AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miri Okugi

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Sans doute derrière toi ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Jingoku No Hikari
★ Age : Unknown
★ Relationship:

MessageSujet: Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~    Mer 29 Oct - 2:41

Que devais-je choisir ? Du lait en poudre ou du lait entier pour enfant ? Ai-Chan avait déjà un an et demi, à cet âge là, les bambins mangeaient déjà des aliments comme tout le monde non ? D’ailleurs, ne serait-ce pas le temps d’arrêter le lait et songer à lui donner plus d’eau et des petits jus ? Mais elle aimait tant cela… Que devais-je faire ? Je n’en avais aucune idée.

C’est pour cela qu’en cette belle matinée ensoleillée, je me retrouvais en compagnie de mon conjoint et de notre fille dans une poussette dans le centre commercial de Undai, cherchant activement des aliments bons pour notre enfant. Désespérée devant la diversité des choses que l’on nous proposait, je ne savais que prendre. Des céréales ? Des biscuits mous ? Elle n’avait qu’une petite dent qui avait poussé il y a peu, serait-ce assez pour mordre ? Non, certainement pas… Devrais-je la conduire chez le dentiste ? Ou son pédiatre attitré suffisait ? Tant de questions auxquelles je ne trouvais réponse en ce jour. Songeuse et inquiète, je me tournais vers Kei qui… N’avait l’air plus avancé que ma personne. Connecté à son Smartphone, il parcourait les sites d’alimentations pour enfants également… Quel genre de parents faisions-nous là ?

Depuis la naissance de Ai-Chan, notre relation a grandement changée. Peu à peu, Keitaro devint un être surprotecteur envers sa fille et sa femme. Moi en l’occurrence. Cela ne me dérangeait guère, mais cela remua tout autant mon esprit. Aussi impassibles que pouvaient être mes traits, le fond de mon esprit était d’autant plus détraqué par mes questionnements incessants.

- Maaah… Je viens de lire que certains parents donnaient déjà de la viande à leur bébé de sept mois, Ai-Chan aime les fruits et les légumes, crois-tu que nous pourrions faire d’elle une végétarienne ? ~

Quelle… idée. Levant un sourcil tout en voulant que mon visage montre mon non-sens à ses propos, je ne sus que malheureusement afficher un petit sourire paisible alors que je ne l’étais pas du tout. Devrais-je y mettre des mots si mon visage ne suffisait pas ? C’est ce que je fis sans plus tarder, argumentant les propos bêtes de mon Kei.

- Quelle idée. Nous devrions tester de lui faire goûter ce que nous mangeons.

Me tournant vers notre fille, je la sortis de son landau pour la prendre dans mes bras. Que me disait donc ce regard rempli de… rien du tout ? Cette enfant était aussi énigmatique que sa mère. Soupirant devant cette fatalité, je me retournais vers les rayons avant que Ai-Chan, n’impose ses choix en attrapant un article à la volée.

- La chérie à son papa veut du lait au chocolat ? Nous allons prendre cela, dans ce cas ~

Et la chérie à son papa a droit à tout ce qu’elle désire ? Malheureusement. Il ne suffisait que Ai regarde dans une direction ou ne touche un objet tierce pour que son père ne l’achète directement. Cet homme… était fou de son bébé, devais-je m’en plaindre ? Nullement, mais je n’avais guère envie que ma fille devienne une enfant pourrie gâtée croyant que tout lui était dû. Dans mon enfance… N’en parlons guère ~

- Ai-Chan veut venir dans les bras de son papa ? ~

« Non ~ » Fut ma parole avant de faire dos à Kei avant qu’il ne se saisisse de mon bébé. Souriant allègrement à mon trésor, je demandais au père de la famille de s’occuper des restes des courses pendant que nous… Nous allions loin de ce magasin risquant d’être dévalisé sous peu si Ai-Chan touchait à chaque aliment.

