AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Serait-ce... Notre commencement ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yomi Tsuchimiya

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/12/2012
Localisation : A beaucoup d'endroits ~ La chambre de Yume-Sama sans doute, héhé ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Yaban'na kyōki
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Serait-ce... Notre commencement ?   Dim 9 Fév - 21:04

Colère, rage, effrois, exacerbation. Je n’avais de mot pour décrire ce qui se passait en mon sein. Tout mon être s’était échauffé sous les paroles de ce pauvre imbécile et la présence des deux autres larves. Oui, décidément, je le détestais. Pour ce qu’il était tout autant pour ce qu’il me faisait ressentir. Je ne lui ferai guère l’honneur d’une quelconque jalousie quant à ses activités, non, je ne serai pas assez folle pour le lui dire ou même le penser sérieusement… Ca me dérangeait juste. Un point c’est tout ! Je n’en avais que faire… Faux, j’en avais à faire parce que pendant que monsieur faisait le con avec des connes, il n’était pas avec moi. Non pas que je me plaise de sa présence, juste que… Lorsqu’il n’est pas là, il ne me sert pas. Ouais, c’est ça. Fais chier. J’en étais moi-même désarçonnée.

- Pauvre chose ingrate, tes paroles sont dignes de ta personne inférieure. C'est pitoyable. Je fais ce que je veux et ça ne te regarde guère. De plus, si tu veux à ce point être dans mes grâces, tu n'as qu'à écarter les jambes et je n'aurai plus à me chercher de bouche-trou !

Pauvre con, comment oses-tu me traiter d’être inférieur alors que toi, tu n’es même pas capable de combler les désirs de ta reine ?! Je n’étais nullement inférieure à son grade, cet imbécile égocentrique me dégoûtait. Ce pauvre con inconscient qui osait encore parler alors que je lui avais semé de se taire. Qu’il crève dans son égocentrisme mais qu’il ne se la ramène pas avec sa gueule de phacochère. Ouais, ta gueule toi aussi, je sais qu’il est beau ! Ce n’est qu’une insulte pour exprimer ce que je ressens alors la ramène pas si tu ne veux pas crever ici, là, à côté de ce minable. Et puis merde ! CA ME REGARDAIT PARCE QUE CA ME FAISAIT… Pardon ? « …tu n'as qu'à écarter les jambes et je n'aurai plus à me chercher de bouche-trou ! » Quoi ? Ouais.

Voilà. Hum. Et plus sérieusement ?! Qu’est-ce que tu veux que je te dise hein ? Après ces paroles, je me suis retrouvée… étrangement silencieuse, même mon regard sadique disparut, en même temps que mes traits se changèrent en une expression de confusion la plus totale. Pourquoi… parlait-il de moi ainsi ? Je n’étais pas l’une de ses putes ! Je le savais, mais je ne me permettais pas de comprendre le vrai sens de ses dires. Je ne voulais pas… Non. Il restait un jouet pour moi, une personne avec qui je me plaisais parce que je n’avais rien d’autre à faire… Pas un quelconque prétendant à… Non.

- ... L'infirmerie est par là. Ah ! Pour ta demande, Miharu, j'y réfléchirai.

Je n’étais guère la seule penaude dans cette histoire, lui-même laissait paraître une certaine confusion quant à ses dires. Oui… Il ne voulait pas. Qu’importe, j’étais bien assez perturbée moi-même pour que je me préoccupe de lui. Rageant contre mon manque de réaction face à sa personne, je me mutais dans un silence alors que celui-ci ordonna un quelconque devoir qui s’opposait à ma personne pour je ne sais quelle raison. « Tu... Ah... Mes chaussures, tu dois les nettoyer. » Et ma main dans ta gueule, tu la veux une fois de plus ?! Ca m’énervait, et le pire dans tout ça que c’est sans véritable protestation que je me laissais tirer à sa suite.

Quittant rapidement les deux autres imbéciles en ce saint jour pourri, je le laissais mener la marche sans dire mot. M’arrêtant quand il fit de même, je détournais le regard de sa personne alors que seul son dos, se dessinait devant moi. Et quoi maintenant, il attend peut être que je m’excuse ?! Je ne le ferai pas. Non… Je… C’était de sa faute !

- ... Plus jamais, Yomi.

