AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Mar 8 Oct - 21:09

Aujourd’hui était un jour spécial. Pas seulement pour moi, pour Kiseki également, pour Akiha-Okasama comme pour Dead Master-Sama. Je m’étais réveillée au aurore à l’attente du moment propice de la journée qui annoncerait mes premiers pas en tant que véritable Undai’en. Aujourd’hui… Nous irons pour la première fois à l’Arène.

Depuis le début de ma vie dans ce lieu, Kiseki me poussait pour que j’aille à l’Arène avec lui, prétendant qu’il voulait qu’on le fasse ensemble plutôt que seul. J’avais beau retarder ce jour, j’arrivais à la limite du supportable, aussi bien pour sa personne que pour l’attente de la directrice. J’étais un objet, les objets n’avaient le droit de refuser ce qu’un humain désirait. Je me pliais finalement, acceptant qu’en ce dimanche nous allions à l’arène dès huit heures. J’avais encore deux heures devant moi… Je me recroquevillais sur moi-même, adossée à un mur de ma chambre en attendant cette heure… Je ne voulais pas… Je ne voulais pas y aller. Mais je n’avais guère le choix. Me levant de ma place, je partis prendre ma douche, enfiler mon uniforme et sortir des dortoirs pour que mes pas m’amènent à cet endroit de hantises que je devrais visiter plus tard. Postée devant la porte, je regardais celle-ci… invisible, je… je voulais savoir ce qu’il y avait derrière, mais en même temps pas du tout. Pourquoi, pourquoi cet endroit était-il si important ? Parce que dans ce lieu, nous pourrons utiliser la matérialisation. Faire notre première fois, là-bas.

Mais j’avais peur. Peur de voir ce à quoi mon cœur ressemblait vraiment, peur que mes pensées se dessinent sur mon corps et qu’au final, Akiha-Okasama me haïsse. Était-ce l'unique raison ? Non, j’avais peur d’être incompétente aux yeux de Dead Master-Sama… Elle me tuerait. Elle l’avait dit. Si elle apprenait que j’étais un jouet défectueux, elle me tuerait. Un fin sourire s’est dessiné sur mes lèvres avant que je ne fasse dos à l’Arène et que je reparte en direction des dortoirs. Elle me tuerait… Je n’attendais que cela. Ça me mettait presque de bonne humeur… Ce monde, n’avait besoin de se faire salir par un être comme moi. Kiseki est pourvu d’humanité, lui, il avait le droit de vivre mais moi ? Non, je n’aimais même pas mon existence, alors pourquoi souffrir inutilement ? Pour le sourire de mon jumeau, pour alléger la tristesse d’Akiha-Okasama… Oui, je devais vivre pour qu’ils soient heureux en attendant qu’Ayame-Okasama me débarrasse de cette vie. Voilà… mon objectif.

C 'est vers sept heures que je vins réveiller Kiseki, le poussant hors de son lit, je le conduisis jusqu’à la salle de bains pour qu’il se lave. Chose qui prit énormément de temps en vue de sa somnolence, mais après quelques coups, il fut réveillé pour se goinfrer de ses sucreries. Cette fois-ci, je n’ai pas cédé, je l’ai laissé pleurer même si cela me faisait de la peine. Non, pour aujourd’hui, j’ai mangé équilibré, pour une fois. Une fois que nous eûmes fini, nous nous dirigions vers l’Arène, endroit où Akiha-Okasama et Dead Master-Sama nous attendaient. Essayant vainement d’enfouir mon visage dans mon petit col, je finis par lever les yeux vers mes créatrices avant de me pencher et de les saluer.

- Akiha-Okasama, Dead Master-Sama.

Me relevant en attrapant la tête de Kiseki pour qu’il se penche également, je lui fis un petit clin d’œil avant de nous redresser. Il était temps… que nous y allions.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Ketsuki

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Là où personne ne s'attend à me voir, super !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 selon vos critères
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Mer 9 Oct - 23:05

Aujourd'hui était un super jour, super important. Je l'ai attendu depuis des semaines, super impatient de découvrir ce qui se cachait dans le grand bâtiment à la lisière du super parc, ne voulant y aller sans Hikari parce que sans elle, cela n'aurait été aussi super agréable. Après tout, nous formions une super équipe, un être unique en son genre dans deux corps, il allait de soi que nous devions tout faire ensemble, à deux. D'ailleurs, j'étais tellement excité quand Hikari finit par super céder à mes demandes incessantes, que je n'ai super pas dormi de la nuit, imaginant un million de fois à quoi pouvait ressembler l'Arène, quels seraient nos super robe de combat, nos pouvoirs, notre force. J'ai tellement entendu parler de cela en cours et des bouches de nos mamans, que je ne pouvais qu'avoir des étoiles dans les super yeux rien qu'à avancer le sujet. J'étais super curieux, mais je respectais tout autant l'avis de ma super jumelle, alors, j'attendis. Attendis toute la nuit jusqu'à ce que je m'endorme à l'aube, super fatigué de trop d'activité de la veille.

