AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un voyage de noces au pays de ses racines ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Lun 26 Aoû - 17:00

Le chariot de nourriture au milieu de la pièce, je l'approchais plus près de la table pendant qu'Ayame se levait avec un air emprunt de curiosité sur les traits. Souriant avec animosité en la voyant tellement désaxée dans un environnement ne lui étant en rien connu, je m'assis sur une chaise, après avoir mis les coques sur la table. Soulevant une des coques, je découvris le plat par sa saveur avant même de le voir. Humant l'air avec envie, mon ventre fit une embardée, prêt à dévorer ce qui se trouvait sur l'assiette. Une Pie... Cela faisait combien de temps que je n'ai plus goûté à ce pain fourré à la viande ? Trop, pour que je passe à coté d'une telle chance. Et si cela plaira à Ayame, je pourrais peut-être lui demander qu'elle mette ce plat dans le menu de la cafétéria ~ Pensais-je à mon bien-être avant le portefeuille de ma femme qui devrait en commander en masse pour le soumettre aux petits chatons peuplant Undai ? Pourquoi donc ? Il est bon de faire découvrir à autrui des saveurs venant d'outre-mer, personnellement -de mon avis subjectif- le riz à longueur de journée, cela pouvait devenir gavant. Mais revenons à cette assiette alléchante qui voulait se faire vider dans mon estomac. N'attendant guère une quelconque permission, je pris une bouchée avec lenteur pour graver sur mon palet toutes les sensations de cette simple nourriture. Délicieux ~ Jetant un regard discret sur Ayame, c'est avec satisfaction que je vis après une hésitation de sa part, qu'elle donnait l'impression d'apprécier le repas. Du moins, elle ne le détestait pas. « Prochaine étape, fish and chips, chemin direct vers l'indigestion, hehe ~ » Soupirant lourdement, je pris une autre bouchée, sans accorder de la valeur aux dires de mon ombre, à se demander pourquoi elle voulait gâcher ce petit voyage dans le pays. Croyait-elle qu'en faisant en sorte qu'Ayame n'aime pas ce pays, nous pourrions venir ici, seules, sans notre délicieuse épouse ? Quelle idée.

- Ton plan me va parfaitement, rencontrer tes parents serait un plaisir mon cœur ~ Pour ce qui est d’aujourd’hui, nous pourrions sortir également, il y a une grande surface ouverte toute la nuit, Tesco ou quelque chose du genre ~ Bien que ce soit un grand supermarché, je t’avoue que j’ai envie de voir ce qu’ils y vendent, ne serait-ce que pour enrichir mon savoir ~

Levant un sourcil étonné vers ma femme, je pris une gorge du vin qu'elle eut choisi. Bon ~ Je n'étais pas une grande connaisseuse, mais si mon palais aimait, c’est qu'il devait être acceptable, non ? Oui ~ Je me demandais avec fatalité quelle serait l'expression du visage de mon amante quand elle rencontrera finalement mes géniteurs. Étrangement, je la voyais sourire jaune tandis que ma mère s’écrierait sur mon paternel de ne pas s'adresser si grossièrement à une dame... Oui, c'était du comportement de mon géniteur dont j'avais le plus peur. Ça y est, normalement toujours sûre de moi, me voilà hésitante pour la première fois de ma vie. Surtout qu'une horrible question n'arrêtait pas de sonner dans ma tête « qu'est-ce que Ayame va penser de moi par la suite ? » Oui, car je ne me voilais pas la face, elle en baverait sans doute... Alala... Attends... Que disait-elle ? Magasin ? Tesco ? Quelle idée étrange. Qui se noya dans une conversation amicale que j'eus avec elle pendant un repas. Du moins, c'est ce que j'ai cru avant qu'elle ne le remette sur le tapis à la fin de notre petit moment de nutrition.

- Que dirais-tu de prendre un bain et puis de sortir ? Allons chez Tesco une fois que nous serons lavées mon cœur ~

Ah... Elle voulait vraiment aller dans cette grande surface ouverte toute la nuit. Franchement, venant de la part d'Ayame, cela était fort étrange. Mais les japonais étaient bizarres à la base, non ? Alors autant céder à cette demande extravagante sortant de la bouche de cette femme. Après tout, cela m'importait peu, et par la même occasion nous pourrons y acheter quelques petits objets de la vie quotidienne. Haussant les épaules dans un signe d'acceptation, je ne répondis rien, trop absorbée par son déhanché des plus sexy. Ça y est, cela recommence, je mouille ~ Me mordant la lèvres inférieure quand elle se retrouva seulement avec son sous-vêtement, je retins mon souffle quand elle disparut dans la salle de bains, l'envie était là, il ne manquait que le mouvement, et je me laisserais tomber dans l'abîme du plaisir charnel ~ Mais avant cela... Fouillant dans ma valise à la recherche de mon portable tandis que j'entendais l'eau couler annonçant un bain coquin, je me redressais avec ma trouvaille et parcourrai le petit écran tactile à la recherche d'un certain nom. Trouvé ~ Premier « bip », je fis le cent pas dans la chambre, deuxième « bip », je ramassais les affaires d'Ayame qui étaient au sol par simple réflexe, troisième « bip »...

- « Bonjour, c'est Akiha, désolé d'appeler si tard... Oui... Je suis à Londres... Serait-il possible que je vienne dans deux jours... Juste la nuit... Oui, avec Ayame... Non... » Soupirant quand j'entendis mon père crier quelque chose dans l'arrière-fond, j'abdiquais sur un « D'accord, passe le moi...Bonjour papa... Japonaise... Non, elle n'est pas une sado-maso... Quoi poilue ?! Je ne pense pas que tes blagues perverses l'intéresseraient... Papa ! »

Devenant rouge tomate en même temps que je m'exclamais d’indignation à l'autre bout du fil, j'eus même l'envie de raccrocher tellement la gêne me saisit. Et ce n'était pas compté sur mon alter-ego pour m'aider à gérer la situation. Et qu'est-ce qui me déstabilisa tellement ? Un certain père qui se demande si Ayame ne m'attache pas pour que je me tienne tranquille... Pendant les nuits surtout. L'allusion était bien perceptible sur la vision qu'il avait de sa fille, n'est-ce pas ? Raccrochant sur un de ses rires en me disant bien qu'il attendait impatiemment de rencontrer une petite nippone aux yeux bridés, je soupirais sous un dernier au revoir. Franchement... Parfois, je me demandais s'il était vraiment mon père... Mais génétiquement, il était difficile de le nier, je lui ressemblais comme deux gouttes d'eau, les mêmes yeux -peut-être un peu plus bridés-, les mêmes cheveux blonds, sans oublier, ce même sourire bienveillant -et trop aguicheur- tout le temps plaqué sur nos visages. Ça y est, je meurs sans avoir sauvé le monde. « Akiha-Chan comptait-elle me laisser prendre seule mon bain si relaxant ? ~ » Changement d'avis... D'abord mon bain ~ Arrivant dans la dite pièce à grandes enjambées, mon regard se porta sur la baignoire recouverte de mousse. Voyant du mouvement en dessous de cette masse blanche, je me déshabillais rapidement -chose facile sachant que mes habits étaient fait de matérialisation- et je vins me glisser dans la baignoire, attrapant le visage d'Ayame à l'aveuglette entre mes mains pour me diriger afin de l'embrasser dans l'eau. Immergeant en attendant qu'elle fasse de même, je me retrouvais à quatre pattes au dessus d'elle, un sourire ravageur aux lèvres.

- Mais c’est que vous êtes impatiente ~ Je crois que le bain ne sera suffisant pour vous relaxer ~

Et sur ce ? Je lui fis l'amour sans moindre retenue. Plongeant d'abord ma main dans l'eau chaude à la recherche de sa peau, je finis par coller mon corps au sien et la pénétrai dans un mouvement souple, en même temps que je l'embrassais avec envie. Ce petit manège dura quelques temps, du moins jusqu'à ce que les gémissements envahissent les lieux ~ Par la suite ? Nous sortîmes de l'eau, nous nous habillâmes pour finalement laisser la suite à l'abandon pour faire un tour dehors. Et où allions nous ? Au Tesco, sous la demande si insistante de ma chère amante. Comment avions-nous fait pour nous y rendre ? Un taxi bien évidemment, c'était le moyen le plus sûr et le plus rapide après tout. Donc, quand nous arrivâmes devant le magasin -tout de même rempli à cette heure-ci de la nuit, je pris la main d'Ayame pour m'engouffrer dans le grand espace plein de rayons.