- Mon bébé veut aller se promener dans les couloirs d’Undai ? ~

Bébé ne répondit guère, ne bougeait guère ~ Savez-vous que les trois quarts du temps, j’ai l’impression de porter un poids mort plus qu’un bambin ? ~ Interprétant son silence comme un accord quant à mes vouloirs, c’est donc vers le bâtiment principal que je me dirigeais, ma fille dans les bras. Évitant les jeunes enfants qui n’arrivaient à discerner ma présence, c’est d’un pas détendu que je m’avançais à travers les couloirs ~

- Mmmm tsuri…

Un arbre ? Suivant le regard de ma fille quand elle décida enfin de montrer un signe de vie, ce n’est guère sur ce qu’elle décrit que je tombais nez à nez, mais plutôt… un oiseau. Fronçant légèrement les sourcils, du moins, essayant de le faire, je secouais ma tête négativement de gauche à droit pour lui dire que non, ce n’était guère cela mais un oiseau. « Tori, et non Tsuri, Ai-Chan ~ ».

Et ce fut pendant ce temps d’inattention qu’un élève en profita pour se heurter à ma personne. Réagissant instinctivement en posant un bouclier devant ma personne afin que ma fille n’aie des dommages suite à ce heurte, je baissais le regard vers l’enfant se trouvant au sol. Hum, pauvre petite ~

Tendant une main en laissant ma présence réapparaître aux yeux de tout le monde, je m’excusais auprès de l’étudiante que j’eus malencontreusement blessée ;

- J’espère que tu n’as rien de cassé, sais-tu te relever ? ~

« Mm otokonoko… » Non, ce n’était pas un garçon mon bébé, mais une fille ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelys Cyr

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 25/08/2014

MessageSujet: Re: Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~    Mar 11 Nov - 20:25

« Cher journal,

Maintenant, c'est sûr. Je suis une merde. Inutile à ce monde. Je le sais. Je ne voulais pas que ce soit le cas. Mais... Je dois me rendre à l'évidence. Je ne sais rien faire, je ne suis rien. Juste. Un déchet de la société.
 »

Un mois passa depuis mon dernier échec. Dans l'Arène. Où je m'étais effondrée en essayant de protéger Kaori. La protéger ? Des conneries. Débile. J'étais stupide de croire que j'avais la force d'assumer une amitié. Surtout avec cette pimbêche blonde. Elle n'avait pas besoin de moi. Et si elle restait encore avec moi, c'était par pitié. Je le savais. Alors, je ne prêtais pas attention à ce qu'elle disait. Faux. Oui, faux. Mais. Mais je détestais la pensée que j'avais besoin d'elle, je détestais aimer me raccrocher à sa personne. Je n'avais besoin de personne. Je ne voulais de personne. Alors pourquoi, le jour d'après, quand j'étais inquiète pour elle, je fus soulagée de la voir de nouveau sur le pas de la chambre m'étant attribuée ? Faible. Je l'ai toujours été. Et si... Et si je continuais à penser comme ça ? Alors, je sauterai. Je le veux toujours. Partir. De cette façon. Celle que Kaori m'a défendu d'utiliser. Pourquoi je l'écoutais ? La seule réponse qui s'imposait à moi, c'était parce qu'elle était mon amie. Conneries. Encore et toujours. Je me raccrochais vainement à ce seul mot. Amie.

- ... Je pars pour le week-end ! Mais je reviendrai...

Des mots. Des paroles. Un flot duquel je n'ai relevé que ça. CA. C'était tout ce qui importait. Elle partait. Je serai seule. Loin d'elle. Loin de mon amie. Je savais que je ne pouvais... Croire qu'elle serait toujours là pour moi. Elle me l'a dit. Mais ce n'étaient que des mots. Des phrases pour que je me conforme à ses vouloirs. Pour que je croie en son amitié. Bullshit. Et si... C'était sa façon de m'écarter ? Alors, alors je détestais ça. Alors, je me renfermais sur moi-même. Rien. Il n'y avait rien à espérer. Elle partirait. Elle m'oublierait. C'est tout. C'est la réalité. La seule vérité de ce monde pourri. L'espoir. J'étais conne de penser qu'il ferait tout. J'étais stupide d'y avoir prêté crédit. Alors, je refermais la porte, me coupant de son visage souriant. Pour qu'elle ne voie pas le mien, sombre. Elle n'avait pas à s'en vouloir. Non. Non... C'était moi, le problème.

