dont Ayame était le sujet en cet instant, ou alors, sur ce que pouvait bien faire ma fille. « Fêter ton départ, je dirai. » Fronçant les sourcils contrariée, je me retenais de m'exclamer, outrée par les propos de mon alter-ego, étrangement mitigée par notre excursion.

C'est une demi-heure plus tard que nous étions autorisés à quitter l'aéroport de New York, les valises dans les mains, mon regard posé avec inquiétude sur Hikari, ayant l'air plus que malade. Alala... Définitivement, elle devrait prendre l'avion plus souvent pour s'y habituer ~ Expression curieuse sur le visage, j'étais prête à me dévouer pour nous trouver un taxi suffisamment grand pour contenir huit personnes, mais je ne dus le faire, quand un limousine se parqua juste devant notre groupe, nous invitant à s'y introduire. Alala, serait-ce... « Elle te surveille même à dix mille kilomètres de distance, heh ~ » Silence ~ Ce n'était qu'un geste aimable de sa part, et j'en ai eu la confirmation sous un cri de Kiseki « Super maman ! Y a une super note de super maman Ayame là ! » Me saisissant du bout de papier qu'il me tendait, je l'ouvris à l'abri des regards, lisant les quelques mots y étant brièvement inscrits :

Ma chère Akiha,

Cela ne fait que quelques heures que je ne t’ai plus au creux de mes bras et ta chaleur me manque déjà.
Je me suis permise d’appeler une limousine pour te conduire à ton hôtel, celle-ci sera à ta disposition le temps de ton voyage. Contacte moi vite et reviens moi vite.

Ton épouse,

Ayame.


Alala... Elle me faisait fondre même sans être auprès de ma personne ~ Me promettant que je contacterai ma femme dès que je le pourrais, je rangeais soigneusement la note dans mon sac. Le chemin jusqu'à l'hôtel se passa relativement calmement, ce qui ne fut guère le cas quand nous descendîmes de la limousine, et fîmes la découverte d'un magnifique building construit sans nul doute dans les années nonante. Allant avec Harue à la réception afin de prendre les clés des chambres que nous avions réservés, je pris soin de réprimander Kiseki sur son comportement -sauter partout comme une puce n'était vu de bon œil- avant d'abandonner quand la manager prétendit s'occuper des garçons. Ravie de tant de soutien, je la laissais faire tandis que je rejoignais ma chambre, et celle de Hikari également, en compagnie de cette dernière justement. Ce n'est sans surprise que je découvris une agréable suite, donnant la vue sur un magnifique paysage, mélangeant les pulsassions de vie de cette grande cité, avec l'impression que cette ville ne dormait jamais. Alala... Quand fut la dernière fois que je me suis rendue en Amérique ? Quelques longues années, déjà.

- Je… Je prendrai le fauteuil, Akiha-Okasama…

Intriguée par les paroles de ma fille aînée, je coulais un regard interrogateur sur sa personne avant de m'en détourner tandis qu'elle déballait sa valise. Alala, cela ne me dérangeait en rien qu'elle occupe le fauteuil pour déballer ses affaires, voyons ~ Quel enfant timide ~ Ouvrant les portes doubles menant dans une autre pièce, c'est avec une certaine envie que je voulus me jeter sur l'énorme lit trônant en son centre. Mais ce ne serait une bonne idée ~ La journée ne faisait que commencer et même si le décalage horaire jouait un grand handicap dans le déroulement du reste du jour, il serait judicieux de s'y adapter de suite. « Il doit être minuit à Undai, si c'est la question que tu te poses, Akiha. » Juste ~ Délaissant les valises, j'allais me rafraîchir dans la salle d'eau spacieuse, prenant soin d'envoyer un message à Ayame, pour lui confirmer notre arrivée ~

Ceci fait, je revins dans la pièce principale -salon-, alarmée par une Hikari ayant l'air dévastée. « Ce… Ce n’est pas… vrai… ? » Les sourcils froncés, je m'approchais d'elle et posais ma main sur son épaule, demandant silencieusement ce qu'elle avait, jusqu'à ce que je comprenne de moi-même, son problème.

- La valise... ? Alala, peut-être que quelqu'un du groupe l'ait prise pour toi, ma chérie. Ne t'inquiète guère ainsi, voyons ~

Malheureusement, j'apportais peu de crédit à mes propres paroles rassurantes. Si sa valise n'était arrivée jusqu'ici, c’est qu'elle se trouvait encore dans la soute du jet de mon épouse, avion qui fut sans nul doute reparti au Japon depuis longtemps. Un soupir fin traversa mes lèvres malgré moi avant que je ne prenne mon portable, appelant Kiseki. Et quand il décrocha, je lui demandais s'il n'aurait vu la valise de sa sœur. Sa réponse ? Tellement évidente que je m'étonnais d'être déçue ~ Aucune trace, que ce soit chez lui ou chez le reste du groupe.

- Alala... Je suis désolée mon chaton mais, nous n'aurions d'autre choix que d'aller te racheter des vêtements pour notre séjour ~

Que pourrions-nous faire d'autre, après tout ? Au moins, cela serait une occasion en or pour visiter la partie commerciale de la ville avant que les responsabilités ne nous rattrapent. Dès demain, une réunion était prévue pour parler du concours, des chorégraphies et ainsi de suite. Le seul souci qui se présentait à ma personne, était le fait que je ne connaissais guère la ville, et utiliser une mappe n'était guère plaisant à mon humble personne. Claquant mes talons sur le sol poncé de la suite, je retournais dans la chambre -donnant la pleine vue sur le salon- et ouvris la valise, y dégotant un débardeur pastel pour ma fille, je revins vers elle et le lui tendit.

- Change-toi, Hikari ~ Si tu veux te rafraîchir, tu as une salle de bains dans ta chambre, normalement ~ Nous irons faire un peu du shopping pour combler le vide dans ta garde-robe ~ Je proposerai à Harue-San de se joindre à nous, découvrir la ville à plusieurs est bien plus agréable, n'est-ce pas ? ~

Et cela décrispera son air triste également ~ Du moins, le mien, c'était certain ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Ven 25 Juil - 20:43

Comment… comment allais-je faire ? Toutes mes affaires, mes vêtements, mes pyjamas… mes sous-vêtements. Je n’avais plus rien. Mais le plus désolant dans tout cela, ce n’était pas de ne plus avoir mes affaires, mais plutôt un vêtement précis. Mei-Sama… m’avait donné l’un de ses pulls avant que je ne parte, son pull. Comment allais-je lui expliquer que je ne l’avais plus ? Peut être qu’en rentrant à Undai… ma valise sera là… Je l’espérais. Vraiment.

