AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une perdue, une nuit calme, et une enragée de la vie; très mauvais!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Une perdue, une nuit calme, et une enragée de la vie; très mauvais!   Jeu 7 Juin - 15:05

Je posai le livre que je lisais à côté de moi sur le matelas et soupirai. Ça faisait maintenant des heures que j’étais seule, ma rencontre avec Jun s’étant finalement terminé. Ça avait été un rencontre étrange et quelque peu inattendu. La nuit était tombée et j’avais ouverts les rideaux, laissant la lumière de la lune éclairer ma chambre. La nuit était mon moment préféré. Son calme et sa rassurante noirceur m’aidaient à me sentir mieux.
Je levai mon bras gauche et posai mon avant bras sur mes yeux. Mon regard capta le bracelet que je portais maintenant au poignet et je me redressai dans mon lit. Ce bracelet était mon bracelet de matérialisation. Ainsi, lorsque je voulais combattre, une arme ainsi qu’une tenue de combat apparaîtraient. Mais il fallait beaucoup de pratique pour pouvoir réussir à matérialiser ces derniers à la perfection. Je fronçai les sourcils en me rappelant que, dans l’arène, les matérialisations étaient automatiques. Je pourrai peut être m’y rendre afin de voir à quoi mon arme ressemble? Il était dit que l’arme se créait à partir des émotions du combattant. Je me demandais vraiment comment la mienne serait.
Finalement décidée, je me levai de mon lit en m’étirant, levant les bras au dessus de ma tête. Je jetai un coup d’œil vers l’autre moitié de chambre et fronçai les sourcils. Je n’avais toujours pas rencontrée ma VRAIE colocataire. Cette dernière ne s’était jamais pointée dans la chambre. Peut être avait-elle eu vent qu’une personne partagerait désormais sa chambre et qu’elle n’appréciait pas l’idée?
Je secouai la tête et me dirigeai vers mon bureau, tirant le tiroir du haut et en sortant un sweat rouge à capuchon. Je l’enfilai par-dessus ma chemise, puis replaçai mes cheveux en passant négligemment une main dans ma tignasse blanche. Je me retournai vers ma table de nuit, éteignis la lampe et sortis de la chambre après avoir chaussé mes converses. L’établissement était silencieux maintenant que la nuit était tombée, et j’appréciai d’être capable de marcher dans les corridors sans croiser qui que ce soit. Fourrant les mains dans les poches de mon sweat, je me dirigeai vers la sortie des dortoirs, levant la tête au ciel une fois à l’extérieur. Un vent frais fit voleter mes cheveux et je secouai la tête pour les ôter de devant mes yeux. Je marchai sans me presser vers l’arène, passant par le parc. J’appréciais le silence de la nuit, la solitude qu’elle m’offrait. Je repensai à l’étrange rencontre que j’avais eu avec Jun et je secouai la tête. Pour avoir été étrange, ça l’avait été! J’étais encore un peu surprise de cette rencontre, mais je m’en remettais peu à peu. Après quelques minutes de marche, j’arrivai finalement à l’arène et je la contemplai pendant un bon moment. Elle semblait sinistre, les piliers et autres éléments présents semblaient en ruines. Un frisson me courra le long de la colonne vertébrale et je me forçai à faire un pas dans la direction de l’arène. Je n’aimais pas la sensation de pression qu’avait l’arène sur moi. Je me sentais comme observée par quelconque créatures, comme si on allait m’attaquer. D’un côté, ce n’était pas si surprenant que ça. J’étais quand même en train de me promener dans l’arène, de nuit. N’importe qui pourrait se méprendre sur mes intentions et m’attaquer… ou simplement m’attaquer que pour un plaisir sadique.
Je retirai ma main gauche de ma poche de sweet en ressentant une légère vibration sur mon poignet. Je souris en voyant que mon bracelet s’était activé, comme je l’espérais. Mais j’ignorais toujours comment matérialiser mon accoutrement de combat. Comme si le bracelet avait lu dans mes pensées, je ressentis une étrange sensation sur mon corps et lorsque je baissai les yeux, je remarquai avec surprise que mes vêtements avaient changés, en plus d’un poids nouveau sur ma tête.

