AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Ven 13 Avr - 1:18

Quelle belle histoire qu'est celle de Hibari Ishinose. Un être sortit de l'ombre pour gouverner sur Undai Gakuen. Non aller, je ne vais pas m'attarder sur ça, ce serait trop long à raconter. Ce matin, oui j'étais levé et en vie. Oui en vie, après cet horrible épisode de la cour, j'ai passé deux semaines sans bouger à l'infirmerie en recevant des soins intensifs des infirmières, au sens propre et figuré du terme. Soit ! Je m'égare. J'ai passé un moment tranquille dans cet endroit bruyant, entre les soins et les visites des fans, je n'avais pas à m'en plaindre. Si tout de même, j'avais à me plaindre. Parce que, même dans ma convalescence je pus entendre des ragots sur moi à l'académie, comme quoi le grand Hibari a provoqué la directrice et comme il s'est valeureusement battu pour la survie contre cet être maléfique. C'était la belle partie de l'histoire, il y avait une autre comme quoi, je m'étais fait battre par Black Rock Shooter ou encore que j'ai raté ma matérialisation à cause d'un incident des plus honteux entre moi et un autre élève. Je détestais les ragots et les mauvaises langues. C'est une des raisons pour laquelle j'ai repris du service aussi rapidement, sous le regard désapprobateur de l'infirmière, je sais qu'elle voudrait que je passe encore plus de temps avec elle, pour qu'elle puisse bander mes blessures et mater mon corps meurtri mais tellement sexy. Je n'allais pas lui laisser une telle opportunité durer trop longtemps, j'avais des gamins à remettre dans le droit chemin, et ce dès ma sortie d'ici. Oui, Dieu même malade n'avait pas le droit au repos éternel, il devait veiller au bon respect des règles et de son image, voilà tout. C'est comme ça que ce matin, avec ma blessure entourée d'un bandage solide, bandage que je devais changer une fois par jour avec une petite visite à l'infirmerie, je me mis à la chasse aux pourritures qui osaient me dénigrer. Rien qu'en deux heures, j'ai repris ma place de Dieu en terrorisant ces minables. Je pus aussi constater que Kuroi était toujours en vie et que, elle aussi, à bien posée ses marques quant au dernier incident survenu. Je n'attendais pas moins de cette fille cadavre. Fille qui, parait-il n'a toujours pas repris sa forme d'enfant. Très amusant, on dirait que la chauve-souris, oui je me permettais toujours de l'appeler comme ça, n'a pas trouvé comment rendre son toutou comme il était. Ça devait l'enrager. C'était une raison de plus pour que j'évite le bureau de la direction ou même le Conseil. Je n'avais guère envie de tomber sur ce monstre surtout dans mon état actuel. Oui, j'avais encore atrocement mal aux côtes, même si ma démarche était des plus gracieuses. Dieu devait souffrir pour être beau et paraître fort. Cette histoire ne me faisait que d'avantage de fans, c'en était écœurant. Oui, je les détestais, un peu moins que je haïssais la directrice ou que je méprisais Kuroi, mais ça s'approchait.

Après avoir remis les choses en ordre à grands coups de titane, non quand même pas, je ne vais pas user de ma précieuse matière pour ces merdeux. Je rectifie... à grands coups d'armes diverses de matière diverses, je remis les pendules à l'heure pour certains petits malins. L'infirmière aura à faire pour les prochaines heure et mêmes jours. Oui, j'étais magnifique, beau, apprécié, mais quand on s'opposait à moi, je devais une toute autre personne, mais pas moins admirée. Assez parlé de moi. Non, il n'est jamais assez, je suis tellement indescriptible. Tout de même après m'avoir attelé à cette tâche, je me décidais d'aller voir du coté gymnase, rien que pour constater les progrès ou manière de s'entraîner des ces choses polluantes. Ça ne parait pas assez crédible pour moi ? D'accord, je dois l'avouer, je suis allé vers le gymnase rien que pour passer devant le bureau de Dead Master, à croire que le danger et une nouvelle confrontation à elle me tentait terriblement. Non, je n’étais pas suicidaire, j'allais juste défier Satan... C'était mon devoir en tant que Dieu. Ou du moins, j'allais lui faire comprendre que j'étais toujours là à essayer de lui pourri la vie. J'ai même trouvé la façon la plus efficace mais tout aussi dangereuse pour le faire, oui j'étais un génie avec un esprit somptueux, et cette chose n'était autre que Black Rock Shooter. Je savais à présent que si quelque chose n'allait pas avec cette dernière, la chauve-souris mordait fort... Très fort d'ailleurs.

Toujours avec mon arrogance si attirante, je me posais dans l'encadrement du gymnase et larguais tout ce petit monde de mes saphirs bleus. D'ailleurs, ce petit monde n'était pas plus qu'au nombre de... Je ne sais pas, je n’allais pas me mettre à compter ces microbes insignifiants. J'allais plutôt m'amuser à les maltraiter... Pourquoi ne pas commencer par...

