AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le calme n'est qu'illusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neila Tsumiho

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Le calme n'est qu'illusion    Mar 16 Avr - 19:24

Neila se dirigea d'un pas décidé dans les couloirs en direction de la salle de Latin pour son premier cours au sein de l'académie Undai. La jeune fille était confiante malgré l'ambiance très froide qui régnait au sein des groupements d'élèves tous plus silencieux les uns que les autres au point d'en devenir presque effrayants. Néanmoins, Neila s'en contrefichait, car elle était elle même d'un calme naturel et n'appréciait pas les gens trop agités. C'était mieux ainsi selon elle, aucun élève perturbateur pour se prendre pour un quelconque caïd et lui demander le respect sons prétexte qu'elle était nouvelle et qu'il fallait la bizuter. Après une certaine attente, les premiers élèves pénétrèrent dans la salle de Classe. Neila les suivit calmement et s'assis à une place au hasard. Une jeune fille apeurée et hésitante s'approcha de cette dernière et tenta de lui dire quelque chose malgré son angoisse très visible.

"Je... Euh... C'est ma p... Ce n'est rien ! Je te prie de m'excuser !"

Puis la fille partit en courant pour s'asseoir à un pupitre au fond de la salle ce qui étonna Neila.

"... Mais enfin, quelle mouche l'a piquée ? ...Bref, autant ne pas chercher à comprendre.."

Les élèves se levèrent alors pour saluer l'entrer de leur professeur et Neila fit de même. Elle eut un déclic et se dirigea vers le bureau de l'enseignante pour lui préciser son intégration au sein de Undai.

"Euh, je vous prie de m'excusez mademoiselle. Je suis viens d'arriver au sein de l'académie depuis peu. On ne m'a pas tenue informée du matériel requis pour ce cours et aussi, s'il existe certaine formalité pour ce dernier, j'aimerais savoir si vous pouviez me les inculquer."

____________________________
Le thème des méandres des pensées de Neila:
Spoiler:
 

Le thème de Neila:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le calme n'est qu'illusion    Mar 16 Avr - 21:18

Ce sont les premiers rayons de l'aube qui me tirèrent de ma réflexion. Penchée depuis plusieurs heures sur quelques copies sales et illisibles, je soupirais face à la nullité de mes élèves. Le niveau de ma classe de première année frôlait le zéro absolu et aucun de ces pseudos étudiants n'étaient capables de me rendre une copie propre. C'est donc profondément désespérée que je me relevais de mon fauteuil pour me rendre dans ma salle de bain, où mon visage allait reprendre un semblant d'humanité après cette affreuse nuit blanche que je venais de passer.

Dieu, cette académie tombait bien bas et c'était sans compter le nombre accru de nouveaux venues plus pitoyables les uns que les autres. Bien entendu, je savais les accueillir comme il se le devait, avec un bon coup de fouet mais leur recrudescence infernal me fichait un terrible mal de crâne et une nausée sans précédent. On les sentait venir de loin, humant la faiblesse et la naïveté à plein nez et nous n'hésitions pas, nous anciens, à les remettre dans le droit chemin dès que nous en avions l'occasion. Or Aujourd'hui, j'attendais une nouvelle, une fillette au nom ridicule qui allait certainement venir chouiner à la première altercation et qui m'irritait déjà les nerfs rien que parce qu'elle avait été convié ici, sans la moindre explication logique.

Je prenais son dossier, que m'avait docilement remis la réception et feuilletais brièvement les pages à la recherche de quelque chose d'intéressant. Aucun meurtre, aucune tâche de sang, aucune colère, aucune puissance : Cette élève était bien la plus ennuyante qui m'avait été donné de voir. Ajoutons à cela, un niveau de réflexion volant plus bas qu'un derrière de cochon, une scolarité quasi inexistante et une fascinante aptitude à être humiliée en public par des moins que rien. Où Deady Sama allait donc chercher ses larves ? Et pourquoi ? A part nourrir les asticots dès la deuxième semaine et empêcher les autres de tourner en rond, ces enfants ne servaient qu'à faire inutilement du bruit. Ils aimaient à s'offrir au sadisme des autres élèves et finissaient la tête la première dans les toilettes les plus sales de l'établissement.

Je jetais le dossier plus loin et finissant de me vêtir, sortait de mes appartements pour me diriger vers ma salle de classe où mes élèves devaient m'attendre avec une impatience nerveuse. Je fis accueillis par des regards encore fascinés et naïfs et fut pris d'un haut le cœur quand leur odeur détestablement désinfectée parvint à mes narines en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Je regrettais de loin le parfum de mort et de peur de mes dernières années qui savaient depuis longtemps déjà où ils avaient mis les pieds. Ceux qui me faisaient désormais face n'allait pas tarder à le découvrir et j'allais me faire un plaisir de leur enseigner la souffrance et la terreur, notions encore trop inconnus pour ces enfants de cœur.

"Euh, je vous prie de m'excusez mademoiselle. Je suis viens d'arriver au sein de l'académie depuis peu. On ne m'a pas tenue informée du matériel requis pour ce cours et aussi, s'il existe certaine formalité pour ce dernier, j'aimerais savoir si vous pouviez me les inculquer."