- Mais qu’est-ce que…

Je portais maintenant un étrange costume de combat, dont le haut était un chandail rouge à manche longue et le bas de simples pantalons souples blancs. Sur mes avants bras, je portais des gants chacun sertis d’un gros rubis sur le dessus de la main. J’étais aussi accoutrée d’un étrange chaperon blanc et je levai la tête pour tâter ce qui se trouvait sur mon crane. Je restai pantoise lorsque je suivis les contours de la chose, y trouvant des crocs (que je voyais à la visière de mes yeux) et des cornes. Je laissai retomber mes bras. Mais qu’est-ce que c’était, cette tenue de combat!? Je baissai par la suite les yeux sur mes pieds, ceux-ci maintenant couverts de grosses bottes, chacune serties de lames : une sur le tibia et l’autre sur le côté extérieur de la cheville. Je relevai la tête lorsque je remarquai que quelque chose manquait à l’appel. Je n’avais pas d’arme.

- Est-ce que le bracelet serait défectueux? Me demandais-je à voix haute, levant mon bras gauche devant mes yeux.


Je ne pouvais plus voir le bracelet, ce dernier étant maintenant caché sous mon gant. Je soupirai et m’aventurai un peu plus dans l’arène. Peut être que mon arme s’était seulement matérialisée un peu plus loin? Qui sait? Je marchai pendant un moment, sans rien trouver à part l’environnement sinistre de l’arène. Ce n’était pas bon. Vraiiiiiment paaaas bon. Comment allais-je me défendre si jamais quelqu’un arrivait et m’attaquais dans une absence totale de réflexion? Je soupirai et me traitai trois fois d’idiote dans ma tête. Moi et mes idées stupides. Je relevai soudainement la tête lorsque j’entendis un bruit, comme un raclement de botte sur le sol. Je pris immédiatement une pose de combat, mes instincts et mes entrainements d’art martiaux remontant en moi. Avoir pratiqué les arts martiaux durant ma jeunesse (après avoir évité la mort lors de ce fameux concert), avait ses avantages. Je scrutai les ombres attentivement mais n’y trouvai rien. Peut être que mon imagination me jouait des tours?


Dernière édition par Ryuko Hirano le Ven 8 Juin - 3:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melody Hurst

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 30/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: White Blood Berserker
★ Age : 17,75
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une perdue, une nuit calme, et une enragée de la vie; très mauvais!   Jeu 7 Juin - 15:36

La fin de la journée. Génial. La mauvaise humeur de Melody avait en partie disparue. Pendant la journée, elle avait décidé que, ce soir, elle irait à l'Arène. La première fois. Sans personne. Enfin, elle était sûre de trouver quelqu'un ; ne s'était-elle donc pas retrouvée avec quelqu'un sur le toit, ce matin ? Bref. Elle y irait quand même. Marre d'attendre. Dans le peu de cours que Melody avait suivi, ceux de Matérialisation n'étaient que de la théorie. Alors, la pratique n'attendra plus. Plus pour Melody, en tout cas.

Elle s'était changé avant de partir vers l'Arène. Des habits noirs, pour le fond noir de cette nuit. Au cas où quelqu'un la verrait ; Melody ne tenait pas à être vue. Elle en avait marre, sérieusement. Alors elle essayait d'être la plus discrète possible. Marchant lentement à travers l'académie, elle était enthousiaste à l'idée d'enfin entrer dans l'Arène, mais aussi nerveuse à l'idée de savoir comment allait être de sa robe de combat. Si elle était classe, ça allait. Si non, alors... Ça allait pas du tout. Mais, on verra ça dans quelques instants, se disait Melody. Pourvu qu'elle ait de la chance, pour une fois. Surtout qu'elle savait toujours pas comment serait sa partenaire de chambre, étant entrée quand l'autre, s'étant déjà installée, était allait faire je ne sais quoi. Elle espérait aussi avoir de la chance... Elle tenait pas à avoir une année pourrie.