-Tiens Izaya-kun.

Oui, sa chevelure des moins normales me sauta aux yeux, oui m'agressa même, dès que je tournais mon regard vers un coin de l'énorme salle à la recherche d'une victime. À croire que ce n'était pas son jour de chance... Pauvre de lui. J'étais décidé de mon coup et m'avançai en sa direction avec un sourire radieux aux lèvres, je lui fis un signe de la main avant de m'approcher près de lui et poser ma main sur son épaule. En même temps que j'eus ma prise, mon sourire lumineux se changea en une expression sadique sur le visage. Je voulais peut être évacuer ma frustration par cette manière, je ne sais pas.

-Izaya-kun, ravi de te voir ici. Voudrais-tu me servir de souffre-douleur ?

Avec un peu de chance il dira non et je pourrai le traquer avec des chaînes en m'amusant à le transpercer de toute part. Ca risque de me ramener devant Yume ou pire, devant la chienne qui m'a mit dans cet état, mais au moins je me viderai entièrement de ma colère inlassable.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Ven 13 Avr - 16:37

Cela devait faire plus ou moins un mois que j’étais ici, j’avais déjà eu ma première fois à l’arène avec Alyssa et la folle de Dead Master. J’étais plutôt heureux de cet instant magique en fait, l’arène était juste grandiose, sérieusement, y avait pas plus magnifique que ça ! Son sol en échiquier, ses habitants en tenues étranges et surtout, le nombre inimaginable de choses qu’on pouvait faire dedans … J’étais juste, heureux. La première chose que je réussis à matérialiser fut une petite peluche en forme de lapin rose. C’était juste adorable, si je savais qu’un jour je serai capable de faire ça, maman aurait été fière, que dis-je ! Encore plus fière de moi qu’elle l'était déjà.

Après être allé au moins une dizaine de fois dans l’arène afin de perfectionner ma maîtrise, je me décidais de me rendre dans le gymnase de l’académie. C’était bien beau d’essayer de faire des tours de magies, mais la directrice disait également qu’il fallait qu’on entretienne son corps. Et pour ce fait, quel meilleur endroit que la salle de sport ? Il y avait tout ici, des machins pour faire le singe, des machins pour faire le kangourou, même un truc, un genre de prof spécial de fitness qui nous montrait des poses bizarres ! Oui, je le pense aussi, ca sentait le kamasoutra à plein nez ! Que des pervers dans ce monde magnifique !

Enthousiaste et heureux de nature, je me décidais de m’échauffer en faisant quelques tours de piste premièrement. Après avoir couru une bonne dizaine de minutes, je m’étirais avant de commencer l’exercice du jour. Une centaine de pompes, quelques tractions et pourquoi pas essayer les poids de 25kg ? En m’approchant de ceux-ci, j’en saisissais un de ma main jusqu’à ce qu’une personne, personne dont je suis totalement sous le charme, m’interpelle :

-Tiens Izaya-kun.

Me retournant toujours le poids en main, mon sourire s’agrandit quand je vis les yeux bleus de mon cher et tendre Hibari. Dieu, je ne l’avais plus vu depuis un bon moment déjà, même si nous étions dans la même chambre, je rentrais tard le soir, préférant passer mes journées et mes soirées entre l’arène, les cours et mes entraînements personnels. Toujours fatigué le matin, je me levais tout juste à temps pour prendre une douche et filer vers le bâtiment des cours. De plus, cela faisait déjà bien deux semaines que mon cher colocataire était coincé dans l’infirmerie suite à un combat avec la directrice. Oui, je le sais, même si il y avait plein de ragots, je connaissais la vérité moi. J’étais là lors du combat … là était un grand mot, j’étais dans les couloirs et je voyais la scène par la fenêtre de celle-ci. C’était juste … monstrueux comment il s’était fait lyncher comme une merde. Le pire, c’est que pour la première fois, je ne le voyais plus comme un être magnifique, sublime et fort, non, cette fois là il n’était plus qu’une simple … personne tierce.

-Izaya-kun, ravi de te voir ici. Voudrais-tu me servir de souffre-douleur ?

De sa voix angélique mais bien sadique il me demanda ça comme si de rien était. Lui adressant un petit sourire amical, je plissais les yeux avant de lui répondre d’un ton amusé :

- Maaaah Hibari ! T’es drôle toi parfois ! Comment ça va sinon ? Ca fait un bail qu’on s’était plus croisé … Tes blessures vont mieux ?

Croyez-vous que j’allais répondre « oui, va y » ? Si il me voulait en tant que souffre-douleur, il fallait que celui-ci le mérite. Non pas dans ce sens là … moi si je voudrais être son souffre-douleur, c’était juste d’une manière. Lui, moi, dans notre chambre, tout deux en sueurs, un cri de plaisir traversant mes lèvres. C’était douloureux, mais putain que ca aurait été bon ! Pervers, quand tu nous tiens …

- J’ai assisté à ta déf… ton combat avec la directrice, elle n’y est pas alléd de main morte encore un peu, tu y serais passé.

