AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   Mar 4 Mar - 12:14

Je n'étais guère un homme. J'étais un Dieu, j'étais l'être suprême ~ Je le répète sans cesses, car c'est nécessaire pour les microbes stupides qui m'entourent jour pour jour. L'essentiel même de leur vie se devait de tourner autour de Moi, Dieu. Mais peu importe, ils ne sont pas intéressants, j'étais le centre d'intérêt de toute chose, je vais donc parler de Moi, et... elle. Dieu, Moi, je me devais d'avouer que je m'étais amourachée d'une humaine. Que dis-je, d'un être semi-parfait digne d'un magnifique regard d'attention de ma part. Yomi Tsuchimiya, ma nouvelle acquisition à laquelle je tenais à ma manière. Je ne déclarerais jamais qu'elle comptait à mes yeux saphirs, Dieu se devait de rester impartial et insensible, devant toute personne quelle qu'elle soit. J'avais des responsabilités envers les autres mollusques de cette école pourrie, pour ne pas pouvoir me permettre de les délaisser pour une fille. Quelle fille ~ Une femelle sanguinaire, sans manières. Mais fortement divertissante dans son genre, je l'admets. J'affirmais qu'elle était aussi amusante quand elle arpentait les couloirs avec fierté auprès de son Dieu, que quand elle se retrouvait dans mon lit à braver les interdictions primordiales (débiles) du règlement de cet établissement.

Jamais je ne penserais que je coucherais un jour avec cette fille abjecte, que je savourerais les parties de son corps sans dégoût, avec plaisir, que je lui laisserais profiter de mon corps sublime. Je me suis posé beaucoup de questions après la première fois que je l'ai prise sans retenue. J'en ai même conclu, de ma lucidité divine, que ce n'était qu'une période passagère de ma vie sur cette terre pas assez prestigieuse pour que je la foule de mes pieds de Dieu. Pourtant, je ne me lassais de sa présence par la suite. Je me plaisais dans sa subtilité idiote de se donner des grands airs, et celle de traiter les autres selon leurs valeurs, inexistantes. Je ne prétendrais jamais aimer Yomi, elle était juste là pour mon bien-être, pour servir Dieu d'une façon inédite. En échange de services que je lui accordais. Ça avait un certain charme de savoir que j'avais en ma possession quelqu'un qui me vénérait à ce point ~ J'essayais de me persuader de la véridicité de cette conclusion digne de mon intellect suprême.

En ce jour, comme les autres en vérité, je passais la journée dans le gymnase. Pas pour m'entraîner, mon corps était sculpté à la perfection et montrer mes magnifiques abdomens aux yeux de ces imbéciles qui se trouvaient dans la salle, était un privilège que je ne leur accordais guère. Si je me présentais, telle une silhouette grande et élégante au milieu de ces choses, c'était seulement en raison de la crise d'un certain zombie qui se croyait au-dessus de tous et qui squattait la salle du conseil, que je me retrouvais sans endroit fixe pour me contempler (mon magnifique minois) dans un miroir, tranquillement. Néanmoins, j'avais la grâce de le faire en tout lieu, mais me retrouver submergé par des mollusques, mettait mes nerfs de Dieu clément à rude épreuve. Comme maintenant. Accosté par une fille qui se croyait suffisamment potable pour que je la baise, seul mon maintien parfait me retenait de la laisser en plan.

- Hibari-Sama ~ J'ai entendu que vous aviez couché avec ma sœur ~ Je suis bien meilleure qu'elle ~ Désirez-vous tester mes talents ? ~ Je vous garantis du plaisir comme vous en avez jamais vu ~

Dieu, Moi, j'ai vu bien mieux qu'une pauvre demoiselle à moitié déshabillée qui se frottait à mon éminente personne. Je narguais le mollusque du regard, puis l'ignorait royalement. Pourquoi devrais-je user de ma voix cristalline pour une traînée de bas-étage ? ~ Pour m'amuser ~ Je ne comptais la baiser comme toute autre minables que j'aurais pris à mes temps perdu, à qui j'accorderais mon corps de rêve pour une nuit inoubliable. Pour elle bien sûr. Dieu, Moi, magnifique que j'étais, j'ai déjà vu et sentis mieux que... ça. Pourtant, il était vrai que je n'avais rien d'autre à faire en ce jour, et même Yomi n'était disposée à me divertir. Croyais-je. Je n'ai pas quémandé sa présence aujourd'hui, me disant de ma réflexion divine, que si je continuais à la demander, elle risquerait de se donner des grands airs. Dieu, Moi n'admettrai jamais qu'une femme puisse l'intéresser à un stade si élevé. Certes... Mais, l'envie d'une folie humaine persistait dans mon esprit subtil quand je souris avec charme à la chose toujours collée à Moi. Dieu, Moi, il sera pertinent de passer mes vêtements au pressing après le passage d'une telle souillure.