Enfin, l'élève de Seconde arriva devant l'Arène. Incapable de la décrire, elle pouvait juste se dire : « C'est zarb. » Oui, c'était étrange, l'Arène. Un environnement normal, puis, tout d'un coup, un truc bizarre. Enfin. Il ne restait plus qu'à faire quelques pas, et elle entrerait dans l'Arène. Elle inspira un bon coup et elle décida d'y entrer. Enfin ! Une très légère douleur se fit ressentir dans le corps de l'élève, qui l'encaissa facilement. Puis elle marcha encore, s'habituant un peu à ce nouvel univers, l'Arène. Ses jambes étaient lourdes ; était-ce l'effet de l'endroit où elle se trouvait ? Baissant le regard, elle remarqua que, non, c'était pas l'effet du lieu. C'était ses bottes en métal recouvertes de piques en fer noir. Elle n'avait plus qu'un short déchiré et troué, taché, en guise de bas et pour le haut, ce n'était qu'un bandage qui cachait sa poitrine. Son ventre était donc à nu. Elle avait les mains bandées et carrément squelettiques. Elle avait des cicatrices un peu partout sur son corps... Puis elle remarqua que ses cheveux avaient complètement changé.

Vous savez, dans la « vraie vie », Melody a les cheveux noirs, et assez courts. Enfin, mi-longs. Et ben là, c'est le contraire ! Ils sont longs, et ils sont blancs ! Enfin, ils tirent un peu vers le rouge sang. Elle sentait un bandeau sur son front. Une sensation bizarre. Au niveau de sa bouche. Elle mit une main sur ses lèvres... Lèvres inexistantes, d'ailleurs. Melody devina de suite que sa bouche était cousue. Elle avait juste envie de dire : « WTF ? », mais, avec une bouche cousue, ça allait être difficile. Pour parler, une seule chose : s'habituer, s'entraîner. Cool. Elle n'aurait rien d'autre à faire que s'entraîner à parler dans l'Arène. Mais Melody remarqua aussi quelque chose ; il y avait des choses plus ou moins lourdes sur sa tête. Elle passa ses mains sur ces choses lourdes. Des cornes ; deux petites, deux grosses, et grandes. En clair, elle était devenue un démon... Ça, par exemple, c'était la classe. Et si son apparence était flippante, c'était encore mieux.

Soudain, Melody entendit du bruit. Mais merde ! S'exclama – dans ses pensées – l'élève. Elle n'avait pas envie de se montrer. Enfin, pas encore, elle s'éloigna un peu et se fit discrète. Elle vit que c'était une fille qui entrait dans l'Arène. Apparemment, une nouvelle élève, car elle découvrait avec surprise sa tenue de combat. Et elle se posait une question bizarre, en regardant son bracelet. Pourquoi il serait défectueux ? Sa tenue de combat est apparue, non ? Ou bien s'habille-t-elle aussi bizarrement dans l'académie ? Je n'aimerais pas être à sa place. L'autre continua d'avancer, ce qui fit que Melody se trouva derrière elle. Elle profita de l'occasion pour s'éloigner encore plus, en toute discrétion. Ah, quelle discrétion ces bottes de métal ! L'autre élève releva aussitôt la tête quand elle entendit le raclement des bottes de Melody. Elle ne se retourna pas. Alors la jeune fille décida de se montrer. Elle fit quelques pas, alla derrière elle, mit sa main squelettique sur son épaule et dit d'une voix la plus claire possible, toujours en anglais :
« Je suis là. »
Un sourire figé se retrouva sur son pâle visage. Comment arrivait-elle à sourire avec une bouche cousue de la sorte ? Elle-même ne savait pas. Mais au moins, elle pouvait toujours utiliser sa bouche, même fermée. Voulant continuer la conversation – très rare chez elle, n'est-ce pas ? -, Melody demanda :
« Pourquoi ton bracelet serait-il ''défectueux'' ? Ta tenue de combat est bien apparue... »

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une perdue, une nuit calme, et une enragée de la vie; très mauvais!   Jeu 7 Juin - 16:19

Je continuai à scruter les ténèbres, mes muscles étant tendus sous l’attente, mes yeux se promenant d’un coin d’ombre à un autre. Je n’aimais pas ça. J’avais l’impression d’être observée, mais j’étais incapable de localiser d’où venais cette sensation désagréable. Je pivotai sur moi-même, scrutant une autre parcelle de l’arène. Toujours rien. Peut être avais-je vraiment imaginé le bruit? Ou un petit animal avait fait dégringoler une roche? Ouais, ça devait être ça. Je relâchai légèrement ma pose de combat, me redressant quelque peu. Je me faisais probablement des idées. Peut être que le côté sinistre de l’endroit affectait mes sens et me faisait imaginer des choses? Je secouai la tête. C’était probablement ça.