Ainsi, le grand super jour commença assez brutalement pour ma personne, me faisant réveiller par super Hikari, elle me traîna jusqu'à la salle de bain afin que je me lave, chose super inutile vu que j'étais frais, du moins je ne ressentais pas le super besoin de perdre mon temps sous la douche. Mais ma super sœur cruelle ne me laissa d'autre choix, alors je l'ai pris, cette douche, et me sentis super réveillé en, en sortant. Et qui dit réveillé, dit conscient, et qui dit que je pouvais super réfléchir, dit que je réalisais que c'était un super jour qui nous attendait ! Super excité et en pleine forme, je suivis les conseils de ma super sœur intelligente, et pris un bon repas sachant que j'aurais super besoin d'énergie pour l'Arène. Une barre de chocolat, quelques guimauves, et le meilleur, des sucettes à la fraise, dont j'ai donné quelques unes à Hikari pour qu'elle se nourrisse super en ma compagnie. Mais elle n'a pas voulu. Alors j'ai pleuré, triste qu'elle me brise super le cœur de la sorte, après tout, j'étais gentil, c'était pour son bien, et elle, super inconsciente, refusait ! Mécontent à souhait, je changeais de super tout au tout -arrêtant d'essayer de m’accrocher à ses genoux pour qu'elle mange- quand elle me dit qu'il était temps. Temps d'aller à l'Arène, du moins super devant, là où nos mamans nous attendaient.

Super ravi, je pris la main de super Hikari et la tirais, super joyeux, vers l'endroit voulu. Apercevant au loin nos super mamans, je voulus courir vers elles pour les saluer à grands cris, mais quelque chose en ma super jumelle m'obligeait à rester à ses cotés. Alors, j'ai pris mon mal en patience, et je marchais super tranquillement -sautillant de temps en temps- jusqu'à arriver à la hauteur de nos super mères toutes puissantes.

- Akiha-Okasama, Dead Master-Sama.

Super grand sourire aux lèvres, je levais déjà le bras en signe de bonjour quand ma tête se fit littéralement écrasé par la super main de Hikari. Lui lançant un regard du « qu'est-ce que tu super fais ? », je ne pus que sourire sous son clin d’œil. Ma super sœur était vraiment polie envers nos super mamans, ce n'est que moi qu'elles frappaient. « Bonjours mamans, nous pouvons super y aller ? » N'attendant pas la réponse, je me redressais et courus vers la porte invisible de la super Arène, excité comme une puce d'y rentrer. Pourtant, je ne le fis super pas, tournant sur moi-même et faisant face aux trois super femmes pas assez pressées à mon goût. Croisant les billes similaires aux miennes de ma super jumelle, je lui tendis la main, un grand sourire super confiant sur le visage, tel un grand frère responsable, pour qu'elle n'ait pas peur. Parce que oui, super Hikari avait peur de rentrer dans l'Arène, alors je me devais de lui donner de la super confiance, pour qu'on puisse tous les deux être fiers de découvrir ce qui se cachant derrière cette porte invisible.

- Je ne te laisserai pas toute seule, super Hikari.

Attendant qu'elle se saisisse de ma main, je lui fis un sourire toujours aussi confiant, et levais les yeux vers nos super mères qui attendaient elles aussi qu'on y rentre. Hochant de la tête, me retenant de super crier de joie, je franchis la porte invisible, vibrant d'envie d'explorer ce lieu, la main d'Hikari fermement enserrée dans la mienne. Et nous y étions, dans l'Arène, un endroit super sombre à faire peur, avec une lune... Je ne comprenais pas comment une lune pouvait se trouver dans un bâtiment, trop super bizarre ! Pourrais-je essayer de l'atteindre ? Je vais super essayer, après. Pour l'instant, je regardais super Hikari, lâchant sa main, contemplant la robe de super combat de sa personne. C'était...

- Trop super bizarre... Eh tu as vu ça ? On dirait des super pièces détachables !

La robe de combat de ma super sœur ressemblait à ce que les gens super malades portent dans les hôpitaux, une sorte de chemise blanche, super courte avec un numéro « 01 » gravé sur sa super poitrine... Toujours aussi super plate. Mais ce n'était pas ça le super plus étrange détail, c'était son corps, il n'avait plus la consistance charnelle, je dirais plus que c'était du super bois, ou de la super porcelaine. Super intrigué, je pris sa main dans la mienne pour l'examiner, puis son super visage, et tout le reste, je la détaillais de partout jusqu'à réaliser que j'étais habillé comme elle, la même robe de combat, et j'étais super aussi étrange que elle, pourtant, je ne me sentais pas aussi différent que de d'habitude.

- Super Hikari, on a la même super robe de combat... Je n'aime super pas trop, et puis j'ai un short et toi pas !

Cela voulait-il dire que nous n'avions pas la même robe de combat ?! Je ne savais pas trop. Me tournant vers nos super mamans, je les examinais à mon tour, la super tenue de maman Ayame était effrayante, noire mais super belle, comme elle. Lui faisant un grand signe de la main, un super sourire ravi sur le visage, je fis de même pour maman Akiha qui... Blanc. Elle était tout le contraire de maman Ayame quand on y regardait de super plus près. Accourant vers elle, tirant Hikari de force -parce que oui, je lui ai promis super de ne pas la laisser seule, alors elle doit venir avec moi- je m'arrêtais devant maman Akiha qui... qui se mit à pleurer en nous regardant, cachant son visage dans ses mains.

- ... Pourquoi tu pleures, super maman Akiha ?

« Ce n'est rien, mon chaton... » Je ne comprenais pas du tout pourquoi elle était dans un tel super état pas cool qui fit monter une boule de chagrin dans ma gorge. Super ne sachant pas quoi faire, je déposais ma super main -libre- sur la joue de maman blonde qui redoubla de pleurs à ce super contact se devant d'être rassurant. Non, je ne captais vraiment pas là. Encore moins quand je sentis un truc froid et super effrayant planer au-dessus de nous. Relevant le super regard sur une masse sombre se tenant un peu en arrière de maman Akiha, je poussais un cri d'effroi, me plaçant devant super Hikari, paniqué quand la chose se mit à rire.

- Maman ! Attention, y a un super truc derrière toi !

