AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Rencontre entre une asociale et un chewing-gum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Jeu 15 Mar - 23:17

Quand j'ai reçu l'invitation de Undai Gakuen, je me disais que je découvrirai encore une de ces écoles de Kyoto remplies à ras bords de cas sociaux, plus étranges les uns aux autres. Après tout c'est comme ça que j'imaginais ce genre d'endroit, en tout cas, c'est ce que j'ai vu dans les films. Maintenant, il fallait s'en assurer de ses propres yeux, si c'était la vérité ou non.

J'ai passé près de deux jours sous l’œil attentif de mes parents, à me préparer pour quelques années d'absence, enfin, j'allais rentrer pour les fêtes, mais cela ne sera plus la même chose que de rester tout le temps chez soi. J'étais en même temps impatiente, mais aussi perplexe quand à l'emplacement de ce lieu, et surtout, pourquoi j'étais une des seules personnes de mon entourage à avoir entendu parler de Undai Gakuen, par le biais d'une lettre ou tout simplement de bouche à oreille. C'était aussi un de nombreux stress de mes parents, eux qui auraient préférés m'envoyer dans une école réputée où, eux-mêmes ont fait leurs études, plutôt que dans cette ville dangereuse.

Donc, revenons à mon départ. C'était mon père qui m'a conduit de chez nous à la gare de Kobe, après de nombreuses embrassades et sermons de ma chère mère. Arrivée sur les lieux, il m'aida à charger mes valises dans le train, qui comme calculé, était arrivé une dizaine de minutes après. Montant dans le train sans brocher, j'allais m’asseoir dans un compartiment vide, préférant éviter les gens. Regardant par la vitre qui n'était pas des plus propres, je fis un sourire en coin à mon père qui me faisait des signes amicaux de la main. Un peu avant dans la journée, il a insisté de me conduire jusqu'à Kyoto, mais j'ai refusé en disant que je peux me débrouiller toute seule. Après tout, il y avait une gare juste tout près de l'Académie, donc c'était un chemin simple sans devoir changer de trains ou de transport.

Quand le train démarra, je ne pouvais empêcher mon regard rouge et triste de survoler les lieux que je quittais, non qu'il me manquera, mais ce n'était que depuis un an que j'ai commencé à le découvrir, même si, il faut le dire, ce n'est pas ce qui m'a fait le plus plaisir. Et là, du jour au lendemain, sous une simple invitation écrite, je me lançais dans une expédition à l'aveugle. Mais après tout, peut être que ce n'était pas plus mal que ça. Ce que je prenais le plus en considération, c'était le fait que j'allais me libérer totalement de mon cocon familial, et c'est ce que je voulais à la base, non ?

Soupirant sous mes multiples doutes et mises en cause, je dépoussiérerai mon nouvel uniforme. Un uniforme auquel j'ai apporté quelques petites modifications. La première fois que je l'ai vu, j'ai tout de suite accroché à sa couleur noir/bleu qui allait très bien avec mon style vestimentaire relativement sombre. Mais ce qui ne m'a pas plus c'était ce nœud, une sorte de foulard rose/rouge qui n'allait avec rien selon moi. C'est pourquoi je l'ai tout simplement enlevé et mis un pull noir par dessus. En même temps je calculais combien de temps il me faudra à passer dans ce train avant d'arriver à destination... Environ une heure selon mes estimations, ce n'était pas si long que ça. Posant mon regard de flammes sur mes valises qui devaient au moins peser une tonne, je me demandais s'il y aurait quelqu'un pour mes les porter quand je serai à la gare de Kyoto.

J'ai du m'en dormir un moment, ou juste tomber dans un mi-sommeil, car quand j'ai ouvert les yeux, je me trouvais à l'arrêt et un nombre considérable d'individus se poussaient et affluaient dans le couloir adjacent à mon compartiment. Déboussolée, je regardai par la vitre, et je remarquai qu'on se trouvait à la gare de Kyoto. Mais le lieu n'était pas identique à celui que j'ai pu voir sur Internet. Me levant de mon siège, je m'avançais vers la porte pour trouver quelqu'un qui me renseignerait sur mon emplaçement actuel.

Il ne faut pas préciser que je détestais les gens non ? Ou plutôt leurs proximités... C'est pourquoi, j'ai eu un moment d'hésitation avant d'ouvrir la porte. Prenant une profonde inspiration, je l'ouvris d'un geste sec quand tout à coup une bestiole me rentra dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Jeu 15 Mar - 23:29

Mon réveil se passa doucement, j’étais confortablement installé dans le lit jusqu’à ce que quelque chose me touche le visage. Ouvrant les yeux légèrement, je ne fus pas surpris de voir Andrew torse nu venant tout droit de sortir de la douche. Mon réflexe comme tout les matins, n’a pas été de déposer délicatement mes lèvres sur celles de mon ami pour lui souhaiter bonjour, non, je n’ai jamais réagit comme ça. Mes réveils à moi ressemblent plus à des « Hum, ta gueule, tu fais trop de bruit » ou encore des « Putain, il est quelle heure là ?! ». Je ne suis pas un tendre au réveil …

Me levant de mon lit en ignorant royalement Andrew, je me dirigeais directement vers la salle de bain. Après une longue douche, je me décidais d’en sortir, de me vêtir et de retourner dans ma chambre. Le garçon se trouvait toujours là, les jambes croisées sur mon lit en se boutonnant la chemise. M’adossant au mur en feignant de remettre les plis de ma veste en place, je me fis écraser par un corps chaud aux mains baladeuses et aux lèvres gourmandes.

- Je suis tombé amoureux d’un malade mental qui part dans un pays lointain …

Ce n’est qu’une heure après nos ébats que je pus partir de son appartement. Il était quinze heures, et je m’envolais pour le Japon à dix-neuf heures trente. En sachant que je devais passer par chez mes parents pour leurs dire au revoir et prendre mes valises, je ne restai pas plus longtemps dans l’appartement d’Andrew. En arrivant chez moi, je saluai mes parents avant de monter dans ma chambre, de préparer mes valises et de finalement redescendre, l’air un peu peiné en voyant le visage sanglotant de ma mère et l’air triste de mon père. Après une étreinte qui dura malgré moi une bonne demi-heure, je me pressai pour chopper le premier taxi et me rendre à l’aéroport.

Le vol se passa tranquillement, pas de secousse, pas d’angoissés de la vie, des hôtesses sympathiques, une place de rêve en première classe offerte par l’école et mes écouteurs dans les oreilles. Dix-huit heures de vol, sans internet, sans dérangement, juste moi et le ciel qui s’obscurcissait petit à petit, tant dis je me laissais aussi partir vers le pays des rêves.

Ce n’est que le lendemain que je me réveillais en hurlant comme un malade parce que j’avais complètement oublié où je me trouvais, et que la tête de l’homme se trouvant un siège après le mien me fit peur. Après cet incident des plus honteux en vue de la manière dont les personnes me regardaient, je me décidai d’aller me changer dans les toilettes de l’avion afin d’enfiler mon nouvel uniforme, me brosser les dents et me recoiffer.

Une fois arrivée sur le sol Japonais et avoir passé les mesures de sécurité ainsi que d’avoir récupérer mes bagages, je me retrouvais au centre de l’aéroport de Tokyo, perdu comme jamais. Ce n’est que par chance que j’entendis des personnes parler anglais, content, heureux comme jamais, je courus en direction de ceux-ci tout en les interpellant et leurs demandant où je devais aller à présent. A part une carte incompréhensible et un numéro de téléphone, je ne savais pas vraiment quoi que ce soit d’autre.

- Undai Gakuen, prenez le train, il y a une plate-forme spéciale pour l’Académie. En montrant votre invitation, vous pourrez prendre le train pour l’école.

C’était bien beau, mais je ne savais toujours pas où était ce quai pour l’Académie et dans ma grande intelligence, je n’ai rien trouvé de mieux que de prendre le premier train que je voyais. Ce n’est qu’une heure plus tard que je compris que je n’étais pas arrivé à l’école, mais dans la gare principale de la ville de Kyoto. Entre les bousculades des gens et le tapage de leurs voix stridentes, je devenais fou. Perdu comme un blaireau au milieu de la foule, attendant sur le quai un train dont je ne savais la destination. Ce n’est qu’en voyant un train s’arrêter devant moi, les portes ouvertes que je me lançais à la découverte …

Je crus pouvoir « entrer » tranquillement dans le train, mais de ma connerie monumentale, je fonçais dans quelqu’un, le tirait avec moi en dehors des portes se refermant déjà pour finalement atterrir sur le sol, mes mains sur sa poitrine, un rougissement sévère visible et la baffe qui allait claquer dans peu.

- Fuckin’ Shit …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 9:34

Ce n'était vraiment pas à quoi je m'attendais en rentrant dans ce train, ou plutôt en essayant d'en sortir. Loin de moi l'idée qu'une chose allait me tomber dessus et limite, me plaquer à terre. Maintenant, à savoir comment faire pour s'en décrocher, je voulais dire par là, comment s'en éloigner... ? Ce n'est pas que je n'ai pas l'habitude de ce genre de proximité, mais c'est tout comme, et je ne compte pas laisser un chewin-gum transgresser cette règle fondamentale de mon existence.

Sentant un poids lourd sur moi, ou plutôt sur une partie précise de mon corps qui n'était autre que ma poitrine, je rougis furieusement avant de pousser un hurlement terrifiant. Repoussant mon assaillant, je lui administrai une baffe monumentale avant d'improviser une attaque anti-touché, en m'appuyant sur les coudes et utilisant mes deux pieds joints pour le repousser au loin, ou assommer, à vous de voir. Me relevant précipitamment, je me reculais jusqu'à la vitre de derrière tout en frissonnant de dégoût en dévisagent ce qu'était en fait, un jeune homme qui devait n'être pas plus âgé que moi. Serrant les dents, je voulus le battre à mort pour son imprudence, mais une autre chose attira mon attention. Le train venait de démarrer ! Tournant mon regard surpris vers le quai, je n'eus pas le loisir de demander à quelqu'un où je me trouvais, ce qui m’énerva au plus haut point, où j'allais atterir à présent ? Et tout cela à cause de ce.. de ce...

