AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 20
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Ven 27 Avr - 18:11

Trainant dans l'académie, je cherchais un endroit pour dormir. J'avais passé une mauvaise nuit. Une très mauvaise nuit même et donc je n'avais pas pu dormir énormément. Peut-être... deux heures ? Ou moins... Je passais de couloir en couloir, de grosses cernes sous les yeux. Mes recherches étant toujours en cours, ça m'embrouillait tellement le cerveau toutes ces histoires que bah voilà...
Après une heure de trainage dans l'académie, je trouvais des escaliers. Si y a un escalier, doit bien y avoir un toit non ? Je montais les escaliers d'un pas lent, j'étais moins dans le brouillard, mais le sommeil me rattrapais et heureusement, il ne faisait pas beau et il ne pleuvait pas, il y avait juste des nuages gris de partout. Donc pas de soleil pour aujourd'hui, parfait ! Une fois arrivée en haut, je vis que j'avais bel et bien raison... j'arrivais sur le toit, avançant d'un pas lent avant de me mettre dans un coin et de m'allonger, fermant les yeux, ne pensant à rien. Je laissais mon esprit divaguer tandis que le sommeil m'enchaînait à lui. Le temps s'écoulait lentement, mes recherches à propos de mes origines n'avançait pas vraiment... Tout ce que je savais c'est que nous étions adoptés, moi et mon frère, et que nous ne connaissions pas l'identité de nos vrais parents... Je lâchais un long soupir quand soudain, je fus submergée... d'eau ?! Mais qui me balançais de l'eau ?! J'ouvris soudainement les yeux et vis un garçon avec les cheveux verts qui, avec le sourire aux lèvres, avait un seau dans la main.

- Hey Miss Feignasse ! C'est pas ici qu'on dort ! C'est dans son lit ! Et tu es sur mon emplacement en plus, alors dégage de là fillette !

Euh... pardon ? Déjà, le gars m’envoie de l'eau dans la gueule, je suis entièrement trempée et il me dit de dégager ? J'ai juste envie de dire : What The Fuck ?! Je me levais, secouant légèrement la tête avant de faire un large sourire sadique.

- Tu me cherches la crevette pas fraiche ? Parce que tu vas me trouver du con. Tu sais qui je suis au moins ?


Il se mit à éclater de rire. Pensant que j'étais faible... Il a pas du entendre parler de moi. Seven Rings. Ou alors si mais il pense pas que c'est moi. Du con va.

- Je m'en fiche de savoir qui t'es. Et... comment tu m'as appelé ? Attends un peu tu vas voir !


Il envoya son poing en direction de mon visage. Un coup classique. Je levais un sourcil avant de chopper son poing et de lui envoyer le mien dans sa face. Il recula d'un pas ou deux avant de commencer à balancer des jurons à gauche et à droite. Il m'a cherché alors il va pas être déçu ! Essayant de m'attraper pour me frapper, j'esquivais encore et encore. Je lui donnais plusieurs coups bien fort puis il tomba à terre, je donnais un puis deux coup de pieds dans les côtes. Je vais m'arrêter là. Il souffrait assez, puis si je le recroise, ça me fera un autre souffre douleur ! Et de toute façon, je suis trop fatiguée pour le faire donc. Je me penchais sur le côté, enlevant l'eau de mes oreilles. Me voilà trempée maintenant et j'ai pas pu dormir un peu. Au moins, son truc de seau d'eau m'a réveillé. Je m'accroupissais à côté du gars aux cheveux verts.

- Tu vois qui je suis maintenant ? Retiens bien. Seven Rings, tel est mon surnom. T'as de la chance, tu seras pas de la bouillie aujourd'hui, j'ai pas le courage de le faire mais si je te recroise tu vas souffrir. Quelle idée de faire ça. Tch.

- C-Compris.

Je me relevais, avant de faire quelques pas en avant, observant le paysage, les mains sur les hanches. Génial ! En plus de mes grosses cernes, j'étais mouillée et j'avais pas le courage de redescendre pour me changer. Après il faisait pas trop froid donc bon. En tout cas, ça m'a fait du bien de me défouler. J'aurais pu faire un bain de sang si je n'étais pas aussi fatiguée. Je baillais légèrement, mettant ma main devant ma bouche.

- Je sens que cette journée va être bien plus épuisante que je ne le pensais, grommelais-je.

Je sortis une cigarette et mon briquet de ma poche, j'allumais ma cigarette, tirant une bouffée. Le vent n'était pas fort mais je le sentais. Le vent était glacial. Beaucoup trop à mon goût d'ailleurs... Pourquoi je sens que va y avoir une connerie qui va se produire ? Enfin bon, on s'en fout on verra bien !

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Ven 27 Avr - 19:24

Après m'être fait congédier du bureau directorial, je partis vers la classe du conseil avec un air meurtrier sur mon si beau visage. Cette femme aimait et savait me rendre furieux au point de vouloir abattre tout ce qui se trouvait sur mon passage, c'était incontestable. Je n'attendais rien qu'à me défouler un peu sur ces petits morveux minables qui m'entouraient jour pour jour, seconde pour seconde, toutes ces créatures qui ne devraient pas exister et me polluer mon air. C'était affreux à quel point ils m'énervaient rien qu'avec leurs sourires ou pleurs. Mais je ne pouvais leur en vouloir, la perfection n'était donnée que pour une seule et unique personne, qu'était moi.

J'ouvris la porte du conseil et ce qui m'y accueillit me rendit encore plus envie de mordre. Un tas énorme de paperasses se trouvait sur mon bureau, un tas que je devais remplir si je ne voulais pas une nouvelle confrontation avec la chauve-souris qui servait de directrice dans cette académie. Seul réconfort pour mon grand labeur de Dieu, c'était que Kuroi ne se trouvait pas dans la pièce, il ne manquerait plus qu’un zombie vienne m'énerver pendant que je remplissais tranquillement mes papiers. Sous ce constat, je soupirai et allai m'asseoir à mon bureau, d'un geste gracieux je posais mes mains sur la table et je fixais ce qui se présentait à mes yeux aux couleurs bleutés comme le plus beau des bijoux. Un autre soupir d'ennui aussi beau qu'un doux souffle de vent en plein été et je me lançais dans la tâche d'écriture, signature, et tout ce bordel que je devais faire de mes doigts fins. C'est après une dizaine de minutes d'un effort interminable que je m'arrêtai pour sortir mon miroir d'un casier qui trônait dans la pièce. Je passais ma tête sous une analyse méticuleuse, mes cheveux aux reflets bleutés étaient impeccables, mon visage toujours aussi sans imperfections, mon sourie charmeur bien présent et prêt à être utilisé, sans oublier mes yeux, oh oui, ces yeux dont tous voulaient capter le regard. Parfait, j'étais juste magnifique, puissant et beau. Je l'ai déjà dit ? Je le redis donc, je suis un Dieu.

