AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une première, entre toi et moi, Kaïla.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mar 3 Avr - 17:40

Le sang, le sang coulait de mes mains tandis que je lançais le cadavre d’un jeune homme devant moi. Regardant sa chute, je ne fus pas étonnée de rencontrer des yeux sans vies devant moi. Je n’étais pas une meurtrière, je n’étais pas une personne qui tuait pour son plaisir, si je devais ôter la vie à quelqu’un, il me fallait toujours une raison valable. Et cette fois-ci, je n’eus pas le choix … Laissez-moi vous montrer mes raisons.

Tout a commencé ce matin, une bourrasque monstre de poussière avait recouvert tout le parc de Undai. La raison ? Un étudiant de Terminale qui se battait avec un autre de Première. Ce genre de combat devait obligatoirement se passer dans l’arène, mais ces deux abrutis, tenus par leurs pulsions animales n’avaient pas sus se maîtriser, et c’est ainsi qu’un combat éclata.

Les deux jeunes hommes se livrèrent à des attaques monstre, détruisant sans faire attention la nature se trouvant autour d’eux, l’un deux étaient déjà dans un piteux états quand j’arrivais sur les lieux. Le visage ensanglanté, il demanda la fin du combat mais le Terminale sachant que la victoire était à porté de main, ne s’arrêta pas en si bon chemin. Matérialisant dans ses mains deux épées gigantesques, il découpa le corps du jeune élève de première, le sourire sadique aux lèvres.

Mourir dans l’arène, ne voulait pas dire mourir dans le monde réel, mais mourir dans le monde réel … C’était vraiment disparaître.

Je ne restai plus que comme spectatrice, je m’avançais à présent vers le meurtrier, attrapant sa tête sans ménagement avant de l’éclater sur le béton que formaient les petits sentiers du parc. Le relevant, je le levais de manière à ce que je puisse voir son visage. Plongeant mes yeux dans les siens, je m’étonnais de l’entendre me dire d’un ton moqueur :

- Black … Rock Shooter … La chienne, de Dead Master hein ?

Être comparé à un animal par une personne aussi minable que lui, me fit sortir de mes gongs. Sans prendre la peine d’invoquer ma robe de combat ainsi que d’utiliser le pouvoir de la matérialisation, j’usais de mes ressources naturelles pour enfoncer ma main dans sa poitrine, creusant de mes ongles acérées pour traverser la peau et prendre son organe vitale. Balançant par la suite son cadavre au loin.

- Je ne suis pas … qu’un animal.

En me retournant, je vis les regards sombres de beaucoup d’élèves sur moi, certains montraient de la peur, d’autres de la confusion, je pouvais voir des larmes, des têtes de merlan frit ainsi que des sourires … sourires, qui pouvait sourire en voyant un cadavre ? Ma question ne se laissa pas sans réponse quand j’entendis les gens autour de moi me dire en cœur :

- Bravo ! Elle a réussi à tuer ce malade ! Elle nous a sauvé, elle est la meilleure !

Je restais perplexe en voyant cela, affichant un petit rougissement presque invisible, je tournais dos à la masse afin de me diriger vers l’arène. Arrivant devant les portes de celle-ci, j’attrapais premièrement mon portable afin d’appeler la sécurité de l’école pour qu’ils fassent disparaître les deux corps ainsi que de réparer les lieux.

Une fois cela fini, je m’apprêtais à rentrer dans l’arène, mais un regard pesant que je sentais dans mon dos m’obligeait à me retourner. Devant moi j’avais la chance de découvrir une jeune fille à la chevelure brune et aux yeux rouges … Une nouvelle … Pourtant son regard me rappelait vaguement quelque chose.

- … hum … Que, qu’est ce qu’il y a ?

Très constructif non ? Normalement ca devait être « Qu’est ce t’as ?! » froid et méchant, mais pour une fois que je fais des efforts pour être légèrement gentille et légèrement normale, on allait pas me reprocher d’articuler vraiment quand même ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mar 3 Avr - 22:19

Ce matin, j'avais vraiment envie de faire la grasse matinée. C'était normal, on était un samedi et j'avais passé une semaine épouvantable. Entre découvrir les cours et materner d'autres nouveaux, je n'avais pas eu le temps de souffler ne serait-ce qu'une minute. C'est ainsi que je me retrouvais à midi devant mon miroir à me brosser les dents. Vous aller dire que midi c'est pas si tard que cela ? J'étais d'accord, mais la faim me réveilla et m'empêcha de continuer à dormir. Après avoir pris ma douche et fait un peu le ménage ainsi que d'autres trucs habituels que font les jeunes quand l'envie ou l'inspiration leur vient.

C'est ainsi que vers quatorze heures, je me retrouvais à la cafétéria en train de choisir un bon repas préparé sur place. Pourquoi aller jusque là au lieu de prendre un repas dans le restaurant des dortoirs ? Tout simplement parce qu'il y avait trop de gens à cette heure-ci dans les dortoirs, ca grouillait et se poussait de partout, sans prendre en compte le bruit monstrueux que cette masse d'élèves faisait. Jamais je ne m'habituerai à tout cela. Quitte à aller faire un grand chemin, la faim au ventre, jusqu'à l'Académie.

Donc ! Mon repas pris et mangé, je partis me chercher encore un sandwich avant de quitter les lieux. Il faisait beau aujourd'hui, alors pourquoi ne pas aller se promener dans le parc qui était, certes bondé, mais grand et beau avec des endroits dépourvus de ces fourmis. Mais je ne pouvais pas ! Et c'est à la vue de l'Arène non loin de là qui me remit à ma place. Je devais impérativement aller à l'Arène, c'était le dernier délais donné par le professeur qui, par je ne sais quelle raison, nous obligeait au moins de la visiter seuls.

Je me demandais pourquoi d'ailleurs. Genre, il voulait qu'on ait un petit aperçu avant qu'il ne doive tout nous expliquer ? Une façon de se faciliter le cours, peut-être ? Quoi qu'il en soit, je me retrouvais non loin de l'Arène quand j'entendis des cris et des pleurs non-loin. Je n'étais pas de nature curieuse, mais j'y allais tout de même, un peu en retrais pour ne pas me toucher à d'autres étudiants. Et c'est là que je vis une scène horrifique. Un garçon qui ne devait pas être plus âgé que moi était toute âme occupée à découper un autre étudiant. Mais ce n'est pas cela qui me fit échapper un petit cri et me faire lâcher mon sandwich déjà entamé. Non, ce qui m'a laissé bouche-bée, c'était une jeune fille qui arriva sur les lieux du crime et qui, à son tour, arracha le cœur du survivant, à mains nues ! Non mais ! C'était quoi cette école de malade ?! Ce n'était pas normal de tuer les gens ainsi et encore moins que les autres étudiants l’acclament comme si elle était une sauveuse ou quelque chose du genre.

Restant en retrait, je vis la fille en question, longs cheveux noirs et d'une taille moyenne, s'avancer vers l'Arène comme si de rien était. Portable en main, elle parla à quelqu'un tout en marchant. Vraiment, dans cette école personne n'avait de cœur ? Intriguant... Vraiment intriguant. C'est ainsi que je la fixais sans mot dire quand tout à coup elle se retourna et me laissa découvrir ses yeux bleus.

-… hum … Que, qu’est ce qu’il y a ?

Fronçant les sourcils, je la regardai un instant avant de détourner mon regard sur le sandwich écrasé au sol. Vous savez c'est quoi changer de personnalité d'un coup ? Non, eh bien je vais vous le montrer. Parce qu'au lieu d'avoir peur de cette fille monstrueuse, je ne fis qu’attention à ma tartine au sol.

