AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 F12berlinetta, un caprice si peu cher ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Ven 11 Juil - 18:59

La voiture.

Au diable ces imbéciles qui peuplaient cette planète, j’étais la meilleure, la plus forte, la plus intelligente et sans doute, la plus belle ~ A se demander ce qu’il se passait pour qu’une fois de plus, une de mes crises d’égocentrisme n’éclate en ce jour ensoleillé ~ Pour comprendre cela, retrouvons-nous chez un concessionnaire de bolides automobiles, ma personne regardant avec envie quelques modèles ayant attirés ma curiosité depuis longtemps ~

Marchant à travers les voitures, je cherchais mon coup de cœur parmi celles présentes, s’étendant sur deux plate-formes d’au moins cent mètres carré. Vous-vous demandez sans doute ce que je faisais ici alors que mon garage était plein de petits bijoux ~ Disons juste que j’avais envie de nouveau, d’une nouvelle perle pour accentuer ma collection automobile ~

Un jouet dans lequel je me plairais de conduire, d’explorer une fois de plus le sol Nippon lors de mes longues réunions à travers le pays. Après tout, une femme de mon rang se devait d’être à la pointe du siècle, que ce soit au niveau technologique que attelage.

- Super maman ! Regarde super celle là ! Elle est super trop bien !

Oui, mais personne ne savait ce que je faisais ici, avec Kiseki-Kun. Levant les yeux au ciel en regardant le modèle qui semblait si excitant à ses yeux, je levais un sourcil perplexe… A dire vrai, la voiture montrée me plaisait également. Littéralement. Caressant la carrosserie du bout des doigts, je me laissais aller jusqu’à prendre place dans le véhicule, le fils d’Akiha s’étant déjà installé sur la place passager… Posant mes mains sur le cuir du volant, j’inspirais profondément cette atmosphère du neuf alors que tous mes sens se mettaient au auget en sentant la puissance du moteur ronronner en mon sein lorsque je posais la clé sur le contact… Dieu ~

- Elle vous plaît Ojou-Sama ? Voici la dernière version F12berlinetta ~

Un petit bijou que je me pressais de configurer selon mes envies avant de déposer ma carte afin d’effectuer le payement ~ Je crois que c’est la première fois que le vendeur se retrouve devant une personne achetant aussi aisément l’une de ses voitures ~ Après tout, tout le monde ne savait se séparer de plus de 300.000 € aussi facilement ~

- C’est super trop cool ! Je pourrai essayer de la super conduire ?

Rêve mon enfant, je te roulerai dessus avant que tu n’aies le temps de toucher au guidon ~ Gloussant sans répondre à Kiseki-Kun, c’est vers Undai que je me dirigeais dans mon bolide, faisant suer mes roues sur le pont tout en jouant du moteur dans des ronronnements ne passant inaperçus ~ Sortant de la voiture sans plus attendre, je fis un dernier tour de celle-ci avant qu’une douce odeur ne vienne envelopper mon être ~ Maaah, ne serait-ce pas mon épouse qui vient aux nouvelles ? Huhu ~

- Qu’en penses-tu ? N’est-elle magnifique ? ~

Qui donc ? Moi ? Bien sûr, mais je parlais de ma voiture à cet instant, de cette nouvelle acquisition qui me rendait comme une enfant devant le plus beau cadeau de Noël ~ Gloussant en tirant Akiha-Chan à ma suite pour lui montrer chaque détail, c’est malheureusement devant un air ennuyé que mon extase se ternit. Ah… A croire que tout le monde ne sait reconnaître la beauté d’un objet. Fronçant les sourcils devant son air désapprobateur, je la questionnais quant à son comportement, chose que j’aurais dû éviter lorsqu’elle me demanda combien m’eut coûté mon caprice…

- Super trop cher ! Elle était à 300.000 € avec toutes les supers options que super maman a super demandé !

Décidément, je finirai par broyer cet enfant. Lançant un regard mauvais au jeune homme qui finit par se terrer dans un coin, à savoir derrière l’aileron magnifique de ma Ferrari, je laissais mon plus beau sourire naître sur mes lèvres afin de calmer l’atmosphère… Vainement car après les réprimandes concernant le prix exorbitant de mon achat, elle m’enfonça davantage en me disant que cette voiture était inutile, qu’il était inconcevable d’avoir un tel engin alors que notre fille ne serait s’y mettre avec nous. Faux, il y avait une banquette arrière, aussi étroite soit-elle ~ Cela suffisait-il à fermer son clapet ? Nullement, bien au contraire, plus je tentais de trouver des failles à ses dires plus elle s’énervait ~ Savez-vous que je la trouvais étonnamment magnifique lorsque son visage se teintait de rouge ? Huhu ~

Mais trêve de plaisanterie et laissons mon esprit divaguer sur d’autres rives tandis qu’Akiha-Chan poursuivit son sermon ~ Quelle était la différence entre une femme et une voiture ? L’une tu pouvais la baiser, par l’autre tu te faisais baiser le lendemain de ton achat.

- Maaah, tu ne me demandes quand même pas de la donner à une association de petits nègres perdus au fin fond de l’Afrique quand même ?

« C’est exactement cela Ayame, et allez chercher votre fille plutôt que de dépenser mon argent inutilement. » Son argent ? J’en aurais ri à gorge déployée si elle ne s’était pas déjà en allée. Dieu, laissons cela de côté pour le moment et allons donc chercher ma fille.

Reprenant place dans ma voiture après un long soupir, je restais un instant inerte devant l’écran, la clé déjà sur le contact. Bien, en espérant que la suite de la journée se passe davantage mieux… Chose à laquelle je ne croyais vraiment ~

Ma fille.

Aujourd’hui était l’un des rares moments où j’étais celle qui allait chercher Kaori-Chan à l’école, que ce soit à cause de mon emploi du temps chargé ou tout simplement car Akiha-Chan s’adossait à ce rôle à merveille. Je ne m’en plaignais pas, plus je restais loin de la basse classe, mieux je me portais ~

Garant ma voiture parmi les KIA des autres parents, je sortis allègrement de ma voiture, café en main -que j’ai été chercher sur le chemin-, clé dans l’autre avant de faire glisser mon corps avec sensualité vers l'école ~ Pour une fois que je n’étais pas dans une de mes robes excentriques et que mes courbes étaient parfaitement dévoilées par mes vêtements, je n’allais pas me retirer du sex-appeal ~ Un petit slim moulant à la perfection, des talons foudroyant d’une quinzaine de centimètres accentués par ma tunique, légèrement transparente laissant mon soutien dentelé transparaître ~

Quel imbécile disait qu’une mère n’était pas sexy ? Maaah, qu’il apprenne à me regarder dans ce cas ~ Gloussant sous mes propres pensées, je me déhanchais parmi les autres parents jusqu’à la classe de ma fille. Il est vrai qu’en temps normal, je me devais de l’attendre devant le grillage, mais en plus de devoir prendre Kaori-Chan, je recevais également son premier bulletin trimestriel, impatiente de voir les notes de mon enfant.

