AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~   Sam 2 Mar - 18:32

Undai. Ce palais sur lequel je gardais un œil attentif, peut être même meilleur que celui de la directrice. J’étais au centre des potins et des bruits courant les dortoirs, je savais tout sur tout. Une vraie détective à l’affût d’un quelconque divertissement en vue des rumeurs pouvant circuler dans cette chère Académie. Et cela, en quelque sorte, faisait ma force. Je pouvais vous raconter avec aisance comment la semaine passée, un terminale s’était fait humilier par un seconde, autant que quelques jours plus tard, ce même seconde fut retrouvé décapité dans sa chambre ~

Mais là n’était pas l’histoire la plus intéressante, non, celle qui me tirait hors de ce monde fut celle de Kaïla Kurayami. Ma tendre et chère partenaire de chambre aux bruitages des plus délicieux ~ Et que savais-je à son sujet ? Tant de choses que je ne savais par où commencer. Peut être par le début ? Mais cela ne serait guère amusant de vous décrire sa vie alors que je suis sûre, que vous la connaissez autant que moi. Parce que oui, cette gamine brutale faisait la une des scandales de Undai, entre ses coups bas dans les couloirs et ses combats n’ayant ni queue ni tête, ou encore le nombre incalculable de punitions et de remontrances qu’elle devait subir, un sujet bien plus sentimental chamboulait grandement ce qui faisait d’elle, ce qu’elle était.

Et pour ce, Yume Kuroi alias Black Rock Shooter était à ses côtés dans ces commérages. Une relation, oui, ces jeunes femmes entretenaient une relation dite « amoureuse ». Selon mes termes, je dirais plutôt « sexuelle ». Il ne fallait que voir comment du jour au lendemain Yume se pavanait telle une prostituée fraîchement dévergondée. Mini jupe, tailleur sexy, trentaine assurée et ce, pour plaire. Cela se voyait sur son visage. Et dire que je me suis intéressée ne serait-ce qu’un instant à cette traînée.

Ce matin, je me décidais de « me divertir » après avoir rassemblé multitudes d’informations pouvant m’être utiles contre ces … choses disgracieuses. D’une humeur joyeuse, je m’étais dirigée vers l’arène, cherchant activement un quelconque je ne sais quoi, pouvant me faire passer les heures interminables d’une journée. Matérialisant ma robe ainsi que le crâne de Mamina en traversant le mur invisible, je m’amusais à sautiller joyeusement dans ladite Arène, gardant un œil vigilant contre tous projectiles pouvant nuire à ma personne. Projectiles que je me forçais d'éviter avec grâce.

M’arrêtant à côté d’une croix, je regardais le drôle de spectacle se dessinant devant moi. A la place d’un combat des plus banals, je me retrouvais avec deux protagonistes en chaleur, se léchant presque les amygdales. Une expression comme une autre tournée au sens de Undai en tout cas ~ Je voulais donc dire par là que l’une essayait d’enfoncer adroitement le manche de son épée dans le … la de l’autre demoiselle alors que celle-ci essayant de s’extraire de cette chose dure et longue faisait... Qu’essayait-elle donc de faire en tirant sur les tétons de son adversaire ?!

Undai était fou, et j’étais sans doute la première pour m’en rendre compte. Soupirant radieusement à tout cela, je me retournais vers l’entrée, voyant une silhouette connue intimement par ma personne. Élargissant mon sourire, je m’avançais furtivement vers cette dite jeune fille. Passant par derrière, je plantais soigneusement mes ailes de cristaux dans son dos, l’immobilisant assez pour que mes mains passent sous sa robe de combat, venant titiller sa peau dite douce, parfois tendue ou encore humide ~ Usant de ma technique nouvellement finie de transformation corporelle, je changeais ma petite apparence en celle d’une femme plus mure, essayant vainement d’atteindre l’âge prononcé de notre chère gardienne.

- Je crus comprendre que Kaïla-Onee-Sama aime les femmes plus âgées ~

Laissant mon rire chatouiller sa nuque de mon souffle, je ne m’étais retenue de dire cela à voix haute, ce qui me fit voir plus d’un de nos compagnons se retourner afin de voir qui avait « osé » dire cela si impunément. Moi évidemment ~ Riant une fois de plus, laissant toujours mes mains caresser avec plus de touchers ses parties intimes, je poursuivis ma tirade, gardant ma voix angélique qu’elle devait connaître tant ;

- Aurais-je dû attendre de réussir à changer mon apparence pour la faire miauler de plaisir ? ~

Seigneur, ne suis-je pas parfaitement adorable ? Tellement que je me détachais de sa personne, défaisant tout contact aussi bien avec mes paumes qu’avec mes cristaux. Me reculant assez loin pour ne pas « risquer » de me prendre sa chère épée en pleine tête, je riais, une fois de plus. Moqueusement cette fois-ci ~

- Maaah Kaïla-Onee-Sama n’a pas l’air de trouver mes plaisanteries amusantes, je me demande ce qu’en pensent les autres ~

Et c’est donc, avec naturel que je me tournais vers l’un des importuns qui eut suivit notre conversation. Tirant celui-ci par la manche pour venir lui susurrer à l’oreille -sachant que ma tendre amie entendait- « Crois-tu aussi que Kaïla-Onee-Sama, aime les femmes d’un âge … plus adulte ? ~». Seigneur, accroupissez-vous devant moi pour me supplier de vous accorder mon humour !

