AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 10 Juil - 22:05

Une couleur dansante devant mes yeux, je restais hypnotisée par celle-ci alors que mon corps, meurtri de toute part ne faisait plus rien. Le seul soulèvement de ma poitrine montrant que j’étais encore vivante, contrastait avec la pâleur de ma peau, peinte de mon propre sang. Avachie sur le sol de l’arène, j’attendais, je respirais, était-ce la fin ? Non, cela était impossible, cela était … Trop tôt. Entrouvrant la bouche, je voulu laisser une complainte traverser mes lèvres mais rien ne se fit. Seul des mouvements de mâchoire accentuée par des yeux exorbités représentaient ma personne devenue si pitoyable. Comment, comment en étais-je arrivée là ? Qu’avais-je donc fait de si mal pour me voir dans cet état des plus délabré, telle une poupée abandonnée dans une vieille maison dont sa propriétaire, n’eut que la bonté d’écraser la face de son jouet avant de s’en aller ? Qu’avais-je fais à ce … monde.

- Yume-Chan n’est décidément pas dans son assiette pour si peu me divertir.

Levant les yeux vers la directrice, je voulu lui faire ravaler ses paroles mais mon corps autant que mon esprit ne surent obéir à mes demandes. Rien, rien du tout … Pourquoi ? Pourquoi je n’y arrivais pas ?! Moi qui voulait tant … Non, je ne voulais plus, je ne voulais pas … Je, je ne savais plus. Acclamée par le public se trouvant dans l’arène, Ayame disparu dans une fumée verdâtre sans demander son reste. Me laissant au sol dans cet état, je me laissais tomber enfin sur le sol complètement, les yeux fermés, la respiration inaudible. Sentant du remous ménage arrivé dans les secondes à venir, je n’attendis pas plus longtemps pour moi aussi me téléporter ailleurs, loin de ces gens qui venaient de voir ma défaite, loin de ces gens qui -bien que j’avais perdu- acclamaient ma force et mon courage ou plutôt ma folie pour oser, défier celle qui était Dieu de cet académie, de ce monde moisis.

Me retrouvant dehors je ne sais où, je regardai mon corps un court instant avant de soupirer de lassitude. Bien que mes blessures avaient disparues, mon corps me faisait toujours mal, oui … Trop. M’endormant dans la douleur dans ce lieu que je n’eu su décrire avant de rejoindre les limbes de mes pensées, je me réveillais sans doute le lendemain sans plus de ménagement. La nuit dehors, je n’avais pas prévenu Kurayami, les ennuis allaient tomber dans peu. Gigotant un peu j’eus la mauvaise surprise de me rendre compte que mon nid s’avérait être une branche et que ma chute entre « mon lit » et le sol me prit de surprise tellement que je n’eus le temps d’éviter d’atterrir la tête la première dans … Ouais, vous voyez quoi. Furieuse comme jamais, je n’attendis pas de me calmer pour matérialiser ma robe de combat, attraper l’arbre dont je tenais responsable de ma chute dans un cri de mécontentement avant de le déraciner, je tenir dans mes paumes et de … de m’arrêter sauvagement en me rendant compte que je n’étais « pas seule » et que la « chose » devant moi, « me regardait » … Non ? Elle ne me voit pas ? Si, elle me regarde là ! Non ? Merde. Lâchant l’arbre sans plus attendre à côté de moi, je tournais les talons, prête à partir. D’un mouvement de la main, je voulu créer une brèche inter-temps pour me téléporter dans ma chambre mais ce que je voulu, ne se fit pas, alors si vous voyez une conne basculer sa main dans les airs en faisant des mouvements étranges, ne me regardez pas. Please.

- Hum. Ouais … Oui. Hum.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 10 Juil - 22:40

Je courais à en perdre haleine, mes petites jambes me portant malgré tout sans difficulté loin du nuage de folle qui me suivait. J'entendais des cris, des pas et les battements de mon coeur. Sérieusement, bientôt, il allait me sortir de la poitrine et prendre ses jambes à son cou à son tour afin d'éviter la bande de furie qui me poursuivait! Je grogne de colère et accélère la cadence, maudissant ma petite taille. Pas facile de distancer un groupe de folle lorsqu'on avait la taille d'une enfant!Je parvins néanmoins à contourner l'école sans problème et me dirigeai vers les dortoirs. J'y entrai comme une furie, me dirigeai vers ma chambre et fermai la porte derrière moi en y mettant le verrou. Sans perdre de temps, j'ouvris ma fenêtre et, sans hésitation, sautai en bas. J'attéris durement au sol et fit une roulade, comme un parachutiste, afin de minimiser les dégâts. Malgré ça, mon coude s'errafla et ma cheville m'élança. Je me relevai immediatement et repris ma course, mettant de la distance entre moi et les dortoirs. Mon souffle était rauque et mes poumons devenaient douloureux. Tandis que je courais comme une déchaînée, je repensai à ce qui s'était passé. Parce que oui, il s'était passé quelque chose pour que ces folles me courent après! Non mais, qui avait eu le culot de partir une rumeur disant que je cherchais une compagne? C'était complètement faux! Du coup, une grande partie des folles en rut m'avaient prise pour cible et m'avaient pourchassée sans relâche. Le pourquoi je courais maintenant. Je tenais à ma vie, quoi. Même si dans mon quotidien, j'agissais comme si je me foutais de tout.
J'arrivai finalement au parc, complètement épuisée de ma fuite, les jambes tremblantes. Je me cachai derrière un arbre et y appuyai mon dos afin de reprendre mon souffle. Mes vêtements me collaient à la peau à cause de la sueur et mes cheveux étaient dans un piteux état. Avec irritation, je passai rageusement une main dans mes cheveux afin de replacer quelques mêches. La personne qui avait osé partir cette rumeur allait y goûter! Dès que je trouvais qui était l'idiot ou l'idiote qui avait parti cette fausse information sur moi, j'allais me faire un plaisir de le découper en morceaux!
Je passais mes mains sur ma jupe pour la replacer lorsque j'entendis un bruit non loin de moi. Je vis une forme dégringoler d'un arbre pour par la suite se relever et... bon sang... Est-ce que cette personne venait vraiment de déraciner un arbre? Je fixais la personne, surprise, n'osant trop bouger. Peut être que si je restais silencieuse, elle ne me remarquerais pas...
Mais soudainement son regard se posa sur moi et la personne cessa tout mouvement. Je me raidis instinctivement, prête à prendre mes jambes à mon cou. La perspective de recevoir un arbre en plein visage ne m'attirait pas vraiment...
Finalement, la personne laissa retomber l'arbre qui fit trembler le sol, puis elle tourna les talons et leva une main dans les airs afin de... quoi? Aucune idée. Que faisait-elle au juste? Je regardai un peu plus loin et ne vit personne. Nan, cette fille ne faisait pas de salut de la main à qui que ce soit, sauf si elle hallucinait.
Je reportai mon attention sur la personne, essayant déterminer qui ça pouvait être. Puis je la reconnu enfin. Pas parce que je l'avais déjà croisé, non. J'avais toujours vu Yume Kuroi de loin (parce qu'elle était souvent entourée de fans trop bruyants) et quelques fois lors de ses combats dans l'arène. Maintenant que je me retrouvais si près d'elle, je me posais des questions. Que faisait-elle ici? Pourquoi avait-elle déraciné un arbre? Et pourquoi diable faisait-elle "coucou" dans le vide?!!!?!??!
Je secouai la tête afin de faire balancer ma frange sur le côté et me redressai avant de faire quelques pas dans sa direction.

-Tu sais, à balancer la main dans le vide comme ça, les gens vont penser soit que t'es folle, soit que tu te pratique à saluer la foule si jamais tu réussi à vaincre Dead Master dans l'arène.