Par contre, ce que je n'appréciais pas, c'était quand on me dérangeait dans ma contemplation de la perfection que j'étais. Je fus interrompu par un élève qui débarqua dans le conseil sans crier gare. Je rivais mon regard bleuté sur lui et le détaillai d'un coup rapide. Un petit Seconde apeuré qui me fixait de ses yeux brun ternes, il essayait de reprendre son souffle et moi, moi je m'impatientais.

-Pourquoi débarques-tu ici ainsi ?

Je l'ai dit d'une voix grave, neutre assez forte pour qu'il comprenne mon désaccord quand à sa présence en ces lieux. À croire que je ne pouvais pas avoir une minute de tranquillité, surtout quand je travaillais dur. La chose devant moi se décida à parler enfin, il m'expliqua qu'il y avait une folle sur le toit qui tapait sur un autre élève. Je pris une mine assez perplexe avant de congédier le microbe. Donc, je devais me bouger parce que ces pitoyables bestioles se tapaient dessus ? Mais qu'elles se tuent mon Dieu, ça me fera des vacances. Quoi que non... ça me fera de la paperasse et des problèmes, en vue que j'étais prévenu de ce qui se passait. Pourquoi moi ? J'étais le meilleur certes, mais de là à faire du baby-sitting, j'en avais tout bonnement pas envie. Mais avais-je le choix ? Non.

Je sortis à pas rapide du conseil et me dirigeai vers le toit. Tant d'étages à monter, j’espérais qu'il y aie au moins un mort avant que j'arrive à destination. Mais Dieu ne pouvait pas toujours avoir ce qu'il voulait vrai ? Faux. Au pire j'en tuerai un, rien que pour montrer qu'il ne faut pas désobéir au règlement, comme le dirait Kuroi, oui rester en sa présence si souvent m'habituait à sa monotonie. Quelques minutes de marches et de « Ishinose-sama » fusant de toutes les cotés, je suis arrivé devant la porte en fer que je poussais d'un geste nonchalant. Je pus découvrir qu'il n'y avait qu'une seule personne qui était présente dans cet endroit, les autres ont dû fuir. Minable. Je m'avançais un peu, quand je vis de la fumée s'élever derrière la tête blanche, c'était une fille et elle fumait. Je passais ma main fine dans mes cheveux soyeux. Mon Dieu, j'allais devoir user de ma matérialisation rien que pour cette gamine sortie de nulle part. Soit ! Je formais une aiguille de fer dans ma main, oui c'est devenu mon jouet fétiche pour malmener les Secondes et oui, je savais qu'elle était en seconde en vue de la boule azurée qu'elle avait sur soi, j'étais vraiment très observateur. Ceci fait, d'un geste agile, je l'envoyais en direction du tube néfaste que l'aiguille transperça et envoya plus valser à quelques mètres de la fillette.

-Il est interdit de fumer dans l'enceinte de l'académie.

Je dis ça avec un sourire amusé sur le visage. Je venais de trouver la victime idéale pour me défouler. Une petite Seconde sans défense, quoi demander de plus. Personne ne m'en voudra en plus, vu qu'elle venait d'enfreindre le règlement. C'est ça que j'aimais avec les bleus, ils étaient faibles, une petite matérialisation et c'en était fini, je n'aurais pas à me fatiguer de trop, rien que pour mon propre plaisir.

-J'ai une question à te poser. C'est toi qui viens de faire tout ce remue ménage en t'attaquant à un autre étudiant ?

Une question innocente dite d'une voix douce, presque gentille. J'étais Dieu, j'étais gentil, j'étais bienveillant... en apparence.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 20
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Sam 28 Avr - 3:23

Tirant de nouveau sur ma cigarette, je sentais comme une présence non loin de moi. Je devais halluciner sûrement... avec le manque de sommeil c'était fort possible. N'y prêtant pas attention, je relâchais la fumée. Quand soudain, quelque chose traversa ma cigarette et l'envoya valser plus loin. C'était... une aiguille... Une aiguille avait transpercé ma cigarette. Quel est l'abruti qui à fait ça ?

-Il est interdit de fumer dans l'enceinte de l'académie.


Euh... et alors ? En quoi ça gène ? C'est pas comme si je fumais et envoyais la fumée dans leurs tronches ! Je soupirais intérieurement. En quel honneur il me donne des ordres ? Oui je dis "il" parce que j'ai reconnu que c'était un gars, vu sa voix, si c'était une meuf... Ca aurait... hum... bref ! Ignorant ça remarque, j'observais ma cigarette qui était en train de se consumer, seule.

-J'ai une question à te poser. C'est toi qui viens de faire tout ce remue ménage en t'attaquant à un autre étudiant ?

Je me retournais lentement, levant un sourcil. Je vis un gars avec des cheveux bleutés et des yeux bleus. De quoi je me mêle ? Attends... il dit que c'est moi qui m'attaque à un autre étudiant ? La bonne blague ! Je dormais et l'autre il vient me virer en me versant un seau d'eau, je lui ai juste donné une bonne correction pour ce qu'il a fait et alors ? C'est pas lui qui se retrouve mouillée, fatiguée, les grosses cernes sous les yeux alors... bah... merde quoi ! Oui bon, le gars aux cheveux verts se retrouve avec des bleus mais c'est rien du tout. Je gardais une main sur ma hanche.

- Et alors ? J'embête personne avec ma cigarette. Dis-je en haussant les épaules.

Ce sourire amusé qu'il avait... Ça m'énervait plus qu'autre chose. Il est du genre à se foutre de moi où c'est pas fait exprès... Ce gars là, il me faisait penser à quelqu'un qui se croyait supérieur et qui à la fin... est mort seul, à pourrir dans son coin. Enfin bref, certes j'avais un air plus que fatigué mais je gardais mon air neutre et froid en même temps.