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~   Sam 2 Mar - 20:09

Ce n'était pas bien, je le savais, mais pourtant, je ne pouvais rien faire pour améliorer la situation. J'étais coincée. Au sens propre du terme. Pourquoi donc je dramatisais de la sorte en cette belle journée ? Parce que cela arrivait, dans peu cela allait me tomber dessus et je ne saurais l'éviter, ni le fuir, ni même envisager de le contourner. Non, il faudra que j'y fasse face, chose qui ne m'enchantait guère. Comment ? Dites moi juste comment pourrais-je me concentrer sur des bouquins remplis de théorie avec toutes ces histoires qui planaient autour de moi ? Je ne le pouvais pas. Et c'est ainsi que je restais des heures et des heures enfermée dans ma chambre à regarder mon bureau de loin. Pas si loin, juste assez pour ne pouvoir me saisir d'un des nombreux livres et cahiers jonchant ma table autant que le sol. Les examens de Première étaient passés, j'y ai échappé belle avec une multitude de raisons pour n'avoir pas à subir cette torture, mais la seconde session approchait à grands pas et je ne pouvais -une fois de plus- faire comme si de rien était et fuir mon devoir de m'asseoir dans le plus grand stress devant une feuille ne demandant que des réponses justes. C'est pour cette raison que je déprimais, que je n'allais plus en cours -oui, c'est malin, je sais- et que je ne me divertissais plus. Je pourrais tout aussi bien aller pleurer chez Yume en lui démontrant à quel point ce monde était injuste, mais je n'étais pas du genre à me laisser abattre pour si peu.
Encore, si ce n'était que cela, la raison de mon mode ermite... Mais non, cela serait trop beau pour être vrai. Il y avait quelque chose de plus préoccupant qui me gardait au sommet de la discrétion depuis quelques temps. Les rumeurs. Je détestais les ragots, surtout ceux qui me concernaient. Et je devais avouer que ces derniers temps, il y en avait beaucoup trop à mon goût. Je ne peux en vouloir à personne, me direz-vous, vu que c'était mes actions le moteur de ces mauvaises langues abusant de leurs paroles. Si j'aurais su... non, je n'aurais rien changé, mais au moins, je serais restée moins... moins extravagante et grande gueule -comme diraient certains. Quoi qu'il en soit, je me retrouvais donc dans ma chambre, enfermée à me répéter combien il n’était pas bien de rester ici au lieu de se bouger un peu. D'ailleurs, je me le suis tellement inculqué dans la tête qu'après avoir pris mon état d'âme entre mes mains, je me décidais d'aller me dégourdir un peu les jambes. Mon dernier combat contre Yume datant déjà -et mon passage pointant son nez-, il serait bien que je m'entraîne d'avantage.

C'est dans cet esprit, la tête de déprimée totale que je me dirigeais irrévocablement vers l'Arène, faisant abstraction des étudiants chiants qui pouvaient m'interpeller. J'étais du genre à m'énerver rapidement quand quelqu'un m'emmerdait, et cela sans que je n'aie le contrôle dessus. C'est pour cette raison qu'à part des soupirs las et des regards noirs, je ne fis pas plus attention à ce qui m'entourait. Me retrouvant donc dans le sanctuaire de ma chère amie -amante ?- j'eus juste le temps de sentir mes vêtements se métamorphoser pour laisser place à ma robe de combat. Ce qui s'en suivit ? Je crois que je ne m'y suis pas attendue, mais genre pas du tout. Tellement pas que je m'exclamais presque quand je sentis mon corps lacéré de tous parts... Enfin, je devrais dire plutôt, troué comme une passoire. Encore, si c'était un imbécile ne vivant que pour Black Rock Shooter qui s'amusait à me faire payer son attirance pour ma personne... Mais non, ce serait trop beau pour être vrai. Moi, chançarde que j'étais, je suis tombée sur ma pire ennemie qui -je ne sais pourquoi- me cherchait des poux. Non non ! Je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite qu'il s'agissait de cette peste de Naoko. Il m'a tout de même fallut sentir des choses se planter dans mon corps me retournant les entrailles, ainsi qu'entendre sa détestable voix de gamine remplir l'espace de l'Arène attirant quelques curieux -effectivement, quand on s'attaque à ma personne avant que je n'eus le temps de rentrer en ce lieu pour justement, m'en prendre à une personne, c'était peu courant. Sentant déjà ma colère monter en moi en même temps que le sang arrivait dans ma bouche pour cause d'un poumon percé, je voulus m'extraire de ses mains de sangsue en vain. La garce m'eut bloqué avec ses bâtons plantés dans le dos.