J'examinais longuement la créature qui avait osé m'adresser la parole et matérialisais au plus vite un mouchoir en tissu que j'appliquais fermement contre mon nez, secouée par son odeur désagréablement stérile. Ces petites vermines n'avaient vraiment aucune manière. Éclater ma sphère d'intimité de la sorte et m'exposer ses problèmes désuets : Cette petite sotte ne savait pas ce qui l'attendait. Je n'allais pas être tendre avec elle. J'étais Discorde, la résonance même de la souffrance et son vulgaire petit minois tout souriant et innocent, j'allais le faire hurler, pleurer tout ce qu'il peut, me supplier d’arrêter.

-Toi, chose, recules !

Je faisais apparaître mon épée et la faisait reculer de ma pointe de plusieurs centimètres. Dieu, que cette chose était laide et indigne D'undai Gakuen. Je lui aurais bien tranché la nuque si je n'avais pas craint une nouvelle colère d'Ayame. Je me souvenais encore de sa lance s'enfonçant dans mon estomac, y faisant de tortueux va-et-vients, arrachant mes chairs et mes viscères à chaque passage et j'en frissonnais tellement la douleur avait été lancinante. Si seulement le sort de ces porcs m'avaient été confié ... J'aurais ravivé à jamais la gloire de l'Académie. Certes, bien sûr, j'allais lui mener une vie sans espoir, j'allais lui apprendre à gémir mais sa tête aussi longtemps que Deady Sama le désirait resterait sur ses frêles épaules, malgré moi.

-Du matériel ? Essaye déjà de rester entière cette semaine et après, nous en reparlerons. De toute façon, ce dont j'ai besoin c'est d'un cerveau, or tu m'en sembles totalement dénuée, chaton ~

Je balançais un manuel sur la tête d'un élève assoupi et l'invitait à venir à mon bureau pour mieux lui arracher une oreille en guise de leçon, le laissant par la suite retrouver sa place, tout larmoyant qu'il pouvait être, ne lui accordant plus aucune attention. Puis je re-déposais mon regard sur cette nouvelle irritante qui n'avait décidément pas l'attention de s'éloigner de moi, puante qu'elle était, et l’attrapais par les cheveux, l'emmenant à sa place avec une force impérieuse. Une fois cela fait, je m'appuyais sur mon pupitre et m'évertuais à leur énoncer quelques règles fondamentales :

-Règle numéro une : Vous fermez vos grandes gueules dès votre arrivée en classe, quelque que soit la situation. Règle numéro deux : Je ne suis ni votre amie, ni votre confidente et encore moins votre conseillère, je n'ai que faire de vos petits problèmes personnels et je ne veux rien savoir de vous à moins que je ne vous l'ai demandé ou que vous ayez rendez-vous avec moi, en tant que psychologue. Règle numéro trois : Chaque absence, chaque retard, chaque irrespect, se verra sévèrement réprimandé. Règle numéro quatre : Je m'offre un droit sur votre misérable existence et n'hésiterais pas une seule seconde à vous découper si votre tête ne me revient pas. Règle numéro cinq : Les lèches culs peuvent s'abstenir, je peux m'essuyer les fesses toute seule. Est-ce clair ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neila Tsumiho

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 07/04/2013

MessageSujet: Re: Le calme n'est qu'illusion    Mer 17 Avr - 6:48

Pour une raison qui demeura inconnue pour Neila, l'enseignante la dévisagea quelques instants suite à ses paroles et semblait la mépriser à chacun de ses mouvements de regard.

-Toi, chose, recules !

http://www.youtube.com/watch?v=3ZzS5M8r-fM

Elle fit alors apparaître une longue épée qu'elle pointa en direction de la jeune arrivante. Un bien curieux accueil se disait Neila. Pas plus surprise que ça par cette épée aiguisées sortie de nulle part pouvant la tuer à tout moment ? Bien sûr que cette apparition défiait toute lois de la logique qu'elle connaissait jusqu'à maintenant, cependant, ayant appris avec toutes ces années qu'aucune vérité n'est immuable et que la vérité universelle n'existait pas, tout pouvait avoir lieux et en l’occurrence, cette épée apparue d'on ne sait où était bien la preuve de sa théorie. Mieux encore, elle avait désormais la preuve évidente que cette école était à la hauteur de ses attentes, loin des dogmes dérisoires des éducations nationales et de leur conformisme irritant. C'est pourquoi, aussi surprenant que cela puisse paraître, face à cette dangereuse situation, Neila sourit.

*Je l'ai trouvée... La preuve que le monde n'est pas aussi limité et ennuyeux que je ne l'imaginais... Je le savais.. JE LE SAVAIS !!!*

Après une certaine réprimande à son égard et à l'égard d'un élève qui se fit arracher une oreille et un autre ayant subit violent lancé de cahier en pleine figure, Neila salua humblement Sousei-sama en essayant de contenir son sourire et en reprenant son calme habituel.

"J'ai eu tout ce que je demandais. Je ne vous importunerai plus."