- La valise... ? Alala, peut-être que quelqu'un du groupe l'ait prise pour toi, ma chérie. Ne t'inquiète guère ainsi, voyons ~

J’en doute et même dans sa voix, cela se sentait qu’elle-même n’était sûre de ses dires. Voyant tout de même une lueur d’espoir dans ses propos, je m’assis sur le canapé de la chambre, attendant impatiemment ce que mon jumeau lui disait durant leur appel. Rien… bien entendu. Personne… N’avait songé à prendre mes affaires, à se demander pourquoi je m’attristais devant cette fatalité.

- Alala... Je suis désolée mon chaton mais, nous n'aurions d'autre choix que d'aller te racheter des vêtements pour notre séjour ~

Racheter. Tout. Cela allait coûter cher inutilement… Si je n’avais été si distraite, jamais un tel problème ne se serait dessiné devant nous. Soupirant en m’enfonçant davantage dans le divan, je tentais de calmer l’angoisse montante en mon sein. De l’argent… Akiha-Okasama en avait beaucoup, mais je n’étais encline aux dépenses inutiles… Et mes livres ? Qu’allais-je faire sans eux durant ce séjour ? Je déprimais.

- Change-toi, Hikari ~ Si tu veux te rafraîchir, tu as une salle de bains dans ta chambre, normalement ~ Nous irons faire un peu du shopping pour combler le vide dans ta garde-robe ~ Je proposerai à Harue-San de se joindre à nous, découvrir la ville à plusieurs est bien plus agréable, n'est-ce pas ? ~

Relevant la tête lorsque Akiha-Okasama revint dans la chambre, je m’empressais de prendre ce qu’elle me tendait… Ses vêtements. Rougissant en sachant que j’allais porter ce qui lui appartenait, je hochais brièvement de la tête avant de me lever.

La manager du groupe de Kiseki… Était une femme sympathique. Je n’avais de crainte à avoir quant à sa personne, elle n’était qu’humaine… Mais valais-je mieux qu’elle en dehors d’Undai ? Nullement… Tant que je ne serai en terminale, je ne serai me protéger des menaces vivants en dehors des murs de l’académie. Prenant une grande inspiration, je me penchais respectueusement à l’encontre d’Akiha-Okasama avant de disposer vers la salle de bains.

Traversant la suite, je remarquais par la même occasion qu’il y avait deux chambres… Distinctes. Comment avais-je été assez bête pour croire que j’aurais eu la chance de partager un lit avec Okasama ? J’étais à battre.

Secouant la tête sous cette pensée, je m’enfermais dans la salle d’eau, direction la douche. Chose que je pris rapidement, me lavant pour me donner une nouvelle peau après ce long voyage, je ne négligeais pas mes efforts quant à ma propreté. Récurer, sécher correctement et se changer…

Et c’est là, que le bât blesse. Enroulée dans ma serviette, je me retrouvais devant le top d’Akiha-Okasama… ainsi qu’un sous-vêtement. Rougissant en tenant le fin tissu entre les doigts, je bégayais à l’abri des oreilles… Impossible. Je ne pouvais pas… porter ça ! Un… Un string.

Prenant une longue minute pour calmer mon cœur, je finis par me résilier à le porter. Je n’avais d’autre choix et je savais très bien qu’Akiha-Okasama n’avait d’autre sous-vêtement que celui dans ce genre là. Enfilant rapidement le tout, les premières démangeaisons arrivaient… Qui était assez sadique pour apprécier avoir quelque chose qui vous rentre entre les…
Oui, Mei-Sama également… Mais pas moi…

Finissant de me changer, je soupirais une fois de plus avant de me poser devant le miroir. Une nouvelle fatalité se dessinait sous mes yeux… Plate. Tellement que mon corps semblait plus masculin que féminin. Dans ma mégarde, j’avais jeté mon soutien aux linges sales par-delà la trappe destinée à cet usage… Le personnel de l’hôtel lavait nos vêtements et il m’était impossible… D’aller le rechercher à présent.

Me raclant la gorge… Je finis par sortir.

Me dirigeant vers Akiha-Okasama, je ne masquais guère ma gêne quant à ma tenue, apposant mes bras de manière à cacher la peau trop voyante qui se dessinait sur mon corps. Après tout, un top et un simple short dévoilaient beaucoup… Avec mon gilet, j’étais au moins un peu cachée mais là… Shinai.

- Je… Je rembourserai les dépenses malvenues de notre voyage… Akiha-Okasama…

M’avançant davantage, je me permis de me coller à elle, enserrant mes bras autour de sa taille dans une étreinte que j’appréciais tant, auparavant. Avant, je la considérais comme mon tout… A présent, la femme qui m’a permise d’évoluer vers l’être que j’étais. Jamais je ne me serais permise il y a quelques mois d’ici, d’aller au devant d’un rapprochement avec sa personne et regardez moi… Je la câline… affectueusement.

Me dégageant de son étreinte, je rougissais furieusement en baissant le regard lorsqu’un trouble… me prit, là-bas. Serait-ce… Non ! Ce n’était… Mei-Sama, je m’excuse d’être aussi… dépravée. Tentant de rependre contenance en déglutissant difficilement, je relevais le regard -toujours aussi rougie par mon problème- avant de déballer de but en banc ;

- Des sous-vêtements… Il m’en faut… vraiment.

Parce qu’en ce jour, je venais de salir ceux de ma mère, que jamais, je ne lui rendrai. Sortant sans plus attendre de notre chambre, je courrais -au plus vite- vers le rez-de-chaussée. Inutile de rester devant elle… après avoir dit cela.

Croisant Kiseki sur l’un des sièges de la réception, je m’avançais vers lui pour lui demander la raison de sa présence. Chose qui ne tarda à arriver ;

- T’es super mignonne comme ça ! J’ai un super rendez-vous avec super Three, et toi, tu vas super où ?

« Les magasins… pour des vêtements… » Ce qui n’était faux. Et même si j’aurais voulu lui mentir, je n’aurais pas réussi.

