AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 De l'enfer au paradis ~ [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daisuke Ryûzaki

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 30/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dormouse Bloody
★ Age : 17 ans
★ Relationship:

MessageSujet: De l'enfer au paradis ~ [Libre]   Jeu 9 Aoû - 16:13

I'm from Hell, and I go to the paradise... Maybe...


Il avait tout préparé, une nuit de Lucifer, une enflure alignée, invitée en enfer, son plan était parfait, mais je ne suis pas de ceux, qui les laisse m'approcher, sans leur couper la queue.

~ Repr. Starliners – Révélations


Il devait être dans les alentours de 22:30... J'avais marché, marché et couru, depuis chez moi, j'étais épuisé comme jamais pour arriver d'une ville à une autre, ça devait faire trois ou quatre jours que c'était comme ça. C'était chiant, ça faisait le même schéma typique à chaque fois. Je pensais tenir une semaine avec ce que j'avais dans mon sac, mais en fait, j'avais déjà presque plus rien en moins de trois jours. C'était presque déprimant. J'avais déjà réussi à atteindre deux villes, même si c'était plus un bourg et un village qu'autre chose, mais je passerai les détails récurrents et chiants. J'avais trouvé à la sortie d'un bourg, un vélo de course qui allait sans doute bien m'aider, surtout que même si on sait que je suis insomniaque, j'allais devoir allez nettement plus vite, et je pourrais donc me reposer un peu plus qu'avant, tant pis pour le propriétaire du vélo, il s'en rachètera un. Je n'avais quasiment plus rien à manger, à part une pomme et quelques chips, tandis que pour dormir, bah... Je dormais dans la rue ou sur un banc avec une légère couverture.

J'étais arrivé à une vraie ville, finalement, après, laquelle, je ne savais pas. Il était 22:30, enfin, il devait être à peu près cette heure-là, vu le ciel noir et brillant des étoiles qui voulaient éclairées un peu le ciel. J'étais fatigué, je ne dormais qu'une seule heure à chaque arrivée et là j'allais vraiment succomber, si ça continuait. Je sentais quelque chose dans ma tête qui me tracassait, j'avais comme un peu peur ou peut-être n'étais-ce que fabulation de ma part ? Enfin, je n'allais pas m'attarder sur un simple mal de tête, alors je marchais encore un peu devant moi, dans ce qui semblait être un boulevard et m'asseyant sur un banc, je regardais autour de moi, déposant mon vélo en soupirant légèrement, ayant légèrement froid à cause du soir, voir de la nuit. Les lampadaires n'était pas allumés, le vent était simple, léger, une simple brise d'air passant sur mes fringues sales et à moitié déchirées. J'avais bien quelques habits de rechanges, mais je ne les mettrais pas maintenant, pourquoi ? Parce que je préférais garder ça, au cas où il m'arrive une merde, on ne sait jamais.

Essayant de voir dans cet enfer noir et froid, je regardais autour de moi, étant un peu nyctalope, je savais où je mettais les pieds, mais ce que je n'avais pas vu, c'était le mec un peu plus loin devant moi. Je cherchais un moyen de le contourner, il avait un couteau à la main et était fringué comme un rappeur, moi j'avais comme seules fringues, un jean bousillé, une chemise verte déchirée, une paire de chaussure pétée et comme seule arme de défense, un gros caillou par terre. Il s'approchait lentement de moi, dans le noir, il m'avait vu, j'étais déjà dans la merde. Pourquoi est-ce que je flippais ? En temps normal, je serais passé devant lui, mais là, c'était différent... Il était devant moi et faisait déjà une tête de plus que moi, largement. Ses pas se faisaient entendre et résonnaient aux alentours. Pas à pas, il venait, ses mouvements était simples, lents, son regard froid, pénétrant dans vos yeux comme s'il lisait en vous comme dans un livre. Il était là, avec son couteau et son air menaçant, sa lame sous ma gorge, je gardais mon air froid habituel... Mais j'avais peur...