- Laisse-Moi découvrir tes talents dans un cadre plus intime dans ce cas, jeune demoiselle ~

Je laissais ma voix suaves charmer cette minable vermine, passais mon bras par-dessus sa frêle silhouette et empoignais sa fesse, sous ses gloussements ennuyeux. Pauvre imbécile ~ Je ne me gênais guère de la traîner à ma suite vers l'extérieur, la conduisant directement vers les dortoirs, vers ma chambre. Entre des paroles charmeuses, des sourires magnifiques et regards intenses à son égard, je pris mon portable et envoyais un message à Yomi sous forme d'une invitation à jouer. « Tu veux t'amuser ? Attends-Moi dans ma chambre ~ xxx Ton Dieu. » Sur ça, j'entraînais la stupide fille à travers le parc, j'ai pris également le temps de la bécoter contre un arbre, pour que Yomi ait le temps de se présenter au rendez-vous. Si elle le voulait, bien sûr. Au pire, je m'amuserai tout seul ~

Avant que la chose ne dégénère et que je ne la tue à cause d'une pulsion de révulsion, je la tirais avec Moi, vers les dortoirs. Ma main délicate et soyeuse dans la sienne, je ne lui adressais plus la moindre parole, curieux de voir si Yomi sera dans ma chambre ou non. Je ne le dirais pas, mais j'avais envie qu'elle y soit. Je chassais rapidement cette idée étrange de ma tête aux traits parfaitement dessinés et ouvris la porte de ma chambre, poussant la fille dedans, pour mieux refermer (à clé) derrière Moi.

- Pauvre mollusque ~ Baiser une chose infirme comme toi, quand j'ai bien mieux ? Quelle écœurante plaisanterie. Qu'en penses-tu, Yomi ? ~

Et mes yeux brillant de malice se posèrent sur celle que je voulais.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yomi Tsuchimiya

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/12/2012
Localisation : A beaucoup d'endroits ~ La chambre de Yume-Sama sans doute, héhé ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Yaban'na kyōki
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   Mar 4 Mar - 13:41

Insatiable. Ma faim l’était devenue, j’avais tout le temps faim. Il n’y avait pas un seul instant où je ne pensais pas à me nourrir pour mieux vomir tout aliment que j’eus ingurgité. Je ne savais pas ce qui m’arrivait, je crus un instant à la fin de ma vie, me disant que Ranguren me pompait encore plus de mon essence vitale mais je me trompais. Et ce royalement.

C’est après une nuit épouvantable que je me levais enfin de mon lit. Soupirant à en faire trembler les murs, je n’eus le temps de m’étendre que mon estomac se tordit une fois de plus pour mieux se vider dans la cuvette de la salle de bains. Détestable, gerber aux premières lueurs du jour n’avait rien de charmant. Et ce au point que je reste avachie une bonne dizaine de minutes sur le carrelage froid avant de me décider de prendre une douche. Douche que j’espérais relaxante… Malheur. Rien ne changeait cette nausée constante… Ainsi que cette faim sans nom m’obligeant à ingurgiter bien plus que je n’aurais cru pouvoir le faire. Aurais-je grossis ?! Foutage de gueule, j’avais un corps parfait, je ne pouvais pas tomber malade pour je ne sais quelle connerie ! Non… C’était impossible.

- Saloperie de merde.

Quelle insulte pour commencer la journée. Sortant de l’eau, je me séchais rapidement afin d’enfiler mon uniforme et partir en direction du conseil des étudiants. Depuis le retour de Yume-Sama les tensions étaient palpables à Undai. C’est de la bouche de Miri -étant revenue de son trou- que j’appris l’affreuse histoire tournant autour de la présidente du conseil. Suite à sa rupture avec Kaïla, elle détruisit une infrastructure aussi immense qu’Undai… En quelques minutes. Cela me donnait froid dans le dos ~ Par la suite j’eus essayé de me faufiler dans sa vie pour lui apporter mon soutien, mais la seule chose que je reçus fut des coups et une chance monstrueuse de ne pas avoir fini décapitée. Résultat des courses ? Je passais au conseil quelques minutes pour faire mon travail avant de partir sans un mot ~

Qu’y avait-il d’autre à dire ? Pas grand-chose à part qu’une certaine pute blonde se baladait dans les couloirs d’Undai comme une baleine engraissée. Qui ? Akiha-Sensei évidemment, paraitrait qu’elle attendait encore un gosse, à croire que nous avons affaire à une épidémie. Ne me regardez pas comme ça, je ne faisais qu’utiliser les termes de Miri ~ Héhé en parlant de celle-ci, elle était dévastée ~ Tellement que je la voyais de moins en moins me tourner autour, préférant utiliser une épaule masculine pour pleurer plutôt que de se faire châtier par ma personne pour ses envies de meurtres à l’égard de Yume-Sama ~

