AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un anniversaire, ça se fête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Un anniversaire, ça se fête !   Mer 6 Aoû - 22:04

Ca faisait des jours que je programmais tout pour aujourd’hui. J’avais tout mis en œuvre, tout classifié, tout préparé pour que ce jour soit parfait. Et mes efforts n’étaient moindres, j’avais bataillé pour avoir ce que je désirais et ce… Ce fut difficile.

La première partie de mon plan consistait à avoir l’aide d’Ayame. En temps normal, elle m’aurait aidé sans rechigner -croyais-je- mais après le départ d’Akiha, elle n’était plus que la pale copie d’elle-même. Vous devriez la voir, assise dans son bureau à tuer le temps parmi des paperasses futiles. Même se déplacer pour ses réunions était trop difficile pour son cœur meurtri. Résultat des courses ? Je me tapais le sale boulot. Non pas celui d’aller écouter le conseil, mais plutôt celui de les renvoyer chez eux sous un « Ayame n’est pas disponible, je vous tiens informés de ses disponibilités ». Tellement formel, tellement froid qu’ils ne rechignaient guère.

Mais qu’importe les autres, moi j’étais son chef-d’œuvre, l’une de ses réussites, l’unique au niveau de la matérialisation. Disais-je cela pour omettre le fait que Kaori avait autant d’importance que ma personne aux yeux de la directrice ? Non, car depuis longtemps j’avais une autre personne sur le même pied d’estrade. Akiha.

Prenant une grande inspiration, je toquais à son bureau pour mieux y entre sans attendre son avis sur la question. La connaissant, elle m’aurait envoyé bouler dans son état, mais là, je n’étais décidée à la laisser faire comme bon lui semble.

- Ayame, j’ai besoin de toi.

Clair et net, elle ne pouvait refuser. Conneries. « Je n’ai pas le temps Yume-Chan, reviens plus tard ~ » Tellement elle que je lui aurais fait bouffer son sourire. Tirant un sourire jaune à mon tour, je pris place sur son bureau, fesses les premières sur le bois, faisant dos à la grande Dead Master.

- J’ai besoin de toi, pas de ton avis. Il me faut un gâteau pour l’anniversaire de Kaïla et comme je sais…

« Qu’elle aime ma cuisine, tu n’as rien trouvé de mieux que de me le demander directement. N’est-ce pas ? ~ » Voilà une autre chose que je détestais chez elle. Lorsqu’elle finissait mes phrases. Roulant des yeux en lui envoyant un regard disant clairement que si elle avait envie de faire les questions réponses, qu’elle y aille, je n’aurai qu’à me taire et faire sembler d’ouvrir la bouche pour qu’on ne croie pas qu’elle est schizophrène. Avec sa femme, c’est déjà assez non ? Haha ~

- Oui. Et donc tu en feras un… vanille/chocolat, elle aime ça.

« Fraise/moka, je note ~ Et elle désire que je la serve également ? ~ » Son ironie me tuerait si je ne la connaissais pas. Soupirant en décidant de lui faire face, je me levais de ma place pour venir m’asseoir plus près, à savoir juste devant elle. Poussant du pied son siège pour avoir la place nécessaire, je laissais ma chaussure tomber tout en caressant sa jambe du bout des orteils.

- On peut toujours s’arranger, Ayame ~

Ce tour là, c’est d’elle que je l’ai appris. Si les ordres ne fonctionnent pas, prends la personne par les sentiments. Et en vue de son regard insistant sur ma personne, je ne douterai pas qu’elle est autant en manque qu’un moine s’étant tourné vers la croyance après avoir baisé toute la planète. Hum. « Maaah ~ Si nous commençons ainsi mon cœur, je ne crois pas que tu vas… » Inutile qu’elle continue, autant la couper de suite.

- Tu la tromperas pas ~

« Je sais. » Et voilà, on peut avoir une discussion sérieuse maintenant ? C’était audacieux de ma part, mais je ne regrette pas. Sourire moqueur aux lèvres, j’arrêtais mes attouchements pour reprendre ma fameuse idée sur l’anniversaire de Kaïla.

- Il faudrait également que… Elle a la sale manie de se téléporter au milieu du salon quand elle rentre de Tokyo… Et avoir des invités dans l'appart’ à ce moment là serait vachement problématique. Donc je me demandais si… T’as une piscine olympique et des servantes. Sans compter que ta maison te sert à rien ces derniers temps, ce serait cool qu’on puisse faire ça chez toi…

En demandais-je trop ? Sans doute, mais autant se jeter à l’eau plutôt que de déverser de la lave sur sa chair. Riant légèrement, je surenchérissais. « Un cadeau serait bienvenu également ~ » Ouais, là j’allais me faire tuer. Déviant le regard en feignant la normalité quant à mes demandes, je me retenais limite de siffler, préférant de loin regarder… Le mur.

- Yume-Chan ne croit-elle pas qu’elle exagère ?

Où est l’air ironique, moqueur ou même fouteur de gueule dans tout ça ? Bah il n’est pas là. Et recevoir ce genre de question avec tant de sérieux, donnait froid dans le dos. Restant impassible, je tentais… De me suicider en poursuivant ? « Un petit voyage serait chouette… Ca fait un moment qu’on n’est pas parties ensemble… Et puis, t’as ton jet aussi, c’est pas comme-ci le prix du billet te reviendrait à cher, utilise ces économies pour nous donner un chèque bonus, non ? ~ » Carrément.

Osant tout de même regarder Ayame -parce que oui, je suis fière et brave-, j’attendais qu’elle me réponde. A dire vrai, je regardais plutôt ce qui était lisible sur son visage. A savoir rien du tout. Et quand je dis rien… C’est qu’elle ne m’a pas répondu. C’est genre une demi-heure plus tard, après autant de temps à la fixer sans un mot que je suis partie de son bureau. Le silence… veut dire oui, n’est-ce pas ? Rien que pour être sûre, j’ai pris la précaution d’appeler les servantes, histoire qu’elles sachent que d’ici une semaine, ça sera la fête chez les Ketsuki… Sans les Ketsuki, haha ! Hum.

La deuxième partie du plan… Finalement, ca été celle-là la plus facile, même si j’ai cru le contraire en me lançant à l’aveuglette. J’avais demandé à Kaïla d’aller avec elle sur son campus, histoire de voir à quoi la vie d’une étudiante universitaire ressemblait. C’est donc dès le matin, impatiente que je l’avais sortie du lit pour mieux la tirer à ma suite -dans une téléportation- à Tokyo.

Une fois là-bas, c’est sur sa moto que nous sommes montées pour arriver jusqu’au campus. Endroit où quelques gens sont venus la saluer pour mieux rester avec nous toute la journée. Je les qualifiais donc d’amis de Kaïla, même si leur présence aux côtés de ma copine me dérangeait, je ne soulevais pas ce sujet.

C’est donc quelques jours plus tard que je retournais à Tokyo, sachant que Kaïla séchait aujourd’hui -vous vous demandez comme j’ai su ? Bah allez dans notre chambre et regardez l’heure. Elle n’a aucun cours qui comment au-delà de 15h-, je m’étais aventurée jusqu’à l’une de ses classes. Une fois dedans, j’ai chopé les fameux amis de Kaïla et leur ai proposé d’assister à sa fête surprise. La réponse ne tarda pas, ce fut un oui.

Mais maintenant qu’ils ont acceptés, il fallait également les amener jusqu’à Kyoto. L’ancienne capitale et la nouvelle n’étaient pas proches l’une de l’autre, c’est donc d’un accord en commun que je décidais d’aller le matin même sur le campus, afin de prendre une partie du peuple en voiture. Le reste ? Ils nous suivront dans un autre bolide.

Voilà… Tout était en ordre pour ce jour. Tout sauf un détail, et celui-ci était à Undai actuellement.


Le plan trois, trouver Giso. Et ce gars n’était pas facile à trouver sur le campus, c’était le genre de mec que moi, présidente du conseil des étudiants, détestait par dessus tout. Un cancre, n’allant jamais en cours, traînant dans le parc un joint en bouche, s’entraînant tellement peu que je me demandais comment il avait fini en terminale. Un gars inutile, un No-Life incrusté dans sa fainéantise.