Et là, je fondis super en larmes, ne sachant comment réagir autrement. Je ne pensais pas que l'Arène était aussi super étrange. « Regarde ça, Ayame ~ Ces gosses sont bien plus parfaits en cobayes ~ » Et ça parlait en plus, avec super maman Ayame. Vision brouillée, je me jetais dans les bras de maman Akiha, ne comprenant pas pourquoi elle ne bougeait pas, pourquoi elle n'avait pas peur de la chose dégageant une aura noire autour d'elle.

- Hiiikarriiiii !

Je veux ma sœur ! Elle était super intelligente, alors, je ne pouvais que compter sur son super sens de déduction pour trouver des réponses à tout cela.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Ven 11 Oct - 20:08

« Bonjours mamans, nous pouvons super y aller ? » Dans l’arène. Je n’avais pas envie de le faire, je n’avais pas envie d’avancer dans ce nouvel univers que je ne connaissais pas. Non, vraiment pas mais une fois de plus, les lèvres cousues, je ne pouvais montrer mon désaccord. Telle une poupée de chiffon, je ne pouvais que me laisser mouvoir par les autres. Je saisis la main qu’on me tendait, essayant vainement de me rassurer en me disant que si Kiseki était là, tout irait bien, que ce ne serait pas dangereux, que je ne risquerai rien. Kiseki me protégerait, Kiseki… Ne savait le faire. C’était mon devoir d’être le gardien de sa pureté, c’était à moi de le guider à la base. Mais rien ne se passa comme ça, dès le début tout fut chamboulé, il était sorti le premier, il s’était intégré à ce monde. Sans moi. Il n’avait pas besoin de moi, alors pourquoi persistait-il à me tendre cette main en bon frère qu’il essayait d’être ? « Je ne te laisserai pas toute seule, super Hikari. » Parce que sans lui, je périrai bien plus vite, bien plus atrocement.

Et je fis un pas, nos premiers pas dans cette infrastructure que je ne connaissais pas. Levant les yeux vers le décor, je me perdais dans le ciel sans fin se mélangeant à l’horizon. Une lune d’un gris étourdissant surplombait le tout alors que sa présence en ces lieux n’avait rien de logique… comment ? La matérialisation, me disais-je dans un soupir. « Trop super bizarre... Eh tu as vu ça ? On dirait des super pièces détachables ! ». Et c’est quand je levais le regard vers mon jumeau qu’un rire nerveux traversa mes lèvres, nos robes de combat. Ce n’était pas parce qu’elles étaient identiques que je riais, mais pour ce que nous étions. Des poupées articulées, des êtres faits de porcelaine pouvant se briser à tout instant, des objets de beauté. Depuis le début, je l’avais su. Nous n’étions que divertissement qui, à la première fissure formée finirait à la décharge. Des déchets. Mais je me retrouvais triste de voir que Kiseki était identique à ma personne, que lui aussi… n’était que souillure. Non, c’était faux, s’il était comme ça, c’était de ma faute, c’était parce que nous étions jumeaux, aurais-je voulu me dire.

- Super Hikari, on a la même super robe de combat... Je n'aime super pas trop, et puis j'ai un short et toi pas !

Et ce fut le moment de la réalisation pour moi. Que portais-je vraiment en fait ? Une blouse… et un unique sous-vêtements fort, fort petit. Tellement petit que j’aurais presque peur d’écarter les jambes… Non mais c’est quoi ça ?! Était-ce une autre manière de m’humilier ? Je ne savais pas, mais je me sentais mal. Je voulais partir, je voulais me terrer quelque part, je voulais… mourir. Et d’autant plus quand je vis ma créatrice pleurer, je fis un pas en avant pour la rassurer, pour la prendre dans mes bras comme elle le faisait quand je me sentais mal, mais je ne fis rien. Me faisant devancer par mon jumeau. Mais ce n’est pas son action qui me stoppa net, ce fut plutôt la masse noire qui tournait autour de Dead Master-Sama qui me glaça le sang. « Regarde ça, Ayame ~ Ces gosses sont bien plus parfaits en cobayes ~ » Je… ne pouvais me résoudre qu’à donner raison à ses dires. Baissant la tête alors que Kiseki criait mon nom pour je ne sais quelle raison, je restais immobile, impassible à regarder ce qui devait être mes pieds… articulés.

Que pouvais-je faire à présent ? Rester tétanisée sur place comme d’habitude. Mais je ne voulais me laisser abattre tout le temps, moi aussi… je pouvais peut être faire quelque chose, moi aussi je… ne savais rien. Relevant mon regard vers Dead Master-Sama j’essayais de trouver des réponses dans ses yeux perçants, chose qui n’arriva pas étant donné que je ne sus la fixer plus de cinq secondes. Me mouvant tant bien que mal, je me rapprochais de la directrice et de la masse, et c’est quand j’ai levé ma main pour la toucher que j’ai compris. Je ne sais pas comment… la chaleur, l’aura ? Non, même pas… c’était ça, le défaut d’Akiha-Okasama, c’était elle, la tâche qui noircissait ses pensées. La chose. Shinai.

- Akiha-Okasama…

C’était elle aussi. Souriant légèrement en me reculant de tout cela, je me dirigeais vers celle que je connaissais vraiment, celle qui était belle, celle que j’aimais tant, celle qui se confrontait à la tristesse de me voir dans ma vraie nature, celle qui m’épaulait jour après jour. Venant enrouler mes bras autour de sa taille, je posais ma tête contre sa poitrine en fermant les yeux. Une étreinte, elle en avait besoin, n’est-ce pas ? Oui, pour la calmer, comme elle le faisait si bien avec moi. « Vous n’avez guère à en être triste, Akiha-Okasama, tant que nous sommes là pour vous, n’est-ce pas ce qui compte ? ». Oui… elle le disait tout le temps. Tant que nous sommes là.