Baissant les yeux en affichant une petite mine triste, parce que oui, si Hibari serait mort ce jour là, après qui j’allais courir moi ?!

HRP: Putain j'ai rien capté à la vie quand Yume elle m'a harcelé pour que je réponde à ton Rp Hibari ! XD

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Lun 16 Avr - 16:20

Cela faisait bien un mois que j'étais à Undai Gakuen, entre les entraînements, les cours et les nouvelles rencontres, je n'avais pas le temps de respirer ne serait ce qu'une minute. J'avais le plaisir ou plutôt le malheur, d'avoir rencontré un certain Pervers aux cheveux roses qui, dès qu'il avait du temps libre, ne me laissait pas un instant de répit, à croire qu'il ne voulait pas que je l'oublie, pourtant je ne demandais que cela. Sinon, j'eus le loisir de rencontrer un petit nouveau dénommé Rhees que je n'ai plus revu depuis ma visite improvisée de l'Académie. Sans oublier Yume, la fille froide et sans émotion qui me donna mon premier cours dans l'Arène, si je peux dire cela comme ça. D'ailleurs parlant d'elle, j'avais entendu des rumeurs disant qu'elle avait changé ou un truc du genre, je ne sais pas quoi, et tout ça à cause d'un combat avec un autre étudiant ou la directrice. Je n'aimais pas les ragots, c'est pourquoi je ne me suis pas plus penché sur cette histoire, ça m'était égale. Tant qu'on me laissait tranquillement roupiller sur le toit dans mes moments de liberté, cela m'allait très bien. La seule tristesse de cette résolution c'était que je n'avais pas beaucoup de temps libre. Par exemple, rien que aujourd'hui, comme je n'avais pas énormément de cours, je me suis décidée de faire un tour dans la cafétéria, oui mon endroit fétiche pourrait-on dire. Non, je n'étais pas une adepte de nourriture ou de m'empiffrer avec tout ce qui pourrait me passer sous la main, mais venir là, chercher quelque chose de bon et puis aller se promener avec, c'était agréable. Et oui, je ne supportais toujours pas la présence des autres étudiants autour de moi, dernièrement j'ai même foutu un poing à un gars qui avait le malheur de me demander comment je m'appelais tout en, l'imbécile, me touchant l'épaule. Je crois que j'ai eu de la chance ce jour là, parce que le gars, il aurait bien pu se défendre s'il avait prévu mon coup, tout simplement car il était en Première. Et oui, j'ai compris la hiérarchie de cette école, un Seconde n'avait pas droit de parler ici s'il n'était ne serait-ce qu'un peu entraîné, surtout si il voulait faire son malin. Quand aux Premières, c'était des petits qui après s'être fait maltraiter par les grands, ont eux à leur tour, décider de maltraiter ceux qui étaient sous leurs grades. Par contre ce qui est des Terminales, ils étaient plus compatissant tant qu'on ne leur faisait pas chier, genre si tu comprends que t'es rien par rapport à lui, il te laisse tranquille, voilà. Heureusement qu'il n'y avait pas que ça ici et que cette mentalité n'était pas définie, car oui, il u avait des gens gentils ici aussi, qui aidaient les petits nouveaux à devenir des grands anciens avant qu'ils ne quittent à leur tour les murs de cette Académie.

Je me suis confrontée à ces deux genres de personnes, l'une que je trouvais écœurante et l'autre inutile. Et ce qui était le plus paradoxal dans tout cela ? C'était le fait que la première catégorie de personnes peuplant ces lieux, était mon carburant pour mieux apprendre et plus vite. Ouais, grâce à ces petits nazes se prenant pour Dieu, je m'entraînais tous les jours, j'allais à l'Arène dès que je pouvais même si c'était au milieu de la nuit quand j'arrivais pas à dormir, j'étudiais les cours de matérialisation délaissant presque les autres cours, j'observais les techniques des autres étudiants qui savaient déjà maîtriser leurs matérialisations. Tout cela dans le seul but de devenir plus forte et de pouvoir enfin éradique ces ordures qui détruisent ce monde, oui c'était mon but un peu farfelu de la vie. En y pensant, je n'eus pas le temps d'envoyer ne serait ce qu'un mail à mes parents depuis que j'étais ici, tellement la quête de puissance m'occupait l'esprit. Enfin, on pouvait le dire comme cela, même si j'avais juste soif d'apprendre et de me divertir un peu dans ce lieu étrange. En plus j'avais reçu des explications très structurées de la part de Yume-San, alors j'essayais de bien les suivre, et je dois avouer que mes entraînements étaient fructueux grâce à ses conseils froids qu'ils pouvaient être. Par exemple, j'ai réussi à changer le gant de ma main en quelque chose d'étrange que j'appréciais beaucoup. Une sorte de main géante aux griffes acérées, maintenant je m'entraînais à lui apporter des détails et de la manier de mieux en mieux sans perdre trop d'énergie. Comme l'a dit cette fille mystérieuse, il fallait partir des petites choses et les améliorer.

