AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Part One : Kagoshima, la vengeance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Ven 24 Jan - 1:54

« Je... Il ne s'est rien passé... C'est l'entraînement, ouais. L'est pas évident. » Autant faire croire à un cheval qu’il est une vache. Cela reviendrait au même, elle n’était décidément pas douée pour mentir. Me giflant presque sous ses dires dénués de sens, seul un soupir suivi d’un roulement des yeux sortit de ma personne alors que le regard de Miri-Chan ne se décrochait guère du minois déconfit de la jeune Kaïla-Chan. Heureuse que je puisse être de ne pas être observée par deux billes noires ~ Même si ses yeux n’étaient guère posés sur ma personne, son aura faisait assez bien les choses pour me compresser … Ne serait-ce qu’un peu ~ Elle ne me faisait pas peur non plus, j’étais Dead Master après tout … n’est-ce pas ? ~ Commençais-je à hésiter ? Huhu ~

- Hum... C'est que... C'est sa faute ! Elle m'a violé !

Plaît-il ? Fronçant les sourcils en fusillant Kurayami-Chan de mes pupilles verdâtres, je relevais les mains en signe de protestation alors que Miri-Chan se tourna dans ma direction afin de me liquéfier de ses billes sombres. Croyait-elle vraiment que j’aurais fait cela ? Oui, mais si cela avait été vrai, Kaïla-Chan ne serait pas ainsi devant nous, à converser comme-ci nous venions de prendre un bain ensemble ! C’était abusé, terriblement. Tellement que je ne pus que lâcher un soupir de protestation lorsqu’un « N’est-ce pas ? » quémandeur traversa les lèvres de la fameuse victime. Violer quelqu’un ? Et puis quoi encore ~ Je ne violais pas, les gens venaient à moi pour que je les viole, là était la nuance. Prenant un air outré en croisant les bras, je détournais le regard -faignant d’être un accusé à tort- afin de me défaire du fourreau de Miri-Chan. Oui, autant que je la joue victime également si Kaïla-Chan comptait emprunter cette direction ~

- Nous avons commis une terrible erreur... la nuit passée. Écoutez Miri-San, cela ne doit pas sortir d'ici en tout cas... Et puis... voilà.

Voilà des paroles concrètes. Enfin. Soupirant après un petit silence, je me relevais de ma place pour venir me poser derrière Kaïla-Chan. Déposant mes mains sur ses épaules tout en regardant Miri-Chan sans aborder mon éternel sourire, seul un visage déterminé se dessina sur mes traits alors que je pris la parole d’un ton posé … Non suave comme à son habitude, étrangement … sincère ~

- Ce qui s’est passé …

« Quelle idée. » Pardon ? Levant un sourcil sous cette parole ne m’aidant en rien pour comprendre le ressenti de Miri-Chan vis-à-vis de la situation, c’est quand elle prit la bouteille de soda et qu’elle demanda si quelqu’un en désirait que je perdis toute contenance. Était-ce tout ? Rien que cela ? Ne comptait-elle pas connaître les détails du comment et du pourquoi ? Non, ces réponses elle y aura droit lorsque nous serons en privé, présumais-je. Laissant un fin gloussement traverser mes lèvres alors que je repris ma place, je déposais un doux baiser sur la joue de Miri-Chan avant que la voix de celle-ci ne coupe tout geste amical de ma part ~

- Je ne dirai rien, cette histoire est assez lugubre ainsi pour que je la rejoigne. J’espère juste que vous savez comment faire pour que Yume-Chan ne soit -jamais- au courant de tout cela ~

« Cela va de soit ~ » Furent mes seuls dires avant de lui faire un clin d’œil et d’entamer le repas comme-ci cette discussion jamais n’avait vu le jour ~ Mangeant tout en conversant d’un autre sujet bien plus distillant, c’est entre quelques morceaux de pizzas, des rires moqueurs et autres que nous finîmes de manger afin de mieux nous remettre au travail. Bien, une fois l’estomac plein, combattons ~ Devrais-je attendre pour que Kaïla-Chan ne laisse ses boyaux se déverser dans l’arène improvisée ? Qui sait, le vomi serait peut être un ingrédient magique à la matérialisation ~ Trêve de plaisanteries, entraînons-nous.

Tirant Kaïla-Chan pour qu’elle soit à la portée de mes lèvres, je déposais celles-ci sur son bracelet tout en logeant mon regard dans le sien. Laissant une douce flamme verdâtre naître dans son cristal, je me reculais par mesure de sécurité tout en matérialisant autour des murs et des lampes un champ de protection. Oui, cet endroit étant instable, autant le protéger avant qu’elle ne le détruise complètement. Levant la tête pour que Miri-Chan se mette à côté d’elle, c’est d’un commun accord que je me posais contre un mur alors qu’elle prit la relève quant à l’entraînement. Après tout, pour cette partie là, elle n’avait guère besoin de la créatrice, mais bien de la destructrice ~

- Nous allons commencer doucement Kaïla-Chan, la puissance d’Ayame se mélange peu à peu à ta matérialisation à présent … Matérialise ta robe de combat ainsi que ton arme. Lorsque tu libères ton pouvoir, vas y doucement, il est inutile de tout lâcher d’un coup.

Regardant ce qui se passait attentivement, je me permettis de visualiser mon flux parcourant le corps de Kaïla-Chan, reconnaissant avec facilité ce qui était mien. Fronçant les sourcils en voyant celui-ci absorber sa matérialisation et donc, risquer d’éclater son corps, je levais la main de manière à interpeller Miri-Chan et lui demander « Régule mon flux dans son corps, elle n’arrivera pas à la contenir si cela continue ainsi … Un arrêt sera suffisant. » Laissant mon amie former une sorte de cercle magique devant Kaïla-Chan, c’est en apposant un sceau tout en tournant celui-ci afin de le modéliser au corps de Kurayami-Chan, qu’elle réussit à former une sorte de barrage entre mon flux et le sien. Bien, allons y doucement …

- Sens-tu la puissance bouillir dans ton corps ? ~ Ton pouvoir est sectionné en deux parties, autrement dit, tu as deux flux en toi à cet instant précis. Même si cela va te sembler inutile, je te demanderais de matérialiser une petite balle, pas plus grande que ton poing avant de songer à faire apparaître ta Silver Sword mon cœur ~

Répondant au mouvement de tête positif de Miri-Chan, je reposais mon regard forêt sur Kaïla-Chan, attendant patiemment qu’elle agisse.

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Ven 24 Jan - 21:47

Inspiration, expiration, et on respire. Facile non ? Ouais, sauf quand on se retrouve sous le feu du regard d'une Miri inexpressive et terriblement silencieuse, tandis que personne ne venait m'aider à m'échapper de cette situation. La tension était telle que je n'osais même pas  soupirer pour évacuer tous les mauvais sentiments qui germaient en mon sein. Et il en était de même pour mes pensées qui se chamboulaient de plus en plus dans ma tête, ne donnant droit qu'à un silence pesant que je n'arrivais à balayer par des mots intelligibles. Non, sérieusement, je ne m'attendais pas à ce que parler de la nuit passée puisse être aussi difficile... Serait-il de même devant Yume ? Je ne savais pas, entre elle et Miri, il y avait une très grande différence. Ouais... J'en sais rien. Et ce fameux « rien » se prolongea jusqu'à ce qu'Ayame finisse par me prendre en pitié et vienne à ma rescousse. Ouais, elle aurait pu rester à sa place au lieu de venir se mettre derrière ma personne. Tendue de sentir ses mains sur mes épaules, je ne bougeais guère tandis qu'elle essayait de s'exprimer, rapidement coupée par la femme fantôme. « Quelle idée. » Que voulait-elle dire par là ? Relevant enfin mon regard sur cette femme indescriptible, je voulus discerner dans ses expressions ne serait-ce qu'une once de révélation. Mais comme je pouvais m'y attendre, rien ne sortit de ses traits immobiles, ni de son regard ténébreux. Levant un sourcil en ne comprenant pas ce qu'elle voulait dire, j'optais finalement à regarder Ayame, espérant vainement qu'elle m'explique la pensée de Miri. Ouais, autant laisser tomber.

- Je ne dirai rien, cette histoire est assez lugubre ainsi pour que je la rejoigne. J’espère juste que vous savez comment faire pour que Yume-Chan ne soit -jamais- au courant de tout cela ~ 

Me sentant revivre d'une certaine manière, je hochais vigoureusement de la tête en signe positif, accompagnant les paroles de Dead Master, affirmant que oui, nous avons une solution. Radicale en soit. Tellement que je ne voulais pas en parler, chose qui me fut accordée par une chance inespérée qui arriva sous forme de pizzas refroidissant dans les boîtes. Soupirant une dernière fois afin de décharger toute pression de mon corps, je me saisis d'un morceau, mangeant tout en écoutant ô comment Miri s'est retrouvée en possession des dits boites en carton. Et l'histoire fut assez marrant pour que je finisse par me dérider un peu, consciente que finalement, Miri n'a pas pris si mal que je m'aurais attendu, le fait que j'ai couché avec Ayame. Du moins, elle ne le montrait pas. Vous allez sûrement me dire qu'elle ne manifestait rien du tout en temps normal non plus, mais... Je vous emmerde, voilà. Mangeant donc à ma fin en écoutant la fameuse histoire d'une femme invisible surprenant un livreur en uniforme qui ne savait par où se diriger pour rejoindre la demeure, dont Miri qui lui fit peur avec son manque de... présence, pour finalement prendre les pizzas et laisser le livreur en plan, tel un vulgaire papier jeté à la poubelle. Et la facture ? Elle arrivera sans doute un jour, par poste peut-être, sauf si les charmes de l'Alien ont eu raison du livreur. Quoi qu'il en soit, c'est dans une bonne humeur relative que le repas se finit. C'est à présent, qu'il était temps de passer aux choses sérieuses.

Prête à commencer, motivée tout autant, je ne rechignais pas quand Ayame me tira à elle, déposant ses lèvres sur mon bracelet, ne manquant pas l'occasion de me surplomber de ce fichu regard qui me donnait froid dans le dos. Soupirant premièrement, je changeais rapidement de ressenti quand je sentis son pouvoir couler dans mes veines, boostant mon corps tel une drogue puissante. Putain, j'ai oublié à quel point c'était géant d'avoir un pouvoir aussi incroyable, tout autant que les effets secondaires qui s'en suivaient. Et cela aussi, je l'ai compris de suite, quand à chaque mouvement, j'avais l'impression que mes bras allaient se déboîter sous la force de rotation, ou encore, la sensation qu'à chaque fois que je pensais à quelque chose, cela allait apparaître devant moi, en taille d'éléphant...

- Nous allons commencer doucement Kaïla-Chan, la puissance d’Ayame se mélange peu à peu à ta matérialisation à présent … Matérialise ta robe de combat ainsi que ton arme. Lorsque tu libères ton pouvoir, vas y doucement, il est inutile de tout lâcher d’un coup.

Sursautant légèrement en apercevant Miri juste à coté de moi, je hochais de la tête, disant bien que je comprenais ce qu'elle me demandait et que je comptais l'exécuter dans les plus brefs délais. Je comptais oui, mais ce que j'ai fit, n'y était pas encore. Parce que... Comment dire... La première fois qu'Ayame me procura son pouvoir, j'ai tout fait exploser d'un coup, et donc, je n'eus le temps de ressentir toutes les facettes du pouvoir dans mon corps. Mais maintenant que j'essayais de suivre les instructions, et donc garder ne serait-ce que cinq minutes ce fameux pouvoir, j'avais aisément le temps de résister à ce dernier qui bouillait trop fort, qui perturbait mon flux normal et donc, me rendait confuse quand à la puissance que je pouvais utiliser. Déjà que je n'étais pas forcément la plus douée du monde pour juger ma jauge, cela était devenue d'autant plus impossible. Purée, je ne m'attendais pas à que ce soit aussi compliqué.

- Régule mon flux dans son corps, elle n’arrivera pas à la contenir si cela continue ainsi … Un arrêt sera suffisant. 