« - Q... Qu'est ce que tu veux... ?

- Files ton fric, ton portable, ton Ipod et ton vélo tant qu'à faire. Vite, sinon, je te garantis que tu pourras plus respirer comme avant, petite merde.

- Petite merde... Vive l'originalité de l'insulte, quoi... Trouves toi une autre victime, j'ai rien d'intéressant et mon vélo est... »

Il s'avance, je recule, il se déhanche, voilà qu'il me bouscule, ce grand con. Je courus vers lui, alors qu'il venait de pointer et enfoncer son couteau dans mon épaule. J'étais paralysé, je ne pouvais plus bouger. J'étais pétrifié, terrorisé, il découpait ma manche, faisant saigner ma chair, le sang coulant lentement le long de mon bras. Ces simples picotements ressentis par la plaie ouverte dans mon épaule étaient insupportables, ça picotait, ça faisait mal, très mal... Fermant les yeux, me mordillant légèrement la lèvre, il mit ses mains dans mes poches, me prenant mon Walk-man en souriant un peu d'un air plus ou moins sadique. Je le regardais, il me regardait, je pouvais pas bouger... J'allais pas me laisser faire...

La pierre... Elle était à mon pied et la lame sous mon menton, je flippais, transpirant de plus belle, il voulu planter son couteau dans ma gorge, mais j'avais stoppé la lame de justesse, ma paume s'étant mit en travers de la lame et mon cou, faisant un pas de côté, décidément, j'avais pas de chance ce soir. Prenant la pierre qui était par terre avec l'autre main, il voulu me replanter le couteau, cette fois dans le ventre, mais l'arrêtant avec la pierre, j'entendais la lame se cognait, était-elle encore intacte ? Aucune idée. En cas, il voulut me replanter le couteau une fois de plus, mais je lui pris le bras et je le lui mordais le plus fortement possible, à le lui faire saigner, presque. Il avait lâché la lame, mais il avait assez de force pour me pousser contre mon vélo. Je m'étais pris le guidon dans le dos, ça s'enfonçait un peu, ça se frottait légèrement contre ma colonne vertébrale, heureusement que ce n'était pas pointu. J'arrivais à peine à bouger...

Il voulut me redonner un nouveau coup avec le couteau à moitié défoncé qu'il avait ramassé, esquivant le coup, la lame se planta dans le pneu de mon vélo et je me pris un coup de lame dans le torse, aucun organe vitale de touché, mais je perdais peu à peu du sang et finalement, j'arrivais à contrer le couteau, un coup de tête puis un coup de poing, il avait lâché son couteau, prenant finalement la grosse pierre, je la lui balança dans la tête. Je ne connaissais pas son état, en cas, je préférais vérifier, mes doigts sur son pouls, il était bel et bien mort. Je redevenais froid et je n'hésitais pas à lui redonner quelques coups de pierres dans la tête, avant de dépouiller son corps, prenant son argent et un briquet qu'il avait. Un zippo, un truc de 4 500 Yens, sans aucun doute, le truc pas forcément donné pour un simple briquet, il avait aussi un paquet de cigarette pas encore ouvert. Je pourrais le revendre.

Je tenais mes blessures et gémissais un peu de douleur, ça faisait mal, mais je devais endurer. Mon vélo était mort, mais je le pris quand même avec moi, je ne me mettais pas dessus, non, mais je le faisait rouler avec moi. Je déchirai en deux la manche arrachée, m'attachant et serrant les morceaux de tissus sur mon bras et ma jambe, donc sur mes blessures, puis je marchais encore un peu, environ deux kilomètres kilomètre plus tard et je finis par voir une ombre, je courus un peu vers celle-ci, mais très vite, je tombai par terre. J'essayai de me relever, sans grand succès, mon vélo posé un mur, j'étais adossé à celui-ci...