Trouvant la petite tête blonde près de sa classe où quelques parents attendaient déjà, je m’approchais de mon bout de chou alors qu’elle s’attelait à jouer avec une amie, présumais-je.

- Maaah ~ Kaori-Chan ne vient pas dire bonjour à maman ? ~

La réaction ne se fit attendre, mon rayon de soleil se tournait vers moi pour m’enlacer de ses petits bras avant de déposer un fin baiser sur ma joue tout en s’exclamant « Mhmm, tu es toute seule ? » Secouant positivement de la tête pour lui répondre, je la laissais repartir à ses jeux d’enfants alors que je m’adossais au mur adjacent à la classe… Bien, attendons donc parmi ces humains plus laids -à quelques exceptions- les uns que les autres ~

Et en parlant justement d’une femme sortant du lot, l’une de celles-ci vint à ma rencontre, me saluant d’un simple mouvement de la tête avant de me demander avec curiosité « Vous êtes la maman de Kaori-Chan ? Enchantée, je suis la mère d’ Harumin ~ Nous nous sommes croisées lors de la rentrée des classes ~ » Effectivement, comment aurais-je pu oublier un sourire qui m’eut attiré ~ Lui rendant son sourire en la saluant à mon tour, je me limitais à un simple « Ayame… Ketsuki ~ » Et pourquoi me suis-je retenue de sortir mon véritable nom de famille ? Demandez donc au tyran qui me sert de femme, m’ayant littéralement interdit de dénoncer les origines nobles de notre fille.

- Ketsuki ? Quelle surprise ! J’ai entendu dire qu’un membre de votre famille s’était marié avec une Eimin !

Alala ~ Tu m’excuseras de te prendre ton expression mon cœur, mais je suis restée abasourdie devant ce que j’entendais là. Riant légèrement en niant les informations reçues, le temps s’écoulant ne serait-ce qu’un peu plus vite sous la conversation que j’entretenais avec la mère d’Harumin et ce, jusqu’à ce que l’on nous appelle pour recevoir le bulletin de nos enfants. Chose qui se passa en deux minutes à dire vrai. Dois-je dire que je tirais une tête jusque par terre en comprenant que j’ai attendu plus d’une demi-heure pour seulement recevoir un bout de papier, sans que l’institutrice ne vienne m’adresser la parole ? A croire que mon aura impériale l’a assez effrayé pour qu’elle n’ose m’aborder. Soupirant en me disant que je survolerai les notes plus tard, je m’apprêtais déjà à partir lorsque Kaori-Chan m’arrêta afin de me demander de sa petite voix si son amie pouvait venir jouer à la maison. N’étant contre cela, j’acquiesçais alors que Kaori-Chan s’en alla déjà demander la permission à la mère de son amie…

- Mhmm ma maman a beaucoup de travail mais je suis sûre qu’elle aura fini à un huit dix zéro. Harumin peut-elle venir à ma maison ?

Attendrie devant mon enfant, elle ne tarda pas à accepter, me demandant du regard si je n’étais contre. Maaah, comment pourrais-je refuser une chose aussi simple à mon trésor après tout ?

C’est donc après un accord en commun que nous rentrâmes enfin. Il va de soi que pendant le trajet, Kaori-Chan ne se laminait pas de me demander d’où sortait cette voiture qu’elle décrivait comme « Mhmm très confortable, mais je n’aime pas la couleur » selon son avis. Que dire à cela, si ce n’est sourire en tapotant sa tignasse blonde ? ~

Arrivée à la maison, c’est dans mon bureau que j’aidais ma fille à finaliser ses devoirs. Assidue qu’elle puisse l'être, j’en profitais pour voir ses notes. Excellentes ~ Après tout, n’était-elle pas ma fille ? Une fois ses corvées scolaires terminées, je l’autorisais à jouer alors que de mon côté, tassé de thé en main, je survolais mes mails.

- Alala maman ! J’ai demandé à Harumin de venir jouer à la maison et sa maman est d’accord ! Elles vont bientôt arriver !

Akiha-Chan serait-elle rentrée ? Sans doute, je ne crois pas que ma fille soit devenue schizophrène. Cette maladie n’était pas génétique, n’est-ce pas ? Écoutant un temps soit peu la conversation qu’il y eut en dehors de mon bureau, je ne décampais pas de ma place alors qu’un bruit strident retentit, signalant l’arrivée d’une personne. Quelle heure était-il déjà ? Effectivement, le temps passait bien vite ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Sam 12 Juil - 21:00

Quelle journée. Alala ~ Les enfants, le boulot, les autres responsabilités défilaient tels des fatalités sous mes yeux, prenant tout mon temps. Si pour les premiers, j'aimerais passer plus de temps avec eux, le travail quant à lui, commençait à me démotiver. Surtout quand je l'ai vue. De quelle mésaventure parlais-je donc pour être à ce point en colère ? En accord avec la météo, cela dit ? ~ C'était guère difficile à comprendre ~ Je me tuais au travail -principalement par choix et ambitions, mais là n'était la question- pour permettre à mes enfants d'avoir un avenir posé, ainsi que pour pouvoir m'acheter les derniers talons hors prix à la mode. Mon emploi du temps était chargé à en faire tomber plus d'un tyran du travail pour ce faire ~ Et malgré tout l'effort du monde que je suais à  accomplir toutes les taches avec brio -dont celle d'être une épouse parfaite-, ma femme quant à elle ne montrait aucune reconnaissance au dur labeur d'autrui, dilapidant son argent comme s'il s'agissait d'un mouchoir usagé.

Bien évidemment, quand j'ai vu sa nouvelle possession, à savoir une voiture sportive transpirant la richesse, mon sang ne fit qu'un tour ~ Et quand mon cher fils me dévoila le prix de cette dernière -prix dont je me doutais cela dit- je m'emportais, perdant la parcelle de contrôle qu'il restait en mon sein, afin qu'Ayame comprenne à quel point sa dépense était inutile. Non qu'elle avait une vingtaine de bolides luxueux dans ses nombreux garages, mais c'était tout comme ~ Et en ajouter un sur la liste ayant la valeur de deux maisons pour des familles moyennes, était dérisoire. Il va de soi que je me suis énervée ~ J'ai également crié ~ Allant jusqu'à suggérer à Ayame de rendre sa superbe voiture -qui ne me plaisait sous aucun angle- à une association caritative, où elle serait troquée contre quelque chose de bien plus noble qu'un simple caprice de luxe ~ C'est ainsi que je m'en allais, contrariée, afin de poursuivre ma journée entre les murs de Undai, laissant Ayame aller chercher notre fille, et nous débarrasser de ce -sans goût- véhicule.