- Super ouais, t’as super oublié ta valise dans le super jet de super maman Ayame… S’tu veux, je peux super te prêter mes super vêtements hein ! Et puis, c’est pas comme si t’étais super féminine en temps normal, t’es super pl…

Je ne l’ai pas laissé continuer. Une droite ? Non, mon poing qui s’éclata contre son flan gauche avant de hurler à son encontre « SHINAI ! » Ce gamin n’apprendra jamais de ses erreurs ! Combien de fois lui avais-je demandé de ne pas parler de ma poitrine ?!

- Super désolé ! Je le pensais super pas, je voulais super pas te super dire ça ! Ah ! Y a super Three ! Super salut !

Si il n’avait été mon frère et que j’étais capable de tuer autrui de sang-froid… Depuis longtemps mon insulte serait devenue un acte.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Dim 27 Juil - 17:18

Une telle occasion de visiter les boutiques de la ville dès le premier jour, ne se présentait guère souvent ~ Je ne pouvais qu'être ravie -au fond bien évidemment ~- que Hikari n'ait sa valise avec elle ~ N'était-ce guère un prétexte merveilleux pour l'entraîner à ma suite, dans des magasins de vêtements, renouvelant son style vestimentaire ? ~ Si ~ Je n'allais passer à coté d'une chance pareille ~ Mettre des habits féminins, remplacer ses pulls divers pour des tissus légers, serait plaisant à mes yeux de mère, autant qu'à ceux de Mei, j'en étais certaine ~ « Dis juste que t'as envie de dévaliser les boutiques pour tes propres envies, Akiha. » Alala... Il va de soi qu'une pulsion d'achats serait un moyen parfait pour passer le temps -long- qui me séparerait de mon épouse ~ Et ainsi, je pourrais prétendre qu'elle est toujours en ma compagnie, étant donné que sa carte bleue le sera ~ Souriant à l'idée de renouveler la collection de chaussures que j'eus emporté avec moi, j'étais impatiente de découvrir les modèles qu'ils ne fabriquaient guère au Japon ~

Ne protestant guère quand Hikari quitta la pièce sous une dernière forme de politesse dont les japonais étaient friands, je me permis de prendre mes aises, retournant dans la chambre m'étant attitrée, je tombais sur le lit, profitant du confort que le matelas m'occasionnait. Laissant un fin soupir traverser mes lèvres, je repensais au départ, cet instant unique qui marqua un nouveau tournant dans ma relation avec Dead Master-Sama. Alala... Comme il était étrange de se voir ainsi, couchée dans un hôtel luxueux, ne pensant qu'à une seule femme, déprimant quasiment à cause de son absence.

- Nous avons bien changés, Akiha... Bien ~

Je n'avais guère le temps de lésiner, ma fille aînée allait sortir d'une minute à l'autre de la salle de bains, et il serait préférable que je sois prête avant cet instant ~ Me redressant premièrement, j'attrapai mon portable et appelai Harue-San, afin de m'enquérir sur ses disponibilités vis-à-vis d'une journée shopping ~ Recevant une réponse positive de sa part après quelques minutes -secondes- de conversation, je lui proposais que nous nous retrouvions dans le hall d'entrée, dans une demi-heure ~ Raccrochant sur une dernière parole, j'ouvris l'une de mes valises, cherchant intensivement une tenue décontractée que je mettrais pour sortir. Nouvelle ville, une autre mentalité, celle de la liberté, n'est-ce pas ? ~ Il y avait peu de similitudes entre le Japon et l'Amérique, à tous les niveaux. Dégottant une tunique à juste-le-corps, claire et légère, je l'accompagnais d'une mini-jupe -inutile en soi- et d'une paire de talons dans les mêmes tons que ladite tunique. Relâchant mes cheveux, sac choisi par rapport aux habits, je fus fin prête ~ C'est tout sourire que je revins dans le salon, étonnée que ma fille aînée ne soit encore prête.

Mais mon étonnement ne fut de longue durée, car à peine cette pensée eut traversée mon esprit, que la porte de sa chambre s'ouvrit, dévoilant une jeune femme plus qu'abordable ~ Alala, réaliser qu'un vêtement avait la puissance de changer tant dans une apparence, était incroyable ~ Tellement que c'est avec appréciation que je détaillais Hikari, enfant n'ayant l'air à son aise, en le constatant ~ Devrais-je lui proposer de porter une de mes pairs de talons ? Je n'étais guère à ce point cruelle, et la voir souffrir de douleur aux pieds pendant toute la journée, ne m’enchantait guère.

- Je… Je rembourserai les dépenses malvenues de notre voyage… Akiha-Okasama… 

Voyons ~ Secouant la tête négativement sous ses propos, je voulus lui rétorquer qu'elle n'avait à le faire, et que je ne le lui permettrais guère de toute manière ~ Elle était ma fille, cela me ferait plaisir de lui offrir quelque chose, pour le peu de fois que j'en avais l'occasion. Certes, avec la carte de mon épouse, mais quelle était donc l'importance de quelques dollars à coté de l'amour de son enfant ? ~ Aucune, et je le réalisais quand Hikari vint à mon encontre, enroulant ses bras autour de ma personne dans une étreinte ~ Alala... Je ne m'y attendais guère, connaissant Hikari pour son manque d'expression sentimentale. Rendant ledit câlin à ma fille, je restais ainsi, jusqu'à ce qu'elle se dégage et... Qu'elle était mignonne en rougissant ainsi ~

- Des sous-vêtements… Il m’en faut… vraiment.

Des sous-vêtements ? J'en avais des demi-douzaines, jamais utilisés que je lui donnerais volontiers si elle le désirait ~ De toute manière, je comptais en racheter aujourd'hui ~ Intriguée par son état de malaise, je la scrutais de mes yeux clairs avant d'arriver à une conclusion. Elle ne devait guère apprécier les tissus que je portais, étant donné que la dernière fois que j'eus jeté un œil à sa garde-robe, seule des grenouilles me sautèrent aux yeux ~ Il va de soi que le coté adorable de ma fille, m'attendrissait au plus haut point ~ Bien ~ Définitivement, cette sortie s'annonçait être complètement ajustée à mes envies ~ Et... Rien du tout, étant donné que prise d'angoisse, Hikari s'enfuit de la chambre en claquant la porte. « Des sous-vêtements, heh ~ » Quelle était donc cette pensée perverse qui se dessinait dans mon esprit ? Définitivement, mon ombre n'avait aucune retenue ~