Mais bon, arrêtons-nous là de parler d’autrui, j’étais bien plus intéressante. Et qu’importe mon état, j’avais des choses à faire avant de penser à quoi que ce soit d’autre. Soupirant en rentrant dans le conseil, c’est avec une certaine joie que je me retrouvais seule dans le local. Non pas que je n’aime plus Yume-Sama… Mais l’avoir avec vous lorsqu’elle émane des ondes noires ne facilitaient pas le boulot ~ Tirant une chaise pour m’y poser, je complétais les quelques feuilles m’étant assignées avant d’attraper le tas d’Hibari. Doué qu’il puisse l’être, il n’était même pas capable de remplir quelques formulaires ~ Pauvre chose, je le punirai pour cela ~ D’ailleurs, je ne l’avais toujours pas croisé en ce jour. S’était-il éméché d’une pute quelconque ? Héhé ~ Pauvre type.

Finissant de tout classer et compléter, je me relevais de ma place pour mieux déposer les feuilles à leurs places attribuées. Du moins c’est ce que je comptais faire les trois premiers pas avant qu’un violent vertige ne me saisisse le cœur et que je chute les fesses les premières au sol. Grimaçant sous la douleur qui me tirait dans le dos, je me relevais tant bien que mal. Non… Je n’allais pas bien, pas bien du tout. Tenant ma tête sous une migraine infernale, je titubais jusqu’à la sortie pour rejoindre l’infirmerie. Passant à travers les infirmières jusqu’à un lit, je demandais à ce qu’on appelle Akiha-Sensei. Il était hors de questions que les autres abruties ne viennent me toucher, elles étaient juste bonnes à examiner mes cadavres. Bande de connes, comme-ci j’allais croire à un quelconque diagnostique de leur part.

- Alala ~ Qui a-t-il mon chaton ? ~

Me redressant lorsque la baleine arriva à ma hauteur, je laissais un sourire moqueur se dessiner sur mes lèvres avant de lui dire d’un ton hautin que je n’étais pas là sans raison pour la moitié de son infirmerie. Pauvre conne, et dire que c’est la seule qui peut me soigner dans cette putain d’école de merde. « Nous allons faire quelques examens, tends ton bras mon chaton ~ » Chaton, chaton, je vais lui en faire bouffer des chatons moi. Tendant mon bras pour qu’elle me fasse des prises de sang, je la laissais faire sans rechigner. Qu’elle trouve ce que j’ai sinon je la décapite et j’offre sa tête de conne à ma chère tante. Dois-je également arracher le fœtus qui nait en elle ? Héhé, non, celui-là je le laisserai à Ranguren ~

- As-tu des nausées ? Des vomissements… Yomi-Chan, depuis combien de temps n’as-tu pas eu tes règles ?

Ca te regarde ? Fronçant les sourcils en répondant affirmativement à ses questions, je butais tout de même sur la question des règles. Cela faisait un moment que je ne les avais pas eu… un mois tout au plus, il m’arrivait d’avoir des retards, je n’y avais donc pas vraiment fait attention. Mais que croyait-elle enfin ?! Que j’étais enceinte peut être ? Bonne blague. Sentant mon portable vibrer, je sortis celui-ci de ma poche pour regarder quel était l’imbécile qui me perturbait en pleine visite médicale. Voyant qu’il s’agissait d’Hibari me demandant de rejoindre sa chambre, j’arquais un fin rictus amusé avant de me lever du lit, attraper des cachets d’antidouleurs se trouvant sur la table-basse tout en envoyant quelque parole à Akiha ;

- Quoi qu’il en soit, fais un dépistage pour tout, j’ai autre chose à faire que rester ici.

Qu’importe ce qu’elle me disait par la suite, j’avais autre chose à faire ~ Quittant l’infirmerie en craquant les médicaments sous ma dent, c’est d’un pas rapide que je rejoignis la chambre de mon cher Dieu ~ Entrant sans plus attendre dans son lieu, je me heurtais à un vide considérable… Pourquoi me faire venir s’il n’était pas là ? Pour me divertir, me disait-il ? Connard. Sentant mon énervement monter en flèche, je me posais contre un mur, décidée à attendre cet imbécile.

Joie. Ce n’est que quelques minutes après mon arrivée qu’il daigna venir… Avec une fille. Fronçant les sourcils en le voyant tout cœur avec la demoiselle, je laissais ma langue s’éclater contre mon palais sans pour autant me défaire de l’obscurité dans laquelle je m’étais plongée. Qu’attendait-il de moi ? Que je le regarde baiser cette chienne ?! « Pauvre mollusque ~ Baiser une chose infirme comme toi, quand j'ai bien mieux ? Quelle écœurante plaisanterie. Qu'en penses-tu, Yomi ? ~ » Dieu quel homme, il me rendait toute chose ~ Changeant de tout au tout mon humeur, je laissais mon rire se perdre dans la pièce tout en me dégageant de l’obscurité pour venir m’enrouler autour de mon mâle ~ Affichant un sourire amusé, je déposais mes lèvres sur son cou avant de me retourner vers la chose qui crut pouvoir toucher ce qui était mien ~ Enroulant les bras d’Hibari autour de mes épaules, c’est d’un regard hautin que je regardais la pauvre chose tremblotante d’incompréhension sous nos yeux ~

- Pauvre conne, croyais-tu vraiment que tu serais assez bonne pour lui alors qu’il m’a moi ? ~ Tu payeras pour ta connerie, Ranguren.