- Il avait pas qu'à me chercher l'autre là. Je pense pas que le fait que de jeter un seau d'eau sur quelqu'un pendant qu'il dort pour le faire déguerpir est un moyen pour se être sympathique... Et puis en quoi ça te regarde ?

Je ne pus m'empêcher de laisser paraître un miiinuscule sourire en coin. Je trouvais la situation plutôt amusante. Et si j'utilisais ce gars comme nouveau souffre-douleur ? Enfin, n'importe qui est un jouet à mes yeux et ça ne changera pas de sitôt je pense. Mais alors pas du tout.

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Sam 28 Avr - 19:10

La personne que je jugeais, d'un regard amusé, se retourna pour dévoiler son visage à mes yeux saphir. Elle n'était pas très grande, mais ce qui attira mon attention, parce que les visages de ces microbes ne m'intéressaient pas, c'était son accoutrement. Elle portait l'uniforme de l'académie, mais ce dernier était carrément humide.

⁃ Et alors ? J'embête personne avec ma cigarette.

J'arquais un sourcil. Elle se prenait pour qui pour me parler comme ça ? Se cigarette me dérangeait, ainsi que le règlement de cette fichue école, c'est pourquoi, je me devais de lui montrer le droit chemin. Je dis ça, mais en fait j'en avais rien à faire qu'elle fume ou pas, si ça dépendait de moi, je serais retourné me regarder dans mon miroir. Mais, je ne le pouvais pas, car elle a fait assez de grabuge pour alerter les autres de ses compatriotes dégoûtants, au point que je dus me bouger, pour son petit visage arrogant. Et ça, ça je n'acceptais pas.

⁃ Il avait pas qu'à me chercher l'autre là. Je pense pas que le fait que de jeter un seau d'eau sur quelqu'un pendant qu'il dort pour le faire déguerpir est un moyen pour être sympathique... Et puis en quoi ça te regarde ?

Elle me donna des vagues renseignements sur ce qui s'était passé. Mais non, je n'allais pas faire d'investigation rien que pour savoir qui était le responsable, c'est elle que j'ai trouvé ici, donc c'est elle qui va subir le châtiment divin. Dieu n'avait pas que ça à faire que de s'encombrer des tâches ingrates en plus de ce que j'avais déjà à accomplir. Je levais les yeux au ciel, avant de les rabaisser sur la chose flasque qui me faisait face, mon Dieu que je détestais ça. L'arrogance des petites créatures de ce calibre m'était juste insupportable, c'était écœurant. J'esquissais un magnifique sourire de prédateur, je m'avançais en sa direction créant sur mon passage une chaîne qui tomba sous mes pieds et me suivis, jusqu'à ce que je m'arrête à quelques mètres d'elle.

-Ce qui me regarde, c'est que j'ai dû me bouger jusqu'ici, rien que parce que t'as eu le culot de faire des tiennes. Alors oui, ça me regarde.

Je dis ça d'un ton étrangement calme, ma voix ne tremblait pas sous une quelconque émotion de colère, non, elle était douce comme une mélodie.

-Je ne vais pas chercher plus loin, tu es là, donc c'est toi la responsable de mon déplacement. De plus, j'étais vraiment occupé... à présent, voilà où ça nous mène, tu auras toute une semaine de colle après les cours. Ton nom ?

Oui occupé à me regarder dans un miroir ? Non, je travaillais, j'avais de la paperasse à faire, pendant ce temps je l'aurais déjà fini et je pourrais aller me reposer dans ma chambre, mais là... Là j'étais sur le toit, à remettre à l'ordre une sale gamine qui ne savait pas se tenir à sa place. Je lui ai donné une bonne punition ? Non ce n'était pas assez ! Je, oui moi, Dieu, j'étais obligé de venir à elle, c'en était vraiment navrant. C'est pourquoi, elle allait le sentir passer.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 20
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Dim 29 Avr - 23:48

Il leva les yeux au ciel avant de me regarder de nouveau. Euh, si ça te déplait tant que ça de me regarder, regarde ailleurs ! Ou alors crève toi les yeux ou... encore mieux, dégage. Tout simplement ! Me foutre la paix aussi c'est pas mal. Il esquissa un sourire... un sourire qui était encore pire que celui de tout à l'heure. Puis il s'avança dans ma direction, créant en même temps une chaîne qui tomba sous ses pieds et qui le suivit. Suis-je censée avoir peur ? Parce que... c'est pas le cas. Il peut faire apparaitre une chaîne et alors ? Je dois l'applaudir pour cet effort ? Et puis quoi encore... Il s'arrêta non loin de moi.

-Ce qui me regarde, c'est que j'ai dû me bouger jusqu'ici, rien que parce que t'as eu le culot de faire des tiennes. Alors oui, ça me regarde.

Mais bien sûr. Oh mon pauvre petit, si ça t'emmerdait tant que ça de monter.... pourquoi tu n'es pas resté en bas ? Ca m'aurait fait des vacances. De loooongues vacances. Ce gars semblait bien calme... beaucoup trop à mon goût même.

-Je ne vais pas chercher plus loin, tu es là, donc c'est toi la responsable de mon déplacement. De plus, j'étais vraiment occupé... à présent, voilà où ça nous mène, tu auras toute une semaine de colle après les cours. Ton nom ?

Juste après avoir entendu sa phrase, je me retenais de rire. Ce qu'il venait de dire était à mourir de rire ! Comme si j'allais m'amuser à passer ma semaine dans la salle de retenue. Un large sourire amusé apparut sur mes lèvres. Je ne pouvais m'empêcher de faire ce sourire. Si je ne faisais pas ce sourire... j'aurais sûrement éclater de rire. Quoi que, je ne pus m'empêcher quand même de lâcher un léger rire.

- Tu m'as pris pour mère Térésa là ? Tu crois vraiment que je vais te dire comment je m'appelle ? Et puis de toute façon, j'irais pas passer ma semaine en salle de retenue. J'ai pas que ça à faire.

