AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karen S. Germain

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 20
Localisation : ~ In Your Heart... Littéralement. *regard de tueuse*

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dark Joker
★ Age : 22 ans, mais je me suis cryogénisée, donc tout est O.K !
★ Relationship:

MessageSujet: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Mar 24 Avr - 0:30

Mon Dieu... Je me retournais dans mon lit, impuissante contre la sonnerie de ce foutu réveil qui hurlait dans tout mon appartement. Quelle idée j'avais eu d'en mettre un d'ailleurs ? C'était de la daube merdique, produite par des gamins chinois, si ça ce trouvait, qui pensaient que réveiller n'importe qui à n'importe quelle heure était un honnête gagne-pain. *Diliip Diliip ; Di...* Mais ta gueule, pensais-je.

Je louchais sur mon réveil, agacée par le bruit qu'il produisait et sans plus de ménagement, tirait une balle dessus. Il vola en éclat, comme à peu près chaque matin depuis que j'étais revenue à Undai, et je fixais mon plafond, enroulée n'importe comment dans mes draps, à peu près autant dans les vapes qu'une souris shootée par une seringue entière de tranquillisant. Soupirant, je posais les pieds sur le sol et me dirigeais en titubant vers ma salle de bain, histoire d'être présentable lors de mon premier jour de cours. Ah, ouais... C'est vrai, je devais travailler, aujourd'hui. Dur. Après avoir passé le quart de mon temps sous la douche au maximum de et enfilé une tenue très... combinaison pantalon noir/chemise/talons pas chers à cause de mon manque flagrant d'argent, j'attrapais mon sac, m'emparais de mon téléphone portable dernier cri (il faut rester à la mode même en high-tech !) et fermé à clé mon home sweet home, je me dirigeais lentement en direction des bâtiments de cours. J'ai dis que j'allai travailler, j'ai pas dit que j'en avais envie, non plus ! Une fois arrivée devant la Salle de Classe, je soupirais longuement. Mine de rien, j'étais en retard de... bon, à peine 15 minutes, ils vont me faire un fleur mes gentils élèves ? ... Ou pas.

Bordel, que j'aime pas les gamins. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai décidé de pas en avoir, c'est horrible, ça court, ça crie, ça fait des bêtises, et une fois adolescent, ça se croit tout permis ! J'hésitais entre entrer en silence et les laisser jouer débilement pendant toute l'heure pour passer le temps, faire demi-tour et retourner m'allonger, ou hurler directement pour qu'ils me laissent tranquille, et leur attribuer dix milles putains d'exos pour rattraper ma nuit. Dans tout les cas, je devais dormir en paix. Peut-être y aurait-il un idiot pour me servir de punching-ball ? On ne savait jamais. Ouvrant brutalement la porte, j'entrais comme si de rien était dans la salle en ignorant superbement le bordel ambiant, et m'appuyais d'un air nonchalant sur le bureau, face à la classe, avec la sérieuse envie de briser les os de chaque élèves de cette foutue école un par un, en laissant les autres regarder. Mais je ne le fît pas. Non, pas envie d'avoir une altercation avec Deady, voyez-vous ? Je zieutais un instant les gamins qui n'avaient pas compris que j'étais entrée, trop occupés qu'ils étaient à s'amuser, grimper sur les tables, ou bien dessiner sur les murs. Les murs... Les murs de ma salle, nan ? Si je devais passer le reste de ma vie là-dedans, autant qu'elle soit propre. Soudain furieuse, je gardais de force mon visage inexpressif, et me contentais de parler à un volume normal.

- Bon, aller, maintenant ça suffit, à vos places, on arrête la récréation.


Mon cri passa pour un murmure. N'obtenant aucune réaction de mes élèves - des Secondes un peu excitées - je tapais du pieds. Toujours rien, ils faisaient tellement de bruit que je ne m'entendais même pas. Mon crâne allait exploser dans les dix secondes qui suivaient, si ils ne se taisaient pas immédiatement. Bon, optons pour la solution expéditive... Trois balles. Trois détonations qui résonnèrent encore plus fort que le reste, par-dessus le désordre. Trois balles tirées à trois endroits différents : Le plafond, une table quelconque, et le sol, plus exactement, entre les pieds d'un élève totalement à l'ouest. Le sourcil haussé, je constatais avec satisfaction que tous les élèves s'étaient calmés. Ils étaient tous totalement immobiles, choqués par mon comportement, sûrement, et me fixaient tous avec de grands yeux effarés ou terrifiés. Sans autres mots, je contournais mon bureau pour me placer derrière, et tout en m'asseyant, leur fis un commentaire assez cinglant.

- Quand je dis "Fermez-là" on la ferme. Il n'y a pas de négociations possibles, O.K ? Donc, là tout de suite, vous la bouclez et on commence le cours. Mon cours.

Bon, ça, c'est fait. Arborant mon visage le plus ennuyé possible, je croisais les jambes sous la table, et cherchant une victime à humilier interroger, je parcourus du regard la vaste salle. Un tel rassemblement d'enfants me donnait envie d'être ailleurs - genre au lit - mais je me contentais de pointer du doigt un élève au hasard, sans vraiment regarder, et demandais machinalement, d'un air fatigué et blasé, posant mon menton au creux de ma main gauche.

- Toi là, t'as des notions de Français ?


Kami-sama... J'avais à peine commencé et j'étais déjà fatiguée. Bonjour boulot de prof, adieu belle jeune femme active, salut les cernes et les crises de nerfs !


  • HRP : A toi de choisir si tu es l'élève en question... >o<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-kiss-happy-girl.overblog.com
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Mar 24 Avr - 18:17

Ce matin, comme tous les matins d'à peu près deux mois, je me levais d'un air maussade en entendant mon portable sonner. Effectivement, installer un réveil sur son GSM nous empêche d’abattre ce dernier contre un mur bien placé et nous oblige de l'éteindre, et donc, de se lever. Ingénieux vous ne trouvez pas ? Je ne trouve pas, c'est juste chiant, surtout qu'avant que j'arrive dans cette Académie, je passais mon temps à dormir... dormir... dormir et encore dormir sans devoir me lever à pas d'heure rien que pour aller écouter un professeur ennuyeux. Belle vie, n'est-ce pas ? Belle vie qui venait de prendre fin pour la centième fois ce matin après un strident 'Tutuuuutuuuuu' que je m'empressais de faire taire. Tout en me préparant, je repris un peu de forces d'attaque que j'allais sûrement perdre en m'asseyant sur une chaise d'une des classes. Quelle classe aujourd'hui, ce matin ? Du français... C'était toujours mieux que des mathématiques non ? Ouais, maigre compensation. Quoi qu'il en soit, je me préparais rapidement après avoir pris ma douche, en mettant mon éternel uniforme noir, que j'aimais bien à part qu'il était composé d'une jupe. Ensuite, j'ai pris mon sac et sortis de ma chambre individuelle comme le vent, rapide, silencieux et... et c'est tout. Je détestais croiser les autres étudiants à cette heure-ci qui, avec une halène pas fraîche, me soufflaient sur le visage, c'était vraiment dérangeant parfois que de se retrouver dans un endroit peuplé surtout quand on avait horreur de se faire toucher. Y-a-t-il un nom pour ce genre de comportement ? J'en sais rien, j'aimais pas c'est tout. Touches-moi, je te tue. Beau slogan, non ?