« Je suis là. » dis soudainement une voix étrange dans mon dos, mais facilement reconnaissable pour dire qu’elle était féminine.

Je me figeai sur place, la surprise et la peur me paralysant.

« Pourquoi ton bracelet serait-il ''défectueux'' ? Ta tenue de combat est bien apparue... »

Je n’eus pas le temps de répondre. On me toucha. L’épaule. Je ne m’attendais vraiment pas à avoir une légère pression sur l’épaule. Immédiatement, mes peurs ressurgirent, et mon cerveau envoya des messages d’urgence dans mon corps. Douleur. Inconfort. Danger. Fuir. Je fis un écart sur le côté tout en me retournant vers la nouvelle venue, mes yeux exprimant clairement l’horreur. Je mis rapidement de la distance entre moi et cette… chose, mon cœur battant la chamade. Mon épaule me démangeait, brûlait. C’était toujours ainsi lorsqu’on me touchait. Ma peau me faisait souffrir, me torturait, comme si une rivière de feu coulait à la place de mes veines. Je mis une main sur mon épaule, là ou j’avais reçu le contact et foudroyait l’autre du regard, mâchoires serrées. Elle m’avait prise par surprise. Je l’étudiai du regard, remarquant comment son habit de combat était complètement étrange… et quelque peu effrayant. La fille qui se tenait devant moi était légèrement plus grande que moi, avait de longs cheveux blancs avec une étrange teinte de rouge et sur sa tête, on voyait clairement des cornes… comme des cornes de démon. Je regardai ensuite son visage et frissonnai. Pas très accueillant. Et cette bouche cousue… de quoi vous donner des cauchemars pendant des décennies. Comment faisait-elle pour parler avec une bouche dans cet état en fait? Ça devait être pratiquement impossible! Je fis un autre pas de reculons, juste pour être certaine de mettre assez de distance entre moi et cette effroyable fille.

- Ne me touche pas, dis-je d’une voix calme, douce, mais d’où on pouvait quand même en entendre la menace.

Eh voilà! Je brisais mon mutisme pour la troisième fois dans la même journée! La première fois avec Ayame, la deuxième fois avec Jun et cette fois-ci avec… cette chose… fille… arrrg, je ne sais plus! Mais qu’est-ce qui me prenais? D’un côté, ce n’était pas vraiment de ma faute, sous le coup de la surprise, je m’étais sentie obligée de parler. Même si j’avais déclaré une menace ouvertement. Ce n’était pas vraiment mon intention de la menacer, mais étant sur les nerfs et encore sous la surprise, je n’avais pas vraiment été capable de contrôler mon ton de voix. Je ne voulais aucunement avoir des problèmes avec cette fille qui avait l’air redoutable… et peu commode. De plus, je n’avais pas d’armes si jamais elle m’attaquait. Vraiment, pourquoi, pourquoi est-ce que ce genre de chose m’arrivait à moi? Aaahhh oui, c’est vrai, madame la Chance m’a mise sur la liste noire pour quelconque raisons inconnues et Malchance avait pris la relève. Merci, Chance de merde! Je soupirai puis laissai tomber la main qui tenait mon épaule et regardai la fille, droit dans les yeux. Je ne pus m’empêcher de frissonner. Ces yeux étaient vraiment étranges.

- Et j’ai l’impression que mon bracelet est défectueux, car je n’ai toujours pas d’arme.

Je secouai mon poignet comme pour ponctuer mes dires, mais le bracelet resta hors de vue, sous mon gant de combat. L’étrange rubis sur ma main capta un rayon de lune et je l’observai pendant un moment avant de secouer la tête. Puis je jetai un regard aux alentours. Où était cette foutue arme? En avais-je seulement une? Si oui, comment allais-je faire pour la trouver dans un endroit pareil? Toutes ces questions, aucunes réponses. Et qui était cette fille au fait?
Je me retournais vers cette dernière, plantant une fois de plus mon regard dans le sien.

- Et ne t’avises plus jamais de me toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une perdue, une nuit calme, et une enragée de la vie; très mauvais!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une perdue, une nuit calme, et une enragée de la vie; très mauvais!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» "La Route Perdue"
» [Bande] Gobelins de la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Arène-