-Mon sandwich... Pourquoi ? Je n'ai pas pu goûter à la sauce... Tant pis, je dois aller à l'Arène.

Mais peut-être que c'était le stress de se trouver devant une personne qui venait de tuer quelqu'un de sang-froid qui me mettait dans un tel état ? Peut-être bien, avant je voyais ce genre de scène qu'à la télé, et j'en riais. Mais la réalité était tout autre, ce n'était pas si amusant que cela.

-Qui es-tu ? Pourquoi tu l'as tué comme ça ?

Je détournais mon regard rouge du sandwich pour le river sur la fille. Mon expression faciale se voulait sévère, et ca l'a bien fait. Avouez que ce n'est pas approprié de se trouver devant une telle personne avec un air... ni apeuré ni traumatisé, mais complètement détaché. Je crois que je vais m'évanouir. Et tout cela accompagné d'un petit rire nerveux.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mar 3 Avr - 22:57

-Mon sandwich... Pourquoi ? Je n'ai pas pu goûter à la sauce... Tant pis, je dois aller à l'Arène.

Je restais stoïque en voyant la jeune fille parler avec son sandwich. Étrangement, mon regard se porta également sur sa tartine écrasée, regardant celle-ci avec intensité, je me demandais ce qu’il y avait de si intéressant à ce bout de pain recouvert de poussières. Pourtant, l’inconnue avait vraiment l’air de l’apprécier … serait-ce à cause de moi qu’il est tombé sur le sol ? J’en étais désolée si j’étais la coupable, j’aurais même essayé de le réanimer, mais une tartine n’a pas de vie … c’est mort, mort, mort et mort. Un simple … pain.

-Qui es-tu ? Pourquoi tu l'as tué comme ça ?

Relevant la tête en croisant des rubis de feu me fixer, je restais sans bouger pour ne pas changer. Je ne savais pas vraiment quoi lui répondre, je ne parlais pas aux élèves, je ne m’approchais pas d’eux et je ne conversais jamais avec eux. Ils … ils étaient sales, je ne voulais pas rester avec cette race inférieure, mais cette fille … cette fille m’intriguait. Elle me regardait avec tant d’assurance, comme si je ne lui faisais pas peur et encore mieux, que j’étais son égale.

- Yume … Yume Kuroi. Les gens m’appellent, Black Rock Shooter …

C’était la première étape, j’avais lu des livres sur comment entretenir une conversation, imaginez bien que je n’ai jamais réussi à finir ce livre, mais que je me rappelais tout de même de certains passages. Après s’être présenté, il est conseillé de demander à l’autre personne d’en faire de même, c’est pour cela que je lui dis, après une petite absence de ma part :

- Présente-toi.

J’aurais pu sans doute le demander autrement, mais je n’arrivais pas à contrôler mes pulsions et je ne savais pas non plus comment s’adresser aux étrangers. Soit j’étais froide, soit j’étais invisible, mais pas amicale. Tendant la main vers la fille, j’essayais d’afficher un petit sourire en lui répondant à sa dernière question, un air amusé dans la voix - j’essayais d’être amicale et gentille - :

- Parce que les règles sont les règles, quiconque ne les respecte pas, se voit puni par la loi.

Sérieusement, ma capacité à discuter avec les gens était plus que restreinte, j’étais une vraie moule et je voyais le regard rouge de l’autre me fixer encore plus. Avais-je vraiment dit quelque chose d’horrible ? Non, j’essayais même d’être « sympathique » en lui proposant :

- Tu viens avec moi à l’arène.

Oui, à la base ce n’était pas ce que je voulais dire. Non, je voulais lui proposer de venir avec moi à l’arène parce qu’elle comptait s’y rendre et moi aussi. Mais je n’arrivais pas à la tourner en forme de question, ni en y mettant une pointe de gentillesse. Hibari avait sans doute raison en me traitant de cadavre sans cœur … Je n’étais pas faite pour les relations humaines.

- …

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mer 4 Avr - 0:19

-Yume … Yume Kuroi. Les gens m’appellent, Black Rock Shooter … Présente-toi.

Black... Black Rock Shooter ? Donc c'était elle la fameuse terreur du Conseil des étudiants de Undai Gakuen ? Je l'imaginais beaucoup plus, je ne sais pas moi, beaucoup plus grande, forte, avec une aura plus brutale. En tout cas, je ne l'imaginais pas étant une jeune fille, petite et maigre qu'elle était. Si je n'aurais pas vu de mes yeux ce qu'elle venait de faire à l'autre garçon, je lui rirais à la figure si elle m'aurait sortit cela. Mais là... j'osais pas, ma gorge était coincée, seul mon regard fidèle à lui, restait de marbre.

-Parce que les règles sont les règles, quiconque ne les respecte pas, se voit puni par la loi.

Ah elle se décidait à me répondre. Mais cette réponse me faisait peur. Non c'est son sourire qui m'effrayait, bon sang c'était quoi cette fille ?! Je ne sais pourquoi, mais mon regard quitta ses yeux bleus pour venir se figer sur le sandwich, puis je pensais à l'organe qu'elle avait arraché, puis au sandwich, puis au sang,... J'allais vomir dans les secondes à venir.

-Tu viens avec moi à l’arène.

Quoi ?! Mon regard vint se planter dans ses pupilles et des sueurs froides vinrent me parcourir le dos. Elle voulait que j'aille avec elle dans l'arène ? Qu'est-ce qu'elle me voulait ? Elle voulait me tuer comme elle l'a fait avec le garçon dont le corps venait de se faire ramasser par des agents ou je ne sais quoi, en costumes noirs. Je... J'allais pas tout de même me jeter dans la gueule du loup et me laisser anéantir, je voulais vivre moi et profiter de cet endroit, et non crever comme une vulgaire chair à canon pour cette enragée de la vie. Déglutissant difficilement, je cherchais à trouver une excuse pour partir de là en courant. Mais sur le moment, je ne trouvais rien.

-Je... Kaïla Kurayami.

Très constructif, je trouvais aussi oui. Mais c'était Black Rock Shooter, celle dont tout le monde avait peur, et moi dans tout ça, je la regardais sans broncher. Je crois que ceux qui étaient autour devaient déjà me voir comme morte, non ? Tant pis, ce que je cherchais c'était d'aller dans l'arène pour voir à quoi sa ressemblait.

-Kuroi-San ? Je pense que... je vais décliner ta proposition, je ne suis jamais allée à l'arène et j'ai pas envie que tu m'arraches la tête... ou quoi que ce soit d’autre.

Et tout cela dit du tac au tac, d'une voix calme presque comme une évidence. Non mais j'étais folle moi aussi, j'aurais dû lui dire quelque chose du genre : « excuse-moi, mais je dois y aller » et courir loin. Et là non, je lui dis en face que tout simplement j'ai pas envie d'y aller parce que je trouve qu'elle est une brute qui aime décapiter tout ce qui bouge. Magnifique... Vas te pendre Kaïla, vas. Mais pour le moment, je ne bougeais pas et elle non plus. On se fixait comme deux statues... Sans broncher. Trop bizarre.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mer 4 Avr - 0:53

-Je... Kaïla Kurayami.