La suite n'a guère besoin d'être contée ~ Définitivement, je n'étais d'humeur après cela, hésitant même à faire des recherches de mon coté, pour trouver une association qui -j'en étais persuadée- saurait investir convenablement 300.000€ pour aider de pauvres enfants dans le besoin. « Heh, un peu de suspens ne nous fera du mal ~ Attendons de voir si la voiture sera là ce soir ~ » J'étais certes contrariée, mais je finis par abandonner les recherches, frustrée au possible, sous les rires de mon alter-ego. Diabolique, elle l'était. Pourquoi donc ? ~ Parce qu'à son humble avis, nous aussi nous pourrions nous offrir un bijou d’une telle valeur et prestance, avec l'argent d'Ayame, bien évidemment. J’ai tout de suite écarté cette éventualité, ne trouvant aucun besoin pour faire cela. Par contre... Refaire ma garde-robe serait bienvenu ~ Oserais-je ? Si, ma chère femme ne ferait disparaître sa Ferrari dans les jours à venir ~

Redonnant de la lumière à mes traits tirés, c'est sourire aux lèvres que je montais dans ma voiture afin de retourner à la maison de Kyoto après une journée de travail ~ Ma fille devrait déjà être rentrée avec sa chère mère dépensière ~ Je me ferais la joie de lui inculquer l'importance de la bonne gestion de son argent dès qu'elle serait en âge de comprendre cela ~ Arrivant devant la maison sans moindre encombre, je plissais les yeux de mécontentement en apercevant au loin, une tache rouge garée devant le bâtiment construit en vitrages. Alala... Toujours là, à ce que je pouvais voir ~ Quelle dommage pour le compte de mon élégante épouse ~ Garant ma voiture juste à coté de celle d'Ayame, j'eus hésité un court instant à la griffer -ou lui rentrer dedans- mais tenant trop à ce qui m'appartenait, et ne voulant réduire la valeur de celle qui allait se faire vendre dans les jours à venir, je me résiliais à fixer la carrosserie rouge avec mépris.

Prenant une longue inspiration tout en sortant de la voiture, c'est un sourire sincère qui prit place sur mes lèvres quand je vis mon petit rayon de soleil à travers les vitres du hall. Entrant dans la maison sans plus attendre, je m'accroupis à la hauteur de l'enfant tout en ouvrant les bras pour qu'elle vienne m'accueillir comme il se le devait ~ Déposant un chaste baiser sur ses lèvres, je soulevais un sourcil interrogateur quand sa bouche s'ouvrit dans un flot de paroles incompréhensibles.

- Alala maman ! J’ai demandé à Harumin de venir jouer à la maison et sa maman est d’accord ! Elles vont bientôt arriver ! 

Harumin ? Son amie que j'eus déjà l'occasion de voir dans la cour de récréation, jouant avec Kaori ~ Quant à la génitrice de cette fille, j'eus vent -pendant une réunion du comité parental dont je faisais partie- qu'elle était plutôt aisée ~ Mais ce que je ne savais guère, ce qu'elle fut invitée pour venir chez nous ~ Serait-ce une idée d'Ayame ? Je n'ai eu le temps de chercher cette dernière pour le lui demander, que la sonnerie de la maison retentit, m'obligeant à me redresser pour tourner le regard vers l'entrée. Voyant Shizuma arriver, je lui fis comprendre d'un signe de la main que je m'en occupais, avant d'aller ouvrir la porte, intriguée. Serait-ce la fameuse Harumin, et sa maman ? ~ Ouvrant la porte sans plus de modération, sourire aimable aux lèvres comme il se devait selon la coutume, je... ne m'attendais guère à cela ~ Non pas à voir la femme aux origines occidentales, blonde platine, accompagnée d'un enfant timide et en retrait, mais... ce fut sa manière subtile de se comporter qui me laissa sans voix. Alala... ~

- Je suis la mère de Harumin, elle vient jouer avec Kaori-Chan ~ Tenez, et... Ayame-San est là ? ~

Excusez-moi ? ~ Abasourdie, c'est par automatisme que je me saisis de la veste de la femme qui me la tendit -fourrait dans les mains pour être exacte. Fronçant les sourcils sous l'air hautain de la mère d’Harumin, je ne bougeais plus quand celle-ci passa à coté de ma personne afin de se diriger vers le milieu du hall. Devrais-je dire que je ne m'attendais guère à tant de familiarité d'une femme que je ne connaissais guère, à l'égard de mon épouse ? A se demander ce qui s'est passé pendant la réunion parentale pour que cela se finisse ainsi. Heureusement pour ma personne -et pour l'ambiance générale- Shizuma vint à ma rescousse, de ce pas.

- Dame Akiha, permettez-moi de vous débarrasser ~ Désirez-vous que j'appelle dame Ayame ? ~

De préférence ~ Remerciant l'une des jumelles d'un sourire en disant long sur ma pensée, c'est les mains libres que je m'approchais de la femme qui... Alala ~ Définitivement, je ne savais guère comment réagir avec cette personne ~ « Ah... Oh mon dieu... Excusez-moi cette méprise, Ketsuki-San ne m'a guère parlé de... Vous êtes... » Ketsuki-San ? « Tu crois que... ? ~ Heh ~ » Je le pensais suffisamment pour qu'un large sourire vienne se poser sur mes lèvres et que je me présente devant ladite mère ~

- Akiha... Eimin ~ Je vous excuse, cela va de soi ~ Allons dans le salon ~

Vraiment... quelle journée ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Sam 12 Juil - 21:37

Dois-je dire que je n’étais encline à accueillir la nouvelle arrivante ? Non pas car sa personne ne m’intéressait pas, mais disons plutôt que je préférais laisser ma femme aux joies des rencontres maternelles ~ Gloussant sur mon siège directorial en prenant l’un des dossiers qui trônait sur mon bureau, je restais un instant immobile lorsque la voix de la mère d’Harumin résonna entre les murs de ma demeure.

- Je suis la mère de Harumin, elle vient jouer avec Kaori-Chan ~ Tenez, et... Ayame-San est là ? ~

Seulement arrivée et voilà qu’elle me réclame déjà ~ Esquissant un large sourire sans bouger pour autant, je tournais les feuilles du dit dossier d’un air intéressé alors qu’un silence plat se fit entendre dans la maison. Maaah, à quoi penses-tu donc Akiha-Chan, pour ainsi rester silencieuse ? ~ L’éventualité qu’elle croie que le nouvelle arrivante puisse être une de mes maîtresses me traversa l’esprit au même moment que la voix de Shizuma retentit à son tour.

- Dame Akiha, permettez-moi de vous débarrasser ~ Désirez-vous que j'appelle dame Ayame ? ~

Vous débarrasser ? Oserais-je croire que la femme qui venait de pénétrer notre demeure eut pris ma femme pour une servante ? Riant à gorge déployée, je ne montrais nullement mon euphorie, imaginant déjà la tête de ma chère infirmière ~ Retenant tout de même que mes rires ne s’ébruitent hors de mon bureau, je posais une main sur mes lèvres en me relevant. Laissant mon déhanché agir jusqu’à la porte de mon bureau, je dois admettre que tout sourire s’évanouissait de mes lèvres lorsque notre invitée s’en alla sur une conclusion qui me laissait de marbre.

