AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Ven 24 Oct - 18:14


… LOL. Voilà sur quoi je voulais commencer cet écrit lorsque j’appris -hier- que j’allais passer le week-end auprès de la famille de Kaïla ! Non mais attendez, vous avez compris ? Une Eimin chez les Kurayami ? Haha ! J’avais hâte, tellement hâte que lorsque ma Kiwi d’amour me prévint de ce fait, c’est chez ma mère que j’avais accouru ~  

Poussant les portes de son bureau, je n’avais daigné toquer avant de hurler à son encontre « Je vais me faire du Kurayami ce week-end ! » Pourquoi tant d’excitation ? Parce que j’avais toujours voulu connaître, cette fameuse femme qui terrifiait sa fille ~ De qui parlais-je ? De la mère de ma Kiwi bien sûr ! Ce n’était guère difficile de la choper entrain de se faire crier dessus, ce qui l’était plus, c’était d’engager une quelconque conversation avec elle… Après ce genre de situation. Je m’étais même mise à imager la tête de la maman de Kaïla, allant jusqu’à la voir avec des cornes, ou un chapeau de sorcière cachant une peau vieille et grossière ~ En faisais-je trop ? YES MAIS JE TE F*** !

- Maaah ~ J’espère que tu t’amuseras dans ce cas, tu risques de me manquer mon cœur ~

Vraiment ? Je n’en doutais même pas un instant. Faisant une moue désolée, je levais les bras en me dirigeant vers la directrice, lui offrant ainsi la certitude d’un câlin que j’accompagnais de mots gentils et aimant « Mais non, tu auras à faire de toute manière, et Lundi je serai de retour ! Ca va aller hein ? Travailles un peu plus, et tu verras, le temps passera plus vite ! » Ouais, j’aurais pu trouver mieux, mais en même temps, j’avais rien d’autre en tête ~

- Kaori-Chan essayerait-elle de me tuer à la tâche ? ~

« Si il était possible de te tuer d’une manière aussi simple, depuis longtemps je l’aurais fait ! » Haha ~ Mon sadisme vient de sa personne, ne m’en voulez pas ~ Arquant un sourire moqueur, je pris place sur ses genoux à califourchon, mon visage se posant contre le sien avant que je dépose un chaste baiser sur ses lèvres. « Tu m’appelleras n’est-ce pas ? » Elle me le promit, voilà ce que je voulus entendre.

En gros, voilà ce qu’il s’est passé, concernant aujourd’hui… C’était bien plus difficile. Fin de la semaine, Kaïla avait demandé à ce que je finisse ma journée de cours avant de partir avec elle. C’est donc ainsi, qu’à sept heures tapante, je me retrouvais dans ma douche, à moitié endormie en train de suffoquer sous la tonne d’eau qui rentrait dans ma bouche. Oui, je dors la bouche ouverte, et alors ?!

Après mon comatage suprême, je sortis pour me sécher, m’habiller et retomber sur mon lit. Tellement que j’y suis restée… Une bonne partie de la journée jusqu’à ce qu’on vienne me secouer un coup. Et qui est venue à ma rescousse ? Une fille qui dit toujours « non » et un gars qui passe sa vie à sourire comme un autiste ~ Mes super potes quoi.

C’est à la pause de midi que je commençais donc ma journée. La tête toujours dans le cul, je me laissais nourrir par Shuu -chose que je lui ai demandé de faire étant donné que je trouvais la fourchette trop lourde-. Après la pause, vinrent des heures interminables de cours pour bien m’enfoncer dans ma fuite. Dans le sens, je ne savais toujours pas si je comptais voir Akiha ou non, mais même ce choix ne me fut accordé puisque le vendredi, je me retrouvais avec elle… en cours.

Cours que je tentais de passer normalement, du moins je me suis faite discrète, je ne faisais que prendre note, sourire et… dévier le regard. Ouais, en mode pas du tout crédible, je n’étais pas douée.

C’est donc une fois le cours terminé… Que je me suis lancée dans ses bras. Dans le sens, je l’ai enlacé tout en la prévenant que je ne serais là ce week-end et qu’elle avait qu’à… Bien le passer ? Un truc dans le genre. Un dernier bisou –sur la joue- et je me sauvais vers mon prochain cours.

En réalité, je n’ai pas vraiment été en classe non plus, j’ai préféré retourner dans ma chambre pour faire ma valise. C’était l’excuse même si mon bagage était déjà parfaitement plié et qu’il n’attendait plus qu’à ce que je le saisisse.
Le cœur battant, j’attendais.

Bien trop pour que je ne me trouve une occupation et que je parte en courant de ma chambre lorsque je remarquais l’heure avancée. Sac à la main, uniforme sur le corps, c’est vers le parking que je me dirigeais avant… de m’arrêter pour mieux me regarder et me maudire. Non mais attends ! Tellement con que j’ai pas songé à me changer ! Râlant ouvertement, j’hésitais à faire demi-tour… Impossible. Je n’avais plus le temps non plus.

Voyant Kaïla au loin, j’accourus dans sa direction pour mieux lui foncer dedans et la plaquer contre le sol de mon poids.

- C’est bon si je reste en uniforme ? Ta mère elle va pas dire que je suis une serpillière qui ne sait pas s’habiller hein ? Parce qu’elle a l’air vachement terrifiante et j’ai pas envie de passer trois jours de terreur tout simplement parce que je me suis présentée, mal habillée ! Ca va aller ? Oï, je te parle Kiwi !

« C’est bon, tu peux rester comme ça ~ » Faisant ma tête de con lorsqu’une chose m’attrapa par le col pour me dégager de Kaïla, je ne pris la peine de me débattre lorsque je reconnus la voix de Yume-Chan. Sérieusement, je peux rester comme ça ? Mais…

- Et toi alors ?! T’es super belle !

Parce que ouais, il était rare de voir Yume en robe ! Et Kaïla ? Même elle… Semblait plus fraîche que d’habitude. Les yeux écarquillés, je me sentais mal… Dieu.

- Allons y, sinon on risque d’arriver trop en retard et je ne crois pas que Suzumi-Sama nous pardonnera cela… Haha… Hum.

C’est moi, ou tout le monde à l’air tendu ?

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Ven 24 Oct - 19:24

Bordel. Bordeeeel ! Franchement quoi. Je n'avais plus du temps à consacrer à mes propres loisirs avec la vie de fou que je menais depuis quelques mois. Ouais, depuis le temps que j'ai accepté de bosser pour Ayame. Désolée, Eimin-Sama pour les clients. Soit... Peu importe comment je l'appelais dans certaines circonstances, le truc c'était que... bah que je menais un train de vie d'enfer entre les réunions, la paperasse et les cours. Sans oublier Yume que j'essayais de ne pas délaisser. Bah ouais, c'est ma copine, il était normal que je la couve de mon amour. Bon, de mes coups de poings aussi, mais ça c’était une autre histoire.

Non, ce n'est pas pour me plaindre que je vous conte mes journées. Au contraire, comparé à aujourd'hui, le reste est un fleuve paisible. Vous voulez vraiment savoir pourquoi je suis blanche comme un linge à cet instant précis, devant une fichue blonde insupportable ? Premièrement parce que sa présence m'horripile et après, parce qu'elle me raconte n'importe quoi. Ouais, genre la meuf veut que je prenne Kaori pour le week-end à Kobe chez mes parents. Une marrante hein ? Trop. Sauf que non, je ne riais pas, poussée par ses paroles de vipère -comme l'aurait si bien dit ma fille il y a de cela une année. Et leur contenue ? Haha... ha. Hum. « J'aimerai que tu fasses visiter ta demeure à ma fille, ce week-end à Kobe ~ Cela lui ferait plaisir ~ » Ma première réponse ? « Non. » catégorique quoi. Il était hors de question que je m'approche de cette ville plus que je n'en ai l'obligation, et encore moins pour que ma mère rencontre Kaori. Oui, je m'en faisais pour ma soi-disant fille hein ! Mais quand sa stupide mère poursuivit, je dus me résoudre -par fierté- d'accepter sous un « Mais ça va pas la tête ?! J'ai pas besoin de ton fric pouilleux pour m'occuper de ma... de Kaori ! » Et après tant de colère, je lui claquais la porte d'une classe au nez avant de partir, furax. Pauvre conne quoi. Mais bon... Maintenant que j'ai perdu mon sang-froid, je devais assumer.

En commençant par prévenir Yume, tête de chien battu au premier plan. Bah après, j'avais toute la semaine de libre pour le faire, étant donné que Ayame a pété un câble pour x et x raisons que je ne voulais même pas savoir. Ceci fait, il fallait encore que j'appelle mes parents -espérant tomber sur mon paternel- pour leur demander l'accord de venir en compagnie de Yume ainsi que d'une personne qu'ils ne connaissaient pas encore. Ouais, paraît que les rapports entre les grandes familles n'étaient des meilleurs, mais peut-être que les Kurayami et les Eimin ne se battent pas au plan financier. Du moins, de ce que j'ai pu déjà consulter dans les papiers d'Ayame, il n'y avait pas trop de liens entre les affaires de ces deux familles. Et tant mieux, ma mère valait bien ma patronne au niveau de guerre budgétaire. Hum, peu importe ouais.

« Demeure Kurayami... » Autant couper court avant que les sons froids ne me cassent davantage les oreilles « C'est Kaïla... Kurayami. Heu... Papa est là ? » Le silence à l'autre bout du fil ne dura plus d'une seconde avant que la voix ne réponde, détachée « Je l'appelle tout de suite, Kurayami-Ojou-Sama. » C'était quoi cela ? Un nouveau majordome qui en faisait trop ? Peu importe, tant que j'ai mon père à l'autre bout du fil. Sauf que mes espérances tombèrent à l'eau, et avant même que mon cher paternel ne puisse songer à répondre, c'est ma mère qui s'empara de l'appareil. Oui, je pouvais aisément imaginer la scène de l'autre coté du pays. Et ouais, j'éviterai de soupirer sous ses questionnements.

Après une heure de discussions, nous avions terminé par nous mettre d'accord sur ma venue, accompagnée de Yume -ma fiancée aux yeux de la société des hautes sphères de Kobe- ainsi que de l'héritière Eimin -comme le disait si bien ma génitrice. Eh... Il ne restait qu'à en parler à la première concernée, concrètement appelée Kaori Eimin. Chose facile en soit, il a suffit que je la chope au détour d'un couloir, que je lui dise simplement qu'elle a intérêt à faire ses valises, parce que nous partons à Kobe, et voilà. C'était fait. La galère quoi...

Surtout le jour J. Moment où j'ai mis l'appartement sans dessus-dessous, pleurant sur mon sort, ne sachant comment m'habiller. Et ce, jusqu'à ce que j'arrive à trouver une chemise potable -que je m'empressais à repasser tant bien que mal, je n’étais pas douée à cela- et un pantalon que je qualifiais de stretch. Après, il ne restait qu'à habiller Yume. Mais sur le coup, elle s'est démerdée toute seule. Et ce, assez bien pour que je la complimente sur sa tenue féminine avant de... quelque chose ~ Vous n'avez pas besoin de savoir hein. Soit.

C'est quelques heures plus tard que nous nous retrouvions sur le parking de Undai, attendant patiemment que Kaori finisse ses cours. « Sérieux... Franchement, il faut espérer que le week-end se passe bien. Au pire, on rentrera plus tôt. Hum. Elle t'aime bien hein... Donc pas de souci. » Ouais, autant essayer de se persuader. Parce que faut le dire, j'étais sa fille unique chérie et aimée, mais c'est pas pour autant que Suzumi était « gentille » avec moi. Depuis quand j'ai instauré cette peur en mon sein à son égard ? Depuis toujours je crois. C'est un monstre. Même Yume s'en méfiait. Bon, je passerai l'heure du trajet à mettre en garde Kaori. Haha. Joie. En parlant du loup...

- C’est bon si je reste en uniforme ? Ta mère elle va pas dire que je suis une serpillière qui ne sait pas s’habiller hein ? Parce qu’elle a l’air vachement terrifiante et j’ai pas envie de passer trois jours de terreur tout simplement parce que je me suis présentée, mal habillée ! Ca va aller ? Oï, je te parle Kiwi !

Je vais la trucider. La massacrer, lui mettre un collier autour du cou, ou l'attacher à un arbre quelque part. Sérieusement, je crois qu'il faut que j'intensifie ses entraînements, elle déborde trop d'énergie. Et mes fringues, de poussière. Me relevant en grognant de mécontentement, je me dépoussiérais tan bien que mal, avant de fusiller la gamine du regard. Non mais sérieusement quoi ! Comment ça en uniforme ? Et comment ça ma mère est terrifiante ? Ouais bon, sur le deuxième point, je suis d'accord. Hum.

- Et toi alors ?! T’es super belle ! 

Qui ça, moi ? Non. Yume. J'avoue, elle l'était pour faire bonne impression. Mais je reviens sur cet uniforme... Elle aurait pu se changer non ? Bah après, un uniforme c'est class aussi. Non ? Pas vraiment vu les circonstances. Soupirant lourdement, j'attrapais la valise de Kaori -pesant une tonne- avant de la mettre dans le coffre sous les paroles de notre chère chaperonne. « Allons y, sinon on risque d’arriver trop en retard et je ne crois pas que Suzumi-Sama nous pardonnera cela… Haha… Hum. » Sans blague. Et c'est moi qui payerais le plus ce dit « affront ». Bon, Yume également, vu que maintenant elle faisait partie de la famille, plus ou moins. Soupirant lourdement, j'ouvris la valise de la bestiole avant d'en piocher quelques habits qui me semblaient plus... potables. Refermant le coffre après cela, je balançais les fringues à la gamine, avant de m'installer sur le siège passager à l'avant, attendant que Yume démarre.

- Mets ça au cas où. Et c'est bon, tant que tu ne lui sautes pas dessus comme tu viens de le faire à l'instant, tout devrait se passer bien. Haha... Quoi qu'il en soit, on va essayer de passer un week-end agréable quitte à la fuir.

Était-ce correct de parler ainsi de sa propre mère ? Non. Mais comme elle n'était pas là, je me le permettais. Souriant jaune, je m'installais confortablement en baissant un peu le siège avant de soupirer lourdement. Une heure de route hein. Une heure avant que je n'ai un balai dans le cul, essayant de garder bonne figure entre les murs d'un manoir que Yume n'appréciait pas des masses. Pourquoi ? Longue histoire.

- Dis bestiole... T'as passé une bonne journée ?

Comment meubler une conversation pendant une heure Hahaha. Ouais, parce que la gosse derrière nous, était un véritable moulin à parole.


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Ven 24 Oct - 20:14

Je stress. Non. Oui ? Mais carrément ouais ! Attendez quoi ! Je vais rencontrer le dragon ! La Kurayami, THE MEUF qui te fait faire pipi dessus ! Et le pire dans tout ça, c’est que j’étais plus qu’excitée de la voir. Parce que ouais, je fonctionnais à l’envers, tout ce que les gens veulent voir ne m’intéresse pas, mais ce qui les fait fuir, me tente. Terriblement, j’étais une mauvaise personne pour vouloir des mauvaises choses non ? Peut être, mais là n’était le sujet de la journée.

Et celui qui me concernait était plutôt le tas de vêtements qu’on venait de me lancer pour que je me change. Donc finalement, mon uniforme ce n’était pas ok ? Grimaçant en voyant ce que Kaïla m’eut tendu tout en hurlant « Mets ça au cas où. Et c'est bon, tant que tu ne lui sautes pas dessus comme tu viens de le faire à l'instant, tout devrait se passer bien. Haha... Quoi qu'il en soit, on va essayer de passer un week-end agréable quitte à la fuir. » Ouais… donc bah va pour la robe super belle super chère que je n’ai toujours pas mise une fois. Au moins, elle servira pour quelque chose non ? Arf. Vas y pour te déshabiller dans une voiture lorsqu’il y a Yume au volant, parce que ce n’était pas facile de se mouvoir quand ton corps se fait ballotter de gauche à droite par une meuf qui a matérialisé son permis !

- Dis bestiole... T'as passé une bonne journée ?

Je lui dis ? Ouais « J’ai passé ma journée à dormir, j’ai raté les trois quart de mes cours, mais j’ai été à celui de maman quand même. » Lâchant un bruit bizarre suite à l’effort de mettre ma robe, je continuais tant bien que mal à me vêtir -histoire de ne pas rester à poil dans la voiture de Yume. Une fois la chose faite… Je soupirais lourdement avant de m’attacher. Parce que oui, la sécurité c’est super important !

- Et vous ? Ca fait un moment que je te vois plus Yume, t’as décidé de quitter Undai ?

Haha ~ Autant demander à un SDF de choisir entre la rue ou une maison du genre de la demeure des Ketsuki. Voilà, on se comprend, et ce tellement, que je ne fus étonnée de l’entendre me dire ;

- J’y suis toujours, je reste juste dans l’Arène histoire de ne pas rater ton strip-tease lorsque tu y rentres ~

La laissant ouvertement se moquer de moi, je levais les yeux au ciel avant de m’intéresser à Kaïla. Parce que ouais, parler avec Yume vaut parler à un clown. Mais pas celui sympa qui te fait des ballons, non, celui que tu vois dans les films et qui essaye de te détruire psychologiquement par son physique de malade.

- Et toi ? Tu n’étais pas avec maman cette semaine non plus… D’ailleurs personne n’était avec elle en fait. Tu vois, lundi j’ai proposé à ce qu’on fasse un truc à trois à Akiha, et elle m’a dit non. Et puis j’ai demandé à maman, et elle a dit non également… Je crois qu’elles se sont disputées. Mais en même temps, je ne reste pas trop avec Akiha non plus… Parce que… Ouais. Et sinon, ca va tes classes ? Y a Shuu qui va bientôt passer en première à ce qu’on dit… C’est vrai ?

« Il a le potentiel pour. » Ouais mais quand même… Il est balèze à ce point là où c’est juste son titre de prince qui lui offre des privilèges ?

- T’as une photo de ta maman ?

Ouais, cette question elle était pour Kaïla hein… Parce que des photos d’Ayame, j’en avais assez comme ça pour que Yume ne rajoute sa collection !