Seule. J'étais à nouveau seule. La solitude, j'aimais ça. Et je détestais penser le contraire. Alors, j'ai décidé de faire comme d'habitude. Mais c'était quoi l'habitude ? Je ne savais pas. Je ne voulais pas retourner devant la fenêtre, parce que c'était mal. Je m'en voudrai de faire ça à Kaori. Bullshit. Elle n'en avait rien à foutre. Alors pourquoi, j'hésitais ? J'en ai marre de me poser des questions.

Alors, pour ne pas sauter, et décevoir celle qui n'avait plus rien à faire de moi, je suis sortie. De la chambre m'étant attribuée. Pas par envie. Je détestais marcher parmi les autres, comme ci j'étais l'une d'eux. Je ne l'étais pas. J'étais moins bien qu'eux. Mais j'avais des choses à rendre. Des cours. A rattraper. Et si je ne rendais pas le dossier que j'ai fait la veille, Yume Kuroi me ferait chier. Je ne comprenais pas pourquoi elle s'acharnait sur moi. Je n'en valais pas la peine. Je voulais juste qu'on me foute la paix. Mais ça aussi, je ne pouvais l'avoir.

Alors, je marchais. Vite. Discrètement. Je ne voulais pas que quelqu'un me parle. M'aborde. Je ne voulais pas d'une autre amie qui me laissera tomber. Et si... Si je trouvais quelqu'un d'autre ? Alors... Non. Non. N'importe quoi. Peu importe. J'avance. Dans les bâtiments principaux. A la recherche du prof. Quel prof ? Des maths. Où le trouver ? Je ne savais pas. On ne m'a pas renseigné. Mais Kaori m'a dit un jour, si je cherche un prof, il est souvent dans la salle de profs. Encore maintenant, je retenais ce qu'elle me balançait. Alors, alors, je me dirigeais dans cette direction. Espérant. Connerie. Voulant en finir au plus vite. Jusqu'à... Ce que je tombe. Douleur ? J'ai connu pire.

- J’espère que tu n’as rien de cassé, sais-tu te relever ? ~ 

Je relevais le regard. Une femme. Avec un enfant. C'est tout ce que j'ai remarqué. Et je m'étonnais. Rare soit-il. Je ne l'ai pas vu. Normalement, je l'aurais aperçu. Mais là, rien. Je pensais trop à Kaori, et je ne faisais plus attention au reste. Bullshit. Peu importe. On s'en fout après tout. Je n'avais pas le temps. Je crois. Alors, je me levais.

- Mm otokonoko… 

L'enfant. Il était... Elle. Une fille. La femme était-elle sa mère ? Que faisait-elle à Undai ? Ce n'était pas un lieu pour un enfant. Serait-ce une mère irresponsable ? J'étais mal placée pour juger. J'étais sûre que le bambin aurait une meilleure enfance que moi. Parce qu'elle avait l'air gentille. La femme, je veux dire. Et si... Je la regardais trop. Longtemps. Assez pour le réaliser. Alors, je parlais, puis, voulais partir.

- Non. Ça va.

Je voulais passer à coté de cette femme. Encore perturbée de ne l'avoir pas remarqué. Je me maudissais de mon inattention. Encore des problèmes pour rien. Ma vie était un merdier. Je l'ai compris quand l'enfant attrapa mes cheveux. Je voulais partir. Mais, je m'arrêtais. Et si... je criais pour qu'elle me lâche? Et si... la femme le prenait mal ? Elle avait l'air forte, c'est tout ce que je savais. Je détestais ne pas savoir quoi faire. Alors, je fixais l'enfant, et la femme. Et parlais.

- Lâche-moi.