Quoi ? Suant à grosses gouttes, sous la difficulté devenant de plus en plus pesante à maîtriser le simple flux, je rivais mon regard tour à tour sur Miri et Dead Master. Quel arrêt ? De quoi elle parlait au juste ? Me posant milles et unes questions quant au charabia de ces deux femmes, j'eus un mouvement de recul quand Miri se tourna vers moi, décidée à faire quelque chose qui me dépassait. Assez pour que je matérialise malencontreusement ma robe de combat qui -je l'avoue- faillit m'exploser à la figure. Et c'est donc pour cela par un miracle quelconque, je l'ai dématérialisé, l'air perplexe quand la femme fantôme dessina un genre de cercle devant moi grâce à sa matérialisation, avant de faire je ne sais quoi afin qu'il se fusionne à mon corps. C'était le temps de gerber ? On dirait bien. J'avais l'impression que mes entrailles se retournaient et que tout le circuit sanguin faisait demi-tour pour mieux repartir par la suite dans le bon sens, avec plus de ferveur. Ca y est, je ne me sens pas bien... Et le pire, c'est ce que je ne sais toujours pas ce qu'elle m'a fait.

- Sens-tu la puissance bouillir dans ton corps ? ~ Ton pouvoir est sectionné en deux parties, autrement dit, tu as deux flux en toi à cet instant précis. Même si cela va te sembler inutile, je te demanderais de matérialiser une petite balle, pas plus grande que ton poing avant de songer à faire apparaître ta Silver Sword mon cœur ~

Oh ouais, je sentais cette force parcourir mon corps, et je devais avouer que sur le moment, ce n'était pas du tout agréable, au contraire. Bon... Au moins, je savais ce qu'elle a fait. Donc, donc... Deux jauges de matérialisation dans un corps. Très prometteur. Surtout si cela devait me servir à matérialiser des balles. Étrangement, je ne relevais pas cet ordre, préférant l'exécuter en attendant que je revienne à moi, et que le vertige passe. Soupirant lourdement avant de me mettre à la tache, je matérialisais ma robe de combat -qui apparut seule en quelque sorte. Ceci fait, je... Attendez, elle connaissait même le nom de mon arme ? Haha... Encore un peu et je vais rougir sous tant d'attention. Osez dire que de l'attention, j'en ai eu plus que nécessaire de sa part, et je vous tranche avec ce fichu pouvoir que j'essayais de maîtriser, en somme vous deviendrez de la bouillie. Et c'est ce qui arriva, quand au lieu d'une petite balle en plastique, ce fut une énorme qui apparut au creux de ma main, finissant par m'écraser littéralement. Jurant quand ceci arriva, je repoussais l'objet loin de ma personne, le faisant rebondir avant qu'il ne disparaisse. Me relevant après cet échec des plus pitoyables pour une Terminale, je procédais à un nouvel essai, me concentrant à visualiser cette autre jauge que je vidais à grandes pompes.

- Ouais, ouais, c'est bon, j'y arriverai, une minute.

Doucement... Dix tentatives plus tard... Doucement. Facile à dire, mais difficile à faire quand les nerfs à vif, j'usais des restes de ma patience pour réussir. Aller quoi, une stupide balle. Fermant les yeux afin de mieux sentir le flux de matérialisation dans mon corps, je voyais limite ce dernier en mon sein, perturbé par celui de Dead Master. C'était pire qu'être en Seconde et rentrer pour la première fois dans l'Arène... Mais oui ! Éblouie par une idée de génie, je me rappelais de ma première fois dans l'Arène, où j'ai essayé de matérialiser quelque chose. Tout d'abord, visualiser la balle, lui donner une couleur -verte-, une texture connue -caoutchouc-, une taille -environ dix centimètres de diamètre-, et puis, la créer de là. Et c'est ce que j'ai fait. Rouvrant les yeux avec une balle comme celle que j'ai imaginé, dans la main, un sourire victorieux s'afficha sur mes lèvres tandis que je la tendais devant moi, pour bien l'exhiber devant Ayame, l'air de dire qu'il était temps de passer à autre chose, et que son pouvoir n'était -finalement- pas si monstrueux qu'il paraissait.

- C'est fait ! Finalement j'ai comp...

Et je n'ai jamais pu continuer ma tirade de victoire parce que ladite petite balle inoffensive dans ma main, se déforma étrangement avant d'exploser littéralement dans la pièce, telle une petite bombe qui fait de grands dégâts. Et ces derniers étaient présents dans la salle de matérialisation, sous forme  d'une suie noirâtre partant de ma position, et s'étendant tout le long des murs et du sol. Arrivée sur les fesses après l'explosion, je me frottais la tête, un peu sonnée de l'auto-attaque que j'eus lancé. Encore heureux que ma robe de combat était résistante, sinon, je me retrouverais avec plus de plaies que j'en avais déjà... D'ailleurs parlant des blessures, elles disparurent avant que je ne comprenne quoi que ce soit. Bah, il état autant destructeur que réparateur, ce maudit pouvoir. Toussotant légèrement pour évacuer la poussière de mes poumons, je me relevais tant bien que mal et « admirais » la pièce. Haha... Je m'excuse ? Hum.

- Hum... Désolée. Je vais... essayer encore une fois.

Oui, faisons donc. Mais maintenant, créons une balle où il y aura de l'air dedans et non une matière potentiellement inflammable. Aller, encore plus doucement, de sorte à ce que le flux vert s'équilibre avec celui -normal- de ma matérialisation. Inspiration, expiration, création. Une nouvelle mini-balle dans la main, je la regardais et tournais sous toutes les coutures, finissant même par la faire rebondir au sol -préparant une barrière au cas où- pour vérifier si elle exploserait. Non. Parfait, voilà qui était fait ! Cette fois-ci certaine de la crédibilité de ma création, je lançais la baballe à Miri, avant de m'exprimer -étrangement fatiguée.

- D'accord, je distingue les deux flux, mais... Pourquoi les séparer au juste ?

À part que je n'avais plus l'impression de vouloir gerber, je ne voyais aucune autre utilité à cela. Mais bon, elles étaient bien plus douées en matérialisation que moi, alors j'allais tout simplement suivre leurs directives. Terrible mais pas horrible, cet entraînement avec la directrice. Je m'attendais à pire... Quoi que, peut-être que c'était cela, le « pire ».

- Et maintenant, je matérialise des armes ?

Oui ? Pire qu'un gosse prêt à déballer un cadeau de Noël. En espérant qu'en le faisant, je n'allais pas détruire la moitié de la planète. Haha... Je regarde vraiment trop de films.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Ven 24 Jan - 22:32

Une simple demande me direz-vous, matérialiser une balle était le b.a.-ba de la matérialisation. Toutes personnes entrant à Undai devaient commencer par là, que ce soit des étrangers ou même mes enfants, eux aussi ont subis cette première fois. Il va de soit que mes créations ont divulgué un certain potentiel en créant des billes de verres pour finir par les fusionner -et ce à leur entrée dans l’Arène- mais le principe était le même. Alors pourquoi demandais-je cela à une terminale ? Sachant déjà matérialiser bien mieux qu’une simple balle, allant jusqu’à connaître la technique de permutation de corps ? La réponse était simple en soit, il ne fallait que regarder sa personne se torde dans tous les sens sous ma puissance pour comprendre que cela n’était pas aussi aisé que cela en avait l'air, lorsqu'on devait dompter une force qui nous surpassait.

- Ouais, ouais, c'est bon, j'y arriverai, une minute.

Et la première minute s’écoula, suivie de tant d’autres que j’arrêtais de zieuter sur ma montre d’un air ennuyé. Je me devais de lui laisser le temps, ce n’était pas chose aisée, je le savais assez pour ne pas brusquer cette petite créature qui se dessinait sous mes yeux. Me rapprochant de Miri, je laissais ma voix suave parcourir ses sens, en expliquant Ô comment cette tâche était ingrate et que j’étais bien contente de ne pas me retrouver à la place de Kaïla-Chan ~ Il va de soit que mes plaintes furent vite coupées à la racine lorsque la charmante femme invisible entama un sujet, bien moins appréciable ~ « Décidément, il est impossible que tu ne touches pas à ce qui n'est tien, Ayame. » Dures paroles que j’acceptais avec un sourire avant de rétorquer « Dead Master n’a-t-elle donc pas tout ce qu’elle désire ? Je le crus pourtant ~ » Et cela s’enchaîna par des regards -inexpressifs- de Miri-Chan en disant long sur sa pensée, accentués par des paroles tels que « Tu es digne de ta personne ~ » ou encore « Et dire que tu me voulais à sa place, quelle chance d’avoir assez de cran pour me refuser à toi ~ » sans compter les fameux « Tu exagères, Ayame ~ ». Que des dires qui m’occupèrent pendant que Kaïla-Chan s’épuisait à former une maudite balle ~

- C'est fait ! Finalement j'ai comp...

Levant les yeux sur sa personne, un sourire heureux se dessina sur mes lèvres alors que je me rapprochais de sa personne pour voir sa création. M’arrêtant à quelques mètres de la balle, c’est après un pressentiment de danger que je matérialisais un bouclier pour ne pas finir, explosée par son attaque ratée. Me cachant sous ce que je venais de former, je plissais les yeux lorsque la salle vira au noir avant de se faire balayer d’un mouvement de la main par Miri-Chan, digne à elle-même. Alors que j’eus un sursaut de surprise, elle, n’avait daigné sourcilier. Dieu, cette femme m’étonnera toujours. « Hum... Désolée. Je vais... essayer encore une fois. » Et l’autre également ~ Une nouvelle tentative teintée d’échec ? Loin de là ce manque de confiance lorsqu’une balle verte apparut dans les mains de Kaïla-Chan, alors que celle-ci montrait fièrement sa création ~ Bien, les bases y sont, poursuivons ? ~

- D'accord, je distingue les deux flux, mais... Pourquoi les séparer au juste ?

Pour que tu n’exploses pas sans doute ? Parole que je lui dirai incessamment sous peu à condition que les rires faussement marqués de Miri-Chan s’arrêtent. Roulant des yeux en allant chercher moi-même la création de la jeune étudiante se trouvant en notre compagnie, je testais celle-ci, coinçant ladite balle entre mes doigts pour calculer sa résistance avant de la faire disparaître, d’un claquement de doigts.

- Et maintenant, je matérialise des armes ?

Minute papillon, il n’est nullement utile de se presser autant. Souriant à l’encontre de la demoiselle me faisant face, je matérialisais à mon tour ma robe de combat, suivie de mon éternelle faux avant de laisser échapper un délicieux gloussement alors que je m’élançais vers Kaïla-Chan, prête à lui ôter sa tête ~ Pourquoi ce geste ? Pour que je me fasse propulser deux mètres plus loin lorsqu’un bouclier s’activa devant sa personne ? Non, je vous assure, ce n’était qu’un test. Me relevant en soupirant, je remis les plis de ma robe en place avant de revenir vers les deux personnes, sans doute incrédules de ce qui venait de se passer.