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Ven 24 Oct - 20:55

Et hop. Il suffisait de poser une question à Kaori, et elle pouvait parler pendant des heures, à raconter sa vie jusqu'au plus petit, banal et inutile détail. Franchement, parfois c'était saoulant, mais la plupart du temps, on s'y faisait. Surtout là, dans la voiture, en route vers une destination d'enfer. Et ce, au sens propre du terme. Quoi qu'il en soit, il n'y avait pas mieux que Kaori pour me changer les idées. Je n'en savais rien quant aux ressentis de ma compagne -ouais copine- vis-à-vis de ce voyage improvisé, mais bon. Au final, elle devait se sentir un peu comme moi, à redouter cette rencontre. Pourquoi ? Parce que faire mauvaise impression à ma mère, était comme... Bah comme me foutre dans la merde, allant jusqu'à me priver d'une vie normale. Ouais, j'étais certaine que cette femme serait prête à m'enfermer dans ce maudit manoir pour le restant de mes jours. Elle l'a déjà fait, après tout. Soit, voilà des pensées qui me mettaient d'une humeur de chien. Soupirant lourdement, j'attendis que la bestiole se change -difficilement à l'entendre.

- J’ai passé ma journée à dormir, j’ai raté les trois quarts de mes cours, mais j’ai été à celui de maman quand même. 

Eh... Sale gosse insoucieux. Non mais franchement, elle devait apprendre à comprendre l'importance des cours dans la vie. Quelle saleté. J'allais la remettre sur le droit chemin, parce que là... Dormir au lieu d'aller étudier, n'importe quoi. Et ouais, je vous emmerde, que je sois bien ou mal placé pour le dire, ne dépend pas de ce que j'étais en étant jeune. Et non, je ne suis pas vieille. Du moins, pas autant que Yume. Soit, là, je m'éloigne du sujet principal.

- Et vous ? Ca fait un moment que je te vois plus Yume, t’as décidé de quitter Undai ? 

Yume quitter Undai ? Haha, la bonne blague. Un jour peut-être elle le ferait, mais certainement pas pour l'instant. Ouais... Quand j'ai essayé de la libérer de l'emprise qu'avait cet endroit sur elle, j'ai failli me faire massacrer plus d'une fois. Alors, au final, j'ai abandonné et accepté. Pour l'instant comme je l'ai dit. Parce qu'un jour, je quitterai Undai, et j'aimerai qu'elle le fasse aussi, avec moi. Cela se déroulera comme je l'espère ? Difficile à dire. Eh... Encore de mauvaises pensées. À croire qu'il serait préférable que ce môme se taise.

 - J’y suis toujours, je reste juste dans l’Arène histoire de ne pas rater ton strip-tease lorsque tu y rentres ~ 

Hein ? Que... ?! Quel strip-tease ?! De quoi elle parlait là ? Ahurie, je regardais Yume et Kaori tour à tour, aucune des deux ne relevant cette affirmation. Ne... me dites pas que Kaori s'amusait à faire ce genre de choses dans l'Arène ?! Non... Impossible. Pas ma fille... Non hein ? Pourquoi j'avais un fichu doute qui trottait dans ma tête. Parce que je connaissais le potentiel de ma bestiole à devenir aussi détraquée que ses mères. Hum... Je n'acceptais pas.

- Et toi ? Tu n’étais pas avec maman cette semaine non plus… D’ailleurs personne n’était avec elle en fait. Tu vois, lundi j’ai proposé à ce qu’on fasse un truc à trois à Akiha, et elle m’a dit non. Et puis j’ai demandé à maman, et elle a dit non également… Je crois qu’elles se sont disputées. Mais en même temps, je ne reste pas trop avec Akiha non plus… Parce que… Ouais. Et sinon, ca va tes classes ? Y a Shuu qui va bientôt passer en première à ce qu’on dit… C’est vrai ?

Moi ? Non... Et donc... Je vois. C'était donc à cause d'Akiha que Ayame a complètement disjoncté cette semaine. Je me demande la raison débile de leur dispute cette fois-ci. Genre quoi, Akiha voulait un autre gosse et Dead Master n'a pas accepté ? Ce serait amusant. Mais improbable également. Soupirant lourdement en me disant que cette fichue blondasse ne servait qu'à semer l'anarchie dans nos vies, je ne relevais pas la suite de ses dires. Shuu... Ce gosse était connu à travers tout Undai pour son caractère de petit prince. D'ailleurs, je ne saurais même pas qu'il était LE prince, si je n'étais tombée sur son dossier dans le bureau d'Ayame. Ouais travailler avec cette femme, était source de beaucoup de découvertes. Quoi qu'il en soit, ma Kaori va passer aussi en Première bientôt. Ou pas... Ou je ne sais pas. Il serait sympa que j'aille avec elle à l'Arène pour juger moi-même de son savoir-faire. D'ailleurs, en revenant sur le sujet de l'Arène et de ce fameux strip-tease... C'était quoi ?

- T’as une photo de ta maman ? 

Hein ? Me retournant sur mon siège pour avoir Kaori en visuel, je la fixais un instant comme si elle était complètement barge. Non mais, qu'est-ce que je foutrais avec une photo de ma mère ? Et pourquoi elle la voulait d'ailleurs ? Pour savoir à quoi elle ressemble peut-être. Ha... ha. Comme s'il était possible de confondre cette femme avec une servante, elle puait les Kurayami à distance. Enfin, les Arcane, mais on se comprend. Souriant jaune, je repris ma place convenablement avant de répondre, négligemment.

- Non, j'ai pas. Mais t'inquiète, tu ne la louperas pas quand tu la verras... Ha... ha.

Riant nerveusement, j'imaginais ladite femme habillée en servante. Imagination que je ne gardais longtemps en me disant que c'était totalement ridicule. Franchement... D'ailleurs, à qui ressemblais-je le plus ? A mon père, sauf mes yeux qui seraient ceux de ma mère si cette fichue blondasse n'aurait farfouillé dans mon corps. Soit... Le strip-tease. Ouais, je n'en démords pas.

- Et ouais, je sais qu'Ayame n'était pas d'humeur, c'est pour ça que j'ai pas bossé avec, je tiens à la vie. Par contre, explique moi tout de suite c'est quoi ce bordel de strip-tease, si tu tiens à la tienne !

« Tiens. » Tenir ? Levant un sourcil interrogateur quand Yume me tendit son portable, je le pris et suivis ses indications, allant dans ses photos. Et ce que j'y vis... J'en pâlis. C'est quoi ce... ça... Quoi ?! « Mate pas son corps, regarde sa tête » HEIN ?! Mais comment tu veux regarder sa tête si elle est à poil toi ?! C'est quoi ces conneries ! KAORI !

-KA-O-RI ! Mais ça ne va pas la tête ?! C'est quoi cette tenue de perverse ?!

Furieuse ? Bah attends ! Ma fille quoi ! À la vue de tous dans une tenue... sans tenue ! Et... « T'as pas pu me le dire plus tôt, Yume ?! » Bah ouais, j'aurais agi quoi ! Comment ? Aucune idée, je trouverai bien une solution, parce que là, c'était... trop. Non mais, comment vous voulez qu'elle s'entraîne avec un truc pareil sur elle ? Contrariée, je l'étais, et pas qu'un peu.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Ven 24 Oct - 21:35

« Non, j'ai pas. Mais t'inquiète, tu ne la louperas pas quand tu la verras... Ha... ha. » Genre quoi, elle a un chapeau où il est écrit dessus « C’est moi le chef ici » ? Haha ~ Ca serait quand même drôle, mais sinon, tant pis pour la photo. Et puis, c’est pas comme-ci je comptais me la jouer grosse débile non plus. J’avais un titre, et je savais ce que mon nom signifiait en compagnie des autres familles. D’ailleurs, si je venais à ternir mon nom en étant sobre –ne sait-on jamais-, je ne douterai pas un seul instant que ma tête volerait à cause d’une certaine faux. Maman me décapitant, voilà quelque chose sur quoi je ne fantasmerai pas… Mhmm.

- Et ouais, je sais qu'Ayame n'était pas d'humeur, c'est pour ça que j'ai pas bossé avec, je tiens à la vie. Par contre, explique moi tout de suite c'est quoi ce bordel de strip-tease, si tu tiens à la tienne !

Tellement pas qu’elle était trop terrifiante. Et à cause –grâce- a cela, j’ai passé ma semaine avec Aelys d’ailleurs. Chose qui ne m’a pas vraiment dérangée puisque je m’entendais de mieux en mieux avec sa personne. Faut se le dire, c’était pas tous les jours facile, mais une fois qu’on comprend comment elle fonctionne, cette fille c’est de l’or. En étais-je amoureuse ? Tu crois vraiment que je tombe amoureuse de n’importe qui ou quoi ?! Non mais sérieusement, j’étais trop jeune pour ça… Mentais-je ? Ouvertement, parce que ma jeunesse me poussait à désirer une certaine personne justement.

M’enfonçant dans le siège sous cette pensée, j’attrapais mon portable pour composer un message… J’envoie quelque chose à Akiha ? Mhmm… Je ne saurai même pas quoi lui dire ! Peut être un truc comme… « KA-O-RI ! Mais ça ne va pas la tête ?! C'est quoi cette tenue de perverse ?! » … Quoi ?

Sursautant sous le cri de Kaïla, je la regardais avec une tête de merlan frit sans comprendre ce qu’elle me voulait. Non mais de quoi tu parles kiwi pourri wesh ! Et bien… Elle parlait de ça. De cette chose qui se trouvait sur l’écran de Yume que je pouvais aisément imaginer rire dans son coin à cet instant précis avant qu’elle ne se fasse hurler dessus à son tour.

- T'as pas pu me le dire plus tôt, Yume ?!

« Tu ne m’as rien demandé ~ » Dans tes dents Merlan ! Voilà. Non ? Non parce que Kaïla n’avait l’air de se plaire à la réponse de sa copine et en tant que bonne personne, fallait que je calme les jeux en disant haut et fort ;

- Ca facilite les mouvements !

La conne ! Mais terrible quoi ! Riant jaune, je tentais de me rattraper sur un « C’est pas ma faute hein ! Tu crois que j’ai choisi de me faire mater par tout le monde ?! Et puis en plus j’étais devant toute ma classe ! Et même que Akiha m’a tranché un bras et après j’ai essayé de… Rien du tout ! T’arrêtes ça tout de suite Kiwi ! T’en parles pas, tu me regardes pas et… Merde ! ». Ouais… Je me suis un peu énervée là. Tellement que je finis par me rabattre dans mon siège, tourner la tête vers la vitre en montrant bien que je n’étais enclin à parler plus avec une personne qui se moque de moi.

- J’ai pas besoin que tu m’expliques que ma tenue est indécente, lâche moi. Et dépose moi ici, je rentre à Undai.

En pleurais-je ? Si j’étais de ce genre là, j'aurais fondu en larmes, mais là, je ne ressentais plus que de la haine.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 0:14

Non mais franchement quoi... Une robe de combat par son appellation, servait à se battre. Et non à… à s'exhiber ! A croire que Kaori n'a pas capté l'essentiel même du principe. Non mais imaginez un peu qu'on la coupe dans l'Arène ? Si elle avait une tenue plus solide, elle ne serait pas blessée, mais à, il n'y avait que sa peau pour faire barrage à toutes attaques provenant de son futur adversaire. Ouais bon, après, ce n'était pas le plus important, après tout on ne crève pas dans l'Arène. Le pire, c'était sans nul doute sa... ce... nudité ! Rien que repenser à l'image que j'eus vue, me mettait en rogne. Bordel... Malgré que j’aie essayé d'éduquer ce gosse parfaitement, elle n'a pas échappé aux enseignements tordus des deux autres folles. J'avais limite la haine là, sérieusement.

- Ca facilite les mouvements ! 

Et la bêtise de Kaori ne venait pas arranger les choses. Incrédule de l'entendre dire de telles inepties, je m'offusquais tout en effaçant ladite photo du portable de Yume. Sérieux... ! Il était de mon devoir de protéger cette gamine qui ne connaissait strictement rien du monde, et il était aussi dans mes obligations, de l'engueuler quand elle faisait n'importe quoi. Et je vous emmerde si vous dites qu'elle avait des mères pour endosser ce rôle. Parce que ouais, ses mères étaient complètement irresponsables pour la laisser se promener habillée de la sorte à Undai. Et genre quoi, quand elle saura matérialiser en dehors des murs de l'école, elle s'amusera à se promener à poil dans la rue peut-être ?! Ouais bon, j'allais trop loin, mais on se comprend, non ? Chaud. Trop.

- C’est pas ma faute hein ! Tu crois que j’ai choisi de me faire mater par tout le monde ?! Et puis en plus j’étais devant toute ma classe ! Et même que Akiha m’a tranché un bras et après j’ai essayé de… Rien du tout ! T’arrêtes ça tout de suite Kiwi ! T’en parles pas, tu me regardes pas et… Merde ! 

Bah c'est pas ma faute non plus hein ! Et qu'est-ce que Akiha avait avoir là dedans ? Bah sans doute que c'était elle qui a détraqué carrément la cervelle de moineau de ce qui me servait de fille de cœur. Furieuse, je me retournais sur moi-même pour lui faire face, bouchant ainsi l'étroit espace entre les deux sièges de devant. Et quoi ? Cela s'énerve maintenant ?! Non mais vous avez vu cela ?

- J’ai pas besoin que tu m’expliques que ma tenue est indécente, lâche moi. Et dépose moi ici, je rentre à Undai. 

Mais ouais, fais seulement ! Furieuse contre sa manière de nier ses torts, je m'emportais à mon tour, sautant par-dessus le siège pour me retrouver à coté de la tête blonde. Franchement bestiole, ne me cherche pas. « Ouais bah t'as qu'à matérialiser un truc par dessus, j'en sais rien moi ! C'est carrément indécent ouais! » Tellement que je chopais sa tête pour qu'elle me regarde au lieu de bouder dans son coin. Et tellement que c'est Yume qui mit fin à mes cris d'outrances sous une seule phrase bien sentie, allant parfaitement avec son caractère de glaçon.

- Lâche là Kaïla, tu sais aussi bien que moi qu’elle n’a pas choisi sa robe.

Ouais mais... Mais rien du tout au final. Finissant par soupirer lourdement, je me mis à râler également, me détournant vers la vitre pour « admirer » le paysage. Ouais, j'avais autre chose à penser que de décrire les couleurs des champs. Soit. Mais bon... Yume avait peut-être raison à la fin. Kaori n'a pas choisi... Du moins, personne ne choisit l'apparence qu'il aura dans l'Arène... Mais pourquoi ce qui reflète le fond de ma bestiole, se résumait à une sale nudiste perverse qui aime s'exhiber ? Était-elle ainsi ? Je ne l'ai pas éduqué pour cela... Où me serais-je ratée, à quel moment ? À quelle période ? Non... La question ne se posait même pas. Ayame et l'autre blondasse ont du la traumatiser dans sa jeunesse. Hum. Sérieusement, la Ketsuki était digne d'aller brûler sur un bûcher. Ouais.

- M'ouais. Peu importe, nous trouverons une solution à cela quand on rentrera à Undai.

Eh... Quitte à ennuyer la dirlo', je l'obligerai à m'aider pour trouver un moyen de changer la robe de combat de sa fille. Ou du moins, la modifier légèrement. Ou alors... D'ailleurs, comment Kaori faisait-elle pour s'entraîner dans ces conditions ?! Hum... J'ai exagéré... Ouais. Et c'est pour cela que je tendis mes bras vers la tête de blé avant de l'enfermer dans une étreinte... Heu... Bah en mode, si tu te débats, m'en fous, tu n'arriveras pas à t’échapper même si je dois t'étouffer. Ha... ha.

- Hum. Désolée, je me suis emportée... Hum.

C'est tout ? Faut le dire, je n'étais pas douée pour les excuses, et... et j'ai fait l'effort, donc vos gueules. « Nous arrivons. » Déjà ?! Me redressant -tout en lâchant Kaori par la même occasion- je pâlis instantanément, appréhendant la suite de cette soirée pourrie. Parce que faut le dire, même si j'avais l'habitude de me froisser avec la gamine à coté de moi, ce n'est pas pour autant que cela devant tomber juste à pique, aujourd'hui. Hum... Et non, je n'oublie pas le problème de sa robe de combat, je le mets juste de coté, en vue d'un autre gros souci qui... bah il va apparaître derrière ce fichu grillage, et cet horrible sentier qui nous mènera droit en enfer.

- Bon, bestiole, repartons de zéro... Hum. Enfin... Bienvenue chez les Kurayami, Eimin junior. Haha.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 0:43

Handicapée du cerveau ouais ! Non mais comme-ci ca me faisait plaisir de montrer mon postérieur à tout le monde ouais ! Là, j’avais grave la haine, et si j’étais en position de force, je lui ferais ravaler sa face de macaque en manque ! Parce que ouais, t’as vu comment elle me regarde ? Ouais, j’ai dit que je l’ignorais aussi, mais quand un singe te matte, tu peux pas faire semblant de pas le voir ! Et ouais fois trois, quand je suis vénère, je suis vulgaire ! Eimin-Sama, n’aime se faire juger par des insectes ~

« Ouais bah t'as qu'à matérialiser un truc par dessus, j'en sais rien moi ! C'est carrément indécent ouais! » Ouais et tu me prends pour Dead Master-Sama peut être ?! Non mais c’est simple à dire, et non à faire sale guenon ! Non sérieusement, je n’avais même pas envie de la regarder, c’est pour ça que je faisais de mon mieux pour qu’elle me lâche, quitte à lui éclater les côtes avec mon genou ! LÂCHE MOI !

Qu’importe mes supplices, elle était bien trop têtue cette femme préhistorique. Levant les yeux tout en retenant son corps par mes bras, c’est sous la parole de Yume qu’elle se calma enfin. Genre, YumYum a parlé et elle, elle est partie bouder dans son coin quoi. Sale gosse ouais. Pff, regardez moi les vieux de mon époque ! N’importe quoi.

- M'ouais. Peu importe, nous trouverons une solution à cela quand on rentrera à Undai.

Où son mes écouteurs pour que je ne finisse pas par vouloir lui arracher les cordes vocales ? Lançant un regard –en repérage vers Kurayami-, j’hésitais. A quoi ? A ses bras tendus, mais qu’importe mon hésitation, bien vite je me fis prendre par… elle appelle ça un câlin c’te brute ?! « Hum. Désolée, je me suis emportée... Hum. » Ouais mais non ! Excuse toi aussi d’essayer de me tuer ouais ! Non mais OH ! Je vais te SUICIDING moi !