Cela n'avait pas d'importance pour le moment. J'avais pris l'habitude de sortir des dortoirs un peu plus tôt au sacrifice de perdre une bonne demi-heure de sommeil rien que pour ne pas croiser de trop cette masse ambiante. Mais aussi pour aller chercher quelque chose de bon à manger avant le cours. Oui le sommeil était important, mais la nourriture encore plus. C'est pourquoi, vers huit heures du matin, j'étais déjà en train de choisir des céréales avec le peu d'étudiants téméraires qui s'y trouvaient. Je ne mangeais pas dans la salle commune, je préférai largement aller avec un bol et une cuillère jusqu'au bloc de l'Académie, m'asseoir dans une des classes où je devrais avoir cours, pour là-bas, manger tranquillement mon repas, seule. Qu'est-ce que je faisais du bol par la suite ? Bonne question, j'allais le déposer sur le bureau du prof. Non ! Je plaisante, j'allais le reporter dans la cafétéria de Undai. Pour ensuite revenir dans une classe déjà un peu peuplée. C'est tout de même une bonne façon de faire, j'avais toujours ma place au fond où personne ne venait me déranger ou m'approcher, à part peut-être parfois Izaya quand j'étais de bonne humeur. Sinon, bah, je restais tranquille à regarder par la fenêtre le temps passer jusqu'à que ça sonne et voilà.

Mais aujourd'hui allait être un jour différent, enfin non. Je vais pas changer mes habitudes, mais il paraissait qu'on avait une nouvelle prof de français, parce que l'autre a eu une crise de je ne sais quoi, pour je ne sais quelle raison. Peut-être à cause de mes camarades de classe que je m'amusais à taper quand ils me touchaient. Peut-être bien. Pour le moment, le bruit ambiant était plus que dérangeant pour mes affaires. Quelles affaires ? Dormir tranquille sur mon banc avec mon cours ouvert devant moi pour faire genre. Oui j'étais fatiguée, je l'assumais, je voulais la paix. Mais c'était sans compter sur ces idiots bruyants qui n'avait rien d'autre à faire que gueuler ou, sur la nouvelle prof qui n'était toujours pas là après une bonne dizaine de minutes du début du cours. Si il n'y avait pas la matérialisation, je m'aurai dit que cette école était vraiment pas au niveau avec toutes ces personnes bizarres et des professeurs qui séchaient davantage que les élèves. Enfin, ce n'était pas totalement juste, mais cela s'y rapprochait. Je ne vis pas quand une personne autre qu'un élève en retard, entra dans la classe, d'ailleurs je ne dus pas être la seule, vu que personne ne faisait attention à la personne. Je vis juste la porte se refermer avant de reporter mon attention sur le pourquoi de cette école.

Mes divagations ne durèrent pas longtemps, je sursautais après avoir entendu un, non, plusieurs bruits assez fort résonner dans la classe. Je relevais la tête et vis une femme, assez grande, cheveux noirs, devant le tableau de la salle. Je restais stoïque... Qui était-elle ? Sûrement un professeur, vu qu'elle avait une matérialisation dans ses mains et qu'elle avait l'air plus vieille que la plus part de jeunes se trouvant dans la classe.

- Quand je dis "Fermez-là" on la ferme. Il n'y a pas de négociations possibles, O.K ? Donc, là tout de suite, vous la bouclez et on commence le cours. Mon cours.

Elle dit tout cela d'une voix forte pour que tout le monde l'entende. D'ailleurs elle n'eut pas du mal pour cela, vu que tout ce chaos s'arrêta pour laisser place à des yeux de surprises ou peur ou encore de perplexité. J'étais ces yeux là. Je ne savais pas quoi penser de la femme devant nous, elle était jeune et avait l'air impulsive pour balancer des balles dangereuses comme cela dans la classe. Je ne cliganis pas des yeux quand elle alla s'installer à son bureau pour sortir d'un air crevé :

- Toi là, t'as des notions de Français ?


Elle me faisait penser au film 'bad teacher', avec la prof qui s'amusent toute la nuit, qui donne des exos à faire et qui dors quelque part dans un coin, essayant de ne pas se faire chopper par la directrice ou un autre professeur qui aurait le loisir de venir dans sa classe pour X et X raisons. Mais pour le moment, elle était en train de m'interroger sans vraiment me voir. C'est fou comment les professeurs ici pouvaient être « je m'en foutisme ». Oui, c'est devenu un verbe à force. Je me redressais légèrement et d'un ton implacablement froid, je répondis un simple :

-Non, désolée.

Rien de moins, rien de plus. Après tout, qu'attendait une telle prof de moi ? De lui sortir toutes mes connaissances pour qu'elle puisse dormir entre-temps. Hors de question. Même si mon français était acceptable, je n'allais pas lui faire un tel plaisir. Pourquoi ? Parce que c'est méchant et pas approprié d'enseigner ainsi à ses étudiants, si on pouvait dire que c'était enseigner ça. J'étais là pour étudier, et c'est le prof qui devrait déballer ses connaissance pendant que moi, je me remettrai sur mon banc, tranquillement en somnolant. Voilà le bon cour des choses. Chose que j'ai fait, posant ma tête sur mes bras croisés sur mon banc.

-Demandez à quelqu'un d'autre.

Je lui ai fait une suggestion, j'étais vraiment motivée pour l'aider en plus, non ?

HRP: Haha... Voilà c'est fait ^^ Sois indulgente avec mon pauvre petit être xD haha! xD


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Karen S. Germain

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 20
Localisation : ~ In Your Heart... Littéralement. *regard de tueuse*

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dark Joker
★ Age : 22 ans, mais je me suis cryogénisée, donc tout est O.K !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Mar 1 Mai - 2:59

- Non, désolée.