Rivant mon regard, subitement dans celui du jeune homme rose, je lui hurlai dessus :

-Espèce d'obsédé ! Ne me regardes pas !

Agrippant ma valise, je voulu la lui balancer sur la tête, mais je m'arrêtai en plein mouvement. Lâchant ma valise, je relevais ma tête en regardant avec un sourire géné, rouge d'embarras le petit monde qui s'est attroupé devant la porte de mon compartiment. Un homme venait d'ouvrir la porte et me demanda avec un regard inquiet :

-Est-ce que tout va bien mademoiselle ?

Souriant gentiment à l'homme en question, je lui dis de ne pas s'inquiéter, et que ce n'était qu'un mal entendu, et que tout allait à merveille. M'excusant pour la gêne occasionnée, j'attendis que la porte se referme et que le petit groupe de personnes, disparaisse de devant la porte. Quand ceci fut accomplis, je perdis mon sourire en reportant mon attention sur l’énergumène aux cheveux bizarres. M'avançant en sa direction d'un pas impérial, je l'attrapais par le col tout en serrant l'autre point en mode « je vais te battre à mort ».

Quand je voulus abattre mon point sur son joli minou, je me stoppai net en le relâchant instinctivement, car je venais de remarques quelque chose d'intéressant. Non pas en lui, mais en ce qu'il portait sur lui. Il avait un uniforme qui comportait le même blason que le mien, par ce fait je devinait aisément qu'il allait dans la même direction que moi, et sûrement dans la même Académie que moi aussi.

Soupirant de lassitude, je reviens m'asseoir sur mon siège d'origine, tout en croisant les jambes. Changeant mon expression en quelque chose de froid et sans moindre gaîté, je lui demandais tout en restant perplexe et le fixant de mes yeux rouges :

-Eh le pervers ! Tu vas aussi à Kyoto ?

Non, je n'étais pas schizophrène, je n'avais pas ce qu'on appelle le dédoublement de personnalité. C'est juste que cette chose rosâtre pourrait peut être m'indiquer où je me trouvais. Même si avec son air nié, il avait l'air complètement naze... Je doutais fort qu'il me servirait de guide, mais qui sait... pourquoi ne pas tenter sa chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 11:25

Je n’ai pas saisi directement ce qu’il se passait quand sa main s’éclata sur ma joue, je crois que j’ai eu un moment d’absence là… A croire que cette meuf m’avait retourné le cerveau. Mais mon moment de solitude ne s’arrêta pas là, non, c’est quand elle me propulsa au loin, genre deux centimètres, que ma vie venait de basculer. Je ne savais pas quoi faire ni encore moins comment réagir, je restais là, comme un con à me laisser me maltraiter par la fille aux yeux de psychopathe.

-Espèce d'obsédé ! Ne me regarde pas !

Elle prit sa valise, la leva dans les airs et voulu l’abattre su moi. Je crois que j’ai lâché un petit cri de stupeur inaudible, mais ce qui me fit le plus peur, c’est quand elle la lâcha d’un coup et que son lourd bagage tomba pile poil entre mes jambes. Les yeux descendirent instinctivement vers mes bijoux de famille, priant le ciel que ceux-ci n’aient rien. En état de stress suprême, la douleur n’est plus la seule chose qui nous fait savoir si on a mal ou pas, la vue joue un jeu considérable. Ce n’est qu’en voyant un écart de trois centimètres, entre son sac et mon pantalon que je soupirais enfin.

Mais ce n’était pas tout hein ? Elle n’allait pas s’arrêter à ça la folle ! Elle s’excusa dans le vent aux passagers du train pour finalement reporter son attention sur moi. Croisant mon regard, elle vira une fois de plus au rouge, mais pas le rouge mignon des filles, non, le rouge moche des tortionnaires. Elle me prit par le col en me criant quelque chose d’indescriptible. J’ai peut être entendu obsédé, et par pur réflexe, j’ai regardé autour de moi d’un air innocent.

Ce n’est qu’après avoir gueulé, faillit me défigurer qu’elle décida à me lâcher. Tombant sur le sol comme jamais, ouais, j’ai pas de Pampers comme les bébés, et je ne fais pas « pouf » en tombant sur le sol avec la couche « trampoline », mais je fais « Bam », et va savoir si j’aurai des séquelles sur mon mignon petit cul tout sexy.

Me laissant comme une merde séchée au milieu du chemin, elle retourna à son siège. Moi, je restai sur le sol en fixant un point invisible devant moi. Comme si tout ce qui venait de ce passer n’était pas réel, comme si ce n’était qu’un rêve … cauchemar oui.

-Eh le pervers ! Tu vas aussi à Kyoto ?

Tournant la tête quand la fille m’interpella, je me giflais intérieurement en ayant réagit au surnom « pervers ». Me relevant doucement en m’aidant du mur à côté de moi, je dépoussiérais mes vêtements d’un geste vif avant de soupirer lourdement. Tournant le regard vers la fille aux cheveux noir, je pris premièrement un air froid avant de m’avancer vers elle, poser un genou sur le sol, attraper l’une de ses mains, affichant un sourire ravageur sur mes lèvres et lui dire d’un ton tout simplement amusé :

- Mais ne sommes nous pas déjà à Kyoto, kichigaï-Sama ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 13:33


Je ne savais pas si cet abruti aux cheveux roses à compris ce que je lui voulais, en fin de compte. Mais une chose était sûre, il voulait mourir, et cela j'allais lui accorder. Sans crier gare, il s'avança vers moi avec une expression faciale proche de neutre, qui lui allait, certes, mais qui changeait de trop par rapport à son air niait d'il y a à peine dix secondes. Fronçant les sourcils, mon sang ne fit qu'un quart de tour quand ce... ce... machin bizarre vint attraper ma main et se placer « en mode chevalier » devant moi.

-Mais ne sommes nous pas déjà à Kyoto, kichigaï-Sama ?

Retirant ma main à vive allure, je le tapais sur le crâne avant de m'exclamer d'un air outré :

-Non mais je t'ai dit de ne PAS ME TOUCHER ! Faut parler quelle langue pour que ca rentre dans ton mini-cerveau ?!

Me déplaçant légèrement vers la droite, vers la fenêtre, je soupirai de désespoir. Ce n'était pas possible, comment un tel personnage pouvait exister. Et de plus il osait me traiter de.. de folle ?! Mais c'est lui qui était fou... Non, il était un pervers !

-Et d'abord ! Mon nom est Kaïla Kurayami, tu pourrais te présenter aussi, avant de faire irruption ainsi !

Mais quelle impolitesse ! Je me demandais d'où il sortait, franchement. Sans lui laisser le temps de répliquer quoi que ce soit, je continuai mon monologue, après tout, s'il s'appelait Rosa ou Rin, ça n'avait pas d'importance, il y avait plus important, comme savoir où ce train allait.

-Comme t'as l'air de ne pas comprendre, je vais te l'expliquer plus facilement... On est à Kyoto certes, mais la question est, dans quelle gare se trouve l'Académie. Alors ?

Prenant une inspiration, j'attendais sa réponse. Il restait à voir s'il savait où on était, ou s'il était aussi paumé qu'il en avait l'air. Bizarrement j’espérai que non. Non parce que j'étais perdue moi-même, mais juste parce que je voulais voir si ce chewin-gum rose, savait quelque chose dans sa vie, à part faire tout de travers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 16:03

-Non mais je t'ai dit de ne PAS ME TOUCHER ! Faut parler quelle langue pour que ca rentre dans ton mini-cerveau ?!

Elle retira sa main rapidement en disant ces mots, me prenait-elle pour un parasite ou un virus ambulant risquant de la transformer en zombie rien que par contact physique ? Ne dit-on pas qu’on peut devenir un zombie si celui-ci nous mord, on boit son sang, on couche avec et tout et tout ? Quoi qu’il en soit, je n’étais pas un zombie, et bien qu’elle était bonne … Je ne crois pas qu’elle me laisserait coucher avec elle. Non pas que j’avais envie, hein ! En plus … Paraîtraitw que j’étais un gay … Je l’affirme moi-même !

-Et d'abord ! Mon nom est Kaïla Kurayami, tu pourrais te présenter aussi, avant de faire irruption ainsi !

Elle n’avait pas tord sur ce fait, j’aurais dû me présenter comme bon gentleman en touchant ses seins peut être. Sérieusement, croyait-elle que j’avais seulement pensé à cela ? Parce que je ne sais pas si ici c’est coutume de toucher les seins des femmes pour leurs dire bonjour, mais en vue de sa réaction précédente ca ne devait pas être le cas. Donc tout ça pour dire qu’entre ses baffes et ses engueulades, je n’avais pas eu le temps de lui dire « Izaya Renzou, Nice to meet you ! ».

-Comme t'as l'air de ne pas comprendre, je vais te l'expliquer plus facilement... On est à Kyoto certes, mais la question est, dans quelle gare se trouve l'Académie. Alors ?

Et bien, pour une meuf qui n’avait pas envie de rester en ma présence, elle me parlait beaucoup. Me décidant de prendre un temps pour répondre à sa question et en profiter pour regarder son habillage, je levais un sourcil en remarquant que nous portions le même style d’uniforme. Oui, elle en fille et moi en mec… Quoi que, j’aimerais bien essayer celui de filles un jour. Mais soit, revenons au sujet…

- Par logique… Undai Station ? Sinon, je m’appelle Izaya Renzou, je viens tout juste d’arriver au Japon donc je ne connais pas le pays et encore moins ces gares multiples.

Prenant place sur le siège devant elle tout en posant mon bagage sur le côté, je m’enfonçais légèrement dans le siège, pliai également les jambes et les bras avant de prendre un air songeur. J’avais l’impression d’oublier quelque chose mais sérieusement, je ne savais pas de quoi il s’agissait. Ce n’est qu’après une bonne minute que je me rendis compte que j’avais les informations de ma destination sur un bout de papier que j’avais montré précédemment aux touristes Anglais à la gare de Kyoto.