- Un champ magnétique s’est enroulé autour de ton corps, mon flux qui est en toi agit de son propre vouloir ~ Une bonne chose pour se défendre, à condition qu’il se laisse dompter ~

En terme clair ? Lorsqu’une personne tierce essayera d’attaquer Kaïla-Chan, une barrière se formera autour de son corps afin que le flux se trouvant en son sein, soit intact. Une sorte d’autoprotection en sachant qu’un flux ne peut exister sans un possesseur. Kaïla est donc le récipient de ce pouvoir, et celui-ci n’a l’air de vouloir se voir anéantir pour x et x raisons ~

- Cela facilite les choses … ~ Soit, pour répondre à tes questions mon cœur, si nous n’avions fait cela, tu aurais explosé ~ Tel un ballon de baudruche finissant son saut sur un clou ~ Boum ~

Devais-je vraiment imiter le bruit ? Trop tard, il est déjà fait ~ Gloussant dans mon coin, je repris contenance, levant le regard vers Miri-Chan pour qu’elle s’approche, je me plaçais derrière elle avant de demander à Kaïla-Chan, de mon ton mielleux à souhait ;

- Reste à cette distance et matérialise ton épée, continue ainsi jusqu’à ce qu’elle s’arrête pile devant Miri-Chan ~

La prenais-je pour un bouclier ? Oui et non, en cas de si jamais, je me ferais transpercer avec ~ Mais bon, nous connaissons tous la faculté de Miri-Chan pour dématérialiser les choses, n’est-ce pas ? ~ « Je verrai également quelle jauge tu utiliseras, n’aies pas peur, je ne risque rien, Kaïla-Chan ~ » Que des paroles rassurantes pour une femme risquant de finir, elle-même, en brochette ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Dim 26 Jan - 23:17

Ca y est j'arrive plus ou moins à maîtriser cette puissance hors normes. Je ne pouvais qu'en être contente, n'est-ce pas ? Plus vite j'apprenais à m'en servir, plus vite je quitterais cet endroit et plus vite -malgré toute attente- je reverrais Yume afin de mettre mes sentiments au clair. Et peut-être, me rendre compte que oui, je préférerais oublier tout souvenir lié à la femme qui s'amusait avec la balle que j'eus matérialisé. Au moins, elle n'avait pas froid aux yeux celle-là, pour risquer d'exploser avec l'objet en le manipulant de la sorte. Parce que faut le dire, je l'ai créée, mais j'étais tout autant certaine que je ne saurais la contrôler et que si elle voulait péter, elle le ferait sans moindre retenue. Avec ou sans mon consentement ouais. M'ouais... En y pensant, sauriez-vous m'expliquer pourquoi la directrice était en train de me foncer dessus avec sa faux à la main ? C'était une manière de me dire que je pouvais matérialiser des armes ou alors... Merde, mais que fait-elle là ?! Ne m'attendant pas à ce qu'elle m'attaque aussi imprévisiblement, n'osant rien tenter de peur de tout détruire, j'eus seulement un mouvement de recul, écarquillant les yeux, une main en signe de protection en appréhendant le choc à venir. Coup qui n'arriva jamais d'ailleurs... Ne comprenant rien à la vie quand j'ai vu Ayame étalée parterre à deux mètres de ma personne, un bouclier verdâtre m'entourant, je baissais les bras penaudes, et lançais un regard interloqué à Miri, espérant qu'elle sache m'expliquer ce qui se passait. Mais elle aussi, n'avait l'air de tout saisir. Ah ?

- Un champ magnétique s’est enroulé autour de ton corps, mon flux qui est en toi agit de son propre vouloir ~ Une bonne chose pour se défendre, à condition qu’il se laisse dompter ~ 

Tiens, elle est encore en vie. Ha... Ha. Je plaisante hein. Et sinon, que voulait-elle dire par le flux qui fait ce qu'il veut comme il le veut dans mon corps ? Imaginez une seconde mon bras qui se lève pour m'étrangler par la volonté du pouvoir de Dead Master... Non ! Quoi ?! C'est... Pâlissant tout à coup, je visualisais un espèce de monstre déformer mon ventre jusqu'à ce que mes entrailles éclatent à l'air libre, dans une marre de sang. Putain, enlevez-moi ce fichu pouvoir ! Je n'en voulais plus. Déglutissant difficilement à ses paroles, je sentis mon être devenir lourd et étrangement douloureux quand Ayame reprit la parole, n'arrangeant rien à mon état déjà bien avancé dans la peur et le stress.

- Cela facilite les choses … ~ Soit, pour répondre à tes questions mon cœur, si nous n’avions fait cela, tu aurais explosé ~ Tel un ballon de baudruche finissant son saut sur un clou ~ Boum ~ 

Exploser comme un ballon. Boum ? Si je ne me sentais pas si mal à l'aise, je rirais des gestes qu’a fait Dead Master pour illustrer ses dires. Mais sur le coup, seul un sourire jaune s'afficha sur mon visage, tandis qu'au fond j'espérais que Miri puisse me sauver si... quelque chose tournait mal. Genre, si je m'apprêtais à faire « boum ». Finalement, je n'avais même plus envie de poursuivre l'entraînement, je n'étais pas à ce point suicidaire non plus... Même si le contrôle d'Insane était en jeu.

- Reste à cette distance et matérialise ton épée, continue ainsi jusqu’à ce qu’elle s’arrête pile devant Miri-Chan ~ 

Sérieusement ? Parfois, les idées de la dirlo' me paraissaient complètement dépourvues de bon sens. Mais que pouvais-je faire en même temps ? Je ne pouvais qu'obtempérer à son bon vouloir. Enfin... Ce serait mieux qu'elle ne se cachait pas derrière Miri avec si peu de subtilité aussi, je n'avais pas spécialement les tripes pour attenter à la vie de la femme fantôme, femme qui s'avérait être mon amie en quelque sorte. Non, il était hors de question que je la blesse par une mauvaise manipulation, parce que ouais, tout le monde s'attendait à ce que je me plante comme une grosse merde et que je transperce tout ce qui se trouve sur mon passage, à deux kilomètres à la ronde. Grimaçant à ce constat peu flatteur, j'hésitais à exécuter l'exercice. Et ce jusqu'à ce que Miri me motive de sa voix neutre, si indifférente à ce qui risquait d'arriver. «  Je verrai également quelle jauge tu utiliseras, n’aies pas peur, je ne risque rien, Kaïla-Chan ~ » Croirait-elle en moi ou c'était juste en son pouvoir d'anéantissement qu'elle croyait ? J'opterais pour la deuxième hypothèse. Soupirant lourdement pour déstresser, je me préparais mentalement, puis tendis la main, visualisant ma Silver Sword, pas trop grande, ainsi que la jauge du pouvoir de Dead Master dans mon corps.

- D'accord... D'accord, j'ai compris. Attention, j'y vais.

Et je l'ai fait. Mais ce ne fut pas ma lame habituelle qui jaillit au bout de mon bras, mais un vrai bateau dont la force me fit faire trois pas en arrière, et la lourdeur me fit abaisser l'arme jusqu'au sol. Arme qui aurait dû détruire toute la pièce et couper net Miri et Ayame en deux, si la femme invisible ne l'aurait-pas dématérialisé, m'informant seulement que « Jauge d'Ayame, continue ~ » Marrante... Au moins, j'étais sûre que son pouvoir d'Alien était efficace contre toute attaque brutale, rapide, et imprévisible. De moins en moins certaine de ce que je devais faire, je me replaçais à ma place initiale, tendant la main, le regard brouillé par l'hésitation, et créais à nouveau mon arme, cette fois-ci à la bonne taille, dont la pointe s'arrêtait juste devant la tête de Miri. Sauf que je n'eus pas le temps d'afficher un sourire de contentement que la main de la femme en noir dématérialisa mon arme, et que ses lèvres bougèrent pour me dire « C'était ta jauge, Kaïla-Chan. Essaye encore ~ » de son ton tellement égal que cela me déprimait.

Râlant contre cette fichue maîtrise imprévisible, grimace aux lèvres, je retentais le coup, concentrée au maximum, espérant que la réussite sera proche. Mais malheureusement, elle ne le fut guère. Et c'est pendant encore quelques fois. Sentant après des « Ayame ~ », « La tienne ~ » incessants que je commençais à fatiguer sans fatiguer, suant limite sous l'effort, les dents serrés sous l'échec, je finis par perde espoir. Pourrais-je demander une pause ? On dirait que non, il suffisait de les regarder pour comprendre qu'elles ne me laisseront pas me reposer avant que je ne réussisse.

- Quel bordel ce truc... S'il a sa volonté propre qu'il agisse comme il faut alors...

Maugréant dans mon coin, c'est dans un semblant de colère que je matérialisais une lame qui... se dématérialisa presque aussitôt. Lançant un regard inquisiteur à Miri pour savoir si elle en fut l'auteur, j'ai vite compris que non. Bon sérieux... On fait une pause ? Non ? Ok, sa mère. Encore une fois. Ma Silver Sword originelle apparut, à une taille exactement comme il se le devait. Regardant Miri avec une pointe d'espoir, je priais pour qu'elle me dise que c'était le seul fruit de la jauge de Dead Master. Réussite ? Cela le devrait...

- Dites oui...

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Lun 27 Jan - 0:09

Pouvais-je espérer que cet entraînement porte ses fruits ? ~ A première vue, j’avais bien peur que tout cela durerait plus que quelques heures dans cette salle blanche, en voyant la maîtrise déplorable de Kaïla-Chan, nous devrons rester au moins une semaine ici. Chose inacceptable, je ne voulais guère me priver de ma femme pendant tant de temps. Il en allait de même pour elle, comment survivrait-elle sans que je ne vienne assouvir ses besoins ? Oui, il était de mon devoir en tant qu’épouse, d’assouvir les envies sexuelles de ma chère Akiha-Chan, nous qui avions l’habitude de jouir au moins cinq fois par jour, nous retrouver à zéro pendant vingt quatre heures étaient tout bonnement impossible. Et ce n’était certainement pas Kaïla-Chan qui allait me combler ~

- D'accord... D'accord, j'ai compris. Attention, j'y vais.

Peut être pourrais-je me plaire dans les bras de Miri-Chan ? ~ Maaah, à condition que celle-ci accepte ~ Moi qui pouvait soumettre quiconque, je me retrouvais souvent au pied du mur avec cette femme invisible. A se demander pourquoi je ne la forçais pas, moi qui voulais tant explorer son corps. Cela remontait à longtemps, lorsque celle-ci était encore à Undai … Des souvenirs me réchauffant le corps quand elle me refusa ses cuisses sous prétexte qu’elle voulait être spéciale, et que de mon côté, je ne cherchais que du divertissement ~ Maaah, je ne pouvais pas lui en vouloir, ne serait-ce parce qu’elle m’était spéciale, dans une toute autre catégorie ~ Cela ne voulait pas dire que je ne pouvais me plaire à la taquiner, chose que je fis sans demander mon reste alors que Kaïla-Chan tenta bien que mal de matérialiser je ne sais quoi ~ Serait-ce un bâton que je voyais apparaître alors que je passais mes mains sous le kimono de Miri-Chan ? ~ Qu’importe, mes occupations étaient bien plus intéressantes que celle de regarder la jeune Terminale.

Me collant au corps de ma chère amie, je ne me privais guère de caresser son dos de ma poitrine, gloussant dans son cou tout en y apposant quelques baisers frivoles tout en me plaisant à caresser son ventre dénudé sous le tissu lourd qu’elle portait ~ N’ayant aucune réaction de celle que j’attouchais, je continuais, baiser sa nuque avec envie alors que mes mains s’approchaient de plus en plus de son intimité, sans doute chauffée par mes gestes ~ Seule sa voix résonnait lorsqu’elle commentait la matérialisation de Kaïla-Chan, j’aurais pu m’ennuyer de ne voir aucune excitation se dessiner sur les traits de ma chère seconde directrice, mais l’habitude était-elle que je ne m’en froissais guère ~

- Ayame ~ 

M’arrêtant avant de passer mes doigts sous ses sous-vêtements, je relevais les mains en signe de déni total avant que mon rire cristallin ne vienne se perdre dans la pièce. Bon, arrêtons là les enfantillages et continuons. Ah ? Kaïla-Chan aurait-elle cru que cette parole était pour elle ? Sans doute en vue de la tête qu’elle tirait alors qu’elle venait de réussir l’exercice. Mais autant la laisser continuer et voir … Voir ~ Et pourquoi ce sourire taquin qui naissait sur mes lèvres ? Ne serait-ce pas mes cornes que je voyais apparaître sur la tête de Kaïla-Chan ? Elles étaient miennes, je n’appréciais guère qu’elles apparaissent chez quelqu’un d’autre. Boudais-je à présent ? Je n’étais guère aussi infantile, pour qui me prenez-vous ~ Bien, faisons une photo. Et c’est ce que je fis, tantôt de mes cornes, tantôt des matérialisations de Kurayami, ou encore du sol, même de mes chaussures ~ Oui, je m’ennuie ~

- Dites oui...