Regard menaçant, l'air blasé. Mais rien à y faire. Ça ne fonctionnait pas. Et si, j'arrachais mes cheveux de sa poigne fragile ? Et si elle aurait mal à cause de mon geste brusque ? Alors... Alors je serai mal barrée. J'aurai encore plus de problèmes. Non. Non. C'était horrible. Alors, je rivais mon regard dans celui noir, de la femme. Une prof ? Je ne savais pas. Je ne voulais pas savoir. Je voulais juste partir.

- Qu'elle me lâche.

Tendue. Énervée ? Juste dérangée. Je n'avais pas le temps d'attendre qu'elle me réponde. Alors, j'enchaînais, vite fait. Pour lui expliquer que j'avais autre chose à faire que supporter sa présence. Quelle présence ? Celle de la femme. Ou de l'enfant. Les deux. Non, celui de l'enfant, davantage. Bizarre.

- J'ai pas le temps. Je dois aller à la salle des profs. Alors...

Tirer sur sa main ? Je n'osais pas. Conneries.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miri Okugi

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Sans doute derrière toi ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Jingoku No Hikari
★ Age : Unknown
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~    Mar 11 Nov - 21:37

Hum ~ Ma petite chérie n’était guère douée avec le vocabulaire, serait-ce une lacune qu’elle eut de son père ? Je n’en doutais même pas un instant. Et dire que cet homme avait vécu un siècle durant, devant un enfant, son vocabulaire s’était fort dégradé. Oui, j’étais désespérée de ce constat, mais là n’était le sujet de mes questionnements. Devant moi se trouvait une jeune étudiante, une seconde en vue de son cristal et du peu de matérialisation émanant de son corps. L’avais-je blessée en voulant protéger ma fille d’un choc ? L’avait-on gênée en la prenant pour un garçon ? Que devions-nous faire ? Ai-Chan n’avait l’air de s’en préoccuper… serait-ce à cause de son jeune âge ? Certes. Mais les excuses étaient de vigueur et en tant que bonne mère, je devais inculquer cela à ma fille… Mais comprendra-t-elle la raison pour laquelle je la sermonnerai ? Comprendrait-elle seulement le sens de mes paroles ? Un enfant était compliqué… et fatiguant.

- Non. Ça va.

Elle allait donc bien. Tant mieux. Du moins, c’est ce que j’aurais voulu faire naître sur mes traits, mais comme à mon habitude, seul un fin sourire impénétrable se faisait voir. Soupirant –intérieurement-, je comptais m’excuser une fois de plus, mais la demoiselle s’en alla… Avant de se faire rattraper par une main fragile sous un « hm court… garçon ! » Non ma chérie, ce n’est guère parce que ses cheveux sont courts, qu’elle est automatiquement un garçon. Regarde toi voyons ~ Tu n’as que trois mèches sur la tête, te prenais-je pour un vieillard pour autant ? ~ A se demander si ma fille réfléchissait, ou ne serait-ce que, pensait.

- Lâche-moi.

« Lâche la ~ » Il était naturel que je n’allais laisser une inconnue se faire maltraiter ainsi, mais mes paroles n’avaient aucuns poids quant aux vouloirs de la dernière Eimin. Hum ~ Quel petit démon, comment punissait-on un enfant de son âge ?

- Qu'elle me lâche.

Un instant, je réfléchis. Même si cela ne se voit pas, qu’elle me donne un peu de temps. Devrais-je lui taper sur la main ? Cela serait trop brutal, Kei m’en voudra à vie pour avoir levé la main sur si petit. Hum… Crierais-je ? Elle pleurera inutilement.

- J'ai pas le temps. Je dois aller à la salle des profs. Alors...

L’étudiante non plus, n’avait l’air de vouloir blesser ma fille. Bien, en tant que mère, je devais imposer mon autorité, et c’est donc avec des traits sévères que je fixais Ai-Chan. Sévère ? Si cela était possible, mais c’est ce que je tentais de faire avant de demander une fois de plus à Ai d’abandonner la petite seconde.

- Hm… Pas gentil.