Pourtant ce n'est pas cette raison qui amena mes pas en direction du gymnase, aujourd'hui. Non loin de là. Si je prenais la peine d'y aller, c'est parce que j'ai entendu qu'un certain gamin aux cheveux roses s'y trouvait. Moi qui évitais de le croiser, j'allais délibérément à sa rencontre, étrange non ? Je trouvais aussi. La raison ? Tout simple ! Je voulais lui mettre mon sandwich en plein dans la face parce que aujourd'hui, j'étais de très mauvaise humeur, dans la matinée, après avoir entendu qu'il a encore fait des bêtises qui me touchaient de près. Quel imbécile ce Pervers ! C'est avec cette désagréable sensation de haine que j'entrais dans la grande salle où se déroulaient des entraînements physiques. J'avais déjà pu venir ici pour faire quelques exercices, mais ce n'était pas mon endroit fétiche, je préférais de loin la piscine. Peu importe, pour le moment, je cherchais des yeux une tête rosâtre dans les parages. Il n'y avait pas beaucoup d'étudiants ici, ce qui arrangeait les choses pour ma personne, vous imaginez que je puisse circuler parmi ces élèves puant la transpiration ? Moi pas, quelle horreur ! Après peu de temps, je remarquais Izaya dans une partie de la salle un peu décalée. Je m'avançais avec détermination vers lui, mais je me stoppais à mi-chemin en apercevant qu'il y avait quelqu'un avec lui. De dos, je pouvais voir que cet inconnu était plus grand que moi, qu'il avait une chevelure bleutée rentrant dans le noir et qu'il devait être assez musclé sous son uniforme si semblable à ceux des autres étudiants mâles. Izaya sale pervers ! Encore à flirter avec des pauvres garçons qui voudraient sûrement qu'il les laisse tranquille. Quel crétin, et c'est pas un inconnu qui va me bloquer pour que j'aille lui foutre un bon poing dans la tête, rien que pour lui faire payer son existence. Je m'approchais à pas sûr des deux protagonistes, et je pus entendre une petite bribe de conversation entre les deux jeunes hommes.

-...elle n’y est pas allée de main morte encore un peu, tu y serais passé.

Ne prenant pas en compte ce que ces deux étudiants disaient, je m'exclamais avec une voix sombre tout en m'avançant vers Renzou :

-Izayaaaaa, sale Pervers, laisses les gens tranquille !

Tout en l'empoignant par le col de sa chemise blanche, je le bousculais dans tous le sens avant de le relâcher et me tourner vers le garçon qui n'avait pas bougé depuis tout à l'heure. J'étais frappée par sa beauté arrogante qu'il dégageait. Il y avait tant d'individus bizarres ici, mais lui n’avait rien d'étrange. Si, sa beauté pouvait être très même trop frappante, il avait un visage fin et un sourire des plus beaux sur le visage, on pouvait facilement se perdre dans ses yeux d'un bleu époustouflant. Je crois que je suis restée une bonne minute à le regarder sans bouger, avant de me retourner vers la moche chose rose, sans plus de cérémonie, avant de lui shooter dedans. Mais, quand je voulus partir sans plus ajouter, je me stoppais en fixant le beau garçon qui tenait compagnie au Pervers. Je crois l'avoir déjà vu quelque part, mais où... Oui, je sais ! C'était le gars qui s'est fait tabasser par... par qui ? Je sais plus... Mais je pus apercevoir que cette belle créature se trouvait en Terminale vu son bracelet rouge cloué au poignet.

-Fais attention à ce pervers, il n’est pas fiable.

Je l'ai dit d'une voix neutre, presque froide mais tout de même résolue et réfléchie. Oui, j'étais du genre à débarquer, à dire mes quatre vérités et de partir, mais un autre, enfin une autre rencontre me stoppa dans ma démarche de « viens, dis, pars » qui n'était autre qu'une jeune femme qui me rappelait vaguement quelqu'un... mais c'est ?! Impossible !!


PS: Tkt Izaya, t'es pas le seul à avoir subis les harcèlements de Yume, j'ai pondu ce texte avec un acharnement... rien que parce que Hibari s'impatientait :o Je suis trop gentille... Mais je vais défouler tout ça sur toi, petite tête rose *sourire sadique* *_*

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Mar 17 Avr - 0:43

Aujourd’hui … haha, aujourd’hui. Dois-je vous dire qu’une fois de plus j’étais de mauvaise humeur, que j’étais au bord de la crise de nerfs et que j’allais sans doute me suicider dans les secondes qui allaient suivre ? Vous me demandez pourquoi ? Pourquoi j’étais si en colère, si fragile et surtout … si folle à cet instant précis ? Tout simplement parce que j’ai eu la rencontre de certains insectes dans le bureau du conseil des étudiants. Vous allez me dire comment, comment ces insectes si sales qu’on appelle araignées sont entrés dans mon bureau ? Et bien je me le demande aussi ! J’aurais pu crier HIBARI de toute ma voix, mais je savais pertinemment que ce n’était pas lui, non, ce con était sans doute encore dans son lit d’infirmerie à se faire dorloter par les infirmières. Mais qui ? Qui d’autre connaissait mon point faible ?! La réponse me heurta violemment quand je vis un large sourire par l’ouverture de la porte ainsi que des amandes vertes me fixant avec malice. Cette … ce monstre.