Oui, je savais que Yume avait essayé de défier Dead Master. Les nouvelles allaient vite à Undai, et même une pauvre idiote comme moi, occupée à courir pour fuir une bande de détraquée en rut, pouvais porter attention à ce qui se passait autour d'elle.
Je restai à une distance raisonnable de Yume (après l'avoir vu déraciner un arbre sous la colère, je ne voulais pas être la prochaine victime de ses sautes d'humeur!) et penchai la tête sur le côté, intriguée.

-Mais qu'essais-tu de faire au juste?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Jeu 12 Juil - 20:17

Et c’est là … là que le monde a arrêté de tourner, c’est là que j’ai vraiment cru que aujourd’hui était sans doute la pire journée de ma vie pour oser, que dis-je, imiter un singe se trouvant dans une cage dans un Zoo en balayant l’air de ma main. Deux solutions s’offraient à moi, ignorer la personne et partir en courant ou bien, lui taper dessus, jusqu’à ce qu’elle oublie ce qu’il venait de se passer. Sérieusement ? Les deux me tentaient ! Je tape et puis je cours ? Non, je ne suis pas de ce genre de personne voyons ! Moi, je tape, je retape et après, je regarde le sang s’étaler -ici, dans la prairie- sur le sol avant de partir aussi tranquillement que j’étais arrivée ici.

-Tu sais, à balancer la main dans le vide comme ça, les gens vont penser soit que t'es folle, soit que tu te pratiques à saluer la foule si jamais, tu réussis à vaincre Dead Master dans l'arène.

Et c’est à ce moment là que mon envie de lui attraper la tête et de lui faire bouffer le gazon s’intensifia en moi. Oui, faire la conne toute seule, c’est passable, mais que je reçois une remarque en prime après mon humiliation était trop, trop, trop ! Tuer, oui, tuer pour sauver mon honneur … Honneur ? Depuis quand l’avais-je oublié quelque part celui-là ! Parce que oui, déjà que je me suis faite bouffer par la folle aux yeux de chats, fallait en plus que cette blonde me demande si je m’entraînais à faire des coucous aux gens si je gagnais un jour ? Foutage de gueule suprême, elle va morfler cette gamine. -Mode Humeur De Chienne Fâchée-.

-Mais qu'essais-tu de faire au juste?

Me retournant enfin en laissant mon air se figer sur mon visage, décrivant bien mon ennui de la situation, je me mis devant elle, croisais les bras, la toisais du regarde en la détaillant de haut en bas. Blonde, bizarre, yeux … yeux bleus, un air trop sûr d’elle dans sa pose -elle me gonfle déjà rien qu’en la regardant si je ne prenais pas ses paroles en compte-, seconde ? Non, première, elle pue la matérialisation à dix mètres … passage en rang avec moi également donc, étrangement, je me rappelle plus de l’avoir vu. Alzheimer précoce ? Qui sait. Et moi, fallait que je lui réponde à cette blonde … bah oui, je suis éduquée ! Non ? Je me disais aussi.

- Ca te regarde ?

Bah non, justement alors lâche moi la grappe et vas jouer avec des papillons. Me retournant sans plus attendre, j’attrapai l’arbre dont j'eus détrôné les racines s’enfonçant jusqu’au royaume des morts et dont la tête au ciel était voisine. Encrant mes doigts dans la ronce de celui-ci, ni plus ni moins, je le replantais en l’enfonçant dans le sol. Jardinerie ? Ce n’est pas mon truc, vraiment pas. Une fois chose faite, je fis des petits mouvements en essayant d’ouvrir une nouvelle brèche, sans succès. Ouais bon, cette fois-ci j’ai fait attention que l’autre ne me regarde pas hein … une fois mais pas deux, et puis … et puis merde, j’ai pas à me justifier ! Et puis qu’est-ce qu’elle attend comme ça devant moi -derrière en fait- celle là ?!

- Quoi ? Tu veux que je te fasse un filet à papillon pour que tu puisses gambader dans le parc à la chasse aux insectes ? Non, bah alors pars.

Ma gentillesse, hum, je m’aime.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Jeu 12 Juil - 20:57

Yume se retourna vers moi, un air visiblement ennuyé peint sur le visage. L'avais-je irritée? Déjà? On dirait bien que oui. Vraiment, des fois, je m'étonnais de la vitesse à laquelle je parvenais à ennuyer les gens seulement par ma présence. Je soupirai et fit un pas de reculon, par précaution. Je ne voulais pas avoir de problème avec Yume. Ma journée étais déjà assez merdique comme ça, pas la peine de me retrouver avec une Yume enragée sur le dos.

- Ca te regarde ?

J'hausse les épaules sans m'offusquer de son ton hargneux, agissant comme si j'étais indifférente à tout. Yume était connue pour être antisociale avec tout le monde. Je ne faisais pas exception. Mais j'étais tout de même curieuse. Je me demandais ce qu'elle pouvait bien essayer de faire, et ce qu'elle faisait ici, en plein milieu du parc, venant tout juste de dégringoler d'un arbre. Sans plus me prêter attention, elle se pencha vers l'arbre et sans efforts, le replantai dans le sol, créant un boucan de tout les diables et faisant trembler la terre sous nos pieds. Je jetai un rapide coup d'oeil hors de la zone où on se trouvait, mais ne vis personnes dans les environs.
Je savais que si je tenais à ma vie et à ma santé, il me faudrait surveiller mes paroles en présence de Yume. Cette dernière, avec sa force, n'aurais aucun mal à me rendre K.O en moins de deux. Je restai derrière elle, bras croisés sur la poitrine, ne sachant pas trop quoi faire. Je ne voulais pas quitter le couvert des arbres, ces derniers m'offrant une cachette contre les folles en rut. Elles avaient probablement déjà défoncé la porte de ma chambre pour la découvrir vide, et elles devaient probablement être en train de me chercher ailleurs. Si je sortais de ma cachette maintenant, je risquais de me faire repérer. Mais si je restais aussi, je risquais de me retrouver à la merci de la violence de Yume.
Je portai mon regard vers l'école lorsque j'entendis quelques paroles incompréhensibles de filles hystériques. Me concentrant néanmoins sur ces paroles, je fut capable d'entendre mon nom et le mot "chambre", puis "chercher ailleurs". Je grognai de colère et me déplaçai afin qu'un arbre cache ma frêle silhouette. Je regardai ensuite Yume et constatai que elle aussi était cachée, que ça soit voulu ou non. Elle me faisait toujours dos, mais lorsque le silence s'éternisa, elle se retourna vers moi, n'appréciant visiblement pas le fait que je sois toujours là.

- Quoi ? Tu veux que je te fasse un filet à papillon pour que tu puisses gambader dans le parc à la chasse aux insectes ? Non, bah alors pars.

Je plongeai mon regard dans le sien, retenant de justesse une remarque acide. Puis je tournai la tête sur le côté lorsque j'entendis des bruits de pas. Un groupe de fille courait non loin, mais passa sans nous voir. Une fois certaine qu'elles étaient bien loin, je reportai mon attention sur Yume.

-Pas la peine, garde ton filet pour les nunuches d'Undai. Et je ne partirai pas.


Comme pour appuyer mes dires, je m'accotai contre l'arbre derrière moi, défiant Yume du regard. Si ma présence la dérangeait autant, elle n'avait qu'a partir, elle! Je soutint son regard sans flancher. J'étais loin d'être faible, et même si Yume était un danger publique, je n'allais pas la laisser me donner des ordres aussi facilement! J'avai bien le droit de rester ici si je le voulais! Qu'elle me force donc à partir! Un petit sourire étira mes lèvres lorsque je remarquai ses petits gestes dans le vide, qu'elle tentait de cacher.

-Quoi que tu essaie de faire, ça n'a pas l'air de fonctionnner.


Avais-je dis qu'il fallait que je surveille mes paroles? Bah, on dirait que j'avais déjà oublié ça~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Lun 30 Juil - 21:54

-Pas la peine, garde ton filet pour les nunuches d'Undai. Et je ne partirai pas.