- Je crus comprendre que Kaïla-Onee-Sama aime les femmes plus âgées ~ Aurais-je dû attendre de réussir à changer mon apparence pour la faire miauler de plaisir ? ~

Devais-je dire que cela ressemblait tristement à ma première interaction avec cette chose perverse et sans pudeur ? Oui, cela me faisait penser tellement à cette tâche dans ma vie, que je ne pouvais que vouloir fuir ce contact répugnant. Grinçant des dents, je pensais un instant à me téléporter afin d'avoir la liberté de me mouvoir, mais je crois que je suis restée un instant paralysée par l'ironie du sort. Et cette fois, non pas dans une chambre, mais l'Arène peuplée d'une multitude de curieux n'attendant qu'à voir la suite. Suite qui s'avéra être du tripotage intensif de la part de Naoko suivit d'insultes et sous-entendus fort désagréables. Mon sang se glaça en même temps que son corps se retrancha pour venir importuner quelqu'un d'autre.

- Maaah Kaïla-Onee-Sama n’a pas l’air de trouver mes plaisanteries amusantes, je me demande ce qu’en pensent les autres ~

Comment était-il juste possible qu'elle vive encore ? Je ne saurais le dire. Cela devait être dû à la surprise de me voir attaquer dans le dos ou encore le choc qu'elle puisse me toucher à nouveau de cette manière là devant tant de gens -tout court aussi d'ailleurs. Oui, c'en fut trop pour que je ne pète un câble. Non, je ne pouvais supporter de revoir cette scène aux circonstances similaires se présenter dans mes souvenirs. Naoko, j'ai essayé de l'oublier, il y eut tellement de fois qu'elle m'a affecté et détruit... Mais c'était fini, révolu au point même que je l'eus sauvée des griffes d'Aria il y a de cela un bon moment. Pourquoi ? Pour des raisons qui prendront vie aujourd'hui.

Me retournant tout en crachant le sang accumulé dans ma bouche, je ne pris pas plus de temps qu'il ne le fallait pour reconstruire mes membres, une grimace de dégoût sur le visage en vue du goût qui restait sur mon palais. Une Seconde qui osait s'en prendre à une Première... Courant. Mais une Seconde qui arrivait à attaquer une Première dans le dos... Inacceptable pour ma personne. Non, j'étais furieuse au point même de la décapiter ici là, maintenant. Et encore, si ce n'était qu'une Seconde débile cela passerait sous une torture quelconque, mais même cela ne m'était pas accordé aujourd'hui. Non, parce qu'il s'agissait de Naoko -qui accentuait ses dires par une apparence plus mature-, gamine qui refaisait ce qu'elle m'a fait il y a presque un an de là. J'allais la massacrer, surtout en vue des réactions de gens autour de nous. Elle me tournait au ridicule. Bon sang, je crois que...

- Oshima. Je vois que tu es toujours aussi stupide.

Oui, définitivement, elle allait me payer pour tout. Ni rire ni sourire ne se voyait sur mon visage, juste une expression disant bien que j'étais furieuse et que j'allais en faire qu'une bouchée. D'ailleurs, ma rage prit de telles proportions que la lune vira au rouge en même temps que mon œil s'enroba de sa flamme de feu, sans que je ne puisse stopper le processus. Je l' haïssais et elle, elle continuait à se moquer de moi. Je voulais sa mort et elle, elle continuait à me prendre pour quelqu'un d'inférieur qui n'oserait jamais s'attaquer à sa personne. Mais là... Là il y avait sa silhouette de sale garce et moi en mode guerrier impitoyable. Et personne, oh non, je n'allais laisser aucun de ces imbéciles intervenir. Ils n'auront pas le temps, Naoko mourra avant. Mourir ?

Matérialisant ma Silver Sword tout en m'avançant d'un ou deux mettre, je levais mon regard vers la lune rouge tandis que les étudiants quittaient l'Arène pour se mettre dans les gradins, tandis que d'autres allaient déjà prévenir les professeurs n'osant pas intervenir pour ne pas briser les règles strictes de ce lieu. Oui, il y avait des gens qui tenaient à cette pauvre chose sans loi ni foi. Je me demandais d'ailleurs, pourquoi... Peu importe, il devait en avoir autant qui la détestaient. Dont moi. Surtout moi. Je ne supporterais plus de me faire humilier que ce soit par elle ou quelqu'un d'autre, cette époque là était révolue. Grâce à Yume, et c'était aussi pour elle -de ma façon de remercier- que j'allais mettre un terme à mes entraves.

- J'en ai marre de t'entendre, j'en ai marre de te voir, j'en ai marre de ta personne, et je compte régler ce désagrément que tu représentes.

Fermant un instant les yeux, j'essayais de me calmer pour ne laisser échapper aucun indice sur mon état d'âme. Il ne manquerait que j'éclate, me brisant par la même occasion une nouvelle fois. Et ce toucher... Son toucher sur moi... Non, je n'allais pas tenir, et pourtant je le devais, pour ma fierté, pour ma réputation à nouveau gagnée après de nombreuses chutes. Non, je n'allais pas la laisser gâcher ma vie encore une fois, par caprice. J'allais remettre cette enfant à sa place... Enfant... Bonne blague, c'était un monstre. Serrant mon poing tandis que je soulevais ma Silver Sword pour la mettre sur mon épaule, je continuais mon avancée vers sa personne, d'un pas léger, détendue, ne quittant pas ma proie des yeux.

- Une dernière volonté ?