- Ah... Oh mon dieu... Excusez-moi cette méprise, Ketsuki-San ne m'a guère parlé de... Vous êtes...

« Akiha... Eimin ~ Je vous excuse, cela va de soi ~ Allons dans le salon ~ » Décidément, je ne riais plus. Fronçant les sourcils en posant mon oreille sur la vitre de ma porte opaque, je dus arrêter tout mouvement lorsque cette même porte de verre s’ouvrit sur l’une de mes servantes, souriant étrangement trop pour que je ne comprenne le fond de sa pensée. Me reculant ne serait-ce que de deux pas pour la laisser entrer dans mon bureau, je la dévisageais de haut en bas avant que sa voix narquoise, amusée à son paroxysme ne retente à mon ouïe.

- Dame Ketsuki ~ Dame Eimin vous demande ~

Lui adressant un regard noir, je passais outre ses dires et m’en allais hors de mon bureau. Afin de rejoindre Akiha-Chan et SON invitée ? Nullement. Traçant mon chemin jusqu’à la cuisine, c’est là que je trouvais Shizuru-Chan, tranquillement occupée à préparer du thé ainsi qu’un café pour sa chère maîtresse Eimin. M’adossant contre le plan de travail, je laissais mon regard descendre le long de ses courbes avant que celle-ci ne vienne m’arrêter sous une tirade digne de sa jumelle ;

- Dame Eimin ne serait gré que vous me reluquiez de la sorte, Dame Ketsuki ~

Dois-je dire que des envies de meurtre me saisirent de toutes parts ? Souriant jaune en prenant le plateau des mains de ma servante, je la remerciais d’un faux sourire tout en surenchérissant sous un « Je m’occupe de cela, Eimin-Sama sera sans doute contente que sa pauvre femme vienne la servir ~ » Sans blague. Gardant tout de même la tête haute en arrivant dans le salon, je déposais le service sur la table basse avant de saluer la femme… Quel était son nom encore ? Réfléchissons un peu et rappelons-nous ce qu’elle m’eut dit auparavant… Mizuri, Menari… Ma… Mazumi.

- Je suis ravie de vous revoir, Mazumi-San ~

Lui adressant un de mes sourires les plus charmeurs, c’est aux côtés de ma noble femme que je vins prendre place. Me posant à ses côtés, je laissais mes mains jouer avec les siennes alors que mes lèvres se posèrent sur sa joue dans un chaste baiser se voulant autant aimant, que rancunier ~

- Vous auriez pu me prévenir que vous étiez la femme d’Eimin-Sama, Ayame-San ! Si j’avais su que je venais dans une telle demeure, je me serais d’autant plus rendue présentable ~

Il est vrai qu’être dans une robe moulante à souhait, montrant une allure des plus sexy n’était pas vraiment ce qu’il y avait de mieux pour rencontrer une Eimin. Oui, cela va de soi que cette pensée était ironique. Décidée à jouer le jeu, je me redressais légèrement pour venir me saisir des mains de la femme nous faisant face avant de lui dire, d’un ton enjoué ;

- Alala ~ Ne vous en faites guère, Akiha-Sama n’a pas l’air aussi terrifiante qu’elle en a l’air ~ Vous êtes magnifique ~

Un compliment à l’égard de cette femme que je me permis de reluquer aussi ouvertement que possible afin que mon épouse, cette majestueuse Eimin-Sama puisse contempler Ô comment sa Ketsuki regarde une autre femme ~

- Hum ~ Akiha-Sama, puis-je disposer un instant ? Je ne veux guère vous déranger dans votre discussion ~

Disais-je par là que je préférais de loin retourner dans mon bureau plutôt que de rester ici ? Cela va de soi.

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Sam 12 Juil - 22:41

D'où me venait le culot de me faire passer pour Ayame Eimin sans sourciller ? ~ Peut-être du fait qu'elle fit de même pour ma personne, aux yeux d'une parfaite inconnue ~ Non que cela me déplaise, étant donné que je pouvais comprendre ses motivations avec du recul ~ Mais cela restait tout de même suffisamment amusant pour que je m'y plaise ~ Et que je joue le jeu également ~ C'est ainsi que j'invitais la mère de Harumin -qui eut changé son comportement de tout au tout- dans le salon, où je pris place sur le fauteuil, en face de sa personne, ainsi nous étions séparées par la table-basse. Toujours souriante à souhait, je l'écoutais s'excuser pour la énième fois, tandis que nos filles parlaient dans le salon, Kaori étant étrangement animée. Alala, voilà qui était adorable ~ Autant que l'ombre indescriptible qui vint passer sous mes yeux pour se rendre dans la cuisine. N'affichant aucune expression de surprise, je tendis discrètement l'oreille pour écouter ce qui se passait dans la pièce à coté ~ Ne serait-il guère criminel que je n'use de mes facultés pour le faire ? Bien évidemment que oui ~

- Je m’occupe de cela, Eimin-Sama sera sans doute contente que sa pauvre femme vienne la servir ~

Me retenant de rire en entendant le mépris et la contrariété de mon épouse, je reportais toute mon attention sur la mère de Harumin, qui... à ma plus grande surprise, gronda sa fille en lui disant de ne pas parler aussi fort. Alala ? Moi qui n'eus même pas remarqué que l'enfant eut ouvert la bouche ~ Quelle mère que j'avais là sous les yeux ~ Ignorant cela comme il se le devait, je n'attendis longtemps pour que les pas d'Ayame vienne nous sortir de notre conversation anodine. Et que le plateau qu'elle posa sur la table-basse, n'attire mon regard. Du café ~ Cela me ferait un grand bien ~ Mais peut-être pas autant que voir ma femme se saisir de mes mains, et me montrer par ses gestes, à quel point elle m'en voulait d'avoir pris son identité ~ Devrais-je commencer à m'énerver en supposant que son grand nom ne pouvait être utilisé que par sa grande personne ? ~ Alala, rien que pour cela, je jouirai en jouant son rôle à la perfection ~ Autant qu'elle... dira-t-on.

- Vous auriez pu me prévenir que vous étiez la femme d’Eimin-Sama, Ayame-San ! Si j’avais su que je venais dans une telle demeure, je me serais d’autant plus rendue présentable ~

Alala... Me contentant de sourire sous le regard ébahi de la femme devant nous, je me plaçais d'autant plus confortablement dans le sofa tandis que la voix d'Ayame résonna dans la pièce vaste. « Alala ~ Ne vous en faites guère, Akiha-Sama n’a pas l’air aussi terrifiante qu’elle en a l’air ~ Vous êtes magnifique ~ »  Alala... Je m'accorderais un moment à savourer ce moment, si le regard de ma femme posé avec perversité sur la dénommée Mazumi, ne m'avait tant déplu ~ N'affichant aucune expression contrariée -dont j'avais envie de faire l'éloge- je restais neutre devant cette vision, me permettant tout de même de serrer la main d'Ayame un peu plus fort, avant de la lâcher et me saisir du service de thé pour servir notre invitée.