C’est après quelques heures de recherches que je le trouvais dans la forêt en compagnie de quelques autres gens, filles garçons mélangés. Arrivant à leur hauteur alors qu’ils venaient de piquer une tête dans la baie de Kyoto entourant l’académie, je m’arrêtais au bord avant de crier à l’assemblée ;

- C’est ici que je jette les cadavres. Savez-vous pourquoi ils ne remontent pas à la surface ? C’est parce qu’il y a un bouclier qui désintègre tout dans la baie… S’avez de la chance d’être toujours entiers.

Mentais-je ? Qu’importe, le monde venait de sortir en hurlant. Bien, une fois la populace hors de l’eau, c’est vers l’ami de Kaïla que je me dirigeais. Le poussant violemment pour qu’il tombe sur les fesses, j’abattis mon pied sur sa gorge pour lui empêcher tout mouvement avant de dire à son encontre ;

- Demain, seize heures, Kyoto. Sois là où je t’égorge et tu rejoindras le reste des cadavres dans la baie.

Faisant un mouvement de tête en direction de l’eau pour appuyer mes dires, je sortis de ma poche un papier sur lequel était écrit l’adresse d’Ayame. Une autre chose ? « Achète lui un cadeau, elle sera ravie. » Et comment savait-il de quoi je parlais ? A votre avis ? Je n’irai pas vers lui si cela ne concernait pas Kaïla… Ou l’envie de le tuer.

C’est bon ? Je peux me réjouir maintenant ? Yes.


Et demain, aujourd’hui arriva bien vite. Dès minuit j’ai sauté sur Kurayami pour lui souhaiter son anniversaire. J’évite les détails du reste de la nuit, sachez juste que c’était chaud, chaud et que toutes deux, nous avions eu du mal à nous lever. Une fois que Kaïla eut quitté la maison, je me suis dépêtrée pour partir à mon tour. Téléporter ma voiture ? Un jeu d’enfant.

C’est donc vers neuf heures que j’ai quitté l’appartement pour trois heures intensives jusqu’à la capitale. Trois heures sans embouteillages, mais vue à l’heure à laquelle je suis partie, je pestais contre moi-même de ne pas avoir pris un avion. Soupirant contre mon volant, c’est avec au moins une heure de retard que j’arrivais au lieu de rendez-vous. Devais-je me sentir heureuse que tout le peuple invité était quand même là ? Sachez que je préviens les gens de mon retard, moi.

Sortant de ma voiture pour les saluer, je décidais de prendre les filles. Uniquement les filles. Et puis, ma voiture n’est pas spécialement grande et que celle de l’autre gars, Ginrei-San était limite un monospace. Hum. Laissant donc les demoiselles entrer, le retour vers Kyoto se passa mieux que l’allée. Du moins, les écouter parler de la vie quotidienne, de tout et de rien pouvait être relaxant pour une personne vivant à Undai. Riant même avec, je pris rapidement part à la discussion et ce jusqu’à ce qu’une question malvenue ne tombe.

- Et vous vous êtes rencontrées comment, toi et Kaïla-Chan ?

Haha… Devant un arène où des gens se font décapiter et meurtrir tout les jours ? Qu’elle m’a surprise en train de bousiller des gens et qu’elle a tellement eu peur que ca a attisé ma curiosité et que j’ai fini par la suivre dans mon sanctuaire pour mieux lui arracher les cornes qui vont avec sa robe de combat ? Haha. Non. Crispée en souriant jaune, je pris mon temps pour répondre avant de lâcher un ;

- Dans son ancienne académie… J’étais la présidente du conseil et je l’ai aidé… à s’intégrer on va dire.

Et le sujet s’enfonça sur Undai justement. Des questions bêtes comme d’autres plus réfléchies se posèrent, et j’élucidais le mieux que je pouvais les informations ne devant être partagées. C’est une fois devant la maison de la directrice que  je me détendis. Sortant de la voiture après l’avoir parquée dans la garage -à côté des autres monstres automobiles-, je laissais le peuple descendre avant que le reste n’arrive, quelques secondes plus tard.

- T’in, je savais pas qu’on allait dans un château… Attends, t’as vu les voitures mec ?! C’est chez toi, Yume ?!

Secouant des mains en signe négatif, je rentrais dans la maison à la suite des autres avant de m’arrêter sur la vision d’une Dead Master en tablier… de cuisine. Elle fait donc la gâteau ! Sourire aux lèvres, je m’approchais d’elle pour déposer un chaste baiser sur sa joue tout en lui soufflant un « merci » avant de la présenter aux amis de Kaïla. Dois-je avouer que j’eus envie de dire qu’elle était l’une des servantes ? Haha ~

Après la visite de la maison, le monde s’en alla déjà dans le jardin où les festivités ont commencés. La piscine, le soleil, Ayame en maillot, des mecs accoudés pour la mater et elle… Digne à elle-même, assise dans son transat’ à faire baver autrui tout en les ignorant.

Et Giso ? Il est venu à l’heure convenue, la queue entre les jambes en comprenant qu’il était chez Dead Master avant de foncer vers la piscine pour sympathiser avec les autres. Vous croyez que quand il sortira son herbe, Ayame lui parlera ? Haha. Bon, il me restait une dernière chose à faire, et celle-ci consistait à demander à Kaïla de me rejoindre ici.

« Salut, je suis chez Ayame, tu sais venir me chercher quand tu rentres tantôt ? On pourrait aller manger quelque part pour ton anniversaire si tu veux. Je t’aime, à tantôt. »

Un simple SMS, un sourire amusé sur les lèvres, et il ne fallait plus qu’attendre. D’ici peu, elle sera là. Haha et mon cadeau en fait ? Vous le découvrirez quand elle le déballera !

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaori Eimin
★ Modo ★

avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 11/07/2014

MessageSujet: 14 ans.   Ven 8 Aoû - 15:04

Vous savez… c’est assez chaud de grandir sans s’en rendre compte. Un jour vous avez la taille d’un gnome et l’autre, c’est impossible pour vous de rentrer dans votre jupe préférée parce que celle-ci est devenue trop petite. Je crois que c’était ça la fatalité de ma vie en fait, je grandissais trop vite et je n’aimais pas ça. Mon enfance passait en un claquement de doigts, mon corps évoluait, du jour au lendemain, je me voyais porter des soutiens alors que la semaine passée, j’étais encore plate comme une planche.

Mais mon changement physique n’était pas la seule chose qui me faisait défaut -à dire vrai, j’aimais ce à quoi je ressemblais, plus je grandissais, plus je ressemblais à maman Ayame. Ce qui me dérangeait le plus c’était sans doute au niveau des études. Je suis restée… cinq mois à Sakura Gakuen pour finalement me voir désinscrire et passer à l’arrache les examens de fin de collège. La raison ? Bah parce que ma croissance a repris et que je ne pouvais le montrer à tout le monde.

J’ai donc eu deux mois intensifs extrêmes douloureux au niveau cérébral. J’ai dû bouffer de la matière de malade pour finir avec des notes -certes excellentes- à la fin de mon cursus scolaire. Une moyenne de nonante n’était pas donnée à tout le monde, surtout quand on voyait ce que je devais faire pour ! Et en plus de ça, mon calvaire n’était pas fini.

Comme je n’étais plus à Sakura Gakuen, il fallait que je continue à apprendre les matières premières pour que je puisse accéder à Undai Gakuen avec un niveau suffisant pour commencer mes années de lycéenne dans le bahut de Dead Master. Et c’est là… Que maman démoniaque a débarqué, tasse de thé en main sous un « Maaah ~ Shizuma-Chan te donnera cours à partir de maintenant ~ » Sérieusement… J’aurais voulu tout sauf ça.

C’est donc le nez dans des cahiers avec un précepteur d’enfer que je passais mes journées. Même si je n’étais plus dans mon collège, j’allais à Undai pour suivre les cours de la servante de maman, coincée dans une salle de classe avec moi seule comme élève et elle, le démon à écrire un millier de formule sur un tableau noir, espérant que je devienne plus intelligente que le semblant des mortels.

Je mourrais. De huit heures jusqu’à seize heures je ne faisais que ça, étudier, étudier, et encore étudier. Vous allez me dire que j’avais quand même de la chance de pouvoir passer « mes pauses » avec ma mère… Mais là encore, c’était juste horrible. En dehors de son minois dépité elle n’avait qu’un prénom aux lèvres. « Vipère » Non, elle ne disait pas ça, c’est moi qui l’appelais comme ça… Et si elle ne parlait pas du thon qui m’a fait naître, elle me parlait de mon cours, me faisant réciter quand j’avais un instant de répits. Joie. J’ai envie de chialer ouais !