Kurayami-San donc, j’avais déjà eu la chance d’entendre ce nom, bien que je ne me souvenais pas d’où exactement, cela me disait brièvement quelque chose. Avec un nom pareil, elle était donc japonaise … une chose de bonne, nous avions les même origines … bien que je n’étais pas vraiment sur d’être moi-même japonaise, une fille aux cheveux noirs, la peau blanche comme un mort et des yeux bleus, ca ne faisait pas spécialement asiatique. Mais dans le genre jaune, elle ne le faisait pas non plus. Elle était grande … un peu plus que moi, des cheveux noirs au reflet brun, des yeux rouges et une peau rose … comme une poupée, oui, les poupées que l’on donne aux enfants pour noël. J’ai toujours rêvé d’avoir un tel prototype, une poupée aux yeux rouges.

-Kuroi-San ? Je pense que... je vais décliner ta proposition, je ne suis jamais allée à l'arène et je n’ai pas envie que tu m'arraches la tête... ou quoi que ce soit d’autre.

Elle me demandait l’accord pour m’appeler par mon nom de famille à la place d’utiliser comme les autres, ce surnom de combat qu’on m’avait donné ? Je n’étais pas contre, à vrai dire, je lui permettais même de m’appeler par mon prénom. Je n’étais pas vraiment attachée aux coutumes japonaises, mais je respectais celles-ci par pure politesse envers l’enseignement que j’avais reçu et les gens qui m’entouraient.

Cependant, je fus triste en voyant que elle n’avait pas l’air de vouloir venir avec moi. De plus, elle me disait qu’elle avait peur que je la décapite … je ne m’attaquais pas aux gens sans véritables raisons, je l’ai déjà dit, je ne suis pas un animal. Tournant la tête en faisant une moue boudeuse, je levais la main dans sa direction en lui disant d’un ton que je voulus timide mais qui s’avérait être froid :

- Viens avec moi.

Oui, je ne suis visiblement pas douée, loin de là à vrai dire. Tournant une fois de plus la tête en plongeant mon regard dans ses rubis, je n’attendis pas sa réponse pour prendre sa main sans plus attendre. Je pouvais sentir la chaleur qui émanait de sa main, était-elle stressée à ce point ? Moi, ma peau était froide … froide comme un mort. C’était affreux hein ? D’être impossible de se réchauffer et que si quelqu’un avait le malheur de m’enlacer, il subirait ma température glaciale.

- Je … je ne suis pas douée avec les gens, je ne parle que très rarement … si tu me trouves un peu froide …

Un peu, c’était bien le comble, je l’étais complètement ! Un vrai frigidaire tournant à plein régime pour ne jamais décongeler. Commençant à avancer vers l’arène, la tenant toujours par la main, je passais la première la porte se qui fit matérialiser une flamme bleue à mon œil droit. Me retournant en ayant lâché la main de Kaïla, je lui adressais un petit sourire (un vrai cette fois-ci) en lui disant :

- Je ne compte pas te découper en rondelles, viens, Kurayami-San.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mer 4 Avr - 19:33

-Viens avec moi.

C'était moi où elle a mal pris ce que je venais de dire ? Je crois que c'était le cas vu le ton froid avec lequel elle me dit ces quelques mots. Je crois qu'elle ne me laissait aucune chance de refuser. Elle voulait me mettre en charpie rien que pour s'amuser et on dirait qu'elle n'allait pas me laisser partir en prétendant une migraine soudaine. J'étais cuite, moi qui voulais juste me promener avant de voir à quoi ressemblait cette fameuse Arène, j'allais subir le courroux d'une tueuse sans cœur.

-Je … je ne suis pas douée avec les gens, je ne parle que très rarement … si tu me trouves un peu froide …

Quand elle m'attrapa par la main pour me tirer à sa suite dans l'Arène, je faillis mourir. Je sentais sa main froide, tout comme elle, me tenant assez fort pour que je ne puisse pas me dérober. J'allais défaillir si elle ne me lâchait pas dans les secondes à venir, d'ailleurs j'allais m'exclamer pour qu'elle ne me touche pas, mais je n'eus le temps. Tout simplement car une autre chose attira mon attention. J'étais tellement captivée ou outrée par cette main qui me tenait que je n'ai pas remarqué qu'on avait déjà pénétré dans l'Arène.

- Je ne compte pas te découper en rondelles, viens, Kurayami-San.

À ce moment même, elle me lâcha la main et je pus voir qu'un de ces yeux bleus venait de... s'enflammer ! Il était en train de brûler d'une flamme bleue ! C'est quoi cette enroule ?! Et de plus, elle n'avait pas l'air de souffrir, au contraire elle me souriait même. Bon sang, elle me dit qu’elle ne me ferait pas du mal, mais là, je dirais qu'elle était masochiste avec cet œil. Mais bon, je vus tant de bizarreries dans cette Académie, que ça ne devrait pas m'étonner. Mais tout de même quoi !

-Tu... Ton œil !

Je pointais du doigt l’œil en question, et c'est là que j'ai découvert que ma main droite était recouverte d'un gant noir. Mais, je ne portais pas de gants moi, comment se faisait-il que... ? Je descendis mon regard lentement sur le reste de mon corps et là, je poussai un cri de surprise. Non mais ! Tout mon corps changea d'habits ! Au lieu de porter mon habituel uniforme, j'avais sur moi une tenue complètement différente et tout aussi bizarre que celles des autres étudiants se pavanant par-ci par-là. J'étais habillée en noir, avec des vêtements qui ne recouvraient que certaines petites parties de mon corps qu'il fallait recouvrir, tandis que mon ventre était découvert montrant ma peau blanche. Je n'étais pas du genre pudique, mais me retrouver ainsi d'un coup devant tant de gens, car oui, il y avait beaucoup de gens ici, c'était autre chose. Mais ce n'était pas tout Non ! Le reste de mon corps comme par exemple, mes genoux et jambes étaient découvertes d'un métal ou je ne sais quoi. Je me regardais sous toutes les coutures, gigotant un peu dans tous les sens, tout ça avec un air ahuri. Mais... Une question, pourquoi je n'avais qu'un seul gant au lieu d'en avoir deux ? C'était trop étrange, surtout pour moi qui aimais la symétrie. Après m'avoir bien examiné, je relevais mon regard sur Kuroi-San qui était restée là me laissant m'observer sous tous les angles.

-Pourquoi j'ai ça sur moi ? Et pourquoi tu n'as pas changé Kuroi-San ?

C'était vrai ça ! Déjà avant d'arriver dans ce lieu, elle ne portait pas son uniforme mais cette même tenue. Il n'y a que son œil qui avait changé en s'embrasant. Mais peut-être qu'elle ne pouvait l'enlever parce qu'elle devait être toujours prête pour agir si la situation entre deux élèves dégénérait, qui sait. Je me grattais la tête d'un signe d'incompréhension. Et là, je me figeais. Je venais de toucher quelque chose de dur qui se trouvait sur ma tête. C'est par ma surprise d'avant que je n'avais même pas remarqué que ce poids sur ma tête, était le depuis le début. Écarquillant les yeux, je tenais ces choses que je ne savais même pas identifier, quoi que on dirait des...des cornes ?! Je me mis à hurler tout en lâchant ces deux... trucs ornant ma tête.

-Enlèves-moi ça ! Enlève !!

Je paniquais tout en gueulant dans tout l'espace, mon effroi de la situation, des larmes à mes yeux pointèrent déjà leurs arrivées.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mer 4 Avr - 21:07

-Tu... Ton œil !

