AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 De nouveau avec toi [Pv Hibari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   Ven 26 Avr - 12:40

Mon passage en rang c'est fait, je suis entrer plusieurs fois dans l'Arène mais réellement je ne sais pas quoi faire.
J'arrive à peine à faire apparaître mes chaines en dehors de l'arène. Le prof à râler mais il a dit que c'était normal qu'on ne le faisait pas du premier coup. Pourtant moi je veux y arriver. Y arriver le plus vite possible. Je veux être capable de créer ma deuxième armes. Mais je ne sais même pas laquelle ce sera.
En faite mon problème réside dans le fait que je ne me sente pas vraiment Première. Une part de moi reste cette pauvre enfant que j'étais avant de battre Amélia et de devenir une première.
Je m'énerve facilement c'est un pauvre seconde qui prends les frais.
Je lui jette des filer d'énorme chaines qui lui font briser le os. Je n'aime pas ce bruit mais pour le moment c'est le seul bruit qui arrive à un temps soit peu me calmer.
Des serpents des chaines ce créent. Bien évidement.. Il ne manquait plus que cela pour que mon humeur finisse d'être exécrable.
Le jeune seconde ce relève, je en sais pas vraiment pourquoi il est aussi têtue. Puis je me souviens de la première fois que je suis entrer dans l'Arène. Je m'étais battue avec Kurayami. Je l'avais mordu au sang, elle m'avait couper un bras... Et j'avais put pas complétement le reformer, mais j'avais eu u semblant de bras.
Peut-être qu'il arrive plus que moi à recréer ses os.
Je souris, et repris le contrôle sur les serpents . Enfin un pseudo contrôle j'étais toujours en sursit de m’énerver pour un rien.
Je laissai doucement l'un d'entre eux ce faufile jusqu'à mon adversaire. Ce dernier le regarda faire l'air amusé.
Il perdit vite son visage de vainqueur quand il vit la chaine ce diviser. Il lança ses disque de titane sur les chaines, elle ce fichèrent dans le sol inerte. Il me regarda et fit un de ses gestes qui lui faisais pensait que ce qu'il venait de faire m'impressionner.
Je me mordit la lèvres pour garder un minimum de contenance... Pourquoi fallait-il qu'un jour ou mon humeur soit massacrante il y en ai qui veuille faire son Dja ?
Dite moi ?
Je levai la main droite doucement et mes chaine ce relevèrent envoyant valser ses disques un peu plus loin. Au pied d'une personne que j'avais déjà vue mais il fallait que je finisse l'être méprisable qui avait pas, mais alors pas du tout améliorer ma charmante humeur.
Je le soulevait par le sol et fit s'enrouler les deux chaines entre elles avant de le relâcher.
Tu aurais put y aller doucement... Il viens d'arriver dans l'arène... Il connaissait pas vraiment le code des couleurs.
Je jetais un regards noirs à le jeune fille qui viens l'aider à ce mettre dans le brancard direction l'infirmerie. J'avais aussi envie de l'envoyer voler mais... mais j'en avait plus la réelle volonté elle c'était éteinte au moment ou j'ai entendu la tête de l'autre se craquer en tombant. Je dois avouer que j'y suis aller fort... Mais c'est pas comme si le règlement ne devait pas être lut.
Je repris mes chaines et les rangeait bien sagement dans les manches de ma robe de combat.
Ma robe de combat... Même moi je ne pouvais l'enlever... Et pourtant depuis que j'étais passer en première qu'est qu'il y fessait chaud. Il faudrait que je change aussi de robe de combat. C'était possible au moins ça ?
Je me retournais vers la silhouette que j'avais entre aperçut : Ichinose Hibari...
Il y avait longtemps que je n'avais eu le plaisir de le rencontrer. Il était toujours aussi séduisant... et toujours autant suivit de filles. Je souris amusé malgré moi. Pour aucune raison particulière. Je n'étais plus vraiment en colère.
Je me sentais confiante. Je savais que quoi que je ferais j'y arriverai.
Bonjour Ichinose-san, il y a longtemps que je n'ai pas eu le plaisir de vous voir.
Je lui rapellai qui je suis, c'est mieux que de me faire rejeter par ce charmant personnage devant tout ses groupies :
Je suis Miharu, vous m'aviez incendier la dernière fois à cause du fait que je ne savais pas utiliser mes chaines.

J'avais pour ma part fait beaucoup de progrés depuis ce jour la. D'ailleurs la preuve étant mon passage en rang. Tandis que ses groupies certaine même plus vielle que moi n'était pas passer. Tiens il y a celle sur qui j'ai expérimenter mes premier serpent. Je lui souris, me rappelant de ce moment là. Au moins elle, elle ne ma pas oublier.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   Sam 27 Avr - 20:40

Pourquoi devoir se lever tôt pour suivre un cours n'ayant aucun intérêt à ma si grande personnalité ? Par devoir ça va de soi. Étant un grand Dieu, je me devais de montrer le bon exemple à ces moins que rien, à ces êtres inutiles qui polluaient mon air. C'est pour cette même raison que je restais encore à Undai du haut de mes vingt ans. Non pas par gentillesse divine, mais car ici, tous connaissaient ma place, tous savaient que j'étais l'unique et le plus important être de cette académie pathétique. J'étais le meilleur, pourtant cette chauve-souris de directrice était la plus crainte, la plus aimée. En étais-je jaloux ? Dieu n'enviait personne, c'est les autres qui l'enviaient. Il m'était juste malheureux de voir cette femme minable diriger un tel endroit de sa folie permanente. Mais le plus réjouissant était sûrement qu'elle régnait dans ce lieu par la force et la peur, ainsi donc personne ne l'aimait vraiment, tandis que Moi, c'était tout différent. J'étais le roi, le dieu bien aimé de tous, car j'étais bon envers eux et surtout, juste. C'était pour eux que je restais ici même si j'aurais pu passer mon examen depuis un bout de temps, je faisais en sorte de retarder ce jour. Comment ? J'étais membre de ce pitoyable conseil des étudiants, tout m'était permis.

