AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Nous voila donc ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Nous voila donc ~   Dim 30 Déc - 21:39

Nous étions là ! Nous étions ici, à Undai Gakuen ! Nous étions heureux, n'est-ce-pas monsieur le chat ? Oui nous étions conquis. Nous allions retrouver nos petits amis et nos coquins professeurs ... Que dites-vous cher chapelier ? Nos collègues ? Mais oui, nous allions retrouver nos malins petits collègues ~

Je ne pouvais m'empêcher de taper bruyamment des mains en voyant l’enceinte du bâtiment s'allonger sous mes prunelles vertes et encore moins de sautiller d'excitation, abandonnant déjà ma valise sur le sol.

Allions-nous pouvoir prendre le thé avec la Grande Dame en noire ou devions-nous nous contenter de l'un de ses horribles petits larbins ? Oh ! Et si je retrouvais Sousei et Akiha ! Pouvais-je les clouer à un banc et les habiller d'une jolie camisole de force pour jouer à la dinette avec notre Lévrier de Mars, le Loir et le Chapelier ? Ne serait-ce pas formidable de pouvoir s'amuser éternellement avec ses grandes personnes ? Oh, oui : Nous devions les inviter ! C'est ce que nous ferons, dès que l'occasion se présentera.

Je saisissais ma valise et sautillait en direction du Hall, folle de joie, mon couteau de cuisine - auquel je faisais faire de petits moulinets maladroits - déjà à la main.

Combien de temps, n'avions-nous pas gambader aussi gaiement entre ces murs, Tweedledum, Tweedledee ? Trois mois déjà !? Que le temps passait vite ... O, vilain temps ! Quel vilain temps ! Nous devions le rattraper au plus vite amis coquins, O, plus vite ! Alors qu'allions nous bien pouvoir faire pour remédier à cette terrible perte ? Trancher ? Menacer ? Ou simplement chahuter ? Hum, jouons, amusons nous, fidèles jumeaux ~

Je bouscula violemment un élève qui passait par là et le plaqua au mur, ma lame pressée contre son cou fin et pâle. Il allait sans aucun doute souffrir, peut être mourir ... Pourquoi ? C'était comme ça.

Pauvre enfant, odieux enfant, terrible enfant ... Que fais-tu là, dis nous ? Es-tu l'un de nos amis ou l'un de nos ennemis ? Mais quelle misérable chose cela peut il bien être ? Ça a un nez, une bouche, des yeux, de la chair tremblante mais nous ne voyons pas ce que cela peut être ... Est-il interdit de le décapiter ? Il ne nous semble pas étudiant. Les étudiants ne tremblent pas ainsi, pas vrai, monsieur le chat ? Ils nous semblent beaucoup plus chétifs et implorants. Nous nous souvenons très bien des pleurs que nous leur arrachions rien que par notre simple regard. Où étaient-elles, ses larmes ? Il n'y en avait pas ~

Je plongeais ma lame brusquement dans son estomac, une main sur ses lèvres et mon index sur les miennes pour lui indiquer de se taire alors qu'il agonisait et que je revêtais son apparence.

De courts cheveux aussi noirs que les miens mais un beau teint bronzé et des yeux foncés fatigués et constamment surpris. C'était un bien beau coquin. Nous nous demandions si celui ci et bien monté ... L'est-il ? Montre moi ! Mais oui, cher Chapelier, alors faisons qu'en bas se trouve quelque chose d'assez consistant ~ Fais nous plaisir, O jolie carte de cœur : rends notre voix grésillante comme celle qui s'échappait de ses lèvres alors qu'il demandait incessamment "Pourquoi ? Pourquoi ?". Et toi, Chenille Bleue, devines donc qu'elles seront nos futures mimiques pendant que nous volons nos habits à l'animal.


Je revêtais rapidement les guenilles - désormais à ma taille - de la chose morte et dénudée puis - sans prendre le temps de cacher le corps - grimpait deux par deux les marches de l'escalier pour rejoindre le bureau de la Grande Dame en noire le plus rapidement possible, ma nouvelle apparence m’allant à ravir.

Dépêchons-nous, Lapin Blanc ! Il ne faudrait pas que nous soyons en retard, n'est-ce-pas ? La Reine de Cœur ne sera pas contente autrement, déjà que nous avons tuer une innocente créature ... O, dieu, nous l'avions tué ? Cette pauvre petite chose ... Et nous portons ses habits rayés ? Qu'avions-nous fait là !? Non, non, non ! Ne soyez pas déçu, cher Chapelier ! Ce qui était fait, était fait ... Que pouvions-nous faire maintenant ? Nier l'évidence et accourir à la belle Dame en noire ~


Ce n'est que devant la porte que je m'arrêta pour reprendre mon souffle et cogner lentement sur le bois de la grande porte qui me faisait désormais face, attendant sagement que l'on me dise de rentrer, en vain.

Il n'y a donc personne pour nous accueillir ? Où était-elle passée, cette, cette ... Mah, peut être dormait-elle ? Ouvrons la porte et voyons ce qu'il en est ! Non ? Pourquoi non, monsieur le chat ? Nous n'allons tout de même pas attendre que quelqu'un daigne se montrer, nous devons le faire ... Regardez comme le Lapin Blanc tape du pied ! Ne le laissons pas patienter plus de temps qu'il ne se doit. Très bien, j'ouvre ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Dim 30 Déc - 22:43

Alice … Alice-Chan ? Un pays qui est mien, un lieu que je ne connais pas pourtant. Un rêve parlant de cinq enfants, vivant le même rêve tuant. Une personne à part, peut être moi rêvant et me voilà plonger … Devant cette scène qui n’est pas mienne. Le rêve raconte, que les cinq enfants s’endormirent aux quatre coins du pays, loin des uns, loin des autres. Réunis dans un monde qui n’est leur, celui-ci deviendra l’unique vérité. La tristesse rongeant le paysage, le sang coulant sur la page, n’était-ce qu’une simple image ? Une larme coula, le premier enfant avait été choisi … il sera le cœur. Un deuxième perça, il sera le carreau, une troisième ? Il sera le pique … Le dernier ? Le trèfle et moi ? … Yume.

Dans un certain endroit, il y avait un petit rêve.
Qui l'avait rêvé, il ne le savait pas,
C'était un très petit rêve
Le petit rêve pensait :
Je ne veux pas disparaître comme ça,
Que pourrais-je faire pour que les gens rêvent de moi à nouveau ?
Le petit rêve, réfléchit, réfléchit,
Et finalement pensa :
Je vais attraper les humains à l'intérieur de moi-même,
Et ils créeront un monde pour moi ~

C’était ridicule. J’avais peur, ce monde n’était pas le mien mais j’étais le sien, quelqu’un savait m’aider ? Qui étais-je ? Étais-je Alice ? Non, moi je suis Yume. Je suis le rêve … serait-ce donc moi qui suis si triste ? Ayame … Kaïla … Akiha ? Sousei … Alice-Chan ? Je vous déteste.

La Première Alice était vaillante,
L'épée à la main elle arriva au Pays des Merveilles.
Elle trancha maintes choses,
Laissant un chemin vermeil.
Cette Alice-là, au fond des bois,
Comme une criminelle, elle fut emprisonnée.
Malgré le chemin qu'elle avait tracé dans la forêt,
Personne ne la croisa plus jamais.

Elle était le carreau. Alice était celle-ci, mais Alice n’était pas Alice. Alice était Kaïla, Kaïla tranchait, Kaïla tuait et mourrait. Non, je ne veux pas, je veux qu’elle reste avec moi, je ne veux pas qu’elle parte, je veux qu’elle revienne. Je veux l’aimer … Je veux moi-même la tuer. Mais je n’ai pas le temps … je n’ai pas eu ce temps, Kaïla a été tuée par Sousei.

La Deuxième Alice était douce et gentille,
Elle arriva au Pays Merveilleux en fredonnant.
Elle entendit de nombreux sons,
Et créa un monde de folie.
Cette Alice-là était comme une rose,
Qu'un homme fou a tué,
Une simple rose pourpre poussa,
Aimée et adulée par tous, Elle fini par se faner.

Elle était la Alice, le trèfle … Non, Alice ne peut pas être gentille et douce, Alice qui est Sousei n’était pas gentille ni douce. Mais elle l’était avec la reine, celle qu’elle aimait comme modèle … Sousei aimait Alice, Alice qui n’était pas elle, Sousei aimait-elle vraiment la reine ? Pourquoi, pourquoi Sousei aimerait-elle la reine si Sousei n’aime personne ? Parce que la reine n’est pas normale, Sousei devint folle … Sousei se fit tuer par la folie … Sousei fût aimée un jour, elle fût idolâtrée ? Parce que tous avaient peur d’elle. Alice … Sousei fut tué par Ayame.

La Troisième Alice était une jeune fille,
Aussi belle qu'un ange, elle arriva au Pays des Merveilles.
Elle séduisit beaucoup de gens,
Et créa un pays étrange.
Cette Alice-là était la Reine du Pays,
Elle fut possédée par un rêve détraqué.
Pour le restant de sa vie, avec un corps défaillant,
Elle régna à la tête du pays...

Elle était le pique. Celle-ci était Alice, mais Alice n’était pas Alice. Alice était Ayame. Aimée de tous, elle créa son monde, Undai naquit sous les corps de ses cobayes. Ayame était un monstre, Ayame était Alice … Mais Alice n’était pas Ayame. Ayame va-t-elle être tuée ? Qui va la tuer … ? Un fou, une folle, Yume … Yume tuerait Ayame ? Non, Ayame ne meurt pas, Ayame est la reine, la reine ne meurt pas, sinon le rêve prend fin. Mais … Qui était Akiha?

Suivant le chemin rouge deux enfants,
Prirent le thé sous l'arbre aux roses.
A l'intérieur de l'invitation au château qui arriva,
Il y avait l'As de cœur.

Deux enfants, ils ne devaient pas être là, ce monde n’était pas fait pour eux … qui étaient-ils ? Je ne les connaissais pas, je ne comprenais pas. Akiha, Ayame, Kaïla … Où se trouvait Sousei ? Ces enfants n’étaient pas Alice, Alice était Sousei … Mais Sousei n’était pas Alice.

La Quatrième Alice était deux jumeaux.
Emportés par leur curiosité dans le Pays Merveilleux,
Ils empruntèrent maintes portes,
Et arrivèrent au château en peu de temps.
La grande sœur entêtée,
Et son gentil petit frère.
Ils s'approchèrent de la Première Alice mais ...
Jamais ils ne se réveillèrent du rêve
Et se perdirent à tout jamais au Pays des Merveilles.

Elle était le coeur, Alice qui n’était pas Alice mais qui était Akiha. Elle joua dans ce monde qu’elle crut être sien, elle se caressa à la reine du monde mais elle mourra, elle était gentille et douce … Non, elle était deux, Akiha et Akiha, Alice et Alice. Gentille mais méchante, douce mais dure … Bonne et mauvaise. Akiha qui est Alice mourra pour avoir trompé la reine ? Non, Akiha mourra parce que son amour pour le frère de la reine la tua … Ayame la tua.

Le monde est fou, le monde est dur … mes rêves étaient incompréhensibles et ce fût dans un hoquet de surprise que je me réveillais après ce cauchemar dont je n’étais que spectatrice. Humide … mes joues étaient humides, j’avais pleuré, j’avais eu peur ? Non, j’étais le rêve, le rêve ne peut avoir peur de lui. Si ? Je ne sais pas, je ne comprends pas. Ma tête me fait mal, rien, rien ni personne n’est là pour m’aider !