Ne trouvant rien de mieux que de matérialiser un bazooka pour m’en dégager, je perçais également un trou énorme dans le sol. Oui, encore des réparations, encore et encore et toujours. Voilà quel était le prix que devait payer Ayame pour me faire des « blagues » aussi désagréables. Une fois la pièce « sauve » de ces insectes carbonisés, je me décidais enfin à retourner sur le sol. N’avais-je pas dit que j’étais montée sur mon bureau en criant à la mort comme un chat ayant peur de tomber dans l’eau ? Et bien oui, c’était le cas.

- Fais chier.

Ce furent les premiers mots de ma matinée, imaginez donc comment la suite allait se passer. Sortant du conseil des étudiants en claquant violemment la porte -celle-ci s’écrasa sur le sol dans un bruit sourd tellement la force de l’impact l’avait fait sortir de ses gongs- et je partis en direction de la sortie sous le regard intrigué des étudiants. Décidant bêtement de prendre le raccourci en passant par le gymnase pour aller à l’arène, je marchais d’un pas sûr vers cet endroit. Décidant de traverser la salle de gym, je fus surprise de voir un petit groupe que je connaissais particulièrement à l’exception de … un truc.

Vêtue de ma robe de combat mais ayant cependant mon âge réel aussi bien physiquement que mentalement, je m’approchais de la jeune Kaïla qui venait de secouer comme un sac à pomme de terres … le truc. Déposant ma main sur sa tête en ébouriffant légèrement ses cheveux - oui, je suis bien plus grande qu’elle en mon apparence « normale », genre une dizaine de centimètres de plus. Si, si, c’est vrai. Regardez moi ! Après ce geste « affectif » oui, j’ai lu ça dans un livre disant que c’était bien de toucher la tête de ses cadets pour leurs montrer … une affection, une certaine amitié peut être. Mais lire ne voulait pas spécialement dire comprendre ce qu’on lisait et ce n’était sans doute pas les livres qui allaient changer mon ton froid et sans rebond quand je dis :

- Un groupe bien étrangement formé, que faites-vous ici ?

Je ne souriais pas, mon ton était autoritaire même si j’aurais préféré qu’il soit doux et tout mais on ne me refaisait pas, jamais, que jamais. Regardant Hibari, j’arquais un sourire moqueur avant de lui dire, en bougeant ma main de gauche à droite tout en imitant son air hautain :

- Qu’en voilà une surprise, si j’aurais cru que tu survivrais, j’aurais pris la peine de mieux te traiter en te traînant par les pieds jusqu’à l’infirmerie, Victime-Sama.

Oui, l’humour était un point d’honneur dans mon livre. Justement, j’avais celui-ci en poche. Le sortant, je feuilletais rapidement quelques écrits avant de dire « STOP » assez fort pour que plus personne ne bouge. Une fois ma lecture finie, je regardais le machin rose et essayant d’être sociale et peut être même polie, je lui dis :

- Tête de limace, présente-toi. Je suis Yume Kuroi, connue sous le nom de Black Rock Shooter.

Les surnoms, c’était amical non ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Ven 20 Avr - 18:00

Je n'eus pas le temps de m'attaquer à ma victime du jour qu'une autre personne arriva à notre encontre. Je la détaillais rapidement constatant que c'était une fille, assez jeune et en Seconde. Voilà ce que je retenais de ses yeux rouges, évidement, j'allais l'oublier dans les minutes à venir, mais ce qui m'embêtait grandement à ce moment précis, ce fut qu'elle était s'en est pris à ma proie. Que de pire pour un Dieu que de se voir piquer son dessert avec tant de hargne. Je regardais la scène avec recul constatant avec la logique divine qu'Izaya était un vrai souffre-douleur des gens qui l'entouraient. Ce n'était pas difficile à constater. Je n'eus même pas le temps de répondre mon cher colocataire de chambre quant à ses paroles déplaisantes. Il va payer pour avoir parlé de mon affrontement avec la chauve-souris des services. Je n'acceptais pas qu'on ose se prononcer sur ça. Mais encore une fois, j'eus ne pouvais pas déballer ma frustration à cause des paroles étrange de l'inconnue.

-Fais attention à ce pervers, il n’est pas fiable.