Une Seconde contre une Première ? Bonne blague. En tout cas cela risquerait d'être amusant, et même pas interdit ! Si elle fuit ? Je l'attrape. Si elle me défie ? Je ris et je la massacre. Un sourire psychopathe aux lèvres, je sentais déjà toute logique me quitter ne laissant place qu'à une bête monstrueuse qui attendait vengeance depuis longtemps, remuant toutes les noirceurs de mon cœur pour les libérer maintenant. Mais tout cela proprement... Comment ? J'allais repeindre l'Arène de son sang. Oui, j'allais m'amuser pour laver mon honneur. Je me demande qui oserait venir s'interposer... Personne. Non, personne. As-tu peur Oshima ? ~

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~   Dim 3 Mar - 20:47

Cela était hilarant, hilarant de voir sa personne se prendre pour je ne sais qui en s’adressant ainsi à ma personne hautement placée. Une roturière qui parlait à une Lady, voilà le spectacle qui se dessinait amèrement sous mes yeux. Mais il fallait tout de même que je m’avoue que ladite roturière était plus forte que moi, sa puissance était telle que je n’aurai nulle chance si je décidais de combattre. Mais en même temps, n’était-il pas temps d’arranger notre différent ? Non, je n’étais pas assez folle pour sauter dans la cage aux lions. Du moins, c’est ce que je crus. La laissant jacasser en matérialisant son épée gigantesque, je ne faisais que rester devant elle, sourire aux lèvres, toujours aussi moqueuse, je m’avançais vers sa personne d’un pas décidé avant de lui dire, de ma voix angéliquement délicieuse ;

- Kaïla-Onee-Sama ~ Ne soyez pas aussi imbue de vous-mêmes ~

Et bien même, si je devais la combattre qu’allais-je faire ? Matérialiser x et x armes pour les planter dans son mignon petit corps que je ne désirais que explorer une fois de plus ? Voyons ! J’étais une Lady, une Lady ne se battait pas … bien que la grande Dead Master le faisait, ce qui voulait dire que moi aussi je pouvais, oui, je le devais, pour … pour me divertir ? Dieu, était-il seulement possible que je me divertisse avec elle ? Dans un lit certainement, mais ailleurs, je ne pense pas. Elle n’était pas Mamina, elle n’était qu’un vulgaire jouet avec lequel je ne savais que baiser.

- Oserais-tu me dire que tu n’as pas apprécié la dernière fois ? Pourtant, ton corps ne réclamait que plus Onee-Sama ~

Et cela était vrai, tellement vrai qu’il fallait être bête pour le nier. Je me souvenais encore pleinement de son liquide se déversant sur mes doigts, ses lèvres capturées par les miennes et ses petits gémissements me faisant encore frémir de plaisir.

- « Han han ~ » Faisiez-vous durant notre partie de plaisir Onee-Sama ~

Imitant son bruitage tout en me dandinant, j’arrivais non loin de sa personne. Matérialisant une sorte d’arme quelconque dans ma paume, je me glissais à ses côtés, tapotant sa peau par-ci par-là tout en la fixant avec envie. Pouvions-nous coucher ensemble dans l’arène ? Devant tant de spectateurs, cela ne pouvait qu’être amusant, excitant non ? Ou aurais-je mieux à leur proposer ? Évidemment, je l’avais, là, non loin de moi. Matérialisant une sorte de projecteur ainsi qu’une toile, je glissais une cassette fraîchement matérialisée dans le lecteur. Laissant premièrement des images se dessiner suivies de bruits et … Maaah ~

- Regarde-toi, tu es magnifique Kaïla-Onee-Sama ~

Déposant celles-ci sur sa poitrine, je jouais avec ses tétons afin de les faire durcir, mon attente fut de courte durée étant donné que ceux-ci se dressèrent déjà fièrement attendant sans doute plus. Un nouveau sourire moqueur apparut et ma bouche vint dévorer ses bouts de chairs quémandant plaisir et attention. Léchant, mordillant, suçant avidement tout en laissant mes mains se balader sur son dessus, accordant ainsi du plaisir à chacun des bouts de sa poitrine. M’attelant à ma tache de plaisir, je remontais cependant mes lèvres à sa bouche pour lui montrer que ce n’était pas simplement « baiser bestialement » mais « coucher avec tendresse et délicatesse ».

- Votre corps trahit déjà votre regard, Onee-Sama.

Sentant une pointe de nervosité dans la femme sous mes gestes, j’eus un petit sourire en coin avant de remonter ma bouche à son oreille pour susurrer de ma voix angélique :

- Serait-ce votre première fois ? Moi qui m’attendais à ce que votre maîtresse vous aie déjà souillée, je m’en vois ravie d’être la première à goûter à ce corps si parfait …

Riant légèrement en laissant ma bouche dessiner des baisers sur ses épaules et ses bras, je levais un instant les yeux vers ma caméra pour donner un sourire à celle-ci. Je ne comptais pas publier ça en ligne, ma perversité avait des limites, mais en cas de besoin, je n’hésiterai pas un seul instant. Comment dire ? Un secret contre la vie ?