- Hum ~ Akiha-Sama, puis-je disposer un instant ? Je ne veux guère vous déranger dans votre discussion ~

Il en était hors de question ~ Déposant une tasse devant ma femme, ainsi qu'une autre devant Mazumi-San, je répondis du tac au tac aux vouloirs de mon épouse. Si elle voulait jouer ainsi, nous allions jouer ~ Ce serait ma petite vengeance pour l'affreuse journée que j'eus passée ~ « Mais voyons, Ayame ~ Ta présence est des plus bienvenues ~ » Attirant ma femme par la taille vers ma personne, je me saisis délicatement de ses lèvres avant de me reculer d'elle et prendre ma tasse de café, que je portais jusqu'à mes lèvres, le regard plongé sur la mère de Harumin.

- Mhmm... Pouvons-nous aller jouer dans la piscine ?

Détournant mon regard investigateur pour le river sur mon enfant, j'hésitais un instant à accepter. Il va de soi que laisser Kaori seule au bord de la piscine était prohibé ~ Tellement que je finis par soupirer doucement et quémander l'avis de Mazumi, demandant si cela ne la dérangeait guère, avant d'accepter d'un signe de tête et de dire à Kaori d'aller chercher un maillot de bain pour son amie également. Autant qu'elles jouent un peu dehors avant que le temps ne se gâte ~

- Comme j'aurais aimé que ma fille soit aussi ouverte que la votre. La timidité de Harumin est déplorable. D'ailleurs je l'ai inscrite dans cette école de roturiers pour qu'elle se décoince un peu... Vainement.

Levant un sourcil étonné à l'entente de tant de remarques négatives sur sa propre fille, je me levais et fis signe aux deux femmes de me suivre dans le jardin. Ainsi donc, je me retrouvais avec une autre de ces personnes, hautaines n'ayant aucun respect pour les gens qui -eux- travaillent pour pouvoir vivre décemment. Cela ne m'étonnait même pas qu'Ayame soit tombée dessus. Après tout, entre snobs, ils s'attirent ~ Alala... Deviendrais-je aussi sarcastique que mon ombre à cet instant précis ? Un petit d’égarement que j'effaçais d'un signe de la main avant de m'asseoir sur l'un des transats près de la piscine. Faisant un signe de la main digne d'Ayame pour appeler une des jumelles, je me surpris de garder mon calme quand la question de Mazumi détonna dans l'air.

- Mais pourquoi avoir inscrit une Eimin dans ce genre d'endroit ?

Alala... ~ Entrouvrant les lèvres pour répondre, je me fis interrompre par l'une des servantes « Dame Akiha ? ~ » Demandant qu'on nous serve quelque chose de plus approprié à l'endroit, je me levais légèrement pour me saisir de la main de mon épouse et l'attirer vers ma personne, lui intimant ainsi de s'asseoir à mes cotés. Soufflant quelques paroles inaudibles à l'ouïe humaine à son oreille, un air songeur se peint sur mon visage.

- Je ne vous savais guère aussi attirée par les femmes mariées et ayant des enfants, Ayame. Seriez vous disposée à garder vos yeux à bonne hauteur ? ~

Je n'étais en aucun cas jalouse ~ Seulement qu'il était indécent de reluquer un corps -beau soit-il- devant son enfant ~ Petite tête blonde qui se retrouva dans la piscine avec sa bouée, avant même que je ne puisse finir ma phrase. Allons, il serait préférable de répondre à la dame devant nous, n'est-ce pas ? ~

- Nous avions décidées d'inscrire Kaori dans une école plus modeste afin qu'elle apprenne à s'intégrer avec des enfants normaux ~

J'aurais pu dire que je l'eus fait pour qu'elle ne devienne aussi rigide d'esprit que tout noble se respectant, mais ma réponse eut l'air de la mitiger suffisamment pour que j'en ajoute d’avantage ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Dim 13 Juil - 0:39

Ce jeu devenait lassant au fil des minutes qui s’écoulaient, que ce soit en voyant mes servantes rire dans leurs coins sous les dires de mon épouse ou encore, cette même femme qui se faisait passer pour mon humble personne, jouant le rôle d’une Eimin un peu trop parfaitement à mon goût. Tentant déjà de fuir cette situation, ce fut la main de mon épouse qui m’arrêta dans mes mouvements, accentuant ceux-ci par sa voix se voulant autoritaire, faisant aisément baisser le regard de la mère d’Harumin. Imaginez donc cela, Moi, Ayame Eimin, me faisant retenir par un ordre d’Akiha Ketsuki. Mais où va le monde ~

« Mais voyons, Ayame ~ Ta présence est des plus bienvenues ~ » Voilà des paroles qui me refroidirent assez pour que je ne savoure guère le baiser qui m’était destiné. Souriant jaune en étant forcée de reprendre ma place aux côtés de ma femme, c’est dans un désarroi visible sur mon visage que je me terrais dans ses bras alors qu’une discussion prit place entre notre invitée et ma chère femme, Eimin.

- Mhmm... Pouvons-nous aller jouer dans la piscine ?

M’apprêtant déjà à répondre à ma fille lorsqu’elle nous demanda de jouer avec son amie, je n’eus le temps de refuser qu’Akiha-Chan accepta en accord en commun avec Mazumi-San. Ma parole avait si peu d’importance ?! Blessée dans mon amour propre, je me retenais de sauter à la gorge de mon épouse pour que ce jeu cesse. Mais une fois de plus, je me voyais prise au dépourvue lorsque notre vénérable dame de la maison, nous invita à rejoindre également l’extérieur afin de garder un œil sur sa chère progéniture, à savoir Kaori Eimin. Décidément, le rôle d’une femme soumise par une puissance japonaise ne me seyait guère. Akiha-Chan ressentait-elle cela depuis que nous nous sommes mises ensemble ? Voilà une réflexion qui me permit de me remettre en question, ne serait-ce que quelques secondes.

- Comme j'aurais aimé que ma fille soit aussi ouverte que la votre. La timidité de Harumin est déplorable. D'ailleurs je l'ai inscrite dans cette école de roturiers pour qu'elle se décoince un peu... Vainement.

Me faisant tirer dans l’emprise de ma femme, c’est assise entre ses jambes que je me retrouvais, la tête haute -inutilement. Après tout, ne devais-je pas prendre le rôle d’une roturière ? Dieu si Akiha-Chan entendait ne serait-ce qu’une once de mes pensées, depuis combien de temps aurait-elle demandé le divorce selon vous ? ~

Quoi qu’il en soit, je tentais de prendre mon rôle au sérieux, ne serait-ce que pour flatter l’ego de mon épouse -si cela était encore possible- en laissant transparaître un air outré sur mes traits. Une école de roturiers, pauvre femme, n’avait-elle pas compris que les Ketsuki n’étaient une famille noble ? D’ailleurs, il ne fallait être divin pour voir qu’elle n’en savait grand-chose sur la richesse du Japon car elle n’eut remarqué que les Eimin sont Japonais. Ce que, Akiha n’était pas. Qui serait assez bête pour faire passer une blonde platine, aux yeux bleus pour un sang pur japonais ? Cette femme, présumais-je.