- J’ai ce bout de papier avec la destination !… Par contre, je comprends en rien les symboles qui sont dessus… Mais j’ai la nette impression que nous ne sommes pas dans le bon train et encore moins dans la bonne direction en vue du paysage qui s’offre à nous…

Les yeux rivés vers la fenêtre, je remarquais les quelques mouettes qui volaient dans le ciel. Et qui dit mouette, dit mer. Et a ce que je sache, Undai Gakuen n’était pas près de la mer mais bien au centre de Kyoto. Ce n’est qu’après avoir entendu « Shibuya District » dans la voix du haut parleur que je me tapais la main sur le front en me disant mentalement « Quel Con ! ».

- Bon bien … Merde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 17:47

-Par logique… Undai Station ? Sinon, je m’appelle Izaya Renzou, je viens tout juste d’arriver au Japon donc je ne connais pas le pays et encore moins ces gares multiples.

Comme je le pensais, ce mec était inutile et énervant en même temps. Que des qualités pour le mettre dehors. Soupirant, je le regardai s'asseoir sur la banquette en face de moi. Sans broncher plus que cela, je le détaillai de tout son corps avec un regard plus qu'ennuyé. Donc, il s'appelait Izaya Renzou... Jamais entendu parler, cela était tout de même logique vu qu'il ne venait pas du Japon. D'ailleurs vu son teint, il devait tout de même provenir d'un pays de l'Asie, non ? Ou peut être que c'était un mixe de je ne sais quels pays. Qui sait, après tout ça n'avait pas tant d'importance, le pire qui m'importait à présent, c'est qu'il ne connaissait pas le pays... Ce qui voulait dire, qu'il n'avait aucune idée de comment se rendre à l'Académie. Sortant de ma torpeur quand à cette désespérante réalité, je le fixais quand il s'exclama :

-J’ai ce bout de papier avec la destination !… Par contre, je comprends en rien les symboles qui sont dessus… Mais j’ai la nette impression que nous ne sommes pas dans le bon train et encore moins dans la bonne direction en vue du paysage qui s’offre à nous…

Sans répondre à ses suppositions, je me penchai légèrement en avant et attrapai le papier du bout de mes doigts, de sorte à ne pas rentrer en contact avec lui. Je détaillais la feuille en question, qui en passant était froissée de partout... Limite on dirait qu'il a pris son déjeuner en l'utilisant comme assiette. Ce qui se trouvait dessus était d'une grande aide fallait le dire. Maintenant, je me demandais à quel point il pouvait être ignorant et se perdre avec autant d'explications... Il y avait toutes les informations, quais à prendre, gare où s'arrêter, sur ce petit manuscrit. Mais bon, fallait dire qu'il ne savait pas le lire non plus. C'est à ce moment qu'un haut parleur m'indiqua qu'on se trouvait complètement de l'autre coté de la ville...

-Bon bien … Merde ?

Fronçant les sourcils, je mis le bout du papier dans ma poche, tout en regardant par la vitre d'où on pouvait voir le bout de la gare, se pointer. Me levant, je le regardai avant de lui expliquer mes conclusions.

-Enchantée Renzou-San. Sur le papier, il y a toutes les informations qu'il nous faut. On devrait sortir de la gare pour prendre le chemin inverse, et ensuite... à la gare où on s'est... croisés » J'accentuai bien le mot. « Il nous faudra changer de train, tout simplement. »

Eh oui, ce chewin-gum m'a fait perdre du temps, si je ne l'avais ... non, s'il ne m'était pas tombé dessus, je serai presque arrivée à destination à l'heure qu'il est. Mais bon, ce qui est fait et fait. J'essayerai de me débarrasser de lui quand je serai à la gare de Kyoto... enfin après lui avoir montré le train qu'il devra prendre, cela va de soi. Et non, je ne lui portais pas plus d'attention que ça, juste que ce serait assez inapproprié de ma part de le laisser dans la nature, il risquerait encore de faire des conneries qui pourraient me retomber dessus... Comme dérailler le train en essayant de le rattraper... Tout était possible, non ?

-Bon, on va arriver bientôt, il serait bien de sortir dans le couloir.

M'avançant en direction de mes valises, je les pris d'une poigne de fer sans même accorder un regard à la chose rosâtre se trouvant devant moi. Sortant du compartiment, je me dirigeai vers la première porte qui s'ouvrit devant moi. Tirant les valises à ma suite, je m'arrêtai en plein milieu du quai et regardais les panneau affichant les prochains trains. Trouvant le quai qui m'intéressait, je le pointai du doigt tout en tournant mon regard au dessus de mon épaule pour constater que le machin rose était là... Enfin... là...

-C'est le quai 3, il est juste à coté de celui-là.


Me postant devant lui, je fis une grimace avant de lui demander du tac-au-tac:

- D'où tu sors, en fait?

Non, que ca m'intéressait, mais ce serait mieux qu'il sache lire dans son futur proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 18:31

-Enchantée Renzou-San. Sur le papier, il y a toutes les informations qu'il nous faut. On devrait sortir de la gare pour prendre le chemin inverse, et ensuite... à la gare où on s'est... croisés. Il nous faudra changer de train, tout simplement.

Arg, que je détestais quand on m’appelait comme ça. Sérieusement, c’est le genre de truc qu’on dit aux vieux ça ! Mais bon, il était coutume au Japon d’utiliser des préfixes du genre après chaque nom, prénom, et chose. Maman m’avait expliqué leurs utilités et aussi comment les utiliser, je me rappelais encore comment mon père me sermonnait quand mes grands-parents venaient nous rendre visite, et que j’avais le malheur d’appeler ma grand-mère par son prénom alors que je me devais de l’appeler « Oba-Sama ». Je ne vous dis pas les crises de malade avec ces suffixes à la con.

-Bon, on va arriver bientôt, il serait bien de sortir dans le couloir.

Tout en disant cela, elle prit ses valises et se dirigea vers le couloir de sortie. Faisant de même tout en étant à sa suite, je marchais d’un pas lent en regardant ce que faisait les quelques passagers qui restaient dans le train. Abordant un petit sourire en remarquant un petit vieux lire son journal dans lequel était caché un livre pornographique, je me retenus de dire un quelconque commentaire et me décidai de continuer ma route. Une fois le train stoppé, je sortis de celui-ci. Du moins, j’essayai, une masse vivante se pressait comme pas possible pour entrer dans le train tandis que moi, j’essayais d’en sortir, ce n’est qu’à la dernière seconde ou le « bip-bip » des portes sonnaient déjà que je réussis à sortir du wagon. Les Japonais, que des fous !

-C'est le quai 3, il est juste à coté de celui-là.

Arrivant à sa hauteur, elle me montra une pancarte sur lequel était inscrit … quelque chose. J’avais beau maîtriser le parler, j’étais une vraie bite en ce qui concernait la lecture et l’écriture de ces petits dessins censés représenter des lettres. Prenant un air détendu en lui faisait un signe de la tête positif, disant clairement « Oui, j’ai compris » même si ce n’était pas le cas. Déjà qu’elle doit me prendre pour un écervelé, manquerait plus qu’elle me prenne encore pour pire … Est-ce seulement possible ?

- D'où tu sors, en fait?

Après sa petite grimace assez infantile qui me décrocha un sourire amusé, je l’invitais d’un pas à aller en direction de ce fameux quai tout en répondant à sa question, cependant … Je ne savais pas la direction qu’on devait prendre et vu qu’elle n’avait pas l’air de me dire que ce n’était pas le bon chemin, je poursuivis d’un air heureux. Je suis né sous une bonne étoile, celle des imbéciles heureux et chanceux après tout !

- J’habitais en Angleterre, dans un quartier Londonien. Et toi je suppose que tu es Japonaise, tu m’as l’air de bien connaître ce pays … la langue surtout.

D’un geste instinctif, mes yeux se plissèrent tandis que mes lèvres s’élargirent en un sourire tandis que je me frottais mes cheveux d’une de mes mains. C’était digne d’un manga, vous voyez le genre de mec trop con et trop timide, bah là ca faisait la même réplique en mode beaucoup plus sexy et trop « Grrrrrr ».

- Sinon, je ne connais pas vraiment grand-chose de toi à part ton prénom, Kaïla c’est ça ? En y pensant, appelle moi par mon prénom, je n’aime pas les préfixes. Et sinon, tu as quel âge ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Ven 16 Mar - 19:51

Suivant ce jeune homme, ou je ne sais comment appeler cette chose, je l'ai vis prendre la direction du quai indiqué. Tout en prenant le rythme, relativement lent, du ledit Izaya, je l'entendis répondre à ma question sans détour.

-J’habitais en Angleterre, dans un quartier Londonien. Et toi je suppose que tu es Japonaise, tu m’as l’air de bien connaître ce pays … la langue surtout. 

Comme je l'avais deviné, d'ailleurs ce n'était pas difficile, il ne venait pas de ce pays. C'est sûrement pour cette raison qu'il ne savait pas lire les kanji inscrits sur le papier qu'il a reçu. Étrange tout de même qu'il soit venu étudier dans un pays pratiquement étranger à sa personne, juste sous une simple invitation. Serait-il à la recherche d'aventure, ou il a tout simplement pris une décision irréfléchie sur un coup de tête. Étrangement je parierais d'avantage sur la deuxième possibilité.

- Sinon, je ne connais pas vraiment grand-chose de toi à part ton prénom, Kaïla c’est ça ? En y pensant, appelle moi par mon prénom, je n’aime pas les préfixes. Et sinon, tu as quel âge ?