Des paroles que l’on aurait pu comprendre d’une multitude de manières, que moi-même, je ne savais choisir. Me disait-il peut être cela quant à la gifle que je l’eus infligé devant les deux larves… Geste décrit comme étant plus intime que si je l’avais poignardé. Mais était-ce vraiment cela ? Ne serait-ce pas également sa manière de me dire qu’il s’excusait quant à son comportement… Pouvais-je espérer qu’il ne coure plus après ses putes ? Non. Je ne le voulais pas, n’est-ce pas ? Je… Qu’il reste celui qu’il était… Que…

Je ne sais pas. Et je ne sais pas non plus ce qui m’a fait me coller à son dos, à me plaire dans ce contact où je pouvais toucher du bout des doigts sa chaleur. Posant ma paume contre sa chemise, je m’y accrochais en même temps qu’un soupire traversa mes lèvres. Nul mot n’avait l’air de vouloir traverser mes lèvres, le monde pouvait s’arrêter maintenant, je n’en avais que faire… J’appréciais cela. Pourquoi ? Ta gueule, ne me dérange pas.

- Je… t’ordonne de me pardonner dans ce cas.

Oui, même si je m’excusais, je ne pouvais lui laisser croire que la décision venait de lui. Non, je le lui ordonnais, il n’avait pas d’autre choix. Et que voulait dire ce « dans ce cas » Tellement que je ne voulais vraiment le dire. J’étais confuse et cela m’énervait, mais n’étais-je pas un peu satisfaite également que finalement… Toutes celles qui tournent… Sont là pour combler -aussi inutilement soit-il- la place qu’il désire tant que je prenne ? Non, je n’avais besoin de sentiments amoureux pour vivre ! Ni d’un copain ou d’une toute autre connerie dans le genre ! Vous me prenez pour quoi ?!

Me détachant du corps d’Hibari, je tournais autour de celui-ci pour venir lui faire face. Il n’était le genre d’homme à baisser les yeux devant une femme, devant qui que ce soit d’ailleurs. Une valeur qui me plaisait chez lui… Non, je ne cherchais pas à décrire ce qui m’attirait chez cette personne ! C’était un connard invétéré, un enculé de première race que je détestais ! Je le… J’y étais aimanté. Me mordillant la lèvre inférieure, je poussais sur la pointe de mes pieds afin de capturer ses lèvres… De baiser celles-ci avec… Putain. M’arrêtant avant de commettre ce geste ne me ressemblant guère, je m’horrifiais de ce que je voulus faire. Me reculant de lui en montrant mon embrouillement, seul un cri de rage traversa mes lèvres alors que je le quittais, le laissant en plan sans moindre gêne. Pauvre con ! Comme-ci je pouvais vouloir te… ou même… Et certainement pas… T’aimer. Je ne t’aime pas. Tu le sais, je ne t’aime pas… Non, vraiment... N’est-ce pas ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Serait-ce... Notre commencement ?   Dim 9 Fév - 22:52

Dieu, Moi, était-il possible que je sois perturbé par cette fille inutile qui, depuis peu est devenue celle avec qui je passais énormément de temps. Je gaspillais mon temps de Dieu pour le consacrer à un divertissement parfois moindre. Pourquoi ? Parce que je savais que je me leurrais de ma lucidité surprenante. Yomi Tsuchimiya n'avait rien d'ennuyant en elle. Elle était imprévisible, amusante, emportée... Toutes ces choses que je détestais chez les humains, chez cette sous-race, voulais-je me dire avec conviction. Et la conviction d'un Dieu était suprême. L'était-elle ? Je commençais à avoir des doutes sur mes propres envies, sur mes propres pensées, parfaites mais étonnantes.

Cette sous-race. Je la considérais comme une plaie à la terre, l'endroit où je suis né pour y siéger en tant que divinité. Dure tache qui me fut destinée quand on savait à quel point ce monde était pourri jusqu'à la moelle. Mais en tant que grand être, je me devais de supporter toutes ces stupidités futiles, et avoir main mise, impitoyablement sur toute personne. Ces mollusques débiles. Quel Dieu s'enticherait d'une mortelle ? Aucun. Les humains étaient là pour divertir ma personnalité des plus exigeantes, et non pour me troubler avec leurs insanités. Je ne permettrais pas à ce qu'on me déstabilise avec des émotions inutiles à ma perfection. L'amour ? L'amitié ? Dieu, Moi, n'avait guère besoin de ça. Ces sentiments ne faisaient que me distraire du but de ma présence en ce monde. Seule la compassion et la compréhension m'étaient nécessaires afin de ne pas détruire tous ces minables qui respiraient mon air.