- Mais pourquoi avoir inscrit une Eimin dans ce genre d'endroit ?

Et vint la question qui fâche. Souriant jaune en demandant à ce que l’on m’apporte quelque chose d’assez fort pour supporter cette conversation, je ne répondis guère aux demandes de notre invité, laissant mon épouse s’en préoccuper alors que je gardais un œil attentif sur ma fille. Paniquais-je en la sachant dans l’eau, n’ayant qu’une bouée comme protection face au deux mètres de profondeur dans lesquelles elle baignait ? Comme toutes mères, je me préoccupais de la sécurité de mon enfant, voilà tout.

N’ayant le temps d’avoir mon regard une fois de plus perdu sur ma fille, c’est ma nuque qui se fit prendre alors qu’une main douce s’attarda sur mon menton pour me faire lever le regard. « Je ne vous savais guère aussi attirée par les femmes mariées et ayant des enfants, Ayame. Seriez vous disposée à garder vos yeux à bonne hauteur ? ~ » Croyait-elle vraiment que je regardais encore cette femme ? Sans doute puisque je fixais aussi intensément son décolleté que ma fille ~ Dressant un sourire sur mes lèvres, je me dégageais de son emprise en électrisant mon corps ne serait-ce qu’assez pour picoter les doigts de ma femme, invisiblement aux yeux de Mazumi-San ~

- Nous avions décidées d'inscrire Kaori dans une école plus modeste afin qu'elle apprenne à s'intégrer avec des enfants normaux ~

Change donc de sujet avant que je finisse cet échange par une tirade montrant bien, qui j’étais. Soupirant en haussant les épaules, c’est d’un simple déhanché que je me retirais des bras d’Akiha-Chan pour venir rejoindre le bord de MA piscine dans MA maison. Regardant Kaori-Chan un court instant, je m’accroupis à sa hauteur lorsqu’elle nageait dans ma direction avant de tendre la main.

Que désirait-elle ? Tendant inconsciemment la main, c’est prise par dépourvu que je basculais dans l’eau, ne pouvant retenir ma chute à force de matérialisation. Ayant un haut-le-cœur en rentrant en contact avec l’eau, je me retrouvais dans la piscine, entièrement habillée, mouillée jusqu’aux os, mes vêtements collant mon corps sous les rires de ma fille et de son amie. Où… Où se petit monstre se trouvait pour que je me permette de la noyer ?! Sentant mes traits se durcir, je me tournais vers l’ignoble enfant que j’eus enfanté pour venir m’en saisir avant de la lever hors de l’eau et la jeter un peu plus loin sous ses rires. Décidément, même après cela, je ne pouvais me montrer diabolique avec sa personne ~ Riant en chœur avec sa personne, je me vis même pourchasser elle et son amie dans l’eau, oubliant déjà mon état ~

- Maman ne sait pas m’attraper !

Et elle nagea, aussi vite qu’elle pouvait pour que finalement, je n’ai qu’à tendre le bras pour attraper mon trésor. Se débattant en m’éclaboussant, je la fis perdre sa bouée, ne lui laissant que ma personne pour la sauver d’une noyade évidente ~ La réaction de la concernée, elle m’a poussé et a essayé de nager autant qu’elle pouvait pour rejoindre le rebord. Ce qui, à ma plus grande surprise arriva, Kaori sortant de l’eau, courant déjà chez Akiha-Chan. Et dire que je crus que ma fille ne savait nager, me voilà étonnée ~

Gloussant légèrement en me retournant vers Harumin, je la vis se débattre avec ses brassards pour également rejoindre le rebord. Étais-je d’assez bonne humeur pour venir l’aider ? Sans doute ~ Prenant la petite pour la conduire jusqu’à la terre ferme, je sortis à sa suite, le corps ruisselant ~ M’approchant de mon épouse et Kaori-Chan, déjà enroulée dans un essuie à l’abri de froid, je laissais mes vêtements rejoindre le sol, n’arrivant plus qu’en sous-vêtements à la hauteur de ma femme avant de lui voler un chaste baiser sous le regard ahuri de notre invitée ~

- Maaah, ne me regardez pas ainsi, je sais que je suis parfaite ~ Tant que j’y suis, JE suis Ayame Eimin ~ L’épouse, d’Akiha Ketsuki, cela va de soi ~

Gloussant en prenant place à côté de ma femme, je laissais mon corps mouiller ses vêtements tout en enlaçant ses bras autour de ma taille. J’aime être prise dans une embrassade, surtout lorsque j’étais à moitié nue ~

Déviant le regard lorsque Shizuma arriva à notre encontre avec un essuie en main qu’elle me tendit gentiment, je ne tardais à le prendre, ne serait-ce que pour éponger mes bras alors que Kaori-Chan avait partagé son drap avec son amie. A dire les deux petites étaient déjà vite reparties dans l’eau, puisque le loup -à savoir ma personne-, n’y était plus ~

- Devons-nous ajouter un couvert, Dame Ayame ? ~

A croire qu’elles aussi, s’étaient lassées de ce jeu ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Dim 13 Juil - 4:02

Définitivement, la mentalité des gens de la haute société me déplaisait au plus haut point. Non que je n'aie l'habitude, que ce soit après m'être mariée avec Ayame, ou quand j'évoluais dans un monde de corruption, j'étais souvent confrontée aux critiques sans queue ni tête provenant de ces personnalités ne connaissant nullement la valeur d'une vie. Évidemment, je m'efforçais de ne guère devenir ainsi, malgré que mon épouse ne fût autre que la grande Eimin, héritière d'une des plus anciennes familles du Japon. Rien que mentionner son titre faisait trembler plus d'un, tandis que de mon coté, je ne m'inclinais que devant Dead Master-Sama... Et encore, c'était du passé ~ Révolu pour un futur fort agréable, cela dit ~ Tellement que je me plaisais dans le fait de jouer son rôle, tandis qu'elle se vêtit de la peau que j'abordais chaque jour à ses cotés. Même si cela se résumait à tenir la conversation à une femme aussi snob que stupide ~ Alala, voilà que je devenais méchante ~ Mais quel effort ne ferais-je pas pour voir ma fille jouer avec d'autres enfants ? ~

Me décalant de quelques centimètres quand Ayame -relativement de mauvaise humeur- nous faussa compagnie pour s'approcher de la piscine, c'est sourire moqueur aux lèvres que je voulus poursuivre la conversation entamée avec la mère de Harumin, échange qui ne put se poursuivre quand un bruit significatif attira toute notre attention. Étonnée de voir ma femme atterrir dans la piscine, je me surpris à me lever, étrangement pâle. Avant de comprendre que ma chère épouse diabolique n'était guère fâchée contre sa fille qui l'eut délibérément fait une farce d'un niveau bien plus recherché qu'on ne pourrait le croire ~ Souriant en constatant qu'Ayame riait en jouant avec sa fille, je ne pus m'empêcher de sortir mon portable et le pointer en leur direction, afin de prendre quelques clichés -si pas filmer ce moment des plus étonnants. C'était devenu un réflexe depuis que Kaori était née ~

- Maman ne sait pas m’attraper ! 