- Ce n'est qu'un grand magasin, mais si cela vous plaît, découvrez-le ~ Je vais prendre un caddie, au cas où ~

M’exécutant sur le champ, j'allais chercher l'objet en question avant de passer les machins coulissants qu'il y a dans chaque magasin pour nous engouffrer dans le cœur de cet endroit baigné de lumières artificielles. Bien... Suivant Ayame dans les rayons en poussant le caddie, je regardais à gauche et à droite à la recherche d'une chose qui pourrait m'intéresser. Un film dans le rayon CD's ? Un plat préparé dans le rayon alimentation ? Un jeu de société chez les enfants ? Un nouveau portable peut-être ? Non, j'aimais bien le mien. Quoi que, quand je regardais cette petite merveille affichée en grand sur une étagère, j'hésitais. Tellement que je me suis arrêtée devant, laissant Ayame continuer de gambader. Du moins, jusqu'à ce qu'une voix d'enfant attire mon attention et que je lève le regard vers lui.

- Mom ! Look at this woman, she looks like a doll. Can I touch you ?

Et c'est ce qu'il fit d'un de ses doigts, pour constater que oui, Ayame était plutôt humaine. Souriant sous cela, je me détournais quand la mère de l'enfant vienne le chercher en s'excusant devant ma femme. Ce qui suivit, je ne sais pas mais à un moment donné, il y avait énormément de personnes qui s'accumulèrent autour de la directrice de Undai. « Je crois que c'est parti sur un ''Ohh, but you're an asian, what country are you from? Everyone are so pale in this country?'' Haha » Pour qu'une autre personne rétorque désespérément que non « No, they are normally yellow! Are you sick? » Pour que cela se poursuive dans une cacophonie de tous les diables sur ce qu'était mon amante au juste. Soupirant en me disant que je ne saurais sans doute pas choisir mon nouveau cellulaire aujourd'hui, je me décidais d'aller secourir Ayame avec des sourires et des « pardons » lancés à tout va pour qu'on me laisse passer jusqu'à elle. Et ceci, sous une vive protestation de mon ombre disant qu'elle peut se débrouiller toute seule. Elle le pouvait, elle était Dead Master après tout, une femme charmante à souhait. Mais comme elle était à moi, hors de question qu'elle parte en compagnie de x et x personnes pour boire un thé.

- Excuse me, may I pass ? I don't think that bothering this lady will please her when she makes some shopping ~

Et sur ce, j'arrivais jusqu'à elle, attrapant sa main pour la tirer doucement de la mini-foule tandis que des excuses fusèrent de toutes les parts. On n’était pas sortie de l'auberge à cette allure. Les anglais... Tellement irréfléchis au premier abord, pour devenir extrêmement insistants pour s'excuser de leurs actions précédentes. J'aimais ce peuple ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Lun 26 Aoû - 17:55

Me relaxant dans cet eau chaude, j’entrouvris les yeux un instant avant de les refermer. Submergée … c’était si plaisant. Certaines personnes détestent l’eau, contrairement à eux, je m’y plais. Je me sens coupée du monde, je me sens libre, si bien … comme si toutes mes responsabilités disparaissaient à cet instant, là, quand ma tête se trouvait engloutie dans les profondeurs de l’eau. C’est donc avec contentement que je ne bougeais pas, ne prenant la peine de respirer pour renflouer mes cellules en oxygène, un fin sourire naquit sur mes lèvres en même temps que l’aura de mon amante pénétrait les lieux. Rouvrant les yeux, je la vis trouble, là, devant moi ~ Sentant son corps nu sur le mien, un simple toucher et je m’enflammais déjà … ses mains douces se posèrent sur mon visage et elle me rejoignit sous l’eau, m’embrassant délicatement avant de reprendre l’air qui lui manquait, suivant son geste en immergeant ne serait-ce qu’un peu ma tête de l’eau, je souris ~

- Mais c’est que vous êtes impatiente ~ Je crois que le bain ne sera suffisant pour vous relaxer ~

Sortant ne serait-ce qu’un peu plus en gloussant légèrement, je passais mes bras avant que ses lèvres ne viennent à ma rencontre. Partageant ce doux baiser, un regard s’échangea, de nouveaux sourires et nous étions parties une fois de plus. Me laissant aller dans cette ivresse qu’elle affligeait à mon corps sous ses caresses, c’est avec désir que je lui réclamais de venir plus en moi, plus profondément, plus fort ~ Je voulais la sentir, la moindre parcelle de sa peau, les gestes si précis qu’elle faisait en moi, ses coups de langues sur mes tétons durcis qui me faisaient tant jouir ~ L’extase, l’orgasme, j’y touchais à chaque fois. C’était … inconcevablement impossible de ne pas prendre son pied avec une telle personne, que ce soit moi qui dirige le jeu ou sa personne, nous finassâmes toujours dans le même état ~ Quelle joie. Joie dont laquelle je ne pouvais jouir tout le temps malheureusement, lorsque nous étions à Undai, nous avions nos occupations, notre travail. Bien que je me plaisais à la prendre sur mon bureau, ce n’était pas comme en voyage, ce n’était pas comme ici ou sur un coup de tête on se déshabillait pour venir titiller l’autre de notre corp envieux. Maaah ~ Revenons à la réalité ~

Une fois notre partie de jambes en l’air finie, nous sortîmes de l’eau pour nous apprêter. Restant dans la salle de bain pour me sécher -d’un coup rapide de matérialisation- c’est avec amusement que je regardais mes cheveux … Me croyiez-vous si je vous disais que ceux-ci restaient lisses ? Étrange, pourtant en les mouillant ne devraient-ils pas redevenir comme avant ? Intriguée par ce constat, je matérialisais ma robe de combat pour voir si ma chevelure allait changer. Elle changea ~ Je retrouvais mes boucles et mes petites cornes, magnifiques ~ La faisant disparaître avec contentement, j’arrêtais de rire en comprenant que mes cheveux redevinrent lisses lorsque j’étais … « normale ». Sérieusement ? Voilà une chose étrange, un nouveau mystère à découvrir ~ Mais bon, brossant donc mes cheveux, c’est après une petite dizaine de minutes que je sortis de la salle de bain pour venir chercher mes habits. Posant ma valise sur le lit, je sortis ma robe noire ainsi qu’une pair de sous-vêtements. Posant sur mon corps ladite robe noir à volant, j’agrémentais le tout par un petit gilet de la même couleur que mes cheveux ~ Finissant par mettre mes talons en gardant toujours un sourire espiègle en regardant mon amante, c’est dans une dernière envie de ma part que je lui sautais dessus pour lui voler un baiser enflammé alors qu’elle s’apprêtait ~

La suite se passa relativement vite, une fois prête, mon sac à main sous le bras, nous sortîmes de la chambre. Nous dirigeant vers les taxis, après une dizaine de minutes de route, nous arrivâmes devant une grande enseigne aux couleurs … françaises ? Oui, quand on y regarde de plus près, il y avait du blanc, du bleu ainsi que du rouge, les couleurs des mangeurs de pattes de grenouilles non ? Levant un sourcil en sortant du taxi, je me dirigeais vers l’entrée alors que ma charmante épouse allait chercher un caddie sous un « Ce n'est qu'un grand magasin, mais si cela vous plaît, découvrez-le ~ Je vais prendre un caddie, au cas où ~ » de sa part auquel je répondis pas un petit signe de la main avant de m’engouffrer dans ledit magasin. Banal à souhait me disait-elle ? Nous n’avions juste pas les mêmes goûts en ce qui concernait les lieux comme ceux-ci ~ J’adorais, c’était grand, terriblement grand et so british ~ Affichant un sourire amusé, je pris le premier rayon se trouvant devant moi, des fleurs ? Quelle idée, vendre des fleurs dans une grande surface de la sorte ! N’y avait-il pas de fleuristes en Angleterre ? ~ M’attardant sur les plantes alors qu’Akiha-Chan arriva avec sa charrette, je m’attardais par la suite sur les magasines … Pas de librairie non plus ? Et qu’était-ce cet endroit ? Avez-vous déjà vu un Starbucks dans votre Delhaize ? Et bien ici oui ~ Amusée comme jamais, je fis rapidement faux bond à Akiha-Chan ~ M’aventurant seule dans les rayons, c’est avec amusement que je regardais ce qui se présentait dans ce lieu … Où étais-je déjà … L’entrée est là bas … Ici c’est le rayon jouets et … Oh ~ Qu’est-ce donc ? Me rapprochant d’une sorte de machine dont je ne connaissais l’usage, je me penchais d’autant plus dessus avant qu’une chose ne vienne frôler ma jambe.