Ah ? ~ Relevant le regard sur Kaïla alors qu’elle venait de faire apparaître -pour la seconde fois- une Silver Sword parfaite, transpirant mon pouvoir, je l’applaudis. Vraiment, j’ai tapé dans mes mains en signe de victoire tout en abordant un sourire radieux ~ Oui, Kiseki tirait de ma personne ses facettes idiotes ~ Passons. Regardant la chose en venant à sa rencontre, je posais mes mains dessus pour mesurer sa dureté … Parfaite, difficilement destructible, non digne de mes réalisations, mais s’y rapprochant assez pour que je ne la trouve guère minable ~

- Oui c’est bon, Kaïla-Chan ~

Non, ce n’était guère moi qui venait de dire cela, Miri-Chan était l’enseignante du jour après tout ~ Allant chercher la bouteille de soda, je me permis de prendre une gorgée à même la bouteille avant de demander à Miri-Chan si elle avait soif également, et que si c’était le cas « Je me plairai à remplir ton gosier, si cela te tente, mon cœur ~ », Un doux sourire et je tendis la bouteille à Kurayami-Chan également, un baiser indirect, pourquoi pas, huhu ~ Dieu, j’étais d’une humeur joueuse à présent ~ Bien, « Poursuivons ~ » Tu m’ôtes les mots de la bouche petit cœur ~

- Maintenant que tu sais matérialiser ton arme, voyons voir si il t’est tout aussi aisé de matérialiser tout et n’importe quoi ~ Ta Silver Sword est quelque chose que tu côtoies, que tu connais par cœur, mais qu’en est-il de …

Prenant une pose réfléchie, je croisais les bras tout en faisant les cents pas afin de trouver une idée « étrange » à laquelle les deux femmes ne s’attendraient pas … Mais il y avait tellement de choses qui passaient par ma tête que je ne savais pas quoi choisir ~ Entre un sextoy et ma femme nue, je balayais cela pour ne pas affoler ma libido et trouver un objet … ou …

- Une coccinelle ~

Voilà une chose hors du commun ~ Gloussant tout en levant le regard vers Kaïla-Chan, c’est d’un sourire carnassier que je justifiais mon choix de ma voix suave ~

- Cela demande beaucoup de détails, c’est petit et vivant, je ne veux guère voir un cadavre sur le sol de cette salle d’entraînement, Kaïla-Chan ~

Oui, je voulais qu’elle fasse « Bzzz » et « Bzzzit » Huhu ~ Dieu, que l’on m’enferme. Riant presque à gorge déployée sous mes pensées, je me cachais derrière Miri-Chan une fois de plus. Posant mon dos contre le sien, je me tenais le ventre pour ne pas montrer ma face égayée -aussi magnifique soit-elle- devant la jeune brebis qui croirait que je me moquais d’elle ~

- Une coccinelle donc. Vas y Kaïla-Chan, si Ayame le veut tant ~

Serait-ce un soupçon de mesquinerie que j’entendais là dans sa voix ? ~


____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Lun 27 Jan - 23:04

Exaspérée par tant d'efforts pour si peu, finalement, j'attendais impatiemment le verdict, que ce soit venant de Dead Master terriblement occupée à jouer de ma lame, ou de Miri, toujours restée en retrait. Bon, en vue de la bonne humeur de la directrice, je pourrais prétendre que oui, j'ai réussi cet exercice, mais je ne me fierais pas à sa gestuelle, question de n'être pas déçue à la fin quand elle affichera son sourire sadique. Soupirant de frustration quant à cette pensée, je me désintéressais directement de la femme aux yeux verts pour plonger mon regard de feu dans des billes noires comme l'abysse. « Oui c’est bon, Kaïla-Chan ~ » Oui ? Je vous jure qu'après avoir entendu cela, mon visage se décomposa sous le soulagement, et étrangement, les forces me sont revenues en même temps. Sautant limite de joie, je jouais avec ma lame un court instant, tentant de discerner les différences entre l'arme que j'avais dans les mains et celle que je matérialisais grâce à ma propre puissance. Bah, à part peut-être le surplus de pouvoir qui s'en échappait -et donc qui la rendait plus solide -et ainsi de suite-, rien ne pouvait affirmer, à première vue, qu'elle fut créée par la force de Dead Master. Tant mieux, en quelque sorte.

 - Poursuivons ~ 

M'étouffant presque avec le liquide gazeux dont j'ai pris une gorgée, je plantais un regard incrédule dans celui de la femme fantôme. Déjà ?! Je n'ai même pas eu le temps de souffler un coup, de fêter ma réussite, et voilà qu'elle veut continuer cet entraînement de barbare ?! Parce que ouais, faut pas se leurrer et croire que les airs inexpressifs de Miri, et ceux enjoués d'Ayame, disaient qu'elles étaient tendres en tant que professeures. Non, non, c'était des monstres qui me faisaient suer, jusqu'à ce que je montre des résultats satisfaisants, peu importe mes plaintes ou la faiblesse de mon corps. Ouais, elles me laisseraient me vider de toute mon énergie au risque de mourir, si cela serait efficace à accélérer l'entraînement. Franchement, je me demandais pourquoi elles étaient si pressées, y avait pas le feu. D'ailleurs, je vais arrêter de penser aux flammes de peur d'en matérialiser, et donc, de brûler cette baraque sur le champ. En y pensant, saurais-je me téléporter en utilisant la jauge de la directrice ? Étrangement, je ne voulais pas m'y risquer, de peur de me retrouver à l'autre bout du monde avec des parties du corps -autant internes et externes- en moins. Ha... ha.

- Maintenant que tu sais matérialiser ton arme, voyons voir si il t’est tout aussi aisé de matérialiser tout et n’importe quoi ~ Ta Silver Sword est quelque chose que tu côtoies, que tu connais par cœur, mais qu’en est-il de … 

De... ? De quoi ? Que voudrait-elle me faire matérialiser ? Connaissant son esprit détraqué, cela pouvait être -justement- tout et n'importe quoi. En espérant qu'elle ne me demande pas de lui construire un château avec un millier de détails, ou encore une télévision fonctionnelle -chose que je ne savais visualiser de l'intérieur et donc qui serait juste une boite vide au design d'une télé-, ou pire encore, qu'elle me demande de créer une nourriture quelconque et qu'elle ait du goût, ce serait le comble. Soupirant lourdement en attendant qu'elle se décide, je lançais des regards inquiets à Miri pour savoir si elle était d'accord avec le choix qu'Ayame ferait, parce que... « Une coccinelle ~ » n'était peut-être pas quelque chose à quoi je m'attendais. Sérieusement ? Se foutait-elle de ma gueule ou c'était juste l'impression qu'elle donnait ? Non, mais... hein ?!

- Cela demande beaucoup de détails, c’est petit et vivant, je ne veux guère voir un cadavre sur le sol de cette salle d’entraînement, Kaïla-Chan ~ 

Ca y est, je suis presque partante pour son idée, presque. Parce que vu son visage qui disparut derrière Miri -bouclier en puissance- il était facile de savoir qu'elle trouvait son invention marrante à souhait. Non mais non ! Genre quoi, autant qu'elle me dise de créer un cheval qui brouterait de l'herbe -créée également- tout en hennissant toutes les trois secondes. Franchement, plus con tu meurs. Et le pire ? Vous savez c'est quoi ? C'est cela.

- Une coccinelle donc. Vas y Kaïla-Chan, si Ayame le veut tant ~ 

Non mais parfois, cela se voyait, Miri valait bien Ayame. Toutes aussi puissantes l'une que l'autre, même avec des caractères complètement distincts, elles ne restaient pas moins tordues. J'espérais que la puissance ne me montera pas à la tête à ce point, dans un avenir prochain. Soupirant lourdement, je grimaçais avant de sortir un « Une mouche tant qu'on y est ? » ironique qui n'eut aucune réaction positive. Une coccinelle donc. Et puis merde, je vais lui en créer une, elle me foutra la paix avec ses idées à la con après cela -espérais-je. Bon, cela doit être vivant... Donc, il lui fallait un cœur -microscopique soit-il-, des poumons, yeux, tête, et tous les attributs constituant cet insecte des dieux, comme on le dit si bien. Rouge, avec des points noirs, de la taille de mon pouce, si pas plus petite. D'accord. Visualisant une coccinelle dans mon esprit, et donc ayant juste une image sur un fond noir dans ma tête, je jumelais cette dernière à la jauge de matérialisation d'Ayame et, la paume vers le plafond, fit apparaître l'insecte. Mais contre toute attente, elle ne vint guère se poser sur ma main, mais bel et bien au sol, dans un... une...

- Oh putain !

Que voulez-vous dire d'autre quand vous avez un insecte de la taille d'une petite voiture qui vous regarde avec ses yeux d'un jaune étrange, l'air de dire qu'il va vous bouffer cru. Dites... Une coccinelle, ce n'est pas carnivore, n'est-ce pas ? Ayant un mouvement de recul quand la bête -faut l'avouer- s'approcha avec ses six pattes de ma personne, ma course de fuite s'arrêta contre un des murs blancs, tandis que mon visage n'exprimait qu'une évidente peur. Tremblant légèrement, je priais qu'elle s'éloigne, lui quémandant à ce qu'elle aille voir ailleurs. Non que j'aie peur des insectes, mais si vous en auriez vu de cette taille, vous auriez eu peur aussi. Par je ne sais quel miracle -peut-être celui que c'était ma matérialisation- la coccinelle se détourna de ma personne, tournant sur elle-même de ses pattes velues, elle trotta vers les deux autres femmes de la pièce, pour mieux s'arrêter au milieu de la pièce et... et je hurle. Mais genre à fond. J'ai hurlé, sursauté, matérialisé une lame surdimensionnée qui disparut aussitôt et... et hurlais encore. Et pourquoi tant de frayeur ? Peut-être parce que le bruit ambiant se transforma en un vacarme d'ailes d'insecte géant qui sortirent de la coque rougeâtre de la bête. Et je vous jure, cela fait peur, surtout quand elle s'est mise à voler... Plus ou moins, vu sa taille. Je fais quoi ?! Je la dématérialise.

- Disparais, merde ! Tuez-la, mais TUEZ-LA !

Ou « les » quand au lieu de l'éradiquer d'un claquement des doigts, ce fut une autre qui apparut, suivie de quelques autres plus petites. Enfermée dans une salle où des coccinelles géantes volaient à toute allure, cela me déstabilisait complètement... Au point que je cours dans un coin, pointant du doigt les monstres, et hurlant à l'encontre des deux femmes qu'elles se débarrassent des ennemis. Parce que perso, plus je stressais, plus je ne pensais qu'à l'insecte, et plus cela était omniprésent, plus ils apparaissaient tels des lapins. Et plus cela se produisait, eh bien, plus je sentais ma jauge descendre au point que j'en sois complètement crevée et que je ne sache plus rien matérialiser... à par peut-être ces bestioles. Ah tiens, y en a une qui est apparue à la bonne taille ! Ha... ha.

- Tout cela, c'est de ta faute Dead Master, c'était quoi cette idée de...

De je meurs ouais. À l'aide ?

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Mar 28 Jan - 0:02

« Une mouche tant qu'on y est ? » Et pourquoi pas des cafards mille-feuilles tant que nous y sommes ~ Oui, oui, je viens bien de parler de dessert … Voudrais-je en faire un ? Maaah, l’envie me tiraille, rejoindre ma cuisine pour préparer quelque chose de sucré, de savoureux, agrémentant le tout par une boisson fraîches … Mais pensons recette d’abord, que voulais-je faire exactement ? Des choux à la crème ? Kiseki en raffolait, pauvre enfant de ne pas être présent en ce jour ~ Un dessert moins sucré pouvait être bon également, une tartelette aux fruits par exemple, autant voir grand, faisons une tarte. Ou une simple mousse aérée au chocolat ? Je préférais la vanille ~ Un flan ? Non, tout comme la gélatine … Cela prenait trop de temps, je voulais quelque chose à me mettre sous la dent directement comme … « Ayame ! » Moi ? Me manger moi-même ? Je suis sûre que je serais savoureuse ~

- Oh putain !