Mitigée entre l'incompréhension des actions de Hikari, et l'urgence de la suivre, j'attrapais mon sac au vol avant de... Revenir sur mes pas afin de prendre les Pass de notre suite. Toutes les affaires en ma possession, je descendis au rez-de-chaussée de l'hôtel, là où une scène des plus bluffantes m'attendait sous forme des jumeaux. « SHINAI ! » Était-ce une impression ou je n'étais guère la seule à fixer mes enfants dans cette vaste salle ? Alala. La culture japonaise en pleine apogée dirons-nous ~ « Super désolé ! Je le pensais super pas, je voulais super pas te super dire ça ! Ah ! Y a super Three ! Super salut ! »  Définitivement, je n'étais au bout de mes surprises et nous venions à peine d'arriver ~ M'approchant de ma fille délaissée par son frère bruyant, je gardais un œil attentif sur celui-ci tandis qu'il alla vers l'un de ses amis de groupe. « Heh, un-zéro pour moi, Akiha ~ Ton radar a rouillé ~ » Abasourdie de voir mon fils embrasser Three -le seul garçon de la team ayant l'air hétéro, je ne déniais me détourner et ce, jusqu'à ce que Harue arrive dans mon dos, me signalant ainsi sa présence.

- Désolée de vous avoir fait attendre. J'ai pris un guide, pour que l'on puisse se repérer dans le quartier. Allons y !

Déconcertée un court instant, je finis par gratifier la femme d'un sourire aimable avant de pousser Hikari en dehors de le hôtel, suivie de près par la manager de « The Queen » -à savoir le nom de scène du groupe d'Idoles de Kiseki. Optant pour un taxi typiquement new-yorkais, plutôt que la limousine d'Ayame -pour faire du shopping, nous n'avions à être extravagantes-, je laissais à Harue d'expliquer au chauffeur où nous voulions nous rendre. Assise à coté de ma fille, j’attirais son attention en posant ma main sur la sienne, avant de lui souffler quelques mots.

- Tu n'as guère à être ainsi mal à l'aise, Hikari ~ Considère ce voyage comme de longues vacances ~

Déposant un chaste baiser sur sa joue, je lui fis un dernier clin d’œil avant de me concentrer sur la vue extérieure. Tellement grand, tellement moderne, tellement différent ~ J'aimais déjà cette ville ~ « Il parait qu'une nouvelle boutique de sous-vêtements a ouvert non-loin d'ici... Si cela ne vous dérange pas, je voudrais y passer pendant que vous serez... » Sous-vêtements disait-elle ? Arrêtant Harue sur cela, je lui confiais que j'étais une grande fétichiste de tissus raffinés et que je me ferai un plaisir à l'accompagner ~

- Cela tombe bien ~ Hikari doit s'y rendre également ~ Nous pourrons toutes y aller, qui sait, nous serons peut-être de bon conseil les unes pour les autres ~

Il n'y avait guère de connotation perverse, ni aucune allusion dans mes paroles, voyons ~ Mais je ne comptais m'attarder sur mes dires, étant donné que notre taxi s'arrêta justement devant ladite boutique, qui... directement me sembla intéressante ~ Alala, que des choix ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Dim 27 Juil - 18:44

Avec Kiseki… nous partagions quelque chose d’unique. Nous nous comprenions d’un seul regard, il ne suffisait que d’un signe de détresse au fond de mon être pour qu’il accoure à ma rescousse. Du moins, c’est ainsi que cela aurait dû être.

Mais depuis l’arrivée de Mei-Sama, mon jumeau était devenu une autre personne. Fier et imbu de lui-même, acté par un sentiment de possession que jamais, je n’aurais cru voir naître en lui. Il n’appréciait pas celle que j’aimais, et je le savais.

C’est ainsi que nos disputes sont devenues de plus en plus fréquentes, c’est également à cause d’un événement tiers qu’il s’est mis… A être plus méchant. Comme aujourd’hui. Là, à cet instant, je le détestais.

- Désolée de vous avoir fait attendre. J'ai pris un guide, pour que l'on puisse se repérer dans le quartier. Allons y !

Sursautant à l'entente de la voix d’une femme que je ne connaissais que très peu, je me fis poussé vers la sortie sans pouvoir protester. Baissant le regard sous la surpopulation oppressante, je tentais de trouver un coin tranquille avant que le taxi ne vienne pour que nous y mentions. Il va de soi que ma recherche fut vaine, et je remerciais en mon for intérieur Harue d’avoir été si rapide pour nous trouver un véhicule.

Soupirant en rentrant dans la voiture, je tentais de reprendre contenance avant qu’une main ne se pose sur la mienne. Akiha-Okasama… Que se passe-t-il ? La réponse arriva bien assez tôt, lorsque ses lèvres s’ouvrirent en déversant un flot de dires aimables.

- Tu n'as guère à être ainsi mal à l'aise, Hikari ~ Considère ce voyage comme de longues vacances ~

De longues vacances, si seulement j’aurais pu les passer avec Mei-Sama. Fermant les yeux en pensant à elle, je me détournais de la conversation des femmes, n’entendant que de temps en temps mon prénom pour mieux me replonger dans le diaporama de la ville de New York. Grande, trop grande pour que je me sente à l’aise, assez grande pour que j’y trouve ma place ? Non, celle-ci se trouvait à Undai… auprès de celle que j’aimais.

En moins d’un instant, nous arrivâmes devant une première boutique, se situant sur une longue rue commerçante. Sortant en première de la voiture, je demandais du regard si nous entrions dans ledit magasin… Je ne serai assez sotte… Pour aller de moi-même dans un endroit ne me plaisant pas.

Déglutissant difficilement en voyant les vitrines, dès que je fis un pas dans la boutique, je voulus déjà m’enfuir devant cet amas de couleurs et de lingeries… Et plus. Tellement plus que je m’en détournais pour mieux faire face à Akiha-Okasama et… m’efforcer de tourner sur moi-même pour m’avancer vers les sous-vêtements.

Mon premier regard se posa sur un tissu… inexistant. Cela ne cachait rien du tout, au contraire, cela exhibait… Plus les parties féminines qu’autre chose. Déglutissant difficilement, je m’appropriais un panier avant de prendre ce dont j’avais besoin. A savoir ? Un soutien noir des plus basiques et un sac comportant cinq sous-vêtements classiques. Culottes… Oui, mais cette appellation est dérangeante. Hum… Shinai.

Une fois le tout attrapé, il ne me suffisait plus qu’à payer… Mais contrairement à moi, les autres femmes prenaient leurs temps.