Et plus je voulais sa mort, plus le paysage changeait. Arrêtant de me débattre dès que Yume-Chan annonça notre arrivée, c’est un portail monstrueux se figeant devant nous qui attira toute mon attention… Alala, c’est donc à cela, que ressemble la demeure des Kurayami ?

- Bon, bestiole, repartons de zéro... Hum. Enfin... Bienvenue chez les Kurayami, Eimin junior. Haha.

Et un doigt in your ass, tu le veux ? Grimaçant à l’encontre de Kaïla, je me détournais vite de ses conneries pour mieux… ouvrir la bouche en grand lorsque la maison apparut sous mon regard verdoyant. Non mais c’est pas une maison ça ! C’est un château ! Et encore, c’est un FORD !

- Je vous dépose devant, hors de question qu’un inconnu touche à ma voiture.

Pardon ? Ne prêtant guère attention aux paroles de mes aînées, c’est lorsque la voiture s’arrêta que je fus la première à sortir. Non mais c’est trop… « Bienvenue chez les Kurayami, Ojou-Sama ~ » Un compte de fée oui ! En mode émerveillée, je saluais les centaines de servantes qui venaient de m’accueillir, et ce, jusqu’à ce que je remarque la présence d’une femme, se démarquant parmi les autres. La dragonne… C’était elle.

Restant un instant à quelques mètres de sa personne, je la jugeais du regard… Elle était, la Kurayami. L’enfer de Kiwi, le monstre de ses nuits… Je l’aimais déjà ! Grand sourire aux lèvres, je m’empressais d’aller vers sa personne, me pencher des plus respectueusement possible avant… de faire un pas de plus et l’enlacer ~ Me reculant après ce geste affectif, je me présentais devant cette grande dame ;

- Kaori Eimin ~ C’est un honneur de faire votre connaissance, Kurayami-Obasama ~

Resplendissais-je de la beauté d’un Eimin ? Cela va de soi, mes yeux brillèrent de mille feux et mes mains tenant toujours celles douces, de mon hôte, me permettait de la garder sous mon contrôle ~

- Ha ~ Et bien, je suis ravie également, de faire votre rencontre… Eimin-Sama ~

« Ne soyez guère aussi formelle en ma compagnie, Kaori suffira amplement ~ » En faisais-je trop ? Maaah, nous découvrirons cela plus tard, en attendant… Pourquoi tout le monde faisait une tête comme ça ? Une seconde de plus, et je crus que Yume –enfin de retour- allait se décomposer.

- Quelque chose ne va pas Kaïla ? Yume ?

Genre quoi, je n’ai pas été assez polie ?! C’est pas comme-ci je lui avais caressé les fesses non plus hein ! Allez fille, chie un bon coup hein ! Haha ~ Soit, trêves de plaisanteries vulgaires ~ Alala ~

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 1:42

Le manoir des Kurayami. Mon enfer personnel. L'endroit que inconsciemment, j'ai appris à fuir, à éviter. Endroit dans lequel je finissais toujours par revenir, tôt ou tard, à mon plus grand malheur. Mais avais-je le choix de le renier ? Ouais, mais si cela arrivait, d'autres vautours de la famille profiteraient de cet instant pour s'emparer ce qui m'était dû. Ne me croyez pas prétentieuse parce que je suis bien née, j'ai mérité tout ce qui se dessinait sous nos yeux. Ouais, j'ai sué pour l'avoir. Hum. Soit, cela n'avait aucune importance à ce jour, pour l'instant, j'essayerai de profiter de ce fichu week-end, montrant ainsi à Kaori autre chose que Undai et ses folies. Bon, une vie de bourges à ne savoir balayer un couloir sans engager cent servants, n'était peut-être le meilleur exemple mais... Mais peu importe, c'étaient les vacances. Du moins, j'étais certaine que Yume comme moi, voyons cela que comme un putain de calvaire d'apparences hypocrites. Ouais. Espérons juste que Kaori s'y conforme.

- Je vous dépose devant, hors de question qu’un inconnu touche à ma voiture.

Ha... ha. Riant jaune à la déclaration de Yume, je ne relevais pas. C'était son droit de chérir sa petite voiture, non ? Ouais, je n’ai toujours pas capté pourquoi elle n'a pas fini en Ferrari comme sa mère adoptive hein. Mais bon, les goûts et les couleurs, cela ne se discutait pas, soi-disant. Sortant de la voiture à la suite de Kaori, je grimaçais à la vue du cortège -littéralement- qui se dessinait sous nos yeux. Et quoi, le jardinier était là également ? Quand même pas, mais c'était pas loin. Soupirant sous les courbettes synchronisées des femmes et hommes en uniformes, ce n'est pas eux qui m'intéressaient, mais la femme campant au milieu de ce petit monde. Bien évidemment. Les impressions hein. Dès qu'elle a su qu'une Eimin allait arriver dans sa demeure, ma mère a fait le nécessaire pour l'impressionner en affichant ses richesses et pouvoir. Amusant ? Pas du tout. Je n'aimais pas cette ambiance.

- Kaori Eimin ~ C’est un honneur de faire votre connaissance, Kurayami-Obasama ~ 

O... Oba...sama ?! Mais dingue ! Et... Elle la... câlin ?! Mais ça ne va pas dans sa tête ?! Abasourdie par le comportement inapproprié de ma dite fille, je pâlis, sentant la terre trembler sous mes pieds. Franchement... C'était la mort. Non mais même moi qui n’affectionnait ce coté détestable des snobs, je connaissais les formes d'usages quoi ! Ayame ne lui a rien appris dans sa life ou quoi ?! On dirait que non, malheureusement. Déglutissant difficilement, je me réconfortais dans la présence de Yume à mes cotés, tandis que je scrutais la moindre des réactions de ma mère. Bodel... Kaori...

- Ha ~ Et bien, je suis ravie également, de faire votre rencontre… Eimin-Sama ~ 

Et d'ailleurs, je n'étais pas la seule complètement perdue. Que ce soit les regards discrets et en biais des servantes, ou encore la tête de Yume... Et surtout, l'instant d'hésitation de la maîtresse des lieux. Je vous jure ! Je vous jure que j'ai vu passer dans son regard un mélange d'incrédulité et d'un état déconcerté. Tellement que je voyais clairement qu'il lui a fallu quelques secondes avant de reprendre sa pose de madame-je-reste-parfaite-dans-chaque-situation. Non mais sérieusement, j'allais me faire trucider. Et ce n'était pas compté sur Kaori de s'en apercevoir. Maudit gosse.

- Ne soyez guère aussi formelle en ma compagnie, Kaori suffira amplement ~ Quelque chose ne va pas Kaïla ? Yume ?

J'allais la trancher. Blanchissant sous sa débilité du moment, je finis par faire un pas en avant, essayant tant bien que mal d'ignorer le regard lourd de ma génitrice. Bon, c'est le temps d'une courbette ? Aller, courage, j'aurais le temps de remettre les idées en place à la môme plus tard. Souriant jaune, je m'approchais tout en saluant ma mère sous un « Mère. » des plus formels. Pourquoi ? Parce que je ne voulais pas aggraver la situation.

Soupirant -discrètement- de soulagement quand elle se détourna pour inviter Kaori et donc nous, à entrer, je me dis que tout n'était encore perdu. « Rentrez donc, le voyage a dû être éprouvant dans un véhicule aussi petit. Allons dans la bibliothèque pour prendre un thé en attendant que le dîner soit prêt. Aimes-tu les plats asiatiques Kaori-Chan ? J'ai spécialement demandé à notre cuisinier de choisir les meilleurs aliments dont nous disposons en cette saison ~ » Il n'était pas italien à la base, le cuisto ? Ne me dites pas qu'elle l'a remplacé ! Parce que ça... Enfin, on se comprend. C'est le gars qui savait rassasier l'estomac de Yume et aussi celui qui me préparait des trucs bizarres quand j'étais môme et... Soit. D'ailleurs... Où était mon père ? Question que je ne tardais de poser tandis que nous arrivions dans le vaste lieu, communément appelé la bibliothèque.

- Papa n'est pas là ?

Dites-moi... pourquoi même une simple question telle que celle-ci, me vaut un regard froid de ma génitrice ? Franchement... Elle ne m'en voulait quand même pas encore parce que je préférais bosser que me plier à sa volonté ? Hum. À croire que les Kurayami sont rancuniers. Haha... ha. « Il sera présent au dîner. » Oké, c'est noté. Joie. N'insistant davantage, je me saisis d'une tasse de thé, fraîchement apportée sur un plateau par une servante... serveuse ? Pareil au même.

- Kaori-Chan, j'ai entendu dire que tu étudiais dans la même école que Kaïla. Quelle idée ~ Et comment vont tes parents ? Comment va Akiha-San depuis le temps ? C'est vrai que cela fait longtemps que je n'eus le plaisir de la voir ~

Kaori-Chan hein. Et puis pourquoi causer de l'autre folle ? Ouais, non, peu importe. Avalant le liquide se trouvant dans la tasse d'une traite, je la déposais à même le plateau avant de prendre place dans un fauteuil, invitant Yume à faire de même à coté de moi. Franchement... c'était la galère. Et je me permis de chuchoter mon ressenti à l'oreille de ma compagne.

- Vivement le dîner.

Qu'on sorte de cet espace mielleux à souhait. Bah au moins, on peut dire que ma mère appréciait Kaori. Enfin... Je crois.


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 2:28

Une Eimin se doit d’être digne du prestige de son nom, mais je n’étais guère qu’une héritière, j’étais également un enfant aimé, élevé dans les rudiments de la normalité. Selon moi, la noblesse était un monde divertissant dont je ne voulais pas spécialement faire partie. Me courber, parler d’un air soutenu, tout en me privant d’une bonne petite blague ne me seyait guère. J’étais jeune, je jouissais de la vie, d’une joie sans borne que je ne voulais contraindre avec les rudiments d’une société pétant plus haut que son cul.

C’est pour cela que je m’étais montrée aussi familière avec la dragonne, et bien qu’il y eut un moment de flottement dans toutes les parties, finalement tout allait bien non ? Après tout, n’était-ce elle qui me poussait amicalement vers sa demeure ? Si ~

Souriant à cela, je la laissais nous conduire dans une autre maison. Oui, ce n’était pas des pièces en vue de leurs grandeurs ! Attends, vous savez combien de japonais pourraient dormir avec assez d’espace dans ce lieu de livres ? Une vingtaine au moins ! Genre, c’était aussi grand que le bureau de maman alors que ce n’avait l’air d’être un endroit fort fréquenté ! Quoi que… Peut être qu’elle passait son temps ici et que si je ne voyais l’usure dans cet endroit, c’était à cause des fourmis. Fourmis ? Ouais, les servantes. Elles sont tellement discrètes qu’on les remarque même pas ! Faudra que je fasse attention à ne pas en écraser une et…

« Rentrez donc, le voyage a dû être éprouvant dans un véhicule aussi petit. Allons dans la bibliothèque pour prendre un thé en attendant que le dîner soit prêt. Aimes-tu les plats asiatiques Kaori-Chan ? J'ai spécialement demandé à notre cuisinier de choisir les meilleurs aliments dont nous disposons en cette saison ~ » Et je n’ai pas pu retenir un petit rire amusé ~ Pourquoi ? Bah en lançant un regard à Yume pour la petite voiture, ca expliquait tout non ? ~ Autant que sa tête outrée d’ailleurs, géant !

Et sinon non, la nourriture asiatique me convenait, je mangeais de tout après tout ! N’avais-je été bien élevée ? ~ Entre les restaurants cinq étoiles et un McDo, mon cœur balançait ~

- Papa n'est pas là ?

Prenant place lorsque Kurayami-Obasama m’invita à m’asseoir à ses côtés, je relevais le visage vers Kaïla qui quémandait la présence de son père… Il est vrai que je ne l’ai vu depuis que nous sommes ici. Quel affront de ne s’être présenté pour accueillir une Eimin dans sa demeure ~ Non mais je m’en fous hein, mais je veux quand même voir mon papy !

- Il sera présent au dîner.

Homme qui sera là au dîner donc ! Ok ! Sourire aux lèvres, j’acceptais la tasse que l’on me tendait avant de goûter le thé… Du thé quoi. Je ne comprends toujours pas pourquoi des gens font un grand cirque lorsqu’ils en boivent hein. Faut dire, c’est juste de l’eau avec des épices, la grenadine c’est meilleur de toute façon.

- Kaori-Chan, j'ai entendu dire que tu étudiais dans la même école que Kaïla. Quelle idée ~ Et comment vont tes parents ? Comment va Akiha-San depuis le temps ? C'est vrai que cela fait longtemps que je n'eus le plaisir de la voir ~

… Sérieusement, je ne sais pas comment je dois prendre ses paroles. Restant un instant silencieuse pour songer à ce qu’elle venait de me dire, je laissais mes traits devenir songeurs avant que Kaïla ne coupe le silence… Du moins, je l’ai entendu même si cela n’avait été qu’un fin murmure… Mhmm.

- Maman est la directrice de Undai Gakuen, il est normal qu’elle décide de m’inscrire dans le meilleur établissement qu’il puisse exister ~ D’ailleurs, savez-vous également que Akiha-Okasama y est enseignante ? Et elle se porte à ravir ~ Okasama est toujours aussi… parfaite ~

Tendant mes lèvres en voyant son visage passer dans mon esprit, je repris ~

- Je ne savais guère que vous la connaissiez… Avez-vous également rencontré Ayame-Okasama ? Elle est fortement prise par ses occupations, mais nous pourrions toujours arranger quelque chose… Du moins si cela vous convient, Obasama ~ Je ne veux guère vous importuner et…

« Quelle enfant amusante ! ~ Tu n’es guère dérangeante, je songerai à tes dires ~ Et qu’enseigne-t-elle ? Akiha-San, je parle bien ~ » Tant de questions autour de ma Akiha… Aurait-elle des vues dessus ? Mhmm. Répondant à ses demandes, c’est rapidement que nous passions de sa personne à la mienne, sans oublier Eimin-Sama et ainsi de suite. A croire que la présence de Kaïla et Yume était plus secondaire qu’autre chose… Alala, devrais-je y remédier ?

- Savez-vous que Kaïla est une enseignante stupéfiante également ? Même si elle travaille beaucoup avec maman, elle prend soin de ses élèves également ~

…Alala, j’ai l’impression de… Maaah ~ Mhmm.

- Kaori laisse moi t’accompagner aux cabinets d'aisance.

Aux quoi ? Ne comprenant nullement ce que Yume me voulait, je la suivais tout de même sans rechigner. M’excusant auprès de Suzumi, j’emboîtais le pas de mon aînée jusqu’à… Je ne sais pas où et ce, jusqu’à ce que nous tombions sur un grand homme. Intriguant. Fronçant les sourcils alors que celui-ci se courbait devant nous, je répondis à sa salutation avant qu’il ne s’adresse à la présidente du conseil des étudiants… Qui est-ce ?

- Yume-San, c’est un plaisir de te revoir, que dirais-tu de discuter un peu pendant que les femmes s’abreuvent de leur poison verbal ? ~

Et genre quoi ? Yume… N’est pas une femme ?! Ah ! Non, mais non ! Et bah… Voilà. Et ce voilà se conclut sur moi me retrouvant seule au milieu d’une demeure m’étant inconnue… Et je fais comment maintenant ? Tirant un visage triste en essayant de retrouver mes pas, c’est vainement que je me perdis entre les murs de cette maison… Je n’ai jamais descendu d’escaliers n’est-ce pas ? Alors pourquoi… venais-je d’en monter ?

- Excusez-moi, la bibliothèque, c’est par où, s’il-vous-plaît ?

Demandant cela à la première servante que je trouvais, j’attendis qu’elle sorte les mains de son sceau avant de me répondre. « Laissez-moi vous y conduire, Ojou-Sama. Cet endroit est réservé au personnel, veuillez retourner dans la demeure des maîtres. » Ouais mais si je sais pas comment, je vais pas aller loin hein !

- Mhmm, merci. Mais tu peux m’appeler Kaori, ca fait vieux Ojou-Sama non ? Et puis, t’as l’air d’avoir mon âge. Non ?

« Je… Je ne suis pas autorisée à vous parler, Ojou-Sama. » Et genre quoi, elle a pas entendu ce que j’ai dit ? Parce que moi, non plus alors !

- Mhmm, c’est vraiment grand ici. Ca fait longtemps que tu y travailles ? Et t’es encore aux études non ? Tu t’appelles comment ? Moi c’est Kaori, Kaori Eimin ! Et…

« Ojou-Sama, je vous en supplie, si la maîtresse me voit vous parler, je ne pourrai plus travailler dans cette demeure. » …Mais c’est de l’esclavagisme ça alors ! Voulant me montrer outrée par ses paroles, je dus me contenir lorsqu’elle me reconduit dans la bibliothèque auprès de la « maîtresse » comme elle l’appelait si bien. Allais-je me taire après ce que j’eus entendu ? Et puis quoi encore !

- Obasama, savez-vous que vous terrifiez vos servantes ?

Non mais si Shizuma et Shizuru avaient peur de moi, ca serait le pied, mais de là à ce qu’elles n’osent pas causer… C’est flippant.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 21:41

Joie. Ironiquement, hein. Non, mais sérieusement, à croire que ces femmes n'avaient rien d'autre à faire que parler d'Akiha. En soi, de la dernière personne dont j'aurais voulu converser. Tellement qu'après la dixième fois où le prénom de la pute blonde résonna dans la pièce, je me décrochais de leur conversation, montrant allégrement mon ennui à Yume, toujours aussi... Bah Yume quoi. Insensible. Neutre à souhait. Tellement que je me promis de lui demander comment elle faisait pour garder une pose plutôt correcte tandis qu'elle se faisait chier à souhait. Soupirant discrètement pour la énième fois, je zieutais sur mon portable, comptant les minutes et secondes passer. Alors ce dîner ? J'avais franchement hâte hein. Pas que pour la bouffe mais également pour qu'on puisse changer de sujet. Ouais, parler du canard rôti n'était peut-être pas la discussion du siècle, mais c'était toujours mieux que Akiha et ainsi de suite. Parce que bon, il ne manquerait plus que le sujet dévie un peu trop vers cette maudite cave, que j'allais vraiment m'énerver. Kaori n'avait pas à savoir certaines choses. Et d'ailleurs...