Et maintenant il faisait son curieux avec cet air des plus stupides sur le visage. Il fallait avouer qu'il était mignon, mais on dirait trop un petit timide... Ce qui n'était visiblement pas son cas, ce pervers jouait double jeu. L'attrapant par la manche de son uniforme, je lui intimais de s'arrêter. On était arrivé sur le quai en direction du centre de Kyoto. Allant m'asseoir sur un banc où déjà plusieurs personnes attendaient, je me mis à l'écart de celles-ci et regardai l'heure à laquelle le train allait arriver. 18H30... Il était 18 heures. Ce qui nous faisait une demi-heure d'attente. Une demi-heure en compagnie d'un garçon qui attirait terriblement le regard sur lui... Oui j'avais remarqué les regards des passants plantés sur Renzou depuis qu'il est descendu du train, à croire que ses cheveux, que je trouvait vraiment horrible au passage, avaient le don de se faire remarquer. Maintenant allez savoir si c'est pour sa originalité, ou juste parce qu'il faisait l'imbécile.

Le jugeant du regard, je me suis dit que je pouvais lui répondre à ses questions. Évidement pas toutes, vu que c'est un pervers, il risque encore de prendre certaines informations de travers, mais l'âge par exemple, ca ne ferait aucun mal... enfin, je l’espérai.

-Bien... Izaya-San donc. Les suffixes c'est quelque chose d'important ici, un jour tu le comprendras... peut être. Alors tâche d'être plus respectueux. Ce sera Kurayami-San pour toi.

Sérieusement, je ne savais pas pourquoi je lui faisais ce genre de remarque, personne n'a dit que j'allais le revoir un jour, après mon entrée à Undai Gakuen. Mais bon, évidement que je n'allais pas passer une telle chose, que ce soit de sa part ou de celle d'une autre personne. Je suis née dans une famille où les traditions étaient respectés à la lettre, c'était même le somum pour démontrer sa classe sociale dans ce pays. Un faux mouvement par rapport au respect et tu te faisais mépriser par tous. C'était une règle d'or que de savoir bien parler à ses aînés, ou même collègues.

-J'ai 17 ans... Tu peux trouver cet âge un peu trop élevé pour rentrer dans une école, surtout en Seconde, mais je n'eus pas l'occasion de fréquenter les cours dans un endroit public au part avant.

Évidement que non. Les seules personnes qui m'enseignaient, étaient mes parents ou encore des nombreux professeurs personnels, et tout cela à domicile. D'ailleurs parlant des gens, je me relevai d'un coup et m'approchai un peu du chewin-gum, tout simplement car un homme de la taille d'un mammouth venait de s'asseoir un peu trop près de moi. Il ne me touchait pas, certes, mais il était tout de même trop près, et on ne sait jamais... Un seul geste ou quelque chose du genre et il risquait encore de me frôler...

-Dis moi... Cela peut paraître indiscret.. Mais pourquoi avoir quitté ton pays pour venir ici, où tu ne connais personne, si je ne me méprends pas, Chewin... Hum Izaya-San ?

Non mais c'est fou comment ses cheveux influences ma manière de le voir.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Sam 17 Mar - 19:51

-Bien... Izaya-San donc. Les suffixes c'est quelque chose d'important ici, un jour tu le comprendras... peut être. Alors tâche d'être plus respectueux. Ce sera Kurayami-San pour toi.

Je l’avais compris, c’est juste que je n’aime pas utiliser ces choses. Je trouvais ça plus que inutile, à quoi bon marquer son rang ? On était tous égaux non ? Les -Sama, -San, -Kun, -chan et tout, tu vois quand même bien si c’est une meuf ou un mec avec qui tu parles ! Et encore, tu utilises -Kun, pour les meuf parfois… Explique la logique dans tout ça ! Ouais ! Fuck La Logique Man ! Et puis quoi encore ? Elle voulait que je l’appelle… Kukua… quoi ? Déjà que j’avais fait un effort pour me rappeler son prénom, si je devais faire de même pour son nom, je meurs.

-J'ai 17 ans... Tu peux trouver cet âge un peu trop élevé pour rentrer dans une école, surtout en Seconde, mais je n'eus pas l'occasion de fréquenter les cours dans un endroit public au part avant.

Si elle savait que j’avais un an de plus qu’elle, que me dirait-elle ? Me prendrait-elle pour un mec qui double sans arrêt à cause de son cerveau déficient, ou encore pour un mec qui lui, ayant été à l’école se trouvait dans un établissement pour personnes mentalement perturbées? Des fous quoi. Et de plus… comment ça elle a pas été à l’école avant ? Quoi, elle avait des prof particuliers qui venaient chez elle ou quoi ? Parce qu’elle pouvait pas rentrer dans une école public à cause de sa froideur ? Trèves de plaisanteries, j’étais curieux de découvrir pourquoi !

-Dis moi... Cela peut paraître indiscret.. Mais pourquoi avoir quitté ton pays pour venir ici, où tu ne connais personne, si je ne me méprends pas, Chewin... Hum Izaya-San ?

C’est moi ou elle s’était avancée dans ma direction ? J’avais déjà remarqué son stress de la foule là tantôt, mais de là à bouger de trois sièges pour qu’un mec ne soit pas assis à côté d’elle… c’était étrange quand même. Peut être qu’elle était de ce genre de personnes qui n’aimaient pas les gens… mais pas genre « j’aime pas », non, le genre phobie plutôt. Et sinon… c’est quoi ce « Chewin- » ?!

- Bah sans véritable raison apparente en fait, j’étais juste curieux de découvrir cette fameuse Académie. Ma mère m’a encouragé à partir en sachant qu’elle se situait au Japon, elle est Japonaise. Elle m’a dit que j’aurai la chance de voir mes grands-parents plus souvent. Ouais, je trouve ça étrange aussi de quitter un confort comme celui que j’avais … Mes amis, ma famille et mon … meilleur pote, mais j’avais vraiment … envie de voyager.

Je lui adressai un petit sourire en m’installant entre elle et l’homme qui s’était assis trois siège plus loin. Gardant toujours mes sacs en main, j’étirais légèrement mes jambes avant de continuer mon monologue.

- En fait, tu n’as jamais été à l’école avant ? Pourquoi ? Et aussi, pourquoi toi tu es partie de chez toi ? Ah ! Sinon, moi j’ai 18 ans … alors t’inquiètes, t’es pas si vieille que ça Kuk… Kaïla. Et puis quoi qu’il en soit, qu’importe notre âge, si on est des petits nouveaux, faudra quand même retourner en seconde.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Lun 19 Mar - 11:01

-Bah sans véritable raison apparente en fait, j’étais juste curieux de découvrir cette fameuse Académie. Ma mère m’a encouragé à partir en sachant qu’elle se situait au Japon, elle est Japonaise. Elle m’a dit que j’aurai la chance de voir mes grands-parents plus souvent. Ouais, je trouve ça étrange aussi de quitter un confort comme celui que j’avais … Mes amis, ma famille et mon … meilleur pote, mais j’avais vraiment … envie de voyager.

Ses grands-Parents ? Il avait de la famille ici, alors... à Kyoto ? Donc comme je le pensais, il avait des racines Japonaises dans sa famille. Après tout c'était un peu logique, un simple étranger n'aurait trouvé rien d'intéressant à étudier dans un pays comme celui-là. Sauf, à une condition, qu'il aime vraiment être loin de chez lui ou qu'il adore la culture qui s'y trouve. Enfin, en théorie... Personnellement si je recevais une invitation d'une école se trouvant en Amérique, par exemple, je ne pense pas que j'accepterais d'y aller. Quoi que... Faut dire, déjà se décider de changer de ville était difficile pour moi... La question ne se pose même pas dans ce cas là.

Quand je le vis s’asseoir dans l'espace que j'ai créé entre l'homme d'avant et moi, je bougeai machinalement vers l'autre sens, même si ce n'était que d'un millimètre. Vraiment cette gare ne me faisait pas du bien, quand à mon mal-être concernant les gens. Sa grouillait de partout, des passants se pressaient de prendre leurs trains, d'autres s’époumonaient sur leurs enfants qui avaient le malheur de s'éloigner de trop, encore d'autres mangeaient des sandwiches et d'autres trucs, se faisant renverser leurs boissons dessus, après un poussage collectif de la foule. Vraiment cet endroit était un enfer.

- En fait, tu n’as jamais été à l’école avant ? Pourquoi ? Et aussi, pourquoi toi tu es partie de chez toi ? Ah ! Sinon, moi j’ai 18 ans … alors t’inquiètes, t’es pas si vieille que ça Kuk… Kaïla. Et puis quoi qu’il en soit, qu’importe notre âge, si on est des petits nouveaux, faudra quand même retourner en seconde.

Alors comme ça il avait 18 ans. Je me demandais comment cela se faisait qu'il veuille quand même intégrer cette Académie, si il pouvait déjà commencer des études supérieures ou tout simplement aller travailler. Mais bon, cela ne me concernait pas après tout, chacun ses choix, qu'ils soient réfléchis ou pas. En tout cas, de ce que je devinais, je risquai de me retrouver dans la même classe que lui... à croire que mon calvaire avec la chique rose va continuer longtemps, sauf si, par un quelconque miracle, il y aura assez de classes à Undai Gakuen que je n'aurai pas à partager la même avec lui.

-Kurayami-San... Retiens !

Serrant mon point et l'abattant sur son crâne, je fis une grimace avant de lui crier cela. Évidement, les gens et surtout l'homme assis à coté de lui, me regarda comme si j'étais une folle sortie d'on ne sait où. Mais bon sang quoi ! Lui lançant un regard noir je lui aboyais un « Quoi ?! » qui eut l'effet demandé... Enfin, plus ou moins, vu que l'homme en question détourna son regard en marmonnant quelque chose que je ne savais entendre de là où je me trouvais. Peu importe... Si la seule façon de faire comprendre à cet imbécile de première, comment se comporter envers moi, était de lui taper dessus, alors j'allais le faire. En tout cas, tant qu'il restera en ma compagnie.

Tout en soupirant pour décompresser ma soi-disant colère, je m'adossais mieux au mur se trouvant derrière moi, tout en regardant l'heure au passage, avant de me tourner vers Le Pervers.