Riant sous la scène -adorable- qui se déroulait sous mes yeux clairs, je finis par me rasseoir afin d'apporter un minimum d'attention à l'invitée d'Ayame -à la base ~ « Alala... Les joies d'une famille ~ » Parole dite plus à moi-même qu'autre chose, à laquelle Mazumi rétorqua d'un air ennuyé, si pas chargés de regrets. « Pour ma part, mon mari n'est jamais là, et ma fille est invivable. A coté de la mienne, votre famille donne l'impression d'être sortie d'un magnifique film, Eimin-Sama ~ Mais qu'attendre de plus d'une personne de votre rang ~ » N'est-ce pas ? ~ Cela dit, je ne pense pas que Kaori serait davantage malheureuse si son nom de famille serait Ketsuki, et non Eimin. M'empêchant tout de même de montrer toute expression hostile envers notre hôte, je laissais mon ombre commenter allégrement ce qu'elle -nous- pensait de la pimbêche ~ Alala... Et croire que son corps rentrait dans des critères de beauté favorables à ma libido ~

Détournant les yeux de la femme quand ma fille accourut vers nous, c'est avec un sourire doux que je la réceptionnais avant de l'emmitoufler dans un essuie chaud afin qu'elle ne prenne froid. Demandant si elle s'amusait bien, je fus ravie d'entendre une affirmation positive de sa part, tandis que son sourire d'enfant illuminait ma journée ~ Alala... Quel pouvoir intense avait ma petite tête de blé sur ma personne, c'était hallucinant ~ « Pas autant que sur Ayame, heh ~ » Il va de soi que je m'étonnais chaque jour de la voir tellement humaine envers sa fille ~ Au point qu'elle soit devenue aussi bonne mère avec nos autres enfants ~ Rien ne pouvait aller mieux, n'est-ce pas ? ~ J'en perdis toute croyance en voyant le corps de ma femme sortir de l'eau, ruisselant de tout part, les gouttes épousant ses formes avec délicatesse ~ J'en mouillais, littéralement ~

Scrutant chaque centimètre du corps qui se dévoila peu à peu devant ma personne, je me retins de me lever pour attirer Ayame vers moi et... ~ Alala, seulement la voir ainsi dévêtue, me mettait dans tous mes états ~ « Maaah, ne me regardez pas ainsi, je sais que je suis parfaite ~ Tant que j’y suis, JE suis Ayame Eimin ~ L’épouse, d’Akiha Ketsuki, cela va de soi ~ » Je ne prêtais guère attention à ses paroles, frissonnant sous son baiser chaste soit-il, ainsi que sous l'étreinte dans laquelle j'enfermais son corps humide ~ Mais voyons, si elle continuait à me faire du charme de la sorte, ce ne seront guère que mes vêtements qui seront trompés ~ « C'est déjà le cas ~ Par contre, dommage pour le jeu. » Effectivement ~ Ma chère femme venait de déstabiliser notre invitée avec ses paroles... Et son apparence des plus sexy -étant donné son air avide devant les courbes de mon épouse. Riant légèrement, sous tant de sensualité, je caressais du bout des doigts le ventre magnifiquement sculpté de ma femme, me retenant de déposer un millier de baisers dans son cou ~

- Devons-nous ajouter un couvert, Dame Ayame ? ~ 

Relevant le regard sur Shizuma, je laissais un fin soupir caresser la peau de mon épouse, l'air déçue. Et moi qui commençais à me plaire dans ce jeu, me voilà toute déconfite ~ Il va de soi que je ferais payer Ayame pour cela, ce soir, dans notre lit, sous des gémissements incessants qu'elle dévoilera à l'intimité de notre chambre ~ Affichant un sourire carnassier, je me permis de demander à notre invitée si elle désirait se joindre à nous, afin de lui retirer cet air hébété du visage ~

- Ne prenez guère offense pour cette petite plaisanterie ~

Me levant finalement en prenant soin de passer ma main -discrètement- sur la cuisse d'Ayame, j'eus tout de même un instant d'arrêt quand la femme prononça quelques paroles premières incertaines pour prendre plus d'assurance par la suite. « Ha non, ce n’est pas grave. C'est parfait ainsi ~ Nous resterons avec plaisir pour dîner, si cela ne vous dérange pas, Ayame-Sama. » Parfait ainsi ? Que voulait-elle dire par cela ? Devrais-je avouer que j'appréciais de moins en moins cette femme ? Surtout maintenant qu'elle posait sa main sur le bras de ma femme pour lui parler ? Alala... Autant que j'en fasse abstraction avant de montrer une jalousie maladive me seyant si peu ~ Me changeant les idées, lançant un dernier regard perçant à Ayame, je m'approchais de la piscine afin d'intimer à Kaori d'en sortir.

- Kaori, mon rayon de soleil, nous allons manger dans peu ~ Allez vous changer dans ta chambre ~ Et je veux vous voir dans dix minutes en bas, d'accord ? ~

Recevant un accord en commun des deux jeunes filles, j'attendis qu'elles sortent de la piscine et rejoigne la maison avant de me détourner d'elles pour venir me coller au dos d'Ayame, lui soufflant quelques mots suaves au creux de l'oreille ~ « Mon amour, si vous restez dans cette tenue légère, je ne saurai me retenir ~ » Ce qui était fort probable ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    Dim 13 Juil - 5:02

« Ne prenez guère offense pour cette petite plaisanterie ~ » Comme-ci elle avait le cerveau nécessaire pour comprendre que nous l’avions berné depuis le début ~ Certes, ce que nous venions de faire était des plus vicieux envers cette pauvre femme, mais si nous ne pouvions plus nous amuser des humains, à quoi ceux-ci servaient-ils ? ~

Dieu, à croire que reprendre possession de mon nom de famille, m’avait rendue des plus exécrables envers cette sous-race me faisant face. Gloussant à mes propres pensées discrètement alors qu’Akiha-chan s’affairait à caressait du bout des doigts mon ventre, je retenais tant bien que mal l’envie qu’elle ne plonge sa main ne serait-ce qu’un peu plus bas afin de titiller mon intimité aussi bien qu’elle savait le faire ~ Finalement, passer une journée entière sans que ses mains ne s’apposent sur mon corps était insoutenable. A croire qu’il est temps que j’allège son travail et que je l’oblige à se consacrer davantage à ma personne. A dire vrai, ce fut quelque chose à quoi je songeais depuis un moment déjà, ne pouvoir voir Akiha-Chan du matin au soir n’était guère plaisant. Certes, elle gagnait de l’argent en agissant de la sorte -ce que je pouvais comprendre- mais au point de délaisser sa femme, n’était convenable. Ce n’est pas non plus comme-ci nous manquions de quoi que ce soit, ma fortune pouvait nous faire vivre pour l’éternité dans une abondance richissime frôlant l’hystérie. L’éternité… Voilà un sujet qu’il serait temps d’aborder avec mon épouse.