Me reculant en sortant du rayon par la même occasion sous un cri de surprise, c’est avec étonnement que je vis un petit bonhomme, les yeux pétillants, les cheveux roux me fixer intensément dans des « Oh ! She’s real ! Really real ?! ». Interloquée par ses dires, je n’eus guère le temps de lui demander ce qu’il me voulait que sa mère -une espèce de gorille avec sa charrette- déboula devant nous pour venir s’excuser et ramasser son enfant. Oui, ramasser est le bon terme en vue de la manière qu’elle tirait celui-ci. Quel amour ~ Riant légèrement en leur disant qu’il n’y avait pas de soucis à se faire, c’est quand j’ouvris les lèvres qu’une peuplade fonça dans ma direction. Me retrouvant avec une panoplie d’anglais me tournant autour, c’est avec … malaise que j’essayais de comprendre leurs paroles ? Terrible. Surtout quand une main s’aventurait vers moi pour me toucher. Me reculant instinctivement pour éviter ce contact en gardant un sourire jaune plaqué sur le visage … Allais-je détruire mon premier Tesco aujourd’hui ? Huhu, si ça continue comme ça, certainement. Et cela devait se sentir. Mon aura se noircit en même temps que les paroles chaotiques de mes harceleurs se heurtèrent à mon ouïe … Dieu, j’allais faire un massacre ~

- Excuse me, may I pass ? I don't think that bothering this lady will please her when she makes some shopping ~

Sentant la main douce de mon amante me sortir de cette foule, c’est presque avec un surplus de joie que je la suivis, laissant les anglais à leurs conneries en me dégageant de la foule. Avais-je un physique si attrayant pour que l’on me parle de la sorte ? Sans doute, mais je doute que ce furent les premiers asiatiques qu’ils rencontraient … mes pauvres frères et sœurs. Soupirant en tapotant mon front en signe de replis, je repris contenance après un court instant. Croisant les billes bleutées de mon amour, c’est dans un petit sourire de remerciement que je m’approchais de sa personne pour venir m’enlacer autour de sa taille. Déposant mes lèvres dans un chaste baiser, c’est avec envie que je voulus l’approfondir ~ Et je le fis en glissant un petit « Arigato ~ » dans un murmure. Devrions-nous nous sentir gênées des regards qu’on nous lançait ? Il est vrai que voir deux femmes au milieu du Tesco se rouler une pèle avec envie devait en perturber plus d’un ~ Mais je n’en avais que faire, et je continuais jusqu’à ce que je sois satisfaite. Et une fois cela fait, ce fut sa joue qui reçut un chaste baiser avant de l’inviter à continuer notre visite ~

C’est donc après une bonne heure de visite chez Tesco que nous en ressortîmes, certes pas les mains vides, mais rien d’assez extraordinaire pour vous dire de quoi il s’agissait. Décidant de retourner à l’hôtel pour déposer nos courses, c’est dans un « Suis moi, allons dans un endroit calme ~ » que je nous téléportais dans notre chambre. Une fois les paquets déposés, ce fut de nouveau l’extérieur qui se dessina sous nos yeux. Qu’allons-nous faire à présent ? Se promener tout simplement ? Pourquoi ne pas voir les parcs touristiques aux lumières ? Autant en profiter puisqu’il faisait nuit, n’est-ce pas ? ~ Me tournant vers mon amante en lui disant notre prochaine destination, j’appelais un taxi en levant le bras avant de m’engouffrer dans le premier arrivant à notre service. Une fois dedans, je tentais bien que mal d’expliquer l’endroit que je voulais rejoindre … Dois-je vous informer que j’eus demandé à Akiha-Chan de le faire elle-même ? Maaah, après tout, comment aurais-je pu savoir que cette place avait un nom particulier ~ Mais passons. C’est donc après quinze petites minutes en taxi que nous arrivâmes là où je voulais aller. Amusée d’un tel endroit, je me pressais de payer l’homme et d’explorer les lieux. Calmement, je n’étais pas du genre à courir telle une sauvageonne partout ~

Enlaçant ma main dans celle de mon épouse, je me collais légèrement à elle avant de commencer la marche. C’était beau, il y avait des fontaines à même le sol remplies de lumières, il n’y avait pas beaucoup de gens non plus, depuis que nous y sommes je n’avais toujours pas rencontré quiconque ~ Serait-ce peut être un lieu dangereux la nuit ? Huhu ~

- Avant que je ne m’endorme ~ Tu m’as posée une question intéressante concernant notre projet ~ Cela ne me dérange pas, bien que j’aurai du mal à les appeler autrement que par leurs codes. As-tu déjà des idées ? Je suppose que oui, sinon tu n’en aurais pas parlé mon cœur ~

Lançant un regard sous-entendu à Akiha-Chan, c’est dans un petit rire de ma part que j’attendis de découvrir les noms qu’elle voulait attribuer à ses … nos futurs enfants ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Lun 26 Aoû - 20:42

L'intérêt que portait le peuple anglais à Ayame ne m'étonnait guère. Ils étaient connus pour être des personnes extravagantes et curieuses à souhait, et dès que quelque chose sortait de la banalité -déjà il fallait bien chercher avec les bizarreries de ce pays- alors tous étaient ameutés, attirés par cette nouveauté à découvrir. Certes, tous n'étaient pas ainsi, il y avait des gens qui savaient se comporter autrement qu'en étant des vautours curieux. Mais dans ce cas-ci, dans ce lieu, ce n'était pas le cas visiblement. Mais de quoi s'étonner aussi ? Ayame détonnait comme la lune sur un ciel dégagé, avec sa pâleur, sa silhouette, son maintien ou encore son parlé, on voyait directement qu'elle n'était pas anglaise. Et même en tant qu'asiatique, elle ne ressemblait pas à la plupart de ses semblables. Elle était une bonne source de quoi soulever des questions diverses. Comme à Undai et dans les hautes sphères japonaises, elle était connue et tous savaient que son aspect était en grande partie dut à la matérialisation ou à une pigmentation de la peau à cause de x et x choses, ce n'était pas le cas dans ce pays. Ici, je ne pouvais même pas dire avec précision quels genres de contact elle entretenait avec les hauts responsables, et si elle en entretenait tout simplement. Ceci pour dire que Dead Master était vraiment un cas à part que les gens se plaisaient à étudier sous tous les angles, avides de curiosité. Si on vous dit que les anglais sont polis, cela s'arrête dès qu'ils vous trouvent intéressants, en somme... Plus ou moins.

Soupirant pour la énième fois en tirant ma femme de la meute du peuple, je finis par souffler un bon coup quand nous nous éloignâmes d'eux, le caddie prêt à être rempli. M'excusant platement devant Ayame -du regard bien entendu-, je fus soulagée qu'elle n'a pas pété un câble total et tout envoyé en l'air en se téléportant à Undai. Ce serait fort dommage que sous un coup de colère, elle fasse n'importe quoi. Et je la connaissais assez bien pour être consciente de son aptitude à prendre tout au premier degré et s'énerver en grandes pompes dès que quelque chose n'allait pas dans le sens qu'elle espérait... Pour après elle-même, regretter de s'être emportée. Voilà comment fonctionnait ma chère femme, et je ne pus qu'être heureuse qu'elle ne perdit pas son sang-froid sur le coup. D'ailleurs, moi je perdis le mien quand elle vint m'embrasser langoureusement. Oui, je perdais pieds voulant la prendre ici et maintenant, en plein milieu d'un rayon lactose ~ Alala... Comment me suis-je retenue ? Peut-être ce fut mon bon sens qui me freina à seulement un baiser. Et sur ce, notre petite escapade continuait. Devrais-je mentionner qu'Ayame ne me laissa pas acheter le portable que je voulais, prétendant qu'il risquerait de se briser dans les bagages au retour ? Je me le disais aussi. Façon de parler aussi... Quoi qu'il en soit, nous fîmes quelques autres petits achats anodins, les payant à la caisse, pour mieux s'éclipser dans un endroit sombre afin de nous téléporter ni vu ni connu dans notre chambre d'hôtel. Parlant de cette technique que je vantais tant, la distance entre deux lieux ne changeait rien à la sensation du « saut », ce qui était une bonne chose pour les déplacements lointains. Du moins, je croyais... Peut-être que l'utilisateur se vidait davantage de son énergie, plus la distance était longue ? Il faudrait que je le demande à ma chère épouse.

Mais le temps n’était pas aux questions, vu que nous prîmes directement la sortie pour trouver dehors un taxi et aller dans ce lieu que j'eus montré à Ayame en passant, allant vers l'hôtel. Quelques écorchures de la langue anglaise, quelques sourires indulgents de ma part, quelques baisers doux sur la banquette arrière et, nous arrivâmes finalement dans la zone des parcs de lumières. Le taxi s'arrêta, nous sortîmes, et empruntâmes le sentier lumineux sous nos pieds. Main dans la main, nous marchions tranquillement le long des fontaines et autres sculptures brillant dans la nuit. J'étais bien ainsi, avec elle.