Par simple réflexe, je mis ma main sur mon œil en me demandant pourquoi elle criait avec tant d’étonnement en me voyant. Ce n’est que quelques secondes après que je compris qu’elle était étonnée de voir mes flammes bleues … Si ce n’était que ça, il ne fallait pas en faire tout un plat. Mais après avoir remarqué ma transformation, elle remarqua enfin la sienne. Se détaillant de haut en bas, je fis de même. Elle portait … des vêtements étranges, son pull, son gilet plutôt ressemblait à ces machins d’américain que les footballeurs ou encore, les rugbyman portaient dans les lycées. Elle portait également un short, son ventre découvert et … un gant ? Ou plutôt, une deuxième main au dessus de la sienne au griffes acérées ... Une arme ? Déjà ? Je regardais cela avec beaucoup de perplexité, je n’avais jamais vu une arme se matérialiser pour la première fois en même temps qu’un habit. Peut être que ce n’était que du tissus en fait, mais certaines parties de son corps étaient recouvertes de métaux brillant … La class …

-Pourquoi j'ai ça sur moi ? Et pourquoi tu n'as pas changé Kuroi-San ?

Ah ? Pourquoi je n’avais pas changé ? Et pourquoi tu criais comme une acharnée d’abord ?! Non mais sérieusement. Renfermant mon visage dans une expression froide et boudeuse, je la tuais du regard. Je n’aimais pas le bruit, je n’aimais pas les gens qui criaient et je n’aimais pas, que je n’aimais pas les … Ah ?

-Enlèves-moi ça ! Enlève !!

Elle parlait de ses cornes qu’elle tenait avec ses mains, étonnée de ne pas les avoir remarqué avant, je pouvais déjà voir des petites larmes couler de ses yeux rouges. Je ne savais pas vraiment quoi faire, par réflexe naturel, je restais à la regarder me crier dessus sans bouger. J’aurais pu partir, regarder ailleurs, mais je ne fis rien. Voyant que cela allait l’énerver plus qu’autre chose, j’avançais vers elle, lui demandais d’un geste de la main de s’abaisser afin que je puisse avoir sa tête à la bonne hauteur.

Imaginez moi maintenant, debout, avec une fille aillant sa tête près de mon intimité, moi tenant ses cornes des deux mains en affichant une expression neutre. Digne d’un esprit de pervers me diriez-vous, mais l’idée était toute autre. D’une pression suffisante, je tirais d’un coup sec une de ses cornes. Tenant celle-ci dans ma main, je vis un petit -gros- jet de sang sortir de la tête. Ah …

- Ca pisse …

Les yeux de merlan frit en voyant cela, je regardais à présent le visage de Kaïla se décomposer de seconde en seconde. Dieu … Je venais de lui arracher une oreille ! Dieu, pardonnez moi ! Levant le bras, la corne en main, je replantais celle-ci dans sa tête sans plus de ménagement. Pour souder le tout, sa matérialisation se chargeait de redresser le tout et d’arrêter son hémorragie de la tête … Ca, ca faisait mal ?

- Mal … ca fait mal ?

Une question comme une autre, m’accroupissant à sa hauteur, je lui mis la main sur la tête en la frottant doucement comme si elle faisait office de petit, tout pour lui dire, d’un ton chaleureux - froid - :

- C’est pas grave, ca saigne plus, je l’ai renfoncé dans ta tête.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Lun 9 Avr - 18:45

Comme pour exaucer mon souhait, Kuroi-San me fit signe de m'approcher pour, avec le peu de délicatesse dont un meurtrier en série était capable, elle m'arracha le souci de ma matérialisation. Pour le moment, là, rien à signaler, jusqu'à ce qu'un terrible mal de tête me prenne d'un coup et que je vis un flot d'un liquide rougeâtre sortir de ma tête. Vous imaginez une fontaine jaillir du haut de votre crâne avec des jets de votre propre sang ? Imaginez et puis on verra votre tête. Pour ce qui est de la mienne, elle devint blanche comme la mort avant que je me mette... Non pas à hurler, j'étais trop choquée pour sortir quoi que ce soit comme son, mais plutôt à ce que je me mette à... regarder Yume en tremblant avec un air neutre. Mais le genre d'air complètement morbide, yeux livides et esprit vide. Oui, j'étais à même de faire des rimes, tellement la situation était critique.

-Ca pisse … Mal … ca fait mal ?

Non, sérieux ? Sans blague aller ! Elle venait de m'arracher une partie de mon corps, je crois. Et je venais de perdre au moins deux litres de sang... Et cette fille devait vraiment être sans cœur ou sans moindre sentiment ou ressentiment quant à la douleur, vu sa façon de me demander mon état. Je ne sais pas pourquoi je pensais à ça, mais c'était comme si elle me demandait si je préférais de la mayonnaise ou du ketchup dans mon sandwich qu'elle aurait fait n'importe comment. Non ce n'était pas un pique-nique là ! J'étais en train de crever à petit feu. Comme si elle venait de se rendre compte de la situation, elle tenait ma corne dans ces mains, et d'un geste brusque elle me l’enfonça dans la tête de nouveau. Je crois que ça a fonctionné, vu que la cascade de sang s'arrêta.

- C’est pas grave, ca saigne plus, je l’ai renfoncé dans ta tête.

J'étais à genoux en train de souffrir la pire migraine de ma vie, mes mains au sol dans une marre de sang d'une étrange couleur rouge mais pas vraiment rouge. C'était du rouge certes, mais... Comment dire, il était un peu plus liquide, du genre une traînée que laisse la limace sous son chemin. En tout cas c'était étrange. Oui, j'étais tellement mal que j'étais complètement fascinée par mon propre liquide vital, sans vraiment faire attention à ce que la fille qui m'a mit dans cette état, faisait. Quoi que sa voit me fit froid dans le dos quand elle me dit que ce n'était pas grave, tout ça avec son ton froid. Je crois que c'est là que mes nerfs ont lâché, oui, j'allais péter un câble peu importe si elle pouvait encore une fois m'arracher quoi que ce soit ou non.

-Pas grave... Tu arracher... Mais ! Mais t'es malade ?!

Ma voix passant d'un murmure devint complètement stridente. Je ne sais par quel moyen je réussis à me relever, mais j'étais debout en train de la fusiller d'un œil rouge, mais le rouge du rouge. Enfin, d'un regard noir... Enfin, on se comprend quoi ! Et c'est à ce moment, dans une colère, ou peur... ou choc... Je ne sais pas ! Enfin, dans cet état d'esprit que mon œil droit s'enflamma d'une couleur rouge sang, mais ça je ne le savais pas. Enfin logique, je ne voyais pas mon œil. Par contre, ce que je pouvais constater, c'était qu'il y avait des gens autour de nous, à une bonne distance qui regardaient la scène en faisant des messes-basses. Non mais c'était quoi leurs problèmes à eux ? Ils faisaient des paris sur combien de temps j'allais survivre en compagnie de Kuroi-San ? Bande de petits cons, qu'ils crèvent !

-Et VOUS ?! Vous regardez quoi ? Occupez-vous de vos oignons !

Oui, c'est fou à quel point je pouvais être méchante quand je pétais un câble. Non, je n'étais pas schizophrène. Non c'était pire ! Je changeais de personnalité, d'humeur, de façon d'être et tout cela, comme un gant, si pas pire. Après cette petite tirade à l'encontre de ces... étudiants trop curieux, je reportai mon attention sur Kuroi-San avec un air désapprobateur sur le visage. Et avec un ton sévère mais par ironie, ni effrayé ni douloureux, je lui dis ce que j'avais à dire d'un ton autoritaire.

-Tu m'as promis de rien m'arracher je te signale Kuroi-San. Je ne sais pas comment je suis en vie, mais... mais ne refais plus jamais ça !