Mais aujourd’hui était différent ! C’était mon jour de grâce, et ce, parce que c’était l’anniversaire de Kaïla-Chan ! Contrairement aux autres jours, j’ai été dispensée de l’après-midi -sous prétexte que je voulais aider maman pour faire le gâteau de Kaïla hein, l’autre folle de Shizuma, elle m’aurait pas lâché sans raison !- et c’est donc ainsi qu’à treize heures pile, je me laissais tomber dans le fauteuil de la maison de Kyoto ! Ouais, ouais, gâteau, gâteau et mon monstre de mère, ne tarda pas à me le rappeler pour me mettre aux fourneaux.

Je disais ça d’un air pas content, mais en réalité, j’aimais vraiment les moments rien qu’à nous deux. Ceux où elle parlait des œufs à battre plutôt que de sa blonde de femme absente lui faisant pousser de l’urticaire sous un manque de sexe palpable. Faut pas être savant pour savoir que maman Ayame était le genre de meuf ultra nymphomane, regardez son physique de ouf ! Plus tard, je serai comme elle ~

Mais laissons cela de côté et poursuivons sur la suite de MA journée de congé. Bah j’ai fait plein de trucs entre deux jeux vidéo, que ce soit ranger ma chambre ou aider maman dans ses paperasses, je suis même sortie en ville en dernière minute parce que j’avais oublié l’essentiel à cette fête. Pas moi, mais le cadeau de ma Kaïla !

Je dois avouer que j’ai vachement paniqué et que pour décrire ma réaction je dirais que je ressemblais à un hippopotame dans une boite qui essaye d’en sortir, j’ai supplié maman de me laisser prendre sa voiture. Ouais, j’ai reçu un refus catégorique, mais à la place, j’ai eu Shizuru. Entre les jumelles, y en avait pas l'une plus terrifiante que l’autre, elles l’étaient toutes les deux. Mais je n’avais pas vraiment le choix et certainement pas le temps pour refuser, c’est donc ainsi que je partis de la maison, servante en laisse -LOL- en direction du centre ville.

J’avais… Deux heures pour lui trouver un truc. Deux heures qui s’écoulaient comme une chute d’eau dans un verre ! En terme clair, le temps allait bien trop vite et au bout d’une heure trente, je n’avais toujours rien.

- Demoiselle Kaori, pourquoi ne pas lui offrir un cadeau personnalisé ? ~ Regardez ceci ~

Et ceci, c’était un bloc note. Au premier abord, j’ai cru qu’elle se foutait de moi, mais après avoir pris les feuilles de papiers en main, j’ai compris l’utilité de cet objet illicite. Et qu’était-ce ? Une sorte de paquet ticket. Dans le genre, sur chaque feuille, on écrit quelque chose qu’on offre à quelqu’un… Comme une poignée de bons/coupons ! C’était assez cool, mais en sachant ce que maman allait lui offrir, je trouvais ça assez pitoyable.

Mais j’ai quand même choisi de prendre ce cadeau… Et un petit plus également qui se dessinait comme étant une paire de lunettes -trop classe- fraîchement payée avec la carte bancaire de maman. Ouais, j’avais pas cinq-cents boules à balancer comme ça, je suis qu’une enfant, étudiante et… SANS BOULOT ! Voilà.

Une fois les emplettes faites, retour à la maison. Utilisant le voyage pour compléter les bons, je les glissais dans le sac cadeau de la paire de lunettes de Kaïla -histoire de ne rien avoir à faire en rentrant hein.

Parce que faut l’avouer, quand je suis arrivée à la maison… Alala. C’était du beau tout ça, je vous dessine le tableau, des gars/meufs dans MA piscine à moitié nus, ma mère, pas plus habillée qu’eux devant un troupeau de mecs et Yume-Chan qui souriait comme une cruche… Sérieux, je veux la même chose pour mon anniversaire !

Après avoir laissé les cadeaux à Shizuru, j’ai été près de maman pour la saluer. Rituel oblige, même si on s’est déjà vu, quand je rentre, faut que je lui donne le bisou du bonjour ! On aime l’inceste chez nous ~ Et plus sérieusement, j’aimais juste ses lèvres. Haha, cochonne ~

- Hum ~ Kaori-Chan devrait se changer également, veut-elle que je l’aide ? ~

Quand je parlais d’inceste hein ! Secouant de la tête pour répondre négativement à sa charmante invitation d’avoir ses mains sur mon corps, je me levais pour mieux me diriger vers la cabane du jardin et me changer. Bikini sur le corps, j’enfilais tout de même un gilet/capuche sans manches sur le corps avant de revenir sur les transats.

Bon, et on fait quoi maintenant ? Ah ouais… WE ARE WAITING ! ~

Chose qui m’a amusé… Trois minutes avant que je ne finisse dans l’eau avec les amis de Kaïla. Ils étaient sympas, quand un gars a posé un doigt sur moi, il l’a vite retiré sous l’air oppressant qui dégageait de ma maman et lorsque je m’agrippais aux dos d’une des filles… Ayame riait. Genre, c’est un ultra méga message pour me faire clairement comprendre : Deviens lesbienne ou suicide toi ~ Perso, mecs ou meufs, j’avais pas encore d’attirance pour l’un ou l’autre. J’étais une enfant innocente ! Ouais, tout le monde a déjà vu un porno et tout, mais chut ~

Je m’appelle Kaori-Chan et j’ai quatorze ans ! Huhu ~ Non, faut pas être con non plus, je compte garder ma virginité jusqu’à mes dix-huit ans mais c’est pas pour autant que je n’ai jamais rien vu d’étrange. Et je vous rappelle que j’ai Dead Master comme mère hein ! Et Kaïla… Comme grande sœur, meilleure amie, mère de substitution ! VOILA ! Tout ça pour clamer haut et fort que ce n’est pas normal que je devienne normale et saine d’esprit avec un amas de perversion autour de moi !

- Elle arrive !

HOURRA ! Libération ! Sortant la tête de l’eau en même temps que Yume nous demanda de faire le moins de bruit possible, c’est à ce moment là que mon nez a fait des siennes pour que j’éternue comme un cochon. Tu te vois rentrer dans une maison et entendre un groin ? Non, nous n’avons pas d’élevage de porcelets. Pas encore du moins… Alala.

____________________________





★ RDC ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   Ven 8 Aoû - 15:04

Aujourd'hui était un jour exceptionnel. C'était ce que les gens disaient à chaque fois que c'était leur anniversaire. Personnellement, je ne voyais rien de réjouissant à cela. Non que je n'aime pouvoir sortir me bourrer la gueule et mieux hurler partout que j'ai pris un an de plus, mais... comment dire... Je ne crois pas que c'était ainsi que je voulais que mon anniversaire se déroule. Et qu'est-ce qu'il y avait d'aussi terrible pour que je déprime au lieu de rire, sourire et boire ? Premièrement, j'avais cours, et peu importe ce que j'aurais pu dire à la prof, peu importe l'excuse de tonnerre que j'avais à lui balancer, je ne pouvais manquer son cours. Hahaha... Ha. Vous vous demandez peut-être depuis quand je me gêne de sécher, même sans raison ? Eh bien, depuis qu'Ayame est venue avec moi en classe, qu'elle a fait son show, et qu'elle a parlé de je ne sais quoi avec ma dite prof et que maintenant, elle ne me lâchait plus. L'enseignante, je veux dire. Non mais sérieusement... si je devais être transférée dans un autre cursus pour me pencher sur la robotique, me voilà contrainte de poursuivre là où j'étais parce que la prof voulait à tout prix garder un bon élément dans sa classe. Ouais, c'est ce qu'on dit. C'était également elle qui passait deux fois par semaine près de moi -dans l’amphithéâtre- à me poser des questions bizarres. Quel genre de questionnements ? Bah, par exemple si Ayame avait du temps libre, ou encore, si je n'avais pas son numéro question qu'elles s'arrangent une sortie ou je ne sais quelle autre connerie que la dirlo' de Undai a pu foutre dans l'esprit de cette meuf. Franchement... J'étais pas un hibou voyageur, ni un facteur, ni un messager quelconque !