J'en parlais parce que là, maintenant, de ma divine personnalité, je me trouvais devant mon propre dossier scolaire. Les mains jointes sur le banc devant moi, le dossier sous les yeux, j'hésitais à signer dans la case des passages en rang définitifs. Partir construire ma vie ailleurs avec toutes les bases déjà prédéfinies de ma position majestueuse, ou alors rester dans ces murs et continuer de mépriser et cajoler ces microbes qui peuplaient ce lieu. Je ne saurais le dire. Pourtant, en tant que Dieu, je devrais avoir la réponse sur le plateau d'or. Je n'avais pas à hésiter et partir faire ma vie dans un endroit plus sain, moins dégoûtant que Undai. Je suis restée une bonne demi-heure devant cette unique feuille marquant le fin de mon règne dans cette école, et le début d'un grand voyage dans le monde, pour finalement déposer le stylo sur la table et refouler le dossier dans le tas. J'étais certain qu'en signant ce bout de papier où ma magnifique photo trônait tel un joyau, je pourrais facilement quitter ce lieu. Le passage en rang ? Laissez-moi rire, j'étais Dieu, l'imbattable, le meilleur, le parfait être de cette planète. Ce serait qu'un jeu d'enfant de montrer sa place à mon soi-disant adversaire en lui faisant mordre la poussière.

Avant de signer, j'avais encore à faire en ce lieu. Je devais continuer à montrer ma gloire à ces minuscules incultes qui m'entouraient, je devais encore les aider de ma bienveillance et brillance, il était encore trop tôt pour Moi de partir et abandonner ces êtres à la merci de Dead Master. Moi, m'en faire pour autrui ? Non. Mais j'étais tellement parfait que je ne donnerai pas de la joie à cette fichue femme et à sa chienne de quitter Undai aussi facilement. Non, je vais marquer ce lieu à tout jamais avant. Sur cette conviction, je me levais et sortis de la salle du conseil suivant un chemin quelconque, saluant mes fans sur la passage d'un simple signe de la tête. Ils m'admiraient, ils m’adoraient, j'étais leur Dieu et rien ni personne ne pourra changer le nom et la forteresse de titane que je me suis construite ici. Hibari Ishinose... Quelle blague. Je portais un air ennuyé sur mon visage tandis que ces souvenirs idiots se frayaient le chemin dans ma perfection. Je n'avais pas à y penser, Dieu ne regrette rien, Dieu c'est Moi.

Mes pas me menèrent vers l'Arène, et je dois avouer que ce chemin est largement suffisant pour qu'un tas d'étudiants me suive à la trace, cirant par si par là à quel point j'étais magnifique. Pitoyable. Ils l'étaient tous. Ces moins que rien, n'avaient pas à m'approcher, à m'acclamer, ils n'avaient même pas à respirer en ce bas monde. Parfois je me demandais ce que je faisais là parmi eux. Je les guidais, je profitais de la luxure et du luxe qu'ils m'apportaient. Et eux en échange, ils me servaient. Le cours logique des choses, mon royaume. Mon royaume qui serait parfait si l'autre chienne de directrice n'était pas là pour tout détruire dans la terreur. Je trouvais cela tellement débile que d'en parlait seulement me dégoûtait au plus haut point. Sourire après sourire, soupir après soupir, je me retrouvais dans l'Arène, ma robe de combat parfaitement ajustée à mon corps d’athlète suivie de mon cache œil, obstruant la vue à autrui sur le dragon qui y dansait impitoyablement. Quand enlevais-je ce bout de cuir noir ? Quand j'étais en rage, quand je voulais tuer à coup sûr. Rarement en somme.

Mais ce rarement a pu voir le jour quand je vis un disque arriver à mes pieds dans un entraînement plus que bestial. Fronçant mes sourcils parfaitement arqués, je baissais dédaigneusement mes saphirs intenses sur cette arme du bas... Non, c'était un disque de titane, je reconnaîtrais cette matière parmi des milliers, étant moi-même le maître de cette alchimie. Qui ? Levant mon regard sur un misérable garçon se faisant maltraiter par une autre fille, je restais de marbre devant ce spectacle. Du titane, personne, personne à part Moi n'avait le droit d'utiliser cet art divin, encore moins un seconde sorti de nulle part. Impardonnable. Je me passais la main sur le visage avant de brandir ma main prêt à abattre ce même gamin, sauf que je l'abaissais une seconde après en voyant son état déjà bien avancé dans la douleur. Cette fille qui le malmenait... une première. Mais je l'ai déjà vu quelque part, elle et ses chaînes de bas-étage. Je restais perplexe quand un brancard arriva pour emmener le garçon amoché dans l'infirmerie. Pauvre chose, il n'en ressortira jamais vivant. Et je le précisais en écrasant son disque au sol, d'un simple mouvement du pied avant de me tourner vers une de mes fans.

- Tu veux bien faire quelque chose pour moi, ma jolie ? Tu vois ce garçon ? Il me pose problème, je veux qu'il meure. Fais-le pour moi.

J'avoue, j'avoue. Comme j'étais parfait, j'ai délibérément choisi une terminale pour s'occuper du cas de ce garçon. Parce que Moi, je n'allais pas me salir les mains du sang d'un mollusque non plus, j'avais des serviteurs pour ce faire. Un dernier sourire charmeur et la fille partit accomplir sa mission. Je n'avais pas à supplier pour avoir le pouvoir et pour que les autres fassent ce que je voulais. C'était une évidence, le Dieu demandait, les autres faisaient. Et ce gamin qui utilisait du titane, ne pouvait vivre, car j'étais le seul et unique maître de cet élément. Satisfait de Moi, je levais mon regard mi-colérique, mi-maléfique sur la fille aux chaînes quand elle s'approcha de ma majestueuse silhouette.

- Bonjour Ichinose-san, il y a longtemps que je n'ai pas eu le plaisir de vous voir.

Petite. C'était la seule chose qui me passa par l'esprit quand je la dévisageais d'un air amical mais pas de trop. Me voir ? Au moins, elle me connaissait, chose logique en vue de ma notoriété. Ce que je me demandais, c'était où je l'avais déjà croisé, je savais qu'il y avait quelque chose, mais je ne savais mettre le doigt dessus. Serait-ce une de mes fans ? Une conquête ? Une... Non, je savais qui elle était, c'était la gamine de seconde que j'eus entraîné dans un de mes jours de bonté divine. Son nom ?