Pas gentil ? Qu’est-ce qui n’était pas gentil ? Alors que mon trésor s’agitait dans mes bras –sans doute pour rejoindre le sol-, je la décalais légèrement de ma personne, ce qui la fit lâcher prise avant de se trouver sur ses jambes et… s’accrocher à celle de… Quel était son nom ? Quel était son âge ? Cela faisait-il longtemps qu’elle se trouvait entre ces murs ? Calmons-nous.

- Hum ~ Ma fille a l’air de t’apprécier grandement ~ Je m’excuse pour cela, mais une fois que Ai-Chan s’attache à quelque chose, elle n’en démord plus ~

Riant légèrement, je m’accroupis pour tendre les bras vers ma petite brune, et lui demander d’un ton aimant et maternel « Viens ici, tu déranges… La jeune fille ~ » Aussi rare soit-il, elle m’écouta, et ce au point de venir dans mes bras pour mieux me dire, « Terre. » Parterre donc ? Bien ~

- Hum ~ Tu as annoncé précédemment que tu devais te rendre dans la salle des professeurs, puis-je peut être t’aider ? ~ Après tout, je t’ai sans doute faite perdre un temps précieux ~

N’est-ce pas ? La pauvre, étais-je une nuisance pour sa journée ? Bien, je lui offrirai un chocolat chaud, pour me faire pardonner ~

- J’en oublie les bonnes manières avec tant de tumultes, Miri Okugi et voici, Ai-Chan ~

Mieux ~ Ai-Chan va-t-elle dire bonjour ? Mieux que cela, la petite se pencha, ce qui m’arracha un plus grand sourire, invisible soit-il ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aelys Cyr

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 25/08/2014

MessageSujet: Re: Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~    Lun 17 Nov - 14:56

Je voulais partir. Loin. Je n'aimais pas la compagnie des autres. Surtout des gens que je ne connaissais pas. Qu'ils soient des enfants ou des adultes, c'était la même chose. Qu'ils soient des personnes internes à Undai ou non, je ne voulais pas les côtoyer. Alors, me retrouver avec cette femme étrange et son enfant, me mettait mal à l'aise. Et si... Je me libérais de son emprise violemment et m'enfuyais ? Conneries. Alors, alors, je perdais mon temps ici. En colère ? Exaspérée serait le mot juste. Que pouvais-je faire ? Pas ce que je voulais en tout cas. Et si... je criais ? Non. Je ne voulais pas attirer l'attention, j'avais assez de problème comme ça, sans devoir en ajouter d'autres. Mais si je restais là sous l'inactivité de la femme aux yeux noirs, alors... Je serai en retard pour la remise. Et si je suis en retard, j'aurai d'autres problèmes. Avec Yume Kuroi. Il en était hors de question. Alors...

- Hm… Pas gentil.

Pas gentil ? Je ne savais pas ce qu'elle voulait dire par là. Je m'en fichais aussi. Je voulais juste qu'on me foute la paix. Partir. Retourner dans la chambre. M'enfermer. Me suicider. Si facile. Oui, mais même ça, je n'arrivais à mener à bien. Conneries. J'en ai marre. Alors, je peux fuir. Maintenant qu'elle m'a lâchée. Oui. Non. Stoppant net quand je sentis un poids sur ma jambe, je baissais les yeux. Et l'aie vue. L'enfant. Attaché à ma jambe. C'était... Pire qu'avant. Et si je marchais avec ? Alors, ce serait stupide. Assez pour que je ne le fasse pas.

- Hum ~ Ma fille a l’air de t’apprécier grandement ~ Je m’excuse pour cela, mais une fois que Ai-Chan s’attache à quelque chose, elle n’en démord plus ~ 

A l'opposée de la femme, je n'étais pas amusée. Pas du tout même. C'était énervant. Pourquoi le monde ne peut pas me laisser circuler tranquillement ? Parce que ce serait trop simple. Bullshit. Alors, je détournais le regard, grimaçant. Je ne voulais pas lui parler. Elle n'avait pas à en faire de même non plus. Autant économiser sa salive. Et mon temps. C'est tout. Parce que... Je ne voulais pas que les gens s'attachent à moi. Je n'en valais pas la peine. Quant à Kaori... Elle m'a supporté suffisamment. C'est pour ça qu'elle s'est enfuie loin. Pour ne devoir plus passer du temps en ma compagnie. Sans pour autant me blesser en me disant clash qu'elle ne voulait plus être mon amie. Possible. Probable. C'est sans doute ça. Je... Tant mieux pour elle. Voilà. Fais chier.