-Disons que je n'avais pas besoin de suivre des cours à l'école, j'avais des professeurs personnels qui venaient me donner cours chez moi. Le pourquoi du comment tu n'as pas vraiment à le savoir Le Pervers.

Je n'allais tout de même pas lui dire que la seule et unique raison de mon manque de sociabilité était une maladie quasiment inconnue à nos jours. Il risquerait de me prendre pour une folle qui invente des histoires qui lui passent par la tête... ou quelqu'un qui veut se rendre intéressant en racontant des conneries. Enfin, j'étais sûrement trop paranoïaque sur le coup, il devait être si taré qu'il croirait à n'importe quoi. Du genre si je lui disais que les vaches volaient, il serait encore capable d'aller en chercher dans les nuages, ou alors, il aurait craint prendre l'avion tout simplement car il aurait peur qu'une vache allait s'écraser sur le capot et faire cracher l'avion sur une île peuplée que de vaches carnivores, et que, par la couleur de ses cheveux se rapprochant du rouge, un taureau l'aurait pris en esclavage avant de lui arracher les bras et jambes pour se divertir... C'était possible, non ? Et après tout, ça restait personnel, je n'aimais pas parler de ma maladie, parce que après les gens avaient mauvaise tendance à me regarder avec compassion... Comme si j'avais besoin de ça ! Bande de gros nazes !

-Donc tu es Japonais toi aussi...

Non sans blague... Un Japonais qui ne savait pas bien parler la langue ni lire des kanji. Ce n'était pas un Jap' mais plutôt un tordu de la vie qui voyait sa vie en rose... Pas difficile après tout, faut dire, il était rose.. Non pas un beau rose qui ne saute pas aux yeux, mais vraiment le rose qui te dit que c'est la chambre d'une fille, quand tu visites un lieu.

- Faut dire que... Si j'ai décidé d'aller dans cette Académie, c'est un peu pour la même raison que toi. Je veux découvrir de nouvelles choses, expériences... Oui tu vas peut être me dire que je suis au Japon et une ville à l'autre ne change pas tant que cela, mais je voulais quand même aller dans une Académie un peu plus loin de ma ville natale.

Non ce n'était pas si étrange que ça. C'était une façon comme une autre de tourner la page et de recommencer sa ville dans un endroit nouveau où personne ne me connaissait, ni ne me freinait dans mes décisions à cause d'une quelconque chose du passé. Ingénieux non ?

-C'est étrange tout de même, que tu veuilles tant voyager au Japon, Vieux Pervers-San... tu veux découvrir plus en profondeur tes racines ? Ou c'est juste une opportunité comme une autre que tu as saisis sans vraiment réfléchir ?

Si il me répond que c'était la deuxième raison, je crois que je lui taperai dessus juste pour son manque de tact. Oui, je le frapperai à mort en regardant son visage se déformer sous les coups, et tout en attendant qu'il me supplie d'arrêter en saisissant toutes les informations comme il se devait. Et si ce n'était pas assez, je le balancerai sous le train en cirant « Banzaii » même si cela me coûterait quelques années de prison, je pourrai toujours dire que je venais de sauver l'humanité... Avec un peu de chance, si on reconnaîtrait le visage meurtri de ce Pervers, on me croirait. Qui sait...

Tout en étant plongée dans mes pensées, je le fixais d'un regard insistant, imaginant ce qui pourrait lui arriver. Un petit sourire des moins rassurant vint se placer sur mon visage. Mais quand j'étais à la partie « Arracher les cheveux un pas un » une voix dans le micro m'indiqua que le train vers Kyoto-Centre allait entrer en gare dans les minutes à venir.

- « Le train vers Kyoto-Centre va bientôt arriver, veuillez ne pas oublier vos affaire sur le quai ainsi que de vous reculer de la voie. Merci et bon voyage. »

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Lun 19 Mar - 12:00

-Kurayami-San... Retiens ! Disons que je n'avais pas besoin de suivre des cours à l'école, j'avais des professeurs personnels qui venaient me donner cours chez moi. Le pourquoi du comment tu n'as pas vraiment à le savoir Le Pervers.

Comme je le disais, elle n’était pas commode du tout et bien que je savais déjà l’étendue de son caractère de merde, je ne lui ferai pas une fleur en retenant son nom de famille. Elle venait de me le dire il y a moins de deux secondes et voilà que je ne savais plus que le début, Kuk… Machin chose. De plus, elle ne voulu pas me donner les raisons précises de sa non-scolarité.

-Donc tu es Japonais toi aussi...

Non sans blague ? Moi qui croyais que j’étais noir… Sérieusement, j’ai cru un court instant que cette fille était plus intelligente que moi, mais finalement, avec des répliques pareilles avec tant d’évidences, va savoir jusqu’où son intelligence s’étend. Peut être que ce n’était pas à cause des gens qu’elle n’allait pas en cours, mais plutôt à cause de sa déficience mentale ! Imaginez, la jeune Kaïla enfermée dans une chambre en hurlant comme une possédée, enchaînée au mur, se faisant nourrir à la paille. Le curé venant la visiter une fois par semaine, espérant qu’avec l’aide de Dieu cette jeune fille s’en sortirait… Soit, fin de ma petite histoire personnelle… mais j’avoue que cela aurait été marrant, j’aurais pu dire à tout le monde que j’ai fait connaissance avec une tueuse en série possédée d’un démon.

- Faut dire que... Si j'ai décidé d'aller dans cette Académie, c'est un peu pour la même raison que toi. Je veux découvrir de nouvelles choses, expériences... Oui tu vas peut être me dire que je suis au Japon et une ville à l'autre ne change pas tant que cela, mais je voulais quand même aller dans une Académie un peu plus loin de ma ville natale.

Ce n’est pas faux, elle aurait pu aller dans l’école de sa ville, mais elle ne le voulait pas pour « s’éloigner ». Mon histoire commençait à se fonder de plus en plus, elle pouvait donc être une potentielle rescapée d’un asile ou une folle furieuse aux envies meurtrières. Je crois que ma tête à changé plus je l’entendais parler, j’avais pas peur, j’avais l’habitude de fréquenter les gens à problèmes au centre de Londres. Ma tête de petit asiat’ aux cheveux roses ne plaisait pas à tout le monde, alors imaginez le nombre de gens pas net qui m’ont cherché des merdes, en plus de ça, rajoutez les pervers des lolicons … mais le genre lolicons en mec, un vrai personnage travesti sortant d’un Yaoi à fureur.

-C'est étrange tout de même, que tu veuilles tant voyager au Japon, Vieux Pervers-San... tu veux découvrir plus en profondeur tes racines ? Ou c'est juste une opportunité comme une autre que tu as saisis sans vraiment réfléchir ?

C’était la deuxième fois qu’elle m’appelait pervers en moins de cinq minutes, je dois lui faire remarquer ou je fais genre que je n’entends rien ? Hormis ce détail… Que voulait-elle dire par « en profondeur » ? Voulait-elle m’apprendre les racines du Japon en « profondeur » elle-même ? Devrais-je lui aviser que je suis gay ? Ou encore mieux, refuser poliment ses avances masquées dans ses tournures de phrases ? Non, non, je ne me fais pas de films ! Qui croyez-vous que je suis ? Vu comment elle me regarde… soit elle a envie de m’embrasser, soit de me tuer, allez savoir !

« Le train vers Kyoto-Centre va bientôt arriver, veuillez ne pas oublier vos affaire sur le quai ainsi que de vous reculer de la voie. Merci et bon voyage. »

Me levant directement à l’entente de cette information dont je n’avais compris que « train, Kyoto et centre », je me retournais vers Kaïla en lui tendant une main. Sachant pertinemment qu’elle n’allait pas la saisir, je renonçai et préférai prendre ses bagages. Si, si, j’ai retenu qu’elle aimait pas qu’on la touche la petite sainte là.

- Gay, je suis gay.

Putain de merde de sa mère la pute ! Non mais merde, c’était bien la dernière chose que je voulais lui dire comme ça ! Sérieusement… Je me barre en courant ? Avec ses valises ? En plus de me prendre pour un pervers, elle risque de crier au vol. Faisant genre que ces mots venant de sortir de ma bouche étaient inexistant ou encore mieux, inaudible, je poursuivis mes dires en gardant un petit sourire sur les lèvres.

- Pour ce qui est de la profondeur… Je dirais juste que je m’intéresse à toutes les cultures et je suis du genre à aimer apprendre les langues, donc un voyage au Japon ne peut me faire que du bien.

Le train arriva déjà en gare, attendant qu’il s'arrête devant nous, je regardais avec insistance jusqu’à ce que les portes du wagon s’ouvrent devant moi. Levant les yeux, j’attendis que les personnes sortent à leurs tours pour y rentrer. Une fois dedans, je me hissais dans un compartiment vide et m’assis sur le premier siège que je vis. Attendant que ma chère Psychopathe en fasse de même, je regardais par la vitre les quelques passagers qui devaient encore montrer dans le train.

- Sinon, tu sais quoi de l’académie ? Il parait qu’elle n’est pas comme les autres, dans le genre… plus étrange. De plus, les élèves ne peuvent pas y entrer selon leurs bons vouloir, il faut l’invitation. Cette même invitation qui nous sert à prendre les moyens de transports gratuitement jusqu’à l’Académie en fait. Je me demande pourquoi ils s’occupent de tout ça également… genre les gens savent pas se payer eux-mêmes les billets ? Ou juste qu’en fait, c’est un genre de secte qui facilite l’entrée aux « élus » pour que ce soit sur qu’ils acceptent… T’en penses quoi toi ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Lun 19 Mar - 18:54

Après l'annonce du train, je me levais à la suite du garçon qui m'accompagnait. Voyant qu'il prenait mes valises, je le laissai faire sans protester, si il voulait faire son charmeur il pouvait, ca m'éviterait de porter ces valises qui, étaient assez lourdes l'air de rien. Ca lui fera du sport, et pour moi, des vacances.