- Je suis Miharu, vous m'aviez incendié la dernière fois à cause du fait que je ne savais pas utiliser mes chaines.

Miharu, c'est bien ça. Miharu Yamamura si je ne me méprends pas. Je n'étais pas du genre à me souvenir des noms des étudiants, pourtant si je connaissais le sien, c'était car elle utilisait des chaînes comme Moi, et que j'eus le loisir de l'entraîner. Je dois avouer qu'elle m'a divertie ce jour là. Et depuis, je pouvais voir qu'elle est passée au vert, je n'en pouvais qu'être satisfait. Après tout, n'était ce pas mes conseils qui l'eurent guidée à parvenir à atteindre le niveau supérieur. Sans doute si. Et voilà qu'elle est de nouveau devant moi, tout sourire, tandis que les filles m’accompagnant jacassaient déjà dans mon dos, disant à quel point je n’avais à parler à cette chose. Chose ou pas, elle ne m'a pas déçu. Certes, elle était loin d'être digne de mon regard du haut de son bijou vert, mais c'était déjà ça. Un élément dévoué qui n'était peut-être pas à la solde de cette enfoirée de Dead Master. Je lui rendis son sourire avant de lui répondre naturellement de ma voix grave mais tellement séduisante.

- Miharu Yamamura, bien sûr. J'espère que tu as progressé depuis, car ce n'était pas fameux la dernière fois.

Entendant les rires moqueurs à mes cotés, mon sourire s'évanouit le temps d'un regard méprisant envers mes fans avant qu'un air contrarié ne prenne de manière permanente place sur mes traits magnifiques. Remettant la mèche d'un bleu sombre de mes cheveux en place, je pris Miharu par les épaules et la poussais un peu plus loin de cette foule détestable. Cette fille n'était pas importante plus que ça, mais je préférais l'éloigner de ce petit monde rien que pour mon propre confort. Je n'étais pas d'humeur à voir un carnage des plus pitoyables sous mes yeux, pas aujourd'hui. À croire que j'étais d'humeur mélancolique en ce jour, il faudra que je fasse attention pour ne pas me montrer trop gentil.

- Ne fais pas attentions à ces... à eux, Miharu, tant que tu es avec moi, tu n'as pas à t'en faire pour le reste.

Après tout, j'étais Dieu, et seul Moi et Moi seul devais avoir de l'importance à ceux qui me côtoyaient, me croisaient ou tout simplement, me parlaient. Si mes fans s'attaquent à elle parce qu'elle me parle, je n'aurais d'autre choix que de les punir pour ce fait immonde. J'avoue que je me plaisais quand même de voir les autre souffrir par ma faute, en temps normal. Sauf qu'aujourd'hui, dieu n'était pas d'humeur à ces enfantillages. Croisant les yeux verts de la jeune fille sous mes yeux, je lui souris délicatement tout en me plaçant à trois mètres d'elle. Croisant mes bras avec l’œil visible brillant d'amusement, je m'adressais à elle sans faire attention aux autres. Pourquoi lui prêtais-je tant d'attention ? Je dirais que c'était la seule à ne pas m'importuner avec des conneries en cette belle journée.

- Profitons d'être ici pour voir tes progrès. Je suis de bonne humeur aujourd'hui, alors ne me déçois pas, Miharu. Je vus ta maîtrise des chaînes, j'ai l'impression que ce sont elles qui te contrôlent plus qu'autre chose. Ce n’est pas bon. Montre moi quelque chose digne de mon attention et je t'aiderai à surpasser ton statut de première.

Je lui fis un clin d’œil tout en intimant aux autres de nous laisser tranquille pour le moment. J'étais charmant, j'étais magnifiquement séduisant et je l'accentuais par un sourire tout aussi amusé que ma posture. J'étais Dieu, et j'avais envie de me divertir, c'est plus pour cela qu'autre chose que je lui adressais la parole. Du moins, j'essayais de me persuader de ça. Le trouble planant sur mon avenir me ferait-il devenir plus amical et moins exigent envers ces êtres inférieurs ? Je ne pense pas, mais cette Miharu pourrait me rendre fier et parfaitement satisfait en ce jour. J'étais Dieu et je marquais Undai des étudiants qui avaient besoin de moi pour devenir les meilleurs. Bien sûr pas au point d'atteindre davantage que mes chevilles, mais c'était déjà plus que le reste de cette populace dégoûtante.