- Avant que je ne m’endorme ~ Tu m’as posée une question intéressante concernant notre projet ~ Cela ne me dérange pas, bien que j’aurai du mal à les appeler autrement que par leurs codes. As-tu déjà des idées ? Je suppose que oui, sinon tu n’en aurais pas parlé mon cœur ~

Marquant un temps d'arrêt quand elle prit la parole, mon regard coula sur son visage avant que je ne me détourne, enserrant sa main dans l'étau doux de la mienne, et perdis mon regard dans une flaque d'eau miroitant de milles feux. Donc, elle n'a pas dormi, ou alors si, mais elle s'en rappelait d'une manière ou d'une autre ayant dû l'entendre dans son demi-sommeil. « Quelle importance quand ? La question est, quels noms, hehe. Pour moi les codes c'est parfait ~ » Sans blague. Soupirant lourdement à cette remarque, je me disais qu'il serait détestable que ces deux là se liguent contre moi quand aux choix des prénoms pour les futurs enfants qui auront leurs places dans nos vies à toutes les trois. Il était hors de question qu'ils n'aient pas de noms, ils allaient être humains, un nom était la moindre des choses à leur donner. De plus, Ayame n'était pas contre -même si cela la contraignait dans un sens certain- alors il était de mon devoir de saisir cette opportunité pour placer mes marques.

- Je ne vous demande pas plus ~ Je suis déjà bien heureuse que vous l'aviez accepté et que vous soyez avec moi aujourd'hui et ici ~ Et pour les prénoms... Hmm...

Oui, j'y ai songé. Sachant qu'il y aurait un garçon et une fille, il fallait partir de là pour trouver deux prénoms, un masculin l'autre féminin. Le problème se posait par la suite quant au choix en lui même. Après tout ce monde était parsemé de tant de noms différents que je ne savais par quoi commencer. Sans oublier qu'avant même de penser à l'appellation en elle-même, j'avais du mal à choisir leur origine. Devrait-il était purement japonais ? Ou alors puiserais-je dans ceux présentés chez les anglais ? Ou encore un autre, venant d'un pays lointain ? J'avais du mal à me décider. Plongée dans mes pensées, je caressais la main de mon amante. Trouvant un endroit où nous asseoir, je lui montrais un banc ayant l'air assez passable et nous y emmenai. Prenant la main de mon amante et la déposant sur mes genoux, je jouais avec tandis que je plongeais mon regard sur les reflets qui jouaient sur la bague qu'elle m'eut offert. Magnifique ~ Usant d'une voix à la fois douce et indécise, je pris la parole.

- J'y ai pensé, effectivement. Je me suis dit qu'il serait bon de leur donner des prénoms divergeant sur toute la ligne. Donc... Pour le garçon se serait Kiseki, avec les Kanji signifiant « miracle » ~ Et pour la fille j'opterai pour un prénom anglais... Eden, encore simple de prononciation dans toutes les langues ~ Mais en même temps... Je ne sais pas. Des suggestions ? Même si vous ne comptez pas les appeler autrement que par des chiffres ? ~

Il fallait bien que je souligne ce dernier petit détail pour qu'elle ne se renfrogne pas et me laisse nager seule avec ce petit dilemme. De toute manière j'étais certaine qu'au bout du compte, elle les aimera assez pour leur donner le mérite d'avoir des noms. Du moins, j’œuvrerai dans ce sens là, après tout ce sera notre famille ~ Et pour ce qui est de mes choix de prénoms, je trouvais adorable de mélanger les significations de noms avec ce que ces êtres étaient. Pour Kiseki c'était évident qu'il était un miracle de la biotechnologie, un être à part entière qui se verrait vivre comme un humain normal, même s'il fut crée de rien, avec de la poudre atomique, littéralement. Et pour Eden, j'aimais juste ce prénom qui dans la religion catholique signifiait le Paradis. Je ne me suis guère penchée sur ceci pour prendre mon choix de ce prénom, n'étant pas croyante. Mais vraiment, je l'adorais. Sauf qu'il n'était pas japonais celui-ci, donc bon... « Autant leur donner des numéros, ça ira plus vite ~ » Silence. Je réfléchis.

Levant ma tête en voyant un couple fort bruyant passer près de nous pour aller se jeter dans la fontaine dans des éclats de rire, je souris malgré moi en me disant que les jeunes de nos jours étaient terriblement insouciants. Moi à leur âge... Je sauvais des vies en passant tout mon existence dans des laboratoires. Comment ça je parle comme une vieille ? Je ne l'étais pas, j'étais dans l'épanouissement de l'âge adulte ~ Tournant la tête vers Ayame, je lui souris gentiment avant de l'embrasser doucement, jouant avec une mèche de ses cheveux sombres entre mes doigts. Magnifique, elle l'était... Et croire qu'elle avait le triple de mon âge ~ Quelle idée ~

- Ceci dit, je suis vraiment curieuse de découvrir comment ils seront ~ Après tout, il seront à nous...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Lun 26 Aoû - 21:40

Un prénom, une autre étiquette que l’on pose sur un nouveau-né, un titre qu’il portera tout le long de sa vie. Il en allait de même pour le nom de famille, bien que celui-ci ne pouvait vraiment être choisi. Bien qu’il y a des gens qui s’amusent à le changer, mais ca, c’est leur problème, pas le mien. Et le mien dans ce cas ? Savoir ce que ma chère épouse allait donner comme prénoms à ses enfants … devrais-je dire nos enfants ? Maaah, lorsqu’ils naîtront, ils seront des réussites révolutionnaires, je m’attribuais le mérite d’avoir été leur créatrice … mais leur mère, cela était encore autre chose. Devrais-je demander à Yume-Chan d’être leur marraine ? Huhu ~ Rien qu’imaginer sa tête lorsqu’elle apprendra cela m’amusait déjà ~ Maaah, ce n’était pas comme-ci elle devait avoir peur de quoi que ce soit, bien qu’avec Rei Yu … Rei Yu. Pensais-je encore à lui souvent ? Pas du tout, mais maintenant que j’avais ce nom en bouche, mes questions se tournèrent vers Akiha-Chan … pensait-elle encore à cet enfant ? Elle avait l’air si heureuse … Je ne me risquerai donc pas de le lui demander. Cet enfant est mort, cela s’arrête à ça. Après tout … Seule la mort pouvait lui venir en aide ~
Un monstre.

- Je ne vous demande pas plus ~ Je suis déjà bien heureuse que vous l'aviez accepté et que vous soyez avec moi aujourd'hui et ici ~ Et pour les prénoms... Hmm...

Acceptant ses douces paroles, je la suivais jusqu’au banc qu’elle désigna de ses doigts longs et fins … Ca y est, j’avais envie d’elle ~ Restant tout de même digne de moi-même -en ne montrant nullement mon envie-, je pris place sur le bois, croisant les jambes en laissant mon amante jouer avec l’une de mes mains, je regardais au loin tout en replongeant dans mes pensées. Un prénom … J’avais quelques idées, mais je ne comptais les soumettre sans qu’elle ne me le demande, cela serait un signe que je veuille leur donner un prénom moi-même n’est-ce pas ? Une logique tordue, je l’admets, mais avec une personne comme Akiha à mes côtés, il était toujours préférable de réfléchir avant de parler. Oui, je l’admets que parfois je ne prends pas ce temps pour … Mais tout de même, je fais attention ~ Mais passons, revenons aux prénoms. En y pensant … quel sera leur nom de famille ? Ketsuki ou Eimin ? Mon choix se penchait sur Ketsuki inévitablement, non pas que je ne veuille pas perdurer ma lignée, mais porter ce nom avait des conséquences bien plus lourdes à porter comparé au nom d’Akiha. Ne serait-ce que pour leur bonheur, appelons les Ketsuki ~

- J'y ai pensé, effectivement. Je me suis dit qu'il serait bon de leur donner des prénoms divergeant sur toute la ligne. Donc... Pour le garçon se serait Kiseki, avec les Kanji signifiant « miracle » ~ Et pour la fille j'opterai pour un prénom anglais... Eden, encore simple de prononciation dans toutes les langues ~ Mais en même temps... Je ne sais pas. Des suggestions ? Même si vous ne comptez pas les appeler autrement que par des chiffres ? ~

Kiseki … cela signifiait miracle, comme le disait si bien mon épouse. Un prénom mignon en lui-même, je l’admets. Je ne comptais m’offusquer ou même interagir sur ses choix, ils seront ses enfants -les miens aussi ?-, cette responsabilité lui revenait de droit … Puis-je revenir sur ce que je viens d’écrire en disant que finalement, je n’aimais pas TOUS ses choix ? Il n’y avait qu’à regarder ce qu’elle voulait donner à notre fille. Eden. Non, décidément non, je n’appréciais pas cela plus que ça. Que ce soit pour la prononciation qui résonnait si étrangement à mon ouïe ou pour son origine même. De plus ne serait-il pas étrange de donner un prénom japonais à l’un et un anglais pour notre petite merveille ? Marquais-je déjà ma préférence en me tournant sur la jeune enfant qui naîtra d’ici peu ? ~ Je ne niais pas ce fait, j’étais constituée de manière à être plus attractive aux filles qu’aux mâles ~ C’était dans mes gènes, dans ma nature même ~

Secouant légèrement la tête à cette pensée, je m’arrêtais sous sa dernière phrase … Elle avait raison. Les appeler autrement que par leurs codes n’était que source de problèmes et cela se montrait déjà. Rien que choisir un prénom me donnait mal à la tête ~ N’était-ce donc pas suffisant de les appeler DM001KA et DM002KA ? Tellement plus simple que Kiseki et Eden … Eden, quelle idée. Finalement, ne devrais-je pas m’y mettre également ? A réfléchir sérieusement à un prénom pour la création qui allait naître ? Ne serait-ce que pour sa personne, son bonheur de s’appeler autrement qu’Eden … pauvre enfant.