Pendant un instant je le fixais, gardant mon sourire amusé. Ce type était vraiment à mourir de rire. Va savoir pourquoi, on aurait dit qu'il se prenait pour quelqu'un de supérieur. Pour un moustique dans son genre... Oui parce que en fait, ce genre de personne font partie d'une catégorie que j'ai nommé "moustique". C'est original et ça faisait classe je trouvais pour des jouets.

- Et puis tu crois vraiment pouvoir me faire peur avec ça ?
Dis-je en faisant un signe de tête en direction de la chaîne qui était toujours là.

Je lâchais de nouveau un léger rire. J'ai vu tellement pire dans ma vie. Plus rien ne me fait peur de toute façon, alors je me demande bien comment il va réagir. Ça va être tordant je le sens !

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Lun 30 Avr - 13:43

Elle sourit à mes dires, elle se croyait vraiment au dessus de tout dirait-on. Je sens que je m'amuserai encore plus à la remettre à l'ordre. Vraiment, parfois je me demandais pourquoi ces moins que rien n'acceptent juste pas leurs statuts d'infériorité et ne suivent pas ce que les grands leur demandent. Pourtant ce n'était pas difficile, mais on dirait que l'intelligence n'était pas gravée dans leur cerveaux, c'est pourquoi j'étais là pour rectifier le tir, d'améliorer le meilleur fonctionnement de ces microbes polluants. J'en avais déjà marre, la prochaine fois j'enverrai Black Rock Shooter faire le sale travail, je l'aurais déjà fait, mais cette zombie était introuvable depuis quelques jours.

-Tu m'as pris pour mère Térésa là ? Tu crois vraiment que je vais te dire comment je m'appelle ? Et puis de toute façon, j'irais pas passer ma semaine en salle de retenue. J'ai pas que ça à faire.


Oui vraiment, ces minables ne devraient pas exister, j'avais la preuve formelle sous les yeux. Ce n'était vraiment pas acceptable que Dieu entendent ces vulgarités sortir de la bouche d'une fillette qui ne se croyait plus, mes pauvres oreilles parfaites en prenait un coup, ce son désagréable, mon Dieu que c'était disgracieux.

-Et puis tu crois vraiment pouvoir me faire peur avec ça ?

Pour ajouter de l'importance à son insignifiance, elle rit avec moquerie du pourquoi de ma chaîne. Je ne pouvais pas m'en empêcher et je souris de plus belle tout autant que elle, je laissai même le prestige qu'elle entende mon rire cristallin pendant une seconde, avant de redevenir sérieux et de lever ma main qui tenait la chaîne devant ses yeux.

-Vois-tu, cette chaîne te tiendra attachée sur une chaise de la salle de retenue. Sauf si tu ne coopères pas, alors là, elle risquerait de te faire mal.

Je détestais devoir user de mon pouvoir sur ces moins que rien, et voilà que je me devais de le faire devant une chose ingrate qui se croyait eu dessus des lois, bafouer ainsi mes forces, quelle sacrifice pour Dieu que j'étais. Je soupirais légèrement avant de dématérialiser ma chaîne et m'approcher de la barrière du toit, je larguais le paysage du haut, je fixais le ciel bleu tout en parlant à cette insolente de première.

- Je te donne une dernière chance, jeune insolente, si d’ici dix secondes je n’ai pas les réponses à mes questions, je t’enverrai faire un petit séjour en infirmerie.

Dieu était clément, je lui donnais une autre chance, mais Dieu commençait à s'impatienter et je n'hésiterai pas à utiliser mes chaînes ou autres ustensiles tranchants pour lui faire comprendre qu'il y avait des limites à tout.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 20
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Mar 1 Mai - 17:55

Un large sourire apparut sur ses lèvres juste avant de lâcher un rire pendant un instant. Puis il redevint sérieux, il leva la main qui tenait la chaîne.

-Vois-tu, cette chaîne te tiendra attachée sur une chaise de la salle de retenue. Sauf si tu ne coopères pas, alors là, elle risquerait de te faire mal.

Essaye un peu pour voir. On se croirait comme dans les films policiers lors des interrogatoires. Le truc du genre "Si tu coopères pas tu risques machin machin" ou "Si tu coopères tu auras droit à tel chose". Ça m'a toujours amusé ce genre de truc. Il soupira légèrement avant de dématérialiser sa chaîne et de s'approcher de la barrière du toit. Fixant le ciel.

- Je te donne une dernière chance, jeune insolente, si d’ici dix secondes je n’ai pas les réponses à mes questions, je t’enverrai faire un petit séjour en infirmerie.


Je gardais mon sourire amusé. "Jeune Insolente" ? Il se prend vraiment pour quelqu'un de supérieur, alors qu'en fait, il n'est qu'un élève j'en suis sûre. C'est pas possible qu'il soit un pion. Je les connais tous. Comment je les connais ? C'est simple. Au moins chaque pion a essayé de m'attraper 4 à 5 fois. Donc bon. Et puis ce mec là, il doit être en quoi... en Première ? En Terminale ? Ou alors en Seconde...

- Ne crois pas que je suis sans défense à cet instant. Tu n'arriveras pas à m'effrayer et je n'irais pas en retenue. Mets-toi ça en tête.

Pourquoi je dis ça ? Parce que je suis toujours armée. J'ai toujours des armes sur moi. Enfin... quand je dis des armes.. je veux surtout dire des trucs coupants tel que des couteaux ou des épées. Ouais j'ai des épées assez spéciales, soit bah... ce sont des épées normales ou alors soit elles sont pliables et une fois déplier elles deviennent des épées normales et c'est pas facile de les replier. Ouais je sais, c'est bizarre, mais c'est pratique quand même. Donc vas-y, ose m'attaquer et je te découperais en rondelles, avec le sourire en plus !

- Et puis mon nom ne te servirais à rien de toute façon alors je vois pas en quoi je te le dirais. Après tout, je ne suis qu'une "Jeune Insolente" comme tu le dis si bien.


Mon sourire amusé s'élargissait encore plus. N'avais-je pas raison ? Bien sûr que si j'avais raison voyons ! Et puis, si il m'attaque vraiment, au pire je le balancerais du haut du toit si ça m'énerve comme pas possible. Oh que oui je suis capable de le faire !

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Mer 2 Mai - 20:09

- Ne crois pas que je suis sans défense à cet instant. Tu n'arriveras pas à m'effrayer et je n'irais pas en retenue. Mets-toi ça en tête.