hrp: j'espère que ce rp saura répondre à tes attentes ^^

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   Sam 25 Mai - 3:41

 Miharu Yamamura, bien sûr. J'espère que tu as progressé depuis, car ce n'était pas fameux la dernière fois. 
Les choses qui le suivait ce mirent à rire. Rire niais et désagréable. Je me demande bien comment il fais pour les supporté à longueur de journée. Il a beau ce prendre pour un dieu,il y a quand même des limites au supportable, non ?
A moins que dans le fonds il apprécie ce genre de bruit ou que au final il est réussi à s'y faire. Il serais alors vraiment fort.
Quoi que le mauvais regard qu'il envoya à ses groupies montrais peut-être le fais qu'il soit excédés par elles... et ils.
Il avait l'air vraiment contrarié par eux, au point ou que son habituelle sourire ne revienne pas.
Me prenant par les épaules, je me laissais amener la ou il voulait, docile et heureuse de pouvoir rendre verte de jalousie toute les fans de Hibari.
C'était quand même... gentil, oui gentil, de la part de Hibari de m'éloigner d'elles. Si ont serait rester près d'elles il y aurais sûrement eu de léger problème. Je me savais douer mais quand même pas à ce point la. Contre des fan furieuse on ne peut pas grand chose.
Ne fais pas attentions à ces... à eux, Miharu, tant que tu es avec moi, tu n'as pas à t'en faire pour le reste.
Cela aurait même put passer pour une preuve de gentillesse envers ma personne. Et j'avais envie d'y croire. Croire que j'avais de l'importance à ses yeux. Et je voulais garder cette importance. Il fallait donc que je continuer à m’entraîner et que durant le peut de temps qu'il m'accorde je fasse des étincelles.
Ce que je savais déjà faire, vue ma prestation durant mon passage en rang.
Nos regard ce croisèrent, il a de beau yeux n’empêche. Je comprend pourquoi les filles sont presque toute dingue de lui. Oui presque parce que celle qui ne l'aime pas sont souvent plus attiré par des filles que des garçons donc...
Son visage ce détendis et me souris avant de s'éloigner de moi et laissé entre nous une distance de trois mètre environ.
Croisant ses bras il avait le regard amusé. Sa promets :
Profitons d'être ici pour voir tes progrès. Je suis de bonne humeur aujourd'hui, alors ne me déçois pas, Miharu. Je vus ta maîtrise des chaînes, j'ai l'impression que ce sont elles qui te contrôlent plus qu'autre chose. Ce n’est pas bon. Montre moi quelque chose digne de mon attention et je t'aiderai à surpasser ton statut de première.
Il m'adressa un clin d’œil qui me fit un peu rougir.
Je soupirai, il l'avait clairement dit si je ne le décevait pas il m'aiderais à passer terminal.
Qu'allais je bien pouvoir lui montrer ? Je n’allais pas l'attaquer ainsi comme cela pour le simple plaisir de lui montrer ce que je savais faire non ?
Peut-être pas lui mais sûrement cette filles qui depuis tout alors n'arrête pas de parler. Pourquoi continue telle d’ailleurs à parler alors que Hibari lui à dit de ce taire ? Peut-être n'aime telle pas Hibari et ai juste la pour parler.
Enfin dire des ineptie. Ouais c'est plus ça.
Je n'aime pas sa voix. Est ce une raison suffisante pour l'attaquer... Non je vais juste la faire taire. Oui juste la faire taire.
Je fis apparaître ma plus fine chaîne et le lui envoyais autour du visage, comme pour lui faire un masque.
Sa voix ce brisa dans un petit crie de douleur et puis plus rien.
Je crois que Hibari ta dit de te taire. Tu devrais essayer de suivre les ordres. On sais jamais que cela peut-être utile.
Je fis revenir la chaîne vers moi lui arrachant un crie, un peu plus long que le premier, de douleur.
L'infirmière allait être contente. En l'espace de moins d'1/2 heure je lui envoyais deux blesser... Je suis la pour m’entraîner non ?
Je regarde ma main , me voilà tacher de sang... Ce ne m'étais jamais arriver.
J'ai l'impression qu'il y a quelque chose qui remonte l’intérieur de ma manche. Je la secoue violemment. Puis comme si tout ce passait au ralentie j'ai vue chacune de mes phalanges ce disloquer... La premier, la deuxième et enfin la troisième.
Le sang ce n'était pas celui de la fille c'était le miens. Je venais de perdre mes doigts.
Pourtant je n'avais pas mal. J'avais encore l'impression de les avoir, que je pouvais toujours les bougé comme d'habitudes.
Je regardais ma main, elle m'horrifiais. Je décidais enfin de la bouger. Peut-être que ce n'était qu'un illusion, que non j'avais encore mes doigts...
Les morceaux de doigts perdus suivirent mon mouvements, je n'y fit pas vraiment attention jusqu'à que je vois la fine chaîne qui partais de mes dernières phalanges.
Je secouai de nouveaux ma main et les doigts ce remit a leur place.
Aie !!
Sa faisant quand même beaucoup plus mal de les ranger que de les sortir. Je bougeais ma main et aucun de mes doigts ne partis.
Secouai les doigts comme pour les sécher dans l'intention de les faire de nouveaux ce disloquer. Rien.
Autant pour moi. Je lançais mon bras devant moi afin d'envoyer une de mes chaînes... Ses ma main qui est partie.
On voyais la chaîne qui partais de mon poignet et qui était relier à ma main. Elle atterris prés de Hibari.
Je le regardais, interloqué par ce qui m'arrivais. Je fis un geste sec pour faire revenir ma main. Tout aussi douloureux.
Je crois que l'on va devoir revoir les priorité de l’entraînement.

Sorry pour le retard ^^"

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   Lun 3 Juin - 14:43

Je n'aimais pas me répéter, je ne gaspillais pas ma salive pour dire quelque chose qui ne serait entendu du premier coup, c'était ma règle d'or, même si souvent, elle se faisait bafouiller. Quand ceci arrivait, mon jugement était magnifiquement terrible et se terminait par la mort du mollusque ne m'ayant pas écouté ou bien par un séjour à l'hôpital de ce dernier dans mes jours de clémence divine. Pourtant, Dieu que j'étais, je n'ai pas pu marquer Undai de la présence de ma sœur en ces murs. Je n'ai pas réussi à trouver et punir celui qui l'eut tué. Je devais avouer que ça me frustrait au plus haut point, Dieu détestait chercher pour n'arriver à rien, et c'est ce qui arrivait à ma grande personne en ce moment. Évidemment, de ma position majestueuse, je ne pus me préoccuper de ce problème pendant longtemps, mes obligations étant plus importantes que la famille, mais j'en restais tout de même perturbé. Naoko Oshima, une gamine que je n'eus jamais considéré comme mon égal mais que j'acceptais par égard au fait que nous étions nés des mêmes racines, un petit être qui est arrivé à Undai et qui y est mort. Je n'étais pas triste de cette disparition, Dieu se devait de voir les autres sur un même niveau inférieur, mais je devais avouer que, quand j'ai appris qu'une croix à son effigie ornait l'arène, j'étais devenu furieux. C'était un affront au Dieu que de s'attaquer à sa famille, et le pire dans tout ça, c'est que je n'ai pas retrouvé le responsable. Aucun témoin, pourtant ça s'est passé dans l'arène. Arène où plusieurs minables sont morts ce jour là. Peut-être que je la sur-estimais aussi, peut-être qu'elle est tout simplement morte dans la mêlée. C'était juste que je voulais trouver celui qui eut assez de puissance pour commettre ce carnage. Ce que j'en ferai si je le démasquais ? Je le punirais de ma main divine d'une mort lente et douloureuse.