« - Aïe... Aidez-moi, quelqu'un... S'il vous plaît... Venez... »

J'étais quasiment en larmes... Mais très vite je me mis à m'endormir... Mais je me repris vite, je devais garder les yeux ouverts, mais une chose était quasiment sûre, je n'allais pas m'endormir maintenant, pas tant que quelqu'un viendrait m'aider, car oui, j'avais besoin d'aide, l'aide de quelqu'un pour une fois. Je n'allais pas me débrouiller seul, cette fois, je ne pouvais pas me débrouiller seul. Et même si l'endroit n'était pas éclairé et quasiment désert, je pouvais reconnaître les rails d'un train. J'étais à une gare ? Qui sait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De l'enfer au paradis ~ [Libre]   Ven 10 Aoû - 3:15

Je sais pas comment on supprime mais sachez que je vous laisse tout loisir sur ce RP ^^

____________________________


Dernière édition par Miharu Yamamura le Lun 13 Aoû - 5:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De l'enfer au paradis ~ [Libre]   Ven 10 Aoû - 3:44

J'étais en train de configurer ma toute nouvelle acquisition, un iPod tout neuf que je m'étais acheté il n'y a pas quelques minutes auparavant. Tout d'abord, changer l'horrible écran d'accueil mis par défaut. Moi, des fle-fleurs avec des abeilles, ce n'était pas mon genre. Comme je n'avais pas encore synchronisé mon ipod, seuls les images par défaut étaient présentent dans la mémoire. J'y jetai un rapide coup d'oeil, faisant défiler les images une par une, toutes aussi médiocres les unes que les autres. J'arrêtai finalement mon choix sur un petit chaton dont les yeux bleus fixaient l'objectif de la caméra. Mignon. Bon, c'était mieux que ces fleurs sans valeurs je suppose. Je ne pris pas la peine de vérifier les morceaux de musique, j'en avait pas. Il me faudrait attendre d'arriver à Undai pour ça, et je pourrai enfin mettre toute ma musique sur mon tout nouveau iPod. D'ici là, il me faudrait faire affaire avec un iPod vide et morne. Je soupirai et rangeai mon appareil dans ma poche de pantalon et levai la tête pour regarder autour de moi. J'étais assise dans un petit café calme où quelques clients sirotaient soit du thé, soit du café tout en bavardant à voix base avec leurs voisin. Moi, j'étais assise toute seule à une table isolée, mon café vanille française toujours intacte sur la table, à côté de mon beigne chocolaté. Ça devait faire maintenant dix minutes que je restais assise là à regarder mon nouveau joujou sans toucher à la nourriture.
Je portai mon attention sur l'horloge et soupirai. Déjà l'heure de partir pour Undai. Bientôt, le dernier train passerait et si je ne me hâtais pas, j'allais le manquer, et il me faudrait probablement passer la nuit dans un hôtel médiocre. Je me levai, remballai mon beigne, pris mon café et quittai le petit resto, laissant derrière moi les murmures des conversations. Je sortis du petit café, tenant la porte à une mère et une petite fillette qui venaient d'arriver, récoltant un sourire de la part de l'enfant et un merci de la part de l'adulte. Je quittai par la suite le petit endroit, savourant l'air frais de la nuit. J'avais bien fait de porter mon pull rouge trop grand pour moi, mais qui me réchauffait sans mal. Sans ça, j'aurais probablement gelé dehors. J'étais une frileuse née. Tout en prenant la direction de la gare, je pris une gorgée de mon café, me réchauffant quelque peu tout en savourant l'arôme. Mes yeux rubis parcouraient les rues aux alentours, à l'affut. J'avais entendu parlé qu'à la gare, passé le dernier train, le coin se remplissait de gens peu fréquentable, et il valait mieux aller voir ailleurs à cette heure. Si je me dépêchais, je n'aurai pas à faire face à des fous furieux.