-Gay, je suis gay.

Une petite phrase de rien du tout, mais qui fit l'effet tout aussi grand qu'une montagne. Enfin, pas vraiment. Limite j'allais lui répondre du tac au tac que cela ne m'étonnait que peu. Vu sa couleur de cheveux, son sourire ainsi que son comportement du mec trop mignon pour être viril, cela sautait presque aux yeux. Enfin, cela serait sûrement plus visible pour des gens qui côtoient la communauté homo que pour quelqu'un qui n'a vu que très peu des gens dans sa vie. C'est sûrement une des raisons pour lesquelles je suis restée stoïque à cette information. Non parce que je trouvais ça bizarre ou complètement répugnant, non. C'est juste que cette information était sortie sans raison apparente de sa bouche. C'est comme si d'un coup je lui sortais que j'aimais les pâquerettes, non mais sérieusement c'est quoi ce type ?

Tout en revenant au sujet principal, qui tient la route, il poursuivit comme si rien n'était jamais sorti de sa bouche au part avant. Serait-il gêné ?

-Pour ce qui est de la profondeur… Je dirais juste que je m’intéresse à toutes les cultures et je suis du genre à aimer apprendre les langues, donc un voyage au Japon ne peut me faire que du bien.

Le laissant parler, je restai à une distance acceptable de lui tout en suivant le chemin qu'il me faisait entre les gens. Rentrant dans le même compartiment que lui, je fermai la porte derrière moi et restai plantée devant elle, debout, tout en fixant le jeune homme qui avait déjà pris ses aises en poursuivant de sa voix... enjouée, normale, trop bruyante.

- Sinon, tu sais quoi de l’académie ? Il parait qu’elle n’est pas comme les autres, dans le genre… plus étrange. De plus, les élèves ne peuvent pas y entrer selon leurs bons vouloir, il faut l’invitation. Cette même invitation qui nous sert à prendre les moyens de transports gratuitement jusqu’à l’Académie en fait. Je me demande pourquoi ils s’occupent de tout ça également… genre les gens savent pas se payer eux-mêmes les billets ? Ou juste qu’en fait, c’est un genre de secte qui facilite l’entrée aux « élus » pour que ce soit sur qu’ils acceptent… T’en penses quoi toi ?

Sérieusement, je ne me suis jamais posée la question. Je trouvai ça normale qu'on reçoive des invitations des écoles pour les intégrer, que ce soit des Académies connues ou des simples petites écoles qui veulent se promouvoir. Étrange ? Évidement que j'ai entendu parler qu'elle ne donnait pas cours comme tout institut normal, à cause des cours en plus qui différaient complètement des normes d'enseignement. Mais genre quoi ? Des activités extra-scolaires peut-être. J'ai aussi fait quelques recherches, mais ça n'a pas donné grand chose, à part que c'est un endroit bien protégé et complètement distinct de toute la ville. Une sorte de Campus, mais en mieux.

Croisant les bras tout en restant toujours debout, je fronçais les sourcils avant de lui répondre d'une voix froide :

-Tu crois que j'ai besoin de savoir ton orientation sexuelle, Le Pervers !

Si je pouvais, je lui aurais balancé quelque chose sur la tête, pour pas changer, mais je n'avais rien sous la main. Dommage... Dommage. Tout en le dévisageant avec colère, je constatai avec conviction :

-Je croyais que t'étais un peu plus instruit, mais on dirait que ta tête parle pour toi... C'est peut être parce que tu ne... évidement, on t'as jamais inculqué les manières... ?!

Tout en restant contrariée en pesant les pour et les contre de rester dans la même pièce que lui, je me disait que, en fin de compte, il ne me servirait à rien d'autre qu'à m'énerver, qu'est de rester avec lui. Mais bon, c'est un peu ma faute aussi qu'il me colle dorénavant, après tout c'est moi qui était curieuse de savoir d'où il sortait avec sa tête de chewin-gum. Je me décidai de m'asseoir, après un dernier regard de travers. Je choisis la place en face de lui et je restai ainsi à le fixer sans dire un mot. Un ange passa, le train était déjà en route, et je le fixais, et fixais et détournai le regard vers le paysage tout en, avec un air songeur, lui répondant enfin à sa question.

-Bon, autant faire plus connaissance, comme on a du temps. Je ne sais pas ce que cette Académie nous réserve faut dire. Et bizarrement, une simple école normale sera pour moi quelque chose de différent et étrange... Savoir qu'elle peut apparaître bizarre pour une personne tel que toi, cela rend les choses encore plus étrange.

Parlant l'argent, je me disais que si c'est une école à invitation on n'invitait pas des gens sans sous dedans. Mais peut-être justement cet endroit voulait changer les stéréotypes des écoles pour riches tout en invitant des gens démuni dedans... Le genre de slogant 'tout le monde est égal'. Qui sait.

-Je crois qu'on apprendra plus en étant sur place, pour le moment on ne peut que faire des suppositions. En tout cas j'espère connaître cet endroit avant que tu le détruises avec ta... personnalité.

Oui, ca ne m'étonnerait même pas qu'il mette le feu à tout le bâtiment. Ou qu'il détruise ce lieu avec une bombe qu'il aurait construit lui même, en essayant de cuisiner quelque chose. Ou encore, que les gens, contaminés par sa « maladie des bêtises » rendraient tous les gens addictive aux cheveux roses.

-Tu es gay ? T'avais rien d'autre à me sortir ? Parce que.. je ne sais pas comment c'est dans ta culture, mais ici tu ne sors pas ce genre de choses au premier venu. Juste pour information.

Ce mec était une vraie catastrophe sur pattes. Vraiment, vraiment. Bon sang que ca me démangeait de le mettre en pièce.

- D'ailleurs, je pense que cette Académie invite tout et n'importe quoi en son sein... Tu es une preuve vivante.

Non mais voilà que mon humeur de sociale s'est changée en froideur et renchéries. Vraiment, l'impulsivité quand tu nous tiens.

____________________________
Silver ★ Sword:
 


Dernière édition par Kaïla Kurayami le Dim 27 Mai - 16:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Lun 19 Mar - 20:04

-Tu crois que j'ai besoin de savoir ton orientation sexuelle, Le Pervers ! Je croyais que t'étais un peu plus instruit, mais on dirait que ta tête parle pour toi... C'est peut être parce que tu ne... évidement, on t'as jamais inculqué les manières... ?! Bon, autant faire plus connaissance, comme on a du temps. Je ne sais pas ce que cette Académie nous réserve faut dire. Et bizarrement, une simple école normale sera pour moi quelque chose de différent et étrange... Savoir qu'elle peut apparaître bizarre pour une personne tel que toi, cela rend les choses encore plus étrange.

Elle avait beau faire genre que le fait que je sois gay ne l’étonne pas, j’avais la nette impression que ca la perturbait quand même. Regardez son visage sans expression, mais vous avez remarqué le mouvement de ses yeux fuyards ? Ouais voilà, comme je le disais, ca lui trotte dans la tête. La pauvre, je ne pourrai jamais être son petit copain, son amoureux, son fiancé, son mari, le père de ses enfants … Je ne serai plus que pour elle « le gay qui lui a brisé le cœur » triste réalité n’est-ce pas ?

-Je crois qu'on apprendra plus en étant sur place, pour le moment on ne peut que faire des suppositions. En tout cas j'espère connaître cet endroit avant que tu le détruises avec ta... personnalité.

Genre quoi ? J’allais le détruire en mettant un pied dedans peut être ?! Non mais elle me prenait pour une bombe humaine ? Bombe dans le genre sexy ouais, et explosif dans le bon sens évidemment. Mais je vous avoue que j’aurais trouvé cela vachement kiffant si c’était elle qui finissait par détruire l’institut.

-Tu es gay ? T'avais rien d'autre à me sortir ? Parce que ... Je ne sais pas comment c'est dans ta culture, mais ici tu ne sors pas ce genre de choses au premier venu. Juste pour information. D'ailleurs, je pense que cette Académie invite tout et n'importe quoi en son sein... Tu es une preuve vivante.

Ouais mais elle a vraiment été choquée la petite avec cette histoire de gay, le train avait démarré depuis cinq minutes déjà et elle était encore lancée dessus. Peut être qu’elle était heureuse la meuf que j’étais gay, peut être qu’elle aussi elle l’était ! Non pas gay, mais lesbienne, ouais ! Peut être qu’elle broutait les gazons elle !

- Et toi t’es lesbienne ? Parce que t’as quand même l’air frustré que je sois Gay sous tes airs d’intouchable, Kaïla.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Lun 19 Mar - 20:55

- Et toi t’es lesbienne ? Parce que t’as quand même l’air frustré que je sois Gay sous tes airs d’intouchable, Kaïla.

J'ai dû avoir un long moment d'absence après l'avoir entendu dire cela avec son air niait. J'ai vraiment pas saisi le sens de ses mots au début, et pourtant je parlais couramment japonais, et c'est certainement pas son accent qui clochait dans le tas. Au point que j'ai même pas tiqué quand il n'a pas prononcé mon nom comme il se devait Je sentais mon sang bouillonner petit à petit dans mon corps, jusqu'à fusionner avec les piments de mes yeux. Car quand je suis dans une colère sans nom, mes yeux deviennent d'un rouge sang, on m'a déjà dit que c'était étrange, mais surtout effrayant. Avant même que sa phrase parvint à mon cerveau, j'étais déjà en train de serrer les poings et les dents. Non mais quel... Quel imbécile ! On dit que la connerie ne tue pas ? Eh bien aujourd'hui je vais démentir cette thèse en l'envoyant dans l'autre monde.

-Tu... T'es... Mais t'es qu'un sale Pervers, abruti et sans cervelle !