Voilà ce qu’il était montré lors de la projection, étais-je folle ? Non, il était le devoir d’une reine de partager ses plaisirs. Après tout, maintenant ou plus tard, qu’allait-ce changer ? Ils le sauront tous, aujourd’hui ou demain ~ Je ne faisais, qu’avancer ce jour ~

- Kaïla-Onee-Sama, « touchez-moi » ~

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~   Dim 3 Mar - 22:15

L'indécision de mon être était la pire des plaies qui pouvaient m'arriver en ce moment. Au lieu de mettre à exécution mes menaces si souvent proclamées, je n'en fis rien, laissant cette gamine de premier ordre se moquer de moi. Pourquoi ? Pourquoi étais-je si inactive dans une situation si mouvementée ? Parce que j'étais moi et depuis un certain temps, je réfléchissais avant d'agir. Après tout, si je la tuais qu'est-ce que cela me coûterait ? Des ennemis en plus. Autant que d'alliés. Je me demandais au fond de moi, combien de personnes sont tombées sous le contrôle de cette chose blonde, combien étaient victimes de ses vices. Certainement beaucoup, mais personne n'oserait lever la main sur Naoko pour le seul fait qu'elle était avantagée par son âge, sa prestance, son comportement. Mais... Est-ce que d'autres ont subis ce que je dus endurer de sa part ? Cela, je ne le pensais pas. J'étais en droit et en devoir de la faire taire à tout jamais. De clore sa bouche horrible et cesser ses infamies. Oui, le coté justicier de ma personne se réveillait tandis que je bouillais toujours autant à l'intérieur de moi, baissant mon épée la pointe vers le sol quand cette immonde garce s'amusait à me provoquer. D'ailleurs, elle s'y prenait bien, tellement bien que je me retenais de lui abattre mon poing sur sa tête de gnome. Non, définitivement, je ne me comprenais pas. Pas encore...

- Regarde-toi, tu es magnifique Kaïla-Onee-Sama ~

Me raidissant quand elle s'approcha de trop de ma personne, je me reculais d'elle tel un chat se hérissant à la vue d'un chien. Grinçant des dents en jetant un coup d’œil au public, je me voyais rougir sous les paroles abjectes de Naoko. Mais ce ne fut pas cela qui me paralysa complètement, non, ce fut ce que la gamine eut matérialisé pour me provoquer complètement. Au point même que je ne me demandais même plus ce qu'elle avait dans la tête, restant comme médusée devant une vidéo qui me représentait en ce fameux jour de honte. Je ne l'ai jamais vu auparavant, ce film. Et là, je restais pétrifiée sous les images qui défilaient sous mes yeux, ne prêtant plus attention à rien ni personne. En apparence, je savais que je donnais l'impression de rester stoïque, limite choquée des images pornographiques dont j'étais le personnage principal. Mais en moi, je calculais... Non, c'est un mauvais terme pour décrire ce qu'il se passait en moi. J'étais plus en train de paniquer plus qu'autre chose entre deux gémissements entendus et un « o » outré ou intrigué venant des gradins. Je n'avais même pas de mots pour dire à quel point je me sentais mal en cet instant... Et elle...

- Kaïla-Onee-Sama, « touchez-moi » ~

Elle brisa la dernière barrière qui me retenait de faire un massacre, qui retenait ma bestialité sous forme d'une colère contrôlée. Voyant rouge, tremblant sous mes muscles contractés, je réagis avant de penser à ce que je faisais, toute brutalité s'ouvrant devant moi comme une porte de secours. Détruire. Il fallait que je détruise... Naoko... Cette vidéo... et ceux qui l'ont vu. Bougeant enfin de mon état ahuri, je fis apparaître dans ma main une boule d'énergie que j'envoyais sur le projecteur, ne contrôlant même plus la puissance que j'y mettais, au point même de dégommer la moitié de l'Arène avec. Sentant mon sang pulser à l'intérieur de moi, je laissais couler ma rage dans mes veines la transformant en force. Ma vue était brouillée par tous ces sentiments néfastes et par l'incapacité à gérer ce qui se déroulait autour de moi. Je n'avais qu'un but, un seul but que je me devais d'amener au but.

- C'est... suffisant.

Oui, j'étais en droit de tuer, j'étais en droit de mettre fin à mon calvaire, à cette honte qui me colle depuis tant de temps. Je devais me libérer. Et c'est ce que je fis, au lieu de me cacher. Droite comme un « i », je fis volte-face et me retrouvais yeux dans les yeux avec mon adversaire. Non... Ma proie. Ma respiration s'accélérant, sa silhouette floue sous mon regard rubis et enflammé, je ne daignais même pas m'avancer vers sa personne, préférant rester là, immobile et bouillonnante, dents serrés pour ne pas me mettre à lui hurler dessus, pour ne pas m'humilier d'avantage. Insufflant de l'énergie dans ma Silver Sword, je baissais mon regard dessus avec un étrange sourire se peignant sur mes lèvres. Oui, nous allions nous libérer, et je serais l'auteur de cette quittance. Traînant mon épée au sol tandis que des éclairs sortaient de cette lame géante, je me décalais et marchais en direction de la sortie, sans plus prêter attention aux remarques balancées à gauche et à droite pour commenter le « film ». N’arrivant pas loin de la porte invisible, je me retournais et fis face à la tête blonde ainsi qu'à la trentaine d'étudiants s'y trouvant. Levant le regard vers la lune, je me sentis comme incitée par cette dernière pour commettre l'irréparable. Pour laisser libre court à ma rage. Piégés.