- Ceci dit, je suis vraiment curieuse de découvrir comment ils seront ~ Après tout, il seront à nous...

Je l’étais également, il n’y avait rien à dire sur ce sujet. Que ce soit leur apparence ou encore leur caractère, sachant parfaitement que je n’aurai pas de loyaux petits toutous, mais bel et bien des gosses brayant en revendiquant leurs droits. Si l’un d’eux prononce le mot « riche » je le tue sur le champ ~ Gloussant toute seule dans mon coin sur cette idée, je laissais couler mon regard sur Akiha-Chan, avant d’user de ma voix si mielleuse pour répondre à ses demandes et tout simplement à ses dires ~

- Je l’admets, il me sera difficile de les appeler autrement que par leurs codes … Il me faudra un peu de temps je suppose ~ Pour ce qu’il en est de Kiseki, c’est un prénom charmant ~ Cependant … Eden … Ne se plaît guère dans ma bouche. Pourquoi ne prendrais-tu pas un nom composé pour cette enfant ? Un Japonais, l’autre Anglais …

Prenant un air songeur en croisant les bras, je regardais au loin tout en pensant à voix haute. « Nos prénoms comportent tous deux des A, cela serait un trop d’en inclure dedans, d’autant plus que tu désires un, relevant une certaine signification ~ ». Fermant les yeux en me plongeant dans mes pensées, c’est en affichant un air concentré que je restais une bonne minute ainsi. Ne faisant guère attention au bruit m’entourant, retenant presque mon souffle … Je finis par soupirer en relâchant mes épaules, avant de lever celles-ci ainsi que mes mains sous un « Aucune idée ~ ». Riant légèrement en sachant pertinemment qu’Akiha-Chan attendait une réponse, je me penchais un peu plus dans sa direction pour venir attraper ses lèvres. Voulant plus, je m’avançais encore et encore, jusqu’à ce qu’elle se retrouve couchée sur ledit banc, mon corps par dessus le sien, caressant ses lèvres avec amour, partageant un baiser langoureux enflammant mon corps ~ « Hikari, dont la signification première est celle de la lumière ~ En l’accordant avec son prénom Anglais, cela voudrait dire la lumière du paradis ~ N’est-ce pas mignon à souhait pour notre fille ? ~ ». Ma langue a fourché ~ Dieu donné, qu’allait-il se passer à présent ? Rien, il fallait que je fasse comme si de rien était, continuer là où je m’étais lancée … Embrasser ~ Embrassons-la, elle aime tellement cela ~ Huhu ~

Continuant ce partage intime, c’est quand un bruit sourd résonna près de mes oreilles que je redressais ma tête, ainsi que mon corps d’ailleurs. Regardant ce qui venait dans ma direction c’est avec un petit rictus d’étonnement que je vis une bande de gaillards ~ Maaah, ce n’était pas pour nous qu’ils étaient là, n’est-ce pas ? Gloussant légèrement quand l’un me pointa de sa batte en métal, je me levais de mon siège en levant les bras, montrant ainsi que je ne comptais pas me battre.

- WTF ?! Yeah man, Look this fuckin’ couple, so lovely ! Wanna suck some guys, ladies ? ~

Lançant un regard à Akiha-Chan en affichant un large sourire, c’est sous un « Sais-tu me traduire ce que ces singes viennent de dire mon amour ? ~ » Que je me retournais pour voir s’il y avait du peuple ou non autour de nos personnes. Justement, l’endroit était désert, parfait ~ Matérialisant tout de même un champ magnétique invisible autour de notre espace dans un rayon de cent mètres, ne serait-ce que par sécurité, après tout, les règles de Undai étaient strictes n’est-ce pas ? Voyant l’un des gamins s’approcher de nous, l’un d’eux se posa devant moi, me regardant de haut avant de pester je ne sais quoi d’incompréhensible pour mon anglais impeccable ~ Dieu, s’il continue à parler de la sorte, il risquerait de gâcher ma coiffure. Riant un peu plus fort alors que l’homme devant moi l’entendit, je me sentis voler quand son poing s’enroulait dans ma robe, me décollant du sol par la même occasion ~ Allais-je taper en premier ? Le contrat que j’eus signé avec Akiha-Chan m’en empêchait, mais pas de me défendre, n’est-ce pas ? ~ Et que faisais-je maintenant ? Que l’ombre vienne s’amuser avec moi peut être ? Huhu ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Mar 27 Aoû - 22:38

À nous... Comme cela pouvait sonner étrange pour une personne tierce qui nous entendrait discuter, Dead Master et moi. Cela l'était au point que parfois, je me posais des questions sur ce qu'Ayame pensait véritablement, jusqu'où sa gentillesse nouvelle s'étendait et quand son coté diabolique et purement autoritaire ressortirait au grand jour après s'être vu confiné dans un coin pendant une longue période. Était-il juste possible que je l'eus changé à ce point ? Jusqu'à ce qu'elle brime la partie monstrueuse de son être, cette partie qui était le modèle même de son Académie. Undai Gakuen, l'école édifiée sous les macabres et idéaux sanglants de la reine des lieux. Si seulement ces petits chatons savaient ce qu'il en était vraiment de cette femme qui leur faisait tant peur... Cela se finirait dans un bain de sang sans doute. Eux voulant la défier croyant qu'elle est devenue faible sous l'amour, et elle, leur montrant que ce n'était pas suffisant pour qu'elle ait de la pitié pour ces personnes. Ma propre sécurité dans cela ? Étrangement, je n'ai jamais rien craint de ces étudiants téméraires et leur envie de blesser cette entité inatteignable. Après tout, je n'étais pas un professeur faible, et même si je tombais sur plus fort que moi, j'étais une personne extrêmement chanceuse. En somme, Undai était le cadet de mes soucis, du moins ce n'était rien à coté de la joie d'avoir des enfants... Cette envie qui se transformera en angoisse dès leurs naissances. Car oui, je savais comment je serai, toujours là à les surveiller, à avoir peur pour leurs vies, pour leurs santés, pour eux. Je le savais, je le sentais... Et sur le coup, même Akiha frémissait de l'importance que représenteraient ces deux êtres à nos yeux. Pour elle au niveau purement scientifique et exploitable à souhait, pour moi, au niveau bien plus émotionnel. Nous les voulions, ces enfants.

- Je l’admets, il me sera difficile de les appeler autrement que par leurs codes … Il me faudra un peu de temps je suppose ~ Pour ce qu’il en est de Kiseki, c’est un prénom charmant ~ Cependant … Eden … Ne se plaît guère dans ma bouche. Pourquoi ne prendrais-tu pas un nom composé pour cette enfant ? Un Japonais, l’autre Anglais … 

Fermant un instant les yeux, je laissais la voix mielleuse de mon amante envahir mes sens, souriant doucement quand elle me donna son avis sur la question, fronçant les sourcils imperceptiblement quand elle dit que « Eden » ne lui plaisait guère comme prénom. Pourtant, c'était joli comme prénom, bien anglais et peu utilisé en quelque sorte. Mais je n'avais de raison pour être contrariée, j'étais même heureuse qu'Ayame prenait part dans ce choix, oui, cela me remplissait de joie. D'autant plus qu'elle accepte malgré tout mes choix, sauf qu'elle veut un plus. Un nom japonais... Comme pour Kiseki. Prénom qui avait l'air de lui convenir grandement. Un sur deux, comme je pourrais le dire ainsi. Alors quelle appellation ajouter à Eden ? Je n'avais pas d'idée dans l'immédiat, mais ce n'était pas le cas d'Ayame qui y réfléchissait sérieusement. Bon sang, que j'aime cette femme, aux idées si peu amicales mais aux actions fort plaisantes ~

- Nos prénoms comportent tous deux des A, cela serait un trop d’en inclure dedans, d’autant plus que tu désires un, relevant une certaine signification ~ 

Je hochais positivement de la tête sous ses pensées, évidemment que je voulais un prénom avec une signification particulière, il était normal -selon moi- que ces enfants miraculeux devraient avoir des noms dignes de leur provenance. Ils étaient -seraient- uniques au monde, des êtres parfaits nés de la fusion du sang d'Ayame et du mien. Un événement extraordinaire que me faisait rêver rien qu'à y penser. Littéralement. Même si je devais avouer que d'un autre coté cela me faisait terriblement peur... Mais je ne compte refaire les mêmes erreurs que dans le passé, et j'étais prête à relever le défi. Digne d'une scientifique ne baissant pas les bras sur des échecs, dira-t-on amèrement. Curieuse et impatiente de voir ce que le cerveau d'Ayame engendrerait comme prénom, je la fixais avec insistance tandis qu'elle se tournait vers moi -avec son air amusé- pour me dire que finalement, elle n'en avait aucune idée. J'assure que je tombais des nues, soupirant lourdement sous cela. Et moi qui croyais sincèrement qu'elle y pensait vraiment malgré ses appréhensions quant à considérer ces êtres comme des humains. Ses humains. Quelle naïve je fais là ~ Ou pas ?