Haha, l’ironie que pouvait me sortir cet enfant me laissait de marbre. Dieu, était-il seulement possible d’être aussi inutile et insignifiante pour vouloir se voir mourir aujourd’hui ? La raison de cette mort ? N’était-elle pas évidente ? Dois-je toujours vous ouvrir les yeux sur ces gamins qui se prennent pour des Dieux, et comme bon leur semble osent parler ainsi à MA personne des plus IMPORTANTES ?! Oui, les jeunes d’aujourd’hui ne savent plus se retenir et montrer de la politesse aux aînés. Devrais-je y remédier ? Non, j’en avais marre de me salir les mains pour des moins que rien.

-Quoi que tu essayes de faire, ça n'a pas l'air de fonctionner.

Sans blague ? Devait-on avoir un QI de génie pour comprendre cela ? La réponse était évidente quand on regardait la tête blonde prendre ses aises à mes côtés. Dans un soupir bien marqué, je me décidais enfin de lui faire face, mes pupilles rivées dans les siennes, une seule idée me passa par l’esprit. Matérialiser, matérialiser et déchiqueter. Cela va de soi que dans ma grandeur naturelle supérieure à ma bonté, je me devais d’éradiquer les déchets … n’avais-je pas dit que je ne voulais pas me salir les mains ? Réfléchissez, c’est pour cela que je viens de mettre en avant ma « bonté » divine.

Levant la main dans sa direction, je restais moins d’une seconde ainsi avant de ressortir un soupir. Et bah en plus de ne plus ouvrir des champs de téléportation, mon pouvoir me dit clairement que je ne dois pas la buter. Une panne de matérialisation, ca existe ? Bah si c’est le cas, je dois aller vers Deady pour me mettre en réparation ?! Bande de cons.

- Comme bon te semble.

Bah oui, j’allais pas la taper avec le tronc d’arbre que j’avais arraché … Quoi que ? Regardant celui-ci avec insistance, l’envie montante redescendit d’un coup quand mes fesses se posèrent sur la pelouse d’un vert écœurant alors que mon dos vint caresser l’écorce du chêne. Ouais, une manière plus belle pour dire que j’ai le cul sur le sol et le dos contre du bois hein … Dieu, pourquoi faire de si belles phrases pour dire des choses aussi banales ? Vous m’expliquez ? Non ? Tant pis.

Laissant un ange passer, le silence s’installa à ma plus grande satisfaction. Les yeux clos et les bras croisés, j’essayais de me détendre ne serait-ce qu’un instant devant le machin qui -je m’en doutais- me fixait sans plus de cérémonie. Une minute, deux minutes, trois, quatre, cinq. J’en ai marre.

- Et sinon, la vie est belle, des amis, des amours ? Une tasse de thé ? Perso, je veux bien un coca si tu en as dans ta poche !

Un rire qui en disait long et la suite dite d’un ton froid, digne de ma personne.

- Parle, divertis-moi, rends-toi utile. Quoi que, est-il seulement possible que tu le sois, jeune première ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mer 1 Aoû - 14:05

Les yeux de Yume se plantent dans les miens, et on se dévisage pendant un bon moment. Je savais que j'avais parlé un peu trop, jouant probablement sur ses nerfs qui étaient déjà mis à dure épreuve. Je restai immobile lorsqu'elle leva la main dans ma direction, me demandant ce qu'elle s'apprêtait à faire. Probablement me mettre une bonne raclée à cause de mon insolence. Je n'en serais pas surprise. Mais rien ne se passe et je l'entends clairement soupirer tandis qu'elle laisse retomber son bras. Je ne sais pas c'était quoi son problème, mais visiblement, ça avait un lien avec la matérialisation. Comment le savais-je? Voyons, tout le monde sait que lorsque Yume est en colère, mieux vaut prendre ses jambes à son cou car elle matérialisait sa robe de combat où et quand elle le voulait, et si un malheureux la poussait trop à bout... Bref, dans certaines situations, il valais mieux savoir courir que se battre. Et honnêtement, je n'avais aucune envie de me battre contre Yume. Est-ce que j'avais peur d'elle? En quelque sorte, et je n'avais aucunement honte de le dire. Pour le moment, je ne semblais pas trop en danger, puisque sa matérialisation lui faisait mystérieusement défaut. Mais qui sait ce qu'elle ferait si l'envie de me buter lui prenait? Elle avait tout de même déraciner un arbre quelques minutes plus tôt...

- Comme bon te semble.

Je la vit lancer un regard vers l'arbre qu'elle avait violenté plus tôt et mes muscles se tendirent par réflexes, me préparant au pire. Si elle décidait de déraciner cet arbre de nouveau, je prendrais mes jambes à mon cou, folles en rut dans les parages ou pas. Disons que l'idée de recevoir un tronc en pleine poire ne m'attirait vraiment, mais vraiment pas. Mais Yume se laissa tomber au sol, s'accotant contre un arbre et je me détendis. Elle ne semblait pas vouloir me donner une raclée. J'étais donc en sécurité. Pour le moment. Il fallait vraiment que je surveille mes paroles. Mais bon dieu que c'était difficile lorsqu'on était en rogne et les nerfs à vifs!
Yume resta un moment ainsi, laissant le silence s'installer. Comme elle avait les yeux fermés, je me sentais plus à l'aise. Je la regardai un moment avant de reporter mon attention vers la route du parc, mais ne vis personnes en vue. Est-ce que les folles avaient finalement abandonné toutes recherches? Je l'espérais bien. Puis je pensai à ma chambre et un grognement de désespoir m'échappa et je fit un de ces fameux "facepalm". L'idée qui venait de me traverser l'esprit était tout comme un cauchemar. Si ces femelles en rut avaient défoncé la porte de ma chambre, nulle doute qu'elle avaient fouillé dans mes affaires. Et dans mon tiroir de sous vêtements. La gêne, merci de me tenir compagnie en ce moment merdique! Dès que je vais pouvoir retourner dans ma chambre, il me faudrait, de un: évaluer les dégâts et demander une nouvelle porte, de deux: compter les morts et les disparus ( sous vêtements et autres), de trois: me débarrasser des parasites s'il y en avait (car je n'en doutais pas, certaines filles squatteraient ma chambre jusqu'à mon retour. Ce fut la voix de Yume qui me rappela au moment présent et je reportai mon attention sur elle.

- Et sinon, la vie est belle, des amis, des amours ? Une tasse de thé ? Perso, je veux bien un coca si tu en as dans ta poche !


Elle échappa un rire froid, se trouvant visiblement drôle. Je restai impassible, mais serrai les mâchoires d'irritation à la suite de ses mots.

- Parle, divertis-moi, rends-toi utile. Quoi que, est-il seulement possible que tu le sois, jeune première ?

Mais pour qui elle me prenait, un clown tout droit sorti d'un cirque? Comme si j'allais la divertir! Si elle voulait du divertissement, qu'elle aille ailleurs. Et moi, être utile? Aucunement. Je ne serai jamais utile, je n'étais qu'une pauvre débile qui errait sur terre pour... pour quoi, d'ailleurs? Pour rien, strictement rien. Je restai immobile un moment, laissant le silence s'éterniser. Comme je ne voulais pas sortir de ma cachette et comme je m'ennuyais à mourir, je matérialisai distraitement l'une de mes dagues sans m'en rendre compte et m'amusai à la lancer dans les airs, la rattrapant toujours entre mes doigts par la lame, avant de la relancer de nouveau, la faisant tournoyer au dessus de moi. C'était une chose que je faisais souvent lorsque j'avais rien à faire. Ça et pratiquer mes lancer. Mais je n'allais tout de même pas balancer mes dagues à Yume, hein. Je ne suis pas suicidaire.

-Je suis utile à rien, n'attends donc rien de moi. Et du divertissement, tu risque d'en avoir très bientôt si la chance décide de m'abandonner.