- Maaah ~ Tu as réussi à effrayer notre fils, mon cœur ~ Mais tu as raison, ils révèlent un certain … charme ~

Me reculant tout en tirant Kiseki près de moi sous le gloussement de Dead Master-Sama, je laissais couler mon regard sur Akiha-Okasama, détaillant sa robe des yeux… magnifique. Tel un ange alors qu’Ayame-Okasama vêtue de noir démontrait les ténèbres de son être… Deux opposées et si belles ensemble, si parfaites… et nous venions de cette union… comment ont-elles fait pour créer une abomination telle que moi ? Pourquoi ne pouvais-je moi aussi être parfaite comme elles ? Parce que moi, je n’étais qu’un objet brisé, cassé et sale.

- Une fois que Kiseki-Kun aura arrêté de pleurer, veut-il essayer la matérialisation ? Il suffit d’imaginer l’objet dans votre tête, un peu de concentration et elle apparaîtra dans votre paume ~ On fait simple, une petite balle pas plus grande que votre main ~

Une balle… je pense. Fort. J’avais vu une balle en verre dans un livre ce matin, ronde, translucide, aussi vide que ma personne. Fermant les yeux en faisant apparaître la chose dans ma main, c’est avec étonnement que je la vis là, dans le creux de ma poigne. Du verre… aussi fragile que ma personne et Kiseki ? Lui aussi y arriverait. Et Akiha-Okasama, était-elle fière de moi ? Et sa chose ? Comment voyait-elle ma création ? Et je n’aime pas me poser trop de questions en sachant que je ne les dirai jamais ouvertement. Non. J’en ai marre. Tous… Hum. Rien.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Ketsuki

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Là où personne ne s'attend à me voir, super !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 selon vos critères
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Sam 26 Oct - 22:05

Je ne comprenais pas pourquoi super personne ne réagissait pas tandis que la masse noire flottait autour de maman Akiha, dégageant une sorte de force super maléfique qui me donnait froid dans le dos. En désespoir de cause, je lançais des petits regards paniqués à super Hikari qui ne daignait guère se pointer à mes cotés pour qu'on puisse faire réagir super maman blonde toujours en larmes sous nos yeux si super similaires aux siens. Même maman Ayame ne donnait pas de super signe de vie, nous regardant sans moindre super compassion. Je savais, nous le savions tous les deux -super Hikari et moi- ce qu'était l'Arène, ce super endroit où nous pouvions matérialiser des super choses auxquelles nous pensions, mais j'étais loin d'imaginer cette super désagréable situation. Entre ma super robe de combat qui n'était pas comme dans mon imagination, parsemée de métal et de protections diverses, maman Akiha qui pleurait -ce qui me faisait super pleurer aussi-, super Hikari qui osait toucher l'ombre sans plus de super cérémonie faisant que je m'inquiétais super pour elle aussi, et Dead super Master-Sama ne bougeant pas... Tout cela réuni me dépitait au point que j'en pleurais d'autant plus. Finalement, il n'y avait pas ici de super peluches roses et de licornes bleues... Il fallait. Oui, je devais changer cela, moi le grand frère de super Hikari, un super Ketsuki, il était de mon devoir de rassurer les super femmes que je devais protéger ! Mais pour l'instant, je ne savais super pas comment m'y prendre.

- Vous n’avez guère à en être triste, Akiha-Okasama, tant que nous sommes là pour vous, n’est-ce pas ce qui compte ?

Hochant de la tête et suivant les super gestes de ma jumelle, je me décalais un peu pour qu'elle puisse enserrer maman Akiha dans ses bras. Cherchant les billes rouges de la super chose -que je considérais comme super méchante-, je la détaillais d'un regard mauvais, menaçant de la tuer si elle s'approchait d'avantage de notre maman à nous. Oui, nous les super jumeaux protégerons tous ceux qui voudront faire du mal à nos super mamans. Chose que je savais d'autant plus dérisoire sachant qu'il n'y avait personne de plus fort que super maman Ayame, et qu'elle nous sauverait tous si la masse noire voudrait s'en prendre à nous. Soupirant de soulagement en constatant que super maman blonde ne pleurait plus, comme apaisée par la présence de super Hikari, je reniflais bruyamment tandis que ma sœur m'arrachait de la chaleur de notre super mère sous les paroles de notre deuxième super créatrice.

- Une fois que Kiseki-Kun aura arrêté de pleurer, veut-il essayer la matérialisation ? Il suffit d’imaginer l’objet dans votre tête, un peu de concentration et elle apparaîtra dans votre paume ~ On fait simple, une petite balle pas plus grande que votre main ~ 

Retournant à la super réalité après cet épisode des plus déstabilisants, je hochais sérieusement de la tête sans lâcher ne serait-ce que pour une seconde la vision de l'ombre qui s'enroula plus de super Dead Maser-Sama, laissant maman Akiha tranquille. Ne captant pas clairement ce qu'elle nous demandait, je restais super perplexe tandis que Hikari... Elle, elle agissait selon les dires de notre super créatrice. Que devais-je faire ? Protéger super maman Akiha qui se releva, les yeux rougis, pour observer ce que faisait ma super jumelle, ou alors obtempérer aux demandes de super maman Ayame ? « Tu me dois obéissance » Ces quelques mots me donnèrent froid dans le dos, lançant un regard mi-craintif, mi-perdu vers la super femme aux yeux verts, je fus cois de constater que ma super sœur sut ce qu'elle devait accomplir. Ouvrant grand les yeux sur une super boule transparente dans la main de Hikari, je m'approchais d'elle en sautillant d'excitation, trop fier de ma super jumelle. Ne voulant rester en retrait sous les regards scrutateurs de nos mamans, j'imaginais une boule similaire à celle de Hikari, mais super bleue et non transparente. Sourcils froncés sous la concentration, main super tendue devant ma silhouette telle une puissante magique qui devrait relever un pouvoir surnaturel, je grinçais super des dents ne voyant rien arriver. Une boule... une balle... Et hop !