- Ha non, ce n’est pas grave. C'est parfait ainsi ~ Nous resterons avec plaisir pour dîner, si cela ne vous dérange pas, Ayame-Sama.

Bien sûr que cela me dérangeait. Soupirant en acquiesçant aux dires de la femme d’un mouvement de la main se voulant négligé, je me redressais ne serait-ce qu’assez pour que ma femme s’en aille je ne sais où. Maaah, serait-il possible qu’elle ne sache se tenir davantage à cause de ma nudité ? A croire qu’elle n’était guère la seule puisque Mazumi semblait étrangement tactile avec ma personne une fois que mes vêtements soient tombés ~ Ou serait-ce depuis que je lui ai avoué être l’Eimin de la famille ? Huhu ~ Quoi qu’il en soit, écoutons plutôt ce qu’elle a à me dire.

- Ayame-Sama… Vous voir si proche de ma personne me rend toute chose, je crois avoir des idées d’adultère en votre compagnie ~

Ah ? Voilà une déclaration ne me laissant de glace. Élargissant mon sourire alors que je me redressais également, je me contentais de prendre sa main dans la mienne pour mieux la déposer sur sa cuisse. Si seulement, elle avait été une Undai’enne, je me serais effectivement plu en sa compagnie ~ Oui, il va de soit que j’étais mariée également, et que ce genre d’égarement ne devait se passer dans un couple formant une famille parfaite ~ Mais n’étais-je Dead Master ? Celle qui se laisse aller à ses caprices et aux beautés de la vie ? Huhu ~

Arrêtant tout mouvement pouvant sembler suggestif lorsque mon épouse -attitrée- revint, je la laissais reprendre sa place alors que mon esprit suggéra plus d’un moyen à la faire reprendre une vie sexuelle active à la place d’un travail quelconque ~ Après tout, ne pourrais-je lui dire que si elle continue d’être aussi peu présente, je risque de me bercer dans les bras d’une autre femme ? Dieu, si je lui disais cela, comment serait sa réaction selon vous ? ~ Je risquerais de la décapiter moi-même si suite à cela, elle venait à me tromper ~

« Mon amour, si vous restez dans cette tenue légère, je ne saurai me retenir ~ » Maaah ~ Bien que nous soyons d’accord sur l’urgence de nous rapprocher, je ne crois que cela serait adéquat devant les yeux vermicelles de notre invitée ~ Dressant un sourire se voulant carnassier sur mes lèvres, je me penchais ne serait-ce qu’assez pour voler un baiser des plus intenses à ma femme avant de me lever à mon tour tout en la tirant à ma suite ~

- Rentrons ~

Enlaçant la main de ma femme dans la mienne, je laissais un fin sourire aimant se dessiner sur mes traits avant que je ne fasse signe à la mère de l’amie de ma fille de nous suivre. Arrivant rapidement à l’intérieur, je m’étonnais de voir le temps étrangement se dégrader… A croire que le ciel devient triste lorsque deux magnifiques créatures quittent son champ de vision ~

- Je vais me changer, je reviens tout de suite, Akiha-Chan ~

Déposant un chaste baiser sur les lèvres de ma femme, c’est vers notre chambre conjugale que je me dirigeais afin de changer mes sous-vêtements -toujours humide- par une nouvelle pair accentuée par une robe légère, aussi transparente que la tunique que j’eusse porté plus tôt ~

Finissant rapidement de m’habiller, c’est vers la chambre de ma fille que je me dirigeais à présent. Mon petit monstre était-il encore en train de s’habiller ? Ouvrant la prote de la chambre de Kaori-Chan, je me surpris de la trouver, assise autour de sa table de thé, tasse en main alors qu’elle conversait avec Harumin sur -si j’ai bien entendu- « comment il était temps de se plaindre de leurs mamans qui les obligeaient à aller à l’école. » A croire que cela restera encore longtemps avec notre chérie ~ Gloussant en les voyant également habillées, je les invitais à me suivre au rez-de-chaussée afin que nous puissions manger.

Arrivant à la suite des fillettes, je ne tardais pas à prendre place à côté de ma femme alors que ma fille s’en alla à l’autre bout de la table avec sa meilleure amie, semblait-il. Laissant les enfants faire comme bon leur semble, c’est dans une discussion intangible que nous nous engagions avec Mazumi, nous expliquant Ô comment elle eut choisi un mauvais parti et que si la place d’Akiha-Chan était à prendre, elle n’attendrait un instant de plus ~

Dois-je dire que ma femme semblait de plus en plus haïr la mère de l’amie de notre fille ? Qu’importe, tant qu’elle supporte sa présence ne serait-ce que le temps de ce repas, je me permettais de la féliciter. Même de l’encourager d’une main perverse qui se glissait invisiblement vers son intimité que je titillais du bout des doigts ~

Une fois le repas fini, ce fut le temps des au revoir qui sonnèrent comme une fine mélodie de tristesse aux oreilles de notre fille. Qu’importe son attachement, dès que la petite et sa mère quittèrent son champ de vision, elle retourna s’adonner à ses activités quotidiennes. A savoir ses entraînements de piano ainsi qu’à regarder la télévision avec Shizuru ~ Cette enfant était incontestablement ma fille ~

Laissant un moment de flottement ruiner quelques minutes de ma vie -éternelle soit-elle-, c’est d’une caresse dans le dos que je revins sur terre pour m’occuper de celle qui m’envoyait des signes assez explicites pour que je me saisisse de ses hanches et la conduise dans le lieu le plus intimes à porté de main ~ A soir mon bureau où l’on pouvait voir, via les baies vitrées, le tonnerres éclaircir nos ébats ~

Ai-je songé un seul instant à ma fille alors que je caressais le corps de ma femme ? Nullement, je savais parfaitement que mes servantes étaient aptes à s’occuper de Kaori-Chan tandis que de notre côté… Nous rendions à notre journée, un éclat de lumière ~

Akiha-Sama aime-t-elle la fin de sa journée ? ~
Je n’en doute guère, huhu ~



END

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: F12berlinetta, un caprice si peu cher ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

F12berlinetta, un caprice si peu cher ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» Petit décor rapide pour pas cher.
» Passage rapide cher le forgeron
» 2épée cataclysme pas cher
» [Arcani] Une passion qui coûte cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Kyoto :: Demeure Ketsuki - Eimin-