Me levant en sursaut, je me redressais sur l’un des sofas du bureau d’Ayame que j’avais utilisé comme lit. Depuis ma dernière rencontre avec Kaïla, il m’était impossible de retourner dans ma chambre, il m’était impossible de sentir le parfum de mon ancienne élève dans la pièce … Pitoyable. Secouant la tête en posant les pieds au sol, je laissais la couverture tomber sur le sol alors que d’un claquement de doigts, les rideaux s’ouvrirent, éblouissant mes yeux de la lumière extérieure. Grogner … Non, jurer je fis. Debout et au milieu d’une pièce qui ne devait pas être mienne, je m’étendis, sachant pertinemment que personne ne viendrait maintenant, que personne … Ne venait tout simplement ici. M’approchant de la fenêtre pour l’ouvrir, je passais ma tête par celle-ci alors que la porte retenti … Non, je rêvais, personne ne frappait ici, personne ne rentrait ici. Encore chamboulée par les songes de mon sommeil, je baillais sans délicatesse pour reprendre une place assise, mais cette fois-ci sur le siège de la directrice, dos tourné à la porte. Un nouveau claquement de doigts, un canette en main, le liquide traversant ma gorge.

- Yume … un rêve, n’est-ce pas ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mar 1 Jan - 20:03

- Yume … un rêve, n’est-ce pas ?

J'ouvrais lentement la porte et passais la tête dans l'entrebâillement, ne laissant apparaître que mon visage désormais masculin et jeune ainsi que le haut de mon court torse.

Mah, qui peut bien être cette femme, monsieur le Chat ? Deady Sama aurait-elle à ce point changée pendant notre absence ? Comment ? Ce n'est pas elle ? Êtes vous sûr, monsieur le Chat ?
Mah, très bien ! Dans ce cas, disons que ce sera notre nouveau jouet ~ Invitons la pour le thé ou ... Ouvrons lui le crâne pour voir son monde de folie à elle ! Non ? D'accord, saluons la simplement alors et puis ensuite nous l'inviterons à jouer à cache cache ~


J'entrais dans le bureau de la Grande Dame en noire, jugeant qu'une présence de plus ou de moins ne changerait pas à l'intrusion et me courbait poliment une fois arrivée devant le pupitre en tressautant à chacun de mes mots :

-Mais quelle est cette ravissante jeune femme ? Nous nous le demandons ... Oui, nous nous le demandons !

Surexcitée, je sautais et m'agenouillais sur le bureau devant la jeune femme avant d'approcher mon visage du sien tout en me métamorphosant en la Grande Dame en noire que j'avais espéré voir à sa place.

Tweedledee, Tweedledum, auriez-vous pu imaginer l'élégante dame dans un tel apparat ? Oui, nous savons, cher Chapelier, nous sommes bien serrés dans ces courts habits ... Optons nous pour notre belle robe bleue et notre joli nœud blanc et bouffant ? Oui ? Bien allons-y, changeons nous ~
Voilà qui est beaucoup mieux, n'est-ce-pas ? Et maintenant, si nous tourmentions un peu notre nouvelle amie qui se trouve là ou elle ne devrait pas être ? Bien sûr, que ce sera amusant ! Il n'y a rien de plus divertissant que de s'amuser avec ses nouveaux amis ~


Un sourire amusé aux lèvres, je m'avançais sur la table à quatre pattes avant de balancer mes jambes en avant et de les laisser tomber de chaque côté des cuisses de mon interlocutrice.

-Que faites-vous ici, mademoiselle ? Dans notre bureau, ainsi assis alors que nous ne voulions pas de vous ? Souhaitez vous vous faire pardonner, amie coquine ?

Je ricanais bruyamment et m'approchais encore de cette vieille enfant, tressautant horriblement d'excitation à l'idée de posséder un nouveau jouet fort joli et un nouveau corps à imiter.

Elle allait dire oui ! Il fallait qu'elle dise oui ! Nous étions tous d'accord ... Certes pas pour les mêmes raisons mais nous l'étions ! Tweedeldee et Tweedeldum se battait déjà pour savoir qui des deux l'épouserait. Cher Chapelier, le Lévrier de Mars et notre Loir souhaitaient l'inviter pour le thé. Les cartes voulaient jouer aux dames avec elle alors que leur Reine criait qu'on lui coupe la tête. Et moi ... Moi, Alice Liddell, qu'est-ce-que je voulais ? Mah, l'enfermer quelque part en moi, là où jamais personne ne la retrouvera jamais ~

Je posais une main sur sa joue et la pinçait fortement pour mieux la tirer sur le côté, me demandant jusqu'où celle ci pouvait s'allonger puisque même l'élasticité était un paramètre de réussite dans la métamorphose et que je souhaitais imiter avec une perfection inouïe.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mar 1 Jan - 22:13

Une personne, une personne venait de rentrer dans cette pièce. Ayame ? Non, ce n’était pas son odeur, sa puissance … loin de là d’ailleurs. Me retournant sous les premiers sons de pas du nouvel arrivant, je levais un sourcil d’étonnement en voyant un jeune homme avancer dans cet antre devant être terrifiant pour quiconque. Le siège se tournant, moi les bras croisés et les jambes faisant de même, je surplombais du regard celui qui me fit face, me demandant qui il était. Son visage ne m’était pas familier, non … Aucuns traits ne pouvaient me rappeler sa personne, que faisait-il ici ? Un élève ? Non. Un professeur, je ne me souvenais pas de ce profil … un intrus ? Avec assez de culot pour venir dans la gueule du loup si aisément ? Foutaises. Qui était-ce ?

Je ne le savais pas et cela me frustrait au plus haut point, j’avais une mémoire visuelle, reconnaître les visages était un jeu d’enfant pour moi et là, pour une fois je me retrouvais dépourvue de cette capacité devant cet inconnu ne devant se trouver ici. Si c’était un ennemi, il devait mourir. Oui, exterminer avant que … l’odeur. Et c’est à ce moment là que je compris qui était cette vilaine personne me faisant face, Dieu. Pourquoi ?

-Mais quelle est cette ravissante jeune femme ? Nous nous le demandons ... Oui, nous nous le demandons !

Une charmante tafiole qui sautille partout en ricanant comme la plus grande des ladies dans le corps d’un homme ? Faux. Non, ce n’était pas un gay qui se prenait pour je ne sais qui en se prélassant dans cet endroit, sautillant comme si le monde des licornes roses existait … Dieu. Horreur, je me retrouvais devant la pire des choses que j’aurais pu rencontrer à Undai et c’est quand elle prit l’apparence de Dead Master que ma pensée se concrétisa. Dieu. Pourquoi, pourquoi cette chose immonde était là ? Revenue … revenue pour être un professeur ? Ne vous foutez pas de moi ! Jamais. Je n’ai jamais vu sa candidature dans mes paperasses … alors, pourquoi ? Pourquoi sa présence ici ?! J’avais réussi à l’éviter pendant sa scolarité ici, j’avais fait exprès de ne jamais croiser son chemin de peur que sa folie ne m’infecte. Ayame, Ayame m’avait parlé d’elle … Un pouvoir étrange. Métamorphose ? Travesti oui ! Schizophrène ? Akiha deux ?! Foutaises.

Et ma surprise ne s’arrêta pas quand je la vis sur le bureau de la directrice, ses jambes encerclant ma taille et me faire face. Ses traits étaient identiques à Ayame, si je ne connaissais pas par cœur celle qui était ma maîtresse, peut être me serais-je laissée berner … Oui, sans nul doute. Son pouvoir était grand, autant qu’il pouvait être néfaste à ma personne, éliminer. La tuer avant qu’elle ne me tue ? Que comptait-elle faire d’ailleurs, pourquoi revenir ? Étendre son monde de je ne sais quoi sur Undai ? Jamais. Qu’on l’enferme.

-Que faites-vous ici, mademoiselle ? Dans notre bureau, ainsi assis alors que nous ne voulions pas de vous ? Souhaitez vous vous faire pardonner, amie coquine ?

Devais-je en rire ou en pleurer ? Ne me connaissait-elle pas ? Non, elle n’avait pas l’air du moins et tant mieux d’ailleurs. Mais quel culot tout de même … me demander à MOI ce que je faisais ici alors qu’elle, bien qu’elle était vêtue de l’apparence d’Ayame, elle ne se gênait pas pour frotter son postérieur sur son bureau. Et encore, si ce n’était que ça, si ce n’était que prendre place là … Non, il fallait qu’elle me touche aussi, qu’elle m’agrippe la joue pour l’étendre. Que croyait-elle ? Que j’étais le fruit de son imagination tordue ? Sans doute, qu’importe, partir. Il fallait que je parte. Et c’est donc sans plus grande délicatesse que je la fis me lâcher en poussant sa paume d’un revers de la main. Les sourcils froncés, j’usais de mes pieds pour faire reculer le siège, plus loin je serai d’elle, mieux je serai.

- Foutaises. C’est toi qui n’a pas ta place ici, pars.

Me levant en matérialisant mon épée dans ma main, je la pointais sur sa personne sans plus de ménagement. Moi partir ? Me faire pardonner, et je ne sais quoi d’autre ? Ironie du sort oui ! C’était insensé, pourquoi je devais me retrouver avec elle ?! Qu’avais-je fait ? Se rappeler. Il fallait que je me rappelle de ce qu’Ayame m’avait dit sur elle, il fallait … elle était dangereuse … une folle de plus ? Oui, les gens fous sont les pires, c’est les seuls à qui il est impossible de prévoir leurs faits et gestes … une folle. Alice … Alice comment d’ailleurs ? Liddell. Évidement … quoi d’autre ? Sa personnalité ? Non, je ne savais plus … Son pouvoir ? Prendre l’apparence des autres, mais il y avait autre chose … Je ne savais plus, non … C’était important mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus, qu’était-ce encore.

- Tu ne comprends pas quand on te parle ? Ne vois-tu pas que tu m’as dérangé. Va-t’en.

Devrais-je être plus délicate alors que je risque ma peau en sa présence ? Non. Autant puissante qu’elle pouvait être, je l’étais plus. Oui … je l’espérais du moins. Fronçant encore plus les sourcils alors que je surplombais sa personne de mon regard, je fis un pas en avant en la fixant ainsi. Un ange passa. Combien ? Un ou deux, peut être plus pour combler les cinq minutes de silence qui se placèrent entre nous … Pourquoi ne réagissait-elle pas ? Trop occupée à prendre le thé dans sa tête ? Foutaises. Et c’est sous cette conclusion qu’un long soupir traversa mes lèvres en même temps que mon arme se dématérialisa, qu’avais-je donc à faire ? Rester des heures plantée devant elle en espérant qu’elle réagisse ? Non. Partir. C’était bien plus sage … Oui, très sage.

Et c’est donc ce que je fis, reprenant mon uniforme comme habit en délaissant ma robe, je fis claquer mes semelles sur le sol en direction de la porte. Main sur la poignée, je lançais un regard au dessus de mon épaule avant que mon expression se déforme en de traits las. Alice donc … Hum. Voilà ma conclusion, j’avais eu beau « paranoter » avant, elle n’avait pas l’air plus … étrange que les autres finalement. Et puis je n’avais pas à la faire déguerpir d’ici non plus, si le bureau d’Ayame devenait un souk, qu’elle aille se plaindre à cette limace qui se prélassait encore dans son lieu de travail. Une chose … puis-je prier pour qu’elle ne me suive pas ? Étrangement, j’avais le pressentiment que je n’allais pas m’en tirer ainsi …

- Sérieusement quoi.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mar 1 Jan - 23:51

- Foutaises. C’est toi qui n’a pas ta place ici, pars.