La dernière fois c'était justement le numéro de téléphone de Dead Master qu'elle a pris pour cible, venant de temps en temps auprès de moi, feignant m'expliquer un procédé que je n'aurais compris, tout en glissant discrètement quelques mots sur un sujet complètement différent. Et comment m'en suis-je sortie ? Ha... Hum. J'aurais pu lui donner ce fichu numéro et avoir la paix, mais en même temps, si Ayame la remballerait, cela me retomberait dessus. C'est pourquoi, j'ai essayé de me défiler jusqu'à dire que je ne possédais pas ses coordonnées personnelles, mais que je pouvais lui fournir celles de Undai. Bah ouais, appeler la réception pour demander Dead Master-Sama, était faisable. Mais il y avait tout autant de chance qu'elle se fasse mettre en attente... pendant des heures. Ce qui, en quelque sorte, nous arrangeait tous. Surtout moi.

Au final, je ne sais pas si elle a réussi à joindre la dirlo' de Undai pour boire un café ou un autre verre illicite. Quoi qu'il en soit, avec un peu de malchance, je le saurais en ce jour, étant donné que j'avais cours avec. Soupir après soupir, je rentrais justement dans la salle d'études, m'installant au plus loin, avant que la prof n'arrive et m'oblige de me mettre devant. Ouais, elle était complètement tarée. Moi qui croyais qu'elle était une putain de sadique gelée n'étant attiré par rien d'autre que la souffrance de ses étudiants, j'étais... effrayée par son attachement à une personne qu'elle n'a croisé qu'une seule fois. Et encore, elle l'eut prise pour un de ses souffre-douleurs. Enfin. Soit ! Le cours...

Le cours se déroula plutôt bien, d'ailleurs, la prof n'est pas venue m'embêter avec le sujet Ayame. Tellement que j'ai même cru qu'elle regardait à travers moi. Genre, ça y est, j'ai eu ce que je veux, tu  ne me sers plus à rien, je te vois plus. Truc du genre. Après, cela m'arrangeait hein. Et c'est dans un calme relatif que le cours se passa, jusqu'au bout. Même s'il y avait un certain détail qui m'a dérangé tout au long de la journée, et non seulement pendant cette heure. Quoi ? Votre insistance, bande de cons. Et plus sérieusement... Les matières confondues, la plupart de mes amis n'étaient pas là. À croire que seule Yume m'aurait souhaité un joyeux anniversaire aujourd'hui... Et hum... Rouge. Soit, se remémorer sa manière de me le dire... Hum. C'était bien. Par contre ce qui l'était moins, c'est l'appel que je venais de recevoir, genre... maintenant, juste à la sonnerie de fin de cours.

-Bonjour ma chérie, toute la famille, papa et moi te souhaitons un joyeux anniversaire !

Merci mamaaaan ! Ouais... Mais non. Cela pourrait être si bien si après les échos à l'arrière-fond, je ne l'aurais entendue s'enfermer dans une autre pièce pour reprendre, avec bien moins de joie. « Maintenant que tu as grandi, il serait temps que tu réfléchisses à ton avenir, Kaïla. Tu as déjà vingt ans, et ce n'est pas en jouant avec des tournevis que tu te forgeras une réputation. Pense y. Et encore, passe un joyeux anniversaire, en espérant te voir bientôt à Kobe. » Yey. Raccrochant avant qu'elle ne trouve d'autres serments à me balancer à la figure avec toute le sens maternel dont elle pouvait faire preuve, je me fondis dans un long, très, très long et lourd soupir de découragement. Et mon cadeau dans tout cela ? Un livre de deux milles pages sur la gestion de biens immobiliers ? Sans doute, ouais. Autant que j'évite de demander des détails. Attendez... Tous ces gens que j'ai entendus à l'autre bout du fil, ils faisaient la fête sans moi ? Ha... ha. Sérieux, je n'avais qu'une envie, et c'était de rentrer à Kyoto et dormir. Quitte à fêter cela avec Yume. D'ailleurs, c'était le plan, on dirait, en vue du message que je venais de recevoir.

« Salut, je suis chez Ayame, tu sais venir me chercher quand tu rentres tantôt ? On pourrait aller manger quelque part pour ton anniversaire si tu veux. Je t’aime, à tantôt. » 

Et en plus je devais faire le taxi ? Ouais, j'étais d'une humeur de merde aujourd'hui, et râler était devenue mon passe-temps favoris. D'accord, j'avoue que j'ai quand même souri bêtement sur son « je t'aime » et que je m'empressais de répondre positivement à sa demande, dessinant plein de cœurs sur mon écran. Au moins elle, elle était là pour moi. Bon, fin de dramatisation. Il était temps de rentrer dans l'appart' pour mieux se téléporter dans celui de Kyoto et finalement prendre la moto et rouler jusqu'à chez Ayame. Franchement... Qu'est-ce que Yume faisait chez elle ? Aucune idée. Je préférais ne pas savoir en même temps. Tant qu'on puisse manger dans un endroit sympathique, cela me convenait.

Procédant comme convenu, j'arrivais devant mon destrier mécanique, à Kyoto, après une bonne heure, douche l'oblige, sans oublier le temps monstre que j'ai pris pour choisir des fringues. Parce que ouais, si Yume proposait un resto', ce ne serait -j'espère- pas celui au coin de la rue. Donc une tenue plus adéquate que jeans basket, est à aborder. Ouais, j'ai troqué le décontracté pour un slim noir, une chemise et... des chaussures, faut pas croire que j'allais me tuer les pieds en talons ! Puis pour conduire ma bête mécanique, ce ne serait évident pour changer les vitesses. M'asseyant dessus, je démarrais le moteur, direction la maison Ketsuki -comme on l'appelait entre autre.

Une demi-heure. C'était le temps que j'ai pris pour arriver devant la fameuse maison en verre. Parquant ma moto devant le garage fermé, j'essayais de zieuter par les baies vitrées pour voir si Yume était là. Mais rien... Il n'y avait personne. Elle était peut-être enfermée dans la salle de réunions d'Ayame ? Peut-être bien. Devant la porte, j'appuyais sur la sonnette, attendant qu'on vienne m'ouvrir. Je mens, j'ai appuyé et suis rentrée sans demander l'avis de quiconque. Bah ouais, c'était mon annif, alors je fais ce que...

Et je sursautais dès que je franchis le seuil, les sourcils froncés. Non mais je ne m'attendais pas du tout d'entendre un bruit dégueu en entrant dans cette baraque... Super silencieuse d'ailleurs. Ouais, c'est ce que j'ai cru avant qu'un « JOYEUX ANNIVERSAIRE ! » ne suive ledit bruit, et que des éclats de rire et autres résonnent partout. Heu ? Hein ? Me dirigeant vers les gens plus que mouillés, se trouvant à l'entrée du jardin, je m'arrêtais les deux pieds fermement plantés sur la carpette du hall. Hein ? Que... HEIN ?! Une fête surprise ?! On dirait bien, étant donné que je reconnaissais toutes les têtes s'y trouvant ! Entre Milo, Take, Kaori ou Ayame, il n'y avait pas de doute possible... Yume était à l'origine de cela. Même Giso était présent ! Levant les sourcils en lui lançant le regard en mode « mais tu fous quoi là ?! » je me fis assaillir par le monde. Remerciant gauchement les gens et leurs souhaits, c'est Yume que je pris pour cible. Ouais, en mode je m'en approche, je souris jaune -faux je souriais comme une bête- et je lui souffle un :

- J'ai rien vu venir Yume... Tu... Merci ~

Moi qui croyais qu'ils ont tous oubliés -Kaori y comprise- j'étais... carrément aux anges ! Piscine, boissons, fête, amis, copine, nourriture ! Il n'y avait plus que les cadeaux et le gâteau et c'était le paradis !