- Hikari, dont la signification première est celle de la lumière ~ En l’accordant avec son prénom Anglais, cela voudrait dire la lumière du paradis ~ N’est-ce pas mignon à souhait pour notre fille ? ~

Tiltant tel un radar, les yeux brillants sous les lumières du parc sombre, je laissais échapper un rire joyeux tandis qu'Ayame me sautait déjà dessus. Peut-être que je n'étais pas trop optimiste finalement. Sa fille... Elle l'a dit ! Et rien que pour cette raison, j'acceptais volontiers le prénom qu'elle eut choisi. Hikari... Quelle coïncidence en vue du lieu où nous nous trouvions. Riant de joie dans sa bouche tandis que sa langue dansait avec la mienne dans une danse forcenée, je ne réagis pas premièrement quand elle se releva, trop absorbée par ses caresses et attouchements insistants. Je l'adorais, il n'y avait rien à dire sur ce point là. Elle et sa fierté si profondément gardée que seule une boulette involontaire pouvait faire de sorte à ce qu'elle se sente obligée de rectifier les choses à sa manière. Si douce... Et ses lèvres... Faisons-le dans un parc alors, comme ces jeunes qui baisaient à gauche et à droite apportant de l'adrénaline à leurs ébats ~ Parlant de ça...

- WTF ?! Yeah man, Look this fuckin’ couple, so lovely ! Wanna suck some guys, ladies ? ~

Me redressant sur le banc au même moment que ces paroles abjectes fusèrent de la bouche d'un jeune homme malfamé, je restais surprise sous tant d’impolitesse. Et quand Ayame me demanda de traduire ce qu'il a dit, je fis un geste de la main en signe de refus. Et je me suis rendue bien vite compte que ce n'était pas la peine que de lui traduire ceci, vu que je pouvais sentir autour de nous une masse de matérialisation émanant de ma chère amante. Donc... Elle ne comptait pas laisser passer un irrespect tel que celui-ci... Et moi non plus. Pas après que l'un d'eux vint empoigner Ayame comme s'il s'agissait d'un vulgaire chiffon. Fronçant les sourcils instantanément, je me levais tel un ressort poussé par la nécessité pressante de défendre cet être qui n'en avait pas vraiment besoin contre ces pauvres gamins. Mais je ne pouvais faire autrement, le code de Undai, l'éducation même donnée à tout étudiant y ayant mis les pieds, était inscrit au plus profond de chacun de nous, dans nos gènes gorgés de matérialisation. Dead Master était celle que nous devions vénérer, que nous devions servir dans la mesure du possible, à qui nous devions nos vies -celles que nous avions avec le pouvoir- alors, quoi qu'on dise, il allait de soi que la première chose à faire, c'était de protéger cet être... « Tu parles des anciens oui ~ » Oui. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé pendant les années de mon absence, mais les nouveaux chatons peuplant Undai étaient moins respectueux envers Ayame que les anciens étudiants. Ceux de mes années la respectaient, la vénéraient. Tandis que ceux auxquels j'enseignais, ils ne prenaient soin de cette valeur, défiant même la femme la plus puissance de cette école. Les jeunes d'aujourd'hui... ~

Je ne saurais dire au juste ce qui m'a le plus poussé à agir. Était-ce le fait que nous nous faisions agresser ou alors, que c'était à Ayame que le chaton s'en est pris. À voir ma réaction, je pencherais pour le deuxième choix. Attrapant le jeune homme malpoli par le poignet du bout duquel il tenait mon amante, je serrais avec force ce membre fragile jusqu'à ce qu'un sinistre craquement s'en échappe et qu'il relâche sa proie. Ah ? Aurais-je été trop fort, n'aurais-je pas contrôlé la puissance de mon geste ? Vraiment ~ Et qu'en était-il du fait que ma robe de combat apparut sur mon corps et qu'une certaine entité lugubre flottait à l'arrière-plan au-dessus d'Ayame ? Pour ce petit détail -grand d'ailleurs- je n'avais aucune excuse. Et encore moins après que j'eus paralysé le tortionnaire qui est devenu ma victime, d'un seul regard tandis que ses amis s'écriaient déjà dans leur anglais rustique en apercevant deux grands yeux rouges les fixer. « What's the hell ?! » Si deux d'entre eux s'élancèrent -dans une action téméraire- pour aider leur ami tombé au sol à genoux sans bouger, le dernier décida de fuir sans laisser de trace derrière lui. Dommage pour son petit corps fétiche, il se fit intercepter par mon ombre, qui ne fut pas aussi clémente que moi, avec sa personne. Un cri de terreur, un autre de douleur, et une traînée de sang gicla suivie d'un corps déchiqueté. Je ne saurais vous expliquer comment cela s'est passé, je n'ai pas regardé, préférant me concentrer sur les trois -dont un hors course- gamins restant. Et si je n'étais pas barbare à la base et que je n'aimais pas infliger la douleur à autrui, sur l'instant, je n'y ai pas pensé. Franchement, je n'avais que faire des conséquences de mes actes, le seul fait qu'ils se sont pris à Ayame me mettait hors de moi. Assez pour que je me batte sans mon ombre au premier plan.

- It is unacceptable to have no respect for your elders.

Ma voix sonnait étrangement froid dans ce parc toujours aussi calme. L'importance de punir ces infâmes enfants est devenue primordiale à mon être. Mais à coté, je n'oubliais pas que nous nous trouvions dans un lieu public et que j'étais en train d'utiliser pleinement mes pouvoirs, ainsi donc, je matérialisais des miroirs partout autour de nous, avant d'enfermer les deux importuns dans un labyrinthe mental. Et pour le troisième ? Je mis ma main sur sa tignasse, mes yeux changèrent de couleurs sans cesses pour que finalement le gamin s’effondre au sol, inconscient pour toujours. Je ne l'ai pas tué, ce serait du gâchis après tout, mais je l'ai rendu moins réactif qu'un légume... Au moins, si on décide de le débrancher, ses organes pourront sauver quelques vies qui n'attendent qu'une chance de mener une vie normale. Sur ce, visage fermé, une expression glaciale sur mes traits, je tournais mon regard vers Ayame, tandis que le reste de mon corps comme esprit était concentré sur les deux gamins hurlant dans mes filets insonorisés.

- Veuillez me pardonner Ayame-Sama, ce n'était guère prévu dans le programme.

J'étais définitivement furieuse. Se faire agresser le premier soir après être arrivé dans ce pays, me révulsait. Tellement que je n'ai même pas fait attention au point qu'une marque de référence formelle traverse mes lèvres quand je m'adressais à mon amante. Non mais, il ne me serait jamais venu à l'esprit ne serait-ce qu'une seconde que je doive commettre ce genre d'actes répressibles, sous les yeux de cette femme, quand elle m'accompagnait dans un pays étranger à sa personne. La seule idée qu'elle puisse penser du mal de cette nation après cet épisode, me rendait malade. Tellement que quand un « Je peux les tuer ? ~ » Détonna suavement dans l'air, je ne bronchais pas d'un millimètre, hochant juste de la tête dans un signe affirmatif. Tuer ces personnes était une exagération selon moi, après tout, ils ne méritaient pas la mort, n'est-ce pas ? Je vivais pour sauver des vies et non pour en ôter. Mais là... C'était intolérable ! Inacceptable que des morveux viennent gâcher mon voyage de noces avec Ayame. Serrant les poings, je rivais mes yeux sur les miroirs derrières lesquels mon ombre se faufila pour tuer ces enfants. Sans pitié, avec amusement, en riant. Et quand tout fut terminé -en quelques secondes à peine- je dématérialisais ma robe de combat, faisant par la même occasion disparaître tous les miroirs ainsi que mon alter-ego étrangement heureuse. Il ne restait qu'une vague mortelle d'un silence pesant signant la mort, deux tas de cendres qui se disperseraient au premier coup de vent, une flaque de sang au loin dans un corps en charpie baignait, et un corps entier mais dont le cerveau ne fonctionnera plus jamais. Mécontente. Je l'étais. Agacée aussi en y regardant de plus près. Soupirant de frustration en tournant sur moi même pour faire face à mon amante, je grimaçais. Je détestais vraiment tuer, je trouvais cela tellement primitif que j'en devenais pâle d'horreur.