Mah, notre nouvelle amie n'a pas l'air de beaucoup nous apprécier ... Oh ! Une lame ! Oh oui, nous aimions les lames et encore plus quand celles ci se plantaient dans la chair et le sang ! Ou allait-elle la faire glisser ? Où ? Mais où donc allait se plonger cette grande épée toute dure qu'elle pointait ainsi vers nous ? Dans notre tête ? Mais pourquoi ... Pourquoi, monsieur le chat ? Qu'avons-nous fait ? Oh non, monsieur le chat, non ...
Nous n'avons guère le temps de mourir et voilà que notre petite coquine nous révèle ses vilains petits secrets ~


- Tu ne comprends pas quand on te parle ? Ne vois-tu pas que tu m’as dérangé. Va-t’en.

Quelle vilaine femme nous avons là, cher Chapelier. Qu'allons-nous bien pouvoir faire d'elle ? Il n'est pas question que nous partions sans avoir pu jouer avec cette petite hystérique ! Hihi ... Nous n'avons même pas pu voir notre chère Dame en noire que nous avons tant d'attendu ! Aurait-elle eu peur de nous ? Mah, pourquoi aurait eut elle peur de nous ? Nous ne comptions lui faire aucun mal ... Tout juste voir dans son petit cerveau ce qu'elle nous cachait pour ... Non, Lièvre de Mars, nous n'allons pas le faire toute suite. Cela serait dangereux ... Attendons qu'elle soit endormie pour lui couper les cheveux ! Quelle bonne idée, quelle bonne idée ~


- Sérieusement quoi.

Mah, notre invitée commence à perdre patience, n'est-ce-pas ? Il serait peut être temps de lui coudre la bouche pour son insolence et la livrer à notre Reine de Cœur ... Pouvons-nous la taquiner un peu avant ? Penses-tu qu'elle sera en colère si nous sommes en retard, monsieur le Lapin Blanc ? Oui ? Mah, quel peureux tu fais ... Nous pouvons tout de même bousculer un peu cette ravissante demoiselle. Nous pensions, tu sais ? Nous enfoncer au plus profond de ses entrailles. Juste graver quelque part, par là, quelque chose de nous et le laisser pourrir jusque dans son petit crâne ~ Pouvons nous ? Très bien.

Je me mis à sangloter bruyamment, délaissant peu à peu mes traits élégants pour celui de ma pauvre interlocutrice que j'espérais déchirer de l'intérieur puis m'approchais d'elle, une main cachant à demi mon visage.

-Mademoiselle ... Ma-Mademoiselle a été si méchante avec nous ... Si méchante ! Pourquoi ? Pourquoi !?

Je l'attrapais par le cou et la plaquait contre la porte en bois qu'elle commençait tout juste à ouvrir, resserrant violemment ma main sur ce pauvre petit être qui me vint à l'idée de mépriser pour sa simple arrogance.

-Ding dong, ding dong ... Qu'allons nous faire de ce petit coquin, très chère Reine ? Lui tailler le bout des doigts avec une coupante râpe ? Lui arracher les dents une à une ou faire plein de jolis trous sur tout son magnifique corps blême ... Oh, non ! J'ai beaucoup mieux ! Jouons, jouons et si mademoiselle perd, nous lui couperons les orteils !

Je la jetais brutalement au centre de la pièce et matérialisais l'arme qui était apparu un peu plus tôt dans ses mains juste comme ça, pour m'amuser - voir ce qu'elle pouvait bien nous cacher - avant de m'en servir sur mon propre bras que je ré-matérialisa après un gémissement de douleur.

-Bien tranchante. Attends ... Nous sommes nous trancher le bras ? Oh, mon dieu, cher Chapelier ! Nous l'avons fait ... Non, c'est son bras à elle que nous avons coupé ~

Mon rire fou s'éleva rapidement alors que je tremblais encore sous le coup de la douleur, mon bras tout juste reconstruit replié vers moi puis - faisant disparaître l'arme - je matérialisais dans ce bureau un petit endroit qui m'était cher : Notre salon de thé privé, O, combien verdoyant !

-Très bien, très bien. Prenons le thé, maintenant ~

Les derniers arbustes et fleurs finissaient de pousser alors que j'invitais d'un geste de la main notre invitée à prendre place avec moi à notre petite table de jardin, coquette à souhait, et matérialisait Cher Chapelier, notre Loir et le Lévrier de Mars, trois charmantes peluches à leur effigie que j'installai à nos côtés.

-Asseyez-vous je vous en prie, nous jouerons plus tard ~

Mon regard anticipa le sien et se posa automatiquement sur la porte qu'une branche de ronce épaisse avait verrouillée en s'y enroulant goulûment.

-Mah, nous vous en prions ne fuyez pas comme a pu le faire Seiki San ... C'est ses jolis poignets qui ont du en pâtir. Mais comprenez nous, nous avons été obligé ... Enfin ... Vous voyez ... Quoiqu'il en soit, accordez nous un peu de votre compagnie ~

Spoiler:
 

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mer 2 Jan - 21:08

Délirant. Oui, c’était le mot pour expliquer la situation que j’étais en train de vivre. Devant moi, une folle. Mais encore, si ce n’était qu’une folle parmi tant d’autres, je me serais barrée, point barre mais là ? Là cette folle me prenait au dépourvu, me laissait perplexe et bousillait tous mes sens par je ne sais quel moyen et c’est avec autant de folie que j’écarquillais les yeux quand ses pleurs retentirent à mon ouïe pour que finalement, sa main vienne s’accrocher à mon cou. Mourir ? Ne soyez pas si bêtes ! Jamais, jamais je ne mourrai d’une main aussi faible … mais souffrir, oui, je risquais. Tellement … trop.

Quand elle matérialisa une sorte de couteau de boucher, je fis un pas en arrière -que je ne sus faire puisqu’elle restait là à m’agripper la gorge-, me demandant déjà où sa lame allait se planter dans mon corps. Nulle part ? Peut être que si, peut être que non. Peur … Non. Angoissée ? Quand même un peu. 

-Ding dong, ding dong ... Qu'allons nous faire de ce petit coquin, très chère Reine ? Lui tailler le bout des doigts avec une coupante râpe ? Lui arracher les dents une à une ou faire plein de jolis trous sur tout son magnifique corps blême ... Oh, non ! J'ai beaucoup mieux ! Jouons, jouons et si mademoiselle perd, nous lui couperons les orteils !

Me disait-elle de sa voix morbide. Folle, non, elle devait plaisanter … la folie ne pouvait être si profonde dans l’esprit des gens ! Foutaises. Et bien que ce soit délirant à en perdre la tête, conneries sur conneries mon esprit ne se voilait pas la face. Sa folie avait dépassé le stade critique. Être enfermée ? Cela n’était pas assez pour elle, loin de là, seul la mort serait bénéfique à sa personne comme remède … et à la mienne aussi d’ailleurs. Plus vite elle sera loin, morte et que son corps ne sera plus sur terre, plus vite j’irai bien, plus vite … je serai en sécurité. Oui, mourir, il fallait la tuer. Qu’on la brûle.

-Bien tranchante. Attends ... Nous sommes nous trancher le bras ? Oh, mon dieu, cher Chapelier ! Nous l'avons fait ... Non, c'est son bras à elle que nous avons coupé ~

Et c’est sous mon regard incrédule que je la vis se trancher le bras … comme ça. Oui, oui, comme ça. Pouf, plus de bras. Folie ?! Non, si. Ok, n’importe quel crétin à Undai pouvait le faire pour montrer sa puissance face à la souffrance, mais venant d’elle … Non, ca paraissait tellement normal qu’elle le fasse que sur le coup je ne savais pas comment réagir. En temps normal ? J’aurais haussé les épaules, ne montrer nulle expression et faire fi de tout commentaire. Dieu, où et avec qui étais-je tombée ?!

Et encore, si cela s’arrêtait à ça. Mais non, fallait que madame change le décor de cette pièce, qu’elle bousille le magnifique bureau d’Ayame pour en faire … une salle de thé en mode grand air dans un tronc d’arbre. Mais oui ! Qu’elle repeigne les murs si elle veut, mais Dieu, qu’elle me laisse sortir et qu’elle n’obstrue pas la sortie en mode hippie « Love Nature ». Ayame … Ayame, sauve moi !

-Mah, nous vous en prions ne fuyez pas comme a pu le faire Seiki San ... C'est ses jolis poignets qui ont du en pâtir. Mais comprenez nous, nous avons été obligé ... Enfin ... Vous voyez ... Quoiqu'il en soit, accordez nous un peu de votre compagnie ~

Ne pas s’enfuir, rester et subir. Seiki ? Qui était-ce ? Ahah. Cette chose ressemblant à un pantin désarticulé dépourvu de main ? Il en avait pâtit … Elle lui avait tranché les mains ? Amusant … Non, cela ne l’était pas. Et quelle fut ma seule réaction ? Rester plantée devant elle, ne bougeant pas, n’exprimant plus rien à fixer une chaise en me demandant que faire. Partir et risquer de me faire poursuivre ? Ou rester et risquer la mort ? Partir. Mourir. Ayame. Oui, c’est sans doute l’une des premières fois que je priais pour qu’elle vienne, qu’elle me sorte de cette impasse et qu’elle me fasse partir ou même, qu’elle me protège de l’instabilité de la femme me faisant compagnie. Priais-je en vain ? Je ne savais pas, j’espérais … qu’elle vienne. Vraiment.

Je ne pouvais pas fuir, cela ne me seyait pas. Non, ce n’était pas moi si je partais comme ça en me volatilisant, ne laissant qu’une expression de peur envers cette dégénérée se trouvant dans cet endroit. Oui, je devais lui faire face, lui montrer que bien ébranlée au début, ce n’était pas elle qui allait me faire peur. Et que faire de mieux que de prendre place à côté de ses « amis », les mains posées sur la table attendant que mon thé me soit servi ?

- Que fais-tu à Undai, Alice-San ? Ay… Dead Master t’aurait-elle rappelée ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mer 9 Jan - 19:43

Oh, que nous étions heureux de voir notre invitée accepter aussi docilement de se joindre à nous. N'était-ce pas un miracle, monsieur le Chat, que celle ci s’assoie aussi rapidement à nos côtés ? Non, c'est vrai : On ne lui laissait guère le choix ~ Qu'allions-nous bien pouvoir lui servir aujourd'hui ? De quoi avez-vous envie, Lévrier de Mars ? Une tarte au citron ? Êtes-vous sûr ? Très bien mais pour le thé nous prendrons un arôme mentholé et du lait. Allons, allons, Cher chapelier et notre Loir, ne vous disputez pas ... Vos bras faibles et cotonneux de poupées ne pourront pas servir la jolie demoiselle. Laissez Alice s'en occuper ~

Je l'écoutais, un sourire tressautant aux lèvres et faisais apparaître une théière, cinq tasses de porcelaine ravissantes et autant de petites assiettes vides que je plaçais devant chaque hôte avant de les servir du liquide transparent que j'imaginais s'écouler du bec, plus rouge que le sang.

- Que fais-tu à Undai, Alice-San ? Ay… Dead Master t’aurait-elle rappelée ?

Me saisissant d'une petite cuillère qui se matérialisait au centre de la courte table, je plongeais rapidement le couvert dans une pâtisserie imaginaire avant de la porter à mes lèvres pour croquer du vent et me crisper comme si l'acidité de mes illusions m'atteignait réellement.