Et un ton froid, un ! Non, mais je rêve, là, moi, à leur âge, je répondais "Oui", je donnais les règles les plus importantes en français, je te balançais trois mots d'anglais dans la tronche, et j'étais la meilleure ! Mais c'est quoi cette classe de larves, là ! A part les trois au premier rang qui me saoule avec leur regard de chien savant, les autres avaient tous l'air de s'endormir sur place. Et puis, elle se fout de ma gueule, là ?! Je lui parle, et elle, elle se rendort, tranquille ! Nah mé oh ! Je suis pas Mère Térésa, moi !

- Demandez à quelqu'un d'autre.


Mais, mais, maiiiis... C'est quoi cette gamine, elle a été élevée où ?! Elle sait pas qu'on doit obéir à son Dieu -ou sa prof de français, c'est pareil - sans aucune objection ? Mais je... je nage en plein délire, là ! Je vais pas me laisser faire par une gamine, ou alors ce soir, je commet un meurtre. Et puis d'abord, moi, j'ai la flemme d'ouvrir mon grand cahier où j'ai écrit tout mes cours, c'est fatiguant, et j'ai mal à la gorge, et puis si j'écris au tableau, y'en a un qui va me lancer une boulette, et je vais lui faire un nouveau trou... Comme j'ai pas envie de tuer un élève dès mon premier jour parce que j'aime pas l'ambiance glauque du bureau de Deady - tiens, d'ailleurs, elle devrait le redécorer, parce que je crois qu'à Paris, le papier peint noir à fleurs rouges, c'est passé de mode, et puis, aérer un peu le matin, ça le fait, tu vois, passer ses journées dans un bureau pleins de poussières et de bactéries de Secondes totalement paumés et de Terminale nourris à l'égo, c'est pas le best. M’asseyant tranquillement à mon bureau (z'avez vu comment c'est jouissif d'avoir son bureau à soi, alors que les élèves se tapent des tables dégueus et des chaises merdiques ? Mwahaha...) j'ouvris un petit carnet dans lequel était répertoriés tout les noms des élèves que j'avais en charge. Cherchant le nom de la Seconde que j'avais en ce moment même, je fis courir mon index sur la liste de prénoms, avant de doucement m'arrêter sur celui d'une jeune fille.

- Hana O-ri-mo-to ~ , chantonnais-je doucement, veux-tu bien me citer les trois règles les plus importantes dans l'apprentissage de cette langue ?

... "[i]Aussi chiante et ennuyante soit-elle[i]" rajoutais-je intérieurement. J'avais envie de dire ça, juste pour voir sa tête... De toute façon, elle était obligée. Je veux dire, je suis une prof, vous comprenez ? Une jolie fille aux longs cheveux blonds écarquilla les yeux, tandis que d'autres étudiants ricanaient discrètement. Décidant, dans ma grande clémence de lui accorder un peu de temps, je me levais, me dirigeais vers le tableau, puis, après m'être saisi d'une craie blanche, écrivit lentement "Livre p.146 : Paragraphe 1." et de retourner me poser sur le rebord du bureau. Tandis que l'adolescente récitait lesdites règles, je fixais mon regard vif, si semblable à celui de la jeune fille à moitié endormie, sur les étudiants. Une fois qu'elle eut fini, je m'emparais de mon livre, et fis mine de chercher du regard qui interroger, bien que son visage soit encore tout frais dans mon esprit. Puis, ma mine s'éclaira, alors que je m'arrêtais sur celle qui m'avait affronté inconsciemment en début de cours.

- Toi là, la fille qui n'y connaît, rien, tu peux lire le premier paragraphe ? dis-je d'un air intrigué.

Remarquez que j'ai dit "peux", et non pas "veux", ce qui signifie que je doute grandement de ses basses capacités. Et oui, faut savoir jouer sur les mots, mes cocos. Je poursuivis alors, ajoutant dans mon ton une pincée de douceur, comme lorsqu'on parle à quelqu'un qui n'arrive toujours pas à comprendre la consigne d'un exercice pourtant facile.

- A moins que tu préfères que je demande à quelqu'un de plus compétent.

Sur mon visage, une expression du style "Mais oui, c'est exactement ça, bien sûr !" pris place, alors que je poursuivais, faisant semblant de reporter mon attention sur un autre élève au hasard.

- Oui, voilà, je vais choisir quelqu'un de plus doué, si tu n'y arrives pas, finis-je pour enfoncer le clou.

Quoi ? Je ne suis pas tyrannique. Juste un peu sadique. Et puis, elle l'a cherché, avouez ! Vous savez ? Je vas vous expliquer quelque chose : On ne dort pas dans mon cours.

HRP : Désolée du retard ToT Vraiment désolée, seulement, trois fois de suite, il m'a demandé de me connecter, ce qui a effacé mon post, et ça, ça m'a trop déprimé Y_Y
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-kiss-happy-girl.overblog.com
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Mer 2 Mai - 19:11

J'étais contente, on aurait dit que cette nouvelle professeur a compris le système que je m'efforce de suivre, pourquoi je disais cela ? Tout simplement car elle reporta son attention sur un autre élève dont elle piocha le nom dans son carnet. Carnet de présences, ou autre, peu importe, tant que je pouvais tranquillement continuer à dormir. Autant rattraper ses nuits blanches non, enfin, je ne faisais pas de nuits blanches, mais j'aimais dormir, si je pouvais j'instaurerais la règle que l'école ne peut pas commencer avant midi, le temps de bien dormir, se réveiller et se rendormir si besoin était. Mais bon, ce n'est pas moi qui pourrai faire le règlement d'une école, c'est pourquoi, à ma façon, je devais dormir en classe. Aucune utilité vous dites ? Bah si, j'étais présente.

-Hana O-ri-mo-to ~ , veux-tu bien me citer les trois règles les plus importantes dans l'apprentissage de cette langue ?

Je pouvais entendre les rires moqueurs des autres étudiants. J'avoue que se faire piocher ainsi, surtout si notre français était médiocre, n'était vraiment pas un coup de chance. Au contraire, cela représentait une poisse de première. J'esquissais un sourire en refermant les yeux tandis que la fille en question essayait désespérément la réponse à la question posée par l'enseignante. Pauvre d'elle. Bonne nuit.

-Toi là, la fille qui n'y connaît, rien, tu peux lire le premier paragraphe ? A moins que tu préfères que je demande à quelqu'un de plus compétent.

Je levais mes yeux fatigués, en sentant le regard de la prof. Pendant un moment je crus qu'elle s'adressait à un autre étudiant qu'elle avait envie d'embêter, mais quand je constatais qu'elle se foutait de moi, je la larguais d'un regard noir, sans broncher, analysant chacun de ses mots comme une insulte venant me poignarder en plein cœur. Comment cela plus compétent ?! Je fixais un instant le tableau pour voir à quelle page nous étions dans le cours, j'ouvris brusquement le livre en ne prêtant plus attention à la maudite personne qui venait de me sortir de ma torpeur, tout en me provoquant.