- Quelle enfant amusante ! ~ Tu n’es guère dérangeante, je songerai à tes dires ~ Et qu’enseigne-t-elle ? Akiha-San, je parle bien ~ 

Inviter quoi ?! Ayame ici ? Hors de question ! Non, non, non. Deux requins dans la même pièce, et tous les poissons -en l’occurrence nous tous- allons se faire bouffer. Il était impossible de concilier deux femmes telles que celles-ci dans la même pièce. Vous n'imaginez même pas les conséquences d'une telle rencontre. Du moins, je n'avais pas envie de... tout cela. Quoi qu'il en soit, j'espérais que ma mère ne prendrait pas l'option d'inviter Ayame pour de vrai. Ou alors, que la dirlo' refuserait. Ouais... Ouais, mais cela ne marchait pas aussi facilement chez les riches hein ? Non. Merde. Kaori, espèce de folle va ! Et... Et puis la conversation repartit de plein fouet, et je me calmais, croyant que l'idée folle de Kaori fut enfin dépassée. Eh... J'avais eu chaud.

- Savez-vous que Kaïla est une enseignante stupéfiante également ? Même si elle travaille beaucoup avec maman, elle prend soin de ses élèves également ~ 

Foutage de gueule... Carrément. Pâlissant sous les paroles de la tête blonde, je me promis au fond, que j'allais lui arracher la langue dans les prochaines secondes. Moi qui voulus éviter de parler de mon boulot chez Ayame, me voilà confrontée à cela plus tôt que prévu. Et ce n'était pas compté sur Yume pour me défendre contre ce regard gris qui me pourfendait avec mépris. « Kaori laisse moi t’accompagner aux cabinets d'aisance. »  NON ! Ne m'abandonne pas ! Sérieusement ! Au moins si les deux invitées seraient restées avec moi, ma mère n'aurait l'occasion -ni le culot- de m'engueuler. Et là... YUME TRAITRESSE ! Pourquoi... Pourquoi moi ? Au bord de l'hystérie, j'essayais d'arrêter tant bien que mal ma dite petite amie, qui se barra... Me laissant seule... Avec ce qui me servait de tortionnaire. Joie... Comme je l'ai dit précédemment.

- Bien. Maintenant que nous sommes seules, parlons de toi, Kaïla. Comptes-tu encore déshonorer ton nom de la sorte ?

Cela claqua telle une gifle, qu'elle soit verbale ou pas. Et vous faites quoi en recevant un pain ? Une tête de con. C'est ce que j'ai fait, écarquillant les yeux, ahurie de l'accusation lancée par ma génitrice. Et qui dit tête de con, dit également un cri d'outrance n'allant en aucun cas avec la personne sous mes yeux. Non, chez les bourges, tu ne cries pas, paraît-il. « Ne me répond pas ainsi ! Tu sais très bien de quoi je parle. Travailler pour les Eimin… » Non... Effectivement. Et voilà le clou -l'épine- qui faisait si mal à l'orgueil de la maîtresse de la maison. Tirant la tête jusqu'au par terre, je me relevais, grands gestes à l'appui, voulant déjà argumenter et me protéger contre l'assaut de ma génitrice. Sauf que défier cette femme, m'était impossible. Elle m'écrasait littéralement, que ce soit de son regard, ou de ses mots.

-Si tu désirais tant travailler, tu aurais pu le faire pour ta famille, ton domaine, ton héritage et non… pour une autre famille ! Comprends-tu ce que cela implique aux yeux des autres ?! Une Kurayami travaillant pour une Eimin, quelle honte.

Ha... Ha. Fléchette entre les deux yeux, coup mortel, je suis finie. Et plus sérieusement. Je comprenais le message qu'elle essayait de me faire passer, mais ce n'est pas pour autant que j’acquiesçais à ses dires. Et j'enchéris tant bien que mal, démontrant ma volonté à gagner ce combat verbal « ... Qu'est-ce qu'on s'en fout de l'avis des autres?! Si je bosse pour Ayame, c'est pour ne pas dépendre de tes fonds, et avoir la liberté. Cela t'effraye, hein ! » Sans doute pas, vu qu'elle n'en démordit pas. Limite si elle m'a écouté... Ou entendu tout court. Et cela se confirma quand elle haussa la voix, sans prendre en considération mes protestations.

- Sois sûr que je n’accepterai guère cela encore longtemps. Dès ton retour à Undai, tu déposeras ta démission.

Sérieusement, j'en avais mal à la tête. Furax au possible, je haussais carrément le ton à mon tour, osant pour la première fois de ma vie à gueuler ouvertement sur ma chère mère. « Hors de question ! C'est ma vie et mon choix ! Tu... » Tu rien du tout hein. « Il est de mon devoir de te conduire sur la bonne voix ! Si tu n’acceptes cela, je me chargerai moi-même de… » De ? De déposer ma démission ? De me pourrir la vie jusqu'au bout ? Tout cela en un ? Genre un pack « soumets-toi et ferme-la » ? La famille comme c'est beau.

- Obasama, savez-vous que vous terrifiez vos servantes ? 

Magnifique, sauvée par le gosse qui m'a mit dans la merde. Fusillant Kaori qui vint d'arriver, je lançais également un regard en biais à Suzumi pour voir son comportement. Évidemment, elle aborda une mine détendue comme si rien ne s'était passé. Du moins, jusqu'à ce qu'elle s'approche de Kaori et s'en prenne à la servante. Comment ? Le pouvoir détruit la compassion des gens, je vous le dis. Tellement que j'ai su dès l'instant où la servante se courba en signe d'excuse, qu'elle serait renvoyée le soir même. Et hop, une de moins. Réflexion que je me permis de lancer à haute voix, tellement mon humeur était merdique.

- Cela ne te dirait pas de me renvoyer aussi, question que j'aie la paix ?

Je n'aurais pas dû, hein ? Non. Et cela, je le compris quand ma génitrice me tua de son regard meurtrier. Ha... ha... « Surveille tes paroles. Quel comportement indécent, Kaïla. Tu pourrais prendre exemple sur la jeune fille bien éduquée qu'est Kaori, cela te ferait le plus grand bien. » Foutage de gueule ouais. Roulant des yeux, je râlais ouvertement, prête à quitter la pièce avant d'exploser. Chose qui n'arriva pas étant donné que le majordome choisit ce moment précis pour faire son entrée. « Ojou-Sama, le dîner est servi. » Enfin. M'ouais.

Passant à coté des deux femmes, j'attrapais la main de Kaori à la volée avant de la tirer à ma suite jusqu'à la salle à manger, endroit où je lui quémandais de prendre place à la grande table, juste à coté de moi, et donc loin de la femme qui voulait détruire ma vie. Ouais, vous avez captez, je parle bien de cette fameuse démission. Parce que ouais, peu importe que je l'ouvre pour la contrarier, je ne ferai long feu si elle devient sérieuse. Haha... Ha. Hum. Et d'ailleurs...

- Elle est où, Yume ?

Question à laquelle j'eus une réponse presque aussitôt. Non pas de Kaori qui n'en savait rien -à ma plus grande surprise- mais du fait que Yume arriva dans la pièce, accompagnée de mon paternel. L'homme de la famille était enfin là. En espérant que ma mère ne fasse pas son cirque à table. Mais j'étais quand même perplexe quant à ma copine... Que faisait-elle avec Taizo ? Interrogation qui me trottait dans la tête pendant tout le dîner. Repas qui se déroula relativement mieux que l'épisode de la bibliothèque. Parlant de tout et de rien, surtout de ce que nous pourrions faire tout au long de ces deux journées sur la propriété, les sujets banals défilaient les uns après les autres, au point que je me dégrise un peu et oublie la dispute concernant l'avenir des Kurayami.

Et ce, jusqu'à ce que nous soyons tous repus, et que conformément à l'étiquette, nous retournions tous dans un petit salon adjacent, afin d'y prendre un dernier thé, avant d'aller se coucher. Prenant Yume à part dans le couloir, je lui demandais ce que mon père lui voulait, chose à laquelle elle me donna une vague explication qui me paraissait plus que fausse. Déconcertée par son manque d'animosité, j'eus l'envie d'aller poser directement la question au premier concerné, mais avec lui... les jeux étaient perdus d'avance. Bah ouais, c'est le genre de type qui te sourit et... ne te dit rien. Joie hein ?

Arrivée dans le salon, c'est à peine dix minutes plus tard que les conversations se turent, quand tout le monde remarqua que Kaori s'est endormie limite sur moi. Soupirant en prétendant être fatiguée également, nous finîmes tous par monter à l'étage. Ainsi, Kaori se vit déposée dans une chambre d'amis, en face de la mienne, tandis qu'on attribua une chambre à Yume juste à coté de la mienne, tandis que les autres membres de ma famille partirent de leurs cotés également. Attendant que les couloirs se vident des servants et ainsi de suite, je toquais au mur afin que ma Yume me rejoigne dans ma chambre. Bah ouais, faut pas croire que je dormirais sans elle parce que c'était contre les lois du manoir. Et si on se fait choper ? On se fera pas choper, on est des Undai'ens, après tout.


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 22:33


A croire que je venais de tomber comme un cheveu dans la soupe… Ne comprenant pas vraiment ce qu’il se passait, c’est via les paroles douces d’Obasama que je pris place dans la bibliothèque, revenant au cœur même… de la maison dans la maison. On se comprend hein ! Et si ce n’est pas le cas, va voir dehors ! Oui, oui, t’as bien entendu ~

- Cela ne te dirait pas de me renvoyer aussi, question que j'aie la paix ?

Renvoyer ? Mais on a jamais parlé de renvoyer qui que ce soit hein ! Écarquillant les yeux en regardant ma nouvelle grand-mère, c’est instinctivement que je cherchais la fameuse servante des yeux avant de me heurter à un visage sévère, disant bien que si elle était dans cette situation, c’était de ma faute… Non, mais j’ai jamais voulu ça moi ! Et même que… Levant la main en signe d’excuse… C’était déjà inutile. Elle… me détestait. Maman… pourra peut être l’engager elle ? Si les Kurayami ne la veulent plus, les Eimin ont bons cœurs ! Ouais, je parlais de moi puisque je savais parfaitement comment Dead Master était avec le commun des mortels. Alala, il faudrait lui inculquer l’humanité. Devrais-je demander à Akiha-Chan ? Certes, mais j’avais déjà assez de problèmes avec elle pour que je ne vienne mettre une inconnue entre nous deux… Akiha… penses-tu à moi en cet instant ?

- Surveille tes paroles. Quel comportement indécent, Kaïla. Tu pourrais prendre exemple sur la jeune fille bien éduquée qu'est Kaori, cela te ferait le plus grand bien.

Question que je me posais avant de revenir sur terre lorsque mon prénom, jaillit des lèvres de la mère de Kiwi. Grimaçant sous ses paroles, je me risquais à regarder Kaïla qui… me tuait littéralement du regard. Tu vois, c’est le genre de phrase que tu ne dis pas en compagnie de ton gosse et avec qui, tu la compares… Parce que là, même moi j’aurais été vexée si cela m’était arrivé. Ouais, ca n’arriverait jamais, si mes mamans parlaient de moi comme ça, je leur ferais manger mon poing –je fais la forte, mais je m’écraserais devant elles hein…- et tout et tout ! Wesh ma sœur, c’est moi le BOSS !

- Ojou-Sama, le dîner est servi.

Ou pas. La suite après ces paroles désagréables fut bien plus chouette. Dans le sens, on a eu droit à un repas monumental et les conversations des uns et des autres n’étaient aussi néfastes que celle dans la bibliothèque. Bien qu’après m’être servie pour la deuxième fois, je ne les écoutais plus vraiment. Parfois Yume me parlait, et je répondais par des « Mhmm » tandis que lorsque c’était Obasama, j’innovais sous des « Maaah ~ » et pour Kaïla, les « Alala ~ » Faisaient l’affaire. Le papa de Kiwi quant à lui… Il me regardait, mais ne me parlait pas. Après, je n’avais pas vraiment besoin d’engager une conversation, ca m’empêcherait juste de manger tranquillement. Parce que oui, quand tu dois répondre, faut que ta bouche soit vide et tout ! Et si tu veux qu’elle soit vide, tu ne peux pas te nourrir ! La galère.

Après le repas… On a découvert une nouvelle maison. Sérieusement, bien qu’elle ressemblait à la bibliothèque –avec moins de livres- la pièce était toujours aussi grande. Non mais c’est fou ça !

Et puis… Et puis je crois que j’ai fini par user de Kaïla comme d'un coussin et qu’après avoir entendu mon prénom cinq fois, je suis tombée comme une masse. Mais tellement que j’ai pas capté qu’on me soulevait, qu’une poitrine volumineuse me servait de ramasse-bave et que le parfum de mon aînée adoucissait mes sens… Alala.

- Ah…

Bougeant de gauche à droite sous ce qu’il semblait être une couverture, je tapais mon poing sur une surface mole et chaude… Caressant celle-ci de ma paume pour en deviner la forme, je laissais mon visage dessiner mes pensées par une multitude de grimaces avant de… de.  Ouvrant en grand les yeux, je me tétanisais de voir que j’étais dans… Je suis où ?! Paniquée d’être seule dans un endroit inconnu, je tentais de trouver une lumière. Vainement. Et genre, pour que ce soit encore plus flippant, il a fallu que des ombres se dessinent au sol et qu’elles bougent en plus ! Mon téléphone ! Je l’ai cherché, vraiment. Mais jamais, je ne l’ai trouvé…

Jusqu’à ce que je regarde sur la table de nuit. Ouais. Non mais quelle idée de le mettre là aussi ! Attrapant celui-ci comme une furie, je composais directement le numéro d’Ayame… Vainement. Akiha ? Elle non plus, n’était joignable. Kaïla alors ? Un sms sera plus simple ;

« Tu dors ? …T’es où ? » Allait-elle répondre ? Parce que si ce n’est pas le cas, je me mets à chialer et je réveille tout le voisinage ouais ! « T'as vu l'heure? Je dors là. » Non mais n’importe quoi aussi ! Genre il est quelle heure ?! Ah… trois heures. Ahem.

« Je sais, mais… je dois faire pipi ? » Parce que fallait bien que je trouve une solution pour continuer cette conversation ! Ouais, à la base j’aurais pu lui demander où était sa chambre, mais dans le stress, je voulais juste partir de la mienne. Et lorsqu’elle me répondit… Ca été difficile. « Sérieux ? Bon. Tu sors, tu prends la troisième porte à gauche, va pas au fond. Et surtout! Silence dans les couloirs, sinon, je suis morte demain. Fais. Gauche, troisième, pas fond. » … « Ok ? » Comment ça Ok ? Évidement, faut que j’aille tout là-bas, et puis là-bas et pour que je parte au fond… Alala, ca va être un vrai parcours de combattant ça !

Mais avant de pouvoir sortir de la chambre, fallait déjà que j’ose sortir du lit… Chose que j’arrivais à faire avec ma super technique de super ninja qui consiste à ;

1. Courir vers la porte pour trouver l’interrupteur.
2. Allumer la lumière !
3. Courir vers le lit pour se cacher sous les draps si jamais y a quelque chose !
4. Passer sa tête hors de la couette en mode vérification.
5. Et enfin, sortir du lit et quitter la pièce…

Et une fois tout cela fait, grosse panique. Parce que je me suis retrouvée dans un couloir sombre avec des drôles d’images sur les murs… J’avoue, je me serais pissée dessus si je devais vraiment aller aux toilettes hein… Déglutissant difficilement en fermant la porte de ma chambre silencieusement dans mon dos, je m’aventurais… à l’extérieur. Finalement, à force de stresser je devais vraiment aller aux toilettes… Cabinets que je trouvais et une fois sur le pot, bah je stressais toujours autant. Tirant la chasse avant d’aller me laver les mains, il fallait que je retourne dans ma chambre…

Sauf. Et ce sauf se marqua quand une fois dehors, je me suis retrouvée dans ledit couloir et qu’au fond de celui-ci, y avait un truc. Mais THE truc. Tellement que j’ai trop flippé ! Écarquillant les yeux en voyant une lanterne voler, j’ai couru en sens inverse vers… vers je m’en fous ! Qu’est-ce qu’elle avait dit Kaïla encore ? Au fond, il fallait que j’aille au fond ! Ouvrant ladite porte du fond, je la calquais dans mon dos, me laissait tomber sur le bois de la porte avant de me recroqueviller sur moi-même en tremblant de toute part. Non, non, et si je n’étais pas en sécurité ?! Je ne veux pas mourir ! NON ! J’aime pas être seule, maman, maman…
Pleurais-je ?
Oui.

Et ce, d’autant plus lorsqu’un truc s’était redressé dans le lit me faisant face et qu’en trois secondes, de lourd pas s’avançaient vers moi ! Une fraction de seconde plus tard et une lumière vive m’aveugla avant qu’une voix inquiète ne résonne dans mon ouïe ;

- Ka… Kaori-Chan ? Mais que fais-tu donc ici ?

Obasama, c’était Obasama ! Faisant ma tête de pleurnicharde, j’ai littéralement sauté dans ses bras avant de pleurer, cette fois-ci à voix haute.

- Y a un… dehors ! Je ne veux pas dormir seule, je n’aime pas, j’ai peur ici… Obasama !

C’est dans ses bras que je tentais de trouver du réconfort et lorsqu’elle répondit à mon étreinte, je me calmais peu à peu. « Bien, tu es une grande fille pourtant. Mais pour cette fois-ci, tu peux dormir avec moi ~ » …Vraiment ? Relevant ma tête de chien battu en la changeant en une expression avec des étoiles dans les yeux, je hochais affirmativement de la tête jusqu’à me coucher avec Obasama. Ouais, réflexe de malade, je me suis blottie dans ses bras, et même si ca se sentait et voyait qu’elle était gênée, elle fit l’effort de m’accueillir.

Avant que je ne me fasse enlever par Morphée, on a un peu parlé… Elle m’a raconté quelques histoires et comment Kaïla était à mon âge. Il parait qu’elle était malade… Je ne savais pas ça. Et puis, moi je lui ai parlé de mes mamans, de mes amis également… Et puis, et puis tout devint noir, mais apaisant.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Lun 27 Oct - 23:32

Un doux instant, une brève respiration. Un souffle chaud sur une peau brûlante, un sourire charmeur sous des gestes sensuels, fusionnels. Elle et moi, nous. Sous les draps. Dans la pénombre de la nuit, seuls nos corps se mouvaient sous des sons inaudibles.