C'est moi où elle est schizophrène, cette fille ? Je savais très bien que cette académie était peuplée par des minables en tout genre, alors je n'avais pas à m'étonner de ses dires étranges aux magnifiques prunelles de Dieu. J'allais tout bonnement lui répondre de mon ton suave ce que je pensais de son geste déplacé et de ses paroles prononcées à mon égard. D'ailleurs, je dois le constater, j'ai vraiment pas apprécié son ton détaché et son ignorance à mon encontre, car quand elle eut fini de prononcer ces mots inutiles, elle tourna les talons sans plus me prêter d'attention, s'en était énervant au plus haut point. Quand je voulus l'attraper par le bras, enfin, en utilisant une matérialisation, je ne vais pas toucher un être inférieur non plus, la fille en question s'arrêta comme choquée. Je dirigeais mon regard bleu et beau vers la direction que le sien a pris et vis la chose de sa surprise. Je dis bien la chose hein ! Ce n'était personne d'autre que Black Rock Shooter qui se dirigea vers nous avec un air narquois bien démarqué.

- Qu’en voilà une surprise, si j’aurais cru que tu survivrais, j’aurais pris la peine de mieux te traiter en te traînant par les pieds jusqu’à l’infirmerie, Victime-Sama.

Enfoirée, elle risquait gros là. Elle avait de la chance que mon sublime corps n'était pas entièrement remis, sinon elle serait déjà à genoux en train de demander mon pardon divin. Je serais les dents mais je n'eus pas le temps de répliquer que son attention se reporta sur la tête rose, d'une manière que elle seule avait pour parler aux gens, tss... Izaya était le centre d'intérêt à présent ? Inacceptable, c'est moi Dieu, c'est moi qu'il faut regarder. Je dois remettre les choses à clair.

- Kuroi-San, ton sens de l'humour est minable. Tu as subis un autre lavage de cerveau de ta maîtresse ? Je dis bien cerveau, parce que ton corps est toujours aussi moche, mais en proportions plus grandes.

Je matérialisais une corde en acier dans ma main droite, je ne la lançais pas sur Yume à la grande surprise du public. Je l'enroulais autour du poignet de la « limace » avant de tirer dessus. Il était mon souffre-douleur, j'étais celui qui devait avoir toute attention. La seule solution était de l'éradiquer pour reprendre le bon cour de la vie.

- Je ne sais pas ce que vous faites tous ici, mais je vais m'occuper d'Izaya, je ne vous permettrai pas d’interférer. Disparaissez de ma vue.

J'étais irrémédiablement de mauvaise humeur.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izaya Renzou

avatar

Messages : 306
Date d'inscription : 15/03/2012
Localisation : In your Dreams <3

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Gold★Booster
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Ven 20 Avr - 22:29

-Izayaaaaa, sale Pervers, laisses les gens tranquille !

Hibari n’eut même pas le temps de répondre et moi encore moins de réagir que je me vis décoller du sol sans comprendre le pourquoi du comment, regardant avec étonnement les rubis devant moi, je souriais jaune en me demandant comment et surtout pourquoi ?! Mais putain j’avais dis à personne que je l’avais vu dans les toilettes des filles en train de chanter devant les miroirs en prenant comme micro un rouleau de papier cul vide ! Sérieux, j’en avais jamais parlé ! Même pas à ma mère !

-Fais attention à ce pervers, il n’est pas fiable.

Me relâchant sans moindre gentillesse après m’avoir secoué comme un prunier elle s’adressa à Hibari d’un ton distant. Essayant tant bien que mal de retomber sur terre, mes mains sur ma tête, je voyais la salle bouger. Elle avait de la force pour une femelle, une vraie camionneuse.

- Un groupe bien étrangement formé, que faites-vous ici ?

Et c’est là qu’une nouvelle personne arriva, non mais sérieux, y en a encore beaucoup qui vont se ramener. La tête toujours dans le cul, je regardais la meuf qui venait de prendre Kaïla par les épaules. Dieu, elle va se faire taper si elle continue comme ça, elle va crever, elle va ! Bah ouais, Kiwi elle aimait pas qu’on la touche et l’autre là, elle venait pratiquement de la prendre dans ses bras comme si de rien était ! Et c’était qui d’abord ?!

- Qu’en voilà une surprise, si j’aurais cru que tu survivrais, j’aurais pris la peine de mieux te traiter en te traînant par les pieds jusqu’à l’infirmerie, Victime-Sama.

Traîner par les pieds ? C’était donc elle la fameuse Black Machin chose ? Je l’avais vu lors du combat avec Hibari et Dead Master mais elle avait l’air … vachement différente. Ouais, là c’était l’air « je suis la meilleure » mais lors du combat c’était plutôt « putain je vais me faire pipi dessus ». C’est fou comme les expressions faciales peuvent changer la vision qu’on a des gens !

- Tête de limace, présente-toi. Je suis Yume Kuroi, connue sous le nom de Black Rock Shooter.

Regardant derrière moi à la recherche d’une quelconque personne qu’elle venait d’appeler Tête de limace, je me pointais du doigt avant de lui demander des yeux « moi ? ». Mais je n’eus le temps de lui répondre, à qui que ce soit d’ailleurs qu’une chose vint s’enlacer autour de mon poignet, me tirer à lui et me taper droit contre le torse de mon prince charmant. Virant aux rouges, je fis accidentellement tomber mon poids. Celui-ci atterrit lourdement sur le sol tandis que la voix de Dieu résonna :

- Je ne sais pas ce que vous faites tous ici, mais je vais m'occuper d'Izaya, je ne vous permettrai pas d’interférer. Disparaissez de ma vue.