-Oui, voilà, je vais choisir quelqu'un de plus doué, si tu n'y arrives pas.

Je fronçais les sourcils, sur la bonne page, je défiais ses yeux d'une couleur semblable à la mienne. Non, mais elle était sérieuse ? C'est fou à quel point, elle m'avait poussé à faire tout ceci, rien que parce qu'elle a visé mon amour propre, mais aussi qu’elle m'a défié devant toute la classe, comme si, comme si j'allais répondre à sa demande… En fait, si. Je répondais à sa provocation, échauffée par son ton moqueur, ou plutôt par le fait qu’elle était convaincue que je ne savais pas faire ce qu'elle me demandait.

-Mon nom c'est Kurayami, et non pas « toi ». Je vais lire !

Bien que je n'aimais pas son ton, ni le fait qu'elle ne connaisse pas les noms de ses étudiants, je me devais d'accepter, surtout pour ne pas se faire dégrader devant mes camarades de classe, ils n'attendaient que cela, comme des vautours n'attendant que de sauter sur leur proie victimisée. Frustrée par cette tâche qui m'incombait de faire rien que parce que j'avais estimé qu'elle me lançait un défi que je me devais de surmonter, je commençais la lecture ennuyeuse de cette fichue page 146. Non mais pour qui elle se prenait pour me faire faire cela ? Pour un professeur compétent qui sait réveiller ses élèves peut-être. Qui sait, en tout cas, j'étais en mode « colère, frustration, je vais le faire, et bloup ». évidemment que cela ne me plaisait pas, j'aurai pu dormir pendant ce temps ou m'occuper à faire autre chose, et là, non, j'étais en pleine lecture monotone d'un livre en français. Après avoir lu le premier paragraphe, je déposais mon livre à plat sur le bureau et me laissai tomber contre le dos de ma chaise, en rivant mon regard dans celui de l'enseignante. Croisant les bras en affichant un sourire mi-froid sur le visage, je lui demandais :

-C'est tout, vous êtes heureuse ?

Oui, elle avait gagné, mais je n'allais pas céder pour autant. « Bad Teacher » VS « Silver Sword », non mais sérieux quoi ! Je pourrais presque rire moi-même à mes pensées. Mais je ne fis rien, rien que la fixer d'un air contrarié. On dirait que mes plans d'un sommeil en français se terminaient par un échec. Quoi que, dès qu'elle reporte son attention sur quelqu'un d'autre, je saurai finir cette heure tranquillement dans mon coin à roupiller.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Ven 4 Mai - 19:17

Bip, Bip, Bip Un réveil qui sonnait, et une matinée qui commençait pour moi, suite à ma première nuit ici, il fallait bien que j'aille en cours, MAIS J'AVAIS PAS ENVIE D'Y ALLER ! qui d'ailleurs aurait envie d'aller en cours aujourd'hui, le lendemain de son arrivée ? En tout cas, pas moi, et encore moins aujourd'hui, car ma nuit avait été tout sauf calme et riche en sommeil, si bien que je n'avais dormi au total qu'une seule heure, et encore.

Bon, cette fois, il fallait y aller, j'allais tout de même pas sécher aujourd'hui si ? Ou pas, et encore là, j'hésitais, et je m'habillais à un rythme assez lent, encore fatiguée, et aujourd'hui, je faisais simple : une tenue grise-blanc, juste à ma taille, mon petit pendentif avec une toute petite poche rouge, qui contenait quelques trucs que je ne dévoilerai pas.
Une tablette de chocolat, un petit jus de fruits, et c'était parti pour aller en cours, mais cette fois, je n'arriverai pas à l"heure, car la sonnerie avait retenti pendant que je mangeais, et je devait être arrivée au moins dix bonnes minutes en retard, mais ce n'était pas mon soucis...
Bon, cours de langue, et retard, j'ouvrais donc la porte, pendant que la prof posait une question
-Oui, voilà, je vais choisir quelqu'un de plus doué, si tu n'y arrives pas.
Tiens, j'arrive au mauvais moment là... alors que la prof semblait demander quelque chose en se moquant d'un élève (ou d'une élève, je sais même pas d'ailleurs) mais moi j'entrais dans la salle, m'excusant du retard
"Bonjour, désolée d'être en r'tard, j'ai pas entendu mon réveil sonner"
Ouais, l'excuse habituelle, mais bon, j'espérais qu'elle allait marcher, car sinon, j'était mal.
-Mon nom c'est Kurayami, et non pas « toi ». Je vais lire !
Ah, c'était donc à lui que ça s’adressait ? bah au moins, cette fois, j'espérais que mon arrivée n'allait pas tout me faire retomber dessus, surtout que la, je me dirigeais vers ma place : une place libre vers le fond de la classe, bien qu'il y'en avait devant aussi, mais bon, on dort moins bien, voire pas du tout devant, et si elle me replaçait devant, j'étais mal.
Me dirigeant vers le fond de la salle, j'espérais tout de même avoir un peu de chance.


Dernière édition par Nijiko Erukia le Lun 7 Mai - 3:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Karen S. Germain

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 20
Localisation : ~ In Your Heart... Littéralement. *regard de tueuse*

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dark Joker
★ Age : 22 ans, mais je me suis cryogénisée, donc tout est O.K !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Ven 4 Mai - 22:47

J'allai la tuer. J'allai vraiment tuer tout ces gamins qui me rendaient folle ! Du coin de l’œil, j'avais discerné une élève. Encore plus en retard que moi. Mais je l'ignorais. Ouais, j'avais une autre insolente devant moi, qui me traitait avec autant d’égard qu'un escargot. Mort. En putréfaction. D'ailleurs, une question, ça peut entrer en putréfaction, un escargot mort ? Bref. Elle eut l'air vraiment vexée par mes commentaires. Ma lèvre supérieur se leva d'environ un millimètre, ce qui correspondait, dans la situation actuelle, à un éclat de rire. Mon orgueil me perdra, j'vous jure.

- Mon nom c'est Kurayami, et non pas « toi ». Je vais lire !


Si elle le dit. Je m'en foutais, de son nom... Quoi que ! Non, ça pouvait me servir si j'étais du style égoïste à vouloir causer des problèmes aux autres par plaisir. Et honnêtement : J'étais ce genre de personne. Quoi ? On a tous le droit de s'amuser à notre manière ! Pour le peu de fois où j'ai eu le temps de rigoler, en ce moment... Pff, tous des rabats-joie, les gens, dans cette école. Kura-chose se mit alors à lire le texte. Je l'écoutais d'une oreille distraite, plutôt concentrée à choisir ma prochaine victime qu'à faire des critiques sur sa lecture... - ben, sa lecture, quoi - et lorsqu'elle s'arrêta, ce fut à regret que j'arrêtais de martyriser du regard un jeune homme visiblement faible d'esprit.