Matérialisant ma bête ancestrale, je laissais celle-ci rugir alors que je me détournais de la scène lorsqu’il sauta sur la femme étant arrivée avec mon cher Hibari ~ « Ne la tue pas, nous voulons également nous amuser ~ » Paroles destinées à ma matérialisation qui enfonçait déjà ses crocs dans la jambe de la femelle ~ Poussant Hibari jusqu’à une chaise, je le fis s’assoir dessus pour mieux me mettre sur ses genoux, face à son minois des plus magnifiques ~ Encadrant son visage de mes mains douces, je déposais mes lèvres sur les siennes tout en déboutonnant son pantalon ~ Hum ~ Serait-ce de l’excitation que je sentais durcir là, sous moi ? ~

- T’ai-je à ce point manqué mon chéri ? ~

Héhé, quel Dieu ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   Mer 12 Mar - 16:49

Personne n'est parfait, à part Moi, et seulement Moi. J'étais compréhensif envers cette stupide fille qui eut voulu goûter à mon talent inné dans toutes les matières. J'étais le meilleur, j'étais le Dieu que les mollusques voulaient s'approprier. Mais je n'allais les laisser faire, je ne permettrais pas à ces minables de se sentir assez puissant pour oser me tenir tête, me dire ce que je devrais faire ou non. Détestable, cette chose l'était, à me demander de coucher avec elle, à obliger ma grandiose personnalité à la baiser parce que (soi-disant), elle valait mieux que les autres. Pauvre chose prétentieuse ~ Ces humains pitoyables étaient à déplorer. Mais Dieu que j'étais, je n'avais guère le temps à consacrer du temps à ces vermines inutiles. Même leur donner la mort de ma main divine, serait trop valorisant. Ce n'est pas pour rien que j'ai demandé à Yomi de se rendre dans ma chambre, endroit où j'ai amené l'idiote écœurante qui me tenait le bras une minute de là. Contrairement, à ce que je dégageais comme impression suprême, je n'ai pas ordonné à l'être semi-parfait de venir pour faire le sale boulot, j'avais d'autres serviteurs pour s'occuper des taches ingrates. Mais la voir ici, à admirer l'attirance du Dieu, Moi, m'amusait grandement. Je ne prétendrais guère que je voulais la voir pour une raison dépassant l'entendement de ce monde pourri. Je n'avouerais pas non plus, que le message que je lui eus laissé étai là en signe de mesquinerie. De toute manière, je n'ai pas à me justifier de ce que je faisais. L'essentiel était là. Elle est venue, je pouvais enfin commencer à me divertir autrement que dans les bras d'un mollusque de bas-étage.

Si bas, que c'est avec un ennui vital que je vis (de mon regard magnifique) le visage du déchet se détériorer au fil des secondes, à la vue de Yomi dans la chambre. N'avait-elle guère entendu les stupidités qui disaient que la décapiteuse de Undai se pavanait au bras du Dieu, Moi, à longueur du temps ? Qu'elle était assez spéciale pour que je lui accorde un regard ? Si. Ça devait être le cas, je n'avais qu'à la regarder pour lire en elle comme dans un livre ouvert. D'ailleurs la situation ne s'arrangea pas quand j'entourais délibérément le corps de Yomi de mes bras musclés à la perfection.

- Pauvre conne, croyais-tu vraiment que tu serais assez bonne pour lui alors qu’il m’a moi ? ~ Tu payeras pour ta connerie, Ranguren. Ne la tue pas, nous voulons également nous amuser ~

Son parfum était le mien. Celui du Dieu incandescent. Un sourire sublime se peignit sur mon visage aux traits délicats à l'instant où la bête peu ragoutante de Yomi, fit son apparition et se jeta sur le mollusque qui n'avait rien à faire en ce lieu, en présence de l'autre membre du conseil qui me servait de divertissement. Écœurant. Ma chambre se verra tâchée d'un sang impur. Il sera primordial que j'ordonne aux servants de nettoyer tout de fond en comble. Tout ça pour satisfaire la bestialité de Yomi. Véritablement, j'étais bien trop indulgent envers elle. Mais...