- Akiha-San, regarde ça ! Je suis sûre que mon copain apprécierait ~

Si peu de vêtement, je n’en doutais pas. Les hommes… avaient des goûts étranges. J’ai déjà surpris un string… pour homme, dans le casier à sous-vêtements de Kiseki… Je ne me suis pas enquis de lui demander pourquoi il avait ça.

- Dommage que votre femme n’est pas venue avec nous, c’est parce que vous avez un enfant plus jeune également, n’est-ce pas ? Il devrait permettre même aux collégiennes de s’absenter !

Kaori. Je n’étais pas assez dupe pour croire qu’Akiha-Okasama n’avait quitté le sol japonais à cause de ma cadette. Et je n’étais pas non plus aveugle, pour ne pas voir les problèmes qu’elles ont eu ensemble… Mais il est vrai que cela était dommage. Non pas qu’elle ne soit venue, je n’avais d’affinité avec ma cadette, mais plutôt qu’Akiha-Okasama ait quitté Undai à cause d’elle. si elle ne l’avait fait… Moi aussi, j’aurais pu rester auprès de Mei-Sama.

- Et toi Hikari-Chan, tu as un copain ?

Une question qui me glaça et dont je répondis par un simple hochement de la tête. Je n’aimais pas… exhiber ma vie aux inconnues. Me détournant de mes accompagnatrices, je m’enfonçais davantage dans la boutique et ce, jusqu’à arriver… A ça. Et ça avait une forme… longue, parfois grosse, trop… Masculine.

Déglutissant difficilement en comprenant ce que j’avais sous les yeux, je fis un pas en arrière sous le choc de cette découverte avant de me heurter, à ma mère. Levant les yeux en comprenant qu’il s’agissait d’elle, je tentais de m’expliquer… Pour un fait dont je me sentais coupable… Je n’étais pas perverse, ce n’est pas volontairement que je me suis dirigée ici, je…

- Je n’utilise pas cela avec Mei-Sama ! J’aime… Sans, avec elle, sa… main et sa… NON ! SHINAI !

Et je lâchais mon panier, voulant fuir au plus vite de cet endroit maléfique.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Lun 28 Juil - 17:12

Tant de formes, de modèles, de matières ~ Les magasins de sous-vêtements était un moyen efficace pour me mettre de bonne humeur ~ Alala, j'imaginais déjà avec quelle nuisette je pourrais assortir ce porte-jarretelles transparent que j'ai vu dans la vitrine ~ Ravie de rentrer dans le magasin afin de découvrir un tissu rare qui attirerait mon œil -et celui d'une autre personne, malheureusement absente en ce jour- je me heurtais à Hikari, guère décidée d'y mettre vraiment les pieds. Perplexe sous son manque d'activité, je l'encourageais à s'engouffrer entre les rayons, tandis que mon regard clair explorait frénétiquement la grande étendue de couleurs fines ~ Alala... Qu'était donc ce magnifique ensemble rosé que je voyais là ? ~

- Akiha-San, regarde ça ! Je suis sûre que mon copain apprécierait ~

Un soutien dans les mains, je délaissais l'analyse professionnelle de ce dernier pour me tourner vers Harue, aussi enchantée que ma personne de se trouver dans cette boutique ~ Un copain donc ~ Il était vrai qu'avec son visage fin et ses yeux expressifs, elle n'aurait du mal à trouver quelqu’un ~ Appréciative devant le bout de tissu qu'elle me montrait, j'approuvais son choix avec conviction, jusqu'à ce qu'elle s'engage sur un sujet bien plus délicat que le choix de string. « Dommage que votre femme n’est pas venue avec nous, c’est parce que vous avez un enfant plus jeune également, n’est-ce pas ? Il devrait permettre même aux collégiennes de s’absenter ! » Répondant par un sourire platonique ne laissant desceller mes vrais sentiments vis-à-vis de ses dires, je coulais un regard froid sur Hikari -qui eut entendu la conversation- afin de la prévenir de ne guère s'avancer sur le sujet. Autant éviter toutes pensées attristantes ~ Si j'étais en Amérique, c'était justement pour me changer les idées ~ Heureusement pour mon humeur -se dégradant peu à peu- Harue changea de cible, en s'adressant directement à ma fille, toujours en usant de son ton enjoué. Définitivement, nous ne pouvions déprimer en compagnie de cette femme ~

- Et toi Hikari-Chan, tu as un copain ?

Non, une copine ~ Cela aurait dû être la réponse de ma fille, mais son air disait clairement qu'elle ne voulait en discuter. Détournant la situation afin que la manager ne se sente mal à l'aise sous l'inertie de mon enfant, j'attrapais entre les mains ledit sous-vêtement qu'elle m'eut montré quelques instants auparavant et amenais la conversation sur ce dernier, donnant à Hikari le temps de s'enfuir, comme elle donnait l'impression de vouloir le faire ~ « Il est très beau, en effet ~ Pourquoi ne pas l'essayer ? ~ » Entraînant la femme vers les cabines tout en prenant un fin tissu m'ayant plu dans le tas, je rentrais dans une cabine, adjacente à celle de ma compagne, de sorte que nous puissions poursuivre nos dires en même temps que l'essayage.

- Ce n'est guère évident... Ma femme a des responsabilités qui ne lui permettent guère de quitter le pays sans préavis ~ Mais je pourrais te retourner la question, pourquoi ton copain n'est guère là ? ~

Il va de soi que je n'allais en aucun cas tourner la situation en mon désavantage, me plaignant du comportement de ma fille cadette qui entraîna le besoin de m'éloigner du Japon, et plus précisément, de Kaori, quitte à délaisser Ayame également. Dit ainsi, cela semblait être un choix radical et injuste, mais c'était plus complexe que cela ~ Mais je ne comptais guère m'étendre sur le sujet, préférant attendre que Harue réponde à son tour, m'amusant de ce qui l'aurait poussé à faire la tournée du monde, sachant qu'un homme l'attendait à la maison ~ « Il n'a pas pu venir à cause de son travail, un peu comme ta femme. » Si elle savait à quel point elle se trompait ~

- Alala... Soit, nous ne sommes guère là pour remuer de sujets sensibles ~ Montre-moi donc ce que le soutien donne sur toi ~