Déterminée, enragée, je baissais mon regard vers Naoko, mon visage se déformant sous la colère, je ne fis qu'un seul bond pour arriver à sa hauteur et... trancher net l'air devant moi de ma lame, avec un cri de rage. Voyant une forme ronde voler dans les airs, soufflant fort sous l'intensité de mon action, je retournais ma lame sur le coté assez rapidement et vivement pour la planter dans cette tête volante et l'amener au sol. Me retrouvant donc main sur le pommeau de ma Silver Sword, une tête coupée en deux de chaque coté de cette dernière, le regard vide, je sentis quelque chose de chaud dévaler mon visage. Un liquide qui eut pour cause de me rendre encore plus déchaînée. Frottant ma joue du dos de ma main pour chasser cette désagréable impression poisseuse, j'admirais mon œuvre avec dégoût avant que des bruits de gradins ne m'arrêtent dans mon obnubilation du moment. Sentant mon cœur se serrer sous la nausée, je n'en étais pas moins motivée à tuer quand je pus entendre des exclamations de colère ou encore des sifflements me parvenir aux oreilles. Et ce que je fis pour contrer cela ? J'ai poursuivis mon but.

- Wolf Déflagration. Tue les tous !

Même ma voix me sonnait creuse tandis que mes rubis se portèrent sous mes prochaines proies. Il ne m'a fallut pas plus de temps pour que mon loup métallique se jette sur les bancs occupés par quelques élèves. Me mettant en position d'attaque, je voulus voir plus, plus de sang, plus de souffrance. Ils devaient tous payer pour leurs stupidités, pour leurs vanités. Ne s'attendant pas à ce que je me retourne contre eux, mon arme de loup eut le temps d'attraper le visage d'un des spectateurs pour le déchiqueter entre ses canines avant qu’une autre personne ne vienne le couper en deux... Un sourire fou se dessina sur mon visage quand la bombe installée dans ma bête explosa, laissant place aux cris de surprise, de douleur ou encore de rage. La lune restant toujours rouge, je m'apprêtais déjà à faire face à ceux qui sortiraient du nuage de poussière. Je n'eus pas longtemps à attendre que je me vis entourée par des yeux qui ont eu l'occasion de me voir dans ce « film ».

- Vous allez tous crever !

Oui, aucune règle, aucune pitié, juste la mort. Oui, la mort. Me lançant à corps perdu contre mes adversaires avec un cri de rage, je me laissais entraîner par la frénésie du combat, essayant de découper tout ce qui se mettait sous ma lame, faisant abstraction de tout ce qui pouvait traverser mon corps en retour. La douleur n'était rien quand la soif de sang prenant le dessus. J'ai tué, je tuerai encore. Naoko...

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~   Mar 5 Mar - 2:05

Dieu. Saviez-vous que l’arène était le seul endroit que je ne contrôlais pas dans cette école ? Cet endroit sous la gouverne de ma tendre Yume m’était rarement accessible. Pourquoi ? Tout simplement par choix disons. Aussi étrange que cela pouvait l’être, je laissais ce lieu unique à ma tendre enfant, telle une salle de jeux dont les élèves n’étaient que des pantins ou décorations diverses pour sa personne. Mais il allait de soit que Yume-Chan ne voyait pas l’arène ainsi, non, mademoiselle je me lance dans la philosophie, décrivait l’arène comme sa maison, son sanctuaire, son lieu de vie et peut être même le seul ~ Les enfants de nos jours étaient étranges n’est-ce pas ?

L’arène donc, j’y rentrais assez rapidement, laissant ma robe de combat se matérialiser sur mon corps, mes cornes sur la tête et ma faux dans ma main que je fis pivoter avec aisance, je marchais d’un pas lent vers le centre. M’arrêtant cependant non loin de l’entrée en voyant que ladite cour était occupée, je penchais la tête sur le côté, étonnée de voir deux jeunes filles que je connaissais trop bien malgré moi. Mais encore, si ce n’était que ça, non, ce fut plutôt le projecteur géant se trouvant là qui me fit hausser un sourcil. Élargissant mon sourire en voyant les images projetées, je me remémorais ce visionnage que j’eus savouré il y a fort longtemps. Maaah, moi qui croyais que j’étais l’unique à posséder cette vidéo, Naoko-Chan m’aurait-elle trompée ? ~

Décidant qu’il serait plus sage de me poser dans les gradins pour savourer les images, je montais dans ceux-ci, bien à l’écart des autres élèves excités se trouvant dans ladite arène. Prenant mes aises dans un angle mort, je matérialisais une tasse de café que je portais à mes lèvres tout en regardant les images défilées devant moi. Un fin sourire moqueur, en entendant les gémissements répétitifs de Kaïla, je croisais les jambes, cherchant une position favorable pour la suite des événements. Mais il fallut que notre chère Kurayami-Chan vienne faire sa prude, et détruise donc le projecteur, m’empêchant de savourer « le film ». Maaah ~