J'allais commettre un meurtre ? Ou juste l'envoyer à l'hôpital ? Je ne savais pas encore ce que mon corps déciderait, mais ca allait dans ce sens là. En fait je n'ai pas attendu longtemps pour voir mon poing se faire propulser par la force de ma rage, vers le visage du jeune homme. Je crois qu'il ne s'attendait pas à ce que ce même poing puisse lui arriver en plein sur la joue lui laissant une trace rouge sur le visage. Avait-il mal au moins ? Non ? Alors pour être sûre qu'il l'est, je commençai à le taper et taper sans relâche en le traitant de tous les noms.

-Je me fiche complètement de ce que tu es ! Que t'aimes les hommes ou les animaux ça m'est égal !

Cela sortit comme un cri de rage. Vous voyez quand une femme pète un câble monstre ? Et bien, rien ne peut l'arrêter dans sa colère, folie même si on veut. Même un homme costaud aurait du mal à stopper ce genre de furie sans lui faire du mal. Poussant un cri énervé, je lui expliquai, ou plutôt gueulé que je n'étais pas ce quil pensait et qu'il pouvait se mettre ses idées farfelues la où je pensais, sans oublier d'ajouter qu'il n'était qu'un imbécile qui n'en vaut même pas la peine qu'on le regarde. Après cette affirmation de première classe, je quittai le compartiment en claquant bien fort la porte derrière moi. Tout en me répétant des « mais quel abruti ! » sans cesse, j'allais en direction de la partie restaurant du train, pour me chercher quelque chose de rafraîchissant, question de faire retomber les rougeurs dues à la colère.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Lun 19 Mar - 21:41

-Tu... T'es... Mais t'es qu'un sale Pervers, abruti et sans cervelle ! Je me fiche complètement de ce que tu es ! Que t'aimes les hommes ou les animaux ça m'est égal !

Je n’ai pas compris pourquoi… je n’ai pas compris comment non plus. J’ai vu son corps se crisper, j’ai entendu ses dents grincer, j’ai vu son poing venir dans ma direction, je l’ai sentis sur ma joue… Mais je n’ai rien pu faire. Je sentais mon corps tomber au ralenti contre la vitre. D’autres coups suivirent, la vitre allait rompre d’un moment à un autre. J’eus un moment de recul, la tête se balança dans le sens opposé à la fenêtre, mais quand elle se leva comme une furie, en criant et qu’elle claqua la porte, ma tête retomba lourdement sur la vitre et là… Crack.

Le néant, ca doit être noir normalement non ? Pourtant chez moi c’est rouge… non, rose en fait. J’entends des bruits, j’entends des hurlements, j’entends des gens courir, marcher, s’affoler et puis le silence complet. Le calme, et cette mer rose devant mes yeux qui s’étendent à des kilomètres.

C’est quand j’ai ré-ouvert mes yeux d’un coup, que je me suis levé que les passagers qui étaient venu dans mon compartiment en entendant le bruit de ma tête sur la fenêtre qu’ils avaient accouru. Mais ce qui faisait le plus peur à cet instant précis, ce n’était sans doute pas mon état, mais mon expression. Du sang coula de ma tête doucement, traçant son chemin sur mon front, mon œil et finalement ma joue pour finir par s’écraser sur le sol.

Avançant premièrement d’un premier pas, j’entendis l’étonnement des passagers en un échos similaires à ceux qui voient un monstre, mais tétanisés par la peur, impossible de bouger. Et puis les pas se suivirent, je crus même accélérer un court instant, pour finalement me mettre à courir comme un fou pour rattraper Kaïla.

Elle n’était que deux wagons plus loin que celui dans lequel l’accident venait de se produire. Une fois arrivé à sa hauteur, je déposai ma main sur son épaule pour lui demander de se retourner par la même occasion, mon geste fut court, sachant qu’elle n’aimait pas être touchée. Mon visage n’exprimait plus mon air con que je revêtais d’habitude, mon visage montrait enfin celui d’un jeune homme de 18 ans, sérieux et sincère.

- Je … Je m’excuse … Ce n’était pas méchamment que je demandais ça … Kaïla …

C’est après cette phrase que mon expression changea du tout au tout, pointant du doigt ma tortionnaire, je me mis à crier comme un putois en faisant « AHHHHH » ! Et dire d’un ton de victime :

- C’est elle ! C’est elle la folle ! Arrêtez la ! Qu’on la punisse !

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Mer 21 Mar - 13:44

Je ne dus pas attendre longtemps que le machin rose se ramène pour je ne sais quelle raison. À croire qu'il aimait coller les gens, sauf que moi, je n'aimais pas qu'on me colle. Loin de là d'ailleurs. Sentant un léger et bref poids sur mon corps, je fis volte-face avec un air désapprobateur sur mes traits du visage. Non que je n'avais plus envie de le voir ni de l'entendre, mais c'était tout comme.

-Je … Je m’excuse … Ce n’était pas méchamment que je demandais ça … Kaïla …

Tournant la tête sur le coté, tout en me disant qu'il n'était peut être pas qu'un abruti, et qu'il valait la peine d'être pardonné, ma pensée positive fit de brève durée après le cri... ou plutôt hurlement animal d'un singe en chaleur, qu'il sortit sans crier garde.

- C’est elle ! C’est elle la folle ! Arrêtez la ! Qu’on la punisse !

Me pointant du doigt, il s'agitait comme un gamin qui devait à tout prix aller au toilettes, mais qui n'osait pas le demander au professeur qui donnait cours. Quand à moi, je virai au blanc avant que mes pommettes prennent une tinte rosée. Grinçant des dents, je le pris par le col et le plaquait contre une vitre se trouvant dans le couloir étroit du train. Je voyais que des gens autour de nous, nous regardaient, il y avait même parmi eux quelques téméraires qui s'approchèrent en voulant nous séparer. Ou m'éloigner du Chewing-gum. Évidemment cela n'était pas acceptable, y avait pas moyen. Relâchant la chose, je le fixais avec haine, avant de tout simplement afficher une expression d'indifférence morbide. Je n'allais pas tout de même me donner en spectacle à cause de lui, voyons.

-Comme si une fille fragile comme moi pourrait s'en prendre à un gars comme toi... T'as du te cogner trop fort là tête.

Évidement que le charme naturel ça marche à chaque fois, non ? Et on croirait qui d'abord ? Un abruti rose sorti de nulle part ou une jolie fille posée ? La question ne se pose pas, n'est-ce pas ?
Touchant de mon indexe la plaie d'où sortait le sang, j'appuyai dessus doucement tout en affirmant d'une voix dénuée de sentiments :

-Tu devrais soigner ça, on arrive bientôt à la gare et tu risques de faire peur aux passants...

Pourquoi je m'intéresse à son image ? Juste pour faire genre que je suis quelqu'un de aimable et tout ce tralala, sérieusement, j'allais de toute façon le laisser se débrouiller dès qu'on monterait dans le prochain et dernier train avant notre destination. Alors si il se fait arrêter juste devant à cause de son apparence et qu'il devait passer un interrogatoire, m’importe peu, je serai déjà dans le train à mi-chemin de Undai Gakuen. Appuyant plus fort sur la blessure, je m'éloignais de lui, vers le restaurant. Arrivée sur place, je ne fis pas attention aux gens qui m'ont fixé sur le passage. Cette bande d'abruti ne sait faire que ça, méprisable. Allant chercher deux bouteilles d'eau, je pris au passage quelques mouchoirs et fis route inverse. Croisant l'abruti qui n'a pas bougé de là où il était, je lui balançai l'eau et les mouchoirs en pleine figure avant de poursuivre ma route vers le compartiment, sans oublier d'ajouter, en bon samaritain, qu'il devait éponger ça. Rentrant dans le compartiment que je partageai avec Le Pervers, je me mis à fouiller dans mes valises à la recherche de mes médicaments. Trouvant enfin ce que je voulais, je ressortis une boite sombre d'une des poches de la valise, l'ouvrant j'en sortis une capsule pas plus grande qu'un ongle d'une couleur particulière. Oui car elle était d'un bleu électrique et il y avait quelque chose qui bougeait à l'intérieur, évidemment ce n'était qu'un produit chimique à effet, mais c'était tout de même un joli spectacle. C'est ce que je me disais au début quand j'ai du les prendre, mais maintenant ce n'était qu'un cachet qui empêchait le retour de ma maladie, sans plus. Parce que oui, même si j'étais guérie, je devais prendre cette chose deux fois par jour, question de précautions comme disaient mes parents. Avalant le produit chimique tout en le faisant passer avec de l'eau, je refermai la bouteille par la suite et m’installais sur le siège tout en me détendant, il ne restait que cinq à dix minutes dans ce train, autant les passer tranquillement. Enfin, tranquillement... Je tournai mon regard ennuyé vers la porte du compartiment tout en demandant d'une voix neutre :

-Qu'est-ce que tu veux encore ? M'accuser d'un meurtre peut-être ?

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Mer 21 Mar - 14:13

Comme ce à quoi je m’attendais, la brute en chaleur me plaqua une fois de plus contre une vitre. Mais bon, elle innova tout de même, ce ne fut pas contre une double vitre qu’elle m’écrasa, mais plutôt contre la portière séparant deux compartiments. Les chanceux ! Imaginez les passagers à qui je fais dos qui peuvent me mater les fesses écrasées comme pour rire, et les autres, ma gueule d’ange ensanglantée ! Je ne sais pas ce qu’il se passa à présent, elle s’arrêta de m’oppresser, regarda autour d’elle, et prit un air de jeune fille… Oui, oui, c’est possible pour elle d’avoir l’air d’une femme normale, ni trop froide, ni trop folle.

-Comme si une fille fragile comme moi pourrait s'en prendre à un gars comme toi... T'as dû te cogner trop fort là tête.

Elle se foutait peut être de la gueule des gens là non ? Elle venait de m’éclater devant une cinquantaine de personnes et devant ceux-ci, feignait son innocence. Je cru rire à cet instant précis, mais aucun son ne sortit de ma bouche, tandis que quelques personnes, marmonnaient dans leurs barbes des propos forts déplacés envers Kaïla et moi-même. Las de répondre quoi que ce soit, et certainement pas en état, je continuais à écouter les paroles dénuées de sens de ma tortionnaire.