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   Ven 8 Aoû - 15:11

Je crois que lorsque j’ai entendu le groin de l’autre gamine, j’ai eu envie de la tuer. Chose que j’ai faite par ailleurs avec mon regard alors qu’Ayame pouffa de rire -certes silencieusement- mais quand même ! Attends, c’était un anniversaire « surprise » et le but de celui-ci n’était pas de se faire remarquer bande de cons ! Maudissant intérieurement la gamine, je changeais de tout au tout mon expression lorsque les gens se ruèrent vers l’entrée de la maison pour venir hurler en cœur :

« JOYEUX ANNIVERSAIRE ! »

Et dire qu’un court instant, j’ai cru qu’ils allaient la taper au sol comme une bande de veaux en ébullition devant une motte de paille. Accompagnant le groupe qui souhaitait tour à tour un joyeux anniversaire à Kaïla, je restais en arrière, regardant sa tête devant toutes les embrassades, poignées de mains, tapes dans le dos de ses amis. Sérieusement, j’étais contente pour elle. Même si sa tête de con ne changeait pas, on pouvait voir une lueur de joie dans son regard et rien que pour ça, j’étais fière d’avoir accompli la surprise, à sa réussite ~

- J'ai rien vu venir Yume... Tu... Merci ~

Et d’autant plus quand elle me remercia, me faisant rougir par la même occasion. Croisant son regard en déposant ma main sur sa joue, je poussais légèrement son visage sur un « Hum » ne voulant rien dire, mais bien assez pour que je n’en rajoute. Un bisou ? Ouais, mais plus tard, pour le moment, elle venait de se faire assaillir par la hordre de veaux qui lui tendaient leur cadeaux un à un.

- On sait que t’es une petite perverse, alors mate moi ça !

Et ça ? Une sucette… en forme de vulve, avant qu’un autre gars ne surenchérisse sous un « Sauf si tu préfères ça ! » Et là, bah c’était le bâtonnet de colorent en forme de pénis. Haha… C’est quoi ces gens ? Levant un sourcil alors que des cadeaux -plus insolites les un que les autres- volèrent, je gardais un sourire aux lèvres devant ses expressions faciales.

Non, décidément, ce n’était pas fini… Et à présent, c’était à Kaori de lui donner son présent pour son anniversaire. Tenue en haleine par cette tête blonde, je me rapprochais de Kaïla pour voir ce qu’était le bon qu’elle lui présentait… Un chéquier ? Non, plutôt des feuilles de papier. Haha, genre pour qu’elle prenne note pendant ses cours ? Amusante la gamine. Hum.

- Donc ma Kaïla, t’as dix bons ! Avec ça, tu peux me demander ce que tu veux, mais attention, faut que tu utilises le bon coupon, sinon il sera perdu ! Et y a pas de possibilités de remboursements ~ Allez, allez, utilise en un !

Ah ? Personnellement, j’ai rien compris, et je ne m’attardais pas à saisir les feuilles des mains de ma copine pour lire ce qu’il y avait dessus. Petit vœux, moyen vœux, grand vœux… C’était quoi ça ?

- C’est quoi un petit vœux ?

Parce que oui, je n’étais pas experte en cadeau de gosses, mais celui-là, je pouvais clairement dire qu’il était bizarre. Levant le regard sur Ayame pour voir si elle, elle savait, je me heurtais à un haussement d’épaules suivi d’un signe négatif de la tête… Et bah on n’est pas sortie de l’auberge si même la grande Dead Master ne sait pas de quoi il en retournait.

- Sans doute un petit truc… Genre je ne sais pas, un bisou ?

A tenté de deviner une amie de Kaïla avant de se faire arrêter par le doigt de Kaori qui se balançait de gauche à droite devant sa tête. « Non, ca c’est un vœux moyen ! » Et même sur la joue ? C’est du n’importe quoi. Croisant les bras en poussant un soupir devant cette énigme - qui nous a tous littéralement stoppé en pleine fête-, je tentais de me creuser la tête…

- Maaah ~ Serait-ce peut être… ~

Non mais non, qu’elle dise rien, elle va juste sortir un truc extra pervers et on sera là tous comme des cons, la gueule ouverte devant elle. C’était obligé de mettre ma main sur ses lèvres pour qu’elle se taise ? Ouais.

- Rah, vous êtes nuls ! Tiens ~

Sympa. Et c’est quoi ? Me penchant légèrement pour voir le sac que lui tendait Kaori-Chan, je levais un sourcil en y voyant… une autre boite. A lunettes avec… Sérieux ?! « CA c’est un petit vœux ~ » Ouais et quoi, le grand vœux c’est une villa comme celle-ci peut être ?!

- Attends, c’est des pilotes non ?

Pilotes ? Effectivement. Une des marques les plus en vogues au Japon ces derniers étant avec des verres hors de prix pour une monture en titane forgée… Et mon cadeau ? J’hésitais à le lui donner… Souriant jaune alors que Kaori se fit tirer par Ayame, je ne prêtais guère attention à ce qu’il se passait de ce côté là, préférant… Peut être aller chercher ma boite pour la tendre à ma copine.

Toussotant légèrement en allant la chercher dans le salon, j’hésitais à retourner dans le jardin. En même temps, ce n’est pas le prix qui compte, c’est la qualité ! Ouais ! Ouais.

- Kaïla ? Tu… veux bien ouvrir le mien ?

Va, prends et on avisera si t’aimes pas.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   Sam 9 Aoû - 21:34

Cette Yume ! Il faudra que je la tabasse après pour cela ! Pourquoi au juste ? Pour m'avoir si bien caché la vérité quant à la fête surprise qu'elle a organisé. Ouais, je penserais à un plan d'attaque un autre jour, parce que là... je venais totalement de me faire assaillir par les gens présents à la fête. Mais genre vraiment à fond au point que je songe à mettre une barrière de protection entre moi et eux. Non mais franchement, c'était pas permis de s'approcher autant de... Cadeaux. Changeant de tout au tout, passant de la position de défense à celle dite open-space, je me réjouissais déjà de découvrir ce qui se cachait derrière les papiers emballages tricolores des invités.

- On sait que t’es une petite perverse, alors mate moi ça ! Sauf si tu préfères ça ! 

Ouais bon... Ce n'était pas vraiment ce à quoi je m'attendais. Affichant une mine entre déconcertée et horrifiée, je pris par automatisme les sucettes que les mecs de ma classe me tendaient. Depuis quand étais-je devenue une obsédée à leurs yeux ? Je ne voulais même pas savoir ce qui leur faisait croire que c'était le cas... Ne sachant si je devais remercier les gras ou pas, pour ce cadeau des moins... des plus étranges en fait, je les déposais sur une table en bois sortie pour la journée, me demandant ce que j'allais faire avec cela. Non, il était hors de question que je les bouffe. Vous m'imaginez lécher une vulve en sucre ? Bah moi pas, bande de pervers en rut. Si j'avais envie de m'entraîner, je n'avais qu'à utiliser celle de Yume. Hum. Stop ! Je meurs.

- Donc ma Kaïla, t’as dix bons ! Avec ça, tu peux me demander ce que tu veux, mais attention, faut que tu utilises le bon coupon, sinon il sera perdu ! Et y a pas de possibilités de remboursements ~ Allez, allez, utilise en un ! 

Et je n'étais pas au bout de mon calvaire d'incompréhension, étant donné que c'était à Kaori de s'y mettre. Et de quelle manière ? La plus étrange qu'il en existe, évidemment. Ouais, parce que j'ai rien compris quand elle me tendit un bloc de feuilles -ou je ne sais quoi là- et qu'elle déclara que grâce à ces bons, je pouvais lui demander ce que je voulais... Enfin, je crois. Et je n'étais pas la seule perplexe, vu que Yume m'arracha mon dit cadeau des mains pour l'examiner à son tour, tandis que mes amis se rapprochèrent également pour cet effet. Et moi ? Bah, j'écoutais, espérant que quelqu'un m'explique comment ce truc fonctionnait. Sans omettre de remercier gauchement Kaori, par politesse, ouais. Parce que là... «  Sans doute un petit truc… Genre je ne sais pas, un bisou ? » On était pas sorti de l’auberge hein. Regardant tour à tour ceux qui posaient des suggestions, et Kaori, je me grattais la tête en signe d'impuissance, ne sachant quoi demander... « Non, ca c’est un vœu moyen ! » Parce que ouais, si le bisou représentait un veux moyen... Un petit c'était quoi ? Genre « apporte moi une tasse de thé » ? Qui sait... Justement, avec la tête blonde, on ne sait jamais.

- Rah, vous êtes nuls ! Tiens ~  CA c’est un petit vœux ~

De... ? Sortant les lunettes de leur étui, je les examinais sur toutes les coutures avant de... Haha... Voilà un cadeau digne de ma grandiose personne ! Et plus sérieusement, j'aimais bien, suffisamment pour vouloir choper Kaori et lui remercier convenablement tandis que lesdites lunettes se virent retirés de mes mains par d'autres, avides. Et bien, si cela, c'était un petit vœu, j'étais prête à demander un yacht et une mer privée pour naviguer dessus avec ce dernier ! D'ailleurs, j'allais dire la plaisanterie à haute voix, mais je me fis vite dissuader de blaguer quand la petite tête blonde se retrouva en retrait, sous le feu du regard d'Ayame. Ha... ha... On parie combien qu'elle a acheté les montures et verres à plus de deux milles vu la marque, et ce, sans la permission de la dirlo' de Undai ? Ha... Soit ! Continuons la fête !