Tirant la tête jusqu'au par terre en voyant une bille apparaître dans ma main, je grimaçais super déçu de cela, mais en bon homme que j'étais, je ne m'apitoyais pas sur mon sort. Faux, je le fis, lançant un regard dépité à Hikari avant de me reprendre et de recommencer. Et j'en créais plusieurs comme celle-ci, tellement que je sentis un coup de super blues m'envahir avant que je ne reprenne mes esprits. « Heh, déjà une affinité, ils sont pas si nuls qu'ils le paraissent, même si le gamin n'a pas l'air de savoir compter jusqu'à un ». Relevant la tête vers la chose parlante, je la fusillais de mon super regard mauvais et lui tirais la langue avant de faire ce qui me semblait le plus logique à faire, et ce fut de rassembler toutes les billes en une, attrapant quelques unes au vol qui faillirent tomber de ma main, et ainsi, créant une seule boule, de la même matière que celle de ma super sœur. Tout fier, je brandis la super matérialisation devant les yeux de tous dans mes deux mains, tout super content.

- Vous avez super vu ça ! C'est trop super génial ! Hikari, on essaye d'invoquer un super carpeau géant comme dans super Naruto ?

Excité comme une puce, un sourire d'une super oreille à l'autre, j'accourus vers elle -à genre super un mètre de moi- et... trébuchais sous l'empressement, la super balle -boule- tombant au sol. Voyant sa chute comme au ralenti, j'essayais de super la rattraper, et ce d'une manière que je jugeais logique, en pensant à la première chose qui pourrait amortir la chute de la balle en verre lisse, un coussin blanc comme neige se dessina sur le sol de l'Arène, super attrapant l'objet crée que je repris dans les mains, soufflant de soulagement dans un « ouf » amusé, avant que ma tête ne tourne et que j'en sois super déstabilisé, tandis que le super coussin disparut dès que je n'y pensais plus. Super trop bizarre.

- Doucement mon chaton, ne force pas trop, tu n'es pas encore habitué à la matérialisation.

La voix soucieuse de super maman Akiha résonna dans la grande salle sans fin. Elle vint ébouriffer mes cheveux sous une grimace contrariée de ma part, n'aimant pas qu'on dérange le sens super naturel de ma chevelure incoiffable. « Ils ont du potentiel, heh. Tranche les en deux, Ayame, cela pourrait être amusant ~ » Tout d'abord fier du compliment de la chose noire tournant autour de super maman Ayame, je tressaillis de peur par la suite, mais je ne saurais dire si c'était sous la proposition de l'ombre ou le regard meurtrier que lui lança la vraie maman habillée en blanc. Prenant tout de même des super précautions, je me mis à coté de Hikari, attrapant sa super main dans la mienne, de l'autre tenant toujours ma boule de verre, tandis que maman blonde vint examiner sa balle de plus près, super concentrée.

- Du verre comme affinité dès le début ? ~ Sinon... N'ayez pas peur de cette ombre, mes chéris, elle ne vous fera aucun mal ~

Maman Akiha avait l'air d'avoir reprit de sa super vivacité, vu son sourire gentil sur les lèvres, même sous les rires de la chose noire disant super bien que cela restait à voir. D'ailleurs, elle me donnait vraiment froid dans le dos, cette chose qui s'agrippait à Dead super Master-Sama comme si... Je ne captais pas vraiment ce qu'elle était, mais je croyais en maman Akiha. D'ailleurs, elle ne tarda pas à déposer un bisou super chou sur le crâne de ma jumelle dans un « Joli ~ » digne de sa personne pour complimenter ma sœur. Et moi ? J'ai super aussi réussi !

- Hikari, le crap...

Non ? On dirait que non, sous les regards de super mamans.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Mar 29 Oct - 19:10

Je n’ai jamais posé la question sur la véritable formule qui nous eut créée, serait-ce lié à la matérialisation ? Serait-ce grâce au pouvoir de Dead Master-Sama que nous étions là ? Étions-nous seulement fait de chair et de sang ? Nos organes étaient-ils seulement véritables ? N’y avait-il pas plutôt une pompe mécanique faite de métal en nous ? Tant de questions qui se heurtèrent à mon esprit en voyant la facilité avec laquelle Kiseki faisait preuve pour matérialiser ses boules de verres. Nous n’étions normaux. Jamais nous ne le saurons, mais si Kiseki voulait croire qu’il était humain, je ferai tout pour que ses croyances persistent à tout jamais en lui. Si il voulait d’une vie normale… je me battrai pour la lui donner. Mais saurai-je seulement faire cela ? Il était bien plus doué que ma personne, contrairement à moi, ce n’était pas qu’une seule boule en verre qu’il créa, mais une bonne dizaine si pas plus… j’étais misérable devant lui, avais-je seulement le droit de rester à ses côtés ? « Vous avez super vu ça ! C'est trop super génial ! Hikari, on essaye d'invoquer un super carpeau géant comme dans super Naruto ? ». Je voulais me dire que oui, je voulais qu’il continue à me sourire, à me parler, à me faire vibrer sous sa joie… qu’il adoucisse la peine que j’éprouvais de vivre. Fermant les yeux un court instant, je les rouvris pour les laisser tomber sur Akiha-Okasama. Pour elle aussi, je voulais encore rester ici, pour qu’elle puisse m’étreindre, m’embrasser… m’aider comme son jouet qu’elle essayait de berner en le nommant comme « sa fille ».
Douce vie pénible.