Ceci dit, je la fusillais du regard, sourcils froncés, visage fermé et les lèvres pincées. Non mais cette situation pourrait être hilarante, vous imaginez que j'étais en train de gronder mon aînée qui, au part avant, venait presque de me tuer ? Non... Bah oui, je trouve aussi que c'était complètement étrangement paranormal. Mais une autre chose étrange, c'était qu'elle était toujours là comme un piquet, comme si la situation présente n'avait rien d'inhabituel à ses yeux. Quoi que ? J'en sais rien, je ne savais plus où donner de la tête... ou des cornes pour être plus précise. Je voyais les gens en tenues étranges autour de moi avec des yeux exorbités à nous regarder, moi et Kuroi-San, d'autres en train de se battre ou de s'entraîner un peu plus loin, tous possédants des armes étranges. Je voyais encore d'autres têtes que je pouvais reconnaître sous leurs apparences nouvelles, des gens de ma classe qui avaient l'air aussi perdus, même si cela ne m'intéressait pas plus que ça. Et toute cette vision des choses dans un paysage hors du commun, un paysage qui s'étendait à perte de vue devant mes yeux rouges. Je me trouvais dans un endroit biscornu, ou rien n'avait queue ni tête. Je ne voyais qu'un sol en échiquier sous mes pieds, des croix clouées à un sol irrégulier et des armes plantées ci et là, tout cela surplombé par une énorme pleine lune si près que j'aurais cru pouvoir la toucher en tendant ma main en sa direction.

-Quel endroit... lugubre... C'est donc cela... l'Arène ?

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mar 10 Avr - 14:45

-Pas grave... Tu arracher... Mais ! Mais t'es malade ?!

C’était la première fois qu’une personne tierce me criait dessus, je ne savais pas comment réagir, je ne savais si je devais moi aussi crier ou me mettre à pleurer. Pour faire tout, je me décidais simplement de ne pas bouger, de la regarder de mes yeux bleus livides. J’avoue que je n’avais pas été douce quand je lui ais arraché ses cornes, mais elle me l’avait demandé avec tant de précipitations, que mon seul réflexe fut d’obéir … Laid n’est-ce pas ?

-Et VOUS ?! Vous regardez quoi ? Occupez-vous de vos oignons !

Elle parlait avec les gens qui nous dévisageaient, je pouvais entendre un petit groupe de personnes se demander comment elle osait me parler ainsi, comment elle osait crier sur la grande Black Rock Shooter, mais surtout, comment elle osait rester devant moi, sans vraiment avoir peur, bien au contraire, me faire un sermon monstre. J’étais comme une enfant face à sa mère, se faisant crier dessus parce que j’avais fait une bêtise, ou encore mieux, quelque chose de dangereux. Mais même si elle se vidait de son sang, elle ne mourrait pas… Non, pas dans l’arène.

-Tu m'as promis de rien m'arracher je te signale Kuroi-San. Je ne sais pas comment je suis en vie, mais... mais ne refais plus jamais ça ! -Quel endroit... lugubre... C'est donc cela... l'Arène ?

Après avoir hurler comme pas possible, elle se décidait enfin à regarder les lieux, moi les yeux fixés toujours sur sa silhouette, je me décidais de détacher mon regard pour lui dire d’un ton froid, tout en fixant un point invisible :

- Yume … Appelle moi Yume. Kaïla-San.

Après ces brèves paroles, je me décidais de matérialiser une arme, ma boucle d’oreille se mit à briller de mille feux alors qu’un amas de métal se dessinait autour de mon bras pour finalement former un canon à feu. Les contours étaient tranchants, sa structure même brillait de mille feux, on pouvait voir son reflet dedans, mais bien que cette arme soit massive, elle ne paraissait pas lourde d’emploi pour mon corps désigné comme fragile.

- Oui … C’est dans cet endroit que tu peux matérialiser ce que tu veux, du moins quand tu n’es quand seconde … une fois en première, tu peux librement le faire dans l’Académie également. L’arène … C’est comme un monde dans lequel tu peux faire ce que tu veux, du moins si tu en as les capacités, parce qu’il faut s’entraîner pour faire des choses comme ça … et puis aussi, regarde.

Tournant la tête à la recherche d’une personne quelconque, je voyais un jeune homme au loin. Pointant mon canon sur celui-ci, je tirais dessus sans plus de ménagement. On pouvait voir le jeune garçon s’effacer dans mon canon, la moitié de son corps était complètement détruit, il ne restait plus que sur une jambe, tombant sur le sol dans un liquide rougeâtre, bien différent de celui du sang. Il ne fallut pas plus de deux minutes pour qu’on puisse déjà voir, la partie de son corps détruire se re-matérialiser. Se relevant doucement, il leva les yeux vers moi, se penchait respectueusement tandis que je levais la main en disant un petit « Merci » au loin.

- Tu vois ? Tu ne meurs pas dans l’arène, même si je t’arrache un membre, il se re-matérialise. Mais par contre si ton corps entier est détruit, c’en est fini de toi.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mer 11 Avr - 20:30

- Yume … Appelle moi Yume. Kaïla-San. Oui … C’est dans cet endroit que tu peux matérialiser ce que tu veux, du moins quand tu n’es quand seconde … une fois en première, tu peux librement le faire dans l’Académie également. L’arène … C’est comme un monde dans lequel tu peux faire ce que tu veux, du moins si tu en as les capacités, parce qu’il faut s’entraîner pour faire des choses comme ça … et puis aussi, regarde.

C'était comme si elle n'avait rien compris à ce que je venais de m'efforcer à lui faire comprendre. Elle n'a même pas daigné s'excuser ou, je ne sais pas moi, avoir un air désolé pour son acte passé. Pour seule réponse Kuroi-San me dit d'être familière avec elle. Ah ? Je ne savais pas que dans cette école, quand on tue presque un autre étudiant, cela veut dire qu'on est proche de lui. Dans quel monde de fou, je me suis encore retrouvée ? Dans le monde nippon où tout est possible. Après cette brève demande froide comme la glace, elle m'expliqua brièvement les quelques informations à savoir sur cet endroit encore plus bizarre que tout le reste de l'Académie. Tout cela accompagné d'une démonstration des plus morbides. D'abord, elle matérialisa une sorte d'arme. Je dirai un gros bazooka, mais quand je dis gros, c'est vraiment trois fois plus grand que Yume-San. Mais ce n'est pas tout ! Cette arme était littéralement sortie de son bras, elle était attachée et même elle était fusionnée avec la chair de la jeune fille froide. C'était juste...

-Génial...

Ce n'était pas tout ! Après s'être matérialisée, elle ne finit pas là, quant à sa petite démonstration. Non, loin de là. Elle se mit à chercher quelque chose des yeux, et le seul acte que j'eus l'impulsion de faire, était de suivre son regard. Vous imaginez deux filles tourner leurs regards par-ci, par-là en même temps ? Eh bien voilà !

- Tu vois ? Tu ne meurs pas dans l’arène, même si je t’arrache un membre, il se re-matérialise. Mais par contre si ton corps entier est détruit, c’en est fini de toi.