-Tu devrais soigner ça, on arrive bientôt à la gare et tu risques de faire peur aux passants...

En s’approchant de moi, j’eus un geste de recul, mais étant contre la vitre, je ne pouvais pas aller plus loin. Levant la main dans ma direction, je crus qu’elle allait encore me taper, mais contrairement à ce que j’eus pensé, elle déposa tendrement sa main sur ma blessure. Prenant un air maternel que je ne reconnaissais pas chez elle, un rougissement monstre (bien la première fois d’ailleurs) me montait au visage quand mes yeux se retrouvèrent droit dans son décolleté. Déviant le regard instinctivement en espérant que celle-ci ne comprenne rien à la vie, je serrais les dents quand celle-ci donna une petite pression sur ma tête.

La voyant partir, je ne sais où je la suivis du regard jusqu’à ce qu’elle disparaisse, revienne dans ma vision, arriva à ma hauteur et m’aspergea avec ce qui semblait être de l’eau. Me retrouvant la tête trempée ainsi que mon dessus tout neuf, tout beau, je crus me mettre à pleurer. Dieu, dieu… ce n’est pas réel, cette femme en rut ne venait pas de me refroidir n’est-ce pas ?

Quand elle s’en alla dans notre compartiment, j’attendis une petite minute pour me décider à la suivre. Non pas que je réclamais d’autres blessures, non, juste que mes affaires étaient là bas, et que je devais me changer avant d’avoir froid et de tomber malade. T’imagines déjà tout ce que j’ai sur le corps ?! Et si je tombe malade, c’est la mort hein ! Mais bon… je suis résistant au coups après tout. Je pouvais me défendre, mais battre une femme est contre mes lois.

-Qu'est-ce que tu veux encore ? M'accuser d'un meurtre peut-être ?

Je m’étais arrêté sur le seuil de la porte, regardant d’un air neutre ce qu’elle avala. Etait-elle malade ? Si c’était le cas, je pouvais peut être un peu mieux comprendre pourquoi elle n’était jamais sortie de chez elle, qu’elle était si froide et si distante avec les gens et si… étonnée de certaines choses. Avançant vers son siège, je me plaçais juste devant elle, continuant à la fixant, pour finalement dévier le regard dans le plus grand des silence. Attrapant mon sac, je fouillais dedans à la recherche d’un nouvelle chemise ainsi qu’un autre blaser de l’Académie Undai. Mais évidemment, je n’en avais pas… Ca aurait été trop facile. Ce qui voulait donc dire que je devais attendre que mes vêtements sèches et prier pour ne pas attraper froid. Soupirant lourdement en déposant mon sac sur le sol, je continuais à tenir la compresse de seconde main sur ma tête.

- Tu es malade ?

Ce n’était qu’un murmure, le genre de chose qu’on se pose à soi-même. Mon attitude avait complètement changé, tout en fait. Ma manière de me poser sur mon siège, mon regard devenu plus vitreux, mon sourire inexistant et cet air… que je n’arrivais pas à décrire moi-même. Non, je ne suis pas schizophrène… Quoi que ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Mer 21 Mar - 17:43

L'énergumène en question ne prêta même pas attention à ma remarque des moins plaisantes. Au lieu de cela, il s'assis en face de moi et rechercha quelque chose dans son sac. Peut-être d'autres vêtements, vu que ceux-là étaient plus que trempés. Quoi que il le méritait aussi. Pendant qu'il s'afférait à sa tâche, moi je le détaillais en silence. Sa blessure avait l'air d'avoir arrêté de saigner, une bonne chose l'air de rien. Et sa tête n'exprimait plus son air débile qu'au part avant, à croire qu'une bonne douche froide lui fait se calmer. Une chose à retenir.

-Tu es malade ?

Cette question me prit de court, comment ça malade ? Mais ce n'est pas ça qui m'a fait détourner le regard et fixer le paysage défilant derrière la fenêtre du train, c'est son air sérieux, dépourvu de toute niaiserie. Un ange passa, et la seule chose que j'avais envie de lui répondre d'un ton cynique, c'était que non je n'étais pas malade, juste que je prenais des vitamines. Ça aurait sonné con, n'est-ce pas ? Soupirant d'ennui, je me décidais de lui répondre avec une phrase, la plus courte possible.

-Je l'étais.

Très explicatif non ? Je l'étais mais je ne le suis plus, mais je prends des médoc's pour l'amusement d'avaler quelque chose, ou presque. Ce serait un peu plus rentrer dans les détails, mais bon. Je n'avais tout de même pas à lui dire ce qui en est. Et d'ailleurs, si je lui disais que j'étais malade, il me sortirait cet air trop sérieux pour le reste des jours que je devrais le fréquenter. Ou encore mieux, il m'évitera les prochaines fois que je croiserai son chemin.

Mes pensées divagantes quand à la façon monstrueuses que les gens prenaient pour traiter les gens qui ne sont pas entièrement comme eux, quand la voix annonça notre arrivée proche dans les haut-parleurs. Je me levais et pris mes valises sans attendre, je m'arrêtai tout de même devant la porte ouverte et lançai un regard par dessus mon épaule, avec un petit sourire en coin.

-Tu viens ou pas ?

Sans ajouter d'avantage, je sortis de la pièce et allai vers les portes automatiques de sortie. Au passage un imbécile trop pressé me bouscula, ce qui lui valut un regard noir et un coup de pied en plein dans la cheville. Le regardant de travers, je lui soufflai un « fais attention où tu marches crétin ! » et je suis sortie du train. Arrivant sur le quai bondé, je me demandais un court instant où il fallait se diriger dorénavant, rien n'indiquait l'emplacement du quai, sur les panneaux se trouvant dans les alentours. Je fronçais les sourcils avant de trouver un contrôleur qui se trouvait juste à quelques mètres de moi. Mais avant d'aller le voir, je me retournai pour constater si oui ou non, le machin rose me suivait. Le voyant dans les parages, je partis d'un pas décidé vers cet homme baraqué.

-Excusez-moi, monsieur ? Vous pouvez m'indiquer où se trouve le quai vers l'Académie Undai ?

L'homme me regarda puis reporta son attention sur le torchon que j'ai pris au part avant à Izaya. Il sourit puis me donna les directives en direction du quai demandé. Le remerciant, je pris soin de mettre le papier dans ma poche et traînai les valises vers l'endroit où le dernier train à prendre m'attendait. C'est fou comment je ne m'attendais pas, quand je suis rentrée dans ce train, à ce que ce voyage dure aussi longtemps.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    Jeu 22 Mar - 13:03

Elle n’était plus malade, pourtant elle continuait à prendre ses cachets. Je ne comptais rien dire face à ça, après tout, cela ne me regardait pas et je l’avais déjà assez dérangée comme ça. Si elle avait une santé fragile, autant la laisser tranquille et faire chier une autre personne qu’elle avec mes conneries. Non, je ne faisais pas exprès d’être aussi con parfois, mais justement, seulement parfois. Quand le train s’arrêta, elle se leva et prit ses affaires, m’adressant cependant un petit « Tu viens ou pas ? » à mon encontre. Je lui répondis par un simple signe de la tête, pour finalement attraper mes affaires et la suivre. Suivre, à genre un mètre derrière elle en vue de la foule monstre qui s’engloutissait juste devant moi. J’aurais pu pousser pour passer, mais je préférais rester là, me faisant pousser moi-même en avançant d’un pas lent vers Kaïla.

Quand j’arrivai finalement à sa hauteur, je vis celle-ci parler avec une personne dont je ne connaissais pas le visage. Une fois l’avoir remercié, elle se remit en route en regardant derrière elle pour voir si je la suivais. Poussant le pas pour accélérer, j’arrivai enfin à côté d’elle. Bon, fini de faire le normal, retournons à mes bonnes vieilles habitudes.

- Putain mais y en a de ces gens ici, sérieusement, à croire que c’est un endroit pour rencontrer du monde. Il y a ça dans mon pays, des espèces d’endroits où les gens se rassemblent pour se rencontrer ou encore pour clamer la même cause. Je sais pas si les Asiat’ font la même chose, mais rien qu’à regarder le monde qu’il y a et tous téléphone sous le bras, on se croirait dans un autre monde ! J’espère juste que ca ne sera pas la même chose dans l’Académie, non pas que je n’aime pas la foule, juste que je trouve ça dérangeant de ne pas pouvoir marcher en voyant le sol.

Lui adressant un petit sourire en levant le pousse, je plissais les yeux à mon habitude. Ne voyant pas où je marchais, je me sentis tomber légèrement tout en bousculant une chose molle et ronde. Regardant ce que j’avais poussé accidentellement, je vis une jeune femme sur le sol, les jambes écartés, pleine vue sur son entrejambe … ah ? Les japonaises ne portent pas de culottes ?!

- Excusez-moi, je ne vous avais pas vu ! Vous allez bien mademoiselle ?

Lui tendant la main, celle-ci se releva en essayant de cacher un large rougissement s’étant dessiné sur son visage. Serrant les jambes en prenant une pose de timide, elle me demanda timidement :

- Avez-vous vu … ? Ce n’est pas … Je ne fais pas ça … Je veux dire, mon petit ami … il … !

Une fois qu’elle eut fini cette phrase, elle se mit a hurler pour finalement partir en courant. Restant bouche bée devant ce spectacle et repassant au ralenti la scène devant mes yeux, je me mis légèrement à rougir avant de tourner les yeux vers Kaïla pour lui dire d’un ton interrogateur :

- C’est ça une SM non ? Et toi … Non, ça va.

La suite fut simple, je me ramassai une baffe de malade qui me fit pisser du sang, mais ce fut le coup de trop. Je sentais que je perdais connaissance petit à petit, je vu Kaïla accourir vers moi, en me traitant de tous les noms. Finalement, je vis des gens, des ambulanciers, j’entendis une sirène et le trou noir.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre entre une asociale et un chewing-gum    

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre entre une asociale et un chewing-gum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Gare-