- « Ils ont du potentiel, heh. Tranche les en deux, Ayame, cela pourrait être amusant ~ »

Nous trancher en deux. Je n’acceptais pas. Kiseki… je ne voulais pas qu’il souffre sous les envies dérisoires d’une masse sombre, mais le sourire de Dead Master-Sama me fit croire que cela arrivera dans peu. Baissant le regard en pestant sous mon impuissance, je le relevais cependant que la voix luxurieuse d’Akiha-Okasama résonna dans mon ouïe quand celle-ci prit notre défense pour contredire les envies sadiques de l’entité qui s’avérait être… également Akiha-Okasama. « Du verre comme affinité dès le début ? ~ Sinon... N'ayez pas peur de cette ombre, mes chéris, elle ne vous fera aucun mal ~ ». Mensonge. Mais ces pensées disparurent en même temps que les lèvres de ma créatrice se posèrent sur mon front et qu’elle complimente ma première matérialisation médiocre. Mensonge fois deux. Mensonges, toujours des mensonges, ces êtres ne savent que mentir. Baissant la tête en sentant une colère incompréhensible m’envahir, je serrais les poings en éclatant dans ma paume la boule de verre que j’eus créé précédemment. Les humains étaient tous des menteurs, les humains n’étaient pas bons, les humains… les humains. Qu’ils meurent tous, pour que je puisse… stop. Ayant un haut le cœur sous mes pensées, je sentais mon corps trembler sur place… je… je n’étais pas comme ça. J’ai… Je vénérais les humains… Non, je les respectais, mais je ne les aimais pas… parce qu’ils m’étaient supérieurs ? Parce qu’ils étaient libres.

- Hikari, le crap...

« Shinai ». Furent mes dires pour couper mon jumeau. Faisant un pas en arrière en gardant le visage baissé, je tendis mes mains devant moi pour venir matérialiser quelque chose qui les rendrait… fières ? Je n’avais pas besoin qu’elles le soient… Je n’avais pas besoin de leurs gentillesses, je ne faisais que… me mentir. Faisait-ce de moi une humaine ? Non, je n’avais pas la prétention de dire cela, je savais où était ma place, là-bas, au fond du trou. Fermant mes yeux en imageant ce qui pouvait sortir de moi, ce qui deviendrait mon arme peut être, je laissais une leur scintillante envahir mon esprit, façonnant ce que je ne voyais concrètement pour lui donner une forme… quelconque, n’importe laquelle, une forme, solide, brutale… mais fragile. Et elle apparut, faible qu’elle puisse être, petite et insignifiante… j’en étais… troublée. Un marteau, petit, un manche court avec un mat pas plus grand que ma tête… Je voulais de la grosseur, de la beauté, plus de… matérialisation. Détournant mon regard de cette chose médiocre que je tenais, je levais la main vers la boule de Kiseki, bien plus grosse que la mienne pour l’utiliser à améliorer mon arme. Un mouvement souple de la main et elle arriva dans ma direction à toute vitesse pour venir se heurter à mon arme. Elle ne s’éclata pas dessus, elle fusionna avec, je fis de la matérialisation de Kiseki, la mienne.

- Ce ne serait pas… amusant.

Levant mes yeux vers l’ombre en brandissant mon arme devant mon corps, je foudroyais celle-ci de mon regard bouillonnant d’une lueur variant entre le vert et le bleu… légèrement apposé par une tâche verdâtre sans doute invisible à cet instant. Je ne savais pas d’où venait toute cette haine que je ressentais, cette colère qui faisait vibrer mon corps, et… La fin. Je ne l’ai pas sentie venir. Mes jambes ont cédés, mon arme a disparu, j’ai senti la porcelaine me servant de peau, se briser sous ma chute. Un éclat… mes genoux se sont fissurés. Mais rien n’en coulait… vide. J’étais vide à l’intérieur. Mourrais-je ? Non, j’ai forcé… je ressentais le vide.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiseki Ketsuki

avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Là où personne ne s'attend à me voir, super !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 selon vos critères
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Lun 18 Nov - 21:22

L'ambiance n'était pas super amusante en soi, entre les paroles super méchantes de la chose noire, et l'air lugubre de l'Arène, je ne savais où en donner de la tête. Si, si ! Je savais quoi faire, qui regarder, comment super réagir. Ce n'était pas super compliqué en soit, il suffisait que je matérialise des super choses, que je montre mon savoir-faire de sorte à ce que mes mamans soient fières de mes prouesses. Nos super prouesses à Hikari et moi ! D'ailleurs, je me fis couper dans le super élan de créer quelque chose d'extraordinaire. Et ceci à cause d'un seul super mot que je ne trouvais pas si super que cela. « Shinai ». Levant un regard super interrogateur à ma jumelle, je n'ai pas capté tout de suite pourquoi elle me disait cela, je ne me rappelais pas d'avoir fait quelque chose de super mal pour qu'elle m'en veuille. Étonné de son comportement, j'ouvris super grand les yeux quand un truc apparut dans la main de Hikari, c'était une sorte de super marteau un peu transparent. Super perplexe, je fis un pas dans sa direction avant de m'abstenir, sursautant de super surprise quand la boule que je tenais toujours dans la main, se volatilisa pour aller se heurter à l'arme de ma sœur. Parce que oui ! C'était une véritable arme à présent. Super ébloui par le grand marteau en super verre dans les mains de ma super sœur jumelle, j'ouvris la bouche d'émerveillement, voulant presque applaudir sous la beauté de l'objet qu'elle eut crée. Ne me posant pas plus de questions sur le super fait que ma boule eut solidifiée la sienne, je voulais moi aussi faire la même chose. Et oui, nous étions les super jumeaux Ketsuki, et je serais super toujours là pour aider Hikari quand elle en avait besoin, et ce jusqu'à lui donner ma matérialisation. Fier d'elle, je fis un super pas dans sa direction, tout super content.