En effet, j'avais capté du coin de l'oeil le retour des femelles en rut qui passaient le parc au peigne fin. Bientôt, elles seraient dans notre zone et elles me verraient à coup sûr. Est-ce que la présence de Yume les tiendraient à distance? J'en doute. Je levai la tête vers l'arbre derrière moi et calculai qu'il ne serait pas trop difficile d'y grimper pour m'y cacher. Une fois bien en place et restant immobile, je pourrai probablement passer inaperçue, et les filles passeraient sans me trouver. Si je voyais qu'elles venaient dans notre direction, je n'hésiterais pas à me cacher dans l'arbre. La question restante était: est-ce que Yume allait dévoiler où je me cachais? Probablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Lun 13 Aoû - 19:39

-Je suis utile à rien, n'attends donc rien de moi. Et du divertissement, tu risques d'en avoir très bientôt si la chance décide de m'abandonner.

Rien que l’entendre se plaindre me donnait la nausée, si elle était si bonne à rien qu’elle pouvait se décrire, pourquoi ne se tuait-elle pas ? Un petit saut dans la baie de Kyoto et l’histoire était close. Oui, elle me ferait plaisir de la sorte, du moins, ainsi, je ne devrai pas « salir » mes mains en éradiquant son existence des plus insignifiantes.  La suite de ses dires ne me fit pas résonance quand je vis un petit groupe de filles s’approcher de nous. Les bras toujours croisés, je fixais les hanches des femmes se poser devant moi avant que celles-ci ne se masquent de ma vision, quand des décolletés me sautèrent au nez. Était-il coutume de nos jours de se vêtir si peu ?! Oui, je pouvais parler en sachant que ma tenue de combat n’était autre qu’un mini-short et d’un dessus … presque inexistant ?

- Black Rock Shooter-Sama. Aha. Vous est-il commun de vous reposer ainsi ? Cela ne dérangera  personne si je vous emprunte votre charmante compagne.

Tout en disant cela, elle envoya les autres filles à la poursuite de la blonde qui s’était réfugiée dans l’arbre pour sans doute fuir ces personnes. Sans plus attendre, elles la firent descendre et … je dois faire un dessin ? Sans doute. Regardant tout cela d’un air distant, je vis le groupe se poser autour de la chose « bonne à rien » et tout en douceur, se poser sur celle-ci comme si de rien était. Et bien, les mœurs de cette école n’étaient pas étonnants en sachant les décisions de Dead Master à ce sujet.

- En y pensant, peut être que …

La fille, de son arrogance des plus juvéniles, qui m’eut adressé la parole tantôt venait se rapprocher de moi sans crier garde. Posant la main sur ma jambe sans plus attendre, elle caressa celle-ci en montrant bien les quelques pensées perverses qui pouvaient lui traverser l’esprit. Levant les yeux en décrivant la personne, je fronçais les sourcils sans plus attendre. Une petite femme brune au corps sublime, une voix aussi mielleuse qu’Ayame et cette putain de sensation qu’elle était en terminale … un merdier pas possible m’attendait en sachant que ma matérialisation … ma source de pouvoir était aussi vide qu’un petit seconde venant de débarquer. Une chance sur deux ? Même pas, si j’attaque, je mets ma main à couper que je me retrouve au sol et, pour cerise sur le gâteau ; Je salis ma réputation. Black Rock Shooter inoffensive comme un chaton ? Oui, autant se pendre. Secouant la tête en cherchant solution à mon problème, j’essayais de me bercer d’illusions en me disant que ma force physique serait suffisante … Oui … Elle … Non. Elle ne le sera pas.

- Ah.

Me levant sans plus attendre, je tournais les talons pour m’échapper de ce merdier qui puait déjà à des kilomètres à la ronde. Abandonnant sans plus attendre la blonde, j’espérais tant bien que mal, de m’en sortir.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Lun 13 Aoû - 20:45

Je jurai sans élégance lorsque l'une des fille remarqua Yume et se dirigea vers elle, faisant signe à ses compagnes de la suivre. Je tournai légèrement la tête lorsque j'entendis l'une des fille appeler Yume par son surnom de combat.

- Black Rock Shooter-Sama. Aha. Vous est-il commun de vous reposer ainsi ? Cela ne dérangera personne si je vous emprunte votre charmante compagne.

Elle me désigna du menton, ordonnant aux autres filles de me courir après. Sans plus attendre, je me précipitai vers l'arbre, tentant d'y grimper. Mais la semelle de mon soulier, lorsque je voulu grimper au tronc d'arbre, glissa et je ne fus pas capable d'agripper la branche. Je n’eus pas le temps de tenter de nouveau ma chance qu'on m'attrapa par les bras et qu'on me tira vers l'arrière sans ménagement. Je tombai bientôt sur le sol, me retrouvant sur le dos et sans défense tandis qu'on me maintenait solidement sur l'herbe tandis que des mains baladeuse se frayaient déjà un chemin sur mon corps sous les rires de ces filles en rut. Je grognai de colère et tentai de me débattre, mais ma foutue taille d'enfant était un sacré désavantage. Je profitai de l’inattention d'une fille pour libérer ma jambe gauche et lui envoyer un coup de pied sur la mâchoire qui la sonna complètement. Elle s'effondra au sol et ne se releva pas. Une autre pris sa place pour retenir ma jambe avec difficulté tandis que je me débattais avec colère, grognant comme un ours enragé. Yume n'avait pas l'air d'aller mieux à voir son air incertain. Ses pouvoirs lui faisaient probablement encore défaut. Je mordis une paume qui vint cacher mon champ de vision, récoltant un cri de douleur et une claque sonore qui m'étourdit un moment. Mon bras fut relâché qu'un instant, mais ce fut tout ce que j'avais de besoin. Sans attendre, je matérialisai l'une de mes dague et la plantai sans ménagement dans la main de l'une des folles en rut, la faisant hurler de douleur et lui clouant la main au sol. Profitant de l'effet de surprise, je donnai un violent coup de pied sur le genou d'une personne, lui disloquant la rotule et la faisant elle aussi hurler de douleur. J'avais l'impression qu'un bon nombre de mes agresseur n'étaient qu'en première.
Mais l'une d'entre elle matérialisa une épée et tenta de me la planter au travers du corps. Je réussi à m'extirper in-extremis de l'emprise des folles pour faire un roulade au sol, l'épée se plantant là où je me trouvais une seconde plus tôt. Deux de mes adversaires était hors de combat et l'une d'entre elle restait en retrait, sa main, que j'avais mordue jusqu'au sang, tenue contre sa poitrine. Elle tenta d'empêcher les autres de continuer, les suppliant de me laisser tranquille.

-Vous voyez bien qu'elle est trop dangereuse, allons trouver quelqu'un de plus faible!


Mais ses congénères étaient têtues et celle à l'épée, enragée. Je me relevai d'un bond et matérialisai mes deux dagues dans mes mains, me plaçant en position de combat. Je ne sais pas ce que faisait Yume, et je n'avais pas le temps de regarder. J'avais trois adversaires devant moi, dont l'une d'elles tenaient une épée assez menaçante. Elle engagea l’offensive, me forçant à parer et à éviter les coups. Mais ce n'étais pas un combat loyal. Tandis qu'elle s'acharnait sur moi, les deux autres utilisaient tout ce qui leur tombait sous la main pour me nuire, lançant des roches et autre. L'une d'elle m'atteignit au sourcil et me fit une vilaine coupure. Étourdie et à moitié aveugle, je fis un pas de reculons, ne remarquant pas l'autre fille qui s'était glissée derrière moi, et tombai à la renverse lorsqu'elle me fit un croc-en-jambe. J’atterris durement au sol, grognant de douleur lorsqu'une roche particulièrement pointue me blessa l'omoplate. J'échappai mes dagues lors du choc, ces dernières étant maintenant hors de portées. Le souffle court, le sang me coulant en plein visage, je tentai de me relever, mais la fille à l'épée appuya son pied sur mon torse, me forçant à rester au sol. Ses deux complices se placèrent à ses côtés, souriantes.