-Oh, oui. La Grande Dame en Noir a voulu de nous à ses côtés ... Pourquoi en aurait-il été autrement ? Nous avons ce pouvoir qu'elle nous a gentiment offert et qu'elle veut garder en son sein. Monsieur le Chat pense qu'il y a un mouchard ... Quelque chose par là, sous se crâne ... Tu sais : Quelque chose qui nous surveille et qui crépite parfois. Quelque chose qui lui permet de voir ce que l'on a là dessous, là dedans ~


Je portais ma tasse vide à mes lèvres et sirotais bruyamment l'air avant de resservir en "thé" cher Chapelier, notre Loir et Lièvre de Mars qui étaient si gourmands et agités rien que par l'idée de pouvoir s'amuser ou, à défaut, défigurer cette légère demoiselle qui nous accompagnait.

-Et toi tu en as un ? Tu l'entends murmurer parfois dans ta tête ? Oh, oh ! Toi aussi, il te demande parfois de couper la tête à lui ... Je veux dire à nous ... Enfin ... Oh ! Regardes ce joli papillon !


Je me levais et poursuivais longuement la chose volante qui avait attiré mon attention et agitait ses ailes plus rapidement pour m'échapper avant que je ne l’attrape et que je les lui arrache lentement, un ricanement étouffé s'échappant d'entre mes mâchoires solidement fermés.

-Quel dommage que les humains n'aient pas ce genre d'attribut ... Ne serait-il pas amusant de les voir s'agiter au sol après leur les avoir ôtées ? Les voir gémir et couiner à l'injustice alors que nous serions là à dépiauter ces minces filets de chair déchirés ? Mah, je suis sûre que la Dame en Noire aime ce genre de gaîté. Pas vous ?

Je me ré-assis à ma place et plantais cruellement mes ongles dans l'une de ses mains, approchant dangereusement mon visage du sien, un sourire gourmand aux lèvres, avant de la relâcher et de me reculer en explosant de rire.

Mah, cher Chapelier, nous avons là une bien charmante amie. N'est-il pas temps de jouer ? Dites-nous oui, monsieur le Chat et prévenez là reine qu'il est temps, enfin ! Sortons notre joli couteau et dérobons à cette gazelle frêle sa vie toute entière. Récupérons ses souvenirs et son essence. Intégrons la en nous et ressentons la pour qu'une nouvelle amie nous rejoigne là dans notre petite tête pleine et bien faite. Comment allons-nous l'appeler coquins amis ? Comment ? Il lui faut bien un nom ... Un nom qui la retiendra à tout jamais dans notre salon de thé privé. Un nom, un mélange de sa carcasse et de nous ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mer 23 Jan - 21:52

-Oh, oui. La Grande Dame en Noir a voulu de nous à ses côtés ... Pourquoi en aurait-il été autrement ? Nous avons ce pouvoir qu'elle nous a gentiment offert et qu'elle veut garder en son sein. Monsieur le Chat pense qu'il y a un mouchard ... Quelque chose par là, sous se crâne ... Tu sais : Quelque chose qui nous surveille et qui crépite parfois. Quelque chose qui lui permet de voir ce que l'on a là dessous, là dedans ~

Folle. Complètement. Et étrange que cela pouvait être, ce n’était plus fuir qui m’intéressait, non, c’était contempler cette personne démesurément atteinte pour savoir jusqu’où elle pouvait aller. Oui, jusqu’où son cerveau grillé allait pouvoir continuer ses dires avant que je ne lui arrache les yeux et l’égorge. J’en était sure, sure que la découper en morceau ne la tuerait pas, pour exterminer une vermine comme elle, il fallait soit lui trancher la tête ou encore lui arracher le cœur. Mais non, elle était forte, trop. Et donc suffisamment pour rematérialiser ce bout d’organe lui accordant la vie. Une vie, pouvait-on appeler ça une vie ? Être une centaine de personnes dans sa tête et aussi dérangée que … Non, on ne savait la comparer. Ayame avait engendré un monstre et le pire, c’est qu’elle la faisait revenir ici.

-Et toi tu en as un ? Tu l'entends murmurer parfois dans ta tête ? Oh, oh ! Toi aussi, il te demande parfois de couper la tête à lui ... Je veux dire à nous ... Enfin ... Oh ! Regarde ce joli papillon !

Folle. Mais ce fut quand même avec abasourdissement que je me voyais suivre aussi ce stupide insecte qui passait devant nous. Comment cette chose pouvait être aussi insouciante pour passer ainsi du coq à l’âne, comment cet enfant … monstre, pouvait être ainsi ? J’avais beau avoir lu son dossier, tout n’était pas dit dedans, non. Seule Ayame et sa personne savaient … A dire vrai, je doutais même du savoir de Deady face à Alice. Peut être qu’en fait, Alice était une personne banale et qu’elle simulait une folie pour secouer un peu son train-train quotidien ? Les gens en étaient capables … mais à ce point ? Et puis non, mais si … Je devais m’intéresser à son cas, mais en même temps non. Je le voulais par curiosité mais je voulais tout autant m’en reculer par sûreté.

-Quel dommage que les humains n'aient pas ce genre d'attribut ... Ne serait-il pas amusant de les voir s'agiter au sol après leur les avoir ôtées ? Les voir gémir et couiner à l'injustice alors que nous serions là à dépiauter ces minces filets de chair déchirés ? Mah, je suis sûre que la Dame en Noire aime ce genre de gaîté. Pas vous ?

Folle. Et c’est avec assurance que je ne bougeais pas quand ses griffes se plantèrent dans ma paume, un léger sourire au coin des lèvres et je m’abreuvais d’un liquide invisible de ma main valide. Les yeux fermés à écouter ses dires, je secouais la tête après que celle-ci m’eut libéré. Me levant tranquillement en remettant la chaise que j’eus utilisé, je rouvris les yeux en pivotant en direction d’Alice. Soupirant doucement avant de poser mon regard sur le monstre se trouvant sous mes yeux, je ne lui laissais que le temps d’un dernier croassement avant de me retrouver sur elle, plaquée au sol, un pieu dans chaque paume et un dernier que j’enfonçais dans sa poitrine. Un léger dernier sourire et je me mis à tirer sur l’un de ses bras jusqu’à l’arrachement avant de faire la même chose avec le deuxième. Me reculant en essuyant le sang qui a giclé sur ma personne, j’attrapais une serviette avant de me frotter les main. Rattrapant la chaise qui m’avait accueillie, je la tirais jusqu’à la dépouille d’Alice se trouvant toujours clouée au sol, non plus par les pieux de ses mains mais par l’unique lui retenant le thorax.

- Vas y, gesticule maintenant. Ah, pas de matérialisation, comme ça tu ressens ce que ça fait de se faire arracher les ailes pour finalement se retrouver torturée sur le sol Alice-San.

Matérialisant un nouveau pieu en voyant des bouts de chairs se reformer là où fut un jour son bras, je balançais « mon arme » à l’ouverture de sa chair musculaire de manière à ce que sa matérialisation soit interrompue, secouant la tête en lui imitant un petit non de la tête, je finis par poser ma tête sur l’un de mes points serrés, regardant avidement ce qu’il se passait sous mes yeux.

- Non, non, ce ne serait pas amusant si on arrêtait maintenant Alice-San. Et puis, tu n’avais pas tort, Ayame a toujours eu un grain … une case en moins. C’est peut être pour ça que tu es de retour. Serait-ce à cause de son éducation que je m’intéresse à toi ? Qui sait. En attendant, et si tu me disais, ce que ç

a te fait ? Je ne suis pas maso, je te laisse donc le plaisir de m’en parler.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Sam 26 Jan - 16:46

Il était une fois, dans un grand royaume jeune et fou, Alice Liddell, une princesse démente et violente à l'image de ses sujets fidèles. Elle vivait, excentrique et gaie, dans son beau palais défoncé, déformé au fil de longues et folles années, entourés de ses coquins amis qui la divertissaient chaque jour que dieu faisait. Cette princesse, sauvage et imprévisible, était bien loin, pourtant, de se douter, qu' en une funeste et amusante journée, elle inviterait une charmante amie dans son précieux salon de thé, jalousant et aimant son existence curieuse et particulière. Une charmante amie qui abusant de son hospitalité, allait lui rogner les bras et le buste par pur folie et sadisme. Ce qu'elle savait par contre, c'est que le jour où l'on penserait attenter à son existence, elle ne pourrait s'empêcher de dévorer cette délicieuse personne qui y aurait songer. Une personne si insensée et fourbe qu'elle ne devait pas laisser cette chance passer, cette chance d'assimiler son âme et sa vile existence pour qu'enfin son esprit se joigne à ces coquins camarades quelque part par là, au niveau de son crâne bruyant et grouillant.
- Non, non, ce ne serait pas amusant si on arrêtait maintenant Alice-San. Et puis, tu n’avais pas tort, Ayame a toujours eu un grain … une case en moins. C’est peut être pour ça que tu es de retour. Serait-ce à cause de son éducation que je m’intéresse à toi ? Qui sait. En attendant, et si tu me disais, ce que ça te fait ? Je ne suis pas maso, je te laisse donc le plaisir de m’en parler.

Je sentais la douleur s'étirer furieusement sur l'ensemble de mon corps, faisant se courber mon dos de souffrance alors qu'un cri incontrôlable s'échappait de mes lèvres, me brûlant la gorge. Puis, face à tant de sensations désagréables et extrêmes, le rire de notre Reine s'éleva plus sadique et haineuse que jamais, faisant trembler mes lèvres d'ironie et d'amusement, malgré ma souffrance.

Non, madame ma Reine, il n'est pas nécessaire que vous nous veniez en secours. Nous pouvons nous en sortir, ne vous déranger pas pour cette insecte, O, belle dame. Nous ne serions tolérés que vous vous salissiez les mains et nous savons, O, combien votre courroux est puissant et inébranlable. Non ! Non ! Je vous en prie, ne lui sciait pas le cou, nous devons nous emparer de sa propre Reine mais aussi de son Roi, ceux qui subsistent encore dans son esprit et sa vie, avant de la réduire à néant. Oui, nous savons, madame ma reine : Nous allons lui faire payer pour que vous puissiez longuement vous réjouir de ses délicieux gémissements et que votre règne se fasse sentir jusqu'au bout de ses orteils.


Crachant un peu de mon sang brûlant, je faisais appel à toutes mes forces pour me relever, m'arrachant singulièrement le torse, riant à gorge déployée comme si ce large pieu me chatouillait les entrailles alors qu'il les remuait horriblement et douloureusement. Une fois complètement assise, je me penchais en avant, les lèvres tremblotantes, signe que le malaise n'était pas loin, puis matérialisait finalement mon bras gauche pour me redresser complètement. Je vacilla quelques instants quand un morceau de mon intestin se retrouva horriblement tendu, retenu au sol par le pieu alors que mon corps se trouvait déjà debout.

Mah, Cher Chapelier, il faudrait arranger tout ça. Oui, c'est cela, déchirons ce lambeau de chair et enroulons le jusque dans notre estomac. Bien, maintenant que cela est fait, réparons cette chose blanche et brisée, faisons ré-apparaître nos chairs et arrangeons ce petit chantier rougi. Et maintenant ? Maintenant, occupons-nous de notre amie. Il ne faudrait pas que notre Reine ne se fâche et que notre invitée ne s'impatiente. Ne vous inquiétez pas Coquin Lapin Blanc, nous n'aurons pas de retard ... Nous avons tout notre temps ~

Immobile de longues minutes pour calmer mes vertiges, je me jetais pourtant brusquement sur mon interlocutrice peu après, l’attrapant par le col pour mieux la plaquer contre le premier tronc qui venait, ma main fraîchement ré-matérialiser autour de son cou fragile. Mon couteau de cuisine apparaissant dans mon autre main nouvelle-née, je laissais glisser la lame sur son cou, coupant légèrement sa nuque sur son passage, laissant un joli liseré rouge s'écouler légèrement de sa plaie avant de se planter dans son estomac et de tourner facilement en elle.