Déposant un baiser doux sur les lèvres de celle que j'aimais, j'approfondis ce dernier, touchant sa langue du bout de la mienne, gémissant sous ce contact se voulant délicat et passionnel à la fois. Au-dessus de son corps dévêtu, je plongeais mes mains dans ses mèches soyeuses, je baisais sa peau contrastant avec la noirceur de crépuscule, descendant toujours et encore plus bas. M'attardant dans son cou tandis que je remontais mon genoux, le glissant entre ses jambes jusqu'au point humide et chaud qui m'attirait tant, qui me fit frissonner d'excitation, qui me fit haleter d'envie. Qui me fit désirer cette femme plus que jamais.

Ma main frôlait à peine ses courbes sous mes yeux émerveillés, prêt à la redécouvrir, encore et encore, une fois lentement, une autre plus intensément. Passant mes doigts sur sa poitrine, je titillais ses tétons dressés, preuve du désir que je faisais naître en son sein. Et quand je fus débordée d'envie, d'aller plus loin, je me collais davantage à sa peau laiteuse, me noyant dans son regard bleuté. Fermant les yeux tandis que je caressais amplement l'intérieur de ses cuisses, je descendis mon visage au niveau de sa poitrine, que je baisais, suçotais, effleurais du bout de mes lèvres, goûtant, savourant chaque parcelle de son être. Je me perdais, plus je m'approchais de l'objet de mon désir, plus je me consumais sous la chaleur émanant d'elle, de moi, de la vaste pièce qui semblait si petite, si peu appropriée pour contenir ce qui nous liait.

Un dernier souffle étouffé, et ma langue se faufila au creux de ses reins, premièrement timidement, pour enfin se perdre sur son intimité, léchant délicatement si pas furieusement son bourgeon de plaisir, goûtant à sa peau brûlante avec gourmandise, tandis que mes mains écartaient ses cuisses afin que j'aie un meilleur accès à ce que je voulais tant. L'entendre jouir, la sentir se cambrer sous ce que je lui prodiguais. J'en avais tellement envie, que je me laissais emporter, par ses mouvements du bassin, par mes gestes disparates, enfouie en son sein.

Dans des vas et viens langoureux, je la fis patienter, la soumettant sous mon poids pour l'obliger à ne pas bouger. Pour mieux la relâcher, et accentuer chaque glissement que j'effectuais en elle, dans son antre humide. Si chaude, que je m'embrassais, des perles de sueur dévalant mon dos au gré des frissons qui me parcourait sous nos souffles coupés par le plaisir. Et ce, jusqu'à ce que la boule de jouissance n'éclate, que les draps chiffonnés se tendent sous nos corps crispés, que mon sourire soit emporté par ses gémissements, que nos yeux ne se ferment blottie l'une contre l'autre.

Humant un doux parfum me chatouillant les narines, je me frayais un chemin jusqu'au creux de son cou, enfuyant mon visage dans ce dernier pour mieux m'endormir sous un soupir de bien-être. Pourquoi se réveiller si j'étais si bien installée ? A cause d'un bruit, à peine perceptible mais tellement bruyant aux oreilles d'un Undai'en pourvu de ses pouvoirs. Grognant de mécontentement, je me redressais légèrement, grimaçant sous les courbatures de mes muscles, éprouvés par nos ébats, ébats qui me firent rougir dès que je me rappelais de cette douce étreinte charnelle qui nous enveloppa... Mais là n'était guère l'essentiel, n'est-ce pas ? M'échappant des bras puissants de ma copine, je tendis le mien à la recherche de mon portable, maudissant celui ou celle qui osait me réveiller à une heure aussi matinale. Et quand je remarquais qu'il ne s'agissait d’autre que de Kaori, je m'exaspérais.

Pour mieux stresser à la suite de ses messages. Sortir de sa chambre la nuit, équivalait à une mort lente et douloureuse. Les lois qui régissaient cette maison obligeait tout être vivant à ne plus faire de bruit et ne plus bouger de son lit dès que les propriétaires du dit manoir, allaient se coucher. C'est ainsi qu'à part une ou deux servantes arpentant les couloirs, il n'y avait aucune âme qui vive qui oserait réveiller mes géniteurs dans leurs sommeils. Sauf que Kaori ne connaissait rien des règles étranges qui y régnaient, et c'est avec grandes précautions, que je lui imposais le silence dans les couloirs, ainsi que de ne jamais aller au fond de ce dernier. Car au fond... Il y avait sa chambre. Et la réveiller, c'était la mort.

- Ca va ?

Sursautant légèrement dans la pénombre, je détournais mon regard rouge de l'écran illuminé pour le poser sur Yume, allongée à mes cotés. Lui répondant que tout allait bien, je déposais un doux baiser sur ses lèvres avant de lui proposer de s'endormir. Envoyant un dernier message à Kaori pour me rassurer qu'elle a compris mes instructions, je finis par déposer mon portable et retourner dans les bras de Yume. Pour m'y endormir presque aussitôt. Jusqu'au lendemain.

Huit heures du matin. L'heure à laquelle, il fallait se lever. L'heure à laquelle je sortis automatiquement du lit, tirant Yume à ma suite jusqu'à la vaste salle de bains où je nous coulais un bain. Bain qui ne pouvait durer plus d'une demi-heure, et cela se concrétisa quand une servante vint toquer à la porte, signalant que le petit déjeuner arrivait. En bas. Me battant avec mon essuie, je poussais Yume devant moi avant de lui chuchoter « On se retrouve dans le couloir. », pour ensuite me détourner d'elle et m'habiller. Ouais, les murs ont des yeux et des oreilles dans ce manoir. Si ne serait-ce qu'une servante voyait Yume sortir de ma chambre, elle irait le rapporter à ma mère, ce qui se finirait par une autre dispute, où évidemment, je passe pour la honte de la famille. Ouais, parce que même si personne n'était dupe, les apparences devaient se faire respecter.

Ainsi habillée, un dernier ajustement devant le miroir, une inspiration, et j'étais prête pour une journée de calvaire. Sortant de la chambre, c'est sans surprise que j'ai vu Yume en faire de même avant que nos pas ne nous mènent vers le rez-de-chaussée, vers la salle à manger, plus précisément. Endroit dont la table était ornée par des aliments frais, encore fumants, en tout genre. M'attablant, c'est étonnée que je remarquais que seul mon père était présent.

- C'est rare que maman ne soit pas à l'heure.

Remarque que je lançais au hasard, tout en me servant sans plus de cérémonie. Quant à Kaori ? Elle devait encore dormir... Ouais, il serait peut-être bon d'aller la réveiller ? Hum. Au pire, je demanderai au cuisto' de lui préparer un petit truc quand elle sera debout. Ouais, pas besoin de réveiller ce monstre pour qu'elle ne mette plus de bordel en ce jour. D'ailleurs, dès que je la choperai, je lui remettrai les idées en place.

- Avez-vous bien dormi ?

Hein ? Et sur cette question, c'est une conversation anodine et calme qui se déroula dans la pièce, jusqu'à ce que mon père relève le regard sur le majordome, l'air perplexe. « Il est rare que le personnel soit à ce point dissipé... Autant que de ne pas voir ma femme leur courir derrière ~ Kaïla... Veux-tu bien vérifier si ta mère ne fait la grasse matinée ? En même temps tu pourrais montrer la piscine à notre jeune invitée. » Hai hai. Hochant de la tête, tout en me moquant ouvertement de ma génitrice, je me levais de table, demandant d'un simple regard si Yume désirait me suivre ou préférait continuer de manger. N'ayant qu'un mâchonnement de sa part, je pris mon courage à deux mains et me dirigeais vers l'étage supérieur... vers la porte du fond.

- Non mais sérieusement.

Soupirant lourdement, en me trouvant -littéralement- stupide de craindre ainsi un endroit, c'est d'un pas décidé que je m'aventurais dans le couloir, jusqu'à m'arrêter devant ladite porte. Hésitant un long instant, je finis par frapper sur le bois. Une fois. Puis encore une. Et quand je voulus toquer une troisième fois, la porte s'ouvrit sur le visage de ma mère, sévèrement en colère.

- Veux-tu bien arrêter de frapper aussi fort ! Kaori-Chan dort encore, il serait désagréable que tu la réveilles.

Quoi ?! Att... Attendez... QUOI ?! Qu'est-ce que Kaori fout dans la chambre de ma mère d'abord ? Incrédule qu'une telle information se propage dans mon cerveau, je forçais le passage pour me rendre compte qu'effectivement, la tête blonde dormait à poings fermés dans le lit de ma mère. Mais que... Folie.

- Mais qu'est-ce qu'elle fait ici ?! Kaori ! Qu'est-ce que...

« Kaïla ! Sors d'ici tout de suite. » Pardon ?! Non mais... Mais ! « Elle t'a fait quoi ?! » Et je crois que cette question a complètement déstabilisée ma mère, étant donné qu'elle ne savait rien répondre. Une seconde hein. Une seconde de trop pour que je ne m'imagine le pire des pires scénarios. Le premier étant comme quoi elle l'a violée. Un peu tiré par les cheveux mais on ne sait jamais. Et d'ailleurs, c'est le seul auquel je me tenais à cet instant précis.

- Mais va donc rejoindre Yume-San, je m'occuperai de Kaori-Chan, aujourd'hui.

... Je... Ca ne va pas là. Blanchissant sous ses paroles, je sortis à sa suite avant de... Faire demi-tour sous son cri de protestation, m'approcher du dit lit du crime, et de secouer la tête blonde. Dormait-elle ? Si c'était le cas avant que je ne vienne la balancer dans tous les sens, cela ne l'était plus. Sortant la gosse du dit lit, j'attrapais sa tête entre mes mains avant de... bah de gueuler.

- Pourquoi t'es là ?! Tu devais retourner dans ta chambre après les chiottes ! Et puis... Et puis le petit déj' est passé !

Ouais, c'était con, mais en même temps... Voilà.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Mar 28 Oct - 0:55



Elle était si… belle. Chacun de ses mouvements me faisait perdre pieds, chacune de ses caresses m’arrachait un bruit que je ne connaissais pas. A chaque fois qu’elle relevait le regard vers ma personne, je perdais le peu de conscience qu’il me restait… C’était donc ainsi… Avec elle.

Je ne cessais… tout cela. Je n’étais guère satisfaite de si peu. Ses mains caressaient mon corps comme-ci il était sien, ses baisers m’arrachaient des frissons depuis l’échine… Tantôt chaude, tantôt froide, je frissonnais, je suais d’envie.

Chaque parcelle de mon corps se perdait sous sa paume divine, chaque parcelle de peau s’électrisait sous ses baisers aimants… je ne connaissais ce plaisir.

Ce bonheur qu’était de se fondre dans une autre personne, de se sentir aimée par des caresses amoureuses. A… Elle était si parfaite, j’étais devenue sienne… Tout cela, je ne voulais y mettre fin.

Alors que cela n’était rien… Rien comparé au plaisir qu’elle m’accorda lorsque mes jambes s’écartèrent au gré de ses demandes. Timide, je l’étais… Mais j’écartais.

Ses doigts… ils me caressaient… là-bas. Mon dos… Il se courbait lorsqu’elle pressait un peu trop mon intimité… Son rire, je l’entendais s’éclater entre mes lèvres… Sa langue… Était si savoureuse… Si intense.

Et lorsqu’elle fit de moi une femme, je ne pus retenir ce râle. Cette chose inhumaine qui jaillit tel un gémissement entre deux baisers attentionnés. Me cramponnant à la chair qui se dessinait sous mes mains, je me lançais à la poursuite de ses mouvements. Mon corps cherchait la cadence de ses doigts lui-même. Jamais je ne m’étais sentie aussi perverse, jamais je ne crus possible… Cela.

A… Elle y allait… tellement vite, tellement fort que je fus vite dépassée. Et lorsque je crus que mon corps allait se briser en deux, elle s’extrayait de mon intimité pour me surplomber de sa beauté… Pourquoi… Pourquoi s’était-elle arrêtée ?

Pour mieux me dévorer. Sa… me happait de long en large pour mieux s’arrêter sur ce point qui me brûlait. Ses paumes se compressèrent autour de mes seins alors que dans un dernier frisson, je… Je savourais trente secondes de pure jouissance. Mes lèvres entrouvertes, mes muscles contractés et mon intimité gonflée, le monde s’arrêta dans un dernier gémissement. Cette nuit… Ce que j’eus partagé avec elle… Jamais je ne…

- Kaori-Chan …

Elle m’appelait et je me serrais contre son corps chaud. Mon visage enfuit dans sa poitrine, je haletais de ce qu’elle m’avait fait subir « Rendors toi, Kaori-Chan ~ Ce n’était sans doute… » Qu’une partie de plaisir que jamais je n’oublierai.




Du bruit… Beaucoup de putain de bruit qui me dérangeait. Grognant contre les voix qui essayaient de me faire sortir de mon sommeil, je levais ma main pour les faire taire. Vainement, mes muscles me faisaient mal, mon corps entier était bien trop lourd pour que je ne puisse ne serait-ce que le bouger. Ma tête… Avais-je encore une tête ? Seule une sensation d’humidité désagréable se fit sentir entre mes reins alors que peu à peu je reconnaissais les propriétaires des hurlements.

Kaïla… Je vais te buter… Obasama… Revenez. Fronçant les sourcils en bougeant entre ses draps où l’odeur de mon hôte imbibait la matière, je cherchais du bout des doigts sa chaleur… Vainement. Pourquoi se lever, qui était assez con pour quitter un endroit aussi douillet ? Je ne savais pas, et je n’en avais que faire. Seul le roi du dodo, je le suppliais.
Le roi du…

- Pourquoi t'es là ?! Tu devais retourner dans ta chambre après les chiottes ! Et puis... Et puis le petit déj' est passé !

Écarquillant les yeux en même temps que je me fis éjecter du lit, je criais de surprise alors que les paroles de ma tortionnaire se heurtèrent à ma personne tel un torrent étouffant. WHAT ?! Retenant les mains qui me serraient le col, je réagis de suite à ses attaques. Et ce, de la meilleure des manières qu’il soit en prenant appui sur son ventre pour mieux la repousser avec brutalité. Retrouvant le sol en faisant une culbute arrière, les jambes légèrement fléchies, j’attrapais le premier objet contondant à ma disposition pour foncer vers mon agresseur, la lame levée, un bras bloqué et je m’arrêtais avec la pointe du coupe papier sous la gorge de…

- Kaïla ?

Lâchant prise alors qu’un cri horrifié traversa les lèvres d’Obasama, je me reculais en levant les mains en signe d’innocence… Ouais, trois secondes avant que je ne fasse un pas en avant et que je hurle à mon tour contre Kiwi tête de cons !

- Non mais ça ne va pas ?! T’sais que j’ai failli avoir une crise cardiaque ?! Et comment tu vas expliquer à maman que t’as tué sa fille hein ?! T’y penses seulement un instant avant d’agir ?! Non mais c’est quoi ça et puis… Et puis… C’était quoi ta question ?

Après l’énervement, la tête de con ~ Retrouvant une posture droite lorsque Obasama posa sa main sur mon épaule, je me calmais instinctivement. De la tendresse… C’est avec ce regard qu’elle me regardait avant de prendre la voix et annoncer finement pour désamorcer les choses ;

- Du calme à présent, se battre est prohibé dans la demeure Kurayami ~

Quand elle parlait comme ça, j’avais l’impression d’entendre Akiha… Me penchant en signe de pardon, je me laissais prendre par une servante qui… me traîna jusqu’à la salle de bains pour faire ma toilette. Se faire laver… Se faire sécher… Habiller. Ne bronchant pas, c’est une fois vêtue d’un nouvel ensemble que je rejoins le salon où se trouvait… tout le monde. A croire qu’ils m’attendaient tous…

Me dirigeant instinctivement vers Yume, je déposais mes lèvres sur les siennes en signe de bonjour avant de me pencher vers papy et… me tourner vers Kaïla. Tête de victime activée, je fis un pas en avant et puis… Et puis j’ai sauté dans ses bras en mode panda tout en ronronnant à son oreille des excuses. Parce que ouais, pendant que je me faisais laver, j’ai eu le temps de songer à ce qui s’est passé et puis… Et puis voilà quoi !

- Tu m’excuses Kiwi ?

Dis ouiiiii !

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Mar 28 Oct - 1:32

Et ledit « voilà » perdit tout son sens quand la furie me servant de fille se réveilla enfin. Dans le sens, il y avait deux types de personnes, celles qui émergeaient du sommeil lentement, auxquelles il fallait au moins deux heures avant de réfléchir correctement, et celles qui -comme Kaori- sautaient partout dès que leurs yeux s'ouvraient. Et franchement, j'aurais préféré que la tête blonde ne vienne faire des siennes dès le matin. Autant à l'ouest qu'elle, j'étais toujours furax et complètement paumée quant au fait qu'elle a pioncé avec ma mère. Non mais franchement, faut être barge pour se risquer un tel affront. Même moi, jamais je n'ai... Hum. Ouais, c'est une autre histoire, donc on s'en tape. Tellement bien que justement, je venais de me faire limite démolir par la gamine plus que réveillée. Mais quand je dis « démolir » c'est à fond. Genre la bestiole a bien retenue ses leçons d'attaques, étant donné qu'en moins de trois secondes, je me retrouvais avec une lame sous la gorge, une grimace aux lèvres, et un cri en arrière-fond.

- Kaïla ? 

Non, le pape, pauvre conne. Hum. Et plus sérieusement, je pourrais l'applaudir, si je n'avais pas eu si chaud. Non pas parce qu'elle a failli me trancher la gorge, mais parce que si cela arrivait, j'aurais dû matérialiser ma robe de combat, ce qui entraînerait des problèmes monumentaux vis-à-vis de la personne qui vint justement de hurler rien qu'en voyant cela. Soupirant lourdement, tout en zieutant sur les réactions de ma mère, je finis par me mettre en position de défense, voyant Kaori revenir à la charge. Plus verbalement que physiquement, cette fois-ci, mais on ne savait jamais, avec ce môme.

- Non mais ça ne va pas ?! T’sais que j’ai failli avoir une crise cardiaque ?! Et comment tu vas expliquer à maman que t’as tué sa fille hein ?! T’y penses seulement un instant avant d’agir ?! Non mais c’est quoi ça et puis… Et puis… C’était quoi ta question ? 

Hein... Mais qui parlait de tuer là ? C'était une bonne celle-là. Aux dernières nouvelles, c'est elle qui a failli me faire saigner sous le regard de ma génitrice. Contrariée, je m'apprêtais à lui en coller une sans plus de cérémonie, captant qu'il ne servait à rien de parler avec elle, étant donné qu'elle n'était qu'une ahurie. Mais toute scène de ménage à une fin, et la nôtre se marqua sous la voix de la maîtresse du manoir, qui imposa ses lois avec fermeté. Hum.