-Vous voyez les filles, c'est avec persévérance qu'on attrape le Grizzly.

Elles ricanèrent tandis que je tentais vainement de me relever. Agacée par mon comportement, celle à l'épée me donna un coup de pied en plein visage qui me sonna complètement. Ma vue se teinta de noir sur les bords et je vis des étoiles. Je dus lutter pour ne pas perdre connaissance, avalant ma salive avec difficulté, goutant du sang au passage. Je restai au sol un moment, tentant de récupérer. Où était Yume? Avait-elle fuit? Probablement. Sans ses pouvoirs, elle aurait passé pour une bonne à rien. Un rire moqueur m'échappa et, croyant que je me moquais d'elle, la folle à l'épée m'envoya son pied dans les côtes, me coupant le souffle. Je me roulai sur moi même, tenant mes côtes de mes bras, cherchant vainement de l'air pour respirer. Bon sang que ça faisait mal.

-Qu'est-ce qu'on fait d'elle maintenant? Moi j'dis qu'on la laisse pourrir ici, elle à trop fait de dégât.


-Avec tout le mal qu'on s'est donné pour l'avoir? T'es complètement folle.


-Yume en vaut dix comme elle! Et nous l'avons à portée de bras...


Je les entendis ricaner et elles firent l'erreur de détourner leur attention de moi. Les prenant par surprise, j'agrippai une de mes dagues que j'avais discrètement rapprochée de moi et la lançai sur la fille à l'épée, lui faisant une vilaine coupure le long de son bras. Sous la douleur, elle en échappa son épée qui se dématérialisa et elle mit sa main sur sa blessure, me regardant avec colère. Avant qu'elle ne fasse quoi que ce soit d'autre, je fis mine de lancer ma seconde dague. Cela suffit enfin à les dissuader d'aller plus loin. Sans demander leurs restes, elles prirent leurs jambes à leur cou, emmenant les blessées avec elles. Le souffle court, le visage taché de sang et le corps en douleur, je me relevai avec difficulté, me tenant les côtes d'un bras et cherchai Yume du regard. Elle était non loin, à la merci de la dernière folle. Cette dernière tenait Yume en respect, pointant la lame de sa lance sur sa gorge. Grimaçant de douleur, je me penchai et attrapai l'une de mes dagues et marchai vers elles, grimaçant à chaque pas. Yume me remarqua bien vite, ne me lançant qu'un regard discret. Mais l'autre, dos à moi, ne vit rien venir. Avec les dernières forces qui me restait, je lançai ma dague dans la direction de la fille, la touchant pile là où je le voulais: sa main. Elle échappa son arme en criant de douleur.
Trop épuisée et en douleur pour faire quoi que ce soit d'autre, je m'effondrai au sol, ne bougeant plus. J'avais au moins donné un peu de temps et de diversion à Yume pour que celle-ci s'en sorte. Étendue là au sol, sans force, mes pensées vagabondèrent un peu partout. La question qui me taraudait était cependant: pourquoi avais-je aidé Yume? Cette dernière n'aurait jamais levé le petit doigt pour moi, ça c'est certain. Une image s'interposa à mon esprit et je me revis ce fameux soir avec Kaïla à la gare, lorsque je lui avais sauvé la vie. Je secouai (enfin, tentai de secouer) la tête et soupirai.

-Bordel Nomura, tu deviens trop gentille, et un jour, ça va te tuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Lun 13 Aoû - 23:15

Un souffle dans le corps, une envie de me barrer d’ici à la vitesse de la lumière mais une chose, une main trop douce, trop chaude vint me retenir dans ma lancée. Partir si simplement ? Non, cela aurait été impossible et je le savais. Alors que je me retournais, je vis la jeune première se faire bouffer par les autres filles de son rang. Un combat ? Elle savait se défendre, je n’étais pas une mère poule et je n’aidais pas les déchets. Si ils voulaient crever par la main de leurs semblables, cela ne me regardait pas, je ne pouvais intervenir dans un combat à cause de mes promesses, de mon rang, de ce que je suis.

Une règle que je ne tenais pas quand il s’agissait de Kaïla, une règle que j’ignorais quand ma chère et unique amie étant en danger. Oui, pour elle j’étais prête à défier le monde, défier Ayame pour nettoyer son honneur. Que des paroles n’est-ce pas ? Des paroles que je ne savais pas faire devenir des gestes, la honte … Oui, je la ressentais parfois.

Tenue par une main, je levais les yeux vers celle qui me souriait avec malice. Je ne l’avais pas provoqué, non, je l’avais ignorée et là voilà, de sa grandeur imposante me regarder tout en touchant la personne que j’étais de ses mains tout juste manucurées. Une pimbêche dont il était facile de connaître le milieu, encore une de ces enfants de riches qui croient qu’avec l’argent, on pouvait tout faire. Le pouvoir, l’argent, de l’influence, que demander de plus dans ce monde si laid ? Rien, plus rien pour ceux-là, plus rien pour ces vermines.

- Yume-Sama ne devrait pas se sauver ainsi, je crus comprendre que les femmes ne te laissaient pas indifférentes, pourquoi ne viendrais-tu pas jouer avec moi ? Je suis bien meilleure que Dead Master-Sama …

Grimaçant à ses dires, je me demandais bien qui lui avait colporté ces choses. Bien que je préférais les femmes aux hommes, cela ne voulait pas dire que je me mélangeais avec les impuretés de la nature. Oui, l’humain était impure … Ayame n’avait rien d’humain, même son apparence laissait à penser que celle-ci ne venait pas d’une personne. Des cheveux verts, des yeux verts, une peau aussi pale que la neige … oui, un gosse d’Alien en somme. Kaïla … Kurayami était différente, elle, elle n’était pas comme les autres. Alors penser que cette petite terminale pouvait « être une personne mieux que celle que j’avais » me faisait plus rire qu’autre chose.

- Je ne joue pas avec les déchets, j’ai bien mieux à faire que me trémousser dans les ordures.

Laissant un sourire apparaître, je jubilais d’avoir dit cela tout en sachant que si elle le prenait mal, il en était fini de moi. Laissant bien mon sourire narquois sur les lèvres, je regardais celui de la terminale s’agrandir alors qu’elle matérialisait déjà une épée tout en la plaçant sous mon cou. Courir et fuir, non, je restais devant elle, les bras croisés ; mon arrogance n’avait décidément pas de limites.

- Yume-Sama ne devrait pas me traiter de la sorte. Bien que vous avez la réputation d’être plus forte que quiconque, je suis aussi puissante ! Ne croyez pas que …

Sans crier garde, je vis la jeune blonde essoufflée lancer une de ses armes sur la terminale qui, par la surprise ne sut contenir l’attaque. Le lame plantée dans sa main, elle lâcha prise et cria de douleur ainsi que de stupéfaction. Les deux armes dématérialisées et sachant mon ennemie déconcentrée, je ne me gênais pas pour lui faire une petite prise. La faisant passer au dessus de moi, une main sur l’épaule et l’autre sur la hanche pour la faire basculer, voilà que la beauté s’écrasa de toute sa splendeur sur l’herbe humide de la forêt. Grimaçant sur le sol avant de se relever, deux épées en main, la chose était en colère et moi … moi je ricanais légèrement avant de me diriger vers Miyuki et de la faire se relever en tirant sur le col de sa blouse. Une chance sur deux pour que je crève ou que je nous sauve. Non pas que je suis gentille avec elle, disons plutôt que je n’aime pas avoir de dettes et que je préfère rendre la pareille en cas de besoin … ou un truc dans le genre quoi !