Me retournant pour voir ce qu’il se passait dans la salle d’entraînement, c’est avec un certain étonnement que je tombais nez à nez avec … un insecte muté. Gigantesque, tellement laid, tellement dégoûtant que j’en grimaçais tout en me tenant au bras de Miri-Chan. Je n’étais pas vite effrayée par les matérialisations d’autrui, mais je dois avouer que voir une si magnifique créature en taille titanesque lui retirait son charme. Poussant Miri pour qu’elle aille nous débarrasser de cette chose, je me ravisais quand l’insecte sortit ses ailes pour les battre dans un flot de bruissements atroces. Oui, j’ai hurlé ~ Et tout cela en me retenant à Miri-Chan ~ Quelle beauté de me voir si effrayée n’est-ce pas ? Maaah, j’en ai profité également pour enlacer mon être parfait au corps délicat de mon amie en cachant mon visage dans son cou tout en laissant un sourire sadique se dessiner sur mes lèvres ~ Pourquoi se retenir lorsqu’une opportunité s’offre à nous ? Huhu ~ Je suis diabolique ~

- Disparais, merde ! Tuez-la, mais TUEZ-LA !

Laquelle ? Parce que passer de une terrifiante à une dizaine d’autres grouillant tantôt sur les murs, tantôt à deux centimètres du sol en essayant de voler -tel un éléphant pourvu d’ailes-, je ne savais plus où donner de la tête. Et aussi étrange que cela puisse l’être, ce n’est pas le sourire rayonnant de Miri-Chan que je reçus pour me rassurer mais plutôt une face figée. Faisait-elle la morte pour que les insectes ne viennent vers elle ? Non mon cœur, cela ne fonctionne -parfois- qu’avec les ours ~ « Tout cela, c'est de ta faute Dead Master, c'était quoi cette idée de... » Faux. C’était de sa faute si elle ne savait contrôler mon pouvoir, pour qui se prenait-elle pour ainsi accuser les autres de ses crimes ? Quelle enfant insolente, je me devais de la punir. Mais avant tout, faisons disparaître ces insectes … Miri-Chan m’aidera-t-elle ? Ah non, elle est morte elle.

Soupirant en me dégageant de sa personne, je matérialisais ma faux afin de faire disparaître la première coccinelle se trouvant sur mon chemin. Un coup rapide, efficace ~ Croyais-je, jusqu’à ce que tous les insectes s’arrêtent de batifoler afin de mieux me fixer tel un repas alléchant. Autodéfense ? Non, je ne voulais guère me battre avec de telles choses, elles étaient bien trop laides ! Grimaçant en faisant un pas à reculons, je tenais avec force mon arme avant que la horde de bestioles grouillantes me foncent dessus ~ Et qu’ai-je fais dans ma plus grande bonté Undai’enne ? Je me suis enfuie en emportant dans mon sillage Miri-Chan ~ Qu’en était-il de Kaïla-Chan ? Je me suis permise de déposer premièrement ma chère directrice dans mon salon, de lui faire un doux baiser sur les lèvres -volé sans son consentement- avant de réapparaître dans la salle d’entraînement et de pousser Kaïla-Chan avec ma personne dans l’assesseur avant de matérialiser un bouclier afin que les choses ne nous foncent pas dessus. Soupirant en me laissant tomber au sol, je passais une main sur mon front avant de lever le regard vers la Terminale.

- Ne m’accuse pas à tort de tes erreurs, sinon je te jette avec ces insectes, Kaïla.

Ou étaient donc passés ma voix mielleuse et mon « Chan » habituel derrière son prénom ? Disparus en même temps que ma bonne humeur ~ Me relevant en prenant la main de l’enfant se trouvant à mes côtés, je rivais mon regard dans le sien avant de déposer mes lèvres sur son bracelet et ainsi faire apparaître un flux verdâtre de matérialisation autour de sa personne. Pourquoi faisais-je cela ? Pour faire disparaître ses créations, autant utiliser sa jauge plutôt que la mienne. Bien que j’étais surpuissante, je n’allais pas m’épuiser inutilement ~ Autant rester à l’abri et utiliser cette technique non ? Je ne crois pas que vous soyez intéressés par foncer dans ce tas de … « Bzz » ~ Levant la main vers les créatures -toujours en tenant la main de Kaïla-Chan-, je les fis exploser les unes après les autres, laissant juste un semblant de sang -sans doute imaginé par mon élève du jour- repeindre la salle immaculée. Ce n’est qu’après avoir écrasé la dernière que je fis disparaître mon bouclier et lâchais la main qui m’avait caressée hier soir ~

Regardant autour de moi si je n’avais laissée de survivantes, je soupirais enfin avant de me retourner et sourire -d’une manière coquine- à l’encontre de la demoiselle me faisant face ~ Bien, cela méritait une récompense n’est-ce pas ? ~

- Un baiser pour me remercier ? ~

Je le voulais, ne serait-ce que pour la taquiner et pour me féliciter de mes efforts ~ Du moins jusqu’à ce que mon cellulaire ne sonne, et que je décroche en laissant ma voix suave caresser l’ouïe de celle qui m’appelait ~ Qui était-ce, Akiha-Chan ? Yume-Chan ? Ou peut être Miri-Chan qui s’inquiétait de notre survie ~

Un appel disais-je ? ~ Une simple tonalité avant que je ne disparaisse sous les yeux de Kaïla-Chan, la laissant là sans moindre pudeur.

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Sam 1 Fév - 23:35

L'horreur, autant à gauche qu'à droite, on pouvait voir des coccinelles de toutes les tailles. Peu importe où je posais mon regard, seules ces bêtes à carapaces se pavanaient devant ma personne. C'est certain que si je m'en sors entière, je serai à tout jamais traumatisée par ces bestioles dangereuses. Insecte de merde ouais ! Non mais quelle idée de demander à ce que je matérialise une telle chose, aussi. Si Dead Master aimait tant que cela, ces choses volantes, qu'elle aille en bouffer dans un restaurant louche de l'Inde, pas au plein milieu de la capitale du Japon. Et plus sérieusement, nous étions toutes dans la merde, dans cette salle blanche, devenue étrangement noire avec toutes les nuées d'insectes qui volaient en groupes. Franchement, j'aurais bien voulu les éradiquer d'un coup, quitte à utiliser du feu, cramant toute la baraque au passage pour être certaine qu'aucune de ces choses ne sortira en vie de cet endroit. Mais évidemment que je ne le ferai pas, simplement par peur de me tuer dans l'incendie également, stressée que je pouvais l'être, il me serait aisé de faire une gourde avec le pouvoir qui régissait mon être depuis quelques heures. C'est aussi pour cela que je comptais sur le grand pouvoir de Miri ou celui d'Ayame pour se débarrasser de toute nuisance. Sauf que -oui, j'ai réussi à la voir, étrangement- la femme fantôme n'avait l'air d'être décidée à bouger, tandis que Dead Master... C'était Dead Master, flippante dans toute sa splendeur. Et pourquoi dis-je cela ? Imaginez un instant une femme, avec une faux, en train de découper un insecte en deux. Vive la précision, ouais. Surtout quand soudainement toutes les autres bêtes encore en vie, braquent leurs yeux globuleux sur la fameuse femme à la faux, pour mieux la menacer. Conclusion ? Ça vole, ça fait du bruit, et... Ayame se vaporisa, me laissant seule avec le reste de la horde. Le reste j'ai dis ? Haha...

Déglutissant de peur, quand je vis les coccinelles s'écraser contre le mur se trouvant derrière la silhouette disparue de Dead Master, je me fis toute petite dans mon coin, priant tous les dieux -même ceux que je ne connais pas- pour qu'elles ne me remarquent pas. Ouais, vous allez me dire que j'aurais pu me téléporter ou quoi sais-je, mais dans l'état actuel des choses, cela m'était impossible. Carrément. Après les prières, vint le moment de blasphémer, ou au moins, d'insulter la directrice de toute sa lâcheté, surtout quand le clan de bestioles se tourna vers leur créatrice. Quoi, ils veulent du thé ? Désolée, je n’en avais pas... D'accord, j'en matérialise ! Croyez-vous que j'aurais l'air conne avec un set de tasses, une table de jardin et quelques biscuits pour donner du charme au paysage, tout en buvant du thé avec des coccinelles géantes ? Même dans le monde d'Alice aux pays des merveilles, c'était moins tordu.

Retour au sérieux, je ne voulais pas me faire bouffer par des insectes, que ce soit parce que j'imaginais ces derniers grignoter ma chair, ou encore parce que ce serait la plus débile des morts qui peut arriver à un Undai'en. De un, se faire tuer par ses propres matérialisations, de deux, que ces derniers soient des coccinelles. Stop sur l'image. Étant donné qu'elles me foncent dessus, dois-je me mettre à courir dans le sens opposé en hurlant à la mort ? Logique. Les probabilités de l'exécution de cette manœuvre étaient plus qu'évidentes. Tellement que je m'apprêtais déjà à faire la course-poursuite de ma vie, avant qu'Ayame n'arrive de nulle part, me pousse dans l'ascenseur sans plus de ménagement et que des insectes géants viennent s'écraser contre son bouclier. Putain, j'ai créé des coccinelles cannibales ! Terrifiant, faudrait que j'arrête de jouer aux jeux de zombies.

- Ne m’accuse pas à tort de tes erreurs, sinon je te jette avec ces insectes, Kaïla.

Ha... Ha. Message reçu. Me tapissant dans un coin de l'ascenseur, je n'osais répondre à ses dires, de peur qu'elle les exécute et que je me retrouve au milieu du tas d'insectes enragés. Non, définitivement, je préférais la fermer, plutôt que d'y retourner. Affichant un sourire jaune, je voulus déjà appuyer sur le bouton pour nous amener en haut, laissant le bazar copuler en bas, mais ce ne fut guère l'idée d'Ayame, qui prit ma main -à mon plus grand malheur- pour mieux jouer de ma matérialisation -je vais gerber- et... S'amuser à tirer sur les bestioles, laissant leurs boyaux éclater dans des grosses taches brunâtres -là, je vomis sérieux. Haut-le-cœur sur haut-le-cœur, je serrais les dents afin d'éviter toute substance étrange traverser mes lèvres. Non, mais dégueulasse ! Plus jamais de telles matérialisations ! Promis. Et qu'on me demande de créer une mouche ou de mourir, j'opterais pour massacrer celui qui m'a demandé une telle chose. Sérieusement, quelles conneries de malade !

- Un baiser pour me remercier ? ~ 

Non merci ? Grimaçant à l'air -trop enjoué à mon goût- de Dead Master, je fis un pas en arrière, prête à protester. Je crois qu'il n'y avait que elle pour se plaire dans de la baise entourée du sang des insectes. Franchement... Non ! Je n'accepterais pas un de ses baisers dans d'autres circonstances non plus, bande d'enfoirés. Bougeant la tête de gauche à droite en signe de négation, je levais déjà les mains afin de la stopper, avant que son portable ne me sauve, dans une tonalité stridente. Ouf...

Ouais bon. Sauvée par la pute blonde, certes. Roulant des yeux en reconnaissant sa voix terriblement trop gluante, à l'autre bout du fil, je ne fis que grimacer de mécontentement quand elle dit -non, je n'écoutais pas, le son parvenait seul à mes oreilles- que Yume ne saura se présenter à Tokyo ce soir. Franchement, même cela, elle ne savait le faire ou quoi ? Conduire ma chère amie ici était tellement difficile pour sa tête de fichue blonde en rut ? On dirait bien. Et pourquoi madame change tout le plan par son bon vouloir ? Aucune idée. J'ai juste capté le prénom de Hikari et l'autre gosse mort, Rei Yu, avant que Dead Master ne se volatilise une fois de plus, sans laisser de moindre trace derrière elle. Cette femme se la jouait ninja, c'est impossible.