Me rhabillant après avoir décidé d'acheter le soutien que j'eus essayé, je sortis de la cabine et attendis que le verrou de celle d'à coté s'ouvre ~ « Alors ? » Posant mon regard sur ledit bout de tissu, j'affichais un air critique sur le visage pour faire durer le suspens, avant de le changer en un sourire amusé. « Magnifique ~ Un petit ajustement ici, et c'est parfait ~ » Rentrant sans gêne dans la cabine -les japonais n'ayant aucune pudeur pour ce genre de chose- je remontais une bretelle de son futur achat avant de me reculer, satisfaite. Sortant sous un dernier conseil dont le but était qu'elle l'achète, je retournais vers les rayons de sous-vêtements. Et où était donc passée ma chère tête verte ? Sentant une pointe d'angoisse m'envahir en ne la voyant nulle part, c'est après quelques secondes d'intensives recherches que je la trouvais, dans l'arrière-boutique, réservée aux... jouets coquins ~ Alala, je ne la savais pas aussi ouverte, moi qui crus qu'il n'y avait guère plus pudique que sa personne, je me voyais -agréablement- surprise ~ Aurais-je tort ? ~

- Je n’utilise pas cela avec Mei-Sama ! J’aime… Sans, avec elle, sa… main et sa… NON ! SHINAI !

Définitivement, oui ~ Et je le compris sous son bégaiement suivi d'un comportement dit violent. Fronçant les sourcils, je me saisis fermement de son bras avant qu'elle ne s'enfuie je ne sais où, et l'obligeais à me faire face, tout en réceptionnant son panier de l'autre main. Même si ma fille ne le voulait guère, elle venait de me donner une information que je n'aurais jamais demandé à connaître ~ Mais il était de mon devoir de mère de ne guère relever, ni la mettre d'autant plus mal à l'aise ~ « Heh, elle sait pas ce qu'elle rate ~ Je lui apprendrais bien ce qu'est le véritable plaisir, heh ~ » Silence. Hikari apprendra le temps voulu comment se servir des jouets sexuels, et ce n'était guère à ma personne -sa mère en l'occurrence- de le faire, contrairement aux idées tordues de mon alter-ego.

- Calme-toi Hikari. Même si c'était le cas, ce n'est pas interdit, ma chérie ~ Détends-toi voyons ~ Alala... En y pensant, je prendrai le mauve ~

Gratifiant ma fille d'un clin d’œil amusé, je la lâchais au même titre que j'attrapais la boite où -dessus- une image représentait ledit jouet mauve qui eut attiré mon regard. « Comment remplacer de la baise intense avec Ayame par du plastique ~ » Le mettant sans plus de cérémonie dans mon panier, j'invitais Hikari à me suivre vers les caisses, endroit où Harue nous attendait déjà. Toute sourire, je posais les deux paniers devant la caissière, tout en zieutant sur les articles pris par ma chère prude de fille ~ Alala... Il suffisait d'y jeter un coup d’œil pour se rendre à l'évidence, elle n'avait guère les mêmes goûts que sa mère. Attendant que tout soit scanné, un sourire d'autant plus amusé se peignit sur mes lèvres quand je remarquais le regard -ne m'ayant échappé malgré sa discrétion- de la manager, posé sur une certaine boite ~ Payant le tout, je proposais que nous continuions notre investigation dans le monde du shopping intensif, sans omettre d'ajouter un « Hikari, mon chaton ~ J'espère que tu laisseras ta mère te trouver quelques vêtements qui mettront en avant tes atouts ~ » Devrais-je avouer que mon intention n'était guère de lui mettre la pression, ni de critiquer son style vestimentaire ? ~ Ce n'était le cas, en effet ~ C'est pourquoi, je me permis de poursuivre, calmement -enjouée- :

- Je suis certaine que Mei apprécierait de te voir habillée autrement qu'en sweat ~

Avant de reporter mon attention sur la manager et lui signaler qui était Mei, sans oublier de préciser que non, l'homosexualité de mes enfants n'était guère génétique ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Lun 28 Juil - 21:04

Se sauver, fuir les complications. Aller dans un endroit sûr, un endroit où je ne verrai des choses insolites, un endroit où je serai protégée de la ville, du monde extérieur. Mon seul recourt était celui de retourner à l’hôtel, chose que je ne saurai faire avec moins de dix dollars en poche… Si seulement… Mei-Sama était là. Je sentais déjà des larmes me monter aux yeux lorsque mon bras se fit prendre dans un étau empêchant ma fuite. D’un mouvement hésitant, je hissais mon regard jusqu’à celle qui m’attrapa, tremblotant alors qu’elle s’annonça ;

- Calme-toi Hikari. Même si c'était le cas, ce n'est pas interdit, ma chérie ~ Détends-toi voyons ~ Alala... En y pensant, je prendrai le mauve ~

Qu’est-ce… Qui n’est pas interdit ? D’utiliser cela ? Je le savais déjà. Mais ce n’était pas parce que les autres se plaisaient avec de telles lubies que j’en ferais ma bête noire. Détournant le regard sous une gêne dépassant l’entendement lorsqu’elle annonça qu’elle allait prendre un de ces fameux jouets, je toussotais dans mon coin, comme prise par un manque d’air évident. Pourquoi… en avoir besoin, si Dead Master-Sama n’était là ? Là, était la réponse dans cette question.

Ce voyage n’apportait rien de bon à ma personne, au contraire… Mes nerfs et ma sensibilité étaient mis à rude épreuve. A côté d’Akiha-Okasama, je n’étais qu’une tâche. Je crus cela également lorsque ma relation avec Mei-Sama eut commencé, ce n’est que peu à peu… Que j’ai compris qu’à ses côtés, moi aussi je pouvais briller. Elle me manquait, et ce manque me déchirait.

La suite des investigations ne prit fins à la caisse comme je l’aurais voulu. Bien au contraire, mon dur calvaire ne faisait que commencer, et ce, je le compris lorsque ma mère m’annonça de sa voix suave « Hikari, mon chaton ~ J'espère que tu laisseras ta mère te trouver quelques vêtements qui mettront en avant tes atouts ~ ». Je ne voulais pas… qu’elle m’habille. Elle m’avait demandé d’être moi-même, de rester la fille que j’étais à ses yeux, alors pourquoi essayait-elle de me changer ? Cette femme… N’avait les idées fixes.