-Je crois que Hibari ta dit de te taire. Tu devrais essayer de suivre les ordres. On sais jamais que cela peut-être utile.

Je sortis de mes pensées, je tournais gracieusement la tête vers Miharu que j'eus oublié le court instant de la réflexion profonde dont je fus le créateur. J'affichais un sourire en coin qui flottait sans jamais s'étendre tandis que je cherchais à retrouver le fil des événements pour comprendre ce qu'il se passait en cet instant. Hibari-Sama... Voilà la première chose qui me fit arquer mes sourcils parfaits sous les paroles de cette fille qui se devait de me divertir sous peine de passer pour une incapable. Mais si je passais outre ce manque de respect envers Moi, j'affirmais avec le bon sens qui me régissait, m'amuser de la situation. D'ailleurs, je le fis savoir d'un rire cristallin sortant de mes cordes vocales tel un chant divin, je pouvais dire que cette fille m'intriguait au plus haut point. J'avais habitude des gens me servant et me respectant au-delà du possible, mais aller jusqu'à s'en prendre à autrui pour avoir parlé en ma présence, c'était autre chose. C'était divertissant. Toujours mon sourire parfait sur les lèvres, c'est avec un regard saphir pétillant que je fixais le résultat de l'attaque de Miharu sur une fille qui devait être une de mes fans. Dieu que j'étais, juste que j'étais, je ne m'en offensais pas de voir mes disciples se faire massacrer sous la main d'une personne tierce. Après tout, c'est Moi qui l'eut formée, je ne pouvais qu'être satisfait de la voir se débrouiller avec tant de facilité contre ces minables de bas rang. Un bon élément dans mon fan-club ne pouvait que m'être utile quitte à ce qu'elle se défoule sur les autres membres.

C'est ce qui se fit. Toujours aussi amusé, les bras croisés sur ma poitrine d'athlète, je regardais de mon œil de sphinx le désastre sous mes yeux. Entre des cris et des pleurs sans oublier les injures, mon ouïe fine avait eu son lot de souffrance, la seule chose qui m'étonnait tout de même, c'était que la lune ne soit pas devenue rouge avec toute cette mascarade. Levant ma main pour intimer à certains de ces acharnés de ne pas s'attaquer à la fille me servant de disciple improvisé, j'hésitais à les chasser afin d'avoir la tranquillité bien méritée. La vie d'un Dieu n'est pas toujours facile, au contraire, c'était épuisant par moments.

Je n'attendis pas longtemps que tout se calme sous une vision qui pourrait dégoûter plus d'un. Décroisant les bras, je m'approchais de la jeune Miharu d'un pas nonchalant mais plein de souplesse. Elle était blessée, je pouvais le voir de là où j'étais, mais ce ne fut pas cela qui rendit mon regard suspicieux. Je grimaçais quand ses doigts se séparèrent littéralement de sa main dans un bruit visqueux laissant l'imagination déborder dans le glauque. Je fronçais les sourcils ayant l'impression de voir quelque chose d'étrange s'en échapper, mais comme je n'étais pas sûr, je restais sur le principal problème. Pourquoi a-t-elle perdue ses doigts ? Elle ne s'était pas fait attaquer ou découper en morceaux non plus. Perplexe de cette vision, c'est tout aussi dégoûté que je vis ses doigts se rattacher au reste de son corps sous une pleine de sa part. Ça devait sans doute faire mal, rien qu'à voir ce qui se passait, cela me donnait la nausée. Je fus tout aussi surpris quand toute sa main atterri non-loin de moi. Tout de même, mon regard magnifique s'éclaircit quand je vis des fines chaînes relier cette partie du corps au reste. Je suivis le mouvement de son poignet qui revint à sa place.

-Je crois que l'on va devoir revoir les priorité de l’entraînement. 

C'était répugnant à souhait. Étant le Dieu suprême, je ne laissais pas le dégoût se peindre sur mon visage sculpté à la perfection. À la place de montrer de l'horreur ou quoi que ce soit de tel que je n'étais pas disposé à éprouver, je m'approchais de la jeune Miharu d'un pas de félin, un visage fermé de toute gentillesse. Quelle fille. J'étais certainement le plus intelligent et le plus bel être de l'univers -et même au delà- mais je ne pouvais penser à une telle utilisation de ses chaînes, j'étais plus que perplexe, surtout qu'elle l'aie fait sans faire exprès. En tout cas, je pouvais dire être impressionné dans un sens... Non, j'étais satisfait, même si les lacunes qu'elle présentera dans cette nouvelle maîtrise seront de plus ennuyantes à corriger. Moi, oui, le grand Moi, pourrait sans aucun doute utiliser cette technique, j'aurais même pu l'inventer. Mais quel horreur serait-il de voir son Dieu se décomposer dans le sang et la douleur pour mes fans. J'étais la grâce et la beauté, je me devais de le montrer dans tous les domaines peu importe l'efficacité -sachant que j'étais le meilleur- de mes attaques. J'arrivais à la hauteur de cette fille sans dire un mot, le visage toujours aussi sérieux, ce qui me donnait un air irrésistible en y passant. J'attrapais sa main ensanglantée dans la mienne, essayant de réprimer la grimace de mépris qui voulut se faufiler sur mes lèvres désirables en voyant son sang sur mes mains délicates. Je tournais sa paume dans tous les sens, l'examinant avec un certain recul poli.

-Cette manière d'attaquer est intéressante et surtout surprenante. Si tu apprenais à l'utiliser convenablement, tu ferais des étincelles.

Je la complimentais d'une voix grave avec cette suavité dedans qui faisait que tous tombaient sous mon charme. Je lâchais sa main, un sourire charmeur sur mes traits. Sado-maso. C'était le seul mot qui la définirait si elle continuait sur cette voie. Se voir démembrer, disloquer ou n'importe comment je pourrais le définir, c'était plus qu'horripilant dans ce contexte. Par contre, si cette Miharu s'entraînait dans cette technique sans se vider de son sang de trop, elle pourrait surprendre les autres mollusques avec lesquels elle se battrait. Ce n'était pas tous les jours que ces minables pouvaient voir une partie du corps de leur adversaire les attaques. Digne d'un film d'horreur de pacotille.