Contrariée de me retrouver seule sans plus d'informations, je laissais un lourd soupir traverser mes lèvres, sans me poser plus de questions. Le problème était là. Yume ne viendrait pas, en vue de tout ce qui vient de se dérouler à l'instant, et donc, je ne saurais lui parler de la nuit dernière, ni juger si ce serait une bonne idée, et encore moins demander à Ayame de m'effacer la mémoire. Joie. J'allais crever cette blondasse. Grinçant des dents, j'appuyais rageusement sur un des boutons pour m'élever à l'étage supérieur. Passant devant le rez-de-chaussée, je montais jusqu'à la maison, dans un silence pesant. Et je fais quoi moi maintenant ?! Je regarde les pâquerettes pousser ? Non mais la dirlo' se fout de la gueule de qui là ?! De la mienne ouais. Bon. Du calme... Réfléchissons.

Sortant de l'ascenseur, je me dirigeais directement vers la cuisine, l'air penaude. Non pas pour manger -rien ne passerait par mon estomac après l'épisode des coccinelles- mais pour me servir un verre, question de déstresser un bon coup. Qui ça, l'alcoolique ? Subissez ce que je venais de vivre, et on en reparle ! Soupir après soupir, gorgée après gorgée, je me posais dans le salon, l'air pensive. Que devrais-je faire à présent ? Rentrer à Undai par mes propres moyens ? Appeler Dead Master pour lui demander quoi ? Ou plutôt m'amuser dans sa baraque en son absence, me persuadant qu'elle l'a bien mérité ? M'ouais. Et puis, pourquoi était-elle partie au juste ? À cause d'Hikari ? Lui serait-il arrivé quelque chose ? J'espérais que non, étrange que cela puisse vous paraître. Et puis... Miri. Je l'ai complètement oubliée celle-là. Me raclant la gorge, j'ai pris la parole, me sentant ridicule de faire cela, mais espérant qu'elle serait dans la pièce.

- Miri-San... ? Dead Master est partie... à Undai je présume, à cause d'une affaire urgente. Enfin, je crois, j'ai juste entendu qu'il s'agissait de Rei Yu et de Hikari... un truc dans le genre.

Haussant les épaules, je n'y prêtais pas plus d'attention, ayant bien plus important à ruminer. Et croire que tout cela, était une fois encore, la faute d'Akiha. Si elle n'était pas là, tout se passerait tellement mieux. D'ailleurs, je me demandais ce qu'elle faisait avec Yume tout ce temps. Ouais, je ne portais aucun crédit au comportement de cette nymphomane tout le temps en chaleur. Tellement pas que je grimaçais en l'imaginant se frotter à ma chère amie parce qu'elle était en maque ou je ne sais quelle autre bêtises de son cru. Faut que j'arrête de penser à cela, sinon j'en briserais des vitres. Aller, concentration sur Miri... inexistante.

- On fait quoi maintenant ?

Parce que l'entraînement n'était toujours pas terminé. Mais sans les instructions de la directrice, cela ne servait pas à grand-chose de le poursuivre. Franchement, cette femme était chiante à souhait, et créait plein de problèmes difficiles à résoudre par ses actions brusques et irréfléchies. J'allais faire quoi avec Yume maintenant ? Ça y est, je n’ai pas envie de rentrer à Undai. Allumant la télé, je ne bronchais plus, attendant une réponse qui -si elle ne vient pas- me rendrait ridicule. Du moins, pour moi-même. Aller, la télé masquera cette terrible gêne de se parler à soi-même.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Miri Okugi

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Sans doute derrière toi ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Jingoku No Hikari
★ Age : Unknown
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Dim 2 Fév - 0:23

Ce n’est pas comme-ci j’étais vite effrayée par quoi que ce soit, mais sur le coup… Je devais me l’avouer ~ Voir une horde de coccinelles batailler sous mes pupilles ténébreuses n’était guère un spectacle charmant. Loin de là d’ailleurs ~ Je pouvais même vous dire que je ne savais comment réagir, mes traits n’avaient l’air de se décider non plus, devrais-je exprimer de la peur ? De la colère ? De la joie ? Certainement pas… Après tout, mon visage restait toujours le même, inexpressif à souhait ~ Un sourire faux plaqué sur les lèvres, une posture en disant long sur mes ressentis et me voilà disparaître, si loin de cet endroit, si douloureusement que je voulus me courber sous la douleur qui me saisissait ~ Mais en tant que bonne statue, je n’en fis rien, préférant plutôt rester plantée tel un poteau dans… le salon présumais-je ~ Et qu’en était-il de ce baiser volé ? Je n’en avais que faire, la vision des coccinelles perturbait encore mon esprit.

Quelle idée d’avoir demandé de tels insectes Ayame ! Encore maintenant, je ne comprenais pas ce qui passait par la tête de ma chère amie pour quémander de telles choses. C’en était… terrifiant dans un sens, ce n’était pas tous les jours qu’une personne tierce vous dirait de créer un pot de chambre au milieu de votre salon « par simple envie » comme elle l’aurait si bien soulignée. Tierce, disais-je. Elle ne l’était pas, tout son être était exceptionnel, que pouvais-je attendre d’autre d’une telle personne après tout ? Une chose moins vivante sans doute. Plongée dans mes pensées ainsi que dans mes questionnements, je n’avais guère daigné bouger de ma place, préférant rester invisible quant au retour des deux femmes se trouvant sous mes pieds, l’état de choc perdurerait-il encore longtemps ? Question que je me posais à la volée… Non pas que cela me dérange d’être tétanisée, mais c’est tout comme ~ Et puis, n’avais-je pas l’air idiote ? Ainsi, postée au milieu d’un endroit alors qu’il y avait tant de chaises à ma portée ? M’asseoir serait une idée convenable, me faire une tasse thé pour accompagner mon repos également. Essayons donc de nous mouvoir ~ Chose vaine, sourire se figura comme étant la seule chose dont j’étais capable ~

Et cela ne s’arrangea guère lorsque Kaïla-Chan revint de la niche d’insectes, ne bougeant toujours pas, je la suivais juste du regard, écoutant les bruits que celle-ci pouvait faire pour imaginer ses faits et gestes. Un verre donc… Ne préférait-elle pas boire à la bouteille ? En vue de l’odeur qui s’en dégageait, j’étais bien heureuse de la voir passer avec un petit verre plutôt qu’une gourde. Quelle enfant, boire ainsi au milieu de la journée. Quelle idée ~

- Miri-San... ? Dead Master est partie... à Undai je présume, à cause d'une affaire urgente. Enfin, je crois, j'ai juste entendu qu'il s'agissait de Rei Yu et de Hikari... un truc dans le genre.

Ayame serait donc partie ? Pourquoi donc ? Undai me disait-elle ? Rei Yu était décédé… Pourquoi parler d’Hikari-Chan dans ce cas ? Serait-elle morte également ? Et qu’en était-il d’Akiha-San ? A-t-elle rejoint sa fille dans l’au-delà ? Doux rêve que je n’exprimerai pas, je suis une personne clémente après tout ~ N’affichant nullement ma surprise quant à cette « fuite » improvisée de la directrice, je n’en restais pas moins perplexe quant aux raisons de son départ. Tellement de choses pouvaient la faire partir en quatrième vitesse si sa chère… épouse l’appelait, mais Ayame n’était pas aussi dupe pour foncer tête baissée dans des sentiers battus. Une chose était arrivée, aussi grave soit-elle pour ainsi inquiéter ma chère amie. Je voulais savoir, j’en trépignais d’impatience -invisiblement- alors que mon esprit se créait des énigmes auxquelles je n’aurai réponses jusqu’à ce que je retrouve cette chère directrice.

- On fait quoi maintenant ?

Serait-ce un semblant d’hésitation que j’entendais là ? Hum ~ Que c’est mignon ~ Prenant une inspiration -silencieuse-, je relâchais la pression accumulée dans mon corps -tout aussi silencieusement- avant de me mouvoir -enfin-. Avançant vers le sofa dans lequel Kaïla-Chan semblait confortablement installée, je me plaçais devant elle, marquant ma présence en toussotant légèrement avant de lever mes billes sombres dans son regard écarlate. Doux sourire aux lèvres, voix posée, pouvais-je lui quémander plus d’informations quant au départ d’Ayame ? Non, ne nous précipitons pas ~

- Akiha-San l’a donc appelée ~

Elle n’était donc pas morte. Quel dommage ~ Passons, hum ~ Affichant un sourire légèrement -aussi maigre puisse-t-il être- plus grand, je poursuivis. « Il est inutile de s’inquiéter si Ayame est partie pour régler tous soucis… Bien que je suis curieuse de connaître les motivations de son départ… précipité ~ ». De grands mots pour l’inciter à m’en dire plus ? Oui ~ Et quant était-il de Yume-Chan ? Rien ne lui était arrivé espérais-je. Non, sinon Kaïla-Chan ne serait plus devant moi à cet instant précis. Devrais-je l’appeler ? Je parlais de Yume-Chan, suivez donc mon raisonnement ~

- Cela est intriguant ~

Mais jubilons en vue de mon éternel sourire et de ma voix posée. Mais ne vous y fiez pas, j’étais inquiète. Cela se voyait tellement après tout ~ Blague à part, ressaisissons-nous. Kaïla-Chan m’avait posée une question après tout, il était de mon devoir d’y répondre ~ Bien que je ne savais pas vraiment quoi faire, maintenant qu’Ayame était partie. Rentrer à Undai également ? Non, l’entraînement de la jeune enfant me faisant face n’était nullement terminé… Poursuivre, ne serait-ce jusqu’à ce qu’elle maîtrise parfaitement la puissance de Dead Master ? Cela prendrait du temps, aurait-on seulement fini en une demi-journée ? Resterions-nous une nuit de plus ici ? Yume-Chan devait venir après tout… Mais en vue du départ d’Ayame, n’était-ce pas supprimé ? Non pas que cela m’arrange, je voulais voir Yume-Chan, mais savoir que la blonde ne viendrait pas, me soulageait d’une hypocrisie certaine ~

- Nous pourrions continuer l’entraînement, je ne te ferai guère matérialiser des choses… vivantes, ne t’inquiète guère ~ Veux-tu reprendre maintenant ou désires-tu une pause avant tout, Kaïla-Chan ? ~

Autant savoir ce qu’était les desseins de cette fille, tant qu’elle ne me sorte pas qu’elle comptait finir l’émission se trouvant dans mon dos, j’étais d’accord ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Mer 5 Fév - 22:13

Trop d'émotions pour une journée. Un jour et quelques heures en compagnie de la dirlo' et voilà que j'avais un millier de problèmes qui me tombaient dessus. Franchement, si j'aurais su plus tôt que cela finirait ainsi, je ne me précipiterais pas avec tant de résolution vers la capitale nippone. Naïve. Je le fus en pensant un court instant que Dead Master se contenterait d'un entraînement intensif pour le bien de Yume. Il m'est arrivé si souvent des merdes avec elle qu'à la fin c'était de la stupidité que de tomber dans ses... Pièges. Non, bande de cons, je n'allais pas dire « dans ses bras » ! Hum. Quoi qu'il en soit, j'étais perdue à présent, avec un gros souci sur le dos tandis qu'Ayame s'est barrée je ne sais où, me laissant seule. Parce que ouais, même Miri ne donnait signe de vie tandis que je me vautrais dans le sofa du salon vitré. Pourrais-je y demeurer quelques jours encore ? Non, cela commencerait à soulever des soupçons, et je ne voulais pas que Yume m'en veuille davantage de lui avoir menti, je crois que j'aurais assez de culpabilité avec le seul fait de l'avoir trompé avec la directrice de Undai. Ô joie ! Donnez moi une corde, un tabouret, et puis quand je m'attacherais fermement, bousillez le de sous mes pieds, que je me suicide pour tout le mal que je venais -inutilement- de créer autour de notre relation si durement gagnée. Bordel de merde, penser seulement à... cela, m'horrifiait, j'en devenais paniquée. Surtout qu'au fond -faut l'avouer quand même- j'ai apprécié la nuit dernière... Enfin... Non, merde, vos gueules ! Je n'en reparlerai plus jamais, voilà. Sauf... Peut-être devant Yume, si Dead Master ne se présente pas pour m'alléger de ce fardeau monstrueux.