-Il est temps, chère amie, de vous joindre à nous, de vous faire une petite place dans ce royaume déjà bien rempli juste là, ce fou palais qui n'attends plus que vous et prépare déjà votre venu. Mais non, Cher Chapelier, cela ne lui fera pas mal ... Enfin, que puis-je en savoir ? Je n'ai jamais été à votre place ~


Ma lame retournant toujours ses chairs, je délaissais son cou et transformais mes doigts, leur faisant perdre tout juste assez de consistance pour se fondre aisément dans son crâne, pour mieux s'y enfoncer désagréablement et s'y agiter avec une déconcertante facilité. Il fouinèrent quelques instants dans cette cavité largement occupée et trouvèrent rapidement ce qu'ils cherchaient. C'est donc avec joie, que je m'empressais de les refermer sur cette essence glissante et formidable que je convoitais tant avant de tenter de la détacher de ce corps agonisant et faible, y mettant toutes mes forces.

-Votre esprit est bien trop grand pour vous, il sera bien plus à l'aise, bien mieux entouré dans ma tête et je ferais - je vous le promets - bon escient de votre existence ~


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Dim 27 Jan - 2:10

Je … l’horreur. Je ne sais pas pourquoi je n’ai fait que la regarder pendant qu’elle reprenait contenance, pourquoi mon instinct ne m’avait pas hurlé de fuir, pourquoi encore maintenant sur cette même chaise je continuais à la fixer, attendant une réaction de sa part, une réaction amenant à une douleur que je pouvais déjà sentir. Oui, sentir jusqu’au plus profond de mes entrailles et c’est sous cette pensée que je me vis projetée en plein feu d’action, un couteau de boucher dans le ventre et des doigts me chatouillant le cerveau, sentant ces corps étrangers sous ma peau, grattant ma matière grise à briser mes neurones tout en gardant mon liquide céphalo-rachidien en place. Dieu, qu’elle me tue ! Oui, qu’elle abrège mes souffrances !

 Se faire plaquer contre un arbre : Check.
 Se faire limite décapiter : Check.
 Se faire bousiller la tête par des mains trop entreprenantes : Check.
 Être à l’article de la mort : Check.


Laissant mon corps tomber au sol quand son arme fini de broyer mes intestins et que ses mains aient enfin finies de gribouiller dans ma cervelle, je sentis la douleur m’envahir de toute part, une douleur tellement atroce que crier m’était impossible, du sang coulait de tous les orifices que comportait mon corps. Des cailloux de sang dégoulinaient de ma bouche, mes pupilles presque dilatées par la douleur virèrent au rouge, mon ventre dont un trou béant avait remplacé ma peau se voyait gicler de sang alors que mes oreilles brisées par tant de force coulèrent à flot le reste du sang qui n’était pas sorti de mon ventre.

- Saleté, t’en manques pas une pour faire ta bouchère. Imbécile.

Un rire audacieux traversa mes lèvres alors que j’étais toujours étendu au sol, les plaies à vifs cicatrisant peu à peu. Trop doucement, trop brutalement, trop … douloureux. Me relevant tant bien que mal en crachant encore plus de sang si cela m’était permis de le faire, je titubais sur la douleur alors que l’énorme trou me mettant à vif les boyaux s’ouvrait à chaque mouvement de ma part. Sous un cri de douleur, je laissais mon corps se poser contre les racines m’obstruant la porte vers la liberté.

- Pauvre conne, ça t’amuses tant que ça de jouer les éventreur? Et bien, qu’attends-tu ma chère, viens, je t’en prie, continuons de jouer !

D’un pas en avant qui me fit m’abattre les genoux les premiers sur le sol, je tombais lourdement devant elle, la tête baissée. Maudissant ma faiblesse alors que ma tête me tourmentait toujours autant, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire à présent. Lui demander de continuer n’était que pure provocation infantile, se taire à la place de balancer mille et une conneries, oui, je devais encore apprendre à le faire. Foutaises, je ne parlais pas sans réfléchir, si je me permettais tout cela, c’était parce que je sentais la présence d’une autre personne, autre personne que je savais me préserverait de la torture d’Alice. Du moins, je l’espérais avidement, pour une fois que je te réclame … Viens !

- Alors quoi, t’as plus d’idées ? Tu veux un coup de main peut être ?!

Et comme je l’avais tant supplié, la poignée grinça avant que la porte du bureau de la directrice ne vole en morceaux, laissant la silhouette de la maîtresse des lieux pénétrer dans son antre. Un léger sourire sur les lèvres quand je la vis et me voilà en train de la suivre du regard comme si elle allait me sauver. Foutaises, rêve d’enfant. Un rire gracieux se fit entendre alors que les talons d’Ayame tapèrent le sol en changeant le décor nouvellement créé par Alice. Se retrouvant de nouveau sur le sol de marbre et le bureau de bois immense jonchant la pièce, je me relevais -une fois de plus-.

- Maaah, Alice-Chan a fait des bêtises durant mon absence ~ Mon bureau n’est pas un salon de thé ma belle ~

Haha. Ne pouvait-elle pas tout simplement lui arracher la tête d’avoir bousillé son bureau ?! Non, fallait que la grande folle de service se divertisse dans des courtoisies dignes de son nom ! Toujours aussi directe sans vraiment l’être. Arrivant tout de même à ma hauteur, elle me prit sous son aile -plus précisément dans ses bras- pour venir me poser sur l’un de ses sièges -traditionnellement utilisé par les proies qu’elle recevait dans son bureau-. Invitant Alice à prendre place sur le siège se trouvant à mes côtés, alors que la directrice prit place sur son trône, les coudes posés sur le bois froid et rigide, sa voix s’éleva telle une vérité absolue qui me fit froid dans le dos ;

- Alice-Chan ne devrait pas abîmer ma Yume-Chan, je ne partage pas ce qui est mien et puis, une maman ne laisserait pas son chaton courir un quelconque danger n’est-ce pas ? Tu peux le comprendre non ? Il y en a bien un dans ta petite tête qui est assez sain d’esprit pour … Quoi que ~

Un nouveau rire s’élança et je grimaçais. Non, Ayame ne devait pas jouer sur ses bornes là, bien qu’elle était Ayame … Non. C’est justement parce qu’elle était ce qu’elle était qu’elle pouvait se permettre de faire cela, c’était parce qu’elle savait qu’en un claquement de doigts, elle saurait ôter la vie à Alice et tout le monde peuplant son esprit fou, laissant son corps vaguer sur la baie … Dieu, quelle image.

- Alors, Alice-Chan me promet-elle d’essayer d’être sage ? Nous devons parler de ce qu’il va suivre ici aussi n’est-ce pas ? Undai n’est pas un shopping centre de personnalités n’est-ce pas ? Marquons les règles dès le début ma belle ~ Maaah ~

Et quoi ?! Elle va lui proposer de ne tuer que dix personnes par jours, comme ça c’est bon ?! Non, hors de questions que … Que. Que rien. Putain.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Dim 27 Jan - 2:32

Nous y sommes presque, Lévrier de Mars ! Nous allons pouvoir enfin assimiler son âme et nous approprier la moindre seconde de son existence, connaître tout ses vilains petits secrets, tout ce qui la fait elle ... Mais, mais ... Non ! N'est-ce pas notre Grande Dame en noir que je peux sentir approcher ? Que va t-elle nous dire, O, Cher Chapelier, en voyant son beau bureau dans un tel état ? Nous coupera t-elle la tête ? Oh oui, cela serait si disgracieux et convenu ! Non, qu'elle nous taille les veines et qu'avec notre sang elle asperge cette charmante invitée qui agonise et qui serait encore plus parfaite rougie de la tête au pied. Oh, que ne donnerions-nous pas pour que notre curieuse Dame ne nous maltraite ne serait-ce que quelques heures ? Tout et rien ? C'est bien ce que je me disais ~

Me tournant vers la porte, je relâchais ma victime dont le sang s'écoulait abondamment de son corps, ne lui prêtant plus guère attention, trop pressée de pouvoir m'entretenir avec cette Grande Dame qui me fascinait tant et qui n'allait pas tarder à arriver. Je pouvais entendre l'insecte marmonner et pestiférer contre moi, contre nous mais il fut si vite interrompu par notre maîtresse que je ne m'offusqua pas de ses remarques désobligeantes.

- Maaah, Alice-Chan a fait des bêtises durant mon absence ~ Mon bureau n’est pas un salon de thé ma belle ~

J'aurais presque pu découvrir mon parfait fessier de moi-même rien que pour le plaisir de me faire fesser mais notre Reine n'était apparemment pas d'humeur festive et préférait cogner dans ma tête au fur et à mesure que s'approchait sa génitrice. Puis elle arrêta de s'agiter et se tut quand cette dernière arriva à notre hauteur, comme apeurée et obéissante face à la majestueuse présence Alors que moi, je me contentais d'observer cette élégante personne se saisir de notre proie pour mieux s'en débarrasser sur l'un de ses sièges.

- Alice-Chan ne devrait pas abîmer ma Yume-Chan, je ne partage pas ce qui est mien et puis, une maman ne laisserait pas son chaton courir un quelconque danger n’est-ce pas ? Tu peux le comprendre non ? Il y en a bien un dans ta petite tête qui est assez sain d’esprit pour … Quoi que ~


Je prenais place à leurs côtés, les doigts tremblant furieusement d'excitation et tentait de calmer les soubresauts parasites qui faisaient sautiller mes membres les uns après les autres, m'empêchant de rester tranquillement en place. Sa présence me rendait toute chose et je pouvais entendre tout un petit monde converser et s'agiter sous mon crâne, me suppliant chacun d'actions absurdes et viles, tout aussi repoussant que charmant.

- Alors, Alice-Chan me promet-elle d’essayer d’être sage ? Nous devons parler de ce qu’il va suivre ici aussi n’est-ce pas ? Undai n’est pas un shopping centre de personnalités n’est-ce pas ? Marquons les règles dès le début ma belle ~ Maaah ~

J'essayais vainement de me tenir tranquille et ne tint finalement que quelques minutes face à cette Grande Dame. Je sauta aussitôt nerveusement sur son bureau, ma paupière droite tressautant follement par instant et y plaqua mon front, me courbant le plus respectueusement possible avant de me redresser et de saisir sa main brutalement. Je la porta à mes lèvres et la baisa longuement avant de glousser malgré moi et de lui répondre, toute agitée que j'étais :

-Ô, chère maitresse, veuillez-nous pardonner ... Nous ne savions pas que notre coquine amie était déjà votre. Si nous l'avions su nous ne l'aurions pas ainsi traiter, nous vous le jurons, Ô, élégante maîtresse ~

Je descendais du bureau et m'approchais de notre victime agonisante pour mieux lui tapoter la tête, en signe de pardon. Ses blessures se refermèrent d'ailleurs lentement à chacune de mes caresses et sa peau reprit enfin de sa couleur quand finalement je m'écartais pour mieux m'agenouiller sur la gauche de la directrice, la tête baissée en signe de respect, me confondant silencieusement en excuse. Puis mes lèvres et notre Reine prirent la parole, dévoués à jamais à sa personne :

-Nous l'avons un peu amoché certes mais nous pensions pouvoir l'inviter ici avec nous autres ... Cela fait si longtemps, que nous n'avons pas eu d'invitée dans notre beau royaume. Ne nous avez-vous pas laissé ce pouvoir pour en user contre ce genre de charmante amie ? Ne faudrait-il pas soumettre cette délicieuse enfant, si forte et curieuse et conserver sa chose dans ce crâne que j'ai là ? Non, bien sûr ... Je comprends ! Oui, oui, je comprends et Ô, combien vous avez raison, Madame ! Nous ne devons pas toucher à vos choses, nous ne pouvons pas ... Certes, certes, nous avons compris maintenant.