Un simple mouvement de la main en me concentrant et voilà que mon portail s’ouvra enfin. M’engouffrant dedans en tirant toujours la tête blonde avec moi, j’arrivais dans un nouvel endroit. « Arriver » était un grand mot puisque j’atterrissais sans mégarde dans le bureau de la terreur de Undai, signé Dead Master. Sans plus attendre, je regardais mon corps. Par chance, celui-ci était toujours entier, un passage réussi, mais un putain de tournis … Un, deux, trois … Et merde.

Tournant de l’œil sans plus attendre, je m’effondrais sur le sol alors que j’entendais une voix que j’aurai préféré éviter … Non, ça pue toujours autant, mais au moins, je me ferai violer par autre chose qu’une vermine oui … Ayame valait mieux que ça, Ayame savait mieux que les autres, elle était meilleure, elle était …

- Yume-Chan ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Lun 13 Aoû - 23:57

Je regardais le brin d'herbe qui était (trop) près de mon nez et soupirai. Combien de temps encore allais-je rester ainsi, étalée à la va-comme-je-m'écrase, incapable de bouger? Aucune idée, mais j'espérais honnêtement qu'on allait m'aider à sortir du parc et, au mieux, m'aider à me rendre dans ma chambre. Je ne voulais pas rester dans le parc indéfiniment, vulnérable et trop faible pour me défendre. S'il le fallait, j'allais ramper jusqu'à ma chambre, tien! Mais finalement, je n'eus pas à prendre cette décision folle. Je me sentie soulevée et pratiquement étranglée par une force inconnue et je tentai de me libérer, mais abandonnai rapidement. Je n'avais plus aucune force et j'avais reconnu Yume du coin de l'oeil. Je ne sais pas trop ce qui se passa par la suite. Tandis que Yume me tirait toujours à sa suite, moi je regardais la furie se relever, prête à nous couper à tête à toutes les deux lorsque soudainement, notre environnement changea du tout au tout. Je me retrouvai rapidement au sol contre une surface assez dure et la masse de Yume s'écrasa sur mon dos, me plaquant au sol. Je grognai de douleur mais, trop faible, ne fit rien pour tenter de l'ôter de là. À travers mes yeux à demi fermés, je tentai de déterminé où nous étions et bien sûr, je tentais de comprendre ce qui c'était passé. Visiblement, Yume avait des pouvoirs bien plus puissants que les élèves normaux. Elle venait tout juste de nous téléporter... où au fait? Aucune idée, mais ce qui était sur, c'était qu'elle venait de nous sauver les miches... ou peut être pas. Je sentis un frissons inconfortable me passer de la tête aux pieds lorsque j'entendis cette voix tant redoutée à Undai et je soupirai.

- Yume-Chan ?

-T'as pas pensé à un meilleur endroit où aller, par hasard?
marmonnais-je, trop bas pour que Yume m'entende.

Et elle n'était pas vraiment en état pour m'entendre. Je restai calmement au sol (bah, je ne pouvais pas bouger, je n'allais donc pas me débattre pour rien hein!) et levai mon regard sur Dead Master. Je devais avoir une sale apparence, le côté gauche de mon visage taché de sang et ma lèvre éclatée, merci à cette pimbêche qui avait décidé de prendre ma tête pour un ballon de foot. J'avais souvent eu des problèmes avec Dead Master dans le passé, à cause de mon comportement trop violent envers les étudiants. Mais je m'étais calmée depuis, et ça faisait un bail que je n'avais pas remis les pieds ici. Et, honnêtement, je ne m'étais pas ennuyée de l'endroit. Tout paraissait trop sinistre, trop froid, et la présence à Dead Master elle seule vous donnais le goût de partir en prenant vos jambes à votre cou. Le seul problème? J'étais coincée sous une Yume inconsciente et j'étais en bien trop mauvais état pour me lever sans aide. Je restai donc immobile et silencieuse, attendant la suite. Je ne voulais pas risquer de mettre Dead Master en colère. Je n'étais pas en état de me défendre ni de fuir si jamais elle se prenait un excès de violence, je voulais donc à tout pris éviter de la mettre en colère. Mais pour l'instant, elle paraissait plus intéressée par Yume que d'autre chose, j'étais donc correcte. Pour l'instant.
Le poids de Yume commençait à devenir pesant et je grognai en tournant légèrement la tête.

-La terre à Yume, la terre à Yume. Tu m'écrase. Et bordel que ça fait mal.


J'avais probablement une côte de fèlée, ce qui expliquerait pourquoi j'avais si mal lorsque je bougeais mon torse. J'essayai de m'extirper de sous elle, mais j'en fus incapable. J'abandonnai et lançai un regard vide d'énergie à Dead Master.

-Est-ce que vous pourriez m'aider, s'il-vous-plaît, Dead Master-sama?


Houlà, la politesse. Mais mieux valait être poli avec Dead Master. Sinon, gare à ceux qui lui manquaient de respect. Je ne suis même pas certaine qu'on survit à un manque de respect vis à vis Dead Master.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 14 Aoû - 0:44

Un regard amusé et me voilà prête pour ma journée, essuyant le peu de sang qui me restait sur les doigts, je m’extirpais de cette ruelle bien trop sale pour accueillir ma personne. Un léger ricanement avant de m’engouffrer dans un de mes tunnels de téléportation alors que mon corps disparaissait de la scène de crime sur laquelle, j’avais laissé pour signature, l’emprunte de mon talon. La police ? Je n’en ai pas peur, qu’ils viennent seulement, je ne dis jamais non à un peu de divertissement. Mais quoi qu’il en soit, je sens déjà vos nez curieux venir me demander pourquoi, pourquoi je venais de tuer cette personne dont le visage m’était déjà devenu inconnu. La raison était simple, mais cela demanderait du temps à l’expliquer et comme je n’en ai pas, autant résumer cela en quelques phrases.

J’étais assise dans le parc de bon matin pour profiter du lever du soleil, en vérité, je m’ennuyais et cherchant une distraction, je n’avais rien trouvé de mieux que de me mettre dans un endroit soi-disant bombé. Oui, le parc était un endroit rempli, à partir de dix heures du matin peut être, mais vers trois/quatre heures, ne vous attendez pas à trouver des mignons petits couples roucouler sur les pelouses. Couple qui, si je le croise, se verra une place dans le cimetière de Kyoto pour l’éternité. Soit, cherchant distraction, je croisai, du moins une personne vint à mon encontre pour me demander du feu. Avais-je l’air d’être une fumeuse ? Non. Réflexe de ma part ? Une flamme jaillissante de ma main, l’homme brûla, rien de passionnant. Suite à ce petit contre-temps, sachant que rester devant un feu humain n’était pas intéressant, je suis partie me chercher une victime dans les rues de Kyoto. Évidemment j’en ai trouvé une, d’où la scène de crime. La personne ? Une femme … non, un homme … je ne sais plus. Celui-ci m’avait demandé l’heure en posant sa main sur mon épaule je crois … ou peut être que non … Soit, ce qui était fait … était fait.

Arrivant dans le domaine de Undai sans plus attendre, je sillonnais les petits passages jusqu’à mon laboratoire. N’y restant qu’un court instant pour y feuilleter quelques documents avant de monter dans mon bureau, j’arrivais, par un passage dit secret, dans mon sanctuaire connu sous le nom de « Bureau de la directrice ». Et la suite ? Lisez les postes plus haut, vous le comprendrez sans plus attendre. Restant un instant interdite devant une Yume qui venait de s’écrouler sur une autre personne qui devenait invisible pour moi, seul son nom traversa mes lèvres alors que la chose qui servait de coussin à ma tendre enfant se plaignait déjà.