Je restais stoïque à ses dires, l'ennui émanait de mon être magnifique comme une légère brise d'été. Mais mon esprit était en guerre que j'allais gagner sans doute possible, mais qui me faisait royalement perdre mon temps. La fille ne voulait vraiment pas céder, c'est la raison pour laquelle j'allais procéder autrement. Elle se croyait plus forte que moi peut être pourtant cette petite Seconde n'avait aucun moyen de défense contre une matérialisation du niveau élevé, comme la mienne. C'était triste de voir ces nuls se comporter comme si ils étaient puissants. Aucun pouvoir ne pouvait se lire sur son visage arrogant, mais croyait-elle fort comme fer qu'elle arriverait ne serait-ce qu'à m’égratigner ? Pauvre petite chose impuissante, j'allais la faire redescendre sur terre si elle continuait sur sa lancée.

- Et puis mon nom ne te servirais à rien de toute façon alors je vois pas en quoi je te le dirais. Après tout, je ne suis qu'une "Jeune Insolente" comme tu le dis si bien.

J'étais complètement en accord avec ses dires, elle n'était rien pour que j'aille jusqu'à m'intéresser à elle. Mais je devrai mettre son nom sur le registre des colles, alors oui, j'en avais besoin ne serait-ce que pour deux minutes. Je voyais bien qu'elle n'allait pas coopérer avec moi et ça ne m'enchantait pas. Devrai- je user de mon oh que grand pouvoir, devrai-je lui faire l'honneur de ça ? Peut être que après la torture elle serait plus enclin à me relever son nom et, le plus important, à arrêter de se prendre pour quelqu'un avec son air arrogant. Dieu n'avait qu'une envie, c'était de lui arracher se sourire des lèvres, mais Dieu était un démocrate et aimait discuter avec la populace. Je pris un air décontracté et je plongeai mes beaux yeux bleus dans les rouges de mon interlocutrice. Je pris une voix calme, presque douce pour lui expliquer les choses une bonne fois pour toute, je n'allais quand même pas rester ici pendant des heures à lui demander son nom, non plus. Au pire, je l'enchaîne et je la traîne jusqu'à la salle des retenues, je pouvais être quasiment sûr qu'ils la connaissaient là-bas.

-Soyons clairs, tu n'as aucune chance contre moi, petite Seconde. Si je n'étais pas assez puissant pour te coller, je ne serai pas là pour perdre mon temps.

Mais je l'étais et je me devais de perdre mon si précieux temps rien que pour cette petite qui ne comprenait rien à rien quand je lui expliquais qu'elle risquait vraiment de se prendre la raclée de sa vie. Pourquoi quand j'essayais d'être compréhensif, je tombais sur des énergumènes dans le genre...

-Mais vois-tu... Mon nom est Hibari Ishinose, je fais partie du conseil et c'est mon boulot de te remettre à l'ordre, malheureusement pour toi.

Je n'avais guère envie d'utiliser de la violence contre ce petit être frêle. J'avais trop pitié pour m'en prendre d'une façon brutale, à elle. Faux. Dieu ne voulait pas se montrer trop inhumain et mauvais envers ses disciples, c'était tout. Je ne voulais pas érafler mon image d'un bon homme à cause d'une insolente. Je fermais les yeux pendant une seconde avant de les rouvrir pour que le monde voie leurs beautés. Je tendis ma main blanche et parfaite à l'inconnue et lui adressai la parole d'un ton charmeur, non pas comme si je parlais à un être inférieur mais comme si je conversais avec quelqu'un tout simplement.

-Je n'aime pas donner de retenues. Mais quand je n'ai pas le choix, voilà à quoi on arrive. Alors coopères, donnes-moi ton nom et qu'on en finisse.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 20
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Mer 2 Mai - 23:17

Il prit soudain un air décontracté avant de plonger ces yeux dans les miens. Qu'est-ce qu'il allait me sortir comme connerie encore ?

-Soyons clairs, tu n'as aucune chance contre moi, petite Seconde. Si je n'étais pas assez puissant pour te coller, je ne serai pas là pour perdre mon temps.

Petite seconde ? Tu sais ce qu'elle te dit la "Petite Seconde" ? Bah elle t'emmerde. Tout simplement. Et puis, tu n'es qu'un jouet de rien du tout alors voilà ! Je préfère plus être une petite seconde qu'un stupide jouet qui n'est qu'un simple moustique dans ce monde putride pleines de règles à la con. Et puis, tout le monde à une chance alors ferme-là et arrête de venter, tu commences vraiment à m'énerver.

-Mais vois-tu... Mon nom est Hibari Ishinose, je fais partie du conseil et c'est mon boulot de te remettre à l'ordre, malheureusement pour toi.

Mais.. Mais... Mais j'en ai rien à faire de ton nom ! Ou de toi tout court en fait. Il peut pas me lâcher ? Et puis, ça fait des années que je suis sortie du droit chemin, donc bonne chance pour me remettre dedans ! Après tout ce que j'ai fait. Tout ce qui s'est passé. C'est loin d'être gagné. Oh oui, très loin ! Il ferma les yeux pendant une seconde avant de les rouvrir. Mais qu'est-ce qu'il foutait ? Il se prenait pour maître Yoda à méditer comme ça ou quoi ? Il tendit sa main dans ma direction avant de me parler d'un ton charmeur :

-Je n'aime pas donner de retenues. Mais quand je n'ai pas le choix, voilà à quoi on arrive. Alors coopères, donnes-moi ton nom et qu'on en finisse.

Il voulait mon nom, alors il l'aura ! Mais un faux. Comme si j'allais vraiment lui dire mon vrai prénom. Il fallait que je trouve un nom qui m'irait bien. Amanda, Sophie... hum... Alexandra ! Et le nom de famille ça serait... Blackstone tient ! Il était temps de jouer à un petit jeu. Celui du "Vérité ou Mensonge" qui est l'un de mes préférés ! Pour rentrer dans mon rôle, je pris un air sérieux qui disait genre " Pourquoi pas ", mon sourire disparut, je posais mes deux mains sur mes hanches et je pris un ton extrêmement calme, pleine de douceur. Tellement pleine de douceur que ça me donnait envie de vomir !