-Je me demande...

J'attrapais à nouveau sa main sans crier grade, notant dans mon esprit de génie qu'il faudra que je me récure ma peau au moins deux fois. Je tenais fermement sa main dans la mienne tandis que j'apposais mon indexe et mon pouce sur son poignet de mon autre main, tout ça sans quitter ce que je faisais de mes yeux magnifiquement brillants, ne faisant guère attention à la fille. Je tirais sur son poignet sans ménagement, ne me préoccupant pas si ça pouvait lui faire mal ou pas. Ce que fais un Dieu, Moi, est toujours juste et bon. Je pouvais me le permettre. Mais rien ne se passa au point de me frustrer après ce court laps de temps.

-Visualise ta main, désire qu'elle se détache du reste de ton corps.

Comme si tu aurais désiré monter dans mon estime. Je n'ajoutais pas ces mots, j'étais un professionnel après tout et un bon prof. J'étais Dieu. Et Dieu n'attend pas que sa demande soit effectuée, car elle devrait l'être. Je tirais à nouveau sur son poignet, mais cette fois en utilisant la matérialisation qui coulait dans mes veines bleues. Toujours rien, je tirais plus fort sans lui adresser ne serait qu'un regard, et j'y arrivais, je disloquais son poignet, tenant maintenant sa paume à quelques centimètres du reste de son corps. Je sentais le sang chaud couler sur ma main dans un filet qui me rendait incontestablement envieux de sang. Je n'étais pas un monstre, j'étais le maître de toute âme, mais j'aimais voir le sang de mes martyrs couler.

-Jolie demoiselle, tu me divertis grandement. Si tu essayais de contrôler tes membres. Commence par ramener ta main à toi. Ensuite, recommence l'exercice avec le reste de ton corps.

Je lâchais sa main qui tomba au sol, je voyais aisément une fine chaîne relier le tout, et je souris. C'était une technique efficace, c'était bien trouvé, mais ça restait une attaque vulnérable. Si quelqu'un coupait ses chaînettes, elle perdrait son membre. Il faudrait peut-être qu'elle apprenne à solidifier ses mêmes émailles par du titane... Non, non, seul Moi, pouvais le faire, seul Moi était le maître de cette technique dans cette école de mollusques. Mais qui sait, un jour peut-être que je le lui enseignerai, quand elle arrivera à monter dans mon estime. Aaah j'étais magnifique. En bonne majesté, je me créai un trône de titane en m'assis dedans, je croisais mes jambes et appuyai mon menton sur ma main sur l'accoudoir. Mon regard de braise absorbé par la silhouette de Miharu, je ne la quittais pas des yeux, un sourire charmeur sur les lèvres, attendant qu'elle fasse quelque chose.

-Tu peux m'attaquer, si tu veux une cible fixe, Mi-ha-ru.

J'adorais charmer les autres ainsi que les déstabiliser. Mais là, je voulais qu'elle ne me fasse pas perdre mon temps. Je devais me l'avouer, j'aimais bien voir mes disciples faire du bon boulot, c'était si rare après tout. Osera-t-elle balancer ses attaques sur moi ? Rien qu'à y penser, ça me faisait rire. Je matérialisais tout de même quelques chaînes pour contrer toute main ensanglantée pouvant provenir d'elle. Je me détendis sur mon trône, attendant qu'elle agisse sous les regards curieux des minables nous entourant.