- Kaïla ? Tu… veux bien ouvrir le mien ?

Hein... Hein ?! Et moi qui croyais que son cadeau c'était justement la surprise d'organiser tout cela, j'étais... Plus que curieuse de voir ce qui se cachait dans la boite que Yume me tendait avec tant d'hésitation. La grande Black Rock Shooter, timide ? Ouais, et j'adore. Sourire d'une oreille à l'autre, je me sentais comme un gosse à Noël, déballant précipitamment ce qui se cachait à sa vue. Finissant par ouvrir la boite, sans me préoccuper du reste, je... Je ne bougeais plus en l'ayant ouvert, la bouche en forme de « O », tandis que les gens se demandaient -ouais je sentais leurs regards par-dessus mon épaule- ce qui s'y cachait. Et qu'était-ce pour que je sois à ce point excitée ? Un nouveau casque ! Mais ce n'était pas tout ! Et je le captais en le retirant de la boite, y voyant autre chose au fond. Sortant le tissu cuirassé, je me redressais tandis que ledit vêtement prenait forme sous mes yeux. Une combinaison de motard... Mais une plutôt classe, à première vue. Puis-je... ? Bien sûr, c'est ma fête.

Sautant dans les bras de Yume, c'est sans gêne -une fois dans ma vie- que je lui roulais une pelle sous les sifflements amusés de mes potes. N'y prêtant attention, je lançais des milliers de « merci, merci » à la volée, avant de déclarer que j'allais tout de suite essayer la combinaison. Tellement sur le champ que je m'en allais de ce pas dans la maison -plus précisément dans la salle de réunion de Dead Master- pour enfiler la bête noire. Haha... Matérialisant un miroir -discrètement hein- je me regardais dedans. Beau mais... Osé. Ouais, c'était le moins qu'on puisse dire. Parce que sérieusement, plus moulant tu meurs. Et c'était quoi le truc derrière ? Ha ? Ne comprenant l'utilité de la bande de tissu dans mon dos, je sortis de la salle en débarquant dans le jardin, l'air interrogateur.

-C'est génial ! Mais à quoi sert le truc dans le dos ?

Ha... ? Aurais-je dû refermer davantage la tirette au niveau de ma poitrine ? Ou c'était simplement le tout qui me donnait l'impression que je me faisais sonder par des dizaines de regards. Hum... Ca y est, je vais me rétracter doucement... lentement... Ouais. Sauf que non. Et je le réalisais quand dans ma fuite improvisée, je me fis intercepter par les servantes, et une autre boite. Déconcertée, je ne bronchais pas, et ce jusqu'à ce qu'elles m'expliquent, tout en me tendant ladite boite :

- Votre cadeau, Dame Kaïla ~ De nous deux ~ Dame Ayame nous a dit que vous allez apprécier ~

Vraiment ? Intriguée, oubliant ma gêne passagère, j'entrouvris la boite avant... de la refermer brusquement, rouge de la tête aux pieds. Ouais... Riant nerveusement avant de bégayer sous le surplus de sang m'étant monté à la tête, je ne savais où me mettre. Non mais c'est quoi ce bordel ?! Quoi ? Un godemichet, ceinturé à double entrée ? Et c'est Ayame qui a... Fichue perverse ! Honteuse, je ne savais même pas comment remercier les deux femmes qui avaient l'air ravie de l'effet qu'elles m'ont fait avec cette offrande. Franchement, cette maison était remplie de pervers ! Partout ! A l'aide. Surtout à l'instant où les gens se déplacèrent dans ma direction pour venir voir ce qui me mettait ainsi, dans tous mes états. Vœux ! Ouais !

-Kaori ! J'utilise un bon ! Tu... Mets cette boite loin des yeux des gens. Et... gâteau ?

Ouais, je délirais de honte. Fourrant la boite dans les mains de la gamine blonde, c'est vers Ayame que mes yeux se tournèrent -lancèrent des éclairs oui- pour la dernière partie de ma tirade. Ouais, autant qu'on mange et puis... piscine, femelles, mâles, alcool, et... musique ? Eh... L'est où Yume ? Qu'elle vienne sauver mon esprit pur de tous ces vices.


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   Sam 9 Aoû - 22:53

Sérieusement, je n’étais du tout sûre de mon cadeau. Lorsque je me suis retrouvée dans le magasin d’accessoires de moto, je ne savais pas vraiment ce que je cherchais… Ce n’est que par pur fantasme que j’ai choisi la combinaison qu’elle avait l’air de tant apprécier et pour le casque… Il était stylé, voilà tout. Me raclant la gorge alors qu’elle se confondait en remerciement à mon égard, ce n’est pas ses mots qui me touchèrent mais plutôt ses lèvres… Au sens propre du terme. Recevoir un tel baiser, devant tant de gens, tout comme ça sans que je ne m’y attende… Sérieusement Kaïla ! J’en rougissais. Terriblement, au point que j’en ai le tournis et que je doive me tenir à la première chose qui me tombait sous la main pour ne pas chuter comme une masse. Kaïla ! Perverse ! Mieux, viens me peloter tant que nous y sommes ! Je… N’étais pas contre non plus. Silence, vous savez tous que MA perversité n’était à refaire.

Mais laissons ça de côté, et tournons-nous plutôt vers le maître de la demeure qui… grondait sa gamine alors que Kaïla était déjà partie, sans doute pour essayer sa nouvelle tenue. Soupirant en posant ma main sur l’épaule d’Ayame, je laissais un fin sourire moqueur se dresser sur mes lèvres alors qu’un simple « Avare ~ » traversa mes lèvres au même moment où j’évitais déjà l’objet contondant avec lequel elle essayait de me trouer… Et elle sortait d’où cette… Branche ? Haha, du sol. Riant tout en me courbant le dos pour que son bout de bois ne s’éclate sur ma tête, je me divertissais presque sous ses attaques dites « faibles ». Non mais sérieux, depuis quand Dead Master à l’air si… humaine ? Et moi… d’ailleurs.

- Maaah ~ Yume-Chan ne sait-elle pas qu’il est dangereux d’ainsi insulter Dead Master-Sama ? ~

Ah. Et ce ah se conclut sur une tête blonde qui venait de me faire un croche-pied pour mieux me rattraper dans une chute -que j’aurais pu éviter sans moindre soucis. Grimaçant devant l’air trop Ayame de Kaori, je me redressais pour mieux la repousser et faire vingt pas en arrières. J’ai toujours dit que cette gosse était louche, mais de là à ce qu’elle devienne si… si « Eimin » Arf. Qu’on génocide la planète entière, inutile de continuer à nous faire souffrir inutilement.

-C'est génial ! Mais à quoi sert le truc dans le dos ?

Me tournant vers la sortie du jardin -à savoir l’entrée de la maison-, je restais sans voix lorsque Kurayami revint… Et je n’étais pas la seule en vue de toutes les paires d’yeux qui la fixaient. Je crois même qu’un court instant, même Ayame a été surprise… Et moi ? Moi la réaction ne se fit attendre, un fin filet de sang coulait déjà de mon nez alors que mon amie compris… La raison d’un tel arrêt sur image soudain. Attends… Quand j’ai acheté la tenue, je ne m’attendais pas à ce que voilà, pas comme ça du moins, pas aussi bien et aussi… « Tu déconnes ? Trop… Sexy… » Ouais, c’est ça bestiole blonde.

- Votre cadeau, Dame Kaïla ~ De nous deux ~ Dame Ayame nous a dit que vous allez apprécier ~

Je crois que cette partie je l’ai sauté, je ne m’intéressais même pas au cadeau que les servantes ont pu lui donner… Non, j’avais autre chose à faire et cela consistait à me vider de mon sang. Ce n’était que dans les mangas et animés que les gros pervers pissaient du sang du nez devant une créature de rêve, mais sachez que cela arrive en vrai également ! Et je le vivais. Tellement que je me suis épongée avec une dizaine de papiers essuies-tout. Toussotant pour reprendre contenance après ce, ca, je me raclais la gorge, mon regard se posant indubitablement dans le décolleté plongeant de Ma… Ma.