Je me redressais et matérialisais une tasse de thé fumante que je faisais lentement glisser sur la table pour l'offrir à notre Grande Dame élégante et toute de noir vêtue. Puis, je faisais apparaître une feuille et des crayons, en reprenant place à son bureau et m'appliquait à dessiner en chantonnant, des gribouillis d'enfant prenant place sur la blancheur horrible du papier. Je replongeai dans notre monde, attendant que notre maîtresse finisse de se désaltérer et dessina un vague château rouge et gris délabré qui s'étendait dans une plaine dallée sur laquelle s'amusait mes coquins amis avec une tête fraîchement coupée.

-Creaking Van Iddli Fla Lu Va
Pretty Sah Lu Feh Iddli Twu Ki Padi
Trelly Goilly Doilly Seli Pretty Chedi
Emi Swalin Gwoh
Seri Ferin Dorin Greh
Fairy Seiry Don
Sweedes Machin Twinky Doo
Fweeden Soreti*
Oosi An Tweeban Retiso
Neh-Neh Fehreeden
Sindwee Bin Doh
Swin Ting Lan Twenty Some Dring Doli
Sweet Lan Bih City Tran Dolinda
Pretty Leheleni Switi Kull
Meli Swimmin So
Spoiler:
 

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Dim 3 Fév - 12:16

-Ô, chère maîtresse, veuillez-nous pardonner ... Nous ne savions pas que notre coquine amie était déjà votre. Si nous l'avions su nous ne l'aurions pas ainsi traiter, nous vous le jurons, Ô, élégante maîtresse ~

Assise sur mon trône, je jouissais intérieurement du spectacle se dessinant sous mes yeux, ma chère et tendre Yume se voyait presque subjuguée par les faits et gestes d’Alice-Chan alors que moi, je ne prenais qu’un malsain plaisir à tout cela. Donnant, comme signe de pardon, un tapotement de tête. Souriant tendrement à tant d’attention, je ne fis plus guère attention aux mimiques de dégoût de mon chaton, me concentrant pleinement sur la demoiselle me faisant face ;

-Nous l'avons un peu amoché certes mais nous pensions pouvoir l'inviter ici avec nous autres ... Cela fait si longtemps, que nous n'avons pas eu d'invitée dans notre beau royaume. Ne nous avez-vous pas laissé ce pouvoir pour en user contre ce genre de charmante amie ? Ne faudrait-il pas soumettre cette délicieuse enfant, si forte et curieuse et conserver sa chose dans ce crâne que j'ai là ? Non, bien sûr ... Je comprends ! Oui, oui, je comprends et Ô, combien vous avez raison, Madame ! Nous ne devons pas toucher à vos choses, nous ne pouvons pas ... Certes, certes, nous avons compris maintenant.

Je ne daignais bouger quand sa personne monta sur mon bureau pour mieux m’approcher, mieux me toucher et mieux me savourer de ses baisers empoisonnés qu’elle déversa sur ma paume. La reine, oui, la reine me faisait-elle l’honneur d’être présente dans nos retrouvailles ? Cela allait de soit. Alice était … une erreur, une affreuse erreur de la nature qui ne méritait que d’être enfermée dans une cage perdue loin de la civilisation. Cette enfant n’avait pas lieu d’être, sa folie n’était que substitut à son envie de meurtre selon moi … Pourtant, je l’appréciais. A ma manière, cela allait de soi. En rentrant à Undai, n’était-elle pas devenue l’une de mes enfants ? Si, et c’est pour cela qu’en tant que mère, je ne pouvais la rejeter ~

Une enfant pas comme les autres ~ Amusante, enfantine et surtout cruelle. Que rêver de mieux quand vous êtes Dead Master ? Rien, tellement rien que je prenais plaisir à la regarder dessiner, telle une mère montrant de l’intérêt à son enfant ~ Déposant délicatement ma main sur sa tête, je lui caressais celle-ci avant de lever les yeux en direction de Yume, qui jusqu’à présent était restée muette ;

- Mon cœur, ne serait-il pas temps pour toi de nous laisser ? ~

Tel un ordre impérial mal prit, elle se leva, me dévisagea avant de s’en aller. Traversant la porte presque aussi vite que dans une fuite, je ne fis que rire un instant avant de reporter mon attention sur Alice. Regardant son dessin, je lui demandais d’un air interrogateur ;

- Qu’as-tu donc fait à Yume-Chan pour qu’elle parte ainsi ? Maaah ~ Il faudra que tu fasses attention à elle Alice-Chan, elle est mon enfant le plus précieux sais-tu ? ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mer 6 Fév - 19:25

- Qu’as-tu donc fait à Yume-Chan pour qu’elle parte ainsi ? Maaah ~ Il faudra que tu fasses attention à elle Alice-Chan, elle est mon enfant le plus précieux sais-tu ? ~

Je relevais la tête, mes gribouillages à présent terminés et matérialisais un chalumeau au creux de l'une de mes mains, un large sourire collé aux lèvres. Puis, j’attrapais ma feuille par l'un de ses coins avant de la soulever dans les airs du bout des doigts et d'appuyer sur la gâchette de la machine pour mieux regarder le papier brûler quasi instantanément dès la première étincelle, mon rire se cognant au mur et aux vitres de la pièce pour mieux éclater dans toutes les directions, plus fou que jamais.

Et si nous mettions le feu à notre beau château de la sorte ? Les voix se tairaient-elles enfin ou faudrait-il encore supporter les lamentations lourdes et fracassantes, Cher Chapelier ? Dis moi, dis moi : Faut-il se consumer et périr toute entière pour qu'enfin tout ce brouhaha cesse ? Pour qu'enfin Alice redevienne Alice et ne soit plus jamais, au grand jamais cette marmelade de choses visqueuses et grouillantes qui s'agitent dans notre tête ?
Mah, crois-tu vraiment que nous allons presser contre notre propre tempe, l'arme qui devrait nous ôter la vie ? Alice est très bien dans sa cellule, attachée et tourmentée. Nous, nous nous devons de rester et de régner ensemble sur l’entièreté de ses précieuses choses. A l'étroit certes, mais possesseur de pouvoir et de vitalité.


Je lâchais ce qu'il restait de mon dessin, regardant les cendres noires choir lentement sur le bureau de Deady Sama, puis faisais disparaître le chalumeau, reportant toute mon attention - aussi fébrile soit-elle - sur cette grande dame qui m'avait réclamé à ses côtés pour une raison encore mystérieuse. Ma voix trépidante ne pu retenir son agitation plus longtemps et noya la pièce de mots saccadés et vibrants, preuve de mon excitation toujours plus grandissante :

-Nous comprenons parfaitement, Madame ... Nous tâcherons de nous en souvenir pour notre prochaine rencontre et nous promettons de lui demander respectueusement pardon. Nous étions si excités à l'idée de pouvoir vous revoir que nous nous sommes laissés - peut être, peut être - un peu déborder ... Oh, Dame ! Cela fait si longtemps et votre peau est toujours aussi pâle ... Aussi blanche que la porcelaine, plus fragile que du verre ... Peut être pouvons nous ...

Mon corps se jeta de lui-même sur mon interlocutrice, prêt à briser cette nuque blême et fraiche - qui s'affichait honteusement devant mes yeux fous - de ses propres mains avant d'être brusquement interrompue par cette douleur lancinante et familière qui rongeait la moindre parcelle de mon crâne à chaque fois que me venait là une idée non partagée par notre Reine et qui me faisait ployer jusque sur le sol.

-Urgh ... Non ma Reine, nous savons : Nous n'avons pas le droit ... Nous n'avons pas le droit ! Et nous le savons : nous avons déjà été punis, Ô, oui ma Reine, nous le savons ! Ne pas attaquer la Grande Dame ... Nous ne pouvons pas, non, non, non ! N'était-ce pas hier, que nous avons essayé de l'engloutir ? N'a t-elle pas laissé cette chose infâme juste là ... Cette chose qui nous fait si mal et nous taraude sans répit ? Oui, nous n'avons pas pu finir de la déguster et nous souffrons encore et encore de cet échec. Mais peut-être, Akiha ... Non, inutile ~

Je mis plusieurs secondes à me remettre de mes vertiges, une main sur mon front puis m'inclina rapidement, une fois la douleur passée, m'excusant à haute voix de mes honteux agissements. Je repris ensuite place sur mon fauteuil, les jambes écartées, une main sous mon menton, soutenant ma tête : Une posture dont j'avais ouï dire, plaisait grandement à Cher Chapelier pour le confort naturel que celle ci apportait à son sujet. Finalement, je repris la parole, comme si de rien n'était, laissant place à mon ami le plus calme :

-Mah, Dame, de quoi parlions-nous ? Ah, oui ! Nous aurions sûrement apprécié de savoir en quoi nous aurions pu vous être utile ici. Il faut dire que nous sommes tous très agités, la dedans. Beaucoup de nous se posent un peu trop de questions à mon goût et certains jureraient que la cantine a besoin d'un nouveau boucher ... Peut être notre thé serait-il meilleur avec un peu d'ail ... La rapport ? Hum, comment dire ... En tout cas, j'espère que nos nombreuses qualités sauront satisfaire vos espérances les plus exigeantes ! Un poste de meunier ? Oui, très bien, très bien ! Cela nous conviendra ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Jeu 7 Fév - 13:38

Pourquoi avais-je donc ramenée une personne comme elle dans Undai, cherchais-je tant que cela les ennuis ? Je pouvais déjà estimer que sa présence en ces lieux me coûterait une bonne centaine de victimes par semaine, mais en même temps, qu’étaient-ce ces sacrifices contre l’importance que je portais à Alice ? Oui, mon enfant, cette petite personne remplie de centaines d’autres. Oui, je pouvais les sacrifier pour elle, parce qu’après tout, n’avait-elle pas ce petit quelque chose qui me plaisait et qui me serait utile ? En dehors de sa force, je savais mieux que quiconque que « sa reine » m’accordait un respect certain et rien qu’en jouant là-dessus, elle devenait un sujet de premier ordre pour mon armée. Oui ma chère reine, avec toi en plus à mes côtés, ce monde perdu pourra renaître.

-Nous comprenons parfaitement, Madame ... Nous tâcherons de nous en souvenir pour notre prochaine rencontre et nous promettons de lui demander respectueusement pardon. Nous étions si excités à l'idée de pouvoir vous revoir que nous nous sommes laissés - peut être, peut être - un peu déborder ... Oh, Dame ! Cela fait si longtemps et votre peau est toujours aussi pâle ... Aussi blanche que la porcelaine, plus fragile que du verre ... Peut être pouvons nous ...