Sans plus attendre, non pas en écoutant les plaintes de la blonde, j’attrapais ma jeune élève dans mes bras, posant son corps sur mon cœur battant d’inquiétude. Peu de gens avaient la chance de me voir ainsi, peu de gens et la jeune Miyuki venait de se faire spectatrice d’un spectacle que j’évitais de dévoiler à quiconque. Quoi qu’il en soit, j’aurai tout le temps qu’il me faudrait pour m’occuper de cela à mon retour, oui, ma priorité était celle que je tenais contre moi. Un simple appel et voilà que des personnes vinrent dans mon bureau sans plus attendre, emmenant l’enfant se trouvant dans mes bras. Le pouvoir … telle était une punition qu’elle devrait supporter jusqu’à ce qu’elle se rendra compte de mon utilité dans sa vie. Un lourd secret qui me permettait de la tenir en laisse, un secret qui sera d’ici peu dévoilé devant ses saphirs azurés.

Déposant mes pupilles sur la chose toujours collée au marbre de mon sol, je la fis se relever dans un mouvement de la main. Jouant de son corps comme une marionnette, je la fis s’asseoir sur l’un des fauteuils de mon bureau. Aurais-je dû demander qu’elle parte avec Yume ? Non, on ne mélange pas les priorités ici. Miyuki, qu’as-tu donc encore fait ?

- Je suppose que tu ne seras pas étonnée que je te demande ce qui a mit Yume-Chan dans cet état. Explique-toi Miyuki-Chan.

Un ton mielleux forçant tout de même la parole à la jeune élève de première, oui, je le savais, mais je voulais savoir si elle, le savait. Si c’était le cas, la mort l’attendrait au prochain virage.

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 14 Aoû - 1:53

Je restai quelque peu surprise devant la soudaine marque d'attention que Dead Master porta à Yume, serrant l'élève inconsciente contre elle, mais je fis attention à ne rien laisser transparaître dans mon expression. Je restai de marbre et immobile au sol, attendant qu'elle en aie fini avec Yume. Sous l'ordre de Dead Master, des personnes entrèrent sans plus attendre dans le bureau et emmenèrent Yume avec eux, me laissant seule et sans défense devant la dangereuse directrice d'Undai. Cette dernière posa son regard froid dans le mien et je le supportai de mon oeil qui n'était pas coagulé de sang. Après un moment, elle fit un mouvement de la main et je sentis mon corps être soulevé, tel un pantin dont on tirait les ficelles. Je me retrouvai bien vite assise sur l'un des fauteuils et je grimaçai de douleur lorsque ma côte fêlée bougea dans le mouvement. Vraiment, il me faudrait aller faire un tour à l'infirmerie pour faire soigner ça. La chienne qui m'avait frappé ne m'avais vraiment pas raté. Je restai calmement assise (plutôt à moitié écrasée) sur le fauteuil, prenant de longue et lente respiration tandis que mon corps me criait douleur. J'attendis que Dead Master parle, n'osant pas prendre la parole la première. Ce qu'elle fit bien assez tôt.

- Je suppose que tu ne seras pas étonnée que je te demande ce qui a mit Yume-Chan dans cet état. Explique-toi Miyuki-Chan.


Je restai interdite un moment puis analysai les paroles de Dead Master. Dans cet état?! Non mais, tout ce qu'avait Yume, c'était une soudaine perte de connaissance suite à l'utilisation de ces pouvoirs étrange qu'elle avait. Je soupirai et secouai légèrement la tête avant de répondre à la directrice, surveillant mes paroles. J'étais peut être à moitié inconsciente et complètement épuisée, mais pas pour autant abrutie. Mieux valait surveiller ce que je dirais en sa présence, sinon, ma tête allait rouler au sol bien assez vite.

-Je ne sais vraiment pas ce qui l'a mit dans cet état, Dead Master-Sama. Tout ce que je sais, c'est que Yume à eu quelques problèmes liés à la Matérialisation dernièrement. Donc, lorsque ce groupe de folles en rut nous on trouvées, Yume n'a pas pu matérialiser sa robe de combat pour se défendre contre cette pimbêche de terminale...


Je jetai un coup d'oeil à la directrice, me demandant si elle allait me croire ou si elle allait penser que cette histoire était inventée de toute part. C'est vrai que dit comme ça, ça paraissait presque stupide. Yume, incapable de matérialiser sa robe de combat pour se défendre? Ah! Fallait le voir pour le croire. Et malheureusement pour moi, j'en avais été témoins. Bien sur, Yume restait une personne dangereuse malgré tout. Mais alors, je me demandais pourquoi elle n'avait rien fait contre cette terminale dans ce cas? Pourquoi ne l'avait-elle pas tout simplement attaquée physiquement? J’étais certaine que Yume, armée ou pas, pouvait gagner un combat contre plusieurs des terminales.
Je soupirai de nouveau, sentant une autre vague de douleur me parcourir tandis que ma côte bougeait dans le mouvement. Bon dieu que ça faisait mal.

-C'est tout ce que je sais, Dead Master-Sama....

Et c'était vrai. Je ne savais rien concernant la raison pourquoi Yume avait des problèmes lié avec la matérialisation. Et je ne voulais pas le savoir. Étrangement, je sentais que ce genre d'information ne m'apporterait que des problèmes. Je restai silencieuse par la suite, attendant que Dead Master réponde. J'étais à moitié inconsciente sur son fauteuil et il me fallait lutter contre le sommeil et l'épuisement qui me gagnaient rapidement. Et bordel qu'une douche ne serait pas de refus. Ce sang qui me collait au visage était vraiment inconfortable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 14 Aoû - 18:39

-Je ne sais vraiment pas ce qui l'a mit dans cet état, Dead Master-Sama. Tout ce que je sais, c'est que Yume à eu quelques problèmes liés à la Matérialisation dernièrement. Donc, lorsque ce groupe de folles en rut nous on trouvées, Yume n'a pas pu matérialiser sa robe de combat pour se défendre contre cette pimbêche de terminale...

Je ne savais pas dire si elle savait le réel problème de ma réussite ou non, selon ses dires qui me laissaient un temps soit peu perplexe, j’essayais de trouver ne serait-ce qu’une once de mensonge dedans. Elle me parla également d’un groupe de filles qui était venu l’attaquer et Yume, qui avait été assez imprudent pour ? Sans doute une abrutie de première classe, mais tout de même. Que serait-il arrivé si les attaquantes et Miyuki avaient compris que Yume ne savait plus jouir de sa matérialisation ? Que ce serait-il passé ? La mort ? Non, jamais, jamais je n’aurai laissé faire ça. Une sensation de colère grondait en moi alors que mon visage ne laissait rien paraître, tenant mon masque d’hypocrite à la préfixion, un léger sourire se dessina sur mes lèvres à la suite des dires de la jeune Miyuki.

-C'est tout ce que je sais, Dead Master-Sama....

Que de politesses devant cette enfant que j’eus accueilli un nombre de fois incalculable dans mon bureau ! Je pourrai presque en jouir de l’entendre m’appeler ainsi, mais pour être honnête, ma tête n’était pas à ces dires. Me levant doucement, je m’approchais de la jeune Miyuki tout en lui attrapant le bras. La traînant à ma suite en la laissant vaguer à sa douleur jusque l’infirmerie, je n’attendis pas un seul instant pour la pousser sur l’un des lits. Me retrouvant seule avec elle, je cherchais premièrement une infirmière avant de me résigner. Attrapant une seringue tranquillisante, je l’enfonçais dans la jambe dans la jeune fille avant de lui tendre un linge humide pour qu’elle essuie son visage. Gentille ? Disons que je prends soin de mes agneaux de temps en temps … rarement oui. Attrapant des bandages par la suite ainsi que du désinfectant, je lui demandais de lever sa blouse pour que je la soigne. En un temps trois mouvements elle se retrouvait emballée à la perfection, soignée par la main de Dead Master ? N’était-ce pas un privilège ? Acclame-moi.

- Miyuki-Chan a été vaillante dans ce combat, explique moi plus en détail ce qu’il s’est passé … Te souviens-tu de tes agresseurs? Pourquoi Yume n’était pas dans le même état que toi ? L’aurais-tu protégée ?