- C'est tout, vous êtes heureuse ?

Hein ? Ah, oui, Kurayami-san. Bon, je soupirais d'un air désespéré, ou alors je la laissais tranquille en souriant ? Aucun des deux. Du moins, je n'eus pas le temps d'accomplir quoi que ce soit d'incroyablement injuste, puisqu'un nouveau moucher... étudiant s'annonça d'une manière peu conventionnelle, avant de se diriger tranquillement vers le fond.

- Bonjour, désolée d'être en r'tard, j'ai pas entendu mon réveil sonner.

Que... QUOI ?! Il me fout la honte pour ça. "Elle", en fait. Une étudiante, en fait. Une jeune fille avec de longs cheveux caramel. Qui se foutait visiblement de moi. Retenant de mon mieux ma colère afin de ne pas lui faire un nouveau trou avec ma matérialisation, je souris d'un air compatissant. Oui, je suis la reine es actrices. En fait, quand je suis agacée, c'est plus rassurant pour vous de me voir hurler et passer ma haine, - au moins, comme ça, j'ai évacué le problème, et que j'avais de quoi extérioriser - que de me voir rester calme et plaisante - parce que je le dois, tout simplement, sinon je commet un meurtre. Alors que l'élève m'ignorais en cherchant une place vers le fond, ce que je lui laissais le loisir de faire, juste pour l'obliger à se lever après, je gardais en ligne de mire Kurayami et portait mon attention sur la fillette en retard.

- Excuse-moi, mais... je me raclais la gorge afin d'attirer son attention, et accessoirement, de faire taire les étudiants qui commençait à bavarder entre eux, il va falloir que tu ailles me chercher un papier pour ton retard...

Je me saisis à nouveau de la craie, à l'aide de laquelle j'écrivis à côté des pages du livres, une liste d'environ cinq exercices destinés à mes gentils élèves. Bien sûr, ils en feraient sûrement à peine deux, voir aucun, et je ne les corrigerai pas, mais j'allais m'assurer qu'ils fassent des efforts... A ma façon.

- A moins que tu compenses cela par un service rendu... à ton adorable professeure !


Je suis aussi la Déesse des garces, vous ne saviez pas ? Bah, maintenant c'est fait. J'entendais déjà Kurayami rire en entendant le mot "adorable" sortir de ma bouche, elle qui avait découvert, à ses dépens, que j n'étais pas du tout adorable. Désignant du doigt le tableau, j'ajoutais tranquillement, à la fois désinvolte et enjouée :

- Tu ferais mieux de venir ici pour commencer le premier exercice afin d'aider tes camarades... Et surtout Kurayami-san, finis-je en fixant durement la jeune fille au fond.

Apparemment, elle n'était pas de meilleur humeur que moi, mais tant pis ! Moi, j'ai tout les droits, je suis beautiful, perfect, I'm a Godness ! Oh que vii, et je suis prête à tout pour garder ce titre... D'ailleurs, j'ai entendu dire qu'un petit plaisantin débile avait volé ma place, entre-temps. Ça va à la directrice, si je lui tord le cou ? Maiiis oui. Non, je ne plaisante pas.


HRP : Bon retour, Nijiko ^o^ Au fait, est-ce que tu pourrais me donner le nom de la couleur de ton écriture, lorsque ton personnage parle ? Pour que je la rectifie >_<


Dernière édition par Karen S. Germain le Dim 6 Mai - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-kiss-happy-girl.overblog.com
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Dim 6 Mai - 13:16

La « Bad Teacher », oui ce surnom de ma part la suivra toute sa vie je crois, ne daigna pas me prêter plus d'attention se concentrant sur une nouvelle élève qui entre dans la classe. Oui, il y avait retard normal, genre cinq minutes, retard inacceptable, genre celui du professeur de français aujourd'hui et, il y 'avait aussi le retard qui tue, fait mal, et tue encore une fois, celui de la fille qui venait d'arriver au cours avec une bonne trentaine de minutes de retard, comme une fleur, comme si... Bah comme si c'était cool de venir pour dix minutes de cours et encore, comme si c'était même très approprié et logique. J'exagère ? Oui je crois bien, mais quand on a un tel retard, autant ne pas venir du tout au cours, pour ne pas s'attirer les foudres du professeur qui donne cours. Oui, j'ai de l'expérience pour le séchage pour mon propre bien. Parce que vaux mieux sécher une journée complète que croiser le regard assassin et les demandes cruelles d'un enseignant. D'ailleurs, mes suppositions étaient fondées, la « Bad Teacher » mauvaise qu'elle pouvait être en tant que prof, ne laissa pas passer cette jeune étudiante qui alla s’installer pas loin de moi au fond de la classe.

-Excuse-moi, mais... Il va falloir que tu ailles me chercher un papier pour ton retard...

Pourquoi je trouvais cela terriblement classique comme parole d'un prof à l'encontre d'un retardataire. J'ai dû passer par la un millier de fois, c'est certainement pour cette raison. Je croisais les bras sur mon banc avec un regard mauvais. D'accord, je voulais qu'elle m'oublie mais pas qu'elle m'ignore quoi. Et pour couronner le tout sur le gâteau sans cerise (oui c'est du langage codé), elle donna des exercices à faire pour la classe. Magnifique.

-A moins que tu compenses cela par un service rendu... à ton adorable professeure !

Ha ha ha... Cela était moins prévisible par contre. De un, l'auto-compliment complètement déplacé de la prof me fit presque rire, ou au moins ricaner dans mon coin. Adorable vous dites ? Je la qualifierai plus de incompétente et assez casse-pied. Même si je crois que là, elle faisait des efforts monstres pour se montrer ne serait-ce qu'un peu plus pédagogique. La preuve ? Bah elle... Ou pas du tout en fait ! Genre, elle voulait faire faire quoi à l'arrivante ? L'arrivante dont je ne connaissais même pas le nom, elle devait être nouvelle ou juste, je ne l'ai jamais remarqué. Non mais sérieusement, vous imaginez, elle était en train de demander un service à son étudiant en échange de ses bonnes grâces. Je devais avouer qu'elle savait jouer ses cartes, même si je dirais que c'était une profiteuse de situations.

-Tu ferais mieux de venir ici pour commencer le premier exercice afin d'aider tes camarades... Et surtout Kurayami-san.