- Soit. Si c'est pour en finir... Une fois que je l'aurais dit, j'espère que je pourrais être tranquille. Je m'appelle Alexandra Blackstone et effectivement je suis en seconde. Je préfère que l'on m'appelle Alex, c'est plus jolie. Mais le fait que tu dises "petite seconde" m'agace.

J'étais plus que convaincante. Cela fait des années que je fais ça et jamais je n'ai perdu à ce jeu. Gardant mon air sérieux sans faire paraître de faille qui dirait le contraire je continuais :

- Bien, maintenant que tu as mon nom, tu peux disposer et donc me laisser tranquille. J'irais en salle de retenues plus tard si j'ai le courage. Soupirais-je.

Le fait qu'il n'y croyait pas était impossible. Je n'ai jamais eu de défaite et j'en aurais jamais. Je baillais légèrement, mettant ma main devant ma bouche. J'étais vraiment fatiguée moi. Bon, maintenant qu'il connaissait mon fameux "nom", il pouvait bien partir et ne revenir que le jour où il aura compris que je mentais. C'est-à-dire... dans quelques mois peut-être ? Ou dans une semaine. Comme si j'allais vraiment aller en colle. Faudra m'attraper pour m'y emmener tient ! Mon jeu de rôle était infaillible, j'en étais plus que sûr. Le plus drôle était que je me foutais de lui totalement !

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Ven 4 Mai - 15:02

J'estime qu'elle a mordu à l'hameçon. Elle prit un air beaucoup plus mature et moins arrogant en s'adressant à moi. J'étais vraiment bon acteur et très persuasif pour avoir réussi à dompter cette chose sauvage.

- Soit. Si c'est pour en finir... Une fois que je l'aurais dit, j'espère que je pourrais être tranquille. Je m'appelle Alexandra Blackstone et effectivement je suis en seconde. Je préfère que l'on m'appelle Alex, c'est plus joli. Mais le fait que tu dises "petite seconde" m'agace.

J'étais perplexe quand à son changement du tout au tout, mais c'est parce que je n'étais pas assez gentil avec ces moins que rien, je devrais peut être leur donner une chance quant à les voir un peu plus civilisés qu'ils sont. Cette fillette en était la preuve, même si pour moi elle ne restait qu'un microbe à écraser. Au moins, elle m'évitait de perdre d'avantage mon temps, vu qu'elle m'a enfin dit son nom : Alexandra Black machin chose. Il ne me restait qu'à descendre, donner son nom aux surveillants des colles et ne pas apprendre qu'elle n'y allait pas. Parce que si Dieu remarque que l'ordre ne fut pas respecté, il allait vraiment s'énerver. Je lui souris, pour moi elle ne restera qu'une petite seconde arrogante, ou encore mieux, demain j'allais déjà ne plus me rappeler de son visage, après tout pourquoi s'encombrer d'informations inutiles, tant que la chose en question ne me posait pas de problèmes, j'étais un génie. Mais Dieu que j'étais, avec le plus magnifique sourire qui existait en ce bas monde, je n'ai pas supporté sa remarque suivante, elle aurait dû se taire...

- Bien, maintenant que tu as mon nom, tu peux disposer et donc me laisser tranquille. J'irais en salle de retenues plus tard si j'ai le courage.

Elle me dit ces quelques mots d'un air blasé. Je perdis mon beau sourire pour serrer mes dents blanches et parfaites et un de mes poings suivit le geste. Je plantais mes saphirs brillant dans ses yeux rouges avec un regard autoritaire et en colère. Cette chose venait de blesser mon ouïe avec ses paroles. J'étais outré par le flot de mots dégoûtant qui venait sortir de sa bouche pour s'écraser violemment contre mes tympans délicats. Là ce n'est pas seulement en colle qu'elle ira, mais elle recevra aussi une punition divine de m'avoir rabaissé. Personne, aucun microbe n'avait droit de me parler comme ça. De un, elle venait d'omettre qu'elle respecterait la punition que je lui ai donné pour sa mauvaise conduite. De deux, elle venait de me dire de partir. Elle... Cette vermine se permettait de congédier son Dieu ! C'est Dieu qui pouvait dire aux gens de disposer et non l'inverse. C'était inadmissible, impardonnable.

-Alexandra donc. Je crois qu'on ne s'est pas bien compris. C'est MOI qui dicte les règles ici, toi tu n'as qu'à les suivre gentiment.

C'est Dieu qui règne, et non l'inverse. Je dis ces mots d'un ton froid, calme, trop polaire pour mon charme naturel. Il était rare que j'utilise tant de sévérité dans mes paroles, mais cette insolente venait de me pousser à bout. Se moquait-elle de moi ? Si c'était le cas, elle allait payer doublement. Pauvre chose que j'écraserai d'un seul doigt. C'était triste que j'aie l'obligeance d'utiliser mon pouvoir grandiose contre ça.

-D'abord, je vais te punir pour ton insolence, tout de suite après tu iras en retenue.

Je l'ai dit d'un ton à ce qu'elle comprenne qu'elle n'avait le droit de contester ou dire quoi que ce soit d'encore plus insolent. D'un mouvement souple et gracieux, je matérialisais des chaînes ornées de piques dans ma main. Je n'avais pas à me vêtir de ma robe, cette fillette n'aura même pas le temps de faire un pas, que je lui arracherai la tête. Je fis valser mes chaînes en fer comme un fouet qui vint s'enrouler autour du corps frêle de cet enfant. Je serrai le bout de mon arme avec force et l'attirai à moi resserrant d'avantage mon emprise et enfonçant les piques dans le corps de la fillette par la même occasion. D'un mouvement brusque, je fis valser ma proie contre la barrière du toit puis contre le sol, pour finir encore une fois contre le métal froid et la laisser tomber sur la terre. Oui, Dieu ramenait les petits oiseaux sur terre, belle métaphore, je m'aimais. Quand Dieu remarqua que la mouche était blessée par les piques et que du sang commençait à apparaître ici là, je me décidais à dématérialiser les piques tout en gardant les chaînes la compresser fortement. Je regardais de haut le corps au sol. Ça a dû faire mal.

- Le respect de tes aînés est primordial, Alexandra.