- Ce n'est pas bon du tout... Mais je n'avais d'autres choix. Partons d'ici, Ayame.

Lançant des regards furtifs à gauche et à droite en même temps que je me saisis de la main de mon amante, je soupirais lourdement en lui demandant de nous défaire de son champ magnétique pour qu'on puisse passer. « Détends-toi, Akiha ~ Je suis certaine qu'elle a apprécié le spectacle ~ » Fronçant les sourcils, je jugeais mon amante du regard pour voir si effectivement elle n'était pas outrée ou je ne sais quoi d'autre. Finissant par soupirer tout en avançant, tenant fermement sa main glaciale, j'allais à l'aveuglette entre deux allées du parc pour qu'on se retrouve finalement dans la rue. Joie... Et maintenant ? Maintenant que nous étions hors du danger de rencontrer les forces de l'ordre, je me détendis enfin. Stoppant net, me tournant vivement avant même que mon amante ne comprenne ce qui me prenait, j'attrapais son visage entre mes mains et plaquais mes lèvres sur les siennes dans un baiser passionnel, envieux, jusqu'à la pousser contre un arbre caché de la vue des passants, doucement, pour que son dos touche l'écorce.

-Je suis d'accord pour Hikari ~ Nos enfants, dont notre fille, seront parfaits ~ Voulez-vous qu'on aille ailleurs... pour... ça ~ Ou... ~

Ou je passais déjà mes mains en dessous de ses vêtements, à la recherche de sa peau glaciale qui me donnait tant de frissons.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Mer 28 Aoû - 15:44

« May I ask you to repeat please ? I didn’t understand ~ » Voilà la phrase que je voulus poser quand ma charmante épouse refusa de me traduire les paroles du jeune homme me faisant décoller du sol. Gardant mon air enjoué tout en regardant le visage carré de mon interlocuteur, c’est avec une pointe de curiosité que je me demandais ce qui allait se passer par la suite. Non pas que je m’attende à ce qu’il me repose en s’excusant avant de me demander si gentiment, de son anglais si beau, si je suis apte à le sucer ~ Quoi ? Croyez-vous vraiment que je n’avais pas compris les dires de cette brute ? Pour quel genre d’inculte me prenez-vous donc ? J’en suis vexée ~

Mais laissons mes états d’âme pour plus tard, concentrons nous plutôt sur la suite de la situation. Gloussant sous le coup de l’amusement, je ne pus en dire de même de mon épouse, sans doute outrée de voir sa chère épouse traitée de la sorte. Posant sa main sur le poignet du jeune homme qui me lâchait aussitôt, c’est dans un dernier craquèlement de ses muscles que j’atterris sur le sol ~ Mignon à craquer, sa manière si subtile de gémir de plaisir, mais là -une fois de plus- n’était guère le plus existant, non, Akiha-Chan l’était, que ce soit son air froid me pourfendant de haut en bas ou sa voix si glaciale qui détonna avec son ton d’habitude si calme, c’est sous une remarque de sa part que tout s’embrasa ~ Aussi bien dans mes sous-vêtements qu’autour de nos charmantes personnes. Me reculant de la scène pour me poser non loin du banc, je restais silencieuse en contemplant le spectacle qui se déroula devant mes yeux. Premièrement se fut le pauvre garçon qui m’eut touché qui subit les attaques de mon amante, finissant tel un légume sur le sol, le regard vide. Serait-il possible que son QI soit encore plus blessé qu’il ne l’était déjà ? Maaah, était-ce seulement possible ? ~ Mais soit, le plus important étant Akiha elle-même. Savez-vous qu’il est rare de la voir s’emporter de la sorte ? Même si un élève venait lui injurier des horreurs au visage, elle ne perdait pas son sang-froid de la sorte, et bien même, si sa personne devait tuer quelqu’un, n’était-ce pas l’ombre qui s’en chargeait principalement ? Levant le regard vers celle-ci qui planait justement au dessus de ma tête, c’est sous une demande avide de ma part que je la questionnais tout en gardant ce petit morceau de moquerie dans la voix ~ « Maaah, Akiha-Chan serait-elle si en colère que cela ? N’apprécierait-elle pas qu’un être quelconque vienne toucher ma si précieuse personne ? ~ » Gloussant légèrement en faisant aller ma main en signe d’amusement, c’est sans détour que je reçus une réponse si … détestable ~ « Heh. Faut pas croire non plus, en te visant toi, ils nous visent aussi, nous ne laissons pas n’importe qui toucher notre jouet, Dead Master ~ » Jouet donc, voilà une nouvelle appellation intéressante. La laissant vaguer à son meurtre alors que je me posais encore plus en retrait, ce fut le corps de mon amante qui attira toute mon attention. Vêtue de sa robe de combat majestueuse à souhait, je la dévorais des yeux tout en me rappelant de ce fameux « jouet » dit par l’ombre il y a de cela quelque secondes … L’étais-je vraiment ? ~ Maaah, je pouvais au moins être fière en disant que j’étais une poupée que l’on ne savait laisser à la décharge en vue de ma robustesse ~ Ne dit-on pas qu’une fois adulte, les enfants abandonnent leurs jeux ? Devrais-je répéter aussi que je suis intemporelle ? ~

- It is unacceptable to have no respect for your elders.

Définitivement, elle était terriblement en colère ~ Si sexy de la sorte que je me tortillais dans tous les sens. Akiha-Chan fâchée était un exploit, et c’est sans doute cela qui m’amusa le plus à la situation actuelle, voir des corps se faire déchiqueter ou encore d’autres, hurlant à la mort était coutume à Undai, mais mon épouse dans cet état ! Quelle merveille ~ Gloussant légèrement en me rapprochant finalement de la scène, un léger froncement de sourcil en me heurtant malgré moi aux miroirs de mon épouse, je déviais le regard avant que je ne devienne hypnotisée par mes hantises. Rapprochant mon corps de cette entité majestueuse qui usait de sa pleine puissance pour punir les pauvres enfants qui eurent interrompus notre baiser enflammé, c’est quand ses pupilles me transpercèrent que j’arrêtais mon avancée. Bras croisés, sourire aux lèvres, je l’écoutais ~

- Veuillez me pardonner Ayame-Sama, ce n'était guère prévu dans le programme.

« -Sama » donc ~ Maaah, il n’y avait besoin d’en faire tout un cirque, la voir tuer des gens n’était pas quelque chose qui allait me choquer, au contraire, je me plaisais à la voir se défouler de la sorte. Finalement, bien qu’elle soit moins brutale, n’était-ce pas une preuve qu’elle pouvait vivre parfaitement sans son ombre ? Surtout en m’aillant à ses côtés ~ Oui, oui, je sais, c’est les deux que j’ai épousée ~ Passons, passons. Lui faisant un petit signe de la main pour lui faire bien comprendre que cela ne me dérangeait pas, je regardais avec avidité l’agonie des pauvres hommes coincés dans leurs angoisses. Il va de soit que ce fut les personnes et non les miroirs que je regardais, à part Akiha-Chan, quiconque se heurtait devant ses glaces fondait sous ses pêchés. En faisais-je partie ? Oui et non, il n’y a qu’à revenir au début de notre relation, là où elle s’introduisit dans mon esprit après m’avoir confrontée à ses fâcheux miroirs. Vous en rappelez-vous ? Mon esprit fort bien également, malgré moi ~

Par la suite … tout se passa avec lenteur sous mes yeux, ne serait-ce que par jouissance de ne rater aucune scène de ce spectacle macabre. Une fois que l’ombre demanda à sa chère maîtresse l’autorisation de laver cette terre de ces êtres impurs, ce fut un feu de joie que nous reçûmes. Il va de soit qu’avant de les brûler vifs, il a fallut qu’elle les maltraite dans tous les sens jusqu’à se demander à quoi ressemblait le roux avant de nous rencontrer ~ Pardon ? Blond dites-vous ? ~ Maaah, avec tout ce sang, comment voulez-vous que je fasse la différence ? Je ne ferai pas ma difficile pour une fois, j’écouterai attentivement. Autant vos dires que les cris de ces mâles ~ Si excitant que j’en mouillerai si je n’avais que cela à faire. Gardant toujours ce sourire teinté de joies aux bouts des lèvres, c’est dans une dernière demande de sa part que nous quittâmes ce lieu.

- Ce n'est pas bon du tout... Mais je n'avais d'autres choix. Partons d'ici, Ayame.