Je soupirais lourdement, elle ne me lâchera pas, je pouvais le sentir dans son ton trop enjoué, trop amusé à mon goût. Si elle croyait que de cette manière elle allait me faire faire ces fichus tonnes d'exercices, elle se méprenait largement sur mes capacités à obéir ou encore, sur les siennes à enseigner. Pourquoi je la traitais si durement ? Non ce n'était pas juste à cause de son retard et de sa posture de prof « je m'en foutisme » mais c'est aussi parce qu'elle osait me rabaisser, et là, comment dire, j'acceptais pas. Je n'étais pas un élève exceptionnel pour les cours autre que la matérialisation, mais de là à me qualifier de nul, pas moyen de rester posée. En tout cas, elle a rapporté toute sa hargne sur la nouvelle arrivante, l'air de rien je ne voudrais pas être à sa place. Mais cela ne m'empêchera pas de relever tout de même ses dires. Sans prendre en compte qu'elle a retenu mon nom, bien sûr.

-Excusez-moi, mais je ne pense pas avoir besoin d'aide pour ce genre d'exercice, m'dame...

« Bad Teacher »... Non, mais c'était quoi son nom d'abord ? Elle pourrait se présenter ou je ne sais pas. Quoi que, même si son nom c'était un truc complètement bizarre, parce qu'elle n'avait pas l'air d'être japonaise, pour moi elle resterait toujours « la prof de français » ou alors « Bad Teacher ». Mais bon, c'était toujours mieux de savoir les noms des gens, si je devais demander où était la prof pour lui rendre un travail en retard ou quoi, j'allais devoir user de son nom, c'est sûr.

-En fait... Pensez ce que vous voulez, je m'en fiche. Je compte pas m'atteler à faire ces exos rien que pour vos beaux yeux et vos remarques déplacées.

Oui, je crois que j'étais en train de désespérer ou encore de péter un câble. Oui plutôt cela. Si je ne pouvais pas ui faire comprendre que je n'étais vraiment pas un élève de bas étage qui ne savait rien, autant alors laisser tomber et se comporter comme tel. Je n'allais pas me la jouer lèche-cul ou élève parfait rien que pour lui prouver ma valeur, loin de là mon intention. Mais bon, il faudrait que je fasse attention aussi à ne pas l'irriter de trop, rien que pour ne pas me taper de retenues ou encore pire... des services rendu rien que pour la femme brune qui me servait de professeur. Soit ! Avec un peu de chance, elle restera fixée sur l'autre étudiante et sur son tableau et m'ignorera... Oui voilà ! Et pendant ce temps... Ma tête se déposa sur les bras croisés sur mon banc, mes yeux toujours rivés avec froideurs sur la prof. Quelle vie de chien, je crois que je vais aller faire un somme.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Ven 11 Mai - 8:45

Enfin arrivée au fond de la classe, que je me rendais compte d'une chose, ou plutôt de deux : la premère, c'est que je suis arrivée en, moment de conflits entre un prof et un des cancres élèves de ma classe, la seconde était que je n'avais pas ramené de mot d'excuse pour mon "léger" retard, ce que ma professeur m'avait signalé de suite.

Alors que j'avais à peine sorti mes affaires, je revenais vers la porte... encore dix mètres de plus à faire, alors qu'elle disait que je pouvais compenser cela par un service rendu à mon "adorable" professeur. D'ailleurs, ce mot "adorable" me fit sourire, et je dut camoufler derrière un toussotement mon rire, de façon à ce qu'elle ne sache pas qu'à mon gout elle avait l'air tout sauf "adorable" mais bon, c'est la vie, on ne peut pas plaire à tout le monde, n'est-ce pas ?

Le "deal" était de commencer le premier exercice, pour aider un certain "Kurayami" mais bon, vu que j'étais arrivée assez en retard, je ne savais rien du cours, et malheureusement pour elle, je ne suis pas ce genre de petit génie qui sait tout avant même qu'on ne lui aie expliqué ce en quoi consiste tel où tel exercice.
La regardant, et entendant que mon camarade disait ne pas avoir besoin d'aide, alors pourquoi perdrais-je mon temps à réfléchir pour expliquer quelque chose que je ne connais pas moi même à quelqu'un qui savait déjà et qui visiblement n'avait pas besoin d'une aide quelconque.

Je pense que, venant d'arriver, je n'ai rien entendu de votre Magnifique courset donc que je ne vois pas comment faire votre fichu exercice. à ce prix là, je préfère ne pas avoir à utiliser mon cerveau pour aider des gens qui n'en ont pas besoin, et d'aller moi même chercher un billet.
Ce qui me permettrait, en trainant un peu dans le couloir, de rater un temps de cours... car moi, moins j'y suis, et mieux je me sens, alors autant m'en servir pour rater du temps de travail.
J'enpruntais la porte de sortie, et partis à un rythme lent vers le bureau de vie scolaire, pour y chercher le billet qui me permettrait de remonter en cours. malheureusement, sur le billet était indiqué l'heure à laquelle je rentrais en cours, et donc je n'avais pas plus qu'une où deux minutes de marge par rapport au temps imparti... Fichue horloge qui me fait gagner du temps de cours en plus...

J'entrais de nouveau dans la salle, tendant le biller à ma professeur, et retournant m'asseoir vers ma place, à moitié allongée sur mon bureau.

Bon, qu'est-ce que j'ai raté de ce cours là ? demandais-je à l'attention de la classe, espérant que je voie ce sur quoi on est censé travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Karen S. Germain

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/04/2012
Age : 20
Localisation : ~ In Your Heart... Littéralement. *regard de tueuse*

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dark Joker
★ Age : 22 ans, mais je me suis cryogénisée, donc tout est O.K !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Dim 13 Mai - 0:22

Vous savez, je déteste être prof... Non, mais je vous assure...Je vais les renvoyer chez Deady, ou... ou bien, je vais me débrouiller pour qu'elles aient le Conseil des Étudiants au cul ! Raaaah, ce que ça m'énerve ce genre de comportement abusif et je m'en foutiste ! J'allais finir par leur en mettre une à chacune et démissionner... Attends, mais... Mais si je démissionne, j'ai plus d'argent, donc si j'ai plus d'argent, je peux plus m'acheter de fringues de luxe, et si je peux plus m'acheter de fringues chères, je... Ohmondieuuuu ! Je sais pas ce que je vais devenir, mais je vais marcher droit vers le suicide... Ou le meurtre, au choix. Je vous ai déjà dit que ces gosses me donne mal au crâne ?

- Excusez-moi, mais je ne pense pas avoir besoin d'aide pour ce genre d'exercice, m'dame...

- Je pense que, venant d'arriver, je n'ai rien entendu de votre Magnifique cours, et donc que je ne vois pas comment faire votre fichu exercice. A ce prix là, je préfère ne pas avoir à utiliser mon cerveau pour aider des gens qui n'en ont pas besoin, et d'aller moi même chercher un billet.