Haha...ha... Je vois oui. Elle venait de tirer sur un garçon un peu plus loin dans l'Arène avec son énorme canon. Et tout cela sans état d'âmes comme si utiliser un cobaye en le déchiquetant en morceaux était complètement normal. Normal ? Oui, on dirait, vu que le garçon en question se releva après quelques minutes comme tout neuf, et pour couronner les choses, il se pencha en signe de respect comme si perdre un bras par le canon de cette fille était quelque chose d'honorable et de prestigieux. Mais c'est quoi ce monde ?! Pour seule réponse, je ne fis que sourire jaune. Cette fille était complètement dérangée ! Mais de quel asile elle sortait ? Elle devrait être enfermée quelque part dans un lieu sûr d'où elle ne pourrait échapper ! Tout cela pour le bien être de la population si pas du monde ! ... Enfin, je crois que les gens ici étaient tous un peu tordus, la preuve ? Il suffisait de regarder ce qui m'entourait. Mais alors... Une autre question vint me trotter dans la tête, je me tournais vers Yume-San et lui demandais d'un ton, non pas hystérique, mais plutôt calme si pas froid. Comme si de rien était, autant utiliser cette façon de s'adresser à elle. Pourquoi ? Juste parce que sinon, j'allais lui faire un caca nerveux puissance mille.

-Alors Yume-San? Si on ne meurt pas ici... Les combats peuvent durer une éternité ? Cela doit être problématique à la longue !

Bah ouais, imaginez que j'arrache la tête d'Izaya parce que ce Pervers venait de dire des propos injurieux. Et que par malheur, oui je dis bien par malheur, après que j'aie savouré la punition que je lui aie faite, cet imbécile se relève avec son stupide sourire sur le visage comme si sa tête n'avait pas roulé par terre quelques secondes plus tôt. Quelle horreur ! Il se croirait immortel et n'hésiterait pas à m'obliger à écouter ses... ses... soit ! En tout cas, je ne supporterai pas d'entendre cela, sans vouloir inlassablement le mettre en charpie. Mais cela ne m'apporterait aucune satisfaction à la fin, vu qu'il se relèverait inlassablement après quelques minutes peu importe ce que je lui arracherai... Très problématique !

-Et encore ! Comment tu as fait pour matérialiser ça !

Je pointais mon doigt sur l'arme qui était attachée à son bras en me demandant pourquoi moi, je ne savais pas matérialiser cela. Enfin, je ne sais pas si je sais ou pas, j'ai pas essayé. Mais la question était tout autre, je me demandais pourquoi et comment cela était possible. D'accord, j'ai vu cela au cours, mais en vrai c'était complètement différent.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Mer 11 Avr - 21:13

-Alors Yume-San? Si on ne meurt pas ici... Les combats peuvent durer une éternité ? Cela doit être problématique à la longue !

Je me doutais qu’elle me poserait cette question, la réponse coulait de la logique même. Fermant les yeux en croisant les bras, je pris un court instant de réflexion avant de rouvrir les yeux, la réponse à sa première question, déjà parée. Il était simple de répondre simplement que bien qu’une personne ne meurt pas en recevant des coups graves, la douleur était là, de plus, les secondes ainsi que les premières n’avaient pas une quantité infinie de pouvoir. On pouvait dire qu’ils avaient une sorte de réservoir en eux, matérialiser ses vêtements ne prenait rien dans le réservoir, matérialiser une arme en étant en seconde prenait plus ou moins un cinquième du liquide se trouvant dans le réservoir, contrôler celle-ci, la manier, la changer, pouvait prendre entre deux à trois quart du réservoir. Une fois que le réservoir est vide, il est donc impossible de matérialiser quoi que ce soit et c’est la fin. Si par malheur une personne ne savait plus reconstruire ses membres déchirés, l’équipe médicale était là pour les aider. A partir d’un certain niveau, il était possible de donner du pouvoir à une autre personne … Peut de gens savent le faire, certains terminales n’y arrivent toujours pas à vrai dire.

-Et encore ! Comment tu as fait pour matérialiser ça !

Pointant son doigt sur mon arme, elle me demanda comment je faisais ça. Je ne savais pas moi-même, ca venait tout seul, je voyais l’image d’une arme dans ma tête et elle apparaissait où je voulais. C’était comme … scanner quelque chose. On met une feuille dans une machine, et une copie de celle-ci en ressort sur un autre papier. C’était un peu le même processus.

- Il faut penser.

Ca coulait tellement de source pour moi que ces mots étaient sortis tous seuls. Faisant disparaître mon arme, je tendis mes mains devant moi, fermai les yeux en pensant à un vase par exemple et celui-ci se créa instinctivement dans mes mains. Le vase était assez simple, du verre limpide, une forme ovale, les bases... des bases en terme clair.

- Il faut essayer pour comprendre, ferme les yeux essaye de voir le vase que je viens de créer et essaye de le matérialiser dans tes mains. Et sinon, pour répondre à ta première question, un combat a toujours une fin tout simplement parce que la matérialisation sort de ton énergie vitale. Si tu n’en as pas assez, tu ne sais plus te matérialiser et cela sonne la fin du combat. C’est pour ça qu’un entraînement est nécessaire, sinon tu es faible et tu meurs.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Jeu 12 Avr - 20:51

- Il faut penser.

Comment cela penser ? Il suffisait que je pense à une arme, ou à un objet quelconque pour que celui-ci apparaisse ? C'était un jeu d'enfant dans ce cas, un peu trop simple à mon goût d'ailleurs. Ou était donc cachée l'anguille ? Sous le rocher voyons ! Maintenant, il ne me restait qu'à la trouver. Le rocher en question fut remplacé par un vase que Yume-San matérialisa dans ses mains. Je regardais le processus d'un œil attentif, tout en essayant de discerner un quelconque mouvement ou incantation pouvant sortir de son être pour faire apparaître cela. Mais rien. Elle ne fit que fermer et rouvrir les yeux pour avoir son résultat. Penser... hein.

- Il faut essayer pour comprendre, ferme les yeux essaye de voir le vase que je viens de créer et essaye de le matérialiser dans tes mains. Et sinon, pour répondre à ta première question, un combat a toujours une fin tout simplement parce que la matérialisation sort de ton énergie vitale. Si tu n’en as pas assez, tu ne sais plus te matérialiser et cela sonne la fin du combat. C’est pour ça qu’un entraînement est nécessaire, sinon tu es faible et tu meurs.

Quelle explication très claire. En somme, si je rentre dans l'Arène avec mon niveau actuel et que je me fais agresser par un étudiant sauvage, je risque de me voir pulvérisée et mise en poussière. Cette façon de penser était tout de même, très persuasive et encourageante pour ce qui est de faire des entraînements... intensif. Tout cela pour ne pas se voir distancer par des abrutis comme Izaya qui risqueraient de me défier rien que pour... s'amuser. Bon !

-Donc si on est faible naturellement... On l'est aussi ici...

Il ne me restait qu'à suivre ses indication et essayer de produire ce même vase, enfin, le même dans le sens... ouais, le même quoi. Encore une fois, j'examinais son vase sous toutes les coutures et, après une bonne minute ou deux, je me décidais à fermer les yeux et penser. Penser... Un vase... Un case, une forme ovale avec un trou pour mettre des fleurs... Un vase noir... Un objet en céramique... J'inspirai profondément et fronçais les sourcils sous l'effort et la concentration que je devais exercer pour réussir cet exercice. C'était pas si facile que cela en avait l'air. À chaque fois que j'essayais de penser à cet simple objet, y a d'autres images qui me venaient en tête, comme un sandwich par exemple. Aller Kaïla concentre-toi ! Un vase ! Rouvrant les yeux, je vis une forme pas commode se former dans mes mains. Alors c'était ça le résultat ?

-Ah... Pas si évident que ça... Mais c'est quoi ce bordel ?!