Posant mes pupilles sur la victime du jour, je fus désolée en la voyant partir, moi qui croyais à un divertissement quelconque, voilà qu’elle abandonne aussi aisément son adversaire. Du moins, c’est ce que je crus jusqu’à ce que la suite ne vienne faire retentir un cri de surprise de ma part en voyant cette … ce … Maaah ~ C’était magnifique. Oui, ce que je voyais devant moi me ramenait quelque années plus tôt, où beaucoup d’enfants se battaient en laissant leurs haines s’exprimer pleinement. C’était un spectacle que peu avaient la chance de voir, une sorte de festival où seules deux personnes quelconques devenaient les maîtres de la scène, les seuls regardés, les seuls appréciés. En quelque sorte ~

Je ne saurais dire pourquoi je me trouvais dans l’arène, autant que dire depuis quand je regardais ce qui se déroulait sous mes pupilles verdâtres, assise à l’écart dans les gradins, un coude posé sur le genoux, je m’extasiais à admirer le fin tranché de ladite victime alors que sa chère tortionnaire gisait à présent sur le sol. Naoko Oshima, cette enfant trop jeune pour Undai, trop odieuse pour rester en vie, trop sûre d’elle ~ Kaïla Kurayami, cette … chose aimée par Yume-Chan, trop gâtée, trop aimée, risquant elle aussi de mourir pour sa fierté. Deux déchets gambadant gaiement dans ce sanctuaire en somme ~ Du moins, un seul à présent ~

Riant doucement en affichant une mine heureuse, je prêtais encore plus attention à ce qu’il se passa par la suite. La survivante matérialisa sa chose métallique qui vint déchiqueter le visage d’un pauvre homme alors que les autres, se battant à présent pour leurs vies attaquèrent la matérialisation de Kaïla. Boum ~ Avaient-ils prévus que son loup exploserait ? Moi non en tout cas ~ Matérialisant un bouclier pour ne pas me salir des débris quelconques pouvant s’éjecter sur moi, je me levais un temps soit peu. Défaisant le tout en jouant de ma faux pour faire disparaître la fumée m’entourant, je me demandais ce qu’allait faire le reste d’élèves entiers. Allaient-ils l’attaquer ? Bien sûr, sinon cela n’aurait été plaisant ~

Et c’est ce qu’il se passa, une vingtaine d’enfants de toutes classes se lancèrent à corps perdus vers Kaïla qui brandissait en vain son épée. Si ce n’était pas mignon tout ça ! On aurait dit un poisson clown entouré de merlans. Pauvre chose, allait-elle se faire manger ? Bien sûr ~ Reprenant place en continuant à siroter le liquide somptueux se trouvant dans ma tasse, je regardais, amusée d’un tel spectacle. Enfreindre les règles ? Yume-Chan n’était pas là, tant pis pour cette fois-ci ~ Ce n’est pas comme si une chose pareille se produisait tous les jours, je me devais d’en profiter, quitte à retenir l’arrivée de la gardienne de l’arène ~

Maaah, laissons mes divagations pour plus tard, et concentrons nous sur le combat ~ Cinq enfants matérialisèrent en même temps des projectiles qu’ils envoyèrent vers Kaïla, vêtus tous de leurs robes de combat, les fers s’inter-choquèrent dans des ondes peu appréciées pour ma fine ouïe. Du sang gicla un peu … quelques membres tombèrent, une tête ? Non, seule celle de Naoko se trouvait sur le bas-côté de la tuerie qui se déroulait sous mes yeux. Une lame traversa le ventre de Kaïla, Dieu que cela devait être douloureux ~

Et encore, si ce n’était que cela. La suite arriva bien vite, un groupe tenait la pauvre fille pendant que les autres la tapaient de toutes parts, cherchant presque à la tuer … Non, ils cherchaient à la tuer ~ Maaah, devrai-je réagir ? Non, laissons les encore jouer un peu et puis, Kaïla morte ne pourrait qu’être un point positif pour ma vie non ? Voyez-vous, ce n’est pas comme si je n’aimais pas cette enfant … En fait si, je ne l’aime pas. Mais la voir morte … Oui, cela serait amusant mais en même temps dérangeant ~ Dans un sens, Yume serait tellement déprimée qu’elle attenterait à sa vie et moi, moi je perdrais mon unique enfant. Triste n’est-ce pas ? Cela l’était et je dois vous avouer que je me sentirai effroyablement fatiguée à devoir reformer un parfait chef-d’œuvre. « Rien que pour cela » ? Non, évidemment une mère ne veut voir son enfant triste, bien qu’un jour ou l’autre, Kaïla mourra ~ Laissons à Yume encore un peu de ce bonheur éphémère ~
Un jour viendra, où je redeviendrai son unique.

Un fin cri, non, plutôt un hurlement torride et voilà que ma chère « belle-fille » se voit trouée de partout. Si je comptais bien, cela faisait la cinquième épée qui venait se loger dans son corps … encore une et ce sera la fin. Soupirant lourdement en voyant un jeune homme poser sa lame sur la gorge de Kaïla, je me relevais, déposant ma tasse sur le banc me servant de siège. La lame s’enfonçait, allait-il la décapiter ? Non, il ne le pouvait, parce qu’après tout, j’étais là ~

Une, deux, trois ~ Claquant des mains pour faire signaler ma présence, je descendis doucement des gradins, empruntant les quelques marches restantes, reformant les dégâts sous mes pieds pour rétablir l'ordre dérangé, je traversais la barrière des gradins pour arriver pieds joints sur l’échiquier de l’arène. Fin sourire aux lèvres, je pris la parole ;

- Maaah ~ Savez-vous que tuer Kaïla-Chan me mettrait dans une situation telle que je ne saurais la tolérer ?