Tout en marchant, je scrutais chaque recoin, n’apercevant rien de suspect. Bien sûr l'idée de croiser des hommes armés m'inquiétait. Mais mon entraînement rigoureux dans l'arène d'Undai pourrait me venir en aide en cas de danger. Seul point négatif, je n'aurai pas ma lance pour me défendre, seuls mes poings, mes pieds, et ma vitesse. Déjà qu'avec ma grande taille, je dissuadais plusieurs de m'attaquer, peut être qu'on me laisserait tranquille à la gare. Prenant les rues les plus éclairées, je me dirigeai d'un bon pas vers la gare, frissonnant malgré moi. Le vent avait réussi à s'infiltrer sous mon vêtement et je commençais à avoir froid. Et avoir un rhume n'aidait pas non plus. C'est ce qui arrivait lorsque vous vous endormiez avec de l'air climatisée directement dirigée sur vos pieds. Vous vous prenez un méchant rhume et vous avez froid à la moindre brise de fraicheur. J'éternuai et faillit me renverser du café brûlant sur la main (ces gobelets gardaient vachement bien la chaleur, je dois l'admettre) et je grognai de douleur. Chaque fois que j'éternuais, un point dans mes côtes me faisait mal, et je n'avais aucune idée pourquoi. Peut être que je devrais aller voir l'infirmière afin de lui... non, mauvaise idée. Après réflexion, mieux vaut me tenir loin de l'infirmerie un moment. L’engueulade qu'on a reçu, Jun, moi et l'autre blonde haineuse, pour avoir redécoré son plancher d'hémoglobine... Je n'étais pas prête d'aller la revoir celle là. J'allais plutôt endurer mon mal que d'aller me jeter dans la tanière d'un lion enragé.
J'éternuai encore plusieurs fois tout en marchant, me brûlant la main à plusieurs reprise, jusqu'à ce que le niveau du café soit assez bas pour arrêter de déborder. Lorsque j'arrivai finalement à la gare, je me dirigeai vers la fontaine d'eau, posai mon café au sol et me nettoyai la main, cette dernière étant toute collante à cause du café séché. Maintenant, je tremblais littéralement de froid. Peut être que je devrais rester cloitrée dans ma chambre quelques jours et me reposer, ça me ferait le plus grand bien. Même si je vais probablement taper sur les nerfs de Melody à rester inactive pendant quelques jours. Bah tant pis, j'avais bien le droit à du repos moi aussi, non?.
J'étais perdue dans mes pensées lorsque j'entendis un gémissement plaintif non loin. Immédiatement, je fis volte face afin de localiser la source, mais ne vit rien. Je scrutai les environs du regard, sur mes gardes, incertaine. Je paraissait probablement vulnérable (non mais, essayez d'avoir l'air dangereuse avec un pull rouge dont la capuche avait de petites cornes de diables, et où un diablotin décorait le devant en disant "I am a cute devil") mais tout dans ma posture présageais que je ne me laisserais pas faire. Instinctivement, j'avais pris une pose défensive, enseignée par mon prof d'arts martiaux lors de ma jeunesse. Je fis un pas vers un coin sombre de la gare, prudente.

-Il y a quelqu'un?
demandais-je d'une voix calme.

Aucune réponse. Je regardai une fois de plus autour de moi et ne vis personne. Peut être que j'avais rêvé. Bah, Ryuko, t'as seulement besoin de sommeil, ce rhume te donne des hallucinations maintenant. Mais un autre gémissement retentit et, cette fois-ci, j'en compris les paroles. Faibles, mais claires.

- Aïe... Aidez-moi, quelqu'un... S'il vous plaît... Venez...