- Je… t’ordonne de me pardonner dans ce cas.

Ce furent les pensées que je me répétais chaque jour dans mon esprit brillant, depuis l'enfance. Pourtant, j'étais là, debout telle une sculpture au charme indescriptible, avec une femme dans mon dos. Sa chaleur. Je ne la ressentais pas comme une approche totalement absurde de n'importe quelle fille qui tombait sous mes charmes exceptionnels. Yomi, qu'étais-tu pour que j'accepte ta présence sans m'en horrifier ? Question à laquelle je n'avais de réponse, question que je n'admettrais jamais. Lui pardonner ? J'étais un bon Dieu, de ma clémence, j'acceptais son excuse... qu'elle m'eut ordonnée ? Quelle plaisanterie ~ C'est Moi qui décidait, toujours ! J'étais l'être le plus brillant de l'univers, personne ne pouvait me donner d'ordres. Ma nature m'obligeait juste de l'excuser de sa... Pourquoi ne l'ai-je pas embroché de mon arme divine après qu'elle m'eut giflée devant autrui ? Parce que je n'allais guère user de mon beau pouvoir pour sa misérable existence... Voulais-je m'en convaincre, en vain. Cette fille m'insupportait.

Je n'arrivais à penser rationnellement, elle m'embrouillait l'esprit de sa présence. Je ne l'aimais pas, je ne la trouvais même pas attirante, elle n'était qu'une tarée digne de... digne de Moi... de me divertir, oui ! Les mollusques... En faisait-elle partie ? Trop de questions auxquels Dieu n'avait à réfléchir. Des questions qui disparurent quand des lèvres se posèrent sur les miennes, quand elle m'embrassa. Et son geste ne me dégoûta pas. Je n'eus même pas la pensée de devoir me désinfecter après ça. J'appréciais ce contact. Hallucinant. Totalement fou, en sachant que quand elle se recula, je voulus l'attraper et l'obliger de mon pouvoir de persuasion infaillible, de... de quoi ?! Dieu ne quémande pas ! Certainement pas auprès d'une fille aussi... aussi elle. Yomi, je ne te laisserai pas partir ainsi.

Je comptais bien exécuter mon désir, que croyait-elle au juste ? Qu'elle pouvait déstabiliser son Dieu et partir sans dire autre chose ? Non. Troublée et en colère, j'envoyais mes chaînes le long du couloir. Elles dépassèrent Yomi et créèrent un mur de titane sur sa trajectoire. Je devais l'assumer, j'accourais à sa rencontre, attrapais son bras, la tournais pour qu'elle me fasse face et parlais de ma voix suave à en faire craquer plus d'une.

- Penses-tu pouvoir embrasser ma grandiose personne sans conséquences ?

Question dont je n'attendais aucune réponse, je n'avais que faire de ce qu'elle pourrait me lancer à ça. Parce que... J'avais mieux à faire, et c'était de lever mes mains délicates et douces, les porter à son visage et l'embrasser avec tout le savoir du Dieu que j'étais. Ce n'était rien. C'était juste un geste pour la punir de... Dieu, Moi, je me voilais la face. Quelle importance. Après le baiser que je lui accordais de ma bonté divine, je me reculais, lui jetais un regard plein de sens avant de tourner les talons sous un dernier « A présent nous sommes quittes ~ ». Elle n'avait pas le droit d'embrasser mes douces lèvres savoureuses sans que je ne lui rendre la pareille. Oui, c'est ça le truc. Non. Dieu devra y réfléchir plus profondément. Mais y avait-il matière à la pensée divine ? Trop, oui. Surtout que ce baiser échangé m'a plu autant que le précédent.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Serait-ce... Notre commencement ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quelle serait votre forme ANIMAGUS ?!
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Notre alimentation
» 'BillClinton,otez-vous de notre soleil'UN TEXTE QUI CHATOUILLE LES PLEURNICHEURS
» Notre Dame de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Couloirs-