Je dis ces mots d'une voix douce, trop douce pour mon état énervé. Je me retournais sans plus vers la porte en fer, je traînai avec une facilité déconcertante cette enfant derrière moi en tirant sur les chaînes. Je devais avouer qu'elle n'était pas lourde. J'ouvris la porte et descendit les escaliers me plaisant du bruit de chute que j'entendais dans mon dos attirant. J'allais la traîner pendant tout le chemin jusqu'à la salle de retenue, mais je ne pense pas que c'était là sa place, non. Elle serait mieux à l'infirmerie dans son état. Ensuite, je l'enverrai en colle.

-J'espère que tu as retenue la leçon, sinon, je veux bien recommencer.

Dieu devrait quand même se contrôler plus, la prochaine fois je n'irai pas jusque là. Mais elle m'a cherché, elle a osé défier Dieu, mais pas que Dieu, elle a défié Hibari Ishinose, un membre du conseil. Si le conseil ne savait pas maintenir l'ordre, il tomberait en dérision, je devais maintenir la réputation de la police de Undai, surtout devant les petits secondes de rien du tout. Oui, Dieu était fier du résultat.

HRP: J'ai un peu poussé sur la violence, dirait-on ^^ Tu veux que je mette 'END' ou tu continues? ^^

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 20
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Ven 4 Mai - 18:41

Le sourire qu'il avait sur ses lèvres disparut d'un seul coup après ma dernière phrase. Aurais-je exagéré... Sûrement et alors ? Il l'a mérité quand même. Il planta ses yeux dans les miens, je le voyais dans ses yeux qu'il était en colère. Pauvre petit va. Tu veux un jouet pour te calmer ? Ah, mais oui c'est vrai... C'est toi le jouet. Et puis je lui ai juste dit de disposer, de partir quoi ! Je vois pas en quoi c'est un problème.

-Alexandra donc. Je crois qu'on ne s'est pas bien compris. C'est MOI qui dicte les règles ici, toi tu n'as qu'à les suivre gentiment.

Oh putain... J'y crois pas. Il a vraiment mordu à l'hameçon ! Il fallait s'en douter après tout car JE suis la meilleure en ce qui concerne le mensonge. Ce crétin à l’égo surdimensionné m'a crû. Finalement la journée s'annonce plutôt bien. En tout cas, je ne suis pas du genre à suivre les règles comme un chien comme la plupart des gens. Ca doit faire des lurettes que j'ai pas suivi un quelconque règlement.

-D'abord, je vais te punir pour ton insolence, tout de suite après tu iras en retenue.

Qu'est-ce que tu vas faire hein ? Me réduire en cendres ? Me décapiter ? Que va faire sa majesté machin chouette qui me casse les pieds ? Je gardais mon air sérieux, mais en fait... J'étais morte de rire à l'intérieur. Complètement tu vois. Il matérialisa des chaînes ornées de piques dans sa main. Je levais un sourcil, c'est décider. Ce gars se la joue beaucoup trop à mon goût. Ça en devient pitoyable même ! Soudain, il fit valser ses chaînes en fer avant de finir par s'enrouler autour de moi. Il serra le bout de son arme avec force, m'attirant dans sa direction. Les chaînes se resserraient et les piques s'enfonçèrent dans mon corps. La douleur commençait à monter, je fis une légère grimace de douleur. J'avais connu pire avant, mais je souffrais quand même. Pourtant, cette sensation de douleur me faisait du bien et du mal en même temps. A la suite, je fus envoyer d'un mouvement brusque contre la barrière du toit, puis contre le sol et enfin de nouveau contre la barrière de nouveau avant de me laisser tomber à terre. Tu me le paieras. Sois-en sûr ! Je sentis soudain une odeur familière... C'était mon sang qui coulait à cause des piques. Mais je saignais à plusieurs endroits, pas que là où étaient les chaînes. Je saignais un peu à la tête par exemple. J'avais mal. Pourtant, j'essayais de garder mon air calme. C'est pas aujourd'hui que je mourrais en tout cas. Oh que non. Il dématérialisa les chaînes, ne laissant que les chaînes qui me compressait toujours aussi fortement.

- Le respect de tes aînés est primordial, Alexandra.

Primordial ? Non mais tu te fous de moi là ? C'est une blague... Le seul aîné que je respecte, c'est mon frère et personne d'autre donc va te faire foutre gentiment et relâche moi. C'est pas si compliqué pour ta cervelle de moineau non ? Il se retourna vers la porte avant de me traîner en tirant sur les chaînes. Il me prend pour un objet ou quoi celui-là ? Il ouvrit la porte et commença à descendre les escaliers, et moi avec en chutant à chaque marche une par une. La douleur s'intensifiait petit à petit mais j'étais encore en bonne état comparé à il y a longtemps.

-J'espère que tu as retenue la leçon, sinon, je veux bien recommencer.


Tu ne paies rien pour attendre toi... Le jour où je te retrouverais, je te trouerais de part en part. Je te tuerais de mes propres mains mon gars. Un large sourire apparut sur mes lèvres. Je me mis à rigoler malgré la douleur. Ce type était à mourir de rire quand même. Hibari. Cher Hibari. Crève. Continuant de rigoler je ne pus m'empêcher de lui répondre d'un ton amusé :

- Bien joué, je ne l'avais pas vu venir ce coup des chaînes avec les piques. Pourtant... j'ai eu pire dans le vie et ce que je viens de vivre là était... moyen. Et encore... je dirais que c'était petit.

En fait, c'était surtout minable. Oui bon, j'avais super mal, mais c'était comme une piqure de moustique j'avais l'impression. Je fis une pause avant de continuer :

- Il n'y a qu'une seule personne que je respecte et dommage... c'est pas toi. En tout cas, fais ce que tu veux, je trouverais toujours un moyen de me barrer.

J'ai toujours un moyen de me barrer de la salle de retenue à chaque fois. Soit j'employais la méthode psychologique ou alors la méthode "musclée" on dira. Après il fallait des heures aux pions de me retrouver et encore. Parfois ils me retrouvaient pas ! Bref. Pour en revenir. Même si la situation n'était pas vraiment en ma faveur.... Je la trouvais amusante. J'attendais de savoir sa réaction avec impatience. Je lâchais un autre rire avec une pointe de sadisme avant de rajouter, en gardant mon sourire :

- Alors ? Qu'est-ce que tu vas faire ? De toute façon, un jour... tu me le paieras sûrement.