- Du calme à présent, se battre est prohibé dans la demeure Kurayami ~ 

M'ouais. Sécurité et bienséance, nous connaissons. Soupirant pour la énième fois tandis que Kaori disparut emportée par des servantes, je me retrouvais seule à seule avec ma mère. M'attendant à des reproches en tout genre, je fus étonnée qu'elle me demande si je n'avais rien. Genre quoi, ne me dites pas qu'elle a eu peur que je me fasse trancher, parce que si c'était le cas, j'en rirais bien. Secouant négativement de la tête, je la suivis vers le rez-de-chaussée.

- Quelle agilité, ne trouves-tu pas ?

Si tu savais. Mots que j'aurais voulus lui balancer, mais au lieu de cela, je me contentais de dire que Kaori faisait du sport, et qu’elle avait quelques capacités pour se défendre. Je ne saurais dire si Suzumi en fut impressionnée, ou qu'elle trouvait inconscient d'apprendre de telles choses à des enfants, mais elle ne releva plus le sujet.

Retrouvant Yume dans le salon, je pris place sur l’un des siège, l'air songeur, avant de chuchoter quelques mots à son oreille : « Nous avons bien éduqué Kaori, elle m'a limite décapité ce matin. » Surprise ? Si elle l'était d'entendre cela, Yume ne montra rien, comme à son habitude. Tandis que moi... Bah, je laissais couler, on s'en fout après tout hein. Que je crève ou pas, et... J'arrête de râle. Du moins... Peut-être.

 - Tu m’excuses Kiwi ?

Réceptionnant la chose qui vint de me sauter dessus, je ne bougeais plus, réfléchissant intensivement quant à une réponse. Lui pardonner qu'elle a limite failli griller notre couverture sous des attaques disproportionnelles ? Certainement pas. Grognant à son encontre, je finis par la décoller de ma personne avant de la juger de haut en bas, peu enchantée par la situation dans laquelle nous nous trouvions.

- Elle t'excuse, mais évitez de telles démonstrations à l'avenir.

« Je n'ai jamais dit cela ! » De quoi ? Bah que je l'excusais hein ! Boudant ouvertement, je finis par me calmer. Ouais, parce que franchement, cela ne servait à rien de faire une scène non plus. M'ouais, maturité quand tu nous tiens. Haussant les épaules, je détournais le regard sous un dernier « C'est bon. » avant de... Bah rien du tout, vu que ma mère tira Kaori à sa suite tout en nous chassant de la maison. Ouais, nous chasser, cela concernait Yume et moi. Et genre quoi ? Elle dort avec ce môme de malheur et après elle la séquestre ?! Ouais, qu'elle me remplace tant qu'on y est ! Mais je n'eus le déplaisir d'exprimer le fond de ma pensée que Yume me tira en dehors de la demeure. Et où ? Piscine. Du moins, au bord, étant donné que j'avais la flemme de m'y baigner.

12 h

Végéter c'était sympa finalement, assez pour que je finisse par nous dénicher des maillots de bains, et que nous nous installions sur des matelas gonflables, flottant ainsi à la surface de la piscine, tout en bronzant sous le soleil de plomb.


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Mar 28 Oct - 2:47


Ouais bon je sais que j’ai exagéré hein, c’est même pour ça que je m’excusais aussi. Je n’étais pas du genre à dire pardon pour tout et n’importe quoi. Et puis, montrer autant de capacité physique pouvait être dangereux non ? Ouais, je reconnaissais mes erreurs. Mhmm. Mais dans tout ça, ce que je voulais… C’était son pardon.

Chose qu’elle n’avait l’air décidée à me donner. Grognasse ouais ! Grimaçant lorsqu’elle me décolla de sa personne pour me regarder de haut en bas, je laissais un soupir fatigué traverser mes lèvres avant que Obasama ne s’exclame ;

- Elle t'excuse, mais évitez de telles démonstrations à l'avenir.

PROMIS ! Grand sourire pendu à mes lèvres, je n’en avais plus rien à foutre de ce que pouvait dire Kaïla et ce au point que je fasse la danse de la joie alors qu’elle s’écriait « Je n'ai jamais dit cela ! » Mais on s’en fout parce que Obasama a dit le contraire ! ~ Ouais, j’étais un gosse moi, alors je pouvais me permettre cela et d’autant plus qu’elle finit par se faire battre à pleine contour au point d’acquiescer les dires de sa maman sous un « C’est bon. » Tellement froid, tellement elle que je l’ai couverte de bisous avant de… me faire voler.

Mais genre tellement que je n’ai rien compris puisqu’en moins de trois secondes, mamy avait mis les tourtereaux dehors pour mieux m’asseoir autour d’une table afin que je déjeune… Alala, mais il y avait bien trop à manger pour une personne !

- Obasama, quelle est cette chose ?

Et cette chose ressemblait à un gros tas de crème d'une couleur verdâtre… C’était vachement bizarre quoi. Levant un sourcil en regardant la matière du truc, je me retenais de poser mon doigt dessus pour voir si ça allait bouger comme du flan ou tomber en ruine comme un précieux…

- Humhum ~ C’est du flan à la pistache, Kaïla adorait cela lorsqu’elle était jeune ~

Sans blague. Il n’y avait que elle pour manger des trucs trop étranges ! Mhmm, goûtons, et ce je le fis pour faire plaisir à Obasama. Et après coup, ce n’était pas si mauvais que ça ! Continuant à prendre mon petit déjeuner sous le regard scrutateur de la grande dame Kurayami… Ouais, c’était vachement dérangeant, mais en même temps je me voyais mal lui hurler dessus, ne me regarde pas wesh !

- Aimes-tu les fleurs, Kaori-Chan ?

Ouais, du moins ce n’était pas non plus ce qui me faisait vibrer, mais assez pour m’extasier devant des variétés rares quand même. « Mhmm, maman m’avait inscrite à un cours de décoration florale, et je dois avouer que j’aimais assez ces cours là et… » Et je n’ai pas poursuivi puisque Obasama eut un cri de surprise avant de se lever et me tirer à sa suite. Ah ? J’ai… J’ai dit quelque chose de mal ?

Bah non, puisqu’une fois dans la serre de la propriété, j’ai compris que j’avais touché son cœur plus qu’autre chose et ce au point qu’elle me montre ses propres créations et qu’elle me propose à en faire une avec elle. J’allais pas dire non hein ! Et puis, c’était la première fois que je passais du temps comme ça avec ma Obasama… Je me demande si celle d’Angleterre était comme elle.

- Obasama, qu’en pensez-vous ?

« Cette création est… riche et noble Kaori-Chan, tu as un véritable talent ! » Haha, je l’aimais vraiment c’te madame ! Sourire aux lèvres, je me laissais bercer par ses conseils et ce, jusqu’à ce que midi passe.

- Il est l’heure d’aller manger même si je crains que tu aies déjà faim ~

« Je l’avoue… » Et ce simple mot suffit pour qu’elle repousse le repas d’une heure pour moi. Je n’en demandais pas tant, mais elle n’avait l’air décidée à suivre mes consignes. Une fois qu’elle avait une idée en tête, elle ne changeait pas d’avis… Alala, quelle femme ~

- Obasama, veuillez m’excuser un instant ~

Et cet instant je le pris pour joindre mes mamans. Parce que oui, qu’importe mon amusement, je pensais toujours à elles ! Composant le numéro d’Ayame, j’attendais patiemment qu’elle décroche, mais à ma plus grande surprise, ce ne fut Deady qui décrocha mais ma Akiha… Maaah ~ Rougissant légèrement en tenant l’appareil des deux mains, je parlais ;

- Allo ? C’est Kaori… ~

« Kaori ? ~ Comment vas-tu mon cœur ? » Alala ~ J’aimais toujours autant les surnoms qu’elle me donnait ~ Rougissant légèrement, je répondis à sa question d’une voix enjouée teintée de timidité ;

- Bien, très bien. Je passe ma journée avec Suzumi-Obasama et vous ?

« Suzumi-Obasama ? » Bah oui… La maman de Kaïla quoi, chose que je lui dis sans plus attendre alors que mon appellation semblait… être étrange à son ouïe. C’est pas comme-ci je l’avais appelé vieille chèvre non plus, bien que son surnom dragonne lui allait tout autant… Haha ~ Mais trêve de plaisanterie, et ce lorsque la fameuse femme terrifiante me demanda « Kaori-Chan, parles-tu avec Eimin-Sama ? ~ » Heu, bah oui. Dans le sens, maman est devenue une Eimin en se mariant avec Ayame, donc oui ?

« Alala ~ Passe notre bonjour à Kurayami-Sama ~ Et t'amuses-tu bien à Kobe ? » Passant le bonjour sans plus attendre, je laissais Obasama rétorquer également sous un « Hum ~ Parement ~ » Que je m’empressais de répéter à l’autre bout du fil ;

- Parement, et oui ça va. J’aime bien ici, je m’amuse bien avec Obasama ~ J’ai fait une construction florale ! Tu veux que je t’envoie une photo ?

« Eimin-Sama, Ayame Eimin-Sama est-elle là également ? ~ » Levant le regard vers Obasama, je haussais premièrement les épaules tout en ayant mon téléphone pointé vers ma création afin de la prendre en photo. Une fois le fichier envoyé, je demandais à maman ce qu’il en était d’Ayame ;

- Maman, Ayame elle est là ?

Pour mieux dire à Obasama que oui, parce que maman lui parlait. Je crois ? Ouais hein ? Et ce, une fois de plus pour transmettre un message d’Obasama à mes mamans qui « Passe lui mes salutations ~ » me demanda cela. Mais, elle lui a déjà dit bonjour non ? Alala !

- Elle… Maman ? Obasama passe ses hommages à Obasama. Heu non, à maman !

Attends, comment tu veux que je m’y retrouve aussi hein ?! Déjà que j’appelle maman deux personnes différentes, fallait que je gère une troisième qui me demandait de parlait avec l’une de mes mamans que je n’avais pas directement au bout du fil ! Alala, la catastrophe !

« De même ~ » Attends… C’est qui qui parle là ?! Maman non ? Je veux dire, Ayame quoi ? Non ? Ouais, on dirait ou peut être que… « De même, dit-elle ~ » Et là c’est ma Akiha c’est ça ? Non mais qu’on prenne chacune un téléphone, ca sera bien plus simple oui !

- …Elle a dit de même ? Oui, elle l’a dit.

Je deviens folle ! #@?&! Voilà. Je crois ? Dieu. « Bien, que dirais-tu de l’inviter sur le temps de midi Dimanche ? ~ » Mais oui ! Comme ça j’arrêterai de faire le hibou voyageur si vous pouvez vous parler face à face. Bien, faut transmettre le message maintenant, mais pour une fois, maman (la sadique) me devança, et ce, en répondant directement sous un ;

« Maaah, une telle invitation ne doit-elle se faire par recommander, Kurayami-Sama ? ~ » Que je n’avais pas spécialement envie de répéter en fait. Souriant jaune quant à cela, je laissais ma Akiha la remettre en place « Ayame voyons ! Ce serait avec plaisir, dis le à Kurayami-Sama, Kaori ~ » Ca part en couilles.
Depuis dix minutes, oui.

- Obasama… ? Maman a dit avec plaisir ~

« Bien ~ » Et quoi, tout cela pour ça ?! Levant les yeux au ciel en étant encore plus fatiguée que hier quand je me suis endormie, je décidais de couper court à cette conversation et ce, en prévenant maman que j’allais raccrocher. « Bien, passe une bonne journée ~ Nous nous verrons donc dimanche ~ Si tu as un souci, appelle ~ » Un dernier au revoir, et… Et je ne comptais pas oublier la veille –ou ce matin plutôt- ;

- Oui, oui, et vous n’avez pas répondu hier d’ailleurs ! Bonne journée aussi, je vous n’aime très fort mes mamans d’amour ! A Dimanche !

Mais en même temps, j’allais pas faire mon bébé, grâce à ça j’ai pu dormir correctement et ce dans les bras d’Obasama. « Nous t'aimons aussi ~ A dimanche ~ » Et je raccrochais, sourire aux lèvres. Soupirant après tant d’épreuves… mon calvaire ne faisait que commencer.

- A présent… allons y, Kaori ~

Et aller où ? Je ne savais pas, mais une fois dehors, elle hurla après Kaïla sous un « Kaïla ! Viens ici tout de suite ! » Kaïla qui n’avait pas spécialement l’air d’être là en fait. Pointant du doigt la piscine en la voyant sur un des matelas gonflable avec Yume en train de… elles se bécotaient là non ? J’avançais dans leur direction avec Obasama pour qu’une fois au bord de l’eau, je veuille leur lancer une remarque moqueuse ~ Ouais, ca été mon but, mais la dragonne m’a devancé ;

- Kaïla ! Un peu de pudeur, quant à toi Yume-San, j’attendais plus de continence de ta part. Bien, Eimin-Sama arrivera demain, nous devons donc préparer la maison pour cet effet. Kaïla, préviens le cuisiner quant à l’événement de demain, à force de travailler avec elle, tu dois te douter de ce qu’elle mange. Quant à toi Yume-San, trouve mon mari et préviens le veux-tu, vous avez l’air de si bien vous entendre. Quant à toi… Kaori-Chan ~ Que dirais-tu de m’aider à organiser tout ce petit monde ? ~

Bah… on dit que moi je suis un moulin, mais elle, elle est pas mieux hein ! Mais sinon, Let’s Go !

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Mer 29 Oct - 0:59

Chaud. Le temps était au bronzage et à la piscine, il ne manquait qu'un barbec' et on pourrait se croire en pleines vacances. Tellement que je profitais de ce week-end de congé -que ce soit du coté de Yume ou du mien- pour me relaxer au possible. Ouais, vous allez dire qu'il était difficile de s'amuser avec une mère tyrannique telle que la mienne sur le dos, mais étrangement, ce n'était pas le cas. Du moins, Suzumi avait des vues sur Kaori et donc, me foutait la paix. Franchement... Rien que pour cela, je remercierai la tête blonde à notre retour à Kyoto. Enfin, tant que j'aie du temps à consacrer pleinement à Yume, je ne pouvais qu'en être heureuse. Bon, j'avoue que l'histoire de la matinée me trottait dans la tête, mais à croire que j'étais la seule à en apporter de l'intérêt. Même quand j'ai essayé d'engager la conversation avec ma copine à ce sujet, elle a juste haussé des épaules pour mieux repartir sur autre chose.

Assez, pour qu'au final, je profite de la piscine en sa compagnie. Et ce, jusqu'à ce qu'elle me pousse du matelas gonflable et que je finisse trempée -sans blague- de la tête aux pieds. Balançant entre l'outrance et l'incrédulité, je ripostais à ses attaques au point que nous nous retrouvions toutes les deux sur un matelas gonflable, collée l'une à l'autre, à se... Bah... S'embrasser et tout, et tout. Non, nous n'étions pas à poil, et non, je n'ai pas passé ma main en dessous de son maillot. Bande de pervers ! Soit. Et ce « soit » se marqua quand prises au flagrant délit, nous nous séparâmes sous les remontrances de ma mère apparue de nul part. Hum.

- Kaïla ! Un peu de pudeur, quant à toi Yume-San, j’attendais plus de continence de ta part. Bien, Eimin-Sama arrivera demain, nous devons donc préparer la maison pour cet effet. Kaïla, préviens le cuisiner quant à l’événement de demain, à force de travailler avec elle, tu dois te douter de ce qu’elle mange. Quant à toi Yume-San, trouve mon mari et préviens le veux-tu, vous avez l’air de si bien vous entendre. Quant à toi… Kaori-Chan ~ Que dirais-tu de m’aider à organiser tout ce petit monde ? ~ 

Heu... Hein... Quoi ?! Merde. Prise au dépourvu, je me redressais tel un chien en chasse, rouge jusqu'aux racines de mon cuir chevelu. Gênée, j'évitais de croiser le regard de qui que ce soit, tandis que ma mère balançait des informations dépassant l'entendement, à tout va. Qu'est-ce qu'elle voulait dire par « Eimin-Sama arrive demain » ? Genre quoi, Ayame se bougerait le cul jusqu'à Kobe ? Et pourquoi faire d'abord ? N'importe quoi. Ouais. Mais non. Au point que je dus réaliser cela quand elle repartit sans demander son reste, suivie par sa nouvelle poupée. Jalouse ? Moi ? Jamais. Enfin, là n'était le problème ! Qu'est-ce que Dead Master venait foutre chez moi ?! Abasourdie, je me tournais vers Yume pour trouver du soutien de sa part, et quand je croisais son regard... Bah je me mis à fumer des oreilles, littéralement.

- Hum... Tu... Fais pas attention à ce qu'elle dit, t'es très... continente... Enfin...

Ouais, mes paroles n'avaient aucun sens. Mais voilà, vous comprenez, non ? Parce que franchement, plus mal à l'aise que cela, y avait pas moyen. D'ailleurs, je n'étais pas la seule dans cet état, vu que Yume prit soin de répondre en monosyllabes inintelligibles, également « Hum. Je sais, mais bon. C’est ta mère aussi... » Et alors ? Furent les mots que j'aurais voulu lui dire, mais bon. Elle avait raison, dans un sens. C'est aussi pour cela que je n'aimais pas venir ici. Ne pas pouvoir s'afficher malgré que tous connaissaient notre statut de fiancées, c'était... tellement vieillot. En espérant que je ne devienne aussi rigide quand je serai vieille. Ha... ha.

- Ouais. Peu importe... Mais y a plus urgent ! Pourquoi Ayame vient ici ?!

Parce que ouais, s'embrasser en public n'était rien à coté d'une Dead Master qui se ramène chez les Kurayami. Non mais franchement... Imaginez un instant ce qu'elle pourrait faire ici ?! Et si elle pète un câble et dévoile ses pouvoirs pour x et x raisons, et que mes parents les voient, et que... Non, franchement, j'aurais préféré éviter le contact avec les Undai'ens et mes parents. Déjà que je craignais pour leurs vies étant donné que Maria Quartz travaillait chez eux, il ne manquait plus qu'Ayame à l'addition. J'en avais des sueurs froides dans le dos.

- Hum… En même temps, c’est normal non ? Je veux dire, y a sa fille qui est chez l’une des plus grandes familles du Japon et tout… Et puis, c’est pas comme-ci elle savait pas se comporter avec ce genre de personnage… Je crois ?