Baissant le regard alors que je m’attendais à ce que ses dires se taisent, je fus déboussolée lorsqu’elle surenchérit avec un « Je suis certaine que Mei apprécierait de te voir habillée autrement qu'en sweat ~ ». Ce n’est pas ses propos en eux-mêmes qui me tuèrent, mais plutôt le fait que ces dires, je les avais déjà entendu de la voix de ma copine.

« Hikari-Chan serait jolie avec cette robe, nous pourrions nous assortir, qu’en penses-tu ? ~ J’aime tes longs pulls, mais je te trouve tellement plus belle dans des habits féminins que… ~ » Que cette phrase ne finit et que je me retrouvais avec elle sur mon corps dénudé… Elle, ca ne me dérangeait pas qu’elle le fasse. Ma timidité mourrait sous ses baisers, mes rougissements, ne faisaient qu’amplifier mes gémissements…
Mais elle… N’était guère là.

Prenant une longue inspiration, c’est grâce à l’air frais -empoisonné de pollution- que je repris contenance pour continuer nos achats. Chose qui arriva mieux que je ne le crus. La première boutique n’apporta rien d’étrange, au contraire, j’ai trouvé des vêtements plaisants… Tellement que je me suis laissée aller à les essayer sous les demandes d’Akiha-Okasama. Il va de soi que tout ce qu’elle me tendait, ne me plaisait pas et que même si elle trouvait cela beau sur ma personne, je ne les pris pas.

C’est dans la dix-huitième boutique, après trois heures de shopping intensif que je tombais sur un vêtement… que j’aimais. Je n’en avais jamais porté des comme ceux-là… Mais allié avec quelques accessoires, je trouvais cela… splendide et féminin en son sens.

Attrapa le chemisier ainsi que le bas sombre, je m’en allais vers les cabines d’essayages. Attendant dans la file, je me fis intercepter par la vendeuse qui me tendit d’autres pièces pouvant s’accompagner avec le vêtement en question… Étonnée, elle amplifia ses vouloirs ;

- Je suis sûre que cela vous ira comme un gant ! Essayez, essayez !

L’anglais n’avait de mystère pour ma personne, je me débrouillais assez bien dans la langue pour la remercier et céder à ses demandes frivoles. Rentrant dans une cabine, je me changeais. Un bas assez large vite rattrapé au niveau du tibia par un élastique le faisant revenir se coller à ma jambe. Pour le haut, ce fut un T-shirt blanc avec quelque pression au niveau du col, tombant sur ma poitrine -inexistante. Un plus, qui se dessinait comme un gilet de costume sombre également, dont le dos était aussi blanc que ma blouse… Un petit plus encore ? Des bottines qui rendaient mon ensemble assez vintage avec la chapeau casquette que j’avais apposé sur ma tête…

Mes cheveux n’allaient pas avec ma tenue, je décidais donc de les ramener en une simple queue de cheval laissant les traits de mon visage se découvrir. C’était une tenue assez… Tomboy… Mais en même temps… Très fille… Garçon manqué ? Je ne sais pas, mais ce style, je l’aimais assez pour sortir ma tête du rideau pour trouver Akiha-Okasama.

La voyant non loin de là… Je l’interpellais d’un simple mouvement de la main avant de rentrer davantage dans ma cabine pour qu’elle puisse également entrer et… Voir, ce que cela donne… Son avis… Étrangement, je le désirais.

- Que… J’aime ce… style. Me convient-il, Akiha-Okasama ?

« Madame, vous ne pouvez pas entrer dans les cabines à deux, veuillez… » Et lorsque les rideaux s’ouvrirent, je ne compris pas pourquoi la femme venait de hurler avant de courir à l’autre bout de sa boutique et revenir vers nous tout en s’écriant ;

- MAGNIFIQUE ! Nous… Nous cherchons justement de nouveaux modèles pour notre magazine ! Vous avez la carrure pour porter nos vêtements ! Cela vous tenterait-il de vous joindre à notre équipe, mademoiselle ?! Le salaire est attractif, et cela n’est que pour un mois, voir trois tout au plus ! Vous, vous êtes sa grande sœur n’est-ce pas ? Je suis sûre que votre petite sœur serait parfaite pour ce rôle, qu’en pensez-vous ?!

Ma… grande sœur ?

Spoiler:
 

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   Mar 5 Aoû - 20:59

Définitivement, le shopping était une activité plaisante à tous les stades de la vie ~ Que je sois malade, déprimée, en manque ou alors, de mauvaise humeur, il n'y avait rien de mieux qu'une séance de dépenses en achetant des vêtements de toutes les couleurs ~ C'est ainsi que nous parcourrions des dizaines de magasins différents, contenant des sous-vêtements comme d'autres habits à la mode ~ J'étais aux anges, essayant tant bien que mal de choisir des tenues féminines à ma fille, tout en ne délaissant guère mes propres envie d'une nouvelle robe, ou jupe, ou encore veste ~ Certes, nous étions en été, mais n'étais-je censée rester dans ce pays toute une saison ? Effectivement, c'était une contrainte majeure de mon problème. Remédier à l'envie de se faire prendre, n'était chose aisée ~

Après l'énième boutique, nous nous arrêtâmes dans une grande surface remplie d'un style de vêtements neufs, n'étant facilement trouvable au Japon. Alala, tant de couleur sans que cela ne devienne étrange porté sur soi, était juste... Quelle ravissante robe, voyais-je au loin ~ Délaissant ma fille à ses occupations, je traînais Harue derrière ma personne pour qu'elle me donne son avis sur la question. Évidemment, j'étais contente d'avoir une personne avec qui comparer et partager mes opinions, et ce, pas spécialement en anglais. Détaillant ladite robe sous toutes les coutures sous des « Elle t'irait à merveille ! Moi, je n'ai pas d'aussi longues jambes à montrer, haha ~ » Serait-il possible qu'elle essaye de me dire de manière voilée que la fameuse robe était fort courte ? ~ Il était pourtant primordial que je sois attirante à tout instant, n'est-ce pas ? ~ Si ~ Et ce, au point de montrer mon magnifique string en dentelle, s'il le fallait ~ Riant à ses remarques, je me saisis du dit tissu fin que je m'empressais de plier dans mon panier, avant de poursuivre mes investigations à gauche et à droite. Et ce, jusqu'à ce que ma fille aînée m'interpelle à force de signes discrets.

M'approchant des cabines d'essayage, je déposais mon panier à même le sol, avant de rentrer dans la petite pièce confite où se trouvait Hikari. La détaillant de haut en bas, je jugeais son accoutrement avant même qu'elle ne me demande, de sa petite voix timide :

- Que… J’aime ce… style. Me convient-il, Akiha-Okasama ?