Je me dirigeai vers la direction de la plainte, restant néanmoins sur mes gardes. C'était peut être quelqu'un jouant la comédie qui voulait m'attirer dans un piège, on ne sait jamais. Je continuai de m’avancer prudemment, tous mes sens à l'affut du moindre mouvement. C'est là que je le vit. Un jeune homme aux cheveux étrangement verts était complètement étendu au sol, gémissant de douleur, couché sur un vélo dont l'une des roue était bonne pour le dépotoir. Mais ce n'est pas ce qui me choqua le plus. Non, le fait qu'il soit là à gémir, effondré au sol, me laissais plus ou moins indifférente. Mais ce sont ses blessures, graves sans aucun doute, qui me poussèrent à agir. Déjà, le sang avait taché ses vêtements, et malgré la faible luminosité, mes yeux sensibles à la lumière remarquaient et identifiaient ces taches sombres sur ses vêtements. Je m'accroupis au sol près du garçon et tendis une main vers lui, le secouant doucement, veillant à ne pas toucher ses blessures.

-Est-ce que tu m'entends? Tu veux que j'appelle les secours?


Il avait vraiment l'air mal en point, et pas seulement à cause de ses blessures. Ses vêtements étaient en très mauvais état, ce qui laissait penser que c'était un itinérant ou un vagabond. N'attendant pas de réponse, je me levai et retournai à l'entrée de la gare, cherchant en vain quelqu'un pour de l'aide. Je ne trouvai personne. Je jurai intérieurement et me dirigeai vers le voisinage, où je me rappelai avoir vu des vêtements mis à sécher sur une corde à linge. Je courus sans m'arrêter, me dépêchant le plus possible afin d'aider ce pauvre jeune homme. Ses blessures devaient être traitées le plus vite possible, sinon, ça pourrait s'aggraver. Après avoir volé quelques vêtements de sur une corde à linge (la honte quoi), je revint à la gare et retrouvai le jeune homme, m’accroupissant à ses côtés.

-Je ne te demanderai pas de me faire confiance, visiblement, ce n'est pas le cas. Mais ne bouge pas, je vais faire de mon mieux pour stopper l’hémorragie.


Sans attendre de réponse, je déchirai le restant de sa manche de mes mains, puis pris un des vêtements volé que je déchirai en languette en m'aidant de mes dents. Je partis vers la fontaine afin de mouiller les morceaux et revint vers le jeune homme. J'en utilisai quelques unes afin de nettoyer la blessure, faisant attention pour ne pas faire souffrir mon patient, puis enserrai son épaule avec quelques languettes que j'avais attachées ensembles, faisant un garrot improvisé pour stopper l'hémorragie. Une fois son épaule traitée, je pris doucement sa main, grimaçant devant la blessure. Puis je reconnus les marques. Elles étaient faites au couteau. J'écarquillai les yeux et regardai le jeune homme, incrédule.

-On t'a attaqué?

Ça devait être ça. Les coups étaient maladroits et inexpérimentés, mais n'importe qui pouvait devenir dangereux avec un couteau, Surtout s'il était bien aiguisé.

HRP:Voili-voilou~ Je me suis incrustée dans ton rp, si tu veux bien de moi pour rp~ Tu n'a qu'à me le dire si ce n'est pas le cas ^^ Sur ce, désolée de l'intrusion xD

HRP 2: ._. On dirait bien que moi et Miharu on a eu la même idée en même temps, celle de répondre à ton rp xDD On pourrait en faire un à 3 si vous le voulez bien? Je vais laisser mon post là pour l'instant, mais si tu ne le veux pas, je vais le supprimer. Si un rp à 3 vous intéresse, je modifirai mon texte afin de m'adapter à celui de Miharu ^^' Gomen

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'enfer au paradis ~ [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'enfer au paradis ~ [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un enfer d'acier [Libre]
» Il y a une boîte aux lettres au Paradis ? - Libre-
» Enfer ou Paradis...? [PV HyunWoo]
» Enfer et Paradis [Makkuro]
» Terrae: Portail de l'Enfer ou du Paradis?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Gare-