- T’ai-je à ce point manqué mon chéri ? ~

Elle savait convenablement se faire pardonner, même par un Dieu, Moi. Miséricordieux que je pouvais l'être, je me laissais aller contre le dossier de la chaise, la fille de la convoitise divine, sur mes genoux sveltes. Ah... Elle avait beaucoup de chance de pouvoir me toucher de la sorte. S'en rendait-elle au moins compte de ça ? Peut-être que oui, je m'en fichais grandement. Mes nobles ressentis parlaient pour Moi, tandis qu'un sourire moqueur se dessina sur mes lèvres douces. Ces lèvres que je lui offrais dans un baiser rude et un râle de bien-être de ma part divine. Cette fille était potable, largement satisfaisante à mes envies du haut niveau. Et mon membre le certifia en durcissant au fil des fractions d'une seconde. Ça, c'était sûr, et les cris de la fille à l'arrière-plan ne changeaient rien à mon excitation montante.

- C'est plutôt Moi qui t'aie manqué ~ Sinon tu ne serais pas venue.

J'attrapais fermement sa cuisse dans ma main virile et remontais le long. Je passais en-dessous de sa jupe, et pris ce qui était mien sans ménagement. Je passais mes doigts délicats en-dessous du fin tissu qui recouvrait son intimité. Mouillait-elle ? Je glissais mes doigts le long de sa feinte sans la pénétrer pour autant. Puis, je capturais sa lèvre inférieure que je mordis jusqu'au sang. Un sang presque aussi noble que le mien ~ Je léchais avec gourmandise la perle de son liquide vital s'étant formée sur sa lèvre, avant d'approfondir le baiser dont son sang se mélangea à nos salives. J'étais vraiment trop bon ~ Pourtant... Pourtant je fus fortement mécontent quand le microbe poussiéreux derrière celle qui m'appartenait, se libéra de l'emprise de la bête pour foncer sur nous. Pitoyable. Ennuyé, je décollais légèrement ma superbe main du bassin de Yomi, pour ordonner à mes chaînes de transpercer l'autre idiote de toute part. Pitoyable. Dégoûtant. Surtout que je la laissais ainsi, suspendue au milieu de la chambre, le sang ruisselant le long de mon arme divine.

Un tableau macabre dans la chambre du Dieu ~

- Viens ~

Excité, Dieu l'était ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yomi Tsuchimiya

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/12/2012
Localisation : A beaucoup d'endroits ~ La chambre de Yume-Sama sans doute, héhé ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Yaban'na kyōki
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   Mer 12 Mar - 17:49

Je ne me gênais guère de me déhancher de manière suggestive pour que sa chose se dresse dans son étau sous ma personne ~ Je m’y plaisais, j’aimais ainsi jouer de lui, de son excitation et de son côté masculin ne pouvant cacher ses vrais sentiments ~ Et dire que je trouvais ces pratiques dégueulasses, il n’y a qu’en les pratiquant que nous pouvons juger de ce qu’il en ressort vraiment ~ Parlant de ressortir, la chose que je dominais de ma grandeur ne faisait que s’accroître alors que mes lèvres jouèrent avec celles de mon homme ~ Le mien, oui, Hibari m’appartenait à présent ~

J’en jubilais, il fallait se l’avouer, dominer un tel homme n’était pas chose courante. Je n’étais pas sourde non plus, je savais parfaitement bien que les trois quarts des demoiselles faisant partie de l’académie avaient fini dans son lit, que par sa position au sein du conseil et sa prestigieuse divinité, il avait gravit des échelons dans la popularité Undai’enne. Il était l’une des étoiles dans cette académie, un peu en-dessous de ma personne, cela va de soi ~ Ce n’est qu’à l’unisson que nous primions sur toutes autres personnes, ce n’est que grâce à ma supériorité qu’il pouvait toucher la perfection avec tant d’aisance ~ J’étais sa muse, celle de sa domination sur les mollusques nous entourant ~ Mon Hibari ~

- C'est plutôt Moi qui t'aie manqué ~ Sinon tu ne serais pas venue.

Des mots auxquelles je n’apportais que très peu crédit, ce n’est que par propre envie que j’ai daigné rejoindre sa chambre ~ Qu’il ne se prenne pas pour plus qu’il n’est, il est… Divin ~ Frémissant lorsqu’il passa brusquement ses doigts contre mon intimité, je ne pus retenir un long gémissement traverser mes lèvres alors que mon corps s’excitait sous ses faits ~ Je me vidais sur lui, je laissais mon nectar unique couler le long de ses doigts alors que mon visage se collait au sien, que dans un mouvement de suavité il me mordit pour mieux faire couler mon sang entre ses lèvres ~ Mélangeant ce goût exquis à notre baiser enflammé ~ Enroulant mes bras autour de ses épaules, je me mouvais afin de prendre d’autant plus de plaisir, et ce, jusqu’à ce qu’il s’échappe de l’étau de mes cuisses pour mieux se préoccuper de la chose dans notre dos.