Du feu, un rire ou plutôt des cris et le silence renaquit dans mon bureau. Je ne daignais guère changer de comportement, gardant ce sourire impassible sur les lèvres, je prenais un certain plaisir à regarder le dessin brûler, dessin qui se consumait doucement, violemment, rapidement. Les cendres tombèrent, un ange passa. Une brute atterrit sur ma personne avant de s’arrêter avant que ses paumes ne viennent s’entourer autour de ma nuque. Je ne bougeais pas, mon sourire resta et ma voix mielleuse s’éleva. « Maaah ~ » fut mon seul mot alors que je pris une position plus relaxée tandis qu’Alice se tordait de douleur. En étais-je la cause ? Malheureusement non, qui était-ce donc ? Serait-ce ma chère Reine ? Je ne saurais le dire, je n’avais pas un mouchard dans son âme comme celui que j’eus imposé à Akiha ~ Devrais-je songer à en mettre un ? Cela serait très, terriblement divertissant mais en même temps, n’était-ce pas mon incapacité à prévoir ses faits et gestes qui me plaisait tout autant chez sa personne ? Alice, Alice, Alice ~

-Urgh ... Non ma Reine, nous savons : Nous n'avons pas le droit ... Nous n'avons pas le droit ! Et nous le savons : nous avons déjà été punis, Ô, oui ma Reine, nous le savons ! Ne pas attaquer la Grande Dame ... Nous ne pouvons pas, non, non, non ! N'était-ce pas hier, que nous avons essayé de l'engloutir ? N'a t-elle pas laissé cette chose infâme juste là ... Cette chose qui nous fait si mal et nous taraude sans répit ? Oui, nous n'avons pas pu finir de la déguster et nous souffrons encore et encore de cet échec. Mais peut-être, Akiha ... Non, inutile ~

J’avais donc juste, à ma manière dirais-je. Parfois encore, je me demandais comment Alice avait pu devenir ainsi, comment cet enfant avait-il pu décupler tant de personnages dans sa caboche au point tel de les faire vivre. Vivre était faible comparé à ce qu’elle faisait avec, c’était bien au dessus de ça, ils étaient ses compagnons, ses semblables … sa personne. Oui, une personne remplie de beaucoup d’autres … Fascinant. Tellement fascinant que je me retenais encore de venir explorer son âme … Mais que risquais-je en faisant cela ? Perdre ma propre âme ? Dieu, cela était impossible, après tout, je suis Dead Master. J’avais moi-même engloutis plus d’une âme, mais contrairement à sa personne, elles ne vivaient pas, elles étaient là, silencieuses, prêtes à bondir pour renaître quand je le déciderai ~ Les croix de l’arène sont pour le moment leurs seuls sanctuaires de repos ~

-Mah, Dame, de quoi parlions-nous ? Ah, oui ! Nous aurions sûrement apprécié de savoir en quoi nous aurions pu vous être utile ici. Il faut dire que nous sommes tous très agités, la dedans. Beaucoup de nous se posent un peu trop de questions à mon goût et certains jureraient que la cantine a besoin d'un nouveau boucher ... Peut être notre thé serait-il meilleur avec un peu d'ail ... La rapport ? Hum, comment dire ... En tout cas, j'espère que nos nombreuses qualités sauront satisfaire vos espérances les plus exigeantes ! Un poste de meunier ? Oui, très bien, très bien ! Cela nous conviendra ~

Un léger rire traversa mes lèvres alors que je me relevais, me dirigeant instinctivement vers l’une de mes baies vitrées, laissant mon regard se perdre dans le paysage. Devrais-je lui mentir en lui disant que sa présence était bénéfique à mon amusement ? Était-ce seulement un mensonge ? Non, ça ne l’était pas, mais je me décidais à prendre mon temps pour choisir correctement mes mots. Me tournant vers sa personne en lui offrant un sourire attendrissant, je levais ma main vers sa personne dans un mouvement de flottement avant d’arquer encore un peu plus mes lèvres ;

- Boum ~

Un simple mot qui fit éclore -grâce à la matérialisation- les personnalités que je connaissais de sa tête, elles étaient là, présentes devant nos personnes, des semblants de matérialisation dans lesquelles chaque corps matérialisé comportait la personnalité de ses chers amis. Me dirigeais instinctivement vers Alice pour venir lui tapoter la tête, je lui soufflais gaiement à l’oreille « N’était-il pas plus plaisant quand ces personnes sont présentes pour nous écouter, Alice-Chan ? ». Ce n’était qu’un simple tour de passe-passe que je trouvais divertissant à ma manière, prenant appuis sur mon bureau, j’usais de mes paumes comme soutien alors que ma voix angélique résonna dans mon antre démoniaque ;

- Maaah, vous savez aussi bien que moi, qu’Undai n’est pas divertissant sans votre présence et puis que feriez-vous dehors ? Undai est bien plus divertissant. De plus, j’ai impérativement besoin d’un professeur de littérature et si je ne m’abuse, cela est votre matière de prédiction, n’est-ce pas ?

Laissant un fin rire traverser mes lèvres, je tournais les yeux en direction de ladite Reine d’Alice pour venir lui adresser un sourire entendu, plissant légèrement les yeux, je reportais mon attention sur Alice ;

- Ne trouverais-tu pas divertissant de retrouver Sousei-Chan et Akiha-Chan ? Ne sont-elle pas vos grandes amies ? ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Mar 12 Fév - 20:30

- Boum ~

Je sursautais presque face à ce simple mot tout juste chantonné, non pas par peur mais par pure impatience de voir cette Grande Dame parler et agir comme elle l'avait toujours fait, pleine de maux et d’élégance.
Que n'aurais-je pas donné en échange de son existence ? Et dire que j'aurais pu en faire ma plus belle pièce si je n'avais pas lamentablement échoué dans ma tentative, si notre Reine n'avait pas éclot telle une rose en plein hiver, au moment le moins opportun.

- N’était-il pas plus plaisant quand ces personnes sont présentes pour nous écouter, Alice-Chan ?

Je regardais une à une mes viles choses, tressautant violemment sur place, comme s'il s'agissait là de la chose la plus merveilleuse qui m'avait été donné de voir, puis applaudit bruyamment, plus qu'enthousiaste et satisfaite de ces nouvelles présences. J'avais certes l'habitude de côtoyer cérébralement toutes ces créatures insipides et même de revêtir leur apparence mais les voir en dehors de moi, de nous, c'était quelque chose de follement amusant, bien que je pouvais encore entendre leurs murmures se mêler à mes folles pensées.

- Maaah, vous savez aussi bien que moi, qu’Undai n’est pas divertissant sans votre présence et puis que feriez-vous dehors ? Undai est bien plus divertissant. De plus, j’ai impérativement besoin d’un professeur de littérature et si je ne m’abuse, cela est votre matière de prédiction, n’est-ce pas ?


Le mot "professeur" - aussi simple et laid soit-il - arrêta net mes tremblements et sursauts incontrôlables.
Un sourire dément s'élargit sur mon visage, tranchant ma face blafarde en deux alors que mes yeux s'écarquillaient plus encore, prêts à recueillir le moindre mouvement suspect de lèvres de mon interlocutrice, la moindre commissure traîtresse, n'osant croire à cette folle proposition qu'elle nous faisait, par peur de déception. Professeur ? Nous ? Professeur ? Une aubaine ! Une occasion ! A saisir !

- Ne trouverais-tu pas divertissant de retrouver Sousei-Chan et Akiha-Chan ? Ne sont-elle pas vos grandes amies ? ~

Il n'y avait rien au monde qui aurait pu nous rendre plus heureux ! Mah, bien sûr que si ... Un homard bleu et rouge chevauchant une théière à queue aurait franchement était plus sympathique mais nous ne pouvions nous montrer difficiles ! C'est pour cela que je sautais directement de mon siège, souriante à pleines dents, pour mieux extérioriser notre joie d'une violente et passionnelle étreinte de la main autour de ses doigts puis de notre peau contre la sienne, ma mâchoire blême et froide frottant contre sa joue tiède et douce avant de la quitter abruptement.

-Nous voulons, oui, nous voulons ! Discorde et Blouse Blanche ... Oh, nous adorons les blouses blanches ! Ils sont si majestueux et cruels ... Ils découpent les têtes et piquent, piquent plus que n'importe quel petit insecte ... Oh, nous la piquerons aussi, notre charmante Blouse Blanche et notre Discorde ! Oh, oui notre Discorde ! Nous la violerons avec une belle et grosse râpe ! Oh non, nous ne pouvons pas, d'accord ! Alors nous prendrons l'une de ses mouches qui bruissent dans nos allées et nous lui arracherons les pattes une à une. Et nous lui apprendrons l'alphabet et le Shakespeare pour vous satisfaire, Ô, belle dame !


Je pris l'apparence d'Akiha, un sourire toujours collé à mes lèvres et, imitant ses mimiques, j'escaladais le bureau jusqu'à pouvoir prendre le visage de mon interlocutrice entre mes deux mains. J'effleurais ses lèvres des miennes avant d'y planter délicatement mes crocs puis sautais en arrière, me métamorphosant en cette coquine Discorde qui n'en pouvait plus pour cette Grande Dame toute de noir vêtue et qui - malsaine et folle - rêvait certainement de sa chose transperçant son bas ventre. Sa chose ? Mon nouveau regard rougeoyant glissa tout le long de ce corps pâle qui lui faisait face. Et ma curiosité l'emporta sur notre raison ? Oui, oui, notre raison, aussi petite et inutile soit-elle !

-Combien ? Ô combien votre chose doit être impressionnante pour que cette vierge Discorde veuille y poser ses lèvres et sa langue ... Ou même autre chose ~ Ah, ah, amusant ! Nous allons le lui proposer ... Qu'en pensez-vous Jolie Dame ?


Finissant mon délire, je prenais la forme de mon interlocutrice, l'imitant avec une quasi-perfection et ajoutant à ses jolies formes, une bosse bien ronde déformant notre pantalon.
Nous n'allions certainement pas nous ennuyer ici : nous allions avoir une ribambelle de coquins à maltraiter, à déformer et à traumatiser. Tout cela était follement excitant et ce n'était pas cette chose écœurante et agitée qui allait dire le contraire. Akiha, Sousei et cette jolie demoiselle qui nous avait quittée quelques instant plus tôt : Toutes et tous allaient avoir le droit de déguster nos charmantes fantaisies, tous ~



____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Ven 12 Avr - 20:13

-Nous voulons, oui, nous voulons ! Discorde et Blouse Blanche ... Oh, nous adorons les blouses blanches ! Ils sont si majestueux et cruels ... Ils découpent les têtes et piquent, piquent plus que n'importe quel petit insecte ... Oh, nous la piquerons aussi, notre charmante Blouse Blanche et notre Discorde ! Oh, oui notre Discorde ! Nous la violerons avec une belle et grosse râpe ! Oh non, nous ne pouvons pas, d'accord ! Alors nous prendrons l'une de ses mouches qui bruissent dans nos allées et nous lui arracherons les pattes une à une. Et nous lui apprendrons l'alphabet et le Shakespeare pour vous satisfaire, Ô, belle dame !

Cette jeune personne était … appétissante dans son genre, à croquer au point tel que sa folie m’exciterait si je n’avais pas que cela à faire. Gloussant à ses dires en gardant mon air majestueux, je contemplais ses personnes, sa personne et ses choses se disperser par-ci par-là dans mon bureau. Dieu, pauvre petite chose et dire qu’elle avait tant été traumatisée par mes deux chéries d’amour ~ Aurais-je dû intervenir quand je remarquais dans le passé ce qu’elles faisaient subir à Alice, aurais-je dû me mêler de choses ne me regardant pas à l’époque ? Huhu ~ Bien sûr que nous ~

Il ne fallait que regarder le résultat pour être amplement satisfait. Ne disait-elle pas qu’elle violerait Sousei-Chan ? Dieu que c’était amusant ~ Ma petite Sousei se faisant prendre par une folle aux multiples facettes, justement, saurait-elle se transformer en ma charmante enseignante aux cheveux d’or ? Huhu ~ Dieu, se faire dévierger par cent personnes, pourquoi pas. Et sinon, quelle fonction lui demandais-je déjà ? Professeur de littérature bien entendu, personne ne saurait égaler sa manière si subtile de conter, de faire savoir à mes chers élèves ignorants ce que le monde de la poésie pourrait leur offrir ~

-Combien ? Ô combien votre chose doit être impressionnante pour que cette vierge Discorde veuille y poser ses lèvres et sa langue ... Ou même autre chose ~ Ah, ah, amusant ! Nous allons le lui proposer ... Qu'en pensez-vous Jolie Dame ?