J'étais frustrée, mais vraiment frustrée au point de recommencer à gueuler partout l'injustice du monde. Non mais ! Un vase bon sang ! Un vase quoi, c'était simple à imaginer pourtant ! Et oui, j'avais un vase dans les mains ! Enfin, oui, mais un vase pas du tout identique à celui de Yume, oh non... Le mien était plutôt carré et... flasque... Non en fait, ça ne ressemblait pas du tout à un vase... Cela avait plus une forme d'un sandwich en fait... Soit c'était un truc noir, visqueux et carré que même moi je ne savais décrire tellement c'était pas commode.

-Attends ! Je recommence.

J'allais tout de même pas me ridiculiser devant cette fille, même si c'était la première fois que je faisais ce genre de chose. Elle voulait un vase, elle l'aura ce vase, tout simplement. C'était l'occasion parfaite de montrer à moi-même que je n'étais plus l'enfant faible ravagé par une maladie qui n'avait pas le droit de mettre un pied dehors de peur de mourir d'une overdose d'air pollué. Sérieusement, j'allais lui faire ce fichu vase et de plus j'allais y mettre des fleurs s'il le fallait !

Je me reconcentrai, je fixais mes mains, une gantée et l'autre non, d'un air de défi. Oui, je défiais mon propre corps pour qu'il m'obéisse, quelle galère, mais pourtant j'en avais l'habitude dans ma vie passée. Soit ! Trêve de paroles inutiles. Place à l'action. Je plissais mes yeux tout en ne lâchant pas mes mains des yeux, j'essayais de m'imaginer un vase remplis de fleurs rouges, jaunes, bleues, Ensuite, j'imaginais toutes les formes qu'il pouvait avoir, la texture ainsi qu'une once de couleurs. Et c'est là, devant mes yeux rougeâtre et intrigué qu'apparut un vase. Mais pas genre « pouf » et il était là, non, j'ai pu voir toute la formation, de rien puis d'une matière étrange et molle jusqu'à l'apparition d'un vase en verre très similaire à celui de Yume. Mais ce n'était pas tout. Pour finir, j'ai imaginé des fleurs, vous vous souvenez ? Eh bien ces fleurs étaient là... Sauf que cela ne ressemblait pas à des fleurs mais à des tiges pointues au fond desquels des petits shuriken étaient logés pour remplacer le cœur des fleurs. Trop étrange... Il n'y avait rien de doux dans ces fleurs là, ce n'était qu'un amas de métal tranchant et pointu, et dangereux aux touchés des fins doigts.

-Intéressant, même si ce n'est pas vraiment le résultat que je voulais... Dis Yume-San, je dois avouer que c'est pas si facile que ça... Mais maintenant, si je pense à... par exemple une arme comme la tienne, j'arriverai à la matérialiser ?

Déjà qu'avec le vase ce n'était pas évident, je me doutais que sa réponse serai négative. Non mais faire un vase et faire un objet mobile qui crache du feu, c'était deux choses distinctes. Non mais c'était... Alors si je m'entraîne, je saurais faire ce genre de choses ? Sauf si je suis faible... Et si ma faiblesse m'entrave dans mes entraînements, cela voudrait dire que je n'ai aucune chance de devenir forte... Enfin, de créer des armes et objets aussi merveilleux que ceux des autres étudiants expérimentés.. ? Je me le demandais, parce franchement, rien que créer ce vase me rendait fière et, inéluctablement, je voulais apprendre plus, faire des choses plus grandioses... Enfin... Je crois. En tout cas, j'étais comme un enfant à Noël, curieux et émerveillé par son nouveau jouet.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Sam 14 Avr - 15:33

-Donc si on est faible naturellement... On l'est aussi ici... Ah... Pas si évident que ça... Mais c'est quoi ce bordel ?!

Parlait-elle à elle-même ? Non pas que je n’écoutais pas ce qu’elle me disait, mais elle n’avait pas l’air de s’adresser à moi. Regardant la forme qui se trouvait dans ses mains, je m’eus demandé ce qu’elle avait essayé de créer. On aurait pu dire tout, sauf un vase. Ce qu’elle tenait en main était juste … sans forme, on ne savais pas si les coins arrondis représentaient des poignées ou alors que le trou en forme de spirale était là pour mettre les fleurs dedans … non, on aurait plutôt dit cet espèce de monstre dans Monstres VS Aliens … Oui, je me plais à regarder des films aussi débiles que ceux-là.

-Attends ! Je recommence.

D’un air frustré, elle cria cela. Son bruit tapa comme une claque violente sur ma joue tellement que c’était autoritaire, Dieu, mais qui était cette fille ? Laissant mon esprit se perdre dans mes pensées peu compréhensibles, je regardais cependant d’un œil attentif ce qu’elle faisait. Elle ferma les yeux et petit à petit une forme se créa dans ses mains. Premièrement, la forme prit une allure ne se rapprochant pas du tout à celle d’un vase, je cru même apercevoir des oreilles de lapins un court instant, mais au fur et à mesure, sa matérialisation se transforma en un vase quasiment identique au mien. Hormis la différence de couleur c’était juste acceptable.

-Intéressant, même si ce n'est pas vraiment le résultat que je voulais... Dis Yume-San, je dois avouer que c'est pas si facile que ça... Mais maintenant, si je pense à... par exemple une arme comme la tienne, j'arriverai à la matérialiser ?

Relevant la tête en détachant mes yeux de son arme, je me demandais ce qu’elle voulait dire par là. Être capable avec son niveau actuel ? Non, certainement pas. Plus lame est grande et forte, plus elle prenait d’énergie physique. De plus, j’avais la manie de rendre mes armes immenses, mais légères également. Il fallait de la finesse pour créer quelque chose de tel, il fallait avoir une maîtrise parfaite également. Secouant la tête afin de répondre à sa question, je me décidais de lui répondre en mots également :

- Plus ton arme est grande, plus elle te prend de l’énergie vitale. Créer une arme c’est encore simple, mais n’oublie pas qu’il faut savoir la manier également.

Regardant mon bras, laissant descendre mes yeux sur ma main, je créai dans ma paume un petit morceau de métal. Prenant la forme d’un bête caillou, je le montrais à Kaïla avant de me reculer de quelques pas. Me concentrant dessus pour le faire grandir petit à petit, celui-ci obéit à ma demande. Le caillou se transforma petit à petit en une petite pierre, on avait pu voir des voiles métalliques se former autour de celle-ci pour la rendre plus grande, un bon moyen pour montrer comment une arme « grandissait » et « rétrécissait ».

- Il faut que tu apprennes à faire ça comme ça. Commence à matérialiser une simple chose, petit à petit, apprend à changer sa forme, apprend à lui donner des détails, à la rendre souple, maniable, fait en une extension de ton être, ne considère pas tes matérialisations comme des choses futiles, mais bien comme des choses qui te sont propres et qui t’appartiennent.

La pierre dans ma main prit la forme d’une épée métallique dont la poignée se vit entourée d’un doux tissus, permettant à son utilisateur de ne pas se heurter au métal froid. La lance de l’épée se voyait séparée en deux, laissant donc un espace entre les deux lames. Un pouvait également y voir un trou, assez large pour y mettre une tête humaine, une arme assez peu commune, mais très efficace en temps de combat. Lançant celle-ci vers Kaïla, celle-ci disparu quand la jeune fille la rattrapa dans ses mains.