Ne retenant guère un râle contrarié, je me tournais légèrement pour voir la gamine, arme en main se diriger vers mon corps. Voulait-elle me décapiter ? Pauvre chose, elle était né bien trop tôt pour songer ne serait-ce qu’à m’érafler ~ Dressant un sourire amusé lorsque son corps se fit transpercer, c’est dans un regard rempli de sens lancé à Ranguren que je me détournais de ce corps embroché ~ Était-ce excitant de baiser à côté d’un cadavre ? Nous verrons cela ~

- Viens ~

Je n’allais guère le faire attendre, lui qui m’eut protégé des mains sales d’une souillure de bas-étage ~ Attrapant son lobe tout en ronronnant au creux de son cou, je me saisissais de son membre virile pour mieux caresser celui-ci dans ma paume fermée ~ Le laissant durcir sans nul problème, je ne tardais guère à venir m’enfoncer dessus ~ Chaud ~ J’aimais cela, ce doux moment de douleur que l’on ressent lors de la pénétration, cet instant si unique où notre corps ressent un millier de décharges ~ J’en mouillais, j’en bavais, j’aimais ~

Embrassant langoureusement l’être que je dominais par ma posture, je commençais mes mouvements de haut en bas, alliant des va et viens au gré de mon envie ~ Je menais cette danse, j’étais la seule à décider Ô comment je voulais manœuvrer pour atteindre ce moment de pure extase ~ Me courbant légèrement pour donner à mon déhanché un mouvement plus ample, je ne pus retenir de doux gémissements traverser mes lèvres ~ L’excitation… Cette chose que je ressentais qu’en tuant, je l’ai trouvé ailleurs. Ici, sur Hibari ~ « Plus fort… » J’en voulais plus, je voulais sentir mon corps filer entre mes doigts, je voulais qu’il soit le donneur de ce bien-être, je voulais le sentir d’autant plus fondre en moi, je voulais… Tant de choses ~ Mordant sa chair tendre, je défaisais sa chemise pour mieux passer mes paumes sur son torse musclé, marquant son cou d’un suçon en pleine action, je descendis les paumes jusqu’à ses hanches pour l’inviter à se lever ~ Je ne voulais guère de cette position, je voulais essayer plus de choses, qu’il me prenne correctement, qu’il me montre que baiser avec ses putes lui ait été utile ~

- Fais moi découvrir ton talent, Hibari ~

Fais, obéis à mes envies ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hibari Ishinose

avatar

Messages : 218
Date d'inscription : 19/03/2012
Localisation : Sur un trône

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ghost★Shadow
★ Age : 20 années de magnificence
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   Ven 18 Avr - 12:40

Dieu, Moi, sentir l’excitation de cette fille sauvage, posée sur mon corps de rêve, était amusant ~ Je me savais doué, j'étais le meilleur et quand je voyais Yomi fondre sous un simple toucher de ma grandiose personnalité, je ne pouvais qu'en être satisfait. Comblé, je ne l'étais guère pour le moment, j'avais besoin de plus que sa main pour ressentir la joie d'une partie de jambes en l'air. Je souillais mon propre membre viril et je trouvais ça exquis, tellement que je n'en étais même pas écœuré. Quelle divine attention que j’accordais à cet être semi-parfait qui me donnait tant de bons moments au lit. ça me dérangeait. Je le prétendais, mais quand sa main se serra autour de Moi, j'oubliais le détail de ma prestigieuse position d'être suprême, pour me fondre plaisamment dans ses attouchements. J'étais un Dieu qui aimait la luxure, et rien ne pouvait m'empêcher de profiter de la terminale assise sur mes genoux, et certainement pas le mollusque mort qui blessait mes yeux saphir de sa mocheté. Dieu, Moi, cette chose était dégoûtante.

Pourtant, je n'en fis plus attention quand mon membre se fit happer dans un étau, une chaleur brûlante. Si étroite, si à Moi ~ Amusant. Ou plutôt, bon. Dieu, Moi, l'admettait, j'aimais ce que nous faisions, ce qu'elle me faisait ressentir. J'avais l'habitude de pénétrer tout mollusque dans toutes les situations imaginables, mais tomber sur cette fille fut une révélation. Découverte que j'expérimentais pendant que Yomi se déhanchait sur ma majestueuse virilité. J'aurais pu être contrarié qu'elle ose prendre les devants et m'impose son rythme qui ne me plaisait guère assez, mais sur le moment, je lui donnais le prestige de continuer, et ça, jusqu'à ce que l'ennui me prenne et que je lui montre qu'était le véritable plaisir. Les désirs de Dieu étaient incroyablement complexes. Je me devais de les lui apprendre si elle voulait rester dans mes grasses.