Il allait s’occuper de moi, il me voulait pour lui seul et surtout, regardez moi ce regard charmeur, celui du prince charmant protégeant sa princesse des méchants. Oui, je l’aimais un peu trop peut être pour le peu d’intérêt qu’il me portait. Je savais très bien que j’arriverai jamais à rien avec lui, il était détestable et se jouait de moi mais j’étais … oui, j’étais sans doute déjà amoureux.

- Maaah, il faut savoir me partager mon chéri.

Me poussant légèrement de son corps, je me penchais respectueusement devant la grande machin chose en lui faisant un clin d’œil. Attrapant même une de ses mains sur laquelle je déposais mes lèvres, je lui dis d’un ton poli et surtout respectueux :

- Enchanté, Block Rock Choqueur. Je suis Izaya Renzou, un petit seconde depuis un mois plus ou moins et aussi le partenaire d’Hibari.

Me retournant maintenant vers ma princesse psycho, je lui adressais un sourire en levant le pouce avant de lui dire tout heureux :

- T’as pas changé d’un pouce ma belle, toujours les seins si petits hein !

Oups ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Lun 23 Avr - 16:42

Si c'était bien elle ! C'était Yume-San, mais complètement changée. Elle n'avait plus l'air d'une fille de 16 ans, elle n'avait même pas l'air d'une adolescente, laissant place à une femme d'âge mûr. Enfin, pas vieille, mais elle avait certainement une dizaine d'années de plus que moi. Tout se déroule rapidement autour de moi avant que je percute enfin ce qui se passait. Yume s'approcha, osa me toucher, d'ailleurs je lui lançais un regard noir tout au long, sans pour autant oser soulever la voix. Pourquoi ? Parce que le bel homme et elle se livraient à une bataille verbale qui dépassait les limites du gentil et posé. On aurait dit deux chiens en chaleurs qui voulaient qu'une chose, se tuer mutuellement. Non mais vraiment, je ne suivais plus la conversation tellement leurs propos sortaient du tac, un qui parlait, l'autre qui répondait et le premier qui l'ignorait changeant complètement de sujet. Elle est où la logique dans tout cela, dites le moi ! D'ailleurs Yume-San se comportait bizarrement aussi, avec ses livres et tout, je ne sais quoi.

- Je ne sais pas ce que vous faites tous ici, mais je vais m'occuper d'Izaya, je ne vous permettrai pas d’interférer. Disparaissez de ma vue.

J'étais surprise quand je vis ledit Hibari, oui j'ai eu le temps d'entendre cela dans leur conversation incohérente, matérialiser une chaîne et l'enrouler autour d'Izaya, comme si ce dernier était sa possession. D'ailleurs ses mots le prouvaient, et ceux d'Izaya aussi.

- Maaah, il faut savoir me partager mon chéri.

Après cela, il se dégagea de l'emprise du beau Hibari, pour enfin répondre aux paroles désobligeantes de Yume-San.

- Enchanté, Block Rock Choqueur. Je suis Izaya Renzou, un petit seconde depuis un mois plus ou moins et aussi le partenaire d’Hibari.

Je me tapais le front de la paume. Mais qu'elle imbécile, il ne savait pas du tout qui était Black rock Shooter, ou plutôt, il ne comprenait pas à qui il avait à faire. Au pire, non au mieux, il mourra vite, sauf si son soi-disant partenaire, allait le défendre. Je savais bien que Izaya n'était qu'un pervers et homosexuel, mais de là à avoir perverti un si bel homme qu'était Hibari. Où se monde allait en fin de compte ? Qui l'aurait cru, que ce Pervers fini avait tant d'influence.

- T’as pas changé d’un pouce ma belle, toujours les seins si petits hein !

Je vis rouge. Toutes les questions que je me posais avant partirent, disparues quelque part au fond de ma tête submergée par la colère. Comment !? Comment ça mes seins ?! Ils étaient très bien ! Mort... Sans plus de ménagement, je dépassais Yume-San et attrapai l'imbécile de service par le col, tout en lui demandant de répéter ce qu'il venait de dire en le menaçant de mon poing.

- Répètes un peu pour voir !

J'allais le tuer. Bien ! Après l'avoir passé au tabac, je reportai enfin mon attention sur mon étonnement premier.

-Yume-San ! Excuses-moi pour cela...

Je fixais Izaya avec dégoût en disant ça, ensuite je poursuivis sans cacher mon étonnement:

-Comment se fait-il que tu as changé ainsi ?

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Mer 25 Avr - 11:11

- Je ne sais pas ce que vous faites tous ici, mais je vais m'occuper d'Izaya, je ne vous permettrai pas d’interférer. Disparaissez de ma vue.