- En Seconde, il t’est impossible de prendre les armes d’une autre personne. Si la personne fait tomber son arme et que tu t’en saisis, elle disparaîtra automatiquement.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Lun 16 Avr - 16:07

Fière de ma création plus ou moins réussie, je me concentrai sur les paroles de mon professeur de fortune. Je voyais bien dans ses gestes ainsi que sur son expression froide qu'elle était une habituée de ces lieux. Maintenant j'étais sûre que j'avais devant moi la fameuse Black Rock Shooter, celle qui faisait peur le petit monde de Undai Gakuen. C'est terrible comment j'arrive encore à m'attirer des ennuis ou je devrais dire plutôt, des rencontres plus dangereuses et mystérieuses les unes aux autres. Voyons... Qui est-ce que j'ai pu rencontrer ici qui n'avait rien de terrifiant ou d'anormal comme présent ou passé ? Personne, toute personne ici était très anormale voire inhumaine, et là, comme par malheur ou bonheur, je croisais la route de LA fameuse personne, la plus dangereuse de l'Académie, paraissait-il. Alors oui, je pouvais affirmer que j'étais un sac aux rencontres farfelues. Maintenant restait à voir si c'était une bonne ou mauvaise chose, je penchais pour les deux, car parfois valait mieux ne pas se frotter à certaines personnes tandis que d'autres fois ce genre de rencontre pouvait nous être bénéfique, comme à ce moment là, dans l'Arène.

Donc ! J'écoutais attentivement les dires de Yume-San, quant à ma matérialisation, elle a disparu sans laisser de traces. Ce que j'ai retenu de ses paroles strictes et sèches ? Tout ce qu'il fallait pour monter rapidement en puissance et surtout pour pouvoir créer le genre d'armes que elle pouvait créer. J'avais hâte de m'y connaître, mais je savais que ce ne serait pas facile d'arriver à son niveau, du moins si c'était possible. C'est pourquoi j'allais suivre son premier conseil à la lettre, aller du petit pour créer du grand. Simple, efficace, sans erreurs possibles. Voilà comment je voyais les paroles de Yume, juste excellent. D'ailleurs j'aimais, si je puisse le dire ainsi, la partie de considérer son arme comme l'extension de soi. Ce qui voulait dire, que ces armes n'étaient pas que des jouets de guerre ou quoi que ce soit, c'était encore plus, c'était plus précieux à l'être qui la créait. Je sentais que j'allais chérir ce que je pourrais faire, un jour.

Ce qui me surprit le plus fut certainement la lame que la fille aux cheveux noirs me lança après l'avoir matérialisé. D'abord j'ai cru qu'elle voulait me montrer encore une démonstration des plus dangereuses en utilisant mon corps ou celui d'autrui, mais non ce ne fut pas le cas. Elle me la lança pour me dire de son ton irrévocablement froid :

-En Seconde, il t’est impossible de prendre les armes d’une autre personne. Si la personne fait tomber son arme et que tu t’en saisis, elle disparaîtra automatiquement.

Je voyais l'épée se désintégrer dans mes mains en un clin d’œil. Ce qui me poussait à affirmer mes soupçons quant à la vraie valeur d'une arme dans cette Arène. Une extension de soi rien que pour soi, en somme. L'idée était plaisante quoi qu'on puisse dire. Oui, vraiment... Si un jour on m'aurait dit que j'arriverai à créer quelque chose rien qu'en utilisant ma volonté, et que cette chose allait être un objet de la plus grande valeur rien que pour moi, je ne l'aurai jamais cru. Mais là, j'avais une réalité peinte de l'extraordinaire, devant moi et je n'avais pas d'autres choix que d'y croire. Toute excitée ou du moins contente d'avoir découvert l'existence d'une telle étude, je ne fis que hocher de la tête pour confirmer à Yume-San que j'avais bien compris ce qu'elle m'a dit. Je crois que j'étais fixée sur comment procéder, alors il ne me restait qu'à m'entraîner et voir de quoi j'étais capable. Par contre, pour le moment... autant faire plus humble connaissance avec mon professeur de fortune.

-Tu as l'air de bien connaître ces lieux, tu es là depuis longtemps ?

Elle avait l'air plus jeune que moi et pourtant, elle devait être la depuis un bon moment pour avoir une telle maîtrise de ses pouvoirs. Est-ce que j'étais intéressée par la vie d'autrui ? Non. Mais cette fille m’intriguait, il ne restait à savoir si c'était parce qu'elle me donnait « cours » ou parce qu'elle a tué un mec de sang-froid. J'en savais rien. En tout cas, j’aimais avoir des informations pratiques avant de délaisser les gens inutiles. Même si elle était du genre à ne pas s'intéresser à autrui sauf si il ne respectait pas les règles ou alors, était-elle une sorte d'aide à tous ? Non, je ne crois pas. Elle avait l'air d'effrayer plus les étudiants que les aider en tout cas. Rien que ça laissait à croire que j'avais eu beaucoup de chance qu'elle m'explique le fonctionnement de cette Arène.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   Lun 16 Avr - 16:32

-Tu as l'air de bien connaître ces lieux, tu es là depuis longtemps ?

Je restais perplexe en vue de cette question, je n’étais pas porche des élèves, du moins cela faisait un moment, bien des années que je ne me liais pas avec qui que ce soit et que je ne racontais ma vie à qui que ce soit à vrai dire. Non pas que je n’aimais pas parler de moi, disons plutôt que je n’en avais jamais eu l’occasion. Tournant la tête de gauche à droite en prenant un petit air gêné qui s’exprima sur ma tête comme un air de rien à foutre, je soupirais doucement avant de lui dire d’un ton calme -non froid- :

- Une dizaine d’année … peut être plus même.

Levant les yeux dans sa direction, j’essayais de déceler un quelconque changement facial de sa part. Ennuyée d’attendre quoi que ce soit, je me décidais plutôt de tourner le regard et de reprendre la parole. Oui, aller Yume, tu peux le faire, fais ta sociale, ta gentille chose qui va dire d’un ton adorable et amical :

- Ca te regarde ?

Et merde. Oui, je n’étais vraiment, vraiment pas douée avec les gens. Déviant une fois de plus le regard, je regardais mes mains, me décidant qu’il fallait que je fasse ou dise quelque chose avant que la tension ne monte dans l’arène, je matérialisai une fleur. Une rose ? Non, c’était trop banal, je me décidais plutôt de créer un lys entre mes fins doigts. D’une couleur rouge sang se reflétant aux yeux de la personnes se trouvant devant moi, je la tendis à celle-ci tout en lui disant, cette fois-ci vraiment pas froidement :

- Je ne suis pas douée avec les gens … il, il n’y a personne qui me demande ce genre de choses … jamais.

Ce n’était pas triste, je savais que j’aspirais la peur et je n’en avais que faire. L’amitié ? L’amour ? A quoi cela pouvait me mener ? A sacrifier la personne que j’eus le plus apprécié dans ma vie d’étudiante, à perdre celle que je considérais comme ma sauveuse quand elle m’eut dévoilé son vrai visage ? Oui, j’avais déjà perdu deux personnes, deux personnes de trop dans ma courte de vie que je ne pouvais plus qualifiée d’humaine.

- Je suis arrivée quand j’avais environ dix, douze ans entre ses murs. J’étais l’élève de la directrice à l’époque, la première à porter un des cristaux que tu as par exemple. Donc oui … ca fait vraiment longtemps que je suis ici, trop même.

Lui tournant le dos, je lui fis un petit signe de la main avant de m’éloigner d’elle. J’avais accompli ce que je devais avec cette fille, je n’avais plus besoin de rester et elle avait compris rapidement les bases de la matérialisation, que demander de plus ? Rien, qu’on laisse mon pauvre corps se renfermer dans le néant le plus total.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une première, entre toi et moi, Kaïla.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une première, entre toi et moi, Kaïla.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Arène-