- Plus fort…

Ah. Quel être impatient ~ Ce n'est que par bonté divine que je lui accordais avec grâce ce dont elle me suppliait avec tant d'envie. J'étais un être suprême et miséricordieux, je pouvais bien céder de temps en temps aux demandes de mes serviteurs les plus dévoués. C'est avec moquerie que je bougeais mon bassin sculpté à la perfection, pour m'enfoncer plus loin en elle, plus fort avec une précision mortelle. Je vais tout de même dire, que la position dont nous nous trouvions, n'était la meilleure pour que je prenne les reines sur cette ancienne vierge, sublimée par mes touchers. J'étais dorénavant décidé de prendre les devants, le besoin de domination divine me prit de court tandis que ses mots résonnèrent dans mon ouïe délicate, comme une prière à son Dieu. Moi ~

- Fais moi découvrir ton talent, Hibari ~

Amusante ~ Pauvre petite chose qui quémandait à ce point les honneurs de se faire prendre bestialement par ma grandiose personnalité. J'allais lui montrer que j'étais le maître de cette partie de jeux. Seulement car elle se permettait de me donner des ordres. Personne n'ordonne au Dieu, tout le monde le supplie. Elle le comprendrait de sitôt. C'est avec brutalité que j'écrasais mes lèvres délicates sur les siennes et me levais, ses fesses empoignées par mes fines mains tandis que mon membre ne quittait son antre humide d'excitation que je lui procurais. Supportant son poids de mes muscles parfaits, je marchais sur le sang du microbe dégoûtant, salissant ainsi mes chaussures, pour finir par plaquer la femme dans mes bras, contre un mur de ma chambre. Sans pitié ~ Je m'enfonçais en elle puissamment dans des allers et retours effrénés. Mon plaisir se devait de primer sur le bien-être de celle que je dominais de toute ma hauteur. Même si, en tant que Dieu, il était de mon devoir de la satisfaire. Ne serait-ce que pour mon image éblouissante.

- Tu n'as encore rien vu ~ Laisse-toi faire.

Ordre qui coula telle une douce mélodie d'entre mes lèvres douces. Je ne me formalisais guère des paroles, et préférais passer aux choses divertissantes ~ Je n'attendis plus un instant pour glisser ma langue à la recherche de la sienne, goûtant à sa saveur, pour mieux déposer des baisers frivoles dans son cou. La marquer était important, la propriété de Dieu serait incontestable de la sorte. Dans cette perspective, je mordis dans la peau tendre de son cou, entre deux râles et coups de buttoirs en elle. Mais j'en voulais davantage, Dieu ne se satisfaisait pas de si peu. Détachant mes mains du mur sur lequel le dos laiteux de Yomi se frottait sous mes mouvements agiles, je l'attrapais par la taille et nous fis tourner vers mon lit, où je la fis tomber sans plus de ménagement. Soutenu par mes bras parfaits, un sourire moqueur aux lèvres tandis que je la surplombais majestueusement de toute ma hauteur, je sortis d'elle dans un dernier doux soupir. C'était bon, la dureté de mon membre n'était plus à prouver, comme l'antre humide de ma partenaire de jeu était complètement trempé ~ Fille que je fixais de mes yeux saphir et cruels, avec une pointe de désir sadique qu'elle ne connaissait pas encore. Je vais lui montrer une petite partie, par ma gentillesse de Dieu.

- Changeons de position, Yomi ~ Je vais te montrer ce qu'est la vraie baise.

« Je vais te dominer comme jamais personne ne l'a fait. » serait plus adéquat, mais j'étais trop pressé à le faire, je ne supporterai aucun refus de sa part si elle prenait mal mes paroles suprêmes. Son opposition serait punissable de mort, et je ne voulais pas la châtier, elle était un élément fort intéressant pour finir aussi pitoyablement. Sur ce, je me relevais du lit, nu, beau, et debout. Je me saisis de ses hanches et la retournais d'un geste sec, relevais son postérieur jusqu'à ce qu'elle se retrouve à genoux, le dos courbé. Avec douceur à présent, posté derrière elle, j'effleurais lentement son dos de mes doigts célestes, remontais de sa nuque (compressant mon corps contre le sien) jusqu'à la naissance de sa raie, où je me détachais de son corps. Se sentait-elle gênée ainsi exposée sous le regard de Dieu ? Amusant, j'aimais. Pour lui montrer ma satisfaction, je passais mes doigts entre ses lèvres gonflées par le plaisir avant d'écarter ses cuisses légèrement et la pénétrer d'un geste sec, jusqu'à la garde. Un râle de contentement s'échappa de mes lèvres superbes à l'instant où sa chaleur me happa de l'intérieur. Elle était à Dieu, à Moi. Mes mains posées sur ses hanches, je mouvais mon bassin de devant en arrière toujours plus fort, plus vite, glissant dans son antre avec aisance. Mouille Tsuchimiya, hurle ton plaisir, jouis jusqu'à ce que mon plaisir se repende en toi.

- ... Hhha... Aaah...