-Kaori ! J'utilise un bon ! Tu... Mets cette boite loin des yeux des gens. Et... gâteau ?

Stop. Prenant une grande inspiration, c’est d’un pas décidé que je me dirigeais vers Kurayami. Les sourcils froncés, le visage froid, et… Et finalement, je ne pouvais retenir ce sourire ravageur en disant long sur mes pensées et sa tenue. Non, si les autres me regardaient, ils me prendraient inexorablement pour une bête en chaleur… Regardez seulement les regards de la chatte verte ! Hum.

Arrêtant Kaori dans sa fuite -avec le cadeau de Kaïla-, je me permis de jeter un coup d’œil dans ladite boite avant… de me liquéfier. « Ne… Yume… C’est ? » Rien du tout putain ! Non mais c’est qui, qui offrait des trucs comme ça devant tant de monde aussi ?! Et non, je n’étais responsable de la future perversité de la fille d’Akiha ! Ne me tenez pas responsable pour ça ! Il en était hors de question et même si vous tentiez le coup, je… Je remettrai la faute sur les jumelles ! Que dis-je, sur AYAME ! Ouais ! C’est elle ! Et toujours… Elle. C’est bon, je peux m’évanouir ?

- Huhu ~ Avant de souffler tes bougies, voici ~

Relevant le regard lorsque la directrice d’Undai tendit un petit sac à Kaïla, j’arrêtais toute respiration… Non. Pas, ca sera trop bizarre. M’avançant vers la foule tout en posant ma main sur le sac que tenait mon ancienne élève, je l’intimais d’attendre alors que de mon côté, je lançais aux invités « Allons… dans la cuisine pour le gâteau… » Oui, parce que je ne voulais pas la mettre mal à l’aise… Le cadeau d’Ayame pouvait relever des questions qu’elle n’avait sans doute pas envie que ses compagnons d’université ne posent. Et plus sérieusement… Je crois que ce serait mieux pour elle et pour Ayame d’avoir « cet instant ».

Me dirigeant à la suite du groupe vers la salle à manger, je laissais les servantes s’occuper du gâteau -à savoir mettre les bougies dessus- pendant que nous prenions place autour de la table. Me retrouvant devant Kaori -qui gardait jalousement une place pour Ayame-, je laissais mes yeux azurés descendre sur ses traits… Décidément, plus elle grandissait, plus elle ressemblait à Ayame… Il n’y avait que ses cheveux qui montraient qu’elle n’était une parfaite japonaise… Vraiment.

- Ne fais pas cette tête ~ Elle va adorer, j’ai choisi la destination avec Ayame-Chan ~

Quel enfant… De notre époque appelait sa mère par son prénom avec autant de désinvolture en sortant d’un milieu noble ? Kaori Eimin, la fille de la femme la plus puissante de ce monde. En l’occurrence, ma demi-sœur… Même si je ne la considérais comme telle, autant qu’Ayame n’était guère ma mère mais toujours… « Mon maître ». Depuis quand, n’avais-je eu ces pensées ? Tellement mais mes réactions n’étaient celles d’avant non plus, ce n’était plus une fatalité que je ressentais en pensant ainsi… Non, seul un pincement au cœur persistait.

- Kaïla-San ! Ton gâteau va refroidir !

Souriant alors que la bande de veaux éclatait de rire, je me tournais vers le jardin pour espérer voir ce qu’il se fricotait là-bas… Et se fricoter, je ne m’attendais pas que cela signifiait s’embrasser. Entrouvrant les lèvres alors que je voyais… Ma… avec Ma… Détestable.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   Lun 11 Aoû - 16:12

Fuis Kaori, fuis ! Casse toi loin avec ce cadeau insolite que je ne comptais jamais utiliser ! Ouais, bah elle n'a pas couru assez vite, rattrapée par ma chère copine, devenue aussi rouge que moi après avoir entraperçu ce qui se cachait dans la boite. Haha... Fais chier. Tellement que je grimaçais sous l'inefficacité du bon que je venais d'utiliser pour fuir la situation. Ouais, je parle encore de la fuite, mais c'était en quelque sorte la seule option envisageable en vue du merdier de perversité dans lequel je venais de me fourrer. Sans faire exprès hein, je n'étais fautive des cadeaux d'autrui ! Tellement pas que si Ayame ne m'avait sortie de ma liturgie -lamentation ouais- je serais déjà tassée sur moi-même dans un coin de la demeure, en train de crever sous le réchauffement de mon cerveau. Et comment la dirlo' a réussi à me sortir l'objet phallique de l'esprit ? « Huhu ~ Avant de souffler tes bougies, voici ~ » En me tendant un sac. Qui contenait quoi ? Je voulais le découvrir, mais je ne le sus, quand Yume m'arrêta en plein mouvement, demandant aux invités de se rendre dans la cuisine, me laissant seule à seule avec Ayame. Quoi ?! Si c'était encore un truc pervers, je n'en voulais pas, bordel ! Et c'est avec prudence que j'écartais les deux bords du dit sac, demandant par la même occasion, ce qui s'y cachait, ne voulant vraiment être surprise par quelque chose qui me donnerait envie de monter sur ma bécane, et me barrer d'ici.

- C'est quoi ?

La réponse fusa aussitôt, suspendant par la même mon geste, tandis que mon visage se teignait de rouge « Un autre God, bien entendu ~ » Éloignant le sac de ma personne, je le tendis à Ayame en hurlant limite que je n'en voulais pas dans ce cas, ayant assez avec un seul. Sans vouloir vexer les servantes hein, c'était juste que... C'était déstabilisant hein. Autant que la taquinerie de la femme devant moi, ouais. « Huhu ~ Ouvre le, ne soit pas aussi, prude ~ » Et mon poing dans ta jolie face, tu le veux ?! Offusquée par sa moquerie, je ramenais le sac vers moi, une grimace barrant mon visage, tandis que je descendis mon regard vers l'intérieur du dit sac. Perplexe, j'en sortis trois enveloppes, et ne pus m'empêcher de plaisanter, à mes dépends.

- Y a quoi dedans ? Une invitation pour un sauna érotique ?

Je n’aurais pas dû ? Bien sûr que non ! Regardez un peu son sourire pervers qui s'agrandit. J'en avais froid dans le dos, carrément. « Cela t'aurait-il plu ? Si tu désires tant que je t'accompagne dans ce genre... » Je la coupais avant même qu'elle ne puisse imager ses paroles dans des fantasmes abjectes dont elle était l'experte. Hurlant que non, je ne comptais aller nulle part avec sa personne, je finis par lâcher un lourd soupir et ouvrir la première enveloppe, espérant de tout cœur que justement, je n'ai pas visé juste. Sérieux... ? Écarquillant les yeux en voyant deux billets d'avion -avion au nom d'Ayame-, ce n'est pas cela qui me mettait dans un état de choc, mais plutôt la destination. Tahiti ? Pour deux ? C'était un cadeau bon à offrir pour un voyage de noce, lune de miel, et non pour un anniversaire... C'était...

- Sérieux ?

Incrédule, je lisais et relisais les informations écrites sur le billet, essayant de faire entrer l'information dans mon crâne. Je n'ai jamais été aussi loin -ouais, je n'ai jamais quitté le Japon en soi mais bon- alors une destination rêvée des vacanciers les plus en vogues... C'était... Et les autres enveloppes ? Passant celle que j'ai ouverte en-dessous des autres, j'ouvris celle portant le numéro deux, appréhendant ce que j'y découvrirais. A savoir, le prospectus d'un hôtel cinq étoiles au cœur de l'île. Feuilletant rapidement ledit carnet, seul un « Sérieux... ? » traversa mes cordes vocales tandis que je m'empressais d'ouvrir la dernière enveloppe. Où un chèque de cinq milles dollars s'y trouvait... Et là, bah... Là Ayame venait d'offrir à Yume et moi un voyage tous frais payés, digne d'un... Je ne sais pas, c'était trop... Non pas question fric, vu qu'elle roulait dessus, mais question... bonne intention. Ouais... Gentille... Non...

- Oï... T'es vraiment sérieuse ?