Il disait ça avec tellement d’envie que je me retenais d’afficher une mine dégoûtée. Il paraissait (dans le livre que je lisais) qu’il fallait être ouvert d’esprit, que je devais accepter ce genre de relation entres deux hommes … De plus, je n’avais rien à dire, ma relation avec la directrice était … Soit. Regardant la scène se dérouler au ralenti devant mes yeux, je regardais d’un air étonné que le jeune Izaya, con comme il était n’avait pas pris les dires d’Hibari comme une menace, mais bien comme une marque d’affection. Je crus même le voir rougir quand son corps se posa sur celui de son … de son colocataire de chambre.

- T’as pas changé d’un pouce ma belle, toujours les seins si petits hein !

Quand il s’adressa à Kaïla, je regardais instinctivement la poitrine de la jeune fille pour finalement reporter mon attention sur la mienne. Dieu, elle avait des plus gros … plus gros seins que moi et ce … cet élève osait dire qu’elle était plate ?! Et moi dans tout ça ?! J’avais donc ce qu’on appelait « un attribut féminin inexistant » ? Je dois rire ou pleurer ?

- Répètes un peu pour voir !

Abattant son poing lourdement sur Izaya, je regardais la scène avec amusement. Oui, cette fille elle était vraiment bien, très bien même. J’aimais son caractère pourri, sa manière d’être, son air renfermé mais la force herculéenne qui pouvait sortir de ce bout d’élève quand celle-ci était énervée … C’en était presque hilarant.

-Yume-San ! Excuses-moi pour cela...

S’excusant à mon encontre, je la regardais longuement avant qu’elle me demande comment … comment ca se faisait que j’étais … si, si vieille d’apparence. Je ne savais pas si je devais tout lui dire, ou encore moins, lui dire quoi que ce soit, je devais peut être lui dire aussi comment ca se faisait et surtout pourquoi, mais la seule chose que je lui adressais fut un petit sourire.

- Hum … La dispute, le petit combat, le temple, les cristaux purs, Hibari, le combat avec Dead Master … une longue histoire.

Ca résumait ce que je voulais dire, évidemment que j’aurais dû ajouter des détails, mais je trouvais cet endroit peu approprié pour que je dévoile les pourquoi des comment. Surtout qu’une espèce de tête d’algue me fixait avec un sourire … peu, très peu rassurant. Tapant dans mes mains (oui, le livre disait ça, pour attirer l’attention), je m’adressais premièrement au groupe en disant :

- Je n’ai pas à rester avec vous.

Non, j’aurais dû dire « je dois partir, je m’en vais de ce pas » mais ce n’était pas mon genre d’être aussi … aussi molle. C’est pour quoi, je me tournai rapidement vers Kaïla pour lui demander de me suivre :

- Suis moi, allons dans un endroit tranquille et laissons ces hommes … à leurs occupations.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    Mer 25 Avr - 11:19

- Maaah, il faut savoir me partager mon chéri.

C'était ridicule, ce petit idiot d'Izaya se croyait tout permis jusqu'à aller dire que j'étais son.. son chéri ! J'étais outré et je me sentais dégradé, en plus de ça, ces petits minables avaient l'air de ne pas trop me porter attention, tellement ils étaient occupés par leurs paroles abjectement inutiles. Limite je n'avais rien à faire ici et même torturer Izaya ne m'enchantait plus. J'étais entourée de microbes certes, mais j'avais des choses à faire non. Avant toute chose, je dois remettre les points sur les i à la tête rose, qu'il ne se fasse pas de films. On partageait la même chambre, ça s'arrêtait là. Mais mon malheur se termina rapidement en vue de ce qu'il s'est passé ensuite. Il s'est fait littéralement battre par la fille inconnue qui était avec nous. Sans aucune délicatesse, elle le roua des coups, je ne saurai mieux faire. J'esquissais un sourire en coin, ça lui apprendra à bien se comporter.

Ensuite, comme si de rien était la fille s'adressa à Yume, elle lui demanda comment se faisait-il qu'elle soit si moche et vieille. Pour seule réponse elle reçut des bribes de phrases avant que Yume ne déclare de sa voix glaciale, et son comportement étrange :

- Je n’ai pas à rester avec vous.

Quelle amabilité, elle pouvait tuer avec ses mots, je la larguais d'un regard hautain avant de reporter mon attention sur Izaya, tandis que les deux filles quittaient le gymnase.

-Izaya, ne te fais pas de films, on en reparlera dans la chambre, ce soir.


Ensuite, je larguais le fixais un cour instant avant de me tourner et partir sans ajouter un mot. J'étais aimable, jusqu'au bout. Digne d'un Dieu.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Le renouveau ou la maltraitence des Secondes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» Cowboys Fringants - 8 secondes
» La fin d'un règne, le début d'un renouveau... [PV]
» Geox, le renouveau
» [UploadHero] Trente secondes sur Tokyo [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Gymnase :: Salle d'entrainement-