Devrais-je trouver cela ignoble en la voyant se changer en moi, tout en se plaisant à … matérialiser cet instrument mâle entre ses jambes. Dieu, cette vision de ma personne me dégoutait. Et Dieu seul sait à quel point je me prends en estime, mais voir cela ainsi … Dégoutant. Fronçant les sourcils tout en changeant mon magnifique visage en une face dégoutée, je laissais ma voix si belle, si tendre caresser l’air de cette pièce ;

- Maaah ~ Alice-Chan ne devrait pas se présenter devant ma personne ainsi, ne sait-elle pas que Dead Master a les hommes en horreur ? ~

Il ne fallut pas attendre la fin de ma phrase pour que je me retrouve devant cette ignoble magnificence d’Alice-Chan ~ Déposant ma main à quelques millimètres de sa chose, ce fut un sourire qui naquit sur mes lèvres avant que je ne vienne matérialiser une sorte de tige métallique que je lui enfonçais sans plus attendre sur sa chose dégoutante. Gardant mon sourire avec une certaine malice dans celui-ci, je me reculais tout en retirant « mon arme » de sa partie masculine. Petit tour, gros trou, beaucoup de sang ? ~ Maaah, elle n’avait pas à faire cela voyons, n’étais-je pas la seule et magnifique Ayame-Sama dans cette pièce ? SI, bien entendu, bien évidemment ~

Caressant son visage avec tendresse pour calmer sa douleur de mon amour dit maternel, je déposais ma main sur son oreille, jouant de celle-ci avant de lui ôter sans plus attendre sa boucle orangée ~ Alice-Chan sans pouvoir, comment cette jeune demoiselle allait-elle réagir ? Pleurer, crier, essayer de la récupérer en me tuant, ou peut être, me supplier ? ~ Gloussant en me reculant de sa personne redevenue « normale », je pris place sur mon siège, son bijou toujours en main, la narguant du regard ~

- Alice-Chan me promettrait-elle de ne plus jamais prendre mon apparence ? Si tu acceptes, je te rendrai cette magnifique pierre ma belle ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alice Liddell

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 12/06/2012
Age : 24
Localisation : En enfer !

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: The Madness
★ Age : 20 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Sam 13 Avr - 11:13

N'adorons nous pas la rivière rouge qui se glisse hors de nous, quand sa belle rougeur nous entache nous et nos fripes et que son humidité colle notre chair ? N'espérons-nous pas secrètement qu'un jour, elle nous échappe complètement pour mieux souiller cette Dame en noir qui se trouve là et qui, Ô, agites cette petite chose dans "ça" ? Mais non, cher Chapelier, nous n'allons pas mourir ! Contentes toi de ressentir la lourdeur de ce métal et ce plaisir qui remue nos nerfs ~ Fermes là, petite garce ! Nous n'avons que faire de tes intransigeances, Alice ! Nous sommes la reine, nous sommes roi, chose méprisante ! Et ton corps est notre, toujours notre ~

- Alice-Chan me promettrait-elle de ne plus jamais prendre mon apparence ? Si tu acceptes, je te rendrai cette magnifique pierre ma belle ~

Je regardais cette pierre que l'on venait de m'arracher de l’oreille et sentis la panique nous prendre, alors que l'idée de perdre chacune de nos existences me vint. Mes mains devinrent moites et Alice se mit à se débattre violemment, tentant d'échapper à notre emprise, profitant de notre faiblesse soudaine, prête à reprendre ce qui lui était du.

Non nous ne pleurerons pas ... Non, nous ne céderons pas ! OH NON ! Pauvre Alice que nous sommes, pauvre nous, pauvre moi ! Qu'allons nous faire !? Nous avons besoin ... Besoin ! Oh, nous en avons tant besoin ! Rendez le nous, rendez le nous ! Chair, sang, sueurs et sexe ... Que ferons nous de ces merveilles si nous ne pouvons jouir de nos ... De ses pouvoirs ? Le sentez vous, monsieur le chat ? Tout ces gens qui nous échappent ? Tout ces souvenirs qui nous quittent et cette puissance trop parfaite qui s'évapore déjà ? rendez le nous, RENDEZ LE NOUS !

Me laissant tomber du bureau, je me roulais nerveusement par terre quelques secondes, des plaintes sourdes s'échappant d'entre mes lèvres sèches et pâles. Puis, j’attrapais ma tête entre mes mains et me recroquevillais sur moi-même avant de me mettre à sangloter lourdement, mon corps tremblant se balançant exagéremment d'avant en arrière. Ma bouche se mit à fredonner et j'entendis clairement notre comptine me revenir en écho :

-Hé ho, ce matin, il y a Alice qui s'est noyée. Dans l'eau du ruisseau, j'ai vu ses cheveux flottés. Là bas sous les chênes, on aurait dit une fontaine quand Alice a crié quand sa petite tête à cogner ~

J’agrippais mes cheveux violemment et sautais sur mes pieds en hurlant, complètement folle. Puis je m'élançais vers mon interlocutrice et saisissait sa gorge à pleine main, resserrant à peine mes doigts sur sa peau pâle, presque blanche que je voyais déjà se tinter d'un rouge sublime.

-Nous promettons, nous promettons ! Donnez le nous ! DONNEZ LE NOUS !

Nos yeux croisèrent les siens, profondément violents et ma main s'éloigna d'elle-même en tremblant. Je fis un pas en arrière et me laissa tomber à ses pieds, agrippant rudement sa longue robe noire à en faire blanchir la jointure de mes phalanges. Reconnaissant sa supériorité, nous nous mîmes à la supplier, nos voix se mélangeant en un écho grésillant et bruyant :

-Nous vous prions, belle dame. Nous obéirons ...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   Sam 13 Avr - 21:25

Si j’avais su que cela finirait ainsi, je l’aurais fait bien plus tôt ~ Voilà que ma chère Alice, aussi folle qu’incompréhensible se laissait tomber sur le sol pour se rouler sur celui-ci tel un enfant capricieux. Et encore, si ca n’avait été que ça, cette chose se mit également à … crier. Non, soupirer plutôt ? Huhu, que dis-je, crier bien entendu. Dieu, je me demande encore parfois ce que Sousei et Akiha ont bien pu faire à cette enfant pour qu’elle soit aussi détraquée ? Akiha-Chan lui aurait-elle implantée des âmes ? Chose fortement impossible … Mais tout de même. Et Sousei-Chan ? Serait-ce par la douleur qu’elle eut dressée sa cadette ? Pauvre chose, j’en avais parfois pitié.

-Hé ho, ce matin, il y a Alice qui s'est noyée. Dans l'eau du ruisseau, j'ai vu ses cheveux flottés. Là bas sous les chênes, on aurait dit une fontaine quand Alice a crié quand sa petite tête à cogner ~

Se retrouvant comme possédée à présent sur mon sol, ce fut un chant qui arriva à mes oreilles dans un murmure. Racontait-elle ses périples en tant que simple humaine normalement constituée ? N’était-elle pas juste censée être légèrement folle après s’être fait séquestrer et utilisé comme cobaye par x et x mains sévères ? Alice-Chan aurait-elle peur de l’eau ? Non, ne savait-elle pas plutôt nager ? Quelle idée de se noyer, il faut être idiot pour ! Maaah, nous ne savons jamais sur qui nous allons tomber en laissant tant de gens entrer à Undai. Je décrivais sans doute Alice-Chan comme étant folle, mais elle n’était guère la seule dans ce lieu.

Nous pouvions tout aussi bien prendre comme exemple cet enfant il y a huit années d’ici, qui en arrivant à Undai révéla un potentiel monstre la projetant en tant qu’élite en une année. Folle à m’en faire peur ? Moi non, mais Yume-Chan oui ~ Cette demoiselle connue sous le nom de Dark Rise avait affronté mon chef-d’œuvre, le combat était sans doute déjà gagné d’avance pour Yume-Chan, mais ce qu’il se présenta après quelques minutes de bataille nous laissa tous bouche-bée. Cette jeune demoiselle avait dans un claquement de doigts immobilisé ma chère enfant en lui « avalant » sa matérialisation. Comment faisait-elle ça ? En déposant ses lèvres sur celle de son adversaire. Il allait de soi que je ne pouvais laisser vivre un tel monstre, elle mourut donc. Ce n’est donc que cinq ans après qu’une autre personne montra le même pouvoir ~ Mais bon, cette nouvelle personne était bien différente, n’est-ce pas ? Huhu ~

-Nous promettons, nous promettons ! Donnez le nous ! DONNEZ LE NOUS !

Laissant mes divagations pour plus tard, je me retrouvais rouge et à bout de souffle quand je retombais sur terre. La poigne d’Alice autour de mon cou, il ne fallut qu’un regard mauvais de ma part pour qu’elle s’arrête, se reculant dans des excuses sans voix pour finir au sol et ramper vers ma personne telle une chose misérable dans des excuses quelconques. « Nous vous prions, belle dame. Nous obéirons ... ». Huhu, se sentait-elle nue sans sa matérialisation ? ~ Maaah, sans doute. Et c’est dans une grande générosité après son geste déplacé que je lui rendis son bijou, prenant même la peine de le lui placer moi-même, soignant ses douleurs aux passages de mon pouvoir si grandiose, si apprécié de sa reine. Lui adressant un sourire maternel en acceptant ses dires, je caressais son doux visage avant de descendre ma main jusqu’à la sienne, me levant en la prenant dans son sillage, je la tirais à ma suite vers la sortie.

- Alice-Chan n’a pas été gentille, mais je lui pardonne pour cette fois-ci ~

Lui accordant douceur de mes mots, je l’emmenais vers les dortoirs, décidant qu’il était temps pour elle de s’y retrouver, de s’y reposer. Arrivant rapidement dans ceux-ci, j’ouvris la porte où son nom figurait gravé dans la dorure. Traçant mon chemin dans ce lieu n’était guère occupé par ma personne, mais par celle de ma folle enseignante, je lui présentais l’endroit rapidement, lui rappelant que cet endroit était certes sien, mais que je ne voulais pas qu’il se transforme en boucherie. Tuer des gens chez elle ? Si elle veut, les entreposer ? Non, nous avons la morgue pour ça ~

- Les affaires d’Alice-Chan se trouvent déjà rangés, il est temps pour toi, pour vous de vous reposer ~ Alice-Chan me fera-t-elle le plaisir de donner ses premiers cours demain ? Son emploi du temps se trouve sur la table du salon ~ Sur ce, je dispose chers amis, reposez-vous bien ~

Faisant un petit signe de la main à l’encontre de la jeune demoiselle, un dernier sourire et je fermais la porte. Restant un instant silencieuse contre celle-ci, je soupirais. Dieu, quelle journée éprouvante … Et dire qu’il n’était pas encore l’heure de se coucher … Qu’allais-je faire à présent ? Trouver Sousei-Chan et Akiha-Chan pour savoir ce qu’elles eurent fait subir à cette enfant ? Maaah ~ Pourquoi ne pas faire ça autour d’un bon repas en famille ? ~ Huhu ~

- Voyons voir ce que je trouverai comme réponses à mes questions ~

END

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous voila donc ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nous voila donc ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Londres, nous voilà. [Helinä]
» nous voila !
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Bureau de la direction :: Bureau de la directrice-