Kura-chose, soit gentille, tais-toi et souris, pour une fois ! Si j'étais réellement de mauvaise humeur - comme quand je trouve plus mon super chemisier Dior et que je découvre que mon chat, ce con, a fait ses griffes dessus (ce qui a souvent entraîné de recherche de félin mort à Kyoto, et ce qui fait aussi que j'ai un abonnement au véto et à l'animalerie, étant donné ma fréquence d'achat d'animaux... Vous connaissez Angry Bird ? Bah, imaginez Angy Cat) alors que je voulais, donc, mettre ce chemisier ce matin-même - je les aurais déjà flingué sans regret. Mais là, j'avais juste pas envie de me mettre à dos la directrice dès le premier jour. Et puis l'autre flemmarde rousse avec les cheveux ébouriffés qui sort de ma salle comme si on était dans un moulin, avant de me déposer son billet de retard sous le nez, genre la vie est belle et je suis un nounours ! Et puis vous avez déjà vu ça, vous, deux élèves tellement feignasse qu'elle dorme devant moi, sur leur bureau ?! Non mais je vais péter un câble, moi, avec ça ! Et entre Kurayami qui soupirait en se foutant de moi... Mais j'étais fière, elle perdait son sang-froid intérieur, ou du moins, j'avais écorché son égo... Et l'autre grande gueule qui se pâmait devant la salle... Mon Dieu j'allais finir avec une rupture d'anévrisme, aujourd'hui.

- En fait... Pensez ce que vous voulez, je m'en fiche. Je compte pas m'atteler à faire ces exos rien que pour vos beaux yeux et vos remarques déplacées.

Ah, ah, ah... Mais si, tu vas les faire, sinon je t'assure que je reviendrai la nuit pour voler ton âme et te faire un nouvel orifice ! Maiiiiis euh, pourquoi tous ces élèves étaient aussi insupportables et mal dressés les uns que les autres ? Et... j'y crois pas, elle aussi elle dort, maintenant ! Légèrement à bout de nerfs, je me contentais de glisser d'une voix froide, absolument sérieuse, pour une fois.

- Vous deux... D'abord, la fille à la masse qui se croit au Pays des Licornes, tu viens ici et tu me fais ce "fichu exercice" - comme tu dis - de français, à moins que ce soit trop dur pour toi d'activer tes neurones ce matin, t'as pas une seule excuse valable, capté ?


Reprenant mon souffle en souriant dangereusement, je me tournais vers Kurayami, je lui offrit un rire presque psychopathe, et m'attelais à la fixer d'un air glacial.

- Toi, dis-je en la pointant du doigt
, toi tu vas... rester à la fin du cours, d'accord ? On va rigoler un peu.

Juste parce que tu es celle qui me donne le plus de fil à retordre... Pourquoi j'avais le sentiment que, justement, on ne rigolerait pas, mais qu'on se taperait plutôt sur la tronche ? Ou alors, je sentais bien qu'aucune des deux n'allait rester me parler à la fin de l'heure. Jetant un coup d’œil sur ma montre, je constatais que presque plus d'une demi-heure de cours s'était déroulée, et que... on avait toujours rien fait. Vous savez quoi ? Tant pis. Je me vengerai dans l'Arène, si je les croise... Et puis je m'en fiche, moi, j'ai leurs noms ! Mouahahaha ! J'adore être en prof, en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-kiss-happy-girl.overblog.com
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Lun 14 Mai - 15:29

Pendant que je me fichais royalement de la prof me faisant face, l'autre retardataire dont je ne connaissais même pas le nom, vint faire sa maligne devant notre enseignante à son tour. En fait, je me demandais si c'était la tête de notre chère prof de français qui insistait certains étudiants un peu plus turbulents à la défier, ou si c'était juste une envie du moment de l'autre jeune fille. Parce que quant à moi, c'était logique si je défiais la femme qui me servait d'enseignante, tout simplement car je la considérais comme la « Bad Teacher » et rien à y faire, j'avais envie de le lui faire comprendre. Mais sans aller trop dans le mode « je me barre de votre cours », non, je respectais mes professeur ne serait-ce qu'un peu. Tandis que je me posais ce genre de constat philosophique quant à ma position d'élève, l'autre jeune fille du nom de... c'était quoi son nom d'ailleurs ? Bah elle, elle défia la prof carrément avec des joutes verbales comme quoi, elle n'allait rien faire du tout en ce jour du cours de français, et surtout pas les exercices au tableau. Haha... Non ce n'était pas marrant. Je me demandais juste comment la prof va réagir, enfin vous voyez non ? Un élève turbulent, cela passe, mais deux... Deux cela donne un pètage de plomb non ? D'ailleurs je crus apercevoir une veine se former sur le fort de notre jolie enseignante, parce que ouais, elle avait le bon profil de « Bad Teacher », jolie, grande, l'air assez sérieux mais trop ennuyé en même temps et dont on voyait qu'elle aimait faire la fête, si vous voyez ce que je veux dire. Enfin, peu importe... Je me demandais juste où a-t-elle bien pu apprendre le français... bah ici à Undai bien sûr, tous les professeurs étaient des anciens élèves de cette Académie... Je me demandais juste qu'est-ce qui les poussaient à enseigner dans un tel zoo, pourtant ils étaient le mieux placés pour savoir que c'était un job très difficile entre les gamins tordus et les matérialisations. Donc revenons aux faits ! La madame était à bout, en vue de son ton assez peu content qu'elle a pris pour parler à la fille en mode « je m'en foutisme de tout et surtout de vos exercices ».

- Vous deux... D'abord, la fille à la masse qui se croit au Pays des Licornes, tu viens ici et tu me fais ce "fichu exercice" - comme tu dis - de français, à moins que ce soit trop dur pour toi d'activer tes neurones ce matin, t'as pas une seule excuse valable, capté ?