- Akiha-San l’a donc appelée ~ 

Sursautant en ayant un mouvement de recul quand je me rendis compte que Miri se trouvait juste devant ma personne avachie sur le sofa, je me redressais en position plus droite, le regard rivé sur la femme fantôme de sorte à ne pas la perdre de vue, et donc, ne plus avoir de telles frayeurs. Franchement, jamais je ne m'habituerais à sa présence... inexistence. Haha pour le paradoxe ouais. Hochant de la tête, tout en faisant un signe négligeant de la main, je soupirais en me demandant où est-ce que Miri voulait en venir. Autant se fier à son jugement hein.

- Il est inutile de s’inquiéter si Ayame est partie pour régler tous soucis… Bien que je suis curieuse de connaître les motivations de son départ… précipité ~ Cela est intriguant ~

Précipité... Intriguant... Attendez, est-ce que je suis la seule à discerner que Miri se contredisait dans ses paroles ? Non, vous aussi vous avez cette impression ? Levant un sourcil interrogateur à son encontre, je laissais le silence planer tandis que je me mis à réfléchir sur la question. C'était vrai que dit comme cela, Ayame ne s'en irait pas avec tant de précipitation si tout était en ordre... Le pire, c'est que j'étais quasiment sûre que cela concernait Hikari, mon élève de surcroît. Grimaçant à la pensée d'un quelconque drame, je finis par soupirer lourdement en me convainquant que -justement- si Dead Master était partie, ce qu'elle allait se débrouiller pour régler tout souci. Enfin, en espérant qu'elle s'y prenne mieux qu'avec le sujet de la nuit passée. Parce que là, elle n'en mène pas large.

- Nous pourrions continuer l’entraînement, je ne te ferai guère matérialiser des choses… vivantes, ne t’inquiète guère ~ Veux-tu reprendre maintenant ou désires-tu une pause avant tout, Kaïla-Chan ? ~ 

Ah tiens, je ne m'attendais certainement pas à ce que Miri me propose de poursuivre ce fichu entraînement désastreux avec les coccinelles. Encore heureux qu'elle n'était pas aussi terrible que la dirlo' et me donnait le temps d'un repos bien mérité. Je dis cela hein, mais faut pas croire, quand cette femme fantôme s'y mettait sérieusement, elle m'en faisait baver. Je le savais, ce n'est pas par miracle que j'ai réussi à redresser ma moyenne de toute une année. Miri et ses airs inexpressifs était une chose terrible quand t'as l'impression de desceller de la déception au fond de son regard noir. Sérieux, c'est flippant ! Assez pour que j'opte pour une pause considérable pour me remettre d'aplomb. Me levant de cette place confortable, je me grattais le crâne avant de prendre la parole, nonchalante.

- Ben... En même temps, si la dirlo' est partie, c’est qu'elle a sans doute réglé le problème qui concerne Hikari ou non. Mais c'est vrai que c'est inquiétant, à la voix, l'autre blondasse avait l'air... comment dire... bouleversée. Enfin, en même temps elle fait tout pour attirer l'attention d'Ayame aussi donc... bon.

Haussant les épaules d'un signe disant bien que finalement cela ne devait être qu'une nouvelle invention terrible d'Akiha, je passais à coté de Miri et allais dans la cuisine, à la recherche de quelque chose à me mettre sous la dent. Ouais, même si j'ai mangé il y a de là quelques minutes, l'utilisation prolongée de la matérialisation creuse, surtout quand des insectes géants nous attaquent. Quoi qu'il en soit, un paquet de chips et un nouveau verre ne feraient du mal à personne. Ouais, ouais. Après tout, j'avais le droit de me plaire dans les choses simples de la vie, et en profiter aussi, sachant que j'avais une puissance indépendante dans mon corps et une Yume trompée à gérer. Ouais. Revenant dans le salon, les acquisitions dans les mains, je jurais silencieusement en me rendant compte que j'ai perdu toute trace de Miri, encore.

- Sinon... Faisons une pause, parce que personnellement, je n'ai aucune idée de ce qu'on pourrait faire, maintenant que Dead Master est partie. Elle ne m'a donné aucune instruction quant au déroulement de l'entraînement.

M'asseyant sur le sofa, j'ouvris le paquet de chip que j'engloutis sans me poser plus de questions. Seraient-ce des miettes que je faisais tomber sur le cuir du fauteuil encastré dans le sol ? Et alors, y avait sans doute quelqu'un qui nettoyait cela, donc on va dire que c'est pas grave. Et puis, vous avez vu l'imbécile à la télé qui vient de se faire gifler parce qu'il a embrassé une autre meuf devant les yeux de la sienne ? Hahaha... Ouais, ce serait marrant, si je n'étais pas un peu dans la même situation. En y pensant, si Ayame ne vient pas me... conseiller -ce qui risque d'arriver- comment j'étais censée me débrouiller ? Pourrais-je demander un avis objectif à Miri ? Elle ne m'a pas jugé... Du moins, elle ne l'a pas montré de manière visible -bonne blague- donc peut-être... Cela m'énerve ! Grognant dans mon coin, de mauvaise humeur, j'éteignis la télé d'un geste rageur, et soupirais lourdement rivant les yeux sur la verdure extérieure. Comment demander... ? Comment m'y prendre tout bêtement ? Bah voilà, tout simplement quoi.

- Dites, Miri-San... Je sais que ce n’est peut-être pas quelque chose qui... vous enchante ou, tout simplement, intéresse, mais... J'aimerais tout de même avoir votre avis sur la question.

Grimaçant, je finis par me lancer dans des questionnements et explications farfelues, hésitant tout en espérant que je n'étais pas en train de faire une erreur en lui parlant de cela. Elle était mon amie hein... ? Ouais, mais moi et mes amis, vous savez comment cela se finissait la plupart du temps. Malheur.

- Cela concerne la nuit dernière... Est-ce que je devrais le dire à Yume selon vous ? Dead Master m'a proposé de m'effacer tout souvenir de cet instant mais... ne serait-ce pas injuste envers Yume ? Je ne sais pas quoi faire, je sais, j'ai merdé mais...

Mais merde ouais. Baissant les yeux sur la moquette, je me maudissais intérieurement. Si seulement... Ouais avec des « si » je pourrais refaire le monde. Je l'aurais voulu, sur le coup, surtout retourner un peu dans le passé, pour ne pas refaire ce que j'ai fait, même si c'était une expérience... étrangement intéressante. Ouais mais non !

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Miri Okugi

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Sans doute derrière toi ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Jingoku No Hikari
★ Age : Unknown
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Mer 5 Fév - 23:04

Je n’avais guère à m’inquiéter n’est-ce pas ? Et pourtant je me sentais étrangement soucieuse quant au départ d’Ayame. Oui, ma curiosité n’avait nulle limite, même dans le vice. « Ben... En même temps, si la dirlo' est partie, c’est qu'elle a sans doute réglé le problème qui concerne Hikari ou non. Mais c'est vrai que c'est inquiétant, à la voix, l'autre blondasse avait l'air... comment dire... bouleversée. Enfin, en même temps elle fait tout pour attirer l'attention d'Ayame aussi donc... bon. » Des dires qui me plurent en un sens. Savoir que l’autre blondasse était perturbée par un quelconque événement m’enchantait assez pour que je ne réfléchisse plus loin ~ Du moins pour trois secondes. Je ne portais pas les enfants d’Ayame dans mon cœur en sachant qu’ils venaient également de son épouse, mais jamais je ne me réjouirai du malheur d’un enfant. Devrait-on également rentrer à Undai pour avoir le cœur net sur cette histoire ? « Sinon... Faisons une pause, parce que personnellement, je n'ai aucune idée de ce qu'on pourrait faire, maintenant que Dead Master est partie. Elle ne m'a donné aucune instruction quant au déroulement de l'entraînement. » Et comme le disait si bien Kaïla-Chan, nous ne savions pas vraiment quoi faire. Je pourrais continuer son entraînement de la maîtrise du pouvoir de la directrice, mais je n’avais guère le pouvoir et le savoir de poursuivre celui jusqu’à la maîtrise d’Insane. Invoquer un spectre fait de la matérialisation d’autrui n’était pas mon fort, non, j’avais tendance à annihiler tout ce qui était fait de ce pouvoir justement.

- Dites, Miri-San... Je sais que ce n’est peut-être pas quelque chose qui... vous enchante ou, tout simplement, intéresse, mais... J'aimerais tout de même avoir votre avis sur la question.

Relevant le visage quand Kaïla-Chan entama une discussion à laquelle je ne voulais être mêlée en sa compagnie, je feignis un sourire jaune -faux, je souriais toujours de la même manière-. Tant que nous sommes sur ce sujet là, je me permets de me plaindre. Savez-vous Ô comment il est dérangeant de ne pas savoir faire comprendre à autrui que nous ne voulons guère aborder un tel sujet ? J’aurais pu feindre une toute autre préoccupation si mes traits me le permettaient, tout comme ce sourire jaune que je voulais tant lui envoyer. Oui, tant de choses que je ne savais faire à cause de ce maudit visage figé. J’en soupirais et j’en pleurerais si j’en avais le pouvoir.

- Cela concerne la nuit dernière... Est-ce que je devrais le dire à Yume selon vous ? Dead Master m'a proposé de m'effacer tout souvenir de cet instant mais... ne serait-ce pas injuste envers Yume ? Je ne sais pas quoi faire, je sais, j'ai merdé mais...

Restant impassible devant ses paroles, je ne faisais que sourire comme à mon habitude. Je ne savais comment m’avancer sur le sujet vis-à-vis de Kaïla-Chan… Savoir qu’elle eut succombé aux charmes d’Ayame me dérangeait en croyant qu’elle était différente des autres… Mais en même temps, n’était-elle pas une simple humaine devant une entité surprenante ? Combien de fois dus-je également me retenir pour ne pas succomber aux beaux regards de ma chère amie ? Tellement de fois que je pouvais comprendre la peine de Kaïla-Chan… Dans un sens. Parce que moi, je n’étais pas en couple. Et savoir ma petite Yume-Chan trahie me fendait tout autant le cœur. Je ne disais pas que l’enfant devant moi était un monstre, loin de là cette idée… Mais plutôt que sa responsabilité dans cet acte passé avec Ayame, la mettait sur un pied d’estrade détestable. Inspirant légèrement plus fort en me posant confortablement contre le dossier du fauteuil, je laissais un silence se poser entre nos personnes après avoir soupiré Que lui dire ? Acquiescer à ses paroles et faire en sorte que jamais Yume-Chan ne l’apprenne.

- Je suis de son avis. Si Yume-Chan venait à apprendre cela… Elle en serait…

Perturbée, tuée, folle ? Un peu des trois. Mais il était vrai, après les événements récents, il était préférable de ne pas incomber sa personne d’une telle vérité. Elle qui détestait déjà tant le monde, croyez-vous qu’elle va sourire et faire comme-ci de rien était si la seule personne, qui comptait à ses yeux l’avait trompée ? Moi-même impassible que je pouvais l’être, j’aurais pleuré à cette découverte. Si Yomi-Chan tomberait amoureuse d’une autre personne… J’en pleurerais.

- Je n’ai guère la position pour te juger, mais je voudrais tout de même comprendre ce qui t’a poussé à succomber à ses charmes ? Ayame n’a guère changé, elle a toujours été ainsi… Mais je te connaissais bien plus persistante, réservée quant à cela. Kaïla-Chan… aimes-tu Ayame ?