- Ce ne serait pas… amusant. 

Heureux que je pouvais l'être, mon super sourire s'effaça en même temps qu'un sentiment d'inconfort me saisit super fort au cœur. J'étais... terrifié. Enfin, je crois, vu que je ne savais pas définir ce que je ressentais en regardant Hikari pointer son super marteau vers la masse noire de maman Akiha. Mais ce ne fut super pas cela qui me bloqua, non, c'était le regard, la force étrange qu'émanait de ma super jumelle qui me donna froid dans le dos. Super sérieux tout à coup, je lançais un regard empressé vers nos super mamans qui n'avaient l'air d'avoir remarqué un quelconque changement en super Hikari. Ne comptant guère sur elles dans cette impression étrange que je ressentais super fort, toute mon attention se focalisa sur la créatrice du super marteau. Et là, je vis tout au super ralenti, quand elle tomba, fracassant ses genoux sur le sol super dur de l'Arène. Je... Que... ?! Mais que ce passait-il ?! C'était sa faute, à cette super masse noire me donnant la chair de poule, j'en étais sûr ! Mon sang ne fit qu'un tour tendis que je vis super maman Akiha s'étonner et que la chose flottante voulut s'approcher de super Hikari pour je ne sais quelle raison. Pris par la super urgence, je m'élançais vers ma jumelle voulant faire barrage entre elle et le reste du monde. Quiconque fera du mal à Hikari, mourra. Mais super rapide que je pouvais l'être, l'ombre -ou je sais pas tout super quoi- était plus rapide, tellement que je ne sais pas trop comment je l'ai fait, mais super paniqué, j'imaginais une arme et la lançais sur la chose volante. Et cette dite arme, s'avéra être une poignée de billes qui transpercèrent la masse noire de tout part, ne la faisant super pas disparaître certes, mais au moins elle s'est arrêtée pour lancer un regard haineux vers moi.

- Ne t'approche super pas de super Hikari !

Me plaçant en mode super bouclier devant ma sœur, une autre poignée de billes empli ma main. Ma super tête me tournait, mais la fureur que je ressentais et le besoin de protéger ma super jumelle, me donnait des forces. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi je réagissais de la sorte, sachant que super maman Akiha ne ferait pas du mal à Hikari, et qu'en cas de danger maman Ayame était super là aussi. Mais sur le moment, je voulais que personne ne s'approche de ma super sœur en mauvais état. Les traits tirés par la super rage sous le rire de la masse noire, j'hésitais entre me jeter sur elle pour la tuer ou alors, secourir super Hikari. Enfin, j'eus juste hésité un court instant, optant par lancer à l'arrache les billes sur l'ombre avant de tomber à genoux devant super Hikari, essayant de la redresser en position assise, pour voir si elle allait bien. Voyant ses genoux, super brisés, super bizarres, je fondis en larmes.

- Hikari... Super ne meurs pas !

Serrant sa super personne dans mes bras de porcelaine, je voulus la remettre en état pour qu'elle puisse continuer à être ma super sœur que je devais protéger. Sentant une super main sur mon épaule, je serrais les dents et tournais super vivement ma tête en direction de la chose qui voulait me séparer de ma super jumelle. Furieux, je me heurtais à un regard bleu clair, super similaire au mien, et un visage souriant. Super ne captant pas pourquoi je me sentais soudainement apaisé, je voulus dissiper cette plénitude sachant qu'il y avait la super masse noire non loin et que je devais la tuer. Oui, je devais super le faire pour venger Hikari, sauf que je n'avais plus beaucoup de forces. Tellement peu que je finis par m'asseoir à coté de ma jumelle, tandis que super maman Akiha réparait ses genoux rien qu'en passant ses super mains dessus. N'ayant guère le super temps d'être étonné de cela, mon regard se braqua sur maman Ayame, tandis que je pointais la masse parlante du doigt.

- Dead Master-Sama, je dois tuer cette chose.

« Calme-toi mon ch... » Coupant maman Akiha qui relevait Hikari, par un « non ! » sans doute super trop impérial sortant de ma bouche, je me levais à mon tour du sol, la fatigue super m'accablant sous l'utilisation prolongée du pouvoir qui nous fut octroyé. Finalement, l'Arène n'était pas l'endroit le plus super génial du monde, mais pour qu'il le soit, je devais devenir super plus puissant, afin de savoir protéger super Hikari dans toutes les circonstances.