hrp: ma divine personne a quelques "soucis" en ce moment, d'où le retard ^^

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   Mar 25 Juin - 9:04

Il me pris la main, et je me sentis sale. Sale qu'il me touche et ce salisse. Non je n'admirais pas particulièrement cet homme mais le fais qu'il s’intéresse a moi et qu'il soit salis à cause de moi. Cela.. je ne sais pas... cela me donnait envie de m'effacer dans le sol.
-Cette manière d'attaquer est intéressante et surtout surprenante. Si tu apprenais à l'utiliser convenablement, tu ferais des étincelles.
Si j'y arrivais, il fallait juste que je ne me vide pas de mon sang a chaque fois que j'utilise cette technique. A l'évidence je risquais de mourir ou quelque chose si approchant.
Et bien évidement je ne voulais pas faire quelque chose approchant de la mort.
Je regardais les gens autour. Ils sont tous la comme des mouches a me regarder comme si j'étais la sources de tous leur malheur. Dans un sens oui,Hibari ne les regardais pas. Il s’occupait de moi ; Et de moi seul. Ça aurait put être jouissif si je n'avais pas la main qui pouvait ce démembrer et me vider de mon sang par la même occasion.
-Je me demande
Hibari à repris ma main et appuie dessus le poignet comme si il voulais le casser. Quoi que non, il veut que mon poignet ce disloque une nouvelle fois. J'ai mal je souffre je sens, mon os ce transformer sous la pression de l'index de Hibari. Je me concentre pour que cela ne ce produise pas. Je ne veux pas me vider de mon sang. Pas envie d'avoir mal. Pas envie de voir mon sang s'échapper de mon corps, pas devants lui.
Je me concentrai du mieux que je pouvais pour que mes chaînes ne prennent pas leur décisions seul, comme elles ont l'habitude de le faire.
Je les sentais ce tortiller tout le long de mon épaule. Je me refusais à crier ma douleur, et me mordais l'intérieur de la joue. Je serrai les poings pour faire de la pression.
Je ne savais pas pour qu'elle obscure raison mon corps ce disloquait.
L’arène ne devais pas révéler nos sentiments ?
Je lançais un regard furieux à Hibari qui continuais à appuyer sur mon poignet. Je savais que si il continuais il allait réussir parce qu'il fallait bien me l'avouer il était bien plus fort que moi.
Et je comprit, enfin je pensais avoir compris pourquoi je me disloquais. Le fait que je veuille arrivé a la hauteur de Hibari de Yume enfin des Terminal qui trônaient fièrement au conseil des élèves. Je voulais devenir un membres de se conseil sans devenir comme eux.
Devenir un monstre de cruauté et d'orgueil et de cruauté ? Devenir une chose seulement guidé par la folie et l'envie de sang ? Très peu pour moi. J'avais déjà donnez pendant 5 ans .
Mais malgré ce dégoût,il y avait qu'elle que chose d'autre une certaine ironie disons. Celle de vouloir être à leur hauteur et de vouloir les dépasser. Trop d'ambitions ? Il en faut toujours trop pour pouvoir continuer à se surpasser. Si ce n'ai les autres alors soi même.
J'étais ne autre personne depuis que j'étais rentrer ici. Ou peut-être me révélais je un peu plus caque jour ma véritable nature. Pas fourbe n'y totalement pourris mais y ressemblant plus que jamais le monde de dehors n'aurait réussi à me révéler. Je serai même sûrement devenue quelqu'un de vraiment bien, au grand daim de Mikhaïl.
-Visualise ta main, désire qu'elle se détache du reste de ton corps.
J'en restais stupéfaite, il me demandais à moi. Moi qui ne voulais pas que cela ce passe de détacher mon poignet de mon bras. Je ne voulais pas, ne l'avait-il pas remarquer ? Lui lui qui ce prends pour un...
Il tira fort, pas simplement avec ses main mais avec la matérialisation. Il tira et j’eus mal, mais je tiens bon.
Au final il fraudais bien que j’apprenne à contrôler ce nouveaux pouvoir. N'étais se pas moi qui était aller le voir. N'étais pas moi qui l'avais insisté à voir mes nouveaux talent. Bien sur celui la c'était un peu imposer, pouvoir ce disloquer et ainsi tuer ses ennemie de loin sans qu'il voit l'attaque arriver. Mais ce n'ai pas lui qui entends ses os ce transformer dans un bruit de brisure. Ce n'ai pas eus qui entende le son que cela fait quand chaque phalange ce disloque.
Il ré-appuie une nouvelle fois et je laisse mon poignet partir dans un bruit de succion. Sans est écœurant. Je sens l'odeur du sang partout sur moi.
L'aura d'Hibari à un peu changé, elle est comme chargé d'amusement.
A l'évidence Monsieur a satisfait de mes services. Je ne peux m’empêcher d'en être profondément ravie.
-Jolie demoiselle, tu me divertis grandement. Si tu essayais de contrôler tes membres. Commence par ramener ta main à toi. Ensuite, recommence l'exercice avec le reste de ton corps.
Il me lâcha la main et je vis la chaîne. Blanche comme des os, peut-être étais des os ? Si c'était vrai j’espère que je pourrais les solidifier vite. L'os ce brise tellement facilement que je risquerais d'être bien plus fragile. Enfin si c'est de l'os. Il s'éloigna un peu de moi, et je repris un peu de contenance. Je me tenais droite et tout autour de moi du sang. Le miens vue que aucun autre n'avais couler. Je soupirai . Vraiment il fallait que j'apprenne à contrôler cette technique si je ne voulais pas me vider de mon sang à chaque fois que j'osais mettre un pied dans l'Arène.
Je soupirai une nouvelle fois en voyants Hibari ce confectionner un trône de fer. Non un trône de Titane. Voila ce qu'il me fallait pour mes chaîne du titane. Mes devant le fait qu'il n'y avait que aller 3 élève dans cette écoles qui pouvait utiliser ce matériel (dont une que je venais d'envoyer à l'infirmerie pour une certain temps) cela devais dire qu'il y avait quand même de grande chance pour que ce soit difficile à avoir.
Installer sur son trône il me sourit charmeur. Lui au moins n'étais pas tacher de sang.
-Tu peux m'attaquer, si tu veux une cible fixe, Mi-ha-ru.
Il matérialisa quelque chaîne. Au moins il ne me prenais pas pour une trouillard qui n'aurais pas la folie, disons cela comme ça, de l’attaquer.
Mais disons d'abord que l'attaquer n'est pas la première chose à faire. C'est d'abord de ranger cette main qui ce ballade un peu trop a mon poignet.
Le sang à cesser de couler. Une bonne chose. Je prends une grande inspiration et tend mon bras sans main devant moi. Je sens la lourdeur de la chaîne. Je sens aussi ma main bouger. Je sens la terre de l'Arène sous elle. Je sens la terre bouger même quand je lui ordonne de revenir vers moi. Je souris, fière de moi.
Je sens la lourdeur de ma main puis comme une touche d'électricité quand ma main ce fixe au reste de mon corps.
Je fais de nombreux moulinets dans le vide pour être sur qu'elle ne ce décoche pas si je ne lui donne pas l'ordre.
Bon ce n'ai pas la chaîne qui pense par elle même mais on peut dire que ma main n'ai pas complètement fixe à mon bras.
En plus je ne vois rien à cause de ces satanés manches si je pouvais …m'en débarrassé ?
C'est comme si tout avait disparut, si l'Arène pendant qu'elle que instant n'avais plus exister. Le temps d'un instant je n'ai plus sentis la matérialisation. Comme si le liens qui me tenais éveiller et vivante ses dernière mois avait disparut le temps d'une fraction de second. Je le sens de nouveaux en moi mais... Quelque chose à changer. Je regarde autour de moi. Tout le monde est déboussolé.
Je regarde mes mains, plus de sang.
-Que, Hibari a ton avis que c'est-il passer ?
C'est la que je remarque, je n'ai plus mon manteau, je n'ai plus ce grand manteaux noirs qui me servait à me cacher du monde et des yeux d’autrui.
Une légère robe blanche à bretelle avec quelque dentelle par ci par la. Des bas de soie et un porte jarretelle.
Je me sens rougir comment vais je pouvoir me montrer ainsi devant les gens de l'Arène.
Je touche mes cheveux eux au moins non pas changer.
Je regarde Hibari. Quelque chose c'est passé mais quoi donc ?