- Hum ~ Tu as annoncé précédemment que tu devais te rendre dans la salle des professeurs, puis-je peut être t’aider ? ~ Après tout, je t’ai sans doute faite perdre un temps précieux ~

Le poids. A disparu. Mais la femme me parlait encore. Pourquoi ? Pour s'excuser ? Pas besoin. Alors, pour lui prouver que je ne lui en voulais pas, ni à son enfant, j'ai fait non de la tête. Incompréhensible ? Je m'en fous. « J’en oublie les bonnes manières avec tant de tumultes, Miri Okugi et voici, Ai-Chan ~ » Partir. Mais rester polie quand même. Kaori m'a dit qu'au Japon, c'était important. La politesse. Alors, je me penchais et me présentais. Plus vite je le fais, plus vite on me foutra la paix.

- Aelys.

Et maintenant... Maintenant... Miri Okugi. Okugi... Non. Impossible. Pourtant. Il n'y avait pas de doute possible. Alors, je fixais la femme, la détaillant et... réalisais. C'était elle. La femme dont Kaori me parlait tant. Le fameux Alien, l'être presque aussi puissant que la directrice de cette maudite institution. Elle... Saurait me tuer en un clignement de cils. Étrange. J'en étais effrayée. Autant qu'attirée. Et si... Je lui manquais de respect ? Me tuerait-elle ? Kaori a dit... Kaori dit beaucoup de choses. Il faut que j'arrête de penser à elle. Parce que elle... Elle m'a abandonné. On s'en fou. J'ai pire que ça à gérer. Non. Oui. Ça m'énerve.

- Je...

Je dois lui répondre. Bizarrement, je sentais que je le devais. Pourquoi ? Je sais pas, je ne veux pas savoir. Juste... fuir. Mal ? Je me sentais mal. Pas physiquement, mais mentalement. Les deux en fait. « Pas grave pour votre fille. Je dois y aller... Le prof de math, Tsuchimiya-Sensei... Je connais le chemin. » Fais. Partir. Je partis. Courir. Je me suis mise à courir. Et arrivais à ma destination en moins de trente secondes. Ah ? Je pouvais encore voir l'enfant à l'autre bout du couloir. Seul ? Pourquoi sa mère l'a laissée seule ? Non. Kaori m'a dit que la femme était invisible même en étant là. C'est pour ça que je ne l'ai pas remarquée précédemment. Alors... Pas y réfléchir. Pas regarder là-bas. Toquer. Et je tapais sur la porte. Puis l'ouvris. Et entrais.

-Je dois donner ça à Tsuchimiya-Sensei.

Je dois oui. Mais il n'est pas là. C'est ce qu'un autre prof m'a dit avant de m'éjecter dehors. Furieuse,  je me relevais et... n'insistais pas. Si les gens ne voulaient pas me voir, je n'allais pas les obliger. Et le devoir ? Ça sert à rien. Je le savais. Tous les efforts que je faisais, ne servaient à rien. Conneries. Alors, en colère, je chiffonnais les feuilles, cherchant une poubelle pour les y jeter. Conneries. Tout ça... ! Je m'en fous. Je m'en fiche complètement. Je vais partir. Retourner dans ma chambre. Et ne plus en sortir. Plus jamais.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Devrais-je m'excuser d'être invisible ? ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La main invisible
» Décider à s''excuser (pv maxime)
» [PV] Cherche quelqu'un pour s'excuser [PV]
» Je ne devrais pas être là.../LIBRE/
» CELLULE INVISIBLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Couloirs-