Il allait de soit que je ne comptais pas rester ici pour attendre la police, non pas qu’il y avait un détraqué ne sachant même plus parlé et un peu plus loin, une flaque dans laquelle baignait un corps … des morceaux de corps ? Le vent allait sans doute balayer les cendres des autres garnements, mais même, il restait … le reste. Suivant mon amante sans plus tarder vers je ne sais où, laissant sa personne nous conduire. Ne brisant ce silence qui s’installa entre nos deux personnes, c’est après une dizaine de minutes de marche effrénée que nous déboulâmes dans une route … Ah ? Regardant ce qu’il y avait autour de nous, c’est sans dérangement que je resterai ici avec Akiha-Chan. Après tout, cela ne différait pas vraiment du parc, hormis le fait qu’il y avait plus de béton que d’arbres. Et en parlant d’arbre, voilà que je me voyais collé à l’écorce, Akiha-Chan se plaquant contre mon corps avant de me voler un baiser si enflammé qu’une boule de plaisir naquit dans mon bas-ventre.

-Je suis d'accord pour Hikari ~ Nos enfants, dont notre fille, seront parfaits ~ Voulez-vous qu'on aille ailleurs... pour... ça ~ Ou... ~

Le faire ici serait plus qu’excitant, mais savoir qu’il y avait une chambre si douillette qui nous attendait me tiraillait. Il n’y avait rien à dire, je ne savais que choisir … Gardant mes lèvres scellées à celles de mon amante en jouissant limite dans sa bouche, je laissais mon esprit choisir l’endroit de notre ébat, du moins c’est ce que je voulus faire avant que des mains douces ne viennent caresser ma peau et m’enlèvent le moindre raisonnement logique. Finalement, ici, c’est bien ~ Passant mes mains sur les vêtements d’Akiha-Chan c’est dans un râle inaudible que je trouvais ceux-ci dérangeant … Je ne pouvais la déshabiller contre cet arbre … Non ~ Dans la chambre je le pouvais, alors la chambre finalement ? Non, cette situation était tellement excitante que je ne voulais l’interrompre par un petit saut en téléportation risquant de faire rendre le repas que ma femme eut ingurgité plus tôt ~ Dieu, quelle dilemme ! Dilemme qui n’eut l’air de poser de problèmes à Akiha-Chan, entreprenante à souhait ~ Levant une jambes quand sa main caressait mon intimité, l’autre sur ma poitrine déjà mise à nue, ses lèvres caressant les miennes avec envie … Je perdis tous mes sens ~ Tellement que je jouissais bien plus vite que d’habitude, finissant rapidement par atteindre le point du non-retour quand elle passa un doigt en moi, commençant ses vas et vient alors que j’inondais littéralement ~ Quelle femme ~

C’est juste après que je laissais mon dernier cri de jouissance traverser mes lèvres pour mieux se faire engloutir par celles de mon épouse, qu’un bruit ressemblant étrangement aux miens attirèrent mon attention. Ouvrant les yeux en regardant ce qu’il se passait non loin de là où nous étions, c’est avec un semblant de surprise que je remarquais un autre couple … Était-ce le coin pour ? Gloussant légèrement en posant un doigt sur les lèvres d’Akiha-Chan, je lui adressais un sourire coquin avant de lui demander à mi-mot « Serait-il possible que ceci avait été programmé mon cœur ? ~ Huhu ~ ». Gloussant sans même lui laisser le temps de répondre, je nous fis sortir de ce petit sentier de jouissance. Marchant principalement à l’aveuglette en narguant mon amante du fait qu’elle m’avait conduit là exprès, et que contrairement à ce que je crus, sa question n’était que dérisoire comparé à ses pensées, c’est avec un certain sens espiègle que je ne lui laissais le temps de se justifier que je changeais déjà de sujet, pensant au temps présent en me demandant ce que nous pourrions bien faire ~ Il était tard, désirait-elle peut être dormir ? Rentrerons-nous à l’hôtel ? Cela ne me dérangea pas, autant le fait de me poser dans notre lit pour discuter avant de nous endormir ~

Oui, je veux faire ça ~ Lui expliquant brièvement ce que je voulais faire, je lui tendis une main avec tendresse pour l’inviter à me suivre dans notre chambre. Nous y téléportant en la couvant dans une étreinte amoureuse, nous arrivâmes au milieu de notre pièce de séjour, là où notre lit trônait fièrement également. Me détachant de son corps si délicat, je déposais un chaste baiser sur ses lèvres avant de partir dans la salle de bain. Retirant mes vêtements en les déposant dans un coin quelconque, je me fis une toilette rapide avant de rejoindre la chambre. Habillée d’un simple string mauve, je me glissais sans plus attendre dans le lit, attendant que ma femme m’y rejoigne. Ce lit ~ Confortable, mais haut, tellement haut que je faillis me taper les genoux dans le bois, croyant futilement qu’il s’agissait déjà du matelas. Je ne le dirai pas, non, cela restera un secret que jamais, je ne dévoilerai à Akiha-Chan ~

Me positionnant dans les bras de mon épouse, ma tête contre sa poitrine, je fermais les yeux avant que ma voix ne détonne dans le silence impérial qui eut imprégné les lieux depuis notre arrivée. Usant de mon calme légendaire pour laisser ma voix mielleuse résonner, c’est en roulant avec légèreté mes mots que je commençais ~

- Pour ce qu’il en est de l’accident survenu plutôt, je te remercie d’avoir pris ma défense de la sorte ~ Il est rare de te voir dans tous tes états également, désires-tu me faire part de quelque chose Akiha-Chan ? ~

La sentais-je mal ? Oui et non, disons qu’elle n’était pas à cent pour cent de sa forme, chose qui me dérangeait alors que nous avions prévu tant de choses en un temps restreint. Autant voir si ses confessions pourraient la soulager ~ Devrais-je dire que je ferai en sorte de ne pas m’endormir avant qu’elle n’eut fini de parler ? ~ Nous verrons ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Ven 30 Aoû - 21:24

J'étais frustrée, terriblement. Non, finalement ce n'était même pas de l'agacement qui me rongeait de l'intérieur. C'était de la tristesse. Et de la déception. Comment cela a-t-il pu arriver au juste ? Comment un gang londonien s'est retrouvé dans ce joli parc éclairé pour s'en prendre à nos deux si charmantes personnes ? À deux femmes à la base inoffensives ne demandant rien ? Je ne le concevais guère, cela me dérangeait. J'étais horrifiée d'avoir eu du sang sur mes mains pour une bêtise humaine dépassant les limites de l'imaginable. Et si nous n'étions pas deux êtres munis de pouvoirs ? Que serait-il advenu de nous ? Non, définitivement, je ne pouvais tout simplement oublier. J'aimais terriblement les humains, leurs complexités cérébrales comme physiques, ils me passionnaient. « Mais leur stupidité est aussi grande ~ » Stupides et brutaux. Des animaux dangereux car intelligents. Voilà ce que je me disais parfois. Comme aujourd'hui. Parce que c'est aujourd'hui qu'ils ont attaqués Ayame sous mes yeux clairs. Je pense dire que ce fut pour la première fois que j'avais un tel besoin de défendre cette femme qui était au-dessus de tout. D'ailleurs... Non. Il fallait que je me change les idées. Et quoi de mieux que de faire l'amour à cette entité des plus terrifiantes ~

Et c'est ce que je fis. Ne lui laissant guère le temps de protester ou de donner son avis sur la question -mes actions pour être plus précise-, je la pris contre un arbre, littéralement. Étrange que cela puisse l'être, je me demandais qui d'autre oserait le faire dans un tel lieu, au milieu d'un pseudo-passage à niveau entre deux buissons ~ D'ailleurs, se laisserait-elle faire dans d'autres circonstances ? Peu importe ~ Vide de toute colère quand le devoir d'une femme amoureuse me submergea, je calais la silhouette glaciale d'Ayame entre mon propre corps chaud et l'écorce de l'arbre dans son dos. Ne prenant guère de précautions pour savoir si oui ou non nous nous faisions épier, je donnais libre cours à mes envies du moment, glissant mes mains sous sa robe, en utilisant une pour empoigner ses fesses et la mettre en équilibre tandis que de l'autre, je faufilais mes doigts dans son antre chaude et humide, n'attendant que cela. L'embrassant autant que cela m'était permis dans une telle situation, je ne me gênais guère à descendre mes lèvres pour baiser son cou dans de sillons enflammés, descendant même jusqu'à la naissance de sa poitrine pour la faire frissonner de tout son être. J'aimais ~ Tellement que je ne m'arrêtais pas jusqu'à ce que je l'entende jouir sous mes vas et viens endiablés, jusqu'à ce que je sente son corps lâcher prise sous un orgasme venu du tréfonds de son âme. Faire jouir Ayame était incroyablement satisfaisant pour moi ~ Obsédée ? Je l'étais ~ Mais c'était aussi une manière de lui faire oublier les actes barbares auxquels elle a assisté auparavant. « C'est plutôt toi que ça dérange, Akiha. » Silence ~

- Serait-il possