AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Dim 17 Juin - 22:09

Je m’étirais longuement comme l’aurait fait un chat, échappant un grognement satisfait. Ce matin, je n’avais pas à aller en cours car on était samedi. Je pouvais donc faire ce que je voulais de ma journée. Aujourd’hui, ça faisait une semaine que j’étais arrivée à Undai et, jusqu'à maintenant, j’avais réussi à survivre et à rester saine d’esprit sans trop de problèmes. Je me redressai dans mon lit, m’asseyant en tailleur et entendis le cliquetis maintenant familier du cadenas, ce dernier étant verrouiller après la boucle de fer de mon collier en cuir. Je passai un doigt sous le cuir, soulageant ainsi légèrement ma peau et pensai à Jun. Je ne l’avais pas revue depuis cette fameuse journée où j’avais couché avec sur un coup de tête (et un déséquilibre émotionnel qui avait quelque peu causé la perte de ma liberté). Je soupirai et secouai la tête. C’était peut être mieux comme ça. Je ne voudrais pas fondre de honte en la revoyant soudainement et en bafouillant des stupidités alors qu’elle clamerait haut et for que j’étais sa propriété. Je me levai de mon lit et marchai vers la petite salle de bain, fermant la porte derrière moi. Melody n’était pas dans la chambre, je pouvais donc faire autant de bruit que je le voulais.
Je pris une douche rapide et ressortis de la chambre de bain qu’une fois propre et fraîche, le savon laissant sur ma peau pâle une odeur de printemps. J’essorai ma longue chevelure avant d’accrocher ma serviette sur le crochet qui ornait le mur près de mon lit et attrapai ma brosse à cheveux, démêlant mes longues boucles blanches. Puis je me dirigeai vers mon armoire et y dégotai des vêtements décontracts : une paire de jeans bleue foncé et un chandail en col roulé rouge qui faisait ressortir la couleur cramoisie de mes iris, et qui cachait aussi le gênant accessoire à mon cou. Je m’habillai rapidement et, une fois prête, sortie de ma chambre, fermant à clé derrière moi. Je sortis des dortoirs, ignorant les regards curieux des autres élèves. Plusieurs m’avaient déjà vu avec le collier à mon cou, mais je ne savais pas si quelqu’un savait vraiment ce que ça signifiait. Est-ce que les autres savaient que j’étais la propriété de Jun? Que, me concernant, c’était « pas touche! » au risque de goûter à la colère de la beauté envouteuse? Je fourrai mes mains dans mes poches de jeans et, tout en baissant la tête pour me protéger les yeux du soleil (et en me traitant d’idiote pour avoir oublié ma casquette), je marchai sans but précis. Je repensai à cette première semaine, revoyant certaines scènes (et pas des plus heureuses) dans mon esprit. Je me sentis rougir lorsque je repensai au corps de Jun contre le mien et je baissai la tête de gêne lorsqu’une fille, qui marchait non loin de moi, gloussa devant mon visage rouge. Ma peau pâle m’avait une fois de plus trahie. J’accélérai le pas, ne voulant pas subir une gêne supplémentaire et, une fois éloignée, je me perdis dans mes pensées. Mes pieds m’emmenèrent d’eux même à l’arène et je m’arrêtai à l’entrée de cette dernière lorsque je fus arrivée. Je regardai longuement le sinistre décor, me remémorant ma rencontre avec Melody dans cet endroit. Je me rappelle de l’avoir menacé froidement de ne plus jamais me toucher, fuyant son contact alors que, quelques heures plus tôt cette journée là, je faisais des galipettes avec Jun.
Je grognai de colère lorsque je me rendis compte que mes pensées revenaient toujours à la beauté aux yeux gris. Je bottai le sol d’un coup rageur et me décidai finalement à entrer dans l’arène. Immédiatement, ma robe de combat apparut et je ressentis le poids familier du crâne de dragon sur ma tête. Je fus cependant surprise de découvrir un collier complètement différent à celui de Jun autour de mon cou. Un collier en fer noir décoré de piquant m'enserrait maintenant la gorde, une chaine longue comme mon avant bras pendouillait après la boucle de métal. Je tâte mon nouvel accessoire, sans trop comprendre pourquoi il s'était matérialiser avec ma robe. Moi qui croyait pouvoir respirer un peu sans mon collier, voilà que je me trompais.
Avec un soupire, je secoue la tête et décide de matérialiser mon arme. À plusieurs reprise, je tentai de la matérialiser, échouant lamentablement pendant un moment. Finalement, après plusieurs minutes, elle apparut au dessus de mes mains et je l'empoignai solidement dans mes mains alors que les veines de rubis qui la constellaient s’illuminaient soudainement, prenant vie à mon contact. Avec un sourire satisfait, je posai ma lance sur mes épaules et marchai plus profondément dans l’arène avant de m’arrêter. Je plantai ma lance au sol et dès que je la lâchai, elle se dématréialisa.
Je fis des étirements pour réchauffer mes muscles et, une fois que je me fus échauffée, je pratiquai mes mouvements de combats. Attaquant le vide comme s’il y avait de véritables ennemis, je bougeai gracieusement, me déplaçant avec l’agilité d’un chat, donnant des coups précis dans le vide. J’enchainais avec des coups de poings rapide mais efficace, puis des coups de pieds latéraux, visant avec précision. Je continuai ainsi, bougeant comme une ombre, faisant des acrobaties gracieuses tout en continuant mon entrainement. Je n’étais même pas essoufflée après plusieurs minutes, donc je continuai. Me battre ainsi me faisait oublier mes problèmes, me changeait les idées. Lorsque je pratiquais les arts martiaux, je retombais dans une phase de mon enfance que j’avais appréciée.
Après un moment, je rematérialisai ma lance, après là encore plusieurs tentatives inutiles, pour finalement réussir. J'agripai mon arme, faisant luire les veines de rubis par le fait même et je la fis tournoyer avec dextérité au dessus de ma tête avant de donner des coups mortels dans le vide, dansant gracieusement une danse de la mort, foudroyant sans pitié mes ennemis invisibles. Mes pas se faisaient légers, rapides, silencieux. Je frappais dans le vide comme une ombre, rapide, agile. Ça avait toujours été ainsi. Mon corps athlétique était fait pour les combats. J’étais concentrée dans mes mouvements, ne faiblissant pas même si mes bras commençaient à faire mal sous le poids de ma lance. Je n’étais pas habituée à avoir à soulever un tel poids avec mes bras. D’habitude, je me battais avec des sabres ou mon Kendo, mais là, c’était complètement différent. C’était pourquoi j’avais décidé, lors de ma rencontre avec Melody, qu’il me faudrait me pratiquer plus souvent afin de me familiariser avec mon arme.
Je fis quelques mouvements de plus avant de reposer, une fois de plus, ma lance au sol, et cette dernière disparut dès que je la lâchai. Je m’assis au sol avec un soupir et fermai les yeux, Une brise fraiche faisait voleter les quelques mèches de cheveux toujours visibles sous mon étrange chaperon, mes boucles me chatouillant légèrement les joues. Puis j’ouvris les yeux et regardai autour de moi, avant de soupirer, une fois de plus. Je me laissai tomber sur le dos, croisant les bras derrière ma tête et fermai les yeux, le sommeil me gagnant rapidement.

____________________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Ryuko Hirano le Lun 18 Juin - 12:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Dim 17 Juin - 23:10

Je m'étais très mal réveillée et j'avais proportionnellement très mal dormi. J'avais pris une douche en vitesse et avait quitté ma chambre rapidement, ne voulant pas vraiment discuter avec mes colocataires qui ne m'intéressait pas plus que ça pour le moment.
J'avais réussi à calmer mes appétits sexuels, tant bien que mal avec Ryuko et une demoiselle, prise vite fait bien fait au détour d'un couloir vide. La serveuse que j'avais dragué dès les premiers jours et que j'avais revu à plusieurs reprises sans jamais la toucher ni la goûter. De toute façon, je l'avais trouvé bien fade et vulgaire. Une chienne sans saveur qui n'avait cessé de remuer bêtement la queue à chaque flatterie.
Quant à mes pulsions meurtrières, j'allais souvent faire un tour à l'arène pour les ménager en m'acharnant sur plus faible que moi. Et c'était là que je me rendais de si bon matin, espérant trouver des proies faibles mais tout aussi intéressantes, histoire de me défouler un peu avant mes cours.

Mais quelle ne fut pas ma surprise de découvrir pas très loin de l'entrée, ma magnifique possession qui s'était tout simplement assoupie au milieu du sinistre paysage jurant horriblement avec la pureté de sa peau.
Dieu, cette jeune fille n'avait pas idée de dormir ici alors qu'un tas de démons plus horribles les uns que les autres n'attendaient qu'un moment d’inattention pour lui trancher la tête.
Je soupire. Heureusement que j'étais arrivée à temps et que son cadenas bouclé était bien visible. Qu'aurait-elle fait si quelqu'un s'en était prise à elle ? Elle qui paraissait si paisible et naïve, si chaste ... Je souris, lubriquement. Elle ne l'était plus et l'idée qu'on ne puisse pas lui dérober sa virginité me soulageait terriblement.

Mon attention se reporte sur le collier que je lui avais enfilé quelques jours plus tôt et quelle avait vainement tenté de dissimuler selon les rumeurs qui allaient bon train dans cette école. J'en avais d'ailleurs lancé une, parfaitement fondée dont le sujet portait sur sa certaine allégeance à ma personne. Elle était ma propriété et je tenais à ce qu'une majorité de personne le sache.
J'avais réussi à me faire une petite réputation parmi les secondes depuis mon arrivée ici. J'étais reconnue comme LA dragueuse invétérée pour qui plusieurs demoiselles se battaient. Je me demandais d'ailleurs si ma beauté pâle n'avait pas eu trop d'ennui avec mes autres soupirantes beaucoup moins importantes et intéressantes qu'elle à mes yeux. Bien sûr que non : J'en aurais certainement entendu parler et ma propriété ne semblait pas particulièrement blessée, quoiqu'un peu fatiguée.

Je m'approche d'elle, silencieusement et m'accroupis au dessus d'elle, pour mieux la chevaucher. J'adorais ça : La dominer de toute ma hauteur, admirant ma toute puissance, mon pouvoir sur ma proie.
Je chantonne joyeusement son nom et voyant qu'elle ne se réveille pas, me penche pour déposer un doux baiser sur son front dégagé. Ce fait, je me redresse, en matérialisant ma longue faux que je plante violemment dans le terre, tout près de son visage endormi, faisant vibrer le sol sous sa tête. Je voulais lui faire peur en lui offrant une légère punition aux allures d'avertissement.

-Je préférerais que Ma Ryuko reste sur ses gardes, surtout dans ce genre d'endroit.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Dim 17 Juin - 23:39

Je rêvais que je volais, libre comme l’air. Je déployais mes ailes membraneuses, savourant le vent contre ma peau. C’était exquis. Je pouvais goûter la subtile fragrance de la liberté partout sur moi, entêtante, à portée. Elle me murmurait que j’étais libre, que la douleur et le mépris, c’était derrière moi. J’avais envi de croire à cette murmure envoutante. Et pourtant, quelque chose me disait que ce n’était qu’une piètre illusion. Soudainement, mes ailes sont coupées, tranchées nettes, laissant alors dans leurs sillages un flot de sang écarlate. Je dégringole, je tombe, je cris. Il n’y a aucun moyen d’éviter la chute mortelle.
Je me réveille en sursaut lorsque j’entends un bruit assourdissant dans mon oreille, un son quelque peu métallique et très agressant qui résonne dans tout mon être, me criant « danger ». J’essaie de me relever mais je me rends compte qu’il y a quelque chose de lourd sur ma poitrine qui m’empêche de bouger. Quelque chose de grand. De menaçant. Je suis incapable de voir ce que c’est à cause des rayons de lune qui ne me laissant voir qu’une ombre menaçante au dessus de moi. Mon instinct de combattante se réveille, mes muscles se tendent. Pas le temps de réfléchir, ni d’analyser ces paroles :

-Je préférerais que Ma Ryuko reste sur ses gardes, surtout dans ce genre d'endroit.


Je fais une soudaine roulade sous la personne, me relevant d’un mouvement gracieux et sans hésitation, je balance mon pied dans un coup de pied latéral qui touche mon agresseur avec précision. Je touche ses côtes, forçant la silhouette à reculer sous l’impact. J’entends un grognement de douleur, mais je ne m’attarde pas. Sans plus attendre, je fais une roulade frontale, roulant à côté de la personne puis me relève derrière elle, matérialisant ma lance d'un seul coup, ce qui me surpris grandement. Mais je ne perdai pas de temps à me féliciter.
Les veines s’animent dès que mes paumes touchent l’onyx, diffusant une lueur rouge sinistre sur moi Je donne un coup de coude dans le dos de la personne, la faisant tomber au sol à plat ventre à mes pieds. Je pose alors un pied sur son dos, forçant la personne à rester vautrée au sol et pose la lame de ma lance contre son cou, la menaçant.

- Tu as exactement dix secondes pour me dire qui tu es et quelles sont tes intentions.

J’avais le regard dur et froid, les muscles tendus, mais le souffle calme. Je regarde cette silhouette et quelque chose titille mon esprit. J’avais l’impression de connaitre cette personne. Mais je n’étais toujours pas capable de déterminer qui c’était, la luminosité projetée par la lune créant des ombres indistinctes sur la personne. Cette dernière m’avait vraiment irritée. En plus de me menacer alors que je faisais un somme pas si paisible que ça, elle cause un réveil en sursaut des plus déplaisants.
Je ferme à demi les yeux pour calmer ma colère. Lorsqu'on me réveillait trop brusquement, j'avais un humeur de chien.



____________________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Ryuko Hirano le Lun 18 Juin - 12:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Lun 18 Juin - 0:14

Je n'ai même pas le temps de dire ouf, qu'on me repousse en arrière d'un coup de pied sévère, m'obligeant à me redresser pour mieux m'étaler au sol sans autre forme de procès. Un gémissement de surprise et de douleur s'échappe d'entre mes lèvres, alors que j'essaye d'analyser la situation. Debout, vite !
Je m'apprête à me remettre sur pieds quand un talon s'appuie sur le bas de mon dos et me maintient irrémédiablement au sol. Une lame aiguisée vient se poser contre mon cou et la voix habituellement douce et timide de ma possession s'élève dans les airs, menaçante :

- Tu as exactement dix secondes pour me dire qui tu es et quelles sont tes intentions.

Certes, elle venait de se réveiller et je lui avait fait quelques frayeurs mais m'attaquer et m'humilier de la sorte ... Je grogne furieusement et sourit par pur sadisme. Ma petite Ryuko méritait une bonne petite leçon ~
Je ré-matérialise ma faux en vitesse et me redresse brusquement. Déséquilibrant légèrement ma proie, j'évite de justesse la lame et saute sur mes jambes avant de me retourner vers elle. Je lui adresse un clin d’œil malicieux, m'assurant qu'elle me reconnaisse bien et balance mon arme contre ses chevilles afin de la faire chuter au sol. Ma faux s'abat tout juste entre ses jambes, tout près d'une partie plutôt sensible et délicieuse de son anatomie et je ne peux m'empêcher de pouffer de rire en voyant son étonnement.

-Alors comme ça, on attaque sa maîtresse, Ryu-ko ~

J'arrache mon arme du sol et approche la pointe de la lame de son cou pour effleurer la chainette en métal qui repose sur le cuir de son collier, faisant tinter légèrement l'acier du cadenas. Je souris et fais glisser mon instrument sur son torse effleurant au passage sa poitrine sur laquelle je m'attarde soigneusement, descendant toujours plus bas. J'hésitais : Une petite coupure en guise de punition ... Non, bien trop sévère pour ma petite Ryuko ~
Je m'arrête près de son bas ventre et balance ma faux plus loin avant de lui lancer, un peu fâchée, les mains sur mes côtes :

-La prochaine fois, vérifies que ce n'est pas moi que tu attaques. Ça serait malheureux pour toi de devoir vivre avec ma mort sur ta conscience ...

J'étais vexée d'avoir été mordu par mon adorable chiot que je pensais avoir bien éduqué. J'en boudais presque en fait. Moi qui étais ravie de retrouver un peu sa compagnie ... Elle m'avait aboyer dessus sans aucune raison et je ne pouvais décidément pas lui pardonner aussi facilement sa mauvaise conduite.
La sanction n'avait pas été assez relevée à mon goût mais je n'allais quand même pas lever la main sur elle. Non, décidément, je ne pouvais pas la cogner. Nous réglerons ce petit différent dans ma chambre, seule à seule avec de jolies petites menottes en fourrure noire qu'il me tardait d'essayer. A cette pensée, je me réjouis et un grand sourire taquin prends place sur mon doux visage alors que je tends une main vers elle, lui proposant mon aide.

-Allez, debout, ma belle ... Que je puisse te châtier convenablement ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Lun 18 Juin - 0:59

Au lieu de me répondre, la personne sous moi matérialise une arme et se redresse subitement, me déséquilibrant. Je fais un pas incertain vers l’arrière, ma lame toujours pointée vers la personne. Puis la personne se retourne vers moi… et j’écarquille les yeux sous la surprise. Jun?! Mais qu’est-ce que… Pourquoi est-elle ici?
Différentes émotions se bousculent en moi : La joie de revoir Jun, le soulagement de la savoir si proche, la gêne lorsque je me rappelle de ce que nous avions fait la dernière fois qu’on s’était vu, la honte de l’avoir attaqué, puis la peur. Puis je me rends compte de ce que j’avais fait. J’avais attaqué sans hésitation Jun. Ma maîtresse. Aïe! J’étais dans de beaux draps.
Sous la surprise, j’avais abaissé mon arme. Jun me sourit malicieusement puis je ne vis pas le coup venir. Son arme fauche mes pieds avec facilité, me faisant tomber disgracieusement au sol dans un bruit sourd. J’échappe un grognement étouffé et ma lance tombe auprès de moi avant de se dématérialiser une fois de plus. Puis j’entends un sifflement et un raclement métallique et je déglutis avec difficulté lorsque je vois où l’arme de Jun s’était abattue. Je la regarde avec un étonnement visible, mon visage probablement le reflet parfait de la surprise.

-Alors comme ça, on attaque sa maîtresse, Ryu-ko ~

J’écarquille encore plus les yeux et secoue la tête.

-G… Gomen, je ne savais pas… je t’assure…

Je me tais lorsque Jun lève son arme vers moi, la lame titillant mon cou, plus précisément le cadenas qui prouvait que je lui appartenais. Je reste immobile, mais à l’intérieur de moi, l’inquiétude commençait à se faire sentir. Est-ce que je l’avais fâchée? L’avais-je blessée? Je gémis à cette pensée. Je n’avais jamais voulu faire du mal à Jun. Mais elle m’avait complètement surprise dans mon sommeil et j’avais réagis par instinct, combattant ce que mon cerveau avait pris pour une menace. Je la regarde, penaude, honteuse et irritée contre moi-même de l’avoir ainsi attaquée. Elle qui m’avait promis sa protection il y a quelques jours, voilà comment je la remerciais. Et le serment que j’avais fait, celui de la protéger? Tu ne la mérite pas, Ryuko. Tu n’es qu’une pauvre débile qui ne sait même pas reconnaître ta propre maîtresse…
Son arme bouge une fois de plus, s’abaissant à ma poitrine. Elle reste dangereusement près de mes vêtements et je retiens mon souffle, espérant qu’elle n’allait pas me transpercer la peau pour mon impudence. Sa lame s’arrête finalement à mon bas ventre et je me mords la lèvre inférieure, redoutant la suite. On reste immobile pendant un moment, puis finalement, Jun balance son arme un peu plus loin et me regarde dans les yeux, posant ses mains sur ses hanches.

-La prochaine fois, vérifies que ce n'est pas moi que tu attaques. Ça serait malheureux pour toi de devoir vivre avec ma mort sur ta conscience ...
me dit elle, fâchée.

Elle me fixe un moment, me mettant mal à l’aise et je baisse la tête en soumission, prête à recevoir une correction. Je la méritais pleinement. J’avais osé lever la main sur Jun, alors qu’elle ne m’avait rien fait de mal. Je fixe le sol en échiquier de l’arène, m’attendant au pire. Jun allait-elle me rejeter pour ma faute? Allait-elle m’abandonner à mon sort, retirant ainsi le « contrat » et la promesse de protection qu’elle m’avait déclaré lorsque, sous les couvertes de son lit, je m’assoupissais paisiblement dans ses bras? Je frissonne à ce souvenir, mais maintenant n’est pas le moment de penser à ça. J’aurais pu tuer Jun. J’aurais pu la blesser sérieusement. Je me mets à trembler et enserre mon corps de mes bras.

- G…gomen… gomen. Je ne voulais pas… Gomen Jun Onee-sama!

Ma voix tremblait. Je redoutais sa colère, certes. Mais j’étais sous le choc sous la réalisation de mon acte. Je n’aurais jamais pu me pardonner mes actes si j’avais accidentellement écorchée vive Jun, faisant couler son sang sur le sol. Mon rêve me revint en mémoire et je revis le flot de sang qui s’échappait de ces ailes. Jun était ces ailes. Elle était ces dernières parce qu’elle m’apprenait à m’élever, à m’ouvrir. Son contact m’avait légèrement ouvert au monde, comme des ailes portent un oiseau à la liberté. Et lorsque ces ailes avaient été coupées, déversant un flot de liquide écarlate, cela représentait ce qui aurait pu se passer si j’avais accidentellement tué Jun. Il n’y aurait alors plus de liberté, et le monde qui s’était finalement ouvert à moi se fermerait brusquement.
Je regarde le sol avec terreur, comme si ce dernier allait s’ouvrir sous mes pieds pour m’engloutir dans un monde de torture afin de me faire regretter mon acte. Une voix tente de me sortir de ma torpeur et je lève légèrement la tête vers cette dernière, mes yeux reflétant une terreur visible.

-Allez, debout, ma belle ... Que je puisse te châtier convenablement ~

Je ne peux répondre et mes yeux vide se posent sur cette personne tandis que mon corps continue à trembler.






____________________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Ryuko Hirano le Lun 18 Juin - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Lun 18 Juin - 1:35

Je la voit, tremblante et terrifiée, et me résigne quant à sa punition. Je n'étais pas assez cruelle pour sanctionner une demoiselle aussi naïve et peureuse. Elle avait sûrement déjà bien déguster tout au long de sa jeune vie, je ne me voyais pas la martyriser plus que d'entendement.
Je me penche vers elle, la saisit par le col de son uniforme pour mieux la soulever et la remettre sur ses pieds. Dieu, elle était légère. Se nourrissait-elle bien au moins ? Je fouille mes poches longuement, sachant pertinemment qu'il s'y trouve toujours quelque chose à grignoter mais à ma grande surprise les trouve vide.
J'écarquille les yeux mais reprends rapidement mon calme quant je me remémore avoir mis un paquet de bonbon dans mon sac en bandoulière. Je fais glisser ma besace sur mon bas ventre et l'ouvre pour finalement en sortir des sucreries que je tends à ma possession.

-Manges où tu vas finir par n'avoir que la peau sur les os.

J'attends qu'elle s'en saisisse pour récupérer ma faux et m'approcher d'elle. Je m'habituais de plus en plus au poids de mon arme et franchement même elle pesait plus que cet être si peu reconnaissant. Moi rancunière ? Pas du tout. Et comme pour appuyer mes dires, je me colle contre Ryuko pour mieux lui dérober un baiser innocent - contrairement à mes habitudes.
Je lui pique une friandise que j'enfourne sans plus de cérémonie dans ma bouche et m'éloigne pour m'entraîner un peu au maniement de mon arme et à la matérialisation. J'essayais de rendre ma lame un peu plus tranchante et esthétique sans vraiment y arriver, ce qui m'énervait profondément.
Je soupire et tranche une croix non loin de moi pour me calmer les nerfs. Bientôt deux mois que j'étais là et je n'avais pas les résultats escomptés.
Je me retourne vers mon petit chiot après quelques manœuvres et réajuste la capuche de ma cape de mort, masquant mon visage. Des rumeurs idiotes circulaient au sujet de ma tenue de combat. Comme quoi j'étais apparentée à Dead Master, la diabolique directrice de l'établissement et que j'étais sa disciple. Tout ça parce qu'on maniait la même arme ...
Plusieurs élèves refusaient même ma compagnie parce que j'étais forcément destinée à succéder la responsable ou à accomplir de grandes choses. De vous à moi, franchement, je n'avais aucun envie d'être à la tête d'une bande de cinglés déguisés en majorettes et encore moins d'avoir de grands projets.
D'ailleurs, je n'étais pas spécialement douée et je me complaisait dans ma suffisance. Au moins, je ne me faisais pas trop remarquer et j'avais assez de pouvoir pour botter quelques culs, protéger mes arrières et celles de ma propriété.

-J'ai eu l'impression que tu m'évitais ces derniers temps, on ne s'est pas beaucoup croisées ...

Je l'avais vu passé devant moi la dernière fois, comme si de rien n'était. Elle ne m'avait pas vu ni même entendu l'appeler, j'avais trouvé ça suspect même si je lui laissais le bénéfice du doute. Après tout, ça m'arrivait aussi de ne pas faire attention à ce qui m'entourait et jamais personne ne m'avait cassé la gueule après l'avoir ignoré.
Je soupire, contrariée et passe une main dans mes cheveux avant de les ébouriffer légèrement. Je n'aimais pas l'ignorance, je préférais encore la haine.

-Quoiqu'il en soit, si un jour tu veux passer me voir, n'hésites pas. Je serais ravie de passer un peu de temps avec mon toutou préféré.

Je ne la méprisais pas, je ne me moquais pas d'elle. C'était de la bienveillance façon Itsuko.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Lun 18 Juin - 2:16

Je regarde Jun d’un regard à la fois vide et terrifié (c’était possible ça?), attendant patiemment qu’elle me punisse pour mon comportement. Finalement, après un moment elle se penche vers moi et je ferme les yeux, anticipant la douleur. Mais contrairement à ce que je m’attendais, elle ne me fait pas de mal. Elle agrippe seulement le col de mon costume et me remets sur pieds. Je la regarde sans comprendre, mon expression probablement des plus perplexes. Je la regarde alors qu’elle cherche quelque chose dans ses poches, sans succès, puis elle ramène son sac en bandoulière vers l’avant pour y farfouiller énergiquement. Je me demande bien ce qu’elle chercher et je la regardai avec curiosité, mes iris rouges ne quittant pas ses mains que je savais si douces. Jun trouve finalement ce qu’elle cherchait et tends le bras vers moi, me présentant une sucrerie. Je la prends dans mes mains hésitantes, plongeant mon regard dans celui de ma maîtresse.

-Manges où tu vas finir par n'avoir que la peau sur les os.

Je baisse les yeux pour me regarder et grimace avant de reporter mon attention sur Jun. Ce n’était pas ma faute si j’étais faite si menue! Mais j’accepte sa friandise sans protester. Je ne voulais pas risquer de la mettre encore plus en colère. Alors que j'essaie d'ouvrir le sachet de bonbon, Jun retourne récupérer son arme avant de revenir vers moi. J’étais toujours en train de me débattre contre l’emballage qui me glissait des doigts lorsque Jun vint se coller tout contre moi, me dérobant un baiser que je lui rends malgré la surprise. Je cligne néanmoins des paupières, regardant curieusement Jun. Puis cette dernière prend une friandise du sac (que j’avais finalement réussi à déballer) pour la fourrer dans sa bouche sans préambules. Puis je la regarde alors qu’elle s’éloigne légèrement. Je l’observe alors qu’elle abat sans force une croix non loin, soulevant un nuage de poussière qui vient irriter mes yeux. Je pose un avant bras devant mes yeux sensibles et continue d’observer Jun, épiant ses gestes alors qu’elle enchaîna avec quelques manœuvres de combat. Je ne peux m’empêcher de l’admirer. Elle bougeait avec grâce et agilité, malgré l’arme encombrante qu’elle tenait dans les mains.
Puis elle se retourne vers moi tout en réajustant sa capuche sur sa tête. Je ne peux m’empêcher de rougir. Je la trouvais magnifique, même si elle semblait sinistre ainsi vêtue et se tenant droite et fière dans l’arène. Elle s’arrête en face de moi et me regarde longuement avant de finalement parler de sa voix que j’aimais entendre.

-J'ai eu l'impression que tu m'évitais ces derniers temps, on ne s'est pas beaucoup croisées ...

Je me mords la lèvre inférieure et détourne la tête, gênée et honteuse. Ainsi elle avait remarqué que je l’évitais. Je ne faisais pas ça parce que je ne l’appréciais pas. Non, je l’évitais seulement parce que j’avais honte de moi-même et je me disais qu’elle méritait meilleure compagnie que moi, une pauvre idiote qui l’attaquait à la première occasion. Je ne voulais pas être un poids de trop sur ses épaules, déjà qu’elle me « protégeait ». J’aurais peut être du ne pas l’ignorer lorsque je l’avais croisée dernièrement, et j’aurais peut être du me retourner lorsqu’elle m’avait appelée par mon nom. Mais j’avais préféré l’ignorer et continuer mon chemin tandis que mes joues tournaient au cramoisis.

-Quoiqu'il en soit, si un jour tu veux passer me voir, n'hésites pas. Je serais ravie de passer un peu de temps avec mon toutou préféré.


Je grimace et détourne le regard. Voilà ce qui remettait les idées en place. Il ne me fallait pas oublier que je n’étais qu’un objet aux yeux de Jun, que je n’étais rien d’autre qu’une conquête. Je soupire et secoue la tête avant de la regarder timidement.

- Sumimasen… je… je vais essayer de te rendre visite plus souvent…


Je détourne le regard, les joues rouges, imaginant facilement ce qui arriverait si je lui rendais visite. Probablement quelque chose de semblable à notre première rencontre. Je me détourne de Jun, la tête baissée et pense à mon arme sans toutefois la matérialiser. Dire que j’avais faillit blesse Jun avec cette dernière. Je lève les yeux vers la lune et la regarde longuement, me perdant dans sa pâleur solitaire. J’aimerais bien être à la place de la lune parfois. Pouvoir veiller sur les autres avec sa luminosité, sans pour autant en souffrir. Pouvoir être pâle et différente sans qu’on se moque d’elle. Pouvoir être seule sans en ressentir cette tristesse et cette solitude qui me rongeaient le cœur sans relâche. Même si Jun avait quelque peu apaisé la douleur que ces sentiments m’apportaient, je savais que ça ne serait que temporaire. Car bientôt, Jun se débarrasserait de moi, comme si je n’avais jamais existé, pour mieux passer à autre chose, me laissait aussi seule et détruite qu’avant, sinon plus. Je soupire de nouveau, fixant la lune du regard. Que devrais-je faire? M’éloigner de Jun, ou profiter de l’attention qu’elle me portait au risque d’en souffrir lorsqu’il sera temps pour elle de se débarrasser de moi? Ma logique me criait la première option tandis que mon cœur me chantait la seconde. Et bien sur, j’écoutais la mélodie mélancolique de mon cœur, trouvant les cris de détresse que ma logique poussait bien trop dérangeants pour porter une attention particulière à cette dernière.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Lun 18 Juin - 21:37

- Sumimasen… je… je vais essayer de te rendre visite plus souvent…

Elle rougissait encore. Qu'est-ce-qu'il pouvait bien se passer dans sa petite tête de linotte ? Je l'examine longuement essayant de découvrir ce que sa gêne et sa timidité pouvait bien cacher. Puis je me résigne. De toute façon, elle était exactement le genre de personne à se compliquer la vie avec des détails insignifiants, pour tout et n'importe quoi.
Je fais tourner ma faux au dessus de ma tête et l’envoie en direction d'un malheureux élève qui passait par là et qui ne demandait rien. Malheureusement ou bien heureusement pour lui, elle disparait tout juste après que j'ai lâcher la anse. Mon but n'était pas de l'esquinter, simplement de déterminer la durée entre mon lancé et la dématérialisation de mon arme. Elle était courte, très courte et je voulais pourtant pouvoir balancer ma faux assez loin sans être prise de court par le temps. Je réfléchissais à un moyen de recourir à ce léger défaut et penchais pour une longue chaîne de métal qui assurerait le contact ou une hampe rétractable qui ne me paraissait pas réellement pratique en combat.
J’ébouriffe une nouvelle fois mes cheveux et soupire. Soit je trouvais quelque chose, soit j'entraînais mon agilité et ma rapidité pour pouvoir atteindre plus facilement mes proies éloignées. Je n'aimais pas particulièrement courir, je tente donc de matérialiser un câble de fer mais me retrouve avec un simple et fin filin de métal trop fragile pour être utilisé, ce qui me fait grogner furieusement.
Je m'élance à toute vitesse vers une croix qui trônait fièrement plus loin et l'abat sur elle le plus rapidement possible, une fois arrivée à sa hauteur. Trop lent. Je tente une nouvelle fois de faire apparaître une chaîne et réussis à matérialiser quelques chaînons rouges métallisés qui disparaissent presque aussitôt après. J'espérais pouvoir régler ce petit problème en une semaine, en venant souvent m'entraîner ici. Je pouvais sécher quelques cours qui m'importaient que très peu de toute façon.
Je me dirige vers ma possession et relève son visage, en posant ma lame sous son menton, l'obligeant à relevé son regard vers moi. J'effleure légèrement son cou et ordonne :

-Toi, montre moi ce que tu sais faire !

Un combat amical ? Je n'avais pas besoin de ça. Je voulais un vrai combat, un entraînement intensif pour me faire un peu la main, en vue de combats futurs plus sauvages et sanglants.
J'espérais pour elle qu'elle n'avait pas trop de mal à ré-matérialiser les parties de son corps car je n'allais pas être tendre avec elle. Moi, sadique ? Non : Pour chaque membres abimés, je lui promettais une douceur, celle qu'elle voulait, où et quand elle voulait, de la manière qu'elle voulait.
Je fais un saut en arrière et me mets en garde. Je devais, en plus, évaluer ses capacités en combat pour savoir à quel point elle avait besoin d'être surveillée, d'être protégée. Je faisais d'une pierre, deux coups et j'étais ravi de pouvoir me mesurer à ma superbe propriété.
Je me pourlèche les babines et lance, amusée :

-Fais attention à toi. Je n'aimerais pas que mon petit chiot se casse un ongle ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Lun 18 Juin - 22:54

J’étais toujours en train de regarder la lune lorsque j’entendis Jun bouger près de moi. Je lui jetai un regard, curieuse. Elle semblait être en train de se pratiquer à matérialiser quelque chose de différent que son arme, mais je ne savais pas quoi. Je l’observe un moment, grimaçant lorsque je peux voir son irritation se peindre sur son visage. Quoi qu’elle essaie de matérialiser, ça ne se passait pas comme elle le voulait. Elle attaque une des croix qui trônait non loin et je vois quelque chose de rouge se matérialiser légèrement dans les mains de ma maîtresse avant de disparaître. Je secoue la tête et passe une main dans ma chevelure coincée sous mon chaperon à crâne de dragon. J’étais heureuse que sa colère ne soit pas dirigée contre moi. Je détourne le regard et fronce les sourcils. Je me demandais pourquoi Jun avait abandonné si rapidement son idée de punition plus tôt. Ce n’était pas par manque de détermination, ça non. Même si je connaissais que très peu Jun, j’avais déjà compris que lorsqu’elle voulait quelque chose, elle l’obtenait, et gare à ceux qui lui refusaient ce qu’elle désirait. Alors pourquoi avait-elle abandonné l’idée si vite? Parce qu’elle ne voulait pas me blesser? Parce qu’elle pensait que finalement, ça n’en valait pas la peine? Je n’en ai aucune idée. Je soupire et porte ma main à mon collier, jouant avec le cadenas qui avait gardé la même apparence malgré le fait que je me trouvais dans l’arène. Jun n’avait pas perdu de temps et avait fait de moi sa possession en moins de deux dès notre première rencontre. Un : en prenant possession de mon corps. Deux : de ma liberté. Je laisse retomber mon bras et regarde au loin, mon regard se perdant dans ce décors si peu accueillant qu’était celui de l’arène. Au moins, je ne souffrais pas. Enfin, pas trop. Pour le moment, Jun ne m’avais pas fait souffrir, se contentant de me taquiner et de me dérober quelques baisers par-ci et par-là. Elle avait même été étonnamment douce lors de notre rencontre, ce qui m’avait surprise. D’habitude, les gens me méprisaient au premier regard. Même si elle avait fait de moi sa chose, elle s’y était prise sans violence et sans me blesser.
Je me retourne vers elle lorsque j’entends ses pas s’approcher de moi et me retrouve son arme sur ma gorge. Elle me force à lever les yeux vers elle, et je m’exécute sans paniquer. Je lui faisais confiance, et je ne pensais pas qu’elle voulait me faire du mal.

- Toi, montre-moi ce que tu sais faire !

J’écarquille les yeux, surprise. Un combat? Elle voulait me combattre? Mais pourquoi? L’avais-je mis en colère à ce point? Je déglutis avec difficulté et croise son regard. Comme je m’en doutais, je vois une détermination sans faille dans ce regard gris. Je me résignai et reculai d’un pas, soupirant. J’hoche la tête et me concentrai un moment, tentant de matérialiser mon arme. Jun saute vers l’arrière et se place en garde, attentant que je matérialise mon arme. Je m’y prends à plusieurs reprises, ne perdant pas espoirs malgré mes nombreux échecs. Après ce qui me parut une éternité, je réussi à matérialiser ma lance en onyx et je l’empoigne fermement.

-Fais attention à toi. Je n'aimerais pas que mon petit chiot se casse un ongle ~

J’eus un petit sourire et la regardai en coin. Me pensait-elle sans défense à ce point? Je fais faire des moulinets à ma lance au dessus de ma tête, bougeant mon arme avec adresse. Puis je me place en pose de combat, ma lance pointée vers Jun, mes genoux légèrement fléchis, une jambe plus en avant que l’autre afin de garder une bonne balance. Puis je regarde Jun droit dans les yeux et hoche la tête qu’une seule fois, l’invitant à m’attaquer.
Elle ne perdit pas de temps et me portai un premier coup, que j’évitais facilement en me décalant sur le côté. Je levai ma lance dans les airs, bloquant son arme par le fait même. Je fis un mouvement circulaire avec mon bras, forçant Jun à abaisser sa faux et je coinçai son arme vers le bas tout en lui lançant un sourire. Elle se libéra et je reculai, faisant de nouveaux moulinets avec ma lance, puis la plaçai en face de moi, prête à bloquer les autres attaques de Jun.
J’aimais combattre. Ça avait toujours été un sport que j’adorais, parce que je me perdais dans les mouvements, bougeant avec grâce. C’était comme si je tombais dans un état second, comme si quelqu’un d’autre prenait possession de mon corps. Chaque fois que je me battais, j’entrais comme en transe, bougeant avec rapidité et agilité dans une danse dangereuse. Dangereuse car je maniais mon arme avec dextérité et si quelqu’un faisait un mauvais pas de danse, cette personne se retrouvait souvent au sol sous la pointe de mon arme.
Je fis quelques pas autour de Jun tout en faisant de long et lent moulinets avec ma lance, éclairant par intervalle mon visage avec les veines de rubis luminescent. Je tournais autour de ma maîtresse comme un chat autour d’une souris, attendant ses prochains mouvements. Finalement, je m’arrêtai, pointai mon arme vers elle et levai mon menton vers elle, l’invitant à attaquer une fois de plus, mes yeux la regardant avec malice.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mar 19 Juin - 0:35

Elle bougeait plutôt bien, je devais l'avouer.
Un sourire diabolique vient de peindre sur mon doux visage. Cette demoiselle aurait mieux fait de ne pas dévoiler son talent et ses capacité. Mes pulsions meurtrières vibraient d'ores et déjà furieusement dans mes veines, menaçant d'engloutir ma conscience à tout instant. Ma main se resserra automatiquement autour de la hampe de ma faux, faisant craquer légèrement les os qui la composaient.
Ryuko, ryuko, ryuko ... Même en me répétant ce nom, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer sa peau pâle se déchirant sous mes assauts, sa chair immaculée se recouvrir délicieusement de son propre sang.
J'étais là, tremblante de fureur et d'envie, matérialisant sans problème la chaîne que j'avais en vain essayé de faire apparaître un peu plus tôt, rougeoyant dangereusement à la clarté de la grande lune qui me faisait face. Elle s'étendit lentement au fur et à mesure que je l'imaginais et s'enroula délicatement autour de mon poignet qui vibrait férocement, attendant la vague de désir qui le pousserait à passer à l'acte.
Mon regard dément se perdit dans le sien. Ses mirettes aussi pourpres que le sang et le métal de ma lame, j'avais envie de les crever, sentir leur vaine résistance sous la pression qu'exerceraient horriblement mes pouces. Je ricane, sur les rives de la folie.
Ryuko ... Pourquoi m'entêtais-je encore à nommer ce jouet ? Elle était là, tout près, me suppliant de rougir sa vie, de mettre fin à son existence sordide. Alors pourquoi ?
La sensation de ses paumes contre ma peau me revint lancinante. J'écarquille les yeux de stupeur. Elle avait osé me toucher ... Je me remémore malgré moi un souvenir cauchemardesque dont j'avais tut l'existence depuis mon arrivée ici. Ses lèvres ... Elle avait osé violer les miennes ... Je portais mes doigts à ma bouche, frissonnante de terreur et de colère. Ses mains ... Et je me souviens de ces mains écœurantes qui glissaient sur mes cuisses pour mieux les écarter en toute impunité. Je me rappelle de son odeur infecte, des ses lèvres forçant les miennes pour mieux les laper désagréablement. Je me remémore du sang qui s'était écoulé abondamment par la suite et j'entends ... J'entends ses hurlements de douleur que lui arrachait ma punition, son châtiment mortel. Et son cadavre puant et repoussant que j'avais lentement déchiqueté alors qu'il était encore vivant, souriant à pleines dents, heureuse dans notre souffrance.
Une longue plainte s'échappe de ma gorge, douloureuse et pitoyable, tandis que je sens mon sang battre dangereusement dans mes veines, menaçant de les rompre. Un dernier regard, un souffle et je m'élance comme une folle furieuse vers ma nouvelle victime sans aucun doute apeurée et tremblante. Ma faux s'envole, tranche brièvement l'air et plonge à toute vitesse sur ma proie, ma beauté pâle que je ne reconnaissais même plus, aveuglée par ma folie.
Une inspiration, mes yeux sur son collier de cuir, le cliquetis de ma chaîne et puis plus rien. Un silence pesant qui me rendait dingue, mon cœur s'arrêtant de battre et un regard sur mon œuvre.

-Jun : 1 / Cronos : 0 ...

J'examine mon erreur : Plusieurs croix décapitées, un léger filet de sang roulant sur sa pommette blanche, une coupure insignifiante marquant son doux visage. Et ma faux ? J'agite mes doigts dans le vide. Disparue, envolée, dématérialiser. Je prends un grande inspiration et me laisses tomber au sol, ne prêtant même pas attention à la douleur que provoque ma chute. Je reste là, inerte et secouée par les battements de mon cœur, ne désirant qu'une chose : Partir, partir très loin.
J'avais réussi à éviter le pire mais à quel prix ? La haine ? Allait-elle me détester ? Qu'est-ce-que cela pouvait bien me faire maintenant, de toute façon ? Et maintenant, d'ailleurs ? Pourquoi étais-je ici d'abord ? Ah, contrôler mes pulsions ... Je soupire. Académie de merde.
Je maudissais vainement le responsable de ma situation, celui qui avait souillait ma vie et mon corps mais qui reposait dorénavant ici et partout, un bras par ci, une jambe par là, son corps disséminé partout et nulle part. Avais-je osé le comparé à Ryuko ? Cet être si pure et innocent ? J'étais complètement malade ...
Je me redresse avec difficulté, pas motivée pour un sou et scrute ma propriété de la tête au pied. Elle n'avait pas l'air d'aller trop mal, j'étais rassurée en quelque sorte.
Mon cœur et ma respiration commencent enfin à se calmer quand je lui tends finalement un sourire qui se voulait bienveillant. Faire comme si de rien n'était, passer l'éponge, ignorer son regard interrogateur ... Je sens bien que mon sourire n'est qu'une grimace étrange et factice, je décide donc de plonger mon visage dans mes mains et de faire semblant de pleurer, l'ombre de ma capuche de faucheuse masquant mon air faussement amusé et quasiment affligé.

-Ryuko est si puissante ... Moi qui pensais pouvoir la protéger ... Je suis une incapable

Je relâche une fausse plainte et demande, aussi inquiète que curieuse :

-Que va t-elle faire de moi, maintenant ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mar 19 Juin - 2:13

Jun repasse à l’attaque et je pare ses coups avec efficacité, tournoyant sur moi-même pour donner un élan à mon arme, cognant cette dernière contre la faux de Jun, l’éloignant par le fait même. Je bouge sur le côté, me préparant à bloquer un autre assaut avant de feindre une attaque, forçant Jun à sauter sur le côté. On se regarde pendant un moment, puis je remarque quelque chose changé chez ma maîtresse. Son expression change peu à peu et son visage s’assombris. Perplexe, et ne sachant pas ce qui se passait, j’abaisse inconsciemment mon arme, regardant Jun avec curiosité, me posant des questions. Qu’est-ce qui lui arrivait? Pourquoi agissait-elle si bizarrement tout d’un coup?
Soudain, une chaine rouge se matérialise sur Jun, s’enroulant autour de son poignet. Je commence à devenir légèrement inquiète, me demandant ce qui se passait. Elle semblait différente, quelqu’un d’autre. Ce n’était plus la Jun moqueuse et charmeuse que j’avais rencontrée il y a cela quelques jours. Non, la Jun qui se tenait devant moi était emplie de rage à peine contenue, et son regard était fou. Étais-je la responsable de son état? J’espérais que non…
J’entends Jun rire, un de ces rire qui peut vous faire frissonner de terreur et je resserre mes mains sur mon arme, prête à me défendre s’il le faut. Puis Jun pousse un étrange hurlement qui glace mes veines. Je la regarde craintivement, ne la reconnaissant plus. Ce n’était plus ma maîtresse. C’était une pure inconnue dont la folie avait ravagé sa conscience. Soudain, Jun s’élance vers moi à une vitesse folle, abaissant son arme sur moi. Je n’ai que le temps de la lever brièvement avant l’impact. Sa faux heurte violemment ma lance et, surprise sous la force du coup, ma lance m’échappe et se dématérialise, me laissant sans défense. Je fais un pas de reculons, mais pas assez rapidement. La lame de la faux de Jun me touche au visage, laissant une coupure longue d’à peu près un pouce sur la joue. Je porte la main à ma joue en grimaçant lorsque je sens quelque chose couler. Lorsque je retire ma main, je ne suis aucunement surprise d’y retrouver du sang. Je lève les yeux vers Jun, examinant attentivement son expression. Elle à l’air légèrement perdue. Je la vois agiter ses doigts, comme si elle cherchait quelque chose, et je devine qu’elle cherche probablement sa faux qui n’était maintenant nulle part en vue. J’entends Jun prendre une inspiration puis elle s’effondre au sol, ses genoux heurtant douloureusement le sol. Je reste immobile où j’étais, le sang coulant toujours sans arrêt sur ma joue, les gouttes écarlates tombant au sol, à mes pieds. Je ne prends pas la peine d’essuyer ma joue, sachant que le sang ne cesserait pas de couler de si tôt. Mon cœur bat toujours la chamade dans ma poitrine. Je ressemble à un animal sur les nerfs, prête à attaquer Jun si jamais elle tenterait de m’attaquer de nouveau. Arme ou pas arme, j’allais me défendre.
Elle se relève finalement avec difficulté, me regardant de ses yeux vides. On reste un moment à se regarder dans les yeux puis elle me fit un sourire. Mais, étant moi-même une pure comédienne pour cacher mes émotions, je reconnaissais un sourire lorsqu’il était faux. Et celui de Jun était complètement faux. Elle cherchait probablement à cacher sa détresse, à cacher ce qui venait juste de se passer. Puis elle cache son visage dans ses mains, baissant la tête par le fait même, et son visage est maintenant caché par sa capuche. Je l’observe un moment puis relâche ma position de combat, me détendant. Elle n’allait pas m’attaquer de nouveau.

-Ryuko est si puissante ... Moi qui pensais pouvoir la protéger ... Je suis une incapable

Je fronce les sourcils, perplexe. Elle venait pratiquement de me découper la face en morceau et elle se disait incapable? J’étais pourtant certaine que c’était moi, l’incapable de l’histoire, pas elle. Elle avait réussi à me désarmer d’un puissant coup qui m’aurait été mortel si je n’avais pas eu le réflexe de me jeter sur le côté. Je passe mon poing sous mon menton, essuyant dans le mouvement le sang qui commençait à me couler dans le cou. Il va falloir que je mette un pansement au plus vite sur cette blessure. Je reporte mon attention sur Jun lorsqu’elle me dit :


-Que va-t-elle faire de moi ?

J’écarquille les yeux de surprise. Pourquoi me posait-elle cette question? À quoi jouait-elle? Je secoue la tête, envoyant quelques gouttes de sang supplémentaires au sol et m’approche lentement de Jun. Puis je ferme l’espace qu’il y a entre nous et l’entoure de mes bras, la serrant contre moi. Je fais attention à garder mon visage écarté d’elle, ne voulant pas tacher sa robe de combat de mon sang.

- Je ne sais pas de quoi tu parles, Jun.

Je reste silencieuse un moment, prenant le temps à réfléchir à ce que j’allais dire. On avait la vie dure, côté oral, lorsqu’on passait la majeure partie de sa vie muette comme une tombe. Je fronce les sourcils puis je déglutis.

- Jun Onee-sama est loin d’être une incapable. Tu viens pourtant juste de me battre en combat, ne?

Je me recule légèrement, sans pour autant la libérer de mon emprise. Je plonge mes yeux dans les siens et lui souris timidement.

- J’ai plutôt l’impression que c’est moi qui devrais te demander ce que tu vas faire de moi.

Je détourne les yeux et mon sourire se fade légèrement.

- C’est quand même moi qui méritais une punition plus tôt, si je me rappelle bien…

Je redeviens silencieuse, gardant mes bras autour d’elle. Le sang coule maintenant sur mon cou, puis sous ma robe de combat et je grimace. J’avais toujours eu ce genre de problème. Dès que je me coupais, c’était comme si je m’étais ouvert une veine, même si la coupure était minime. Moi et mon métabolisme de merde. On resta ainsi un moment, moi la serrant dans mes bras, puis, après un moment, je pose mon front contre le sien, la regardant dans les yeux.

- Je ne sais pas ce qui t’es arrivé, Jun. Mais….

Je détourne le regard et me mords la lèvre inférieure avant de reporter mon attention sur ma maîtresse.

- Même si je ne suis pas très utile… si tu veux en parler… je suis prête à t’écouter, à tout moment. Je… je suis prête à t’aider, si tu le veux bien…

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mar 19 Juin - 18:17

- Je ne sais pas de quoi tu parles, Jun.

Je ne lui rends pas son étreinte mais je ne m'éloigne pas non plus. Une goutte de sang atterrit et roule dans ma paume, alors que je reprends des couleurs petit à petit. J'agite ma main, étalant le liquide rouge sur ma peau et la lève à hauteur de mes yeux. Dieu, elle perdait beaucoup de sang pour une si petite coupure ... Je n'osais même pas imaginer en combat réel ce que cela pouvait donner.

- Jun Onee-sama est loin d’être une incapable. Tu viens pourtant juste de me battre en combat, ne?

La battre ? J'avais bien faillit la tuer, oui ... Et si, j'étais bien une incapable. Pas foutue de contrôler mes pulsions, obliger de sauter sur la première chienne qui passait au moindre sursaut de désir et de démolir tout ce qui m'entourait pour un oui et un non : Une incapable certaine.
Je passe ma main dans les cheveux longs et immaculés de ma propriété, les coloriant légèrement de rouge.

- J’ai plutôt l’impression que c’est moi qui devrais te demander ce que tu vas faire de moi.

Ce que j'allais faire d'elle ? Je l'examine longuement. Qu'allais-je bien pouvoir faire d'elle ?
Mon regard tombe sur ses lèvres et se trouble, alors que mes pensées partent déjà plus loin, vers des sommets de délice. Jun était une vilaine fille ~
Finalement, dans certaines situations, mes sauts d'humeur étaient plutôt agréables et utiles.

- C’est quand même moi qui méritais une punition plus tôt, si je me rappelle bien…

Une punition ? Je souris malicieusement. Ah oui, cette punition ~
Je scrute brièvement sa joue meurtrie et pouffe intérieurement de rire. Mah, je suppose que j'en avais déjà fait bien assez. Une autre fois, peut être ~

- Je ne sais pas ce qui t’es arrivé, Jun. Mais….

Ce qui m'étais arrivé ?
Elle se colle à moi et appose son front contre le mien, m'obligeant à plonger mon regard curieux dans le sien bienveillant.
Huh, rien d'important : Mon ancien patron - le pire porc que la terre avait pu porter - avait tenté de me faire des choses stupides et je lui avais fait amplement payé ses gestes.
Je ricane légèrement en me remémorant la grimace de douleur qui déformait atrocement son visage gras et rondouillard. Il avait rampé longuement après que je lui ai broyé les chevilles, laissant deux longues trainées de sang avant de s'arrêter à bout de forces non loin de sa seule issue de secours. Si mes souvenirs étaient exacts, l'une de ses "employés" forcées m'avaient même aidé à finir le travail. Avait-elle était retrouvé par les enquêteurs ? Je n'en savais rien mais j'espérais qu'elle ai pu retrouver sa liberté après tant d'années de souffrance.

- Même si je ne suis pas très utile… si tu veux en parler… je suis prête à t’écouter, à tout moment. Je… je suis prête à t’aider, si tu le veux bien…

Croyait-elle vraiment que j'allais lui raconter une mésaventure aussi répugnante et sanglante ? Je ne pense pas qu'elle pourrait supporter ne serait-ce que la description de l'agression que j'avais subit, alors la torture et le bain de sang qui s'en était suivi ... Je frissonne, vacillant entre plaisir et écœurement. Mon œuvre horriblement royale ~
Mon attention se reporte sur mon petit chiot. N'était-elle pas adorable à s’inquiéter et se soumettre ainsi ? J’ébouriffe affectueusement sa crinière blanche et me remet debout. Cette jeune fille était étonnante : une vraie perle de docilité dans cette Académie de fous furieux.

-Pourquoi tant de sérieux ?

Je n'étais pas la seule, ici, à avoir souffert par le passé. C'était chose courante dans cet établissement et j'avais eu amplement le temps de le découvrir en discutant un peu avec les énergumènes qui servaient d'élèves. Entre les meurtriers, les cinglés et les suicidaires, pas mal d'histoires étaient parvenues à mes oreilles, qu'elles viennent de rumeurs douteuses ou directement des personnes concernées. Franchement, je n'étais pas la plus à plaindre. Ma vie avait été un long fleuve tranquille comparée à certains étudiants qui erraient tel des zombies sans but ni envie, traumatisée à jamais par des expériences monstrueuses que je préférais personnellement ignorer, oublier.

-Tu veux que je te raconte mon histoire alors que j'ignore tout de la tienne ?

Ryuko n'était certainement pas ici par hasard. Je ne l'imaginais pas criminelle et encore moins meurtrière. Trop de pureté s'échappait de sa personne, trop d'innocence. Oui mais alors pourquoi ? Que faisait-elle ici ?
Plus j'y réfléchissais et moins j’arrivais à déterminer la raison de sa présence à Undai Gakuen. Je pouvais l'imaginer aisément, une tête décapitée en main, une mallette remplie de liasses de billets aux pieds, un revolver tendu vers un être insignifiant ou toute habillée de cuir, fouettant qui le voulait bien ... Mais non. Il suffisait que mes iris croisent les siennes flamboyantes pour que sa naïveté me gifle en plein visage.
Ryuko ? Condamnable ? A qui voulait-on faire gober ça ?

-C'est quoi ton truc ? La kleptomanie ? Le viol ?

Remarquant qu'elle était toujours accroupie, je soupire, ennuyée. Je l’attrape par l'épaule et la soulève délicatement, l'incitant à se remettre debout. Regarder les gens de haut pendant que je leur faisais leur fête, j'adorais mais quand il s'agissait de discuter, je préférais avoir leurs yeux à hauteurs des miens. En plus, vu où ses lèvres arrivaient, j'avais beaucoup de mal à me concentrer sur ce que je disais. Libido, libido, libido ...
J'approche mon visage du sien et lape amplement sa blessure avant de continuer de la questionner, mi amusée, mi sérieuse :

-Quel genre d'enfant à problèmes tu es ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mar 19 Juin - 20:12

-Pourquoi tant de sérieux ?

Je la regarde curieusement, ne sachant quoi dire. J’avais seulement offert de l’écouter si jamais elle voulait parler, c’est tout, mais à voir comment elle agissait, je ne pense pas qu’elle allait se vider le cœur. Bah! J’aurai essayé au moins. J’suis peut être une tarée de première lorsque c’est le temps de parler, mais côté écoute, j’étais toujours prête à aider.

-Tu veux que je te raconte mon histoire alors que j'ignore tout de la tienne ?

Je détourne le regard, perdant le peu de sourire qui me restait. Mon histoire. Mon passé. Cette partie de ma vie que j'avais oublié. Cette partie de ma vie qui faisait de moi ce que j’étais aujourd’hui, une épave vide et brisée. Je me mords la lèvre inférieure, combattant instinctivement les souvenirs qui remontaient en surface. Ces souvenirs que j’avais jusqu'alors oubliés. Ils m’enserraient la gorge, me détruisaient peu à peu de l’intérieur. Je me mets à trembler légèrement. Mon souffle est saccadé alors que ces images horribles, que j’avais alors stockées dans un coin de ma conscience, me remontaient à l’esprit.

Premier Flash Back
Je la revoyais, aussi menue et fragile que moi, souriant à pleine dents lors de notre dixième anniversaire. Elle me tenait la main, comme elle faisait toujours, et elle m’avait dit de souffler les bougies en même temps qu’elle. J’étais alors heureuse, et souriante, une toute autre Ryuko. Alors que nos amis nous chantaient un joyeux anniversaire, on s’était regardé et on avait soufflé les bougies en même temps. Le sourire éclatant qu’elle m’avait alors donné avait été son dernier… Reika… Ma sœur jumelle tout en étant mon opposée. On se ressemblait comme deux gouttes d’eau. Seulement, elle avait les cheveux noirs corbeau et des yeux d’un bleu ciel impressionnant, et le teint de sa peau était foncé. Tandis que moi, j’avais une chevelure blanche comme neige et des yeux rouges sang, et un teint blême.
Ce soir là, après la petite fête qu’on a eu en l’honneur de nos dix ans, on était sortie en cachette de la maison afin d’aller au parc s’amuser sous les étoiles. Reika adorais les balançoires, donc on s’y était dirigées. Elle s’était installée sur une des balançoires et m’avait regardé avant de me faire signe de m’approcher.

- Ryuko-chan! Pousse-moi!

Je l’avais donc fait, sans protester. Ma sœur s’était balancée pendant un moment, puis on avait toutes les deux soudain ressentie quelque chose. De la peur. J’avais été celle qui avait vu la silhouette au loin, mais liées comme on l’était, Reika avait ressentis ce que j’avais ressentis. Elle était sauté en bas de la balançoire et s’était placer devant moi, bras écartés, comme pour me protéger. Elle avait toujours été la plus brave d’entre nous, et la plus casse cou. Il n’y avait donc aucune surprise à ce que ça soit elle qui me défende.

- Qui que tu sois, sors de l’ombre, espèce de gros lâche!

- Reika-chan… Ne le met pas en colère…

Je m’étais blottie dans son dos, effrayée. Puis un homme était sorti de l’ombre. Un couteau en main. J’avais écarquillé les yeux de peur tandis que ma sœur, toujours aussi brave, restait devant moi.

- Si tu crois que tu nous fais peur, gros plein de soupe, tu te trompes!
- Je ne le crois pas, jolie chose. On dirait bien que ton amie tremble comme une feuille.

En effet, je tremblais contre ma sœur. J’étais complètement effrayée. Puis l’homme s’était avancé vers nous…

Fin du Premier Flash Back
Je sens quelque chose sur ma joue, mais perdue dans mes souvenirs comme je l’étais, je ne le remarque presque pas.

-Quel genre d'enfant à problèmes tu es ?

Le reste des souvenirs de cette soirée horrible me heurtent de plein fouet, sans pitié.

Deuxième partie du Flash Back

L’homme avait agrippé ma sœur par le bras et l’avait tiré à elle. J’avais entendu Reika crier, puis l’homme avait glissé sa main entre les jambes de ma jumelle. J’avais ressentis le dégoût et l’inconfort de Reika, mais tétanisée par la peur comme je l’étais, je n’avais pas bougé. Ce fut ma sœur, alors qu’elle était sur le point de se faire violer sous mes yeux, qui m’avait sortie de ma torpeur.

- Ryuko, tue-le!

Et j’avais obéis, une fois de plus… sauf que ça avait mal tourné.
Ma sœur avait mordu la main de l’homme, juste entre le pouce et l’index et, sous la douleur, il avait échappé le couteau. Je m’étais précipité vers l’arme et, sans hésitation, je l’avais abattue sur l’homme. Mais ce dernier s’était protégé avec ce qui lui tombait sous la main. Ma sœur. Il s’en était servi comme bouclier humain, l’agrippant par les épaules et la plaçant devant lui. Le couteau avait transpercé la poitrine de Reika aussi facilement que si je l’avais planté dans du beurre. J’avais échappé un cri de couleur, puis mes yeux ont croisés ceux de Reika. Elle me regardait avec stupeur, ne sachant pas trop ce qui s’était passé. Du sang coulait de sa bouche, tâchant son menton.
L’homme en avait profité pour s’enfuir, me laissant seule avec ma jumelle mourante. J’étais sous le choc… Ma sœur s’était effondrée à mes pieds, le couteau toujours planté dans son cœur. Puis elle m’avait regardé et, dans un dernier souffle, m’avait dit.

- Je t’aime, Ryuko-chan. Je te pardonne pour ce que tu as fait… ce soir…

Je m’étais jetée à genoux, attrapant sa main. Ses yeux s’étaient fermé… puis plus rien.

- Reika-chan! Reika-chaaan! REIKAAAA!!!

C’est à ce moment là que j’ai sentis ma poitrine se vider. J’ai sentis la présence bienveillante de ma jumelle s’estomper. Et c’est à ce moment que j’ai cessé de vivre à l’intérieur. C’est à ce moment là que je suis devenue indifférente aux blessures que les autres me faisaient. Jusqu'à ce que j’oublie cette terrible nuit.
Les policiers nous avaient retrouvées dans les petites heures du matin, baignant dans une flaque de sang. Mon corps était blotti contre celui de ma sœur, ma tête caché dans son cou. On m’a posé des questions, mais j’avais alors perdu la voix. J’avais tuée ma sœur cette nuit là.
Les nouvelles allèrent vite en ville. On disait que les jumelles Hirano s’étaient fait attaquées en pleine nuit et qu’un individu inconnu aurait tué l’une d’entre elle. Et que le tueur était toujours en liberté, inconnu. Comme ils étaient bêtes. La tueuse était là, sous leurs yeux, belle et innocente mais brisée et fragile. La vérité, j’étais la seule à la connaître. Et cet homme. Mais il n’était jamais revenu. Tout comme Reika.
Comme je ne me remettais pas de la perte de Reika, on m’avait hypnotisée…
Tout me revient maintenant… Cette femme, avec sa voix douce, qui me disait d’oublier… d’oublier tout… d’oublier Reika…
Fin du deuxième Flash Back

Une sourde douleur à la poitrine me déstabilise et, posant la main sur mon cœur, je m’effondre à genoux aux pieds de Jun, gémissant de douleur. J’ai peine à respirer tandis qu’une autre vague de douleur m’atteint. Puis une autre. Les yeux écarquillés, le souffle coupé, ma mémoire me revient complètement avec les souvenirs de cette horrible nuit.

- R…Rei…Reika… je souffle d’une voix presque inaudible.

Puis j’agrippe ma tête de mes deux mains et je me mets à hurler tout en m’effondrant complètement au sol, me tordant de douleur, mon corps victime de spasme alors que l’horrible vérité me revient.






____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mar 19 Juin - 20:55

- R…Rei…Reika…

Je regarde ma propriété s’effondrer à mes pieds, gémissant de douleur, secouée par d'horribles sanglots.
Je reste là longuement, les yeux fixés sur ce corps chétif et larmoyant comme indifférente puis m'abaisse vers lui, une main en avant.
Je n'étais pas aussi insensible que je voulais bien le montrer, son état m’inquiéter mais c'était prévisible. Les étudiants de cette Académie n'étaient qu'une foule compacte de "déchets" plus brisés les uns que les autres. J'avais de la compassion pour ces gens, nous étions semblables et pourtant je ne pouvais m'empêcher de me désintéresser d'eux pour ne pas me retrouver plus blessée que je ne l'étais déjà.
Ma paume se pose sur le haut de son crâne et je soupire lourdement avant de chuchoter doucereusement :

-Allons, allons, c'est finit.

Mensonge. Les douleurs se faisaient moins lancinantes au fil du temps mais restaient, là, gravées dans notre cœur, rougeoyant par moment pour mieux nous abattre ou nous rendre fou.
Je soulevait lentement ma possession meurtrie, la portant dans le creux de mes bras afin de la consoler.
Quel établissement de dépressifs ... Je ne voyais toujours pas pourquoi Dead Master s'entêtait à tous nous rassembler ici. Secret d'état ? Un nettoyage du monde des cas sociaux que leurs semblables éliminaient avec une facilité déconcertante ? Pourquoi pas ? Cela ne m'étonnerait même pas venant de la directrice.
Je ris ironiquement. Non, elle avait juste besoin d'un bon divertissement et quoi de mieux que des jeunes brisés qui se déchirent pour combattre à mort ?

-Quel monde de déments. Toutes ces ordures ...

Ces déchets ? Des désaxés ? Non, des personnes qu'on avait tout autant anéantis et qui reproduisait les mêmes erreurs que leurs bourreaux. Des gens tout aussi perdus que nous qu'on aimait qualifier d'erreurs pour se sentir bien dans ses baskets. Mais qu'étais-je moi ? Une meurtrière, une femme bafouée et folle à lier, rien de plus. Une personne vengeresse qui baisait et tuait tout ce qui pouvait passer sous son nez.
Je resserrais mon emprise sur ma beauté pâle et quitte l'arène d'un pas assuré. Ma camarade n'était plus en état de combattre et je n'avais plus aucune envie de m'entraîner. Peut être dans quelques jours, après avoir fait longuement la morte, je reviendrais, dynamique et souriante.

-Sortons d'ici ...

Je passais le portail de la sinistre arène, Ryuko toujours dans mes bras, nos tenues de combat se volatilisant pour laisser place à notre digne uniforme, celui que nous partagions tous, frères de calamité.
Je prends une grande bouffée d'air et me dirige vers les dortoirs, souhaitant prendre un peu de repos et grignoter quelque chose après cette dure séance. Il y avait sûrement quelque chose de doux et sucré dans mes placards, quelque chose qui savait réchauffer les cœurs et remplir l'estomac.
Mon regard s'illumine. La nourriture était quelque chose de formidable pour moi, elle apaisait mes nervosités et mes tensions, impossible de m'en passer.
Je souris malicieusement. En plus, j'avais le délicieux dessert entre mes mains qui n'avait pas dit un mot depuis. Moi, profiteuse ? Non, j'étais sûre de lui faire plus de bien que de mal ~ Lunatique ? Certainement.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mar 19 Juin - 22:03

Je reste au sol pendant un moment, sanglotant et le cœur déchiré par la solitude et la douleur. J’aurais préféré ne pas me rappeler de tout ça. Mais il fallait m’y attendre qu’un jour ou l’autre, ça allait remonter. Je sens une main se poser sur ma tête et je ferme les yeux, acceptant avec soulagement cette marque de compassion. Ma poitrine se soulève sous un autre sanglot et je gémis.

-Allons, allons, c'est finit.

Fini? Non, ce n’était pas fini. La douleur ne partirait jamais. La seule chose qui était fini, c’était la vie de Reika. Oui, de ce côté, c’était bel et bien fini. Elle ne reviendrait pas. Mais les remords, les souvenirs, la douleur… ça ne finirait jamais.
Je sens des bras m’entourer et je me blottis volontiers contre la poitrine de Jun, soupirant à son contact.

-Quel monde de déments. Toutes ces ordures ...


Je ne sais pas trop de qui elle parle. De ceux de l’extérieur d’Undai, qui ignoraient ce qui se passait vraiment dans la société. Ou parlait-elle des élèves ici, qui, tout comme moi et Jun, avaient un passé tout aussi horrible les uns que les autres? Je reste dans les bras de Jun pendant un moment, me calmant peu à peu, mes sanglots devenant de plus en plus rares. Seule la douleur dans ma poitrine reste, comme pour me rappeler qu’il y manque quelque chose.
Je me sens soulevée et j’entoure le cou de Jun par réflexe tandis qu’elle se redresse, me tenant toujours dans ses bras. Elle commence à marcher vers la sortie de l’arène sans dire un mot, ses pas étant réguliers et assurés malgré ce qui s’était passé plus tôt.

-Sortons d'ici ...

J’hoche la tête et, tout en fermant les yeux, je pose cette dernière contre l’épaule de Jun, me sentant calme dans ses bras protecteurs. Une fois qu’on sorts de l’arène, nos robes de combat se dématérialisent pour être remplacé par le retour de nos vêtements habituels. Je sens mon collier à mon cou, et j’accepte sa présence, la trouvant presque rassurante. Je sens la poitrine de Jun se soulever contre moi et je lève les yeux vers elle. Son visage est fermé, je suis incapable de déchiffrer son expression. Peut être était elle perplexe devant ce qui s’était passé plus tôt? Peut être que non. Elle devait se douter que, tout comme les autres élèves, je devais avoir un passé pourris et dérangé. Je me demandai ce que pouvait bien être l’histoire de Jun. Mais, d’un côté… je ne voulais pas savoir. Je ne voulais pas savoir ce qu’avait fait Jun, ce qui lui avait ouvert les portes à cet endroit de débile.
Je regarde autour de nous et reconnais l’endroit. On se tenait devant les dortoirs. Je lève la tête vers Jun une fois de plus. Elle m’emmenait probablement dans sa chambre, une fois de plus. Je me demande ce qu’elle avait en tête. Elle ne semblait pourtant pas être d’humeur à faire grand choses. À quoi pouvait-elle penser? Aucune idée.
Elle m’emmène jusqu'à sa chambre et, une fois arrivées devant sa porte, elle me pose au sol et je me tiens debout, légèrement tremblante sur mes jambes. Je la regarde timidement, puis une sensation désagréable sur ma joue me rappelle ma blessure. Ah, oui, ma joue…
Le sang avait finalement arrêté de couler et avait séché, laissant une plaque collante rouge sur ma joue et sur mon cou. Mon collier aussi était taché. Je soupire et passe une main sous mon collier. Comme je m’en doutais, du sang avait coulé entre ce dernier et mon cou. Il va falloir que je demande à Jun de me retirer le collier le temps que je nettoie mon cou et que j’enlève le sang du cuir.
J’entends mon estomac gargouiller et je grimace. Je n’avais pas mangé depuis ce matin, et les quelques friandises que Jun m’avait donné n’avaient pas suffit à nourrir mon estomac. Je reporte mon attention sur Jun, ne sachant pas trop ce qu’elle voulait faire de moi. Voulait-elle que je reste, ou que je parte? Mais pourquoi m’avoir emmenée ici si elle voulait que je parte? Non, si elle m’avait reconduite ici, c’était parce qu’elle avait quelque chose en tête. Quoi, je n’en savais rien.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mer 20 Juin - 20:46

J'ouvre prestement la porte de ma chambre et est rapidement questionné du regard par ma propriété qui s'était - semble-t-il - calmée. Son ventre se met soudainement à clamer haut et fort qu'il avait faim, ce qui m'arrache un sourire. Allais-je devoir, tout les jours, m'occuper de son alimentation ?
Je me dirige vers ma cuisine improvisée et fraîchement installé à côté de mon bureau et ouvre l'unique placard pour en sortir des tranches de tartine et du Nutella. C'était bien beau de prendre tout mes repas à la cafétéria, mais quand j'avais la flemme de sortir, j'aimais avoir ce qu'il me fallait sous la main.
Finalement, je me ravise, me disant que mon hôte préférerait peut être quelque chose de salé et préfère lui demander directement, plutôt que de me prendre la tête :

-Tu préfères un vrai repas ou une collation ?

J'avais investit dans un réfrigérateur de petite envergure pouvant tout juste contenir trois jours de repas. Il n'était pas si petit, j'avais seulement un gros appétit.
N'attendant même pas sa réponse, je range mon goûter et sors de quoi nous préparer des pattes à la carbonara. Je prends les ustensiles de cuisine nécessaires et commence ma préparation après avoir disposé deux assiettes sur mon plan de travail.
Je n'étais pas particulièrement douée en cuisine mais je pense que j'allais quand même m'en sortir. Le principal, c'est que ce soit mangeable, non ?

-Si tu veux, tu peux aller rincer ta blessure dans la salle de bain. Il y a une pharmacie juste au dessus du lavabo.

Une goutte de sang avait perlé sur ma moquette et je venais de m'en apercevoir. J'espérais à peine que ça partirait mais, au pire des cas, ça ne faisait que colorier un peu la chambre. En vérité, je m’imaginais juste très mal m'amuser à frotter frénétiquement le sol pour la faire disparaître ... Mes colocataires l'éradiqueront très bien eux mêmes, de toute façon, une fois rentré et comme d'habitude, je ferais l'innocente.
Mon regard se porte sur son accessoire de cuir alors que je verse lentement la sauce pré-préparée dans ma casserole brûlante. Il était souillé et ça me rendait presque triste de devoir le lui ôter ne serait-ce que cinq petites minutes.
Je soupire. Où avais-je bien pu ranger la clé ? Je deviens soudainement aussi blême que ma beauté pâle. La clé !? La poubelle ! Je me jette sur ma corbeille et l'examine longuement avant d’annoncer, dramatiquement :

-Je t'aurais bien détaché ton collier mais je crois qu'il y a un petit problème ...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mer 20 Juin - 21:53

Jun nous fait entrer dans sa chambre et ferme la porte derrière nous. Je prends la peine de laisser mes yeux courir sur le décor de la chambre et je suis soulagée de ne voir personne d’autre dans la pièce. Jun se dirige vers sa cuisine et je la regarde aller, me demandant ce qu’elle allait nous sortir. Elle se retourne vers moi avec du pain et du Nutella dans les mains. J’hausse un sourcil, un léger sourire étirant mes lèvres. Jun regarde ce qu’elle à dans les mains et finalement me regarde, me demandant :

-Tu préfères un vrai repas ou une collation ?

J’hausse les épaules. Honnêtement, tant que je mangeais, c’était parfait pour moi. Jun n’attend pas plus longtemps et se retourne vers sa cuisine, replaçant le pain et le Nutella dans son armoire avant de farfouiller dans son garde mangé. Je m’approche légèrement pour regarder curieusement au dessus de son épaule alors qu’elle commence à cuisiner. Je n’avais jamais aimé faire de la cuisine, mais j’aimais bien regarder les autres. Après un moment, Jun sort deux assiettes de l’armoire et les place sur le comptoir. Une odeur délicieuse s’élève dans la chambre et mon estomac répond joyeusement à ce délicieux arome.
Jun se retourne alors vers moi et me regarde dans les yeux.

-Si tu veux, tu peux aller rincer ta blessure dans la salle de bain. Il y a une pharmacie juste au dessus du lavabo.


Je porte une main à ma joue et je grimace. Tiens, je l’avais oubliée celle-là. Je reporte mon attention sur Jun et surprend son regard étrange, comme si elle fixait quelque chose. Je suis son regard et remarque ce qui attirait son attention. Une goutte de sang.

- Gomen…

Puis le regard de Jun remonte vers mon cou pour s’y fixer… avant qu’elle écarquille les yeux. Abandonnant le repas qu’elle était en train de préparer, elle se jette sur la corbeille, la fixant pendant un moment. Puis elle se retourne vers moi et je peux remarquer son malaise.

-Je t'aurais bien détaché ton collier mais je crois qu'il y a un petit problème ...

Je ferme les yeux et secoue la tête. Voilà madame malchance qui frappe de nouveau. Résignée, je ne fais qu’hocher la tête et je me dirige vers la salle de bain. Je fais couler l’eau dans le lavabo et je penche mon visage afin de mieux l’arroser. Je nettoie ma blessure, grimaçant de douleur lorsque le savon s’infiltre dans ma blessure. Puis je rince le tout et fouille dans la pharmacie pour en ressortir un petit pansement ainsi que du ruban adhésif médical. Je découpe soigneusement un petit morceau de pansement que je place sur ma joue avant de placer le ruban adhésif sur les arêtes du pansement.
Je me regarde dans le miroir et soupire. Je lève le menton, étirant mon cou. Mouais, ça serait peut être possible…
Je passe de nouveau ma main sous l’eau et je glisse difficilement mes doigts sous le collier. Je refais ce petit truc de nombreuses fois, nettoyant petit à petit mon cou et le collier. Une fois satisfaite, je prends une serviette qui trainait non loin et je la passe entre mon cou et le collier, essuyant l’eau. Heureusement, aucune tâche de sang vint tâcher la serviette immaculée.
Je sors finalement de la chambre pour retrouver Jun. Elle était retournée s’occuper du repas et une odeur exquise s’élevait dans la chambre. Je souris et m’approche de Jun et m’arrête derrière elle, mes bras croisés derrière mon dos et je me lève légèrement sur la pointe des pieds, regardant une fois de plus au dessus de son épaule alors qu’elle mélange la sauce aux pâtes.

- Ça à l’air délicieux, Jun Onee-Sama, lui dis-je, un sourire étirant mes lèvres. Et ne t'en fait pas pour le collier, on trouvera bien un autre moyen pour l'enlever, ne?

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Mer 20 Juin - 23:30

Elle ne prend même pas la peine de répondre et part aussitôt dans la salle de bain, en silence.
Quelle abrutie, je faisais ... Toujours avoir les clés sous la main quand on attachait quelqu'un ! Dire que je pensais la menotter au lit un peu plus tard pour m'amuser tranquillement avec elle ... Je ne savais même pas où j'avais bien pu mettre mon petit trousseau, il fallait absolument que je le retrouve. J'y avais accroché mes clés usb qui contenaient des informations compromettantes pour couronner le tout.
Je soupire, ouvre le tiroir de ma table de chevet et fouille brièvement le fatras lubrique et sordide, tandis que le bruit de l'eau qui s'écoule retentissait avec légèreté en provenance de la salle d'eau. A quoi pouvait bien me servir tout ce bazar ? Faisant les réponses et les questions, je ne peux que sourire en me remémorant certaines scènes plutôt chaudes et referme rapidement le tiroir. Bwah, je verrais bien quand j'en aurais vraiment besoin.
Je retourne à mes fourneaux pour finir ma préparation et sens bien vite une présence familière derrière moi ainsi qu'un regard curieux par dessus mon épaule.

- Ça à l’air délicieux, Jun Onee-Sama. Et ne t'en fais pas pour le collier, on trouvera bien un autre moyen pour l'enlever, ne?

L'enlever ? Pourquoi faire ? Il lui sied à ravir et le voir enserrer son cou m'excitait au plus haut point.
Je finis de cuisiner mes pâtes et en verse une bonne quantité dans l'assiette de mon chiot qui me paraissait affamé avant de lui tendre et de lui donner des couverts. On pouvait aisément l'imaginer agiter la queue et sautiller sur place. Cette pensée me fit sourire joyeusement.
Je n'avais aucune envie de lui enlever la marque que je lui avais apposée. Pas maintenant en tout cas, j'avais trop d'envies nouvelles et d'affection pour ce joli brin de fille. Elle ne pouvait pas m'échapper aussi facilement ~Je me sers mon propre repas et vais m'installer sur mon lit jusqu'alors impeccablement fait, n'ayant aucune considération pour mon précédent travail. Et alors quoi ? Mon lit ne restait pas tiré à quatre épingles très longtemps de toute façon : Plaisir solitaire ou à plusieurs, successions de siestes crapuleuses ... Vous voyez, pas de raison de s'en préoccuper plus que ça.

-Tu tiens vraiment tant que ça à l'enlever ? Tu en as déjà marre ?

J'enfourne une bouchée de pâtes collantes dans ma bouche et n'écoute même pas sa réponse.
Parfois, je disais ce qu'il me passait par la tête et bien souvent, il s'agissait de choses qui ne me préoccupaient pas plus que ça. Je ne lui reprochais rien, je n'étais pas affligée non plus. C'était une question comme une autre, sans véritable forme, qui ne cachait absolument rien.
Ce qu'elle pensait de moi ou de notre relation m'importait peu. Ce n'était qu'un collier après tout, ça ne voulait absolument rien signifier. Elle pouvait très bien en faire un accessoire de mode ou le retirer avec des ciseaux. C'est ce que je croyais mais je ne pu m'empêcher de la questionner une fois de plus, plus intéressée et irritée :

-Suis-je donc si ennuyante ?

Pourquoi pas après tout ? Je la regardais de haut, je draguais à tout-va, je lui forçais la main et j'avais voler sa pureté, alors c'était tout à fait possible qu'elle en ai marre, qu'elle veuille se débarrasser de moi.
Et après ? Soit, elle n'avait qu'à le faire ... Je n'avais besoin de personne ... Personne ? Peut être que si justement. Un peu de compagnie me faisait le plus grand bien ...
Je finissais mon repas en silence, me contentant d'avaler bruyamment le contenu de mon assiette en la fixant, inexpressive. Puis je me lève, m'approche du lavabo pour y jeter ma vaisselle et m'appuies sur mon plan de travail poisseux et sale.
Et maintenant ? Allait-elle partir ? Je la reluque longuement et souris faiblement. Pas maintenant, il était trop tôt. Un moyen ... Retiens-la, dis quelque chose !

-Hey, Ryuko ... Fais moi l'amour ~

Itsuko Jun, tu es la pire des imbéciles ...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Jeu 21 Juin - 0:53

Sans rien dire, Jun me sers ma portion de pâte et me donne une fourchette. Je lui souris timidement et commence à manger lentement. Je ferme les yeux à la première bouchée et avale la nourriture, tout en la savourant. C’était vraiment bon. Moi qui massacrais toujours ma nourriture, j’étais contente de pouvoir enfin manger quelque chose de bon. Après s’être elle-même servie, Jun se dirige sur son lit et s’y assit. Je ne peux m’empêcher de penser à ce qui s’était passé entre moi et Jun récemment sur ce lit et je sens mes joues chauffer. Je reporte mon attention sur ma nourriture, me forçant à penser à autre chose. Ce que Jun me dit par la suite m’arrêta alors que j’étais sur le point de manger une autre bouchée.

-Tu tiens vraiment tant que ça à l'enlever ? Tu en as déjà marre ?

J’abaisse mon bras et regarde Jun, penaude. Ce n’était pas ce que je voulais dire. Seulement, le collier me mettait mal à l’aise et j’aimerais l’enlever. Mais je vis bien que pour Jun, ce collier avait une signification, quelle qu’elle soit.

-N…non.

J’avais parlé si bas que je ne pense pas qu’elle m’entendit. Elle semble même m’ignorer, occupée qu’elle est à manger. Je fini mon repas et, une fois mon assiette vide, je me dirige vers l’évier et rince le tout avant de déposer mon assiette sur le comptoir. Je me retourne vers Jun, ne sachant pas trop quoi dire.

-Suis-je donc si ennuyante ?

J’écarquille les yeux de surprise. Jun, ennuyante? Elle m’avait apporté bien plus de divertissement en une semaine que dans ma vie entière! Peut être pas le meilleur des divertissements, mais quand même. Je lui souris timidement et secoue la tête, mes mèches blanches dansant devant mes yeux.

-Non, Jun Onee-sama, tu n’es pas ennuyante.

Un silence pesant tombe dans la chambre et je m’accote contre le comptoir, les bras croisés derrière moi. Je regarde Jun alors qu’elle fini son repas en silence, me demandant à quoi elle pensait. Je ne parvenais pas à lire son expression. Cette fille me surprenait toujours. Parfois, je lisais sur son visage comme dans un livre ouvert, mais parfois… son visage était une vraie énigme, impossible à déchiffrer. Je soupire et baisse la tête au sol, fronçant les sourcils. J’étais sensée faire quoi maintenant? Partir? Rester? Je n’étais pas habituée à côtoyer les autres, et j’étais toujours un peu mal à l’aise avec Jun. Peut être à cause de ce qui s’était passé la dernière fois…
J’entends Jun bouger et je relève la tête pour la regarder alors qu’elle marche vers l’évier à ma gauche. Elle pose son assiette sur la mienne et se retourne vers moi. On reste la un moment, se regardant doit dans les yeux, un silence quelque peu gênant s’installant. Puis finalement, Jun le brise…

-Hey, Ryuko ... Fais moi l'amour ~

J’ai l’impression que mes yeux vont me sortir de la tête tant que je les écarquille. Venait-elle vraiment de me demander… ça?!? Je sens mes joues brûler et mon cœur se met à se débattre dans ma poitrine. Je sens le sang dans mes veines couler rapidement comme si une rivière déchainée avait pris place dans mon corps. Qu’est-ce que j’étais sensée faire moi?! Je ne pouvais tout de même pas accepter! C’était… c’était… trop tôt? Ha ha, très drôle, Hirano. Il y a pas quelque jours pourtant, c’était elle qui te faisait l’amour, tu te rappelles? Je me mords la lèvre inférieure, ne sachant pas quoi répondre. Plus les secondes passent, plus j’ai l’impression que l’humeur de Jun se dégrade. Prends une décision et vite, sinon tu vas amèrement le regretter, ça je te le dit! Oui, mais quelle décision prendre? Celle de fuir? Ou celle… d’accepter?
Je porte une main à mon cou et j’ai ma réponse. Ses mots me reviennent en tête, aussi clairs que du Crystal :

-Fidélité et obéissance : Tout ce que je demande en échange de ma compagnie et de ma protection.

Ma réponse était tout aussi claire. J’abaisse ma main et me retourne vers Jun, la regardant dans les yeux un moment. Je plonge mon regard cramoisi dans ces yeux gris si doux…
Mon corps fait le reste tout seul. Moi, je ne suis que spectatrice pendant un moment. Je fais lentement quelques pas vers Jun et la force à reculer contre le comptoir, puis je colle mon corps contre le sien, gentiment. Je pose une main sur sa joue et la regarde un moment dans les yeux, mon visage à quelques centimètres du sien, mes lèvres effleurant les siennes.

- Jun… dis-je, dans un souffle.

Puis je l’embrasse, tendrement, prenant possession de sa bouche de la mienne. Ses lèvres goûtent encore les pâtes qu’on venait de manger, mais elles étaient toujours aussi délicieuses que dans mon souvenir. Elle répond à mon baiser et je l’embrasse, encore et encore, glissant mon autre main sur sa taille, gardant mon corps contre le sien.
Pour une personne qui n’avait aucune expérience dans ce genre de situation, je m’en sortais plutôt bien. Mon corps me dictait quoi faire, et je l’écoutais, suivant mes instincts.
Je passe la langue sur les lèvres de Jun, attendant son accord, continuant de l’embrasser entre temps.
Jun Onee-Sama, qu’avais-tu fait de moi?


____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Jeu 21 Juin - 10:31

Je la vois s'approcher dangereusement, m'obligeant a m'affaler un peu plus sur mon plan de travail. Dieu, qu'avais-je encore dit !? Je sens son souffle chaud sur mes lèvres et me rends compte de la proximité de nos corps. Minute, minute ! Je ne m'étais jamais soumise, j'étais la dominatrice en personne ! Alors quoi !? Je devais la laisser me toucher et me montrer docile !? Je grogne alors qu'elle chuchote mon nom délicieusement. Non, non, non, je ne pouvais pas !
Elle me dérobe baiser sur baiser en se serrant contre moi et mon corps finit par lui répondre de lui même, désireux. Je soupire d'aise en entourant sa fine nuque de mes grands bras chaleureux.
Bon, je pouvais bien faire quelques exceptions, non ? Moi, abandonner vite ? Peut être bien ... Et alors ?
Sa langue vient caresser mes lèvres que j'entrouvre pour mieux l’attraper entre mes croc, malicieuse et particulièrement joueuse. Je n'allais pas lui faciliter la tâche non plus ~
Je tente de me poser un peu plus contre le buffet mais me résigne aussitôt quand ma main rencontre une mixture poisseuse et blanche, le peu de sauce qui avait coulé de ma louche quand je nous avais servis. Je ne peux m'empêcher de sourire quand une idée obscène traverse brusquement mon esprit.
J'éloigne mon visage du sien, relâchant par la même occasion sa langue prisonnière et approche ma main souillée près de ses lèvres.

-Lèches ~

Pas question de me laisser faire, si elle ne réalisait pas un minimum de mes caprices.
J'examine ses réactions, amusée au plus haut point et la pousse en arrière, mes doigts toujours contre sa bouche appétissante. Je ne voulais pas risquer de tâcher mon uniforme, je prévoyais d'assister gentiment au cours du lendemain pour une fois. Quoique si Miss Ryuko me fatiguait de trop, je remettrais mes bonnes résolutions au placard. Le changement n'était pas forcément le bienvenue après tout.
Je la plaque contre la porte de salle de bain et agite longuement mes doigts englués, en la scrutant diaboliquement. Puis, je fais lentement glisser mes ongles visqueux sur l'intérieur de mes cuisses en susurrant sadiquement près de son oreille :

-Et attention, on ne triche pas ~ Tu ne te sers que de ta langue ~

Avec les mains et les lèvres, c'était trop facile et je ne voulais pas qu'elle s'en mette partout, maladroite comme elle était. Quoique ... Je pouvais avouer que la vision de ses pommettes couvertes de "sauce", rendait les choses plus excitantes. Non, non, de la mixture alimentaire c'était de la triche, j'espérais voir ses joues enduites de toute autre chose. Quelque chose de personnel et d’alléchant. Jun, tu es maléfique ~
Finalement, je lui lèche soigneusement sa coupure sèche, comme exemple et lui lance, taquine :

-Comme ça, Ryu-ko ~ Comme ça ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Jeu 21 Juin - 12:10

Après un moment, Jun m’accorde ce que je voulais et, tout en entourant ma nuque de ses bras, elle entrouvre les lèvres, me laissant ainsi le passage. J’enfonce ma langue dans sa bouche et taquine la sienne un moment avant que ses dents ne se referment, sans me faire mal, sur ma langue, l’emprisonnant. Jun essaie de se poser sur le buffet, abandonnant ma nuque, mais quelque chose dans son expression me dit que ce n’était pas une si bonne idée. Puis elle sourit contre mes lèvres et éloigne son visage, libérant ma langue par le fait même. Puis sa main se retrouve près de mes lèvres et je peux voir un restant de sauce sur ses doigts.

-Lèches ~

J’hausse un sourcil, mais avant que j’aie pu réagir, elle me pousse vers l’arrière et bientôt, je me retrouve le dos plaqué contre quelque chose. Un rapide coup d’œil au dessus de mon épaule m’appris que c’était la porte de la salle de bain. Les doigts de Jun, qui étaient jusqu’alors toujours sur mes lèvres, s’éloignent et je reporte mon attention sur ma maîtresse. Puis je la vois glisser ses doigts sous sa jupe, sur l’intérieur de ses cuisses, laissant une trainée blanche. Je sens mes joues chauffer et je regarde Jun dans les yeux. Puis elle approche son visage du mien et chuchote à mon oreille :

-Et attention, on ne triche pas ~ Tu ne te sers que de ta langue ~

J’écarquille les yeux de surprise tout en hochant docilement la tête. Jun me lèche la joue, taquine.

-Comme ça, Ryu-ko ~ Comme ça ~

Je souris et lui dérobe un baiser alors qu’elle ne s’y attendait pas, puis je m’accroupis devant elle. Je place mes mains sur l’extérieur de ses cuisses et remonte légèrement sa jupe pour me faciliter le passage savourant la douceur de sa peau et la fermeté de ses muscles sous mes mains. Puis je regarde longuement la sauce avant d’approcher mon visage de sa peau. Puis je lèche. Un grand coup de langue, sur le long de l’intérieur de la cuisse de Jun, étalant en partie la sauce. Je souris lorsque je la sens trembler légèrement, er je répète mon manège. Je lèche un autre coup, et un autre, nettoyant peu à peu la sauce. Même lorsqu’il n’en reste plus, je continue un moment, avant de finalement me relever et je me colle contre Jun, l’embrassant de nouveau, entourant sa taille de mes bras. Puis j’approche mon visage de son cou et l’embrasse, pour finalement lui chuchoter :

-Maintenant quoi, Jun Onee-Sama?

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Jeu 21 Juin - 22:52

Je la regarde s'accroupir docilement alors qu'un sourire qui voulait en dire long fend mon beau visage. S'agenouiller aussi facilement ... Vilaine fille ~
Elle remonte ma jupe, découvrant mes cuisses appétissantes et je sens rapidement sa langue chaude et humide contre ma peau, m'arrachant un frisson de plaisir. Sa bouche remonte dangereusement plus haut avant de redescendre - à mon grand désespoir - pour laper à nouveau le restant de sauce et ainsi de suite, plusieurs longues et délicieuses secondes. Je me bats sauvagement avec mon désir pour me tenir tranquille ne serait-ce que quelques minutes de plus mais je peux finalement me détendre après plusieurs débats intérieurs.
Mon ordre exécuté, elle se relève et se colle de nouveau à moi pour mieux m'embrasser et chuchoter doucement :

-Maintenant quoi, Jun Onee-Sama?

Je n'ai pas besoin de beaucoup de temps pour réfléchir à la question mais je doute de pouvoir énoncer mes obscénités à haute voix sans trop la choquer. Mon pauvre petit chaton ~ Je devais arrêter de me montrer si diabolique avec lui. Mais, franchement, c'était vraiment trop tentant de faire joujou avec elle et sa docilité.
Je glisse délicatement une main sur son genoux et la remonte lentement vers sa cuisse que je soulève pour mieux coller mon bassin contre le sien, sa jambe contre ma taille.
Parfois - c'était extrêmement rare, à vrai dire - je regrettais de ne pas être un mec. Plonger au plus profond de son être, devait être des plus excitants ~Quoiqu'il en soit, il était encore trop tôt pour sortir les joujoux coquins, j'allais donc me contenter d'une simplicité espiègle, ce dont la nature nous avais dotés, nous les femmes.

-Réfléchissons ~

Je bouge légèrement mes hanches, soupirant lourdement quand son bassin effleure le mien et fait mine de réfléchir, alors que ma décision était déjà prise depuis longtemps. Qu'allais-je bien pouvoir lui demander maintenant ? De quoi pouvais-je bien avoir envie ?
Je pouffe malicieusement de rire et l'incite à s'agenouiller devant moi après avoir échanger nos places, un sourire malin aux lèvres. Je la toise de toute ma hauteur et soulève légèrement ma jupe pour attraper chaque côtés de mon boxer sexy - couvert de femmes nus en noir et blanc - avant de le faire glisser sur mes cuisses avec une lenteur bien dosée. Il tombe à mes pieds mais je le mets rapidement de côté d'un léger mouvement de cheville.

-Voyons voir ~

Je fais de nouveau coulisser mes doigts quasiment secs et propres sur l'intérieur de mes cuisses puis beaucoup plus haut, jusqu'à mon entre-jambe que j'effleure à peine, frissonnante.
Pouvais-je lui ordonner ça ? N'allait-elle pas s'enfuir devant mon audace et mes fantaisies ? Ça ne coûtait rien d'essayer. De toute façon, elle ne pouvait pas m'échapper ~
Je souris curieusement, les joues un peu rougies et lève ma cuisse pour la poser sur son épaule, en prenant appuis sur le bois de la porte, les jambes très légèrement écartées. Je n'aimais pas particulièrement m'exhiber, en montrer de trop me mettait plus mal à l'aise qu'autre chose d'ailleurs.
J'ébouriffe largement ses longs cheveux blancs et susurre, coquine :

-Maintenant, tu peux t'occuper de ça ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Ven 22 Juin - 0:02

Je laisse quelques baisers supplémentaires dans le cou de Jun alors que j’attendais sa réponse, restant docile. Puis Jun fait glisser sa main sur mon genou avant de la glisser sur ma cuisse, me tirant des frissons. J’écarte mon visage d’elle pour pouvoir la regarder, la curiosité se voyant probablement dans mes iris rouges. Puis elle me soulève la jambe, la posant contre sa taille et elle colle son bassin contre le mien. Je retiens mon souffle et plonge mon regard dans les sien, mes bras ballant de chaque côté de mon corps.

-Réfléchissons ~

Elle bouge ses hanches contre les miennes, et on soupire en même temps. Je sens déjà le désir grimper en moi et je ferme les yeux, essayant de me contrôler. Jun pouffe alors de rire et j’ouvre les yeux pour la regarder. Elle pose les mains sur mes épaules, nous fait changer de place et me force à m’agenouiller au sol devant elle alors que son dos est contre la porte de la salle de bain. Elle soulève alors sa jupe, me donnant une vue surprenante sur ses boxers couverts de petites silhouettes de femmes nues qu’elle fait lentement descendre sur ses cuisses avant de le laisser tomber au sol. Elle le repousse avec un pied tandis que je suis là, à regarder son entre jambes, les joues rouges. Je n’avais aucun mal à deviner ce qu’elle voulait que je fasse. C’était l’évidence même.
Jun fait alors glisser ses doigts sur l’intérieur de ses cuisses et j’observe chaque mouvement. Elle effleure sa partie intime et je déglutis avec difficulté. Je lève la tête vers Jun et vois que ses joues aussi son rouges. Puis elle me prend par surprise et pose une de ses jambes sur mon épaule, écartant ainsi les jambes, m’offrant ainsi une vue complètement dégagée sur son entre jambe. Jun pose son dos contre la porte puis elle me regarde avec un sourire en coin. Puis sa main vient courir dans mes cheveux blancs, et je peux entendre sa voix sensuelle :

-Maintenant, tu peux t'occuper de ça ~

Je la regarde un moment, ne sachant pas trop quoi faire. C’était la première fois que j’allais faire ça, et j’étais nerveuse comme pas possible. Mais je n’allais pas reculer. Premièrement, parce que ça serait mal vu aux yeux de ma maîtresse. Deuxièmement, parce que, quelque part en moi, je voulais le faire. Je pose alors mes mains sur les cuisses de Jun et approche lentement mon visage à son intimité complètement offerte. Je décide de la faire languir un peu, ne faisant qu’embrasser l’intérieur de ses cuisses pendant un moment, remontant toujours plus haut à chaque baiser. Mon souffle et saccadé et chaud, et mes mains légèrement tremblantes sur ses cuisses.
Après un moment, je me décide. Je cesse de la faire languir et j’embrasse son point sensible, avant de le mordiller légèrement. Puis je lape un grand coup. Concentrée comme j’étais à accomplir mon œuvre, je n’ai pas conscience des réactions de Jun. Je lape un autre coup, avant de titiller le clitoris de Jun avec ma langue, ce goût nouveau et étrange sur ma langue me laissant perplexe. Il n’était pas désagréable, seulement nouveau.
Puis je deviens plus audacieuse et je lèche amplement l’entre jambe de Jun, à plusieurs reprises. À un moment, j’enfonce légèrement ma langue en elle, la goûtant, la léchant. Je sens ses hanches trembler légèrement et j’accélère le mouvement de ma langue sur sa partie intime, savourant son goût et me délectant de ses gémissements. La dernière fois, c’était elle qui m’avait fait gémir, cette fois-ci, c’était elle qui allait récompenses mes oreilles de ses gémissements.


____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Itsuko

avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 24/05/2012
Age : 24
Localisation : Dans tes rêves ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Cronos
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Ven 22 Juin - 0:28

Oups ... Elle était nerveuse, je pouvais aisément le voir. Avais-je été un peu trop rapide ? Mah, j'étais certaine qu'elle allait parfaitement s'en sortir. Je ne lui demandais pas d'être une experte du cunnilingus non plus.
Je sens son souffle doux et chaud sur ma peau alors qu'elle dépose de légers baisers sur l'intérieur de mes cuisses pour finalement presser ses lèvres contre mon intimité, m'arrachant un lourd soupir de désir.
Franchement, j'essayais vraiment de retenir tout les petits bruits qui s'échappaient de ma bouche et m’embarrassaient mais quand elle se mit à l’œuvre avec sa langue humide et voluptueuse, impossible de tout contenir. Plus ça allait, plus je perdais de crédibilité en tant que maîtresse, ce qui me dérangeait assez. Au moins, je ne me soumettais pas totalement, enfin ...
Mes réflexions saugrenues se taisent automatiquement quand je la sens s'enfoncer un peu plus en moi. Quelle idée j'avais-eu là ? Je ne savais même pas si j'adorais ou si je détestais ça. Beaucoup de plaisir, un peu de honte ... A vrai dire, c'était surtout agréable et humide.
Je sens mes hanches trembler, menaçant de me lâcher au fur et à mesure. Puis finalement, à bout, je me laisse lentement glisser au sol, les lèvre entre ouvertes, le souffle comme bloquée dans ma gorge.
Plus ... Ce fut ma seule pensée à peu près cohérente quand je poussais Ryuko vers l'arrière pour mieux la chevaucher comme j'adorais tant le faire.
Maintenant posée sur son bassin, j'agite quasi automatiquement mes hanches en attrapant l'une des ses fines mains dont je suce longuement les doigts, mon regard flou et désireux plongé dans le sien.

-Prends moi ~

Dieu ... Je n'étais donc qu'une dépravée sans moral et fierté qui n'avait même pas honte de réclamer sa jouissance aussi rapidement ? je n'avais même pas pris le temps de taquiner suffisamment ma proie que j'en voulais déjà plus.
Légèrement irritée contre moi même, je plonge lentement mes crocs dans l'une de ses phalanges succulentes sur laquelle je n'hésite pas à laisser une bonne quantité de salive avant de l'approcher de mon entre-jambe déjà amplement mouillée. Elles avaient des doigts assez longs, j'en étais ravie. Une adorable petite langue ne pouvait pas entièrement me combler, j'avais toujours besoin de plus, beaucoup plus. Je ne pratiquais pourtant rien de très étrange mais vous savez "On vous donne ça et après vous voulez ça" parce que l'homme avait naturellement les yeux plus gros que le ventre.
Je presse sa main contre mon intimité et la laisse faire alors que je m'occupe de défaire mes propres vêtements et sous vêtements, prenant bien soin de les faire glisser suggestivement sur ma peau parfumée qui se dévoile peu à peu. J'avais bien fais dans prendre soin avant de me rendre à l'arène. Madame intuition, merci !
Je me penche vers ma propriété rougissante et lui dérobe un long baiser avant de lui ôter à son tour son uniforme trop gênant et inutile à mon goût, la déballant comme le plus beau des paquets.
Un long gémissement m'échappe et perdue au fin fonds de mes envies et mes fantasmes farfelues, mon regard vient automatiquement se porter sur ma table de chevet. Vilaine, Jun, vilaine ! Pas touche aux joujoux, pas touche !

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   Ven 22 Juin - 1:19

Les hanches de Jun tremblent alors que je continue de la lécher, suçotant sa partie intime entre temps. Puis je l’entends gémir et je ne peux m’empêcher de sourire. C’était exactement ce que je voulais, entendre Jun gémir sous mes soins. Après un moment, je la sens flancher, et je m’écarte légèrement d’elle alors qu’elle tombe doucement au sol et j’agrippe ses épaules par précautions, ne voulant pas qu’elle s’écrase durement au sol. À peine fut-elle accroupis au sol qu’elle me pousse doucement, me forçant à me coucher sur le dos à même le sol. Jun ne perd pas de temps et elle se place au dessus de moi, me chevauchant. Elle bouge ses hanches contre les miennes tandis qu’elle prend une de mes mains dans les siennes, et je la regarde le souffle coupé et le cœur battant. Elle attrape mes doigts dans sa bouche et les suces un moment, son regard plongé dans le mien.

-Prends moi ~

Une vague de désir m’envahis à ces mots et je sens mon visage chauffer. Qu’est-ce qui me prenait? Pourquoi est-ce que j’agissais ainsi? Aucune idée, mais je ne pouvais pas résister. Je voulais Jun, je la voulais là, maintenant, même si au plus profond de moi, je savais que c’était mal, que je ne devrais pas.
Jun mord une de mes phalanges, me tirant un petit cri de surprise. Elle laisse sa salive couler sur ma main avant de guider cette dernière entre ses jambes. J’écarquille les yeux lorsque ma main touche sa partie intime, puis je lève le regard sur Jun. Je ne savais pas trop quoi faire rendu à ce point. Puis je me rappelle de comment elle s’y était prise avec moi et, puisant dans mes souvenirs, j’imite ses mouvements, hésitante. Je fais glisser ma paume contre son entre jambe, faisant de long et lent mouvement. Pendant ce temps, Jun retire ses vêtements, et je ne perds aucune miette de la vue de sa poitrine maintenant complètement dénudée. Elle relève légèrement son bassin le temps de retirer sa jupe superflue avant de replacer son entre jambe contre ma main. Je continue les mouvements, glissant mon autre main sur ses côtes.
Jun se penche alors vers moi et m’embrasse longuement et je réponds à son baiser volontiers. Puis Jun entreprends de me dévêtir à mon tour et je l’aide à retirer mes vêtements, arrêtant de la caresser pendant un moment. Lorsque je fus finalement nue à mon tour, je reprends mes mouvements contre son intimité, accélérant la cadence. Je fais glisser ma main inoccupée sur son abdomen avant d’aller caresser son ample poitrine, caressant son sein avec soin. Je la sens bouger contre ma main, et je sais ce qu’elle veut. Incertaine et hésitante, je décide finalement de lui donner ce qu’elle veut. Lentement, j’introduis mon doigt en elle, découvrant son intimité humide et chaude. Ses muscles se resserrent automatiquement contre mon doigt et je l’entends soupirer au dessus de moi. Je bouge lentement mon doigt, entamant un long et lent va-et-vient, mon autre main toujours en train de caresser la poitrine de Jun. Je continue de bouger en elle lentement, ne voulant pas précipiter les choses.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'arène n'est pas un endroit pour piquer un somme~ (nc-16 Yuri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le toit, super endroit pour une sièste... Ou pas. [PV May Willis] [terminé => suite à l'infirmerie]
» Un endroit pour dormir... Oh un chat ! Minou Minou !! [libre]
» Un endroit pour réfléchir... Pas seule. | Pv Tempête Argentée | Libre pour les gens qui s'ennuient XD |
» [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher
» Quel endroit pour Xp pokémon haut level !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Arène-