Relevant le regard, je le rivais dans les billes de la femme en ma compagnie, l'air de me demander si elle ne se foutait pas de ma gueule ou quoi. Ouais, même moi, je connaissais l'avarice de la grande Dead Master. Ha... ha. Hum. « N'en ai-je pas l'air ? ~ » Ouais, juste, mais... Mais c'était vraiment chaud et tout. Il y a de là un ou deux ans, elle ne laisserait jamais Yume quitter Undai à part pour ses propres intérêts, et là, elle nous offrait cela ?! La maternité lui aurait bousillée les idées ? Tant mieux. Merci Kaori, haha. Ouais, mais j'exprimais quand même mon point de vue, gardant précieusement les enveloppes dans mes mains. «  C'est... un peu trop non..? » Tellement que je ne savais dire si un simple « merci » serait convenable, vu que je l'ai utilisé pour des cadeaux comme un bonbon en forme de vulve. Hum, j'arrête là, les idées perverses. Embarrassée par l'énormité de sa surprise -en plus de laisser sa maison au bon vouloirs de jeunes adultes en rut-, je… eh bien, j'ai fait la plus conne chose qui put me passer par l'esprit à cet instant précis. Et de quoi s'agissait-il ? Bande de curieux... Je lui ai fait un câlin. Ouais, genre, j'entoure mes bras autour d'elle dans un « c'est trop sympa » et me recule. Suffisant ? Pas pour la vieille Eimin, on dirait.

- Maaah ~ Remercie moi convenablement dans ce cas ~ Embrasse moi, Kaïla.

Hors de question. Et je le lui fis comprendre par la seule expression se peignant sur mon visage. Non mais, ce n’était pas ma faute qu'elle était en manque hein ! Je n'allais céder à ses pulsions perverses en prétendant devoir remercier sa personne pour le cadeau qu'elle m'a donné, pour mon anniversaire en soi. Les sourcils froncés, je finis par soupirer sous son regard insistant, et déposer une bise sur sa joue, avant de vouloir me barrer dans la cuisine quand l'appel de mes amis se fit entendre. Ouais, c'est tout. « Vraiment ? ~ Tu me connais, n'est-ce pas ? Crois-tu que je me satisferai uniquement de cela ? ~ Approche, mon cœur ~ » Jamais. Mais mon « jamais » n'eut jamais le temps de sortir dans un son significatif, que je me retrouvais contre Ayame, sa bouche plaquée sur mes lèvres et... Non mais... Non. Ne sachant où en donner de la tête quand elle se recula de moi en gloussant, j'hésitais entre hurler et tomber dans les vapes sous le surplus d'émotions négatifs... La foooollle ! Et d'autant plus que... Yume. Et c'est quand je croisais son regard, que je devins livide, pleurant limite sous la fatalité de ce qui se passait. Parce que ouais, voir sa copine se faire embrasser comme ceci, n'était plaisant... Et je... Je pleure. Non pas pour du vrai, mais presque.

Déposant les enveloppes avec le reste des cadeaux, je me préparais à affronter le peuple de la cuisine, et surtout ma copine. Copine qui se fit intercepter par Ayame, mais dont je ne sus entendre de quoi elles parlaient, étant trop stressée par les conséquences du baiser échangé avec la dirlo' de Undai. Toujours habillée de la combinaison offerte par ma copine, je me dirigeais vers la cuisine, posant une main sur l'épaule de Yume, et m'excusant à mi-mot de ce qu'elle a vu.

-Yume... Je... Ce n'est pas ce que...

« ...tu crois » ? Ouais, c'est clair. Sauf que je n'ai pas eu le temps de finir ma phrase que les gens se sont mis à hurler « GATEAU ! » à tue-tête. Souriant jaune, je me détachais de Yume à contrecœur, poussée par l'assemblée devant les bougies. Donc... « Fais un vœux ! » D'accord. « Souffle ! » J'y vais. Et je soufflais, éteignant les bougies dans des « Joyeux anniversaire ! » chantés assez faussement d'ailleurs. Finissant par sourire malgré mon état mitigé, je dus suivre le mouvement, m'asseyant à une place m'étant réservée, un morceau de gâteau sous les yeux. Relevant le regard vers Yume, j'essayais tant bien que mal de communiquer avec elle. Bah ouais... Genre... C'était l'heure de boire dans la piscine ? Yep'.

« Happy Birthday ~ »


____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   Lun 11 Aoû - 16:35

Jalouse était le terme que j’utiliserais pour me décrire à cet instant… Après tout, voir Kaïla se faire embrasser par Ayame n’avait rien de plaisant, surtout en connaissant le passé de celles-ci. Remontais-je à quelques temps pour noircir mon humeur ? Tout à fait. Broyant du noir sous des regard sombres que j’envoyais à quiconque m’adressait la parole, il n’y avait que Kaori qui osait « blaguer » quant à la tête que je tirais alors que les amis de Kaïla restaient étrangement calmes… Attends, mon aura était aussi palpable ?

- T’sais, tout le monde finit par se faire embrasser par maman, elle le fait bien tout le temps avec moi !

Ouais, mais ça c’est parce que vous avez un sérieux problème incestueux dans votre famille et qu’Ayame n’est qu’une putain de pédophile en manque. Haha. Levant les yeux au ciel alors que les veaux autour de la table meuglaient leurs incompréhensions, je levais la main en signe de négation, ne voulant les laisser interférer dans ce qui sera, ma prochaine dispute avec mon ancienne élève.

Du moins, c’est ce que je crus jusqu’à ce que la main de Dead Master ne se colle à ma chair, que son souffle glisse le long de mon cou et que d’un coup de langue bien senti, elle me susurre « Maaah ~ Ne t’inquiète donc pas ainsi, j’ai toujours une préférence pour tes lèvres, Yume-Chan ~ » Ouais. Bah finalement, j’en veux que dalle à Kaïla hein, c’était de l’histoire ancienne non ? Il s’est rien passé, voilà tout. Et puis, je pouvais pas lui bouder dessus devant ses potes, le jour de son anniversaire ! Parce que sérieusement, ce serait gâcher la fête et puis…

-Yume... Je... Ce n'est pas ce que...

Mais non arrête ça. Ouais, d’accord ? J’aurais voulu lui dire qu’elle n’avait à s’en faire, mais les événements se bousculèrent d’eux-mêmes, m’empêchant juste de lui hurler « J’embrasse mieux que toi Ayame de toute manière » alors que Kurayami souffla ses bougies devant l’euphorie du groupe. Des applaudissements, des chants cassant et un gâteau magnifiquement délicieux. Parfois je me demandais… Comment je pouvais être aussi nulle en cuisine en ayant eu Ayame comme tutrice. Justement, là était la réponse dans la question… Haha. Hum.

Et la fête se poursuivit également, après le gâteau, ce fut la piscine et l’alcool qui coula à flot. Entre les mecs qui se roulaient de l’herbe avec une Ayame étrangement intéressée, une Kaori qui essayait de désaper Kiwi pour qu’elle enfile un maillot et moi, assise dans un transat’ avec un cocktail en main, on peut dire que cette journée était réussie. Parfaitement même.

J’étais vraiment contente de ce jour, allant jusqu’à garder un air serein sur les traits tout le long, souriant à l’encontre de celle qui fêtait son anniversaire en ce jour, finissant limite par un feu de joie et d’artifices dans le jardin de la demeure Ketsuki, elle, blottie au creux de mes bras. Oui, c’est avec Kaïla que j’étais vraiment heureuse, elle était… Ma famille, après tout.

- O tanjôbi omedetô gozaimasu, Kaïla ~

Et c’est sur un baiser intime, que cette fête s’arrêta. Vers cinq heures du matin, la moitié des animaux fermiers pionçaient à même le gazon alors que les plus chanceuses arrivèrent jusqu’à l’intérieur de la maison pour trouver un lit confortable. Chose que nous fîmes également, Ayame nous ayant laissé sa chambre sous des rires pervers alors qu’elle décidait de passer sa nuit avec sa fille tandis que les autres filles se partagèrent la chambre d’amis. Les hommes ? Dehors, autour de la piscine.

Quoi qu’il en soit… Ce moment battra encore longtemps, dans l’esprit de chacun d’entre nous ~

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un anniversaire, ça se fête !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un anniversaire, ça se fête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Anniversaire 2010 du Chef d' Etat-Major
» BON ANNIVERSAIRE DROOPY
» Un anniversaire oublié [Privé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Kyoto :: Demeure Ketsuki - Eimin-