Attendais-je une réponse ? Bien sûr que non ~ Matérialisant ma faux, je passais derrière mes nouvelles proies pour venir les immobiliser, dépouillant trois personnes de leurs membres en les laissant agoniser dans une souffrance telle que je n’oserai moi-même y goûter, je m’occupais du reste avec une aisance déconcertante. Laissant une seule personne debout et semblant être entière, je lui adressais un sourire large avant de venir lui susurrer à l’oreille « Kaïla-Chan sera ma victime et celle de personne d’autre ~ ». Gloussant légèrement, je lui plantais le bois de mon arme dans la gorge, formant ainsi un joli troutrou ~ Mignon, je pouvais voir Kaïla à travers lui. Huhu ~

- Quel désordre, encore heureux que Yume-Chan n’est pas là pour voir cela ~

M’avançant vers la tête de Naoko, j’attrapais celle-ci entre mes mains avant de poser mon front sur celui de la morte. Un fin soupir traversa mes lèvres alors que je la balançais un peu plus loin, trouvant celle-ci désormais inutile. Plus rien, elle était vide, plus d’âme à dévorer, quelle tristesse. Laissant le corps de l’enfant se dématérialiser en même temps qu’une croix se formait à l’endroit où sa tête se trouvait, je me détournais de cela pour venir porter toute mon attention à Kaïla, qui -à présent « sauvée »- se voyait dans une meilleure posture en quelque sorte ~

M’agenouillant à ses côtés alors que toutes armes avaient disparues de son petit corps, je posais ma main sur sa tête pour venir la soulever délicatement et y déposer mes lèvres, lui accordant donc ainsi assez d’énergie pour qu’elle referme ses blessures. Me reculant légèrement, ne laissant plus mon souffle glacial se poser sur ses lèvres, je lui adressais un fin sourire avant de lui dire, de ma voix enjouée ;

- A présent Kaïla-Chan me doit quelque chose ~ Vois-tu, il aurait été fâcheux d’expliquer à Yume-Chan que je t’ai regardé te laisser te faire tuer ~

Attrapant sa personne dans mes bras, laissant mes vêtements se tacher de son sang -laissant mon « maniaquisme » de côté-, je me décidais à la conduire en dehors de cet endroit. Sachant bien qu’elle n’allait pas apprécier mon contact, j’immobilisais sa personne de mes bras, ne lui accordant nul mouvement possible. Une dernière chose à faire avant de quitter les lieux, nettoyer ce qu’il restait et c’est ce que je fis en matérialisant dans mon dos mes chers « amis » sortant de mes ailes tels des spectres, dévorant toutes humanités restantes pour venir se faire aspirer en moi. Laissant cela se produire alors que mon cristal brillait de milles feux, je sortis. Nos robes ainsi que ses blessures disparues, je ne fis qu’un pas à l’extérieur pour venir nous dématérialiser et donc, nous rematérialiser dans sa chambre sans plus de cérémonie. Atterrissant aisément sur son parquet, je la déposais dans son lit.

- Kaïla-Chan n’oserait me mentir en disant qu’elle ne connaît pas ce tour de passe-passe n’est-ce pas ? ~

Recouvrant sa personne d’un simple geste de la main, je me posais un instant devant elle avant de lui expliquer ce qu’il allait se passer à présent. Je ne comptais pas lui demander « pour la peine de l’avoir sauvé » d’enfin laisser ma chère Yume, cela serait inutile en vue du nombre déplorable d’échecs que j’eus ramassé par le passé. Matérialisant une sorte de contrat dans mes mains, je le déposais sur sa table de nuit avant de lui faire dos tout en lui disant avec réjouissance ;

- Je n’accepterai un refus, cela va de soi ~ Ce n’est qu’une manière quelconque pour mettre les choses en forme ma chère ~ Tu viendras demain matin dans mon bureau, je t’attendrai à huit heures Kaïla-Chan, tu sauras demain ce que j’attends de toi petit cœur ~

Lui faisant un signe de la main tout en lui accordant un sourire ainsi qu’un « Sur ce, je te souhaite une bonne soirée ~ », je m’éclipsais aussi vite que j’étais apparue. Maaah, demain sera un jour intéressant ~ Qu’allais-je bien pouvoir lui faire-faire ? Évidemment que j’avais déjà tout de prévu ~
Dieu, je suis magnifique.

END

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le dernier de ma grande personne, vénérez moi comme une entité à présent ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Personne ne veux de moi comme amie ? (Fiche de lien et de RP de Yuki.)
» personne devrait se considérer comme nul, car nous sommes tous arrivés premier à la course à l'ovule (bogum)
» On n’oublie pas le visage de la personne qui a représenté votre dernier espoir. (ambre)
» LA GRANDE EPIDEMIE - Dernier acte
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Arène-