Dieu, Moi, voudrait tant lui dire pour lui prouver qu'elle n'était qu'un objet m'appartenant, mais je n'arrivais plus à exprimer autre chose que des râles d'extase. J'étais sans doute magnifique avec les gouttes de sueur perlant sur mon corps brillant, dans cette posture virile, mon corps buttant contre ses fesses, tandis que mon membre était englouti dans l'antre du plaisir suprême, et que mes mains l'enserraient avec force plus l'apogée se rapprochait. La chaleur pulsait tel un torrent de lave dans un volcan, et je me retenais encore et encore, pourtant sans arrêter ma cadence endiablée qui attaquait son corps par des milliers de décharges. Jamais je ne me l'avouerais, mais... Dieu, Moi, a trouvé.

HRP : Je t'ai un peu fait attendre, chère admin, je m'excuse de t'avoir manqué :D A part ça, il y anguille sous roche. MP pour qu'on en discute ? :)

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yomi Tsuchimiya

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/12/2012
Localisation : A beaucoup d'endroits ~ La chambre de Yume-Sama sans doute, héhé ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Yaban'na kyōki
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   Sam 19 Avr - 20:15

« Tu n'as encore rien vu ~ Laisse-toi faire. » Je n’attendais rien de plus d’un putain de connard baiseur de putes, je savais que je n’étais guère la première qu’il sautait, que son instrument masculin ne s’était plongé que dans mon intimité. Je n’étais pas aussi naïve pour croire cela, ni en ses sentiments. Je n’étais qu’un bon coup, un choix d’exception comparé aux mollusques qu’il sautait en temps normal ~ Mais qu’en avais-je à faire lorsque moi-même je prenais du plaisir dans cet acte ? N’était-ce pas scandaleux, jamais je n’aurais cru que je me sentirais si bien avec une queue entre les jambes ~

Il fallait l’avouer, Hibari était doué pour ces pratiques, il était si bon, si dur, si gros, si parfait pour ma personne se déhanchant de manière céleste sur son corps ~ J’aimais l’embrasser, j’aimais le sentir en moi, j’aimais sentir son souffle caresser ma peau, ses mains avides m’empoigner la poitrine comme si j’étais sienne ~ Ce n’était que d’apparence, je n’étais pas sienne, il était mien. Là était la nuance des plus importantes. Hibari m’apparentait, je jouissais sous les mouvements que je me procurais, je me hâtais vers une apogée qui me délivrait de cette envie sexuelle. Je n’agissais que pour me combler, me satisfaire.

« Changeons de position, Yomi ~ Je vais te montrer ce qu'est la vraie baise. » Tellement délicat que j’en riais nerveusement ~ Depuis quand osait-il m’ordonner quoi que ce soit ? La vraie baise ? Pour qui se prenait-il ce fils de pute, je commandais, je… Je jouissais. Je n’ai pas anticipé ses mouvements lorsque je me suis retrouvée la poitrine écrasée contre le matelas de son lit, lui soulevant mon postérieur pour mieux m’enfourner de ses longs doigts, happant mon intimité. Si humiliant que je voulus lui hurler d’arrêter ça, je n’étais pas l’une de ses chiennes, je voulais le voir lorsqu’il… Mais jamais je ne sus lui dire quoi que ce soit lorsqu’il s’enfourna en moi, m’arrachant un long gémissement, suivi de pleins d’autres. Des insultes j’en avais plein la tête, mais seul mes gémissements traversèrent mes lèvres. Pauvre con, je vais te butter, baise-moi encore comme ça et je… Je…

« ... Hhha... Aaah... » Je n’en pouvais plus. C’était si bon, si large, si profond. Plus, encore, j’en voulais encore. Mon corps tremblait sous ses assauts, mes mains se serraient contre les draps alors que je pouvais sentir ses paumes se contracter sur mes hanches à ses coups de buttoirs. Mon halètement se fit de plus en plus fort, mes cris de jouissance résonnèrent en chœur les siens graves, ma voix se tordait dans un élan de pure plaisance alors que l’orgasme se trouvait à quelques secondes de là. L’extase, l’apogée de cet acte, que jamais je ne sus saisir pleinement. Et qu’en fut la cause ? Une putain.

- Casse-toi !

Fut mon cri sous mes gémissements alors qu’elle persistait à rester là. Pauvre conne, que voulait-elle ?! Je n’en avais aucune idée, mais la suite des événements… Ne me plut guère. Hibari… Sais-tu que l’avenir qui nous attend, n’a rien de charmant ? Hibari… Ton avenir est à présent, scellé au mien.

La suite ? Tu la découvriras bien assez tôt.

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Amants diaboliques ou comment jouer avec le feu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Résumé: comment jouer à Warhammer
» Pokemon version X et Y : comment jouer les nouveaux pokémons en stratégie ?
» A trop jouer avec le feu, on finit par se brûler les doigts- PV La Reynie
» "Tu veux jouer avec moi ?" *Rire sadique de Chucky*
» Jouer avec un (ou des?) MUET(s) (et sourd?)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Dortoirs :: Dortoir Garçons :: Chambres communes Garçons :: Chambre d'Hibari Ishinose & Izaya Renzou-