Définitivement, cet enfant n'avait l'assurance de ses mères dans ses gènes. Mais parlant du style, j'approuvais ~ Ce n'était guère ce que j'aurais voulu voir sur sa personne, étant donné que je penchais pour des vêtements féminins pour mes filles, et non un tel mélange. Pourtant, il fallait avouer que cela lui allait mieux que ses sweat que j'avais tant en horreur ~ Prête à répondre, en disant clairement qu'elle devait prendre ces habits, je me fis interrompre par une autre personne -inconnue- qui vint nous déranger.

- Madame, vous ne pouvez pas entrer dans les cabines à deux, veuillez… 

Et comment désirait-elle que je conseille ma fille, si je ne pouvais la toucher dans un endroit dit intime tout en étant publique ? ~ Alala... Ma perversion due au manque qu'à creusé l'absence d'Ayame, me rendait toute chose vis-à-vis de situations guère abordables ~ « Ce n'est pas comme-ci sauter ce gosse te soulagerait, Akiha ~ » J'étais définitivement en accord complet avec mon alter-ego sur la question ~ Non que je dégrade les prouesses de Hikari au lit -n'ayant aucun point de comparaison- mais je ne pense guère qu'elle s'amuse à faire jouir autrui avec violence et passion en même temps, comme j'aimais tant cela ~ Alala... ~ Et que disait donc l'employée du magasin ?

- MAGNIFIQUE ! Nous… Nous cherchons justement de nouveaux modèles pour notre magazine ! Vous avez la carrure pour porter nos vêtements ! Cela vous tenterait-il de vous joindre à notre équipe, mademoiselle ?! Le salaire est attractif, et cela n’est que pour un mois, voir trois tout au plus ! Vous, vous êtes sa grande sœur n’est-ce pas ? Je suis sûre que votre petite sœur serait parfaite pour ce rôle, qu’en pensez-vous ?! 

Des modèles ? Quelle femme hystérique ~ Etait-ce à la mode également, aux USA ? ~ Déconcertée par tant d'enthousiasme, je ne répondis premièrement, bloquant un court instant sur l'appellation qu'elle m'eut donnée. Sœur donc ~ Des actes coquins entre sœurs passaient mieux qu'entre fille et mère, n'est-ce pas ? ~ Souriant aimablement à la jeune femme qui nous tirait déjà vers les comptoirs pour signer tel et tel papier, je me tournais vers Hikari, répondant à sa question précédente, celle avant que l'employée ne vienne nous déranger.

- Ce style te va très bien, mon chaton ~ Je suppose que travailler dans ce magasin, ne te tente pas plus que cela, n'est-ce pas ? ~

Non que ma fille soit venue avec nous pour passer du temps en vacances, mais c'était tout comme ~ Je la voyais mal travailler en tant que modèles, à devoir s'habiller de tenues extravagantes, si pas se déshabiller afin d'être prise en photo... Me plairais-je à faire cela ? Nullement. Donnant la carte à mon enfant, ainsi que mon panier, je la priais d'aller faire la file tandis que je m'occupais de la femme fort emballée devant nous. C'est d'un sourire charmeur, et d’une voix persuasive, que je déclinais poliment son offre, usant de mon plus beau anglais pour ce fait ~ Devrais-je prétendre être la mère de la concernée avant que l'employée ne se mette en tête le besoin d'appeler ses parents, étant donné que la sœur ne sait juger ce qui est bien pour Hikari ? Quelle journée... divertissante ~

- Excusez-moi, mais ce ne sera possible ~ Nous sommes venues aux États-Unis seulement pour une semaine, nous n'avons guère le temps à nous engager dans une telle entreprise ~ Bonne journée ~

Mentir en ayant l'air plus que naturel, était ma deuxième nature ~ Et j'en fis preuve à cet instant précis, me défilant en douceur de l'emprise hystérique de l'employée. Attendant qu'Hikari passe à la caisse, je cherchais Harue du regard, femme qui avait trouvé son bonheur, du moins, c'est ce qui se lisait sur ses traits fins ~ « Akiha-San, je pense qu'il serait temps qu'on rentre. Avec le meeting de demain matin et le décalage horaire, je t'avoue être fatiguée. » Déjà ? Les humains étaient si fragiles... Tellement que je regrettais de m'être éloignée de l'hôpital de Kyoto afin de passer du temps à courir derrière mon fils dans un pays éloigné. Chassant les sombres idées qui envahirent mon esprit d'un simple mouvement de la tête, j'acceptais allégrement que nous rentrions à l'hôtel dès que Hikari aurait fini.

Une demi-heure plus tard, nous nous retrouvions toutes dans l'énorme hall luxueux qui nous servait de lieu de rassemblement quand nous n'utilisions les chambres à cet effet. Sans moindre allusion perverse, cela va de soi ~ Donnant quelques directives à Kiseki qui s'y trouvait avec le reste du groupe, je m'excusais auprès d'eux avant de monter jusqu'à ma chambre, entraînant Hikari à ma suite.

- As-tu faim, ma chérie ? ~ Je vais commander à manger ~ En attendant, tu peux prendre mon portable et appeler Mei ~ Je suis certaine que tu en meures d’envie ~

Il va de soi que je lisais en ma fille, comme dans un livre ouvert ~ La gratifiant d'un clin d’œil amusé, je la laissais vaguer à ses occupations tandis que je pris soin d'appeler le room service. Il va de soi que je ne pouvais qu'être ravie de connaître les goûts alimentaires de ma fille, étant quasiment les mêmes que les miens ~

Le reste de la journée se passa relativement calmement. Et ce jusqu'au soir, où après avoir pris un bain, je vins souhaiter une bonne nuit à Hikari, avant de m'en aller dans ma chambre, que je fermais avant de me coucher dans le lit. Tellement grand pour une seule personne. Alala... Je me demandais comment supporterai-je le jour suivant, si déjà aujourd'hui -vingt quatre heures sans Ayame pour être précise- je ne pensais qu'à ses doigts, se faufilant en mon sein.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Concours Kiseki : Premier jour, et déjà la malchance me frappe.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» 01 . Premier jour de travail
» A l'aube du Premier Jour [Aniel]
» Premier jour [ Fini ]
» Le premier jour du reste de notre vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Le monde :: Le monde :: L'Amérique-