Souriant à mes dires, je voyais mal Miyuki protéger Yume, dans mon cerveau la scène se déroulait autrement : Yume utilisant Miyuki comme bouclier. Oui, cela était plus digne d’elle. Mais n’était-ce pas Yume qui avait transporté Miyuki avec elle dans un passage inter-temps ? Que des questions dont j’attendais les réponses avec impatience.

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 14 Aoû - 19:51

Le silence s'installa un moment dans le bureau de la directrice, et je restai calmement et sagement (sage, moi? AHAHA) assise sur le fauteuil, attendant la suite. Finalement, après un moment, Dead Master se leva doucement et m'attrapa par le bras pour mieux me tirer jusqu'à l'infirmerie, ignorant mes faibles gémissements de douleur. J'essayais de me faire toute petite, incertaine si elle m'avait crue ou non. Je ne voulais pas, mais vraiment pas, m'attirer les foudres de Dead Master. Disons que je n'étais pas vraiment en état pour fuir. Une fois qu'on fut arrivées à l'infirmerie, elle me poussa sur l'un des lits et jeta un coup d'oeil dans la pièce. Ça devait être la pause pour l'infirmière, car cette dernière n'était nulle part en vue. Je vis Dead Master prendre une seringue et se diriger vers moi, ayant visiblement l'intention de m'injecter la substance inconnue qui était dedans. Elle me piqua la jambe et me tendis par la suite un linge humide. Je m'empressai de nettoyer mon visage, grimaçant lorsque ma coupure au dessus du sourcil me brûla légèrement. Une fois cela fait, Dead Master s'occupa de mes côtes, me faisant tenir ma blouse dans les airs pendant qu'elle me bandait le buste avec un rouleau de bandage blanc. Une fois qu'elle eu fini, je laissai retomber ma blouse et la regardai, attendant qu'elle me pose des questions. Car pas de doutes, elle allait m'en poser.

- Miyuki-Chan a été vaillante dans ce combat, explique moi plus en détail ce qu’il s’est passé … Te souviens-tu de tes agresseurs? Pourquoi Yume n’était pas dans le même état que toi ? L’aurais-tu protégée ?


Je grimaçai et secouai la tête. Je ne connaissais aucun de mes agresseurs, donc impossible de dire qui étaient ces filles... Sauf si elles se présentaient à l'infirmerie sous peu, là on saurait.

- Je ne connais aucune d'entre elles. Lorsqu'elles sont arrivées, elles se sont tous jetée sur moi, sauf une, qui à préféré s'en prendre à Yume. Je me suis défendue contre les folles, pour finalement réussir à m'en sortir, mais j'étais salement amochée. J'ai vu que Yume était en mauvaise posture, acculée conte un arbre et face à un adversaire armé. Je ne pouvais pas la laisser là sans rien faire. J'ai donc lancé une de mes dague afin de la planter dans la main de l'autre fille, ce qui à donné assez de temps à Yume pour s'enfuir. Par la suite, elle m'a agrippée et... et nous voilà.

Je me grattai le derrière de la tête, mal à l'aise. Dead Master savait que ce n'étais pas dans mes habitudes d'aider les autres. Comme tout le monde, elle savait que j'étais une solitaire, et abandonnais souvent les autres à leurs sort lorsqu'ils étaient en danger. C'était du chacun pour soi à Undai, et quiconque essayait de faire équipe ou ami-ami avec quelqu'un se retrouvait bien vite avec des problèmes. Mais depuis ma rencontre avec Kaïla, j'avais commencé à voir les choses différemment, et malgré moi, j'étais de plus en plus portée à aider les autres. Pour le meilleur ou pour le pire.

-Et, umm... il se peut que l'infirmière se plaigne d'une soudaine vague d'élèves amochées... disons que, je ne me suis pas retenue...


Je détournai le regard, n'osant pas regarder Dead Master dans les yeux. Allait-elle me punir pour avoir massacré autant d'élèves, hors de l'arène? Aucune idée. J'espérais que non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    Mar 14 Aoû - 21:02

- Je ne connais aucune d'entre elles. Lorsqu'elles sont arrivées, elles se sont tous jetée sur moi, sauf une, qui à préféré s'en prendre à Yume. Je me suis défendue contre les folles, pour finalement réussir à m'en sortir, mais j'étais salement amochée. J'ai vu que Yume était en mauvaise posture, acculée conte un arbre et face à un adversaire armé. Je ne pouvais pas la laisser là sans rien faire. J'ai donc lancé une de mes dague afin de la planter dans la main de l'autre fille, ce qui à donné assez de temps à Yume pour s'enfuir. Par la suite, elle m'a agrippée et... et nous voilà.

Je n’étais pas vraiment étonnée par cette réponse, à vrai dire, je m’attendais bien à ce que les problèmes survenus, ne soient pas spécialement voulus. En y regardant de plus près, je me demandais ce que les filles en question cherchaient à Miyuki, non pas que je ne la trouvais pas « spéciale » mais c’était tout comme. Prenant place sur un tabouret non loin de là, je croisais mes jambes en posant mon coude dessus, afin de soutenir ma tête pendant les explications de la jeune blonde en face de moi. Oui, la théorie que j’avais d’une Miyuki utilisée en tant que bouclier était fausse, devais-je en être contente ? Non, pas forcement, ce qui me dérangeait c’était que ma jeune prodige avait usé de ses dernières ressources pour s’enfuir avec elle … Une téléportation était déjà difficile pour une personne qui savait parfaitement user de ce procédé interdit, alors de là à dire que deux d’entre-elles l'ont fait dans un état déplorable … c’était du suicide.

-Et, umm... il se peut que l'infirmière se plaigne d'une soudaine vague d'élèves amochées... disons que, je ne me suis pas retenue...

Levant un sourcil face à ses dires, j’arquais un petit sourire alors que la porte s’ouvrit. Tournant la tête afin de découvrir la nouvelle arrivante, je me demandais un court instant si il s’agissait des filles qu’elles avaient tabassées. Combattre en dehors de l’arène était interdit, certes, mais depuis des décennies déjà, ce genre d’acte était devenu tellement populaire qu’aucune sanction n’était dressée sur les élèves … du moins, selon mon humeur et celui des membres du conseil.

- Dead Master-Sama ?

Non, le pape. Dessinant un sourire sur mes lèvres en penchant la tête en signe de salutation, j’invitais la jeune femme qui venait d’arriver de se rapprocher. Une infirmière se trouvant sous les ordres directs de ma chère Akiha, un brin de femme tout fraîchement sortie de terminale, une élève à succès ? Non, juste une autre qui se croyait utile en rejoignant mes rangs sans doute. Voyant sa tête me demandant la raison de ma venue, je ne fis qu’un simple mouvement afin de la faire comprendre que si j’étais là, ce n’était que « pour » Miyuki.

- Quoi qu’il en soit, je te remercie d’avoir porté ton soutien à Yume-Chan. Je te laisse entre les mains de cette charmante personne, je me charge personnellement de cette affaire à présent. Repose toi bien, Miyuki-Chan.

Lui faisant un signe de la main pour lui dire au revoir tout en me dirigeant vers la porte, je lui adressai un dernier sourire avant de m’engouffrer dans les couloirs et sans plus attendre, sortir mon cristal pour localiser le groupe de larves qui eurent le malheur de poser la main sur ma tendre enfant. Une, deux, trois, les élèves ne sont plus là ! Maaah, je suis diaboliquement parfaite. Quels divertissements m’apporteront ces jeunes filles quand elles verront leurs corps se faire déchiqueter par ma faux ? Seules elles, le savent. Matérialisant ma lame, je la fis danser dans le couloir avant de me téléporter dans un nouvel endroit, une légère mélodie lugubre suivant mes pas avec synchronisation.

END

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un arbre, un dodo, un combat et me voilà, et toi ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mini-quête 4 : « Récoltons des PCo à l'Arbre de Combat ! »
» Silivrien
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Parc-