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hikari Ketsuki

avatar

Messages : 93
Date d'inscription : 11/09/2013
Localisation : Undai

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Nin'gyou no Ketsuki
★ Age : 16 bocaux
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    Mar 19 Nov - 23:11

Cela n’allait nullement comment je me l’étais imaginé, je ne m’attendais pas à m’effondrer de la sorte, d’avoir le souffle coupé par je ne sais quelle sorcellerie envoutant ce lieu. Sorcellerie, ce n’en était pas une. Non, ici on parle de sciences et de malades se croyant être des Dieux en créant des êtres pathétiques tel que moi pour s’amuser. Voilà ce qu’était Undai, un endroit où je n’avais pas ma place. J’étais dans un sale état à cet instant précis, mon cœur battait à tout rompre alors que je n’avais même pas assez de force pour redresser la tête. Mes yeux se sont rivés directement sur mes genoux brisés par ma chute, la porcelaine qui recouvrait mon corps était d’une fragilité monstre et j’en fis les frais en voyant mon apparence si frêle. Mais ce n’était pas tout… Non, ce qui pouvait paraître étrange était plutôt le fait que je ne ressentais aucune douleur, comme-ci… je n’étais qu’un objet brisé sans âme ni émotions.
Ce que j’étais.

- Ne t'approche super pas de super Hikari ! Hikari... Super ne meurt pas !

Revenant à la réalité sous les mouvements brusques de mon jumeau, je grimaçais sous ses cris. A se demander ce qui était le plus insupportable, ne pas savoir faire un mouvement sans que l’on nous aide ou entendre la voix criarde de Kiseki si près de vous. Le laissant me mettre en position assise, je levais tant bien que mal mon regard vers sa personne, suant d’une colère incompréhensible, il était… terrifiant dans un sens. Je le sentais, je la voyais, sa colère m’imbibait, brouillait mes sens, alors qu’elle se dissipa quand la main douce de ma créatrice se posa sur mes parcelles abimées. Akiha-Okasama. Non, mais c’était vrai… De sa simple présence, elle me coupait du monde extérieur, il ne me suffisait que de croiser son regard pour que je devienne obnubilée par son visage, il ne fallait qu’une caresse de sa part pour que je me perde dans ce sentiment de chaleur… ma créatrice. Ma… mère ? L’amour d’un enfant.

- Dead Master-Sama, je dois tuer cette chose.

Mais Kiseki devait passer devant quiconque. Parce qu’il était une partie de moi, je vivais en lui, je vivais grâce à lui, nous n’étions qu’un… deux parties séparées dans deux corps différents. Sa colère explosait de plus en plus, son regard si tendre, si joyeux s’assombrissait plus les secondes passaient, plus mon corps se refaisait sous les prouesses d’Akiha-Okasama, plus son corps se contractait sous mon regard. Agir… Je le devais. Pour le préserver, pour le soutenir, pour lui montrer que finalement, moi aussi j’étais là pour lui ? Oui, c’est sans doute cela. Me relevant en prenant appui sur lui, j’enserrais mes bras autour de sa taille pour lui faire comprendre que toute action était vaine, que… Je ne le laisserai pas foncer tête baissée vers notre Akiha-Okasama, du moins son ombre. C’est ce que je voulais. L’empêcher d’agir, le retenir quitte à ce qu’il s’effondre, quitte à ce que je le blesse moi-même pour le sauver d’une attaque bien plus douloureuse que je pouvais facilement deviner arriver de la chose noire flottant non loin de nous. Et c’est ainsi que cela se réveilla, qu’il se vida alors que je lui volais son tout. C’est ainsi que…

- Je… te l’interdis.

Je ne sais pas comment, je ne sais pas l’expliquer, mon corps s’était collé au sien dans une étreinte fraternelle, étouffante, remplie d’amour et de ce vouloir de le vider, sans doute. Mon esprit agit en contact de cette matérialisation que je sentais en lui, celle qui s’assemblait si bien à la mienne à première vue. J’ai pensé, je l’ai désiré et je l’ai eu… serait-ce cette ancienne jalousie, serait-ce causé par le fait que je voulais être plus forte que lui ? Non, je ne voulais que le protéger. Et il tomba. Mais Dead Master-Sama fut là pour le retenir, pour amortir la chute qui briserait son corps en morceaux.

- Maaah ~ Voilà une chose intéressante mon ange ~

Ses paroles s’adressèrent à ma personne, sa voix mielleuse mais terrifiante, son regard vous faisant fondre tout en vous décortiquant, tout cela m’était adressé alors que Kiseki n’était plus qu’un corps endormi. Il… était vide. Levant mes mains pour regarder celles-ci, il ne me fallut pas plus de cinq secondes pour comprendre ce que je venais de faire, il en allait de même pour la directrice… Avait-elle vu Ô comment je m’étais montrée impitoyable envers mon frère ? Pour une bonne cause. Mais peut-on déclarer des guerres pour des raisons valables ? Non, et mon acte revenait au même. Un objet brisé… jaloux et haineux ? Non, monstrueux.

- Rentrons à présent, nous devons parler Akiha-Chan ~ Après tout, n’est-ce donc pas magnifique de voir qu’Hikari-Chan se promet déjà un avenir fabuleux ? Monstrueux, mais fabuleux ~

Monstrueuse. Je l’étais. Kiseki… Toi qui m’entends, toi qui m’aimes, toi pour qui je donnerais ma vie… me pardonneras-tu cela un jour ? Mon jumeau… mon aimé… mon monde.

Parce que nous ne sommes qu’un, partageons tout ce que nous sommes.
END

____________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Les poupées Ketsuki... un pas, nos pas.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» j''me suis fait tout p''tit devant une poupée qui disait non
» Sarkozy et la poupée vaudou
» Abbigaelle Thuringwethil. Etrange poupée blonde. [ FINI ! ]
» Une adorable poupée ou bien le diable ? =o [PV AYUMU]
» [Magazin de jouets] Une nouvelle poupée? [PV: Drozell Keinz & Jude Wolf]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Arène-