Neila retourna alors à sa place et s'arrêta net en face de son pupitre, puis elle baissa curieusement la tête. Un léger rire s'échappa de cette dernière. Ce rire léger se transforma alors en un fourire presque malsain. Les élèves autours d'elle la dévisagèrent tous plus inquiets les uns que les autres sur son sort. Ils marmonnaient entre eux qu'elle allait se faire tuer pour son comportement. Neila les entendait, mais étrangement, elle n'arrivait pas à se contenir. Son rire s’amplifia et elle savait qu'elle risquait de se faire attaquer à tout moment, mais impossible de s'arrêter. Etait ce le fait d'avoir eu la preuve évidente que toutes les logiques que le monde avait essayer de lui imposer étaient fausses comme elle le savait depuis longtemps, ou était ce l'émotion qui lui dictait son comportement, ou bien était ce autre chose ? Toutefois, l'apparition de cette épée additionnée avec les situations étranges qu'elle avait rencontré durant son arrivée et l'apparition de sa robe de combat étaient bien les preuves que tout ceci n'était pas un rêve à son doux plaisirs. Tant pis si on la prenait pour une folle et si son corps devait être entaillé à cause de son rire, elle n'arrivait pas à le contenir et y pris du plaisirs.

____________________________
Le thème des méandres des pensées de Neila:
Spoiler:
 

Le thème de Neila:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le calme n'est qu'illusion    Dim 21 Avr - 22:12

"J'ai eu tout ce que je demandais. Je ne vous importunerai plus."

Dieu, cette fille était tout ce qu'il y a de plus écœurant. Je lui avais quasiment craché dessus et elle s'entêtait avec sa politesse et ses manières de catin de bonne famille. J'en aurais vomi à coup sûre si elle ne s'était pas écarter pour regagner sa place. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà qu'elle se mettait à rire ... Enfin à "aboyer" comme si le diable venait de lui chatouiller les orteils. Bonté divine, qu'allais-je pouvoir faire de cette souillon arriérée avant l'âge et laide comme la pire des putains ? J'allais lui fracasser la cervelle ... Non, non ! J'allais lui démolir le séant, à tel point que des semaines durant jamais plus elle ne pourra le poser où que ce soit. Je veux l'entendre hurler, chanter tout ce qu'elle peut de ma gloire et de ma violence, pleurer ! Pleurer comme j'avais elle n'avait pu pleurer de toute sa misérable vie !

-Il semblerait que certains de vous se plaisent dans la débilité et la médiocrité. Ces quelques personnes ne savent vraiment pas où elles ont pu atterrir mais je peux vous dire que, n'ayant aucune clémence, je saurais parfaitement leur apprendre où se trouve leur place ~

Je balayais la classe du regard et me relevait lentement pour me diriger vers cette guenon bruyante. Mes doigts se perdirent dans ses cheveux, les retenant brutalement pour mieux les tirer dans ma direction, alors que je reculais jusqu'à mon bureau, ne faisant guère attention à la douleur occasionnée par mon acte.
Cette fille devait rapidement comprendre que mes paroles étaient profondément censées et sincères. Je n'allais de main morte avec personne et elle n'allait certainement pas faire exception. Je m'émerveillais déjà d'avance des sons fabuleux qui allaient s'échappaient de ses lèvres de fillette et je la jetais aussitôt contre le bois de mon pupitre, soulevant négligemment sa jupette alors que mon épée laissait place à une longue lanière de cuir usée.

-Mah, mah, voyons voir si des hurlements sont aussi "mélodieux" que tes rires, guenon ~

Je levais bien haut mon fouet et l’abattait sur son derrière, frappant largement le bas de son dos comme on cogne avec un marteau avant de recommencer plusieurs fois, me réjouissant de ses gémissements de catin. Dieu, qu'il était bon d'humilier une élève devant ses camarades le premier jour de classe ! On ne pouvait que se régalait du son qu'émettait le cuir sur la peau bien rouge et marquée. C'était une mélodie, un mélange de peine et de claquement qui résonnait dans la pièce comme un écho en montagne.
Quand j'en eu fini avec elle, je l'attrapais par le col et la balançais en arrière, m'appuyant là ou elle s'était retrouvé allongée quelques secondes auparavant. Je la méprisais de toute ma hauteur et désignais sa place de mon long doigt fin.

-Maintenant, file à ta place, sale bête et que je ne t'entendes plus ~

J'espérais qu'elle ai retenu la leçon et attendait patiemment sa réaction. Allait-elle obéir docilement ? Allait-elle pleurer ? Allait-elle se fâcher ? Allais-je devoir la brisé ? Tant de choses qui pouvaient se passer, j'en aurais trépigner d'impatience si ce manège ne m'avait pas été aussi familier. Cette fille n'avait guère grand choix si elle voulait rester entière, voilà tout. Reste à savoir si elle allait se battre pour son honneur ...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le calme n'est qu'illusion    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le calme n'est qu'illusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» Finalement le calme est revenu.
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]
» tout est calme, reposé....
» Un truc qui calme...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Salles de classe-