Ah... Et moi qui croyais qu'elle m'aurait oublié... J'étais bizarrement mal barré. Je sentais le roussi arriver à plein nez même si ses paroles mordantes étaient plus destinées à l'autre jeune fille. Je ne sais pas si je devais me réjouir que je n'étais pas le seul centre d'intérêt de la prof, mais en tout cas je me sentais moins en danger en ayant une autre personne dont la colère de l'enseignante se dirigeait. Parce que ouais, bizarrement je sentais que là, là elle ne riait plus et que, au contraire, elle était dans un état de folie ou de colère monstre dans le genre « je vais te mettre en pièce, rapidement ou lentement, c'est ton choix, mais tu mourras en souffrant ». Oui dans ce genre là. En tout cas, je préférais me faire toute petite en regardant les exercices à faire, même si je comptais qu'en commencer un et le laisser tomber en plein milieu, non parce que l'heure du cours était presque passée, mais juste parce que c'était trop ennuyant et que, j'avais mieux à faire... comme penser à ce que j’allais manger pendant la pause, ou alors, quand j'aurai du temps pour m'entraîner un peu dans l'Arène. Enfin, this kind of stuff quoi. Mais le début de mes pensées et aussi ma bonne volonté à commencer les exercices se furent stoppé net par un rire, pas du tout rassurant, de la « Bad Teacher ». Bizarrement quand elle riva son regard froid dans le mien, j'avais juste envie de baisser les yeux, parce que à ce moment elle avait vraiment l'air flippante... Mais bon, comme il convenait de le faire, je soutenais son regard assez semblable au mien faut dire. Je crois qu'il y a que dans cette Académie qu'on retrouve tant de gens aux yeux rouges, parce que avant je n'avais jamais vu cela ailleurs à part les miens. Serait-ce une maladie des albinos ou juste une formation génétiques comme celle-ci était plus courante que je ne l'aurais cru... qui sait. En tout cas, je la fixais avec une grimace assez gênée, en vue de son air insistant et de son ton assez glacial pour me donner la chair de poule.

-Toi, toi tu vas... rester à la fin du cours, d'accord ? On va rigoler un peu.

Sérieux ? J'entendis des « ooooouuuuuu » des singes de la classe, mais je n'en fis guère attention. Je crois que je fis un « oh » assez indigné quand elle me sortit cela. J'avais juste une envie c'était de lui demander pourquoi moi, je n'avais rien fait et tout, et tout... Mais je crois que cela sonnerait trop gamin, en tout cas pour ma personne. En fronçant les sourcils, je me posais contre le dos de ma chaise et je croisais les bras toujours mon regard rivé sur la femme aux cheveux noirs. Ah merde... Je ne souriais pas, au contraire, j'étais vraiment furieuse sur les bords, je n'avais pas que cela à faire, d'ailleurs... J'avais faim et un petit détour à la cafétéria ne me ferait pas de mal... Alors là, perdre encore je ne sais combien de temps à regarder l'autre fille faire les exercices au tableau et ensuite encore avoir un face-à-face avec la femme... c'était trop pour moi. D'ailleurs, elle me voulait quoi ? Je ne pense pas qu'on allait rire ou se raconter des blagues à la con... Je pense qu'elle allait me mettre en charpie pour l'avoir défié ou encore, me faire faire des taches ingrates... Non hors de question.

-... Et vous voulez qu'on parle du beau temps ?

C'était sortit tout seul. Et je crois que la prochaine fois, je me tairai... Je crois que je viens de réveiller le monstre ? Haha... Je souris jaune et ne bougeais plus. D'accord, je crois que cette fois c'est bon. Je viens de lui déclarer la guerre... Mais je n'avais pas envie de me faire tuer, ou d'aller en retenue, ou encore dans le Conseil sous le regard impérial des Terminales ou... Enfin, je crois que le mieux à faire c'est de m'excuser à la fin, même si cela ne serait pas sincère et ensuite, de me faire oublier par cette prof pour le restant des années que je resterai ici. Ouais, bonne idée, rien que pour avoir la paix... Bon bah, je fais quoi là ? D'un mouvement assez neutre, je déviais mon regard du sien en marmonnant un :

-Comme vous voulez...

Avant de me replonger dans mon livre, espérant qu'elle ne relève pas ma phrase d'avant et que, à la fin du cours, elle me laisse tranquille... Enfin, on verra, il ne reste que quelques minutes du cours, à voir si elle me laissera partir ou non... Et le pire dans tout cela ? C'est que j'avais l'habitude de sortir la dernière pour ne pas avoir à me frotter aux autres étudiants... Alors là, je vais courir dès que cela sonnera ? Haha... J'étais dans la merde.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   Mer 23 Mai - 15:49

[Deso du retard, je suis fort occupé ces temps-ci, mais bon, c'est mon dernier post je crois.]

- Vous deux... D'abord, la fille à la masse qui se croit au Pays des Licornes, tu viens ici et tu me fais ce "fichu exercice" - comme tu dis - de français, à moins que ce soit trop dur pour toi d'activer tes neurones ce matin, t'as pas une seule excuse valable, capté ?
Mais quoi encore ? mais c'est quoi son problème à elle ? je voudrais bien là voir à essayer de faire un exercice sur un truc encore jamais étudié (ou peut-être que si, mais vu comme je m’intéresse aux cours, que ce soit ici ou dans mon ancien établissement) eh bien je vois pas comment faire cet exercice, et de toute façon, je n'avais aucune envie de rester là, de participer à ce fichu cours, de faire ce fichu exercice, de répéter le mot "fichu" dans ce Rp...
Alors comme ça je me crois au pays des licornes ? mais bon, une licorne est logiquement un animal fantastique, donc inexistant, alors se croire dans leur pays signifierai se trouver nulle part en fait, un peu comme être dans cette académie qui semble être nulle part, et connue de tellement peu de monde que l'on dirait qu'il serai comme, pour citer ma très chère professeur "Le pays des Licornes".

Bref, j'écoutais le duel de mots entre la prof et l'autre élève, et je sentais bien que ça allait bien finir par partir en sucette, pour vous montrer à quel point je n'aimais pas ce lieu (I.e la salle de classe) avec les évènements qu'il s'y produit, je dirai que je préférerai encore de loin passer mon temps de cours à rester dans ma chambre, et dormir encore un peu.

Bref, tant pis, là, je voyais que c'était pas le moment de tenter quoi que ce soit, et je repris mon sac, me dirigeant vers la porte de sortie, posant un papier sur le bureau de la prof et repartant surement vers un utre lieu, j'allais quitter le cours.

Le message que j'avais laissé était le suivant.
Chère professeur Adorée
à ce que je peux voir en ce moment, je pense que il serait préférable pour moi de quitter votre cours, non pas que je ne vous aime pas, mais j'aimerai tant aller retrouver mes amies les licornes (Hihi) Alors on se reverra surement dans nôtre prochain cours... si je ne suis pas en retard.
merci et à bientôt.
Erukia Nijiko.


♣ FIN DU RP POUR MOI ♦
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui a dit que j'étais pédagogue ? Ha, j'me disais, aussi !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'étais pourtant persuadée de déjà l'avoir fait...
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» « Il m'a dit que j'étais comme l'horizon, une chimère vers laquelle on marche sans jamais pouvoir l'atteindre » Illu.
» • Raphaël - Avant j'étais gentil, mais ça c'était avant.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Salles de classe-