Je voulais en avoir le cœur net. Bien que je serai heureuse que ce soit le cas et qu’elle fasse rompre Ayame de son épouse, mais en même temps… Yume-Chan était en jeu également. Et pour rien au monde, je ne voulais le malheur de ma cadette. Oui, encore maintenant, j’aspirais à un monde rempli de bonheur ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Dim 9 Fév - 19:50

L'horrible impression d'être la pire personne au monde, me tuait littéralement, mais genre sérieusement, j'aurais préféré de loin crever que de supporter les conséquences de mes actes passés. Surtout que je ne savais pas comment me sortir de ce merdier. Pas du tout même. Au point que je demande de l'aide à autrui, chose que je ne faisais pas souvent, si jamais quoi. La personne que j'aurais voulu consulter serait inéluctablement Yume, sauf que justement, c'était d'elle qu'il était question, et je me voyais mal l'aborder en mode « Dis Yume, tu crois que c'est une bonne idée que je te dise que je t'ai trompé avec Dead Master, ou non ? » Vous me voyez faire cela ? Ouais, moi non plus. Quoi qu'il en soit, même si je ne savais quoi faire pour le moment, l'instant donné de la confrontation, je n'aurais d'autres choix que de me décider. Enfin... Ce n'est pas pour rien que j'avais Miri devant moi et à qui je me confiais, espérant de tout cœur qu'elle me donne son avis. Ouais, c'est cela bande de cons, je vais faire un mixe des idées reçues et puis je les balancerais à Yume. N'importe quoi.

- Je suis de son avis. Si Yume-Chan venait à apprendre cela… Elle en serait… 

Et savoir que Miri était du même avis que Dead Master, me glaçait le sang. Bah ouais, il y a aussi le truc que je n'avais pas vraiment envie de me fier à ce que la directrice de Undai proposait, mais là en sachant que la femme fantôme -souvent de bon conseil- accordait raison aux idées de la dirlo', c'était juste... Déprimant. Parce que au fond de moi, j'avais envie que quelqu'un me dise que je dois être honnête avec mon amie, que la vérité sort de toute façon un jour ou l'autre, et qu'il faut assumer ses actes, question de justice. Et tout le monde sait à quel point j'étais à cheval sur ce qui était juste. Je devais la vérité à Yume ! Mais... Mais cela briserait tout notre couple, toute notre joie d'être ensemble. Et je ne voulais guère que cela se produise. Je ne voulais pas que Yume soit blessée, et donc, qu'elle blesse le monde qui l'entoure également. Non, si je devais assumer mes actes, je le ferai, à condition que personne n'en souffre. Impossible, en somme. Soupirant lourdement, les yeux baissés, je me décourageais totalement quant à cette horrible histoire.

- Je n’ai guère la position pour te juger, mais je voudrais tout de même comprendre ce qui t’a poussé à succomber à ses charmes ? Ayame n’a guère changé, elle a toujours été ainsi… Mais je te connaissais bien plus persistante, réservée quant à cela. Kaïla-Chan… aimes-tu Ayame ?

On inspire, on expire, on inspire et... Quoi ?! M'étouffant presque avec de l'air -sérieusement-, je relevais vivement le regard sur Miri, comme choquée de ce que je venais d'entendre. Aimer Ayame ? C'était quoi ces bêtises ? Évidemment que je ne l'aimais pas, je la détestais de toutes mes forces, c'était l'enfoirée qui a détruit une grande partie de ma vie à Undai et qui la détruisait encore aujourd'hui par ses actions immatures ! Bah ouais, quelle mère couche avec la copine de sa fille, dites le moi ! Justement. Et puis c'est quoi cette idée d'amour ? Dead Master me l'a également demandé -autrement cela dit- mais... Merde quoi ! Attendez... L'aimais-je ? Non, la question ne se posait même pas, et y penser seulement me troublait au plus haut point. Rouge pivoine, je me levais tel un ressort et niais toute probabilité d'une quelconque attirance amoureuse.

- Non ! Je ne l’aime pas ! C'est impossible ! Y a pas pire personne qu'elle !

Voilà c'est dit. Maintenant il faut que Miri y croie et m'en convint également. Parce que, faut le dire, elle vient de me foutre un doute monstrueux en tête, surtout que je ne savais pas vraiment comment répondre à sa question précédente. Enfin... Il va de soi que je ne l'aimais pas. J'aimais Yume. Alors pourquoi ai-je cédé aux charmes de Dead Master, tout à coup en me retrouvant seule avec elle ? Justement, parce que c'était la première fois que nous nous retrouvions dans une situation pareille. Oui, mais cela veut dire, qu'elle m'a toujours attirée et que j'ai juste sauté sur l'occasion de l'exprimer ? NON ! Dégueulasse. Hors de question. Ce n'est... C'est les circonstances qui ont fait que ! En colère contre mes propres pensées -débiles-, je me mis à faire les cents pas dans le salon, de ladite dirlo' violeuse. Violer... Elle ne l'a pas vraiment fait, du moins je n'ai rien fait pour l'empêcher de... Rouge. M'arrêtant comme foudroyée par une réalisation hors normes, je rivais mon regard sang sur Miri avant de parler pour dire... Ha ha... Aucune idée.

- C'est que... C'est... Je ne sais pas pourquoi j'ai cédé. En même temps, cela n'a plus d'importance... De toute façon après avoir vu Yume, je demanderai à Dead Master de m'effacer ces... cela.

Flou. Tout ce que je disais l'était. Cela dit, ce n'était pas étonnant vu que j'étais complètement perdue. Craignais-je de faire face au regard bleuté de Yume ? Ouais, mais folle que j'étais, je le ferai quand même. Suicidaire en force. Soupirant lourdement, je me laissais tomber une fois de plus dans le fauteuil, résolution prise. Après tout, si même Miri approuvait la solution radicale choisie par Ayame, ce qu'au fond, c'était la meilleure chose à faire. Cela me rendait triste mais... C'était ainsi. La réalité était cruelle.

- Dites, Miri-San... Ne serait-il pas préférable de rentrer à Undai ? Ce lieu me déprime...

Ce qui n'était pas faux en soi. Et puis, plus vite je fais face à mon amie, plus vite je pourrais me délester de cette culpabilité horrible. Puis, j'avais aussi envie de savoir ce qui est arrivé à Hikari pour que la dirlo' se barre aussi soudainement. Ouais, autant qu'on se téléporte à l'école. Enfin, quand je serais en état de le faire, parce qu'avec la jauge de Dead Master en moi, je n'osais pas vraiment risquer de perdre des membres sous une fausse manipulation de matérialisation. Ha... Ha. J'étais damnée.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Miri Okugi

avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 05/06/2013
Localisation : Sans doute derrière toi ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Jingoku No Hikari
★ Age : Unknown
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    Dim 9 Fév - 22:49

« Non ! Je ne l’aime pas ! C'est impossible ! Y a pas pire personne qu'elle ! » Avais-je raison ? En vue de sa manière de me répondre, j’aurais presque peur que ce soit le cas. Oui, si ce n’avait été le cas… Elle ne se serait pas autant énervée n’est-ce pas ? Du moins, c’est ce que je crus. Et ce avec fermeté. Mon dieu, quelle horreur. Oui et non ~ Savoir que Kaïla pouvait aimer Ayame me comblait d’une certaine joie en l’imaginant briser le mariage de ma chère amie, mais en même temps… Kaïla qui sortirait avec Ayame ? Laissez moi rire, la fin du monde n’est pas aussi proche… Ai-je tort ? ~ Non, mais arrêtons-nous en là. C’est ce que je me dis, bien que je ne m’arrêtais guère, gardant mon air mystérieux sur les traits -incapable de montrer quoi que ce soit d’autre- alors qu’un sourire tyrannique voulut prendre place sur mes lèvres. Je ne le fis guère cela va de soit, après tout, je me devais de soutenir Kaïla-Chan ~

- C'est que... C'est... Je ne sais pas pourquoi j'ai cédé. En même temps, cela n'a plus d'importance... De toute façon après avoir vu Yume, je demanderai à Dead Master de m'effacer ces... cela.

Je n’avais le droit de lui en vouloir d’avoir cédé aux envies d’Ayame, bien que je trouvais cela étrange… Oui, imaginez Kaïla avec Ayame, qu’importe que ce soit en plein ébat ou autre, ne me rendait guère joyeuse. Non, rien que songer à cette vision était limite prohibée. Et Yume-Chan dans tout cela ? J’en avais le cœur brisé, terriblement. Pauvre chérie… Non, décidément, elle ne pouvait connaître la vérité. Mais en même temps, si j’avais été à sa place, n’aurais-je voulu savoir le fin mot de l’histoire ? N’aurais-je pas réussi à me reconstruire en sachant que je fus trahie ? Si Yomi-Chan tombait amoureuse… Comment le prendrais-je ? Mal. Terriblement mal, que cela m’effrayait. Mais elle n’était avec personne, elle était seule, elle ne faisait que se plaire dans le malheur des autres, je n’avais donc pas à m’en faire ~ Et puis, qui saurait l’aimer à part moi ? Dieu, que je suis vilaine. Jalouse ? Non, je ne le suis pas, je n’ai pas à l’être puisque je suis sûre que mon héritière ne me trompe guère ~ Pouvais-je parler de tromperie alors que nous n’étions guère ensemble ? Pourquoi dois-je seulement me torturer l’esprit avec de telles pensées farfelues ? ~

- Dites, Miri-San... Ne serait-il pas préférable de rentrer à Undai ? Ce lieu me déprime...

Retombant sur terre quand les paroles de Kaïla-Chan arrivèrent jusqu’à mon ouïe, je me levais de ma place pour avancer vers sa personne. Lui adressant un sourire compatissant, je déposais ma main sur son épaule. Pas vraiment non plus, je savais Ô comment le toucher d’autrui la dérangeait, je ne voulais guère la brusquer non plus, c’est pour cela que je laissais ma main à deux millimètres de son corps ~ Avait-elle compris mon geste ou croyait-elle que moi aussi, je courrais après ? Non, qu’elle ne pense ainsi, je n’étais guère une bête voulant la coucher au sol… Dieu, cela me rappelle de vieux souvenirs ~ Laissons Kei loin de mes pensées et concentrons-nous sur la chère enfant qui me faisait face ~

- Je ne voulais guère te brusquer de mes questions, je ne doute nullement de ton amour envers Yume-Chan, Kaïla-Chan ~

Non, je n’en doutais pas. Les sentiments qu’elle éprouvait envers Yume-Chan étaient purs, mais alors, pourquoi a-t-elle couché avec Ayame ? Tant de questions auxquelles je n’aurai réponses tant qu’elle ne se comprenne elle-même. Soupirant silencieusement, j’arquais mes lèvres dans un sourire conciliant avant de reprendre la parole, d’un ton toujours aussi posé ~

- Nous partons donc, je me permets cependant de te rappeler qu’en cas de soucis, tu pourras toujours compter sur ma présence, Kaïla-Chan ~

Ma présence disais-je ? Quel fin jeu de mots pour une personne invisible ~ Riant légèrement à cela, je l’invitais à me suivre jusqu’à l’extérieur. Bien ~ J’étais venue en moto, et je ne crois pas que la laisser ici serait une bonne chose. Je pouvais toujours appeler Ayame pour qu’elle vienne nous chercher, mais en même temps, n’était-elle pas occupée à cet instant ? Soupirant en fermant la porte dans notre dos, nous descendîmes vers le rez-de-chaussée. Matérialisant sur mon corps ma combinaison de moto -conduire en kimono est difficile-, je démarrais ma bécane avant de monter dessus et inviter Kaïla-Chan à en faire de même. Si elle voulait se tenir, il y avait des poignées derrière… Ou moi ~ Lui tendant un casque, je mis le mien une fois qu’elle se saisit de celui que je lui tendais. Dégageant ma gorge d’une simple inspiration, je l’informais qu’il nous était possible de communiquer durant le voyage via un micro et une oreillette insérée dans nos casques.

Une fois tous les préparatifs finis, je démarrais ~ Doucement ? Il n’est pas coutume pour un Undai’en de rouler telle une personne âgée ~ Allant à pleine vitesse, je zigzaguais entre les voitures sans moindre difficulté ~ D’ici six heures nous seront à Undai… Dois-je prévoir de faire des pauses toutes les deux heures pour être sûre que Kaïla-Chan ne me vomisse pas dessus ? Oui, nous pourrons en profiter pour manger également, et se dégourdir les jambes… Six heures donc ? Hum ~ Accélérons dans ce cas ~

Nous revoilà, Undai Gakuen ~


END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Part One : Kagoshima, la vengeance.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Part One : Kagoshima, la vengeance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: D'autres Villes :: Tokyo-