Je ne sais pas. Cela ne me semblait pas être une raison valable pour traverser la moitié du pays. Non, quelque chose de plus mystique se cachait derrière cette histoire. Ouais, vous allez me dire que je regarde trop de films, mais sérieusement, les films, sont puisés de la réalité, non ? Bah voilà ! D'ailleurs, si c'était vraiment rien que pour voir Kaori -débile soit cette raison- ce serait assez offusquant quant à... Bah... Cela :

- C'est pas une raison, quand tu... on s'est.. ensemble, elle est pas venue. Je suis certaine qu'elle a un truc derrière la tête, cette folle ne sait pas se comporter ! Bordel... Je sens que ça va mal se finir.

Sérieusement, je ne le sentais pas. Pas du tout même. Tellement peu que j'espérais que Yume me rassure quant à cela. Ouais, mais il ne fallait jamais demander à ma copine d'être humaine hein, parce que cela ne le faisait vraiment pas. « Tu crois que c’est Ayame qui a décrété qu’elle viendrait voir d’elle-même ce qu’il se trame ici toi ? Je veux dire, ça ressemble plus à ta mère qu’à Dead Master. Heu… A… D… Ouais. Hum. » Ouais bah, on ne sait jamais hein. Et... C'est quoi ce beug cerveau ? Relevant le regard afin de suivre le sien, je pâlis en voyant Taizo se tenir à quelques mètres de nous. Non mais... Meeeerde. Boulette. Mais en même temps, il ne pouvait savoir de quoi nous parlions hein alors... Alors, changement de sujet au plus vite avant que cela ne devienne glauque. Me grattant l'arrière du crâne dans un élan de réflexion, je balançais la responsabilité sur Yume :

- Heu...? Heu... Ouais... Enfin, on verra demain hein... Papa, y a Yume qui doit te dire un truc !

Femme qui n'a rien compris à la vie, en vue de son air ahuri. Lui faisant des grands yeux tandis qu'elle me regardait comme si je sortais d'une autre planète, je finis par m'exclamer « Bah qu'Ayame arrive demain. Je veux dire, Eimin-Sama. » Non mais franchement quoi ! « … Voilà. » Sérieux, cette fille me tue. Carrément.

- Hum ~ Eimin-Sama donc… Quelle… joie. 

Fronçant les sourcils en sortant de la piscine, je perçus un certain recul dans les paroles de mon père. Depuis quand portait-il véritablement de l'attention aux invités de ma mère ? Ouais bon, il s'agissait d'une Eimin, et son rôle de Kurayami était de l'accueillir comme il se le devait, mais après, c'était courant dans le milieu. Alors pourquoi... « Hum… Ouais. » Non mais... Hein ? Regardant Yume en mode « il se parlait à lui-même, pas besoin de commenter », je lâchais aussi une question des plus débiles.

- Heu... Vous n’avez pas faim ?

Quoi que, pas si stupide la question, étant donné que la présidente du Conseil, répondit par une affirmation, suivie de prêt par Taizo. Contente que l'atmosphère néfaste se dissipe, je me promis de ne plus parler d'Ayame avant son arrivée. Ouais autant ignorer ce détail dérangeant quoi. Sauf que non. Et ce « non », prit tout son sens quand nous rentrâmes dans le manoir. Demeure envahie par des gens que je n'ai jamais vu de ma vie. Tous occupés à... customiser complètement la maison. Mais gens tout y passait. Même la salle à manger était indisponible. Sans parler du hall, des escaliers, et même du plafond. Ouais, vous avez bien entendus, le plafond !

- Ta mère ne fait pas les choses à moitié, dirait-on. Allons donc dans la cuisine.

Ouais, bonne idée, voir tant de gens me donnait le vertige. Zigzaguant derrière le maître de la maison, je maudissais la moindre servante qui passait trop près de moi. Il fallait le dire, je supportais mieux le toucher, mais quand c'était trop, bah c'était trop. Et là, cela dépassait mes limites de tolérance. Arrivés dans ladite cuisine, c'est le cuisto' qui fut surpris de nous y voir. Et quand nous demandâmes à manger, il se changea en fusée pour préparer quelque chose. J'en profitais également pour lui donner quelques indications quant au menu du lendemain.

Et c'est ainsi, que certaines personnes en cette journée, purent assister à une scène inédite, mettant au premier plan deux membres de la prestigieuse famille de Kurayami -accompagnée d'une invité d'honneur- mangeant dans les cuisines de leur maison, sous l'air mitigé du cuisiner en chef, attablés aux places réservées à certaines servantes. Étrange non ? Même moi, je le trouvais. Et mon père ne manqua pas à faire une réflexion à ce sujet « C'est plus amusant que je l'aurais cru. Si seulement Suzumi nous verrait là, elle nous ferait passer un sale quart d'heure ~ » Non, t'es sûr ? Et après, on n'y pouvait rien, c'était sa faute si nous nous retrouvions là. Certes, le temps des reproches, elle n'en tiendrait pas compte ouais. Soit.

Une demi-heure plus tard, nous nous retrouvions à nouveau en plein milieu du carnage -ouais j'appelais cela ainsi. Acquiesçant quand mon paternel nous signala qu'il allait prendre l'air, étant donné que le manoir était saturé, je voulus faire de même avant de changer de plan. Pourquoi ? J'ai laissé mon portable dans ma chambre.

-Yume ? Je reviens dans deux minutes, je vais chercher un truc en haut.

Lançant l'information à l'oreille de celui -ou celle- qui voulait l'entendre, j'escaladais -littéralement- les escaliers trois par trois, posant mes pieds sur les marches fraîchement poncées. Non mais franchement, qui nettoyait des escaliers quoi ! Traversant le couloir en vitesse, c'est à peine quelques secondes plus tard que je me retrouvais dans ma chambre, cherchant intensivement mon cellulaire avant de l'enfouir dans la poche du sweat que j'enfilais par la même occasion. Ouais, rester an maillot de bain, c'était pas vraiment correct non plus hein. Devrais-je prendre un truc pour Yume également ? Ouais. Habits choisis, je retournais de nouveau dans le couloir, descendant pour mieux jurer en me cachant derrière un mur. Pourquoi ? Parce qu'une certaine femme donnant ses directives à gauche et à droite, se trouvait dans les parages. Bon... Et Kaori ? Elle la suivait, bien sûr. Décidée à choper la gamine, j'attendis que ma mère ne regarde dans sa direction pour -littéralement- attraper le bras de la petite blonde et la tirer à ma suite vers la première porte que je trouvais. Porte que je claquais derrière nous.
Ouais, j'aurais pu tomber mieux que sur une remise. Balais, sceaux, quand vous nous tenez. Haha... Hum. Et sinon, pourquoi nous étions là ? Bah.

- Avec l'arrivée... inattendue d'Ayame, c'est un foutoir cette baraque... Hum. Tu ne t’ennuies pas trop? Je ne t’ai pas vue de la journée. Tu sais, si tu n'arrives pas à supporter ma mère, tu peux nous rejoindre dehors, hein, Kaori !

Parce que ouais, même si Suzumi avait l'air de se plaire en compagnie de Kaori, personne ne disait que c'était la même chose pour la petite Eimin.


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Mer 29 Oct - 2:16

L’arrivée de maman avait l’air de chambouler Obasama, bien que ce fût elle qui l’invita à nous rendre visite demain. C’était bien un truc que je ne comprenais pas avec les adultes dès qu’ils émettaient une proposition, on pouvait être sûr que dans l’heure qui suivait la décision du choix, ils finissaient par regretter. Certes, certains passaient au-dessus de cela comme Obasama en hurlant à l’encontre de tout le monde, tandis que d’autres préféraient se terrer… Un peu comme Kaïla quoi.

En parlant de celle-ci, je pouvais parfaitement dire qu’elle n’était pas du tout comme sa mère. Non que je connaisse parfaitement Obasama après avoir passé une nuit et quelques heures de la journée avec, mais ça se voit, se sent, se transpire. Dans le sens, Suzumi était du genre à être un leader tandis que Kaïla… un mouton. Alala, quelle chèvre ~

Retombant sur terre en même temps que la maman de Kaïla m’interpella, j’accourais vers elle pour savoir ce qu’elle désirait. « Kaori-Chan, prends cela veux-tu ? ~ Eimin-Sama t’a-t-elle déjà appris à donner des directives à tes employés ? Il est de ton devoir d’héritière de savoir où se trouve ta place ~ » …Bah, pas vraiment en fait. La regardant comme un merlan frit, je ne savais pas vraiment quoi répondre. La seule fois où j’ai voulu marcher sur les servantes, je me suis pissée dessus donc bon. Et puis, ce n’est pas comme-ci mon rôle d’héritière n’était proéminent. A dire vrai, je me considérais plus comme une personne normale qu’une de la haute société.

- Pas vraiment, maman Akiha préfère que je sois une personne comme tout le monde je crois. Je veux dire, maman Ayame m’a conformé aux coutumes de la haute concernant la bienséance, le langage et ainsi de suite mais guère… pour le reste. Et puis, nous n’avons que deux servantes à la maison et elles n’obéissent qu’à maman Ayame.

Dires qui ne la laissèrent de marbre. Relevant les sourcils sous l’air étonné qu’elle me lança, je tentais de comprendre ce que ses traits disaient. Entre de l’outrance, de l’étonnement et de l’incompréhension, je ne savais sur quoi me focaliser hein… En même temps, quand on y pense, c’est chaud de se dire que maman n’a que deux personnes à son service alors que ici, Obasama en avait au moins une centaine pour elle toute seule… Alala ! Devrait-on remédier à cela ? Non, parce que nous… On disposait d’Undai’ens. Et en sachant qu’un diplômé moyen valait cent hommes, on est dans les comptes non ? Haha…

- Quelle étrangeté. Bien, je vais donc te montrer en quoi consiste cela. Tout le monde à un rôle prédéfini dans cette demeure et le mien, est celui de vérifier que tout le monde respecte parfaitement son rôle. Cela est un travail assidu qu’il te faudra appliquer lorsque tu seras en âge, Kaori-Chan.

Ouais mais pour le moment ce n’était pas aussi important que ça n’est-ce pas ? Je veux dire, tant que je suis jeune et tout… Je n’avais pas envie de courir après les gens. Hochant tout de même de la tête pour ne guère lui faire d'affront, je suivais la dragonne à travers la demeure pour « apprendre » à gérer –hurler- sur les gens. Alala, je me demande la tête de ma Akiha quand je lui ferai part de cela ~ Maaah, ne serait-ce préférable que je le garde pour moi ? Mhmm ~

- Obasama, et pourquoi eux ils ne travaillent pas ?

« Qui ? » Montrant d’un mouvement de tête le groupe de servants semblant plus rire entre eux qu’être productifs quant aux autres qui se démenaient comme des fous furieux, Suzumi réagit au quart de tour. Mais genre tellement que je restais un instant interdite devant les visages horrifiés des servants lorsque la maîtresse de la maison leur hurla dessus. Et tout cela pourquoi ? Pour qu’elle les oblige à reprendre leur travail tout en soulignant allègrement que si celui-ci n’était productif, elle les virerait sans moindre pudeur. Quelle femme quoi !

- C’est ainsi qu’il faut faire pour tenir sa demeure, mais parle moi d’Eimin-Sama. Quelles plantes aime-t-elle ? ~

…Les cactus ? Je n’en savais trop rien en fait. Dans le sens maman n’était pas du genre à avoir des plantes à chaque coin d’Undai. « Akiha tient un potager… Mais je ne crois pas qu’une décoration avec des plans de tomates soit de plus appropriée ~ » Blague à part, je laissais mon rire résonner avant de reprendre en informant Obasama des goûts de maman ;

- Les Higanbana, personnellement, je trouve cela morbide. Pas vous, Obasama ?

« Humhum ~ Higanbana, noté ~ » Heu… Elle a écouté la suite de ce que j’ai dit ? Bah on ne dirait pas. Haussant les épaules en signe de résiliation, je poursuivais mon apprentissage et ce, jusqu’à une salle où des servantes nous attendirent pour choisir le service de thé. N’étant spécialement intéressée par cela, je vaguais plus entre les différentes vitrines, qu’écouter les dires de la maîtresse de maison, du moins jusqu’à ce qu’une pointe d’impatience ne s’entende dans sa voix à la troisième fois qu’elle m’appela ~

- Viens donc choisir le service que nous utiliserons pour servir le thé, Kaori-Chan ~

Quelle idée. Je veux dire « Mhmm, ce n’est que des tasses non ? » Et ça. Ca. Je crois que j’allais me faire tuer net par le regard de mamy et que les servantes prieraient pour mon âme. Parce que là, si elle était du genre brutal, elle m’aurait cassée en deux !

- Mais voyons Kaori-Chan ! Ce choix est primordial, un ensemble laid et non plaisant ne pourra que restreindre l’appréciation du goûteur. Si le modèle n’est méticuleusement choisi, Eimin-Sama n’aimera guère le thé de la demeure Kurayami !

C’est quoi ce genre de pensée bizarre ? Je veux dire, que quand je bois mon coca, que ce soit dans un verre rose ou une canette noire, j’en ai rien à battre hein. Ouais, je n’allais pas le dire à haute voix non plus, mais je devais le penser assez fort pour que Obasama me regarde d’un air désolé.

- J’avoue… que je n’ai jamais apprécié mes cours de cérémonies de thé… Mais l’ensemble sombre est plaisant. Oui, celui avec les ornements bordeaux ?

Était-ce suffisant ? « Bien, choisis encore trois autres services et rejoins moi dans le salon ~ » Que… Quoi ? Et elle partit. Me retrouvant seule en compagnie des servantes, je souris jaune avant d’essayer de détendre l’atmosphère… par une blague ?

- De toute manière, c’est pas comme-ci la tasse avec du goût hein ~

Est-ce que cela a fait rire l’assemblée ? Pas du tout. Tellement pas que je me sentais plus mal à l’aise qu’autre chose. Grimaçant, je choisis rapidement les autres services avant de m’enfuir. Mais genre, tellement vite que j’ai même pas attendu l’avis de qui que ce soit pour prendre mes jambes à mon cou hein.

De retour dans le hall, ce fut une jeune servante qui attira mon attention. Grande, brune, aux formes agréables… Non que je ne fantasme sur les filles hein ! C’est juste que je savais reconnaître la beauté de tout un chacun ! Ouais ~ Allant dans sa direction en la voyant en difficulté, c’est vraiment tout pile que je rattrapais l’une des boites qu’elle portait avant qu’elle ne risque de tomber. Me saisissant du carton tout en me posant à la hauteur de la jeune fille, je fis le premier pas ;

- Je vais t’aider, tu en portes bien trop à toi toute seule ~

« Ne… Ojou-Sama, je pourrai me déb… » Non mais je ne comptais pas reproduire la même chose que hier hein. La coupant en pleine lancée pour lui dire qu’elle n’avait pas le choix et que c’était un ordre –ouais, j’essaye de mettre à profit l’enseignement d’Obasama. Et à ma plus grande surprise, cela fonctionna car elle ne rajouta rien à cela, me demandant juste de la suivre jusqu’aux caves afin d’entreposer ces fameuses boites. La suivant sans parler plus que je ne devais –puisqu’elle n’avait pas l’air de vraiment vouloir me parler-, nous arrivâmes rapidement… dans un drôle d’endroit.

- C’est quoi là-bas ?

Pointant du doigt ce qu’il semblait être une salle vitrée, je n’eus de véritable réponse car la servante m’informa qu’elle ne travaillait ici que depuis peu et qu’elle n’était autorisée à s’y aventurer. La remerciant tout de même quant à ses dires, je me laissais pousser par ma curiosité et ce, jusqu’à rejoindre la fameuse pièce… laboratoire ?

Caressant la table d’opération du bout des doigts, j’explorais les lieux. Quelle idée d’avoir ça sous sa maison… genre quoi, les Kurayami sont des cannibales et j’étais dans leur boucherie ? Terrifiant, et ce d’autant plus lorsque je compris que j’étais seule… dans les sous-sols. Grimaçant en me décidant de remonter à la surface, je m’arrêtais près du bureau en voyant… un nom qui n’avait à se trouver là.

Les sourcils froncés, j’attrapais le dossier pour le lire… Docteur, Akiha Ketsuki ? Patiente, Kaïla Kurayami ? Intriguée par ma découverte, je redéposais rapidement le dossier lorsque j’entendis du bruit provenir, non loin de ma position. Revenant à l’étage, ce fut sur Obasama que je tombais et après m’avoir demandé ce que je faisais dans cet endroit, elle finit par me tirer à sa suite vers le premier étage. Et pourquoi donc ? Pour choisir les nappes… Ouais, c’était pas une activité que j’avais l’habitude de pratiquer et encore heureux d’ailleurs, parce que là…

WHAT ?! Me faisant tirer violemment vers je ne sais où, un haut-le-cœur en prime d’une nausée naissante, j’écarquillais les yeux entourée de…

- Avec l'arrivée... inattendue d'Ayame, c'est un foutoir cette baraque... Hum. Tu ne t’ennuies pas trop? Je ne t’ai pas vue de la journée. Tu sais, si tu n'arrives pas à supporter ma mère, tu peux nous rejoindre dehors, hein, Kaori !

Sceaux ? Secouant ma tête de gauche à droite quant à ses dires, je laissais un doux sourire naître sur mes lèvres avant de passer mes bras autour de la taille de Kaïla pour mieux lui demander d’un air espiègle ;

- Maaah, manquerais-je à Kaïla-Chan ? ~

Haha, je savais qu’elle détestait quand je me comportais comme Ayame ~ Me reculant de sa personne en lui faisant un clin d’œil, je laissais mon rire résonner dans la pièce –aussi démesurément petite pour le reste de la maison-avant de répondre aux inquiétudes de mon aînée ;

- Mhmm ~ Obasama est amusante, j’aime encore bien rester avec elle. Et toi ? Ca va ? Après t’être faite engueuler comme ça… Chaud quand même. Je ne m’attendais pas à ce que la dragonne crache autant de flammes hein ! Haha ~

Ouais, mais bon, et si on sortait d’ici ? Parce que à force de rire je ne crois pas qu’il nous restera assez d’air ~ Décidée à ouvrir la porte, je m’arrêtais en plein mouvement lorsque celle-ci s’ouvrit avant moi et que Yume se pointe devant nous… « Hum. » Et quoi Hum ? Mais ? Quoi ? Bah après que Yume eut ouvert la porte, ce ne fut pas pour nous faire sortir d’ici mais plutôt pour nous rejoindre. Refermant la porte dans son dos, elle nous regardait… Ouais mais poulette, nous on veut sortir et pas mourir plus vite d’un manque d’air hein…

- Mais que faites-vous donc ?!