Spoiler:
 

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   Lun 19 Aoû - 20:20

[justify]J'étais tellement parfait que je n'avais de mots pour le décrire. J'étais un Dieu parmi les hommes et je les aidais à devenir meilleurs, assez bon pour avoir l'estime et la prestigieuse place de pouvoir devenir mes serviteurs. J'étais vraiment antipathique, j'élevais certains d'eux à un niveau plus élevé, mois crasseux. Car il allait de soi que les humains n'avaient aucune chance de m'égaler ou d'être assez bien pour frotter mes semelles salies de leurs pollutions. Pourtant, j'avouais qu'il m'arrivait de ma plaire parmi eux, non en tant qu'un camarade de classe ou ami, mais plutôt telle une effigie leur montrant le chemin à suivre. J'étais l'être le plus beau et le plus intelligent sur cette planète, il va de soi que j'aie quelques préférences quand à mes loisirs. Comme ici, j'aidais cette jeune fille à monter dans les rangs, à devenir quelqu’un digne de mon attention. Par simple caprice ? Sans doute. Je pouvais tout autant dire que c'était mon ennui qui me poussait à interagir avec les autres autrement qu'en leur ordonnant de faire mille et une choses pour ma propre satisfaction.

J'étais assis gracieusement sur mon trône, mes chaînes de titane flottant autour de moi. J'avais l'air d'une statue magnifique sculptée dans une pierre précieuse. Et j'attendis. Mais la patience de Dieu n'est pas toujours aussi grande qu'il ne paraisse. La mienne avait ses limites et je commençais à les atteindre à mon plus grand désespoir. Miharu ne s'en sortait pas. C'était blasphémer que de me laisser regarder ça de mes pupilles profondes.Je n'étais pas déçu, la clémence et la bonté dont je faisais preuve dépassaient de loin ces sentiments purement humains et inutiles, j'étais juste exaspéré de perdre mon temps ainsi. Je claquais des doigts pour faire disparaître mes chaînes sublimes, n'ayant l'envie de les exposer encore plus devant les yeux de ces mollusques insignifiants qui nous fixaient tels des rapaces avides d'un divertissement. Parlant divertissement, j'en voulais aussi. Et quand Dieu veut, il l'obtient. C'était une vérité indéniable, universelle qui se marqua dans l'esprit de chacun quand quelque chose changea dans l'air. Je me redressais agilement sur mon siège de roi, je posais mon coude svelte sur l'accoudoir et me penchais doucement en avant pour mieux voir, mieux détailler cette fille à qui j'enseignais, tout ceci de mon regard de saphir, brillant d'un certain intérêt voilé.

-Que, Hibari à ton avis que s'est-il passé ?  

Je surplombais sa silhouette de mes billes divines. Elle avait changé, sa robe de combat a changé pour être précis. Dieu que j'étais se devait d'être clair dans ses dires pour que les stupides mortels le comprennent. Je me retrouvais devant une fille qui ne portait plus ses habits lourds les truquant pour quelque chose de très, extrêmement, plus léger. Je ne dirais pas que je ne comprenais pas la situation, après tout j'étais un Dieu. Mais il était vrai qu'il était rare de voir ce qui se déroulait sous mes yeux de sphinx. Une robe de combat qui change, c'était impossible. J'étais un membre de l'élite, s'il y aurait un autre cas tel que celui-ci, j'en serais informé. Et à ce jour, seule la chienne de la directrice avait le pouvoir de changer sa robe de combat. C'était... Intéressant. Enfin une chose divertissante. Par contre, elle était tout autant impensable, et je le constatais sous les regards interrogateurs des autres étudiants se trouvant dans l'arène. On aurait dit qu'ils avaient peur de s'approcher de Miharu après ce qui venait de se passer. Bien.

Je me levais avec une grâce digne de mon rang, de mon siège de pierres. Je souriais avec cette prestance m'étant unique et m'approchais de la jeune fille sans moindre crainte, sans moindre attention envers les murmures se propageant de plus en plus autour de nous. Un pas après l'autre, j'arrivais à la hauteur de la fille, la regardant de haut au premier abord puis, attrapant une de ses bretelles entre deux de mes doigts. Du tissu de matérialisation, il n'y avait aucun doute possible, c'était une robe de combat.

- Fort disgracieux que de faire une telle chose devant une assemblée considérable. Ça pourrait créer un scandale. Mais soit, ici n'est pas la question. Une chose est par contre sûre, tu es complète à présent ~ De là, ta technique devrait être plus efficace.

Ma voix suave résonna délicatement dans l'air devenu lourd d'inquiétude. En tant que membre du conseil, il fallait que je rassure ces imbéciles inutiles avant qu'une polémique n'éclate pour une si petite chose. Pourtant, ce n'était pas si insignifiant, vu que moi-même, je ne pouvais que mettre une explication évasive sur ce qui venait de se passer. Il était de mon devoir de comprendre ceci, et pour ça je devais me rendre au conseil et en parler avec les autres membres. Parfait. J'étais satisfait, ça occupera quelques minutes de mon temps libre mais si précieux. Je me reculais de la fille, ne lui donnant pas plus de plaisir de sentir ma proximité puissante.

- Continue à t'entraîner, jolie demoiselle. Suis mes directives et essaye de ne pas mourir. Si tu as des questions, tu peux venir me voir au conseil ou chez moi ~ Sur ce, à bientôt.

Je lui lançais un clin d’œil charmeur. Mon sourie éblouissant toujours plaqué sur mes lèvres parfaitement dessinées. Un signe de la main qui en ferait baver la plupart, si pas tous, et je tournais mes pas vers la sortie. Un pas digne et hautain, j'étais beau, scandaleusement magnifique. Et où allais-je ? Au conseil bien sûr. Non pas pour me confronter aux stupides débiles s'y trouvant et se prenant pour les meilleurs, mais bel et bien pour leur donner cette énigme à résoudre. J'étais trop bon. Dans tous les sens du terme ~

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De nouveau avec toi [Pv Hibari]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De nouveau avec toi [Pv Hibari]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Rigel ☆ The lonely star
» [Gameplay] Pose de QG adjoints
» PSEUDO | trouver un prénom original
» Haïti-Santé : Un nouveau-né au seuil de la mort
» Iron Sky (nouveau film qui sort en novembre 2011)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Arène-