HRP: Naaaa, tu crois ? XDD Je continue *o* Enjoy ! Je trouve ce RP trop bien ^^ Enfin, si ça te déranges pas ^^

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   Sam 5 Mai - 14:52

Dieu avait dû mal entendre, même si Dieu était parfait et il n'avait pas le droit à l'erreur. Cette fillette ne riait pas à cet instant précis, non, je dus vraiment mal entendre. Je l'ai si bien amochée qu'elle aurait dû se taire et subir mon châtiment divin sans relever quoi que ce soit, ni une parole ni un son ne devrait sortir de sa bouche. Je déposais mon regard glacial sur son être à mes pieds. Elle aurait dû me lécher les pieds et non oser me défier dans sa position de faiblesse. Elle aurait dû, mais là, elle rirait.

-Bien joué, je ne l'avais pas vu venir ce coup des chaînes avec les piques. Pourtant... j'ai eu pire dans la vie et ce que je viens de vivre là était... moyen. Et encore... je dirais que c'était petit.

Moyen ? Petit ? Je voyais rouge, oui Dieu pouvait être en colère même contre ces choses qui ne lui arrivaient pas à la cheville. Surtout quand un microbe de sa trempe osait critiquer son jugement. Je ne répondis rien, j'essayais de ne pas serrer de trop mes belles mains et me contrôler avant de lui écraser sa tête contre le mur d'en face. Elle osait dire que ma punition n'était pas suffisante ? Alors si elle cherchait à mourir, elle sera servie.

-Il n'y a qu'une seule personne que je respecte et dommage... c'est pas toi. En tout cas, fais ce que tu veux, je trouverais toujours un moyen de me barrer. Alors ? Qu'est-ce que tu vas faire ? De toute façon, un jour... tu me le paieras sûrement.


Écervelée, oui c'était cet adjectif que je mettrais sur cette gamine aux grands airs. Écervelée et suicidaire en plus. Je fis un geste vague de la main, tout son corps se releva droit comme un i, je m'amusais à ce moment précis. Vraiment. Je détaillais son corps un instant et dit un « là » avant qu'une pique en métal ne sorte du sol du couloir et transperce l'épaule de la jeune fille. Je regardais ce spectacle d'un air satisfait, je laissais tomber les chaînes que je fis disparaître d'un claquement des doigts. Je tenais sa vie entre mes mains, j'étais puissant et elle... Elle ressemblait à un morceau de viande embroché sur une pique avant de se faire cuire. Si faible, si minable, si insignifiant que ça me dégoûtait. Je ris.

-Pauvre créature, tu ne m'arriveras jamais aux chevilles. Abandonne avant que je te tue.

Après ces quelques mots, je matérialisais un gant en titane, je lui faisais cet honneur qu'elle ne pourra répéter à quelqu'un, vu que je la tuerai ici même dans quelques secondes. Dieu n'aimait pas s'en prendre à ces être qui n'en valaient pas la peine, c'était même dégradant de devoir les remettre à l’ordre et de user de sa prestance rien que pour eux. Oui, les minables de Undai ne valaient pas cet honneur. Mon Dieu que je détestais taper les filles. Non ! Elle n'était pas une fille, elle n'était qu'un microbe, un mollusque à écraser, elle n'était rien. Mes sourcils se froncèrent et j’abattis mon poing recouvert de titane sur le visage narquois de la fillette. Je n'allais pas user de ma force physique sur elle encore plus que ça, j'avais juste envie de sentir ma colère se vider sur elle d'une façon plus brutale que d'habitude. Oui Dieu avait des moments d'égarement ou l'animal en lui prenait place, c'était rare, c'était suffisant. Pour le reste de mon meurtre, j'userai des matérialisations à distance, cela ne servirait à rien de se fatiguer pour si peu.

-Adieux, même si tu n'as pas ta place là-bas...

Je fermais les yeux et plaçais ma main en face d'elle. Je pourrais passer des heures à lui planter des tiges de métal ou des aiguilles dans tout le corps, mais je n'avais pas le temps, j'étais occupé et j'ai déjà perdu trop de temps à rester là. J'allais la finir d'un coup, peut être deux pour entendre ses cris, avant de l’achever. Une longue tige d'environ cinq centimètres de diamètre sorti de ma main dont le bracelet rouge brillait de toute sa lueur, cette tige alla rapidement se planter dans le ventre de Alexandra avant qu'un jet de sang immense n'en sort. Elle est encore en vie ? J'ouvris les yeux et vis cet être pitoyable remplit de sang, si elle ne succombera pas sous mes coups, elle mourra en se vidant de son sang. Elle avait encore les yeux ouverts ? Bien. Je laissais la tige dans son ventre et enroulai autour de son cou une fine chaînette que je serai de toutes mes forces, j'attendais à ce qu'elle meure asphyxiée. Je prenais un malin plaisir à voir ses yeux devenir vitreux sous mon magnifique regard pétillant d'un bleu saphir.

Je pouvais entendre des cris dans mon dos et des exclamations d'horreur. Je tournais mon attention sur le groupe d'élèves qui me regardait sans oser intervenir. Je me dis que ce serait suffisant maintenant. Je l'ai puni, je crois qu'elle est morte. Une minable de moins dans cette académie ne pourrait que faire du bien à l'air que je respirais. Je soupirais et partis tranquillement vers le lieu de mon travail, je n'avais rien à faire de plus ici. Je fis disparaître mes engins de torture, je pus entendre les étudiants s'affairer autour de la fille que je venais de mettre en charpie. Dieu avait tué quelqu'un ? Peut être bien que oui, mais c'était mérité.

End pour moi ^^


HRP: J'aimais bien ton rp ^^ C'est la fin pour ma part, je n'ai plus d'idées de torture sans tuer ton personnage (chose que je ne peux pas faire). Nous nous reverrons dans un autre rp Bonnie (Alexandra si tu veux :D).

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aaah, le calme, un souffre-douleur mit à terre et... t'es qui toi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La douleur de la montagne.
» Je souffre de bordelisme chronique et de flemingite aigue. [JAKE]
» Finalement le calme est revenu.
» La douleur s'efface [PM] [ avec Faith]
» La fin d'une lecture calme [ Sue ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Toit-