Regardant par-dessus l’épaule de Yume lorsque la mère de Kaïla ouvrit la porte à son tour, je me demandais un court instant si elle aussi allait nous rejoindre ! Parce que là, ca ne sera vraiment pas vivable hein !

- On vérifiait… les balais.

Douée ! Mais tellement que je n’ai pas pu retenir mon rire avant de pousser Yume et Kiwi afin de sortir de cet endroit oppressant. Riant d’une joie de vie sans nom, il me fallut une bonne minute pour reprendre contenance alors que la maman de Kaïla, n’avait l’air de trouver cela si drôle que ça ~ Alala, quelle dragonne ~

- Bien, si vous n’avez rien de plus intelligent à faire, trouvez-vous déjà une tenue convenable pour demain. Kaïla, montre à Kaori-Chan les robes qui seront à sa taille. Kaori-Chan ~ Choisis celle que tu préfères, une demoiselle se doit d’être joliment vêtue ~

ROGER ! Non mais tu parles de fringues et je suis toute emballée ouais !

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Mar 11 Nov - 19:59

Il faut clairement présenter la situation. Kaori, gamine énergique n'ayant du temps à accorder aux affaires plus complexes que celles concernant sa manucure du jour -façon de parler- qui se retrouvait accablée par les vouloirs d'une vieille -pardonnez-moi- Kurayami empressée de préparer une fête à l'improviste. Franchement, il n'y avait pas moyen qu'il y est une entente quelconque entre ces deux personnes. C'est pour cela également, que je m'empressais de choper la petite blonde afin de l'aider à s'extirper de l'emprise possessive de ma mère. Ouais, d'un autre coté -inavouable-, je n'aimais pas vraiment la proximité entre elles. Non pas par jalousie, ou je ne sais ce que vous pouvez vous inventer, mais par principe. Celui de séparer tout ce qui concernait Undai de ma famille. Ouais, l'effort était vain en quelque sorte, mais... qui n'essaye pas, ne sait pas, voilà. Et c'est ainsi, que je me retrouvais enfermée avec une fille éduquée d'une manière perverse par ses mères, en train de me tripoter -limite.

- Maaah, manquerais-je à Kaïla-Chan ? ~ 

Franchement, j'allais la rééduquer convenablement, tant qu'il y avait encore du temps avant que son cerveau de pois-chiche n'atteigne un état de gravité irréversible. Soupirant lourdement sous ses attouchements, je voulus la repousser, mais avant que je ne le fasse, elle s'éloigna déjà, riant aux éclats. Exaspérée par ses jeux ne seyant aucunement à la situation, je m'impatientais, tandis qu'elle, poursuivit, enlevant tout crédibilité que je pouvais encore avoir à son égard.

- Mhmm ~ Obasama est amusante, j’aime encore bien rester avec elle. Et toi ? Ca va ? Après t’être faite engueuler comme ça… Chaud quand même. Je ne m’attendais pas à ce que la dragonne crache autant de flammes hein ! Haha ~ 

Ha... ha. Souriant jaune, plus par automatisme que véritable envie, je restais tout autant ébahie par ses dires. Non mais... Comment ? Comment faisait-elle pour supporter ladite dragonne ? D'ailleurs... comment faisait-elle pour apprécier cela ?! De la folie, ouais, c'est ce que je disais. Bon. Prochaine mission, éloigner Kaori de cette femme qui déteint sur elle, il ne maquerait plus qu'elles deviennent amies et que... Soit, je m'égare. Mais je vous jure, dans les films, quand la mère de ton amie, devient sa confidente, autant faire un trait sur cette amie, sinon votre vie devient insupportable. Franchement... Je ne voulais ni d'une vie d'enfer, ni me séparer de ma fille. C'est pour cela que je ne comptais laisser ce désastre se concrétiser sous mes yeux rouges.

- Hum. 

Décidée de mettre mon plan à exécution, je dus me résoudre à... ne rien faire, quand Yume entra à son tout dans le placard à balais. Perplexe de la voir ici, mes questionnements -non formulés- prirent fin au même moment que la porte se rouvrit, à peine deux secondes après sous un « Mais que faites-vous donc ?! »  Heu... Lui dirais-je que je me planquais avec Kaori, justement pour qu'elle ne nous remarque pas ? Haha... autant éviter. Et... « On vérifiait… les balais. » Foutage de gueule... Et je crois que Kaori fut bien la seule à trouver la tirade improvisée de Yume, drôle. Grimaçant sous le regard noir de ma mère qui se posa sur nous, c'est par réflexe que je me planquais derrière ma copine. Bah quoi ?! C'était sa faute aussi ! Pourquoi a-t-elle choisi le même endroit que nous pour se planquer d'abord ?! Non, et plus sérieusement... Hum. La merde, et j'attendais déjà la sentence tomber.
Et elle tomba, effectivement.

- Bien, si vous n’avez rien de plus intelligent à faire, trouvez-vous déjà une tenue convenable pour demain. Kaïla, montre à Kaori-Chan les robes qui seront à sa taille. Kaori-Chan ~ Choisis celle que tu préfères, une demoiselle se doit d’être joliment vêtue ~ 

L'horreur. La pire chose qui pouvait arriver en ce jour. Le choix de tenue. C'était juste affreux. Entre devoir écouter les avis externes des soi-disant servantes qui s'y connaissaient, fuir leurs mains quand elles voulaient m'habiller -comme-ci je ne savais pas enfiler une robe quoi- ou encore, devoir marcher en talons pour s'entraîner à ne pas faire de faux pas, c'était juste... un cauchemar, littéralement. Peu motivée à suivre les directives de la maîtresse de la maison, je finis par me résigner à suivre ses ordres quand elle repartit hurler sur les employés, tout en nous empressant à rejoindre l'étage. Râlant ouvertement, je tirais Kaori par le bras, tandis que Yume nous suivait également, sans doute empressée de quitter cette atmosphère de malade.

- Franchement... Elle en fait tout un plat pour la visite d'Ayame. C'est terrifiant, je ne sais pas comment tu fais pour décrire ça d'amusant, Kaori. Hum.

Montant à l'étage, j'hésitais un cours instant à nous diriger directement vers ma chambre, avant de capter que non, qu'il y avait bien plus à faire que de s'amuser à essayer trente-six milles robes. Ouais, et j'allais montrer à Kaori l'horreur qui l'attendait. Sadique ? Juste un peu ~ Traînant la gamine jusqu'à une porte menant sur le coté réservé au personnel, je demandais aux deux filles m'accompagnant d'attendre, tandis que je passais la tête de l'autre coté de ladite porte sous un « Heu... Ce serait pour choisir une robe. » Et pourquoi je demandais cela à une poignée de femmes qui me regardaient en acquiesçant ? Hahaha... Parce que justement, ces servantes nous suivraient comme des ombres, avant de s'empresser à ajuster les robes de nos choix, sur nous. Du moins, sur Kaori, il était hors de question que Yume ou moi, nous nous fassions tripoter par... Bah par qui que ce soit hein ! D'ailleurs, cela se confirma quand l'une des servantes -habituée à travailler en ce lieu- me dit :

- C'est inhabituel que vous accordiez de l'importance à...

Stop ! Et je l'arrêtais sous un « Ce n'est pas pour moi, c'est pour la bestiole. Mère désire qu'elle soit parfaite pour demain. » Tout en poussant Kaori vers ladite servante. La suite ? Bah, elle se ferait amener dans un dressing, pour mieux se faire tripoter pour les retouches et ainsi de suite. Avais-je hâte de découvrir quelle robe allait-elle choisir ? Ouais, mais j'étais encore plus pressée de m'enfuir d'ici. Et c'est sur un dernier « Meurs pas ! On se voit plus tard ! » Que je la quittais, tirant Yume à ma suite. Où ? Loin de tout ce remue-ménage bien sûr. Avais-je des remords à laisser Kaori à la merci d'autrui ? Non, c'était ma vengeance.

Arrivée dans la chambre, je m'affalais sur le lit tout en râlant sur le déroulement des événements. Et ce, jusqu'à ce que ma Yume rigide ne vienne briser le calme en m'informant qu'il serait préférable que nous choisissions les robes avant qu'une certaine femme ne débarque sous des hurlements de mécontentement. « Eh... A qui le dis-tu. » C'est ainsi que nous choisîmes les robes. Certes, j'avais plus facile étant donné qu'elles étaient à ma taille, quant à Yume, elle s'est fait choper par les servantes à son tour, pour quelques retouches sur le tissu qu'elle voulait porter. Espérions-nous avoir vraiment un choix avant que ma mère ne débarque en critiquant ces derniers ? Bah, avec un peu de chance, cela lui plaira, étant donné que personnellement, je trouvais Yume sublime dans la sienne.

Je ne saurais dire combien d'heures se sont écoulées depuis le début de « l'investigation aux tenues », mais je finis par dégoter une robe pas trop longue, ni trop courte, de couleur noire, que je trouvais pas trop « gala », sans être trop « je vais en boite et non à une réception ». Satisfaite de mon choix, j'attendis que Yume revienne de je ne sais où, elle aussi, ayant l'air d’avoir trouvé ce qu'elle désirerait mettre le lendemain. Et quand tout fut enfin prêt, il était temps de... Bah, de se reposer ! Tellement bien que c'est avec une joie de vivre digne de Kaori, que je dévalais les escaliers pour mieux aller me jeter sur un transat dans le jardin. Voyant que je n'étais la seule -à part Yume qui n'avait d'autre choix que de me suivre pour son propre bien- à trouver cet endroit confortable, je m'étonnais de voir mon père tout aussi négligemment posé que moi sur une des chaises de jardin.

- Maman ne t'a pas fait choisir ton costume ?

La réponse du concerné ? Comme d'habitude, à son aise. Jusqu'à ce que je constate que les hommes avaient tellement plus faciles à s'habiller. Il suffisait qu'ils aient un costume, une chemise, et le problème était réglé. Pour varier un peu les tenues ? Mais changeons de couleur -passer du noir à gris quoi-, et le tour était joué. Franchement quoi.

-Je vais vous laisser profiter du soleil ~ Il y a des choses que je dois préparer avant l'arrivée de notre invitée d'honneur.

Hein ? Et depuis quand Taizo Kurayami s'occupait-il des préparatifs ? Non mais sérieusement, vous voyez l'homme le plus « sur son nuage » du monde, s'adonner à cœur-joie à choisir les assiettes pour le dîner ? Impossible. Mais je ne relevais pas, préférant me concentrer sur Yume. En la charriant, ouais.

- Dis ? T'as pas grossi un peu ? Faudrait que tu fasses un peu de sport au lieu de rest...

Et ma phrase ne se termina jamais, étant donné que ma tête atterrit la première contre l’herber fraîchement coupée du jardin. La suite ? Bande de curieux. Bah, après une lutte acharnée pour la survie, il fallait prendre un bain. Et trouver Kaori, parce que vu avec un peu plus d'attention, il était alarmant qu'elle n'ait toujours pas trouvé de robe, hein. Et la meilleure manière de repérer une tête blonde dans une demeure de plusieurs centaines de mètres carrés, c'était de l'appeler.

- KAORI ! T'es où ? Oï !

Comment ça, il serait plus aisé de la contacter par phone ? Hum. Peut-être bien.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   Dim 23 Nov - 19:38


Obasama était du genre terrifiant, fallait l’avouer, mais ce n’était pas pour autant que je ne l’appréciais pas. Après tout, elle m’apprenait beaucoup de choses… à sa manière. Gardant un certain sourire lorsqu’elle s’en alla, c’est sans rechigner que je me laissais tirer par Kaïla vers… Bah je sais pas vraiment où, mais sans doute un endroit où sa mère n’était pas ~

- Franchement... Elle en fait tout un plat pour la visite d'Ayame. C'est terrifiant, je ne sais pas comment tu fais pour décrire ça d'amusant, Kaori. Hum.

Ouais mais c’était Ayame quand même… même moi je savais ça ! Ma mère n’était pas n’importe qui, que ce soit via son nom ou sa place dans la société, elle était une sorte de célébrité que l’on ne pouvait négliger. Moi en tant que sa fille… C’était différent, je vivais avec elle, je voyais ce que les autres ne connaissaient pas de sa personne, je l’ai même déjà vu aller aux toilettes ! Génial hein ? Attends, une information comme ça vaut des millions si je la vendais à des journalistes ! Eimin-Sama sur le pot ! Haha ~

Trêve de plaisanteries et regardons pourquoi l’âne de la maison me fixe aussi intensément… « Heu... Ce serait pour choisir une robe. » Cool, toi aussi tu vas te déguiser ? Haha ~ Riant ouvertement alors que deux servantes se penchèrent devant la petite Kurayami, je tentais de rester en retrait alors que les pauvres femmes semblèrent semées d’incompréhension. Ouais, fallait le dire, passer de jeans basket à une robe de soirée, c’était pas une changement anodin, même moi, je…

- C'est inhabituel que vous accordiez de l'importance à...

« Ce n'est pas pour moi, c'est pour la bestiole. Mère désire qu'elle soit parfaite pour demain. » WHAT ?! Écarquillant les yeux alors que je venais de me faire pousser –littéralement- dans la gueule du loup, je me débattais lorsque deux femmes posèrent leurs mains vicieuses sur mon corps et que Kaïla me lâcha un simple « Meurs pas ! On se voit plus tard ! » Avant de partir… SORCIERE ! TRAITE ! MOUCHERON WESH !

Non mais il était hors de question que je reste toute seule avec elles ! Elles me violent déjà du regard là ! JE SUIS VIERGE ! Et qu’importe mes plaintes, en moins de trois secondes je me retrouvais nue, avec des choses prenant mes mensurations… Et ma pudeur dans tout ça ?! Waw… Mais c’est que t’es mignonne toi ~ AHEM.
Dieu.

- Ojou-Sama, écartez ~

… Pardon ? Palissant lorsqu’une couturière me demanda cela, je pris mon temps avant d’agir… Pourquoi devrais-je écarter… pour mettre une robe ?

- Hum ~ Que pensez-vous de ce modèle ?

Ce sac à poubelles ? Hors de question. Je ne voulais pas ressembler à rien non plus ! Si maman venait, Akiha-Chan aussi, il fallait donc que je sois magnifique, ultra sexy, ultra… Parfaite pour être à leurs hauteurs. Soupirant lourdement en me débarrassant des mains ne m’appartenant pas, je me permis de faire un tour dans le dressing afin de trouver BY MYSELF ce que je mettrai pour la réception… Peut être ce truc ?

- Cette robe appartient à Kurayami-Sama, vous n’êtes…

Ca ? Attends, t’as déjà vu une mamy dans un vêtement aussi HOT toi ? « Sérieux ? Mais c’est la même chose que se balader à poil oui ! » Peut être, mais ma remarque n’eut l’air de les faire autant rire que mon cerveau l’eut voulu. Souriant jaune en déposant le fin tissu, ce fut vers une robe sombre que mon choix se porta… Un décolleté comme Akiha les aime, des coutures fines comme maman adore… M’ira-t-elle ?

- Celle-ci, je peux ?

Et celle-ci finit sur mon corps en quelques minutes. Regardant ce que cela donnait sur moi, c’est après trois pirouettes que j’y lâchais mon dévolu… Akiha-Chan, m’aimeras-tu aussi… ressemblante à Ayame ? Mes cheveux me faisaient certes défaut, mais ne ressemblais-je pas à maman ? Me désireras-tu… autant qu’elle ?

- Elle est parfaite…

Rougissant légèrement sous mes pensées, c’est après les derniers réglages que je revins dans mes habits. Ajustant une dernière fois le col de ma chemise, je fus enfin libre de partir. Passant mes mains dans mes poches, j’avançais à travers les couloirs interminables de la demeure Kurayami et ce, jusqu’à rejoindre l’extérieur.

- Et… maintenant ?

Ouais, moi et le sens de l’orientation, ca fait deux.  Soupirant allègrement, je tentais de revenir sur mes pas… vainement. Et le pire dans tout ça, c’est qu'il n’y avait pas un chat qui rodait dans les environs. Je panique ? J’avoue, mais genre, qu’un peu hein, mais quand même assez pour sursauter lorsque j’ai entendu un bruit provenant de mon dos. Grimaçant en me mettant à courir, c’est à  travers des couloirs, des pièces et ainsi de suite que je finis enfin dans la bibliothèque… Un peu différente de la dernière fois non ? Genre quoi, ils n’ont pas assez avec une seule ?! Paumée, je suis paumée.

- KAORI ! T'es où ? Oï !

Me retournant en reconnaissant la voix de Kiwi, c’est vers ce son que je me dirigeais. Un pas vers la droite, le couloir de gauche et je tombais nez à nez avec cette lâcheuse de première. Tirant mes traits en un air triste, je sautais dans ses bras avant de m’attacher à son corps tel un koala.

- Lâcheuse ! Elle est flippante cette maison ! Et je me suis perdue en plus ! Non mais c’est quoi ton problème ?! C’est pour être avec toi que je suis venue ici hein ! Ne m’abandonne pas ! T’as compris ? Sinon je vais te noyer et on verra laquelle de nous deux sera la plus maligne à ce moment là ! Et tu faisais quoi d’ailleurs ?! Pourquoi t’es mouillée ? T’as été nagé c’est ça ! SANS MOI ! ANIMAL VA !

Non mais oh. Faut pas exagérer. Enlaçant Kaïla, c’est dans son cou que je trouvais refuge avant de lui murmurer au creux de la nuque « Ne me laisse plus jamais seule comme ça… Je n’aime pas ça, tu le sais. » Un peu trop sérieux peut être ? Mais c’était la stricte vérité.

END

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1   

Revenir en haut Aller en bas
 

Demeure Kurayami : La rencontre de deux grands noms. PART1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Laissons les statistiques au mangeur de hot-dogs. Aristide et Obama, deux grands
» Une bouteille de vodka, deux grands enfants et trois étoiles
» Quand deux grands karatekas se tape dessus, ...poussez vous
» Biographies des Grands noms du Harad(Ben Elros et Duzingi)
» Les Grands Noms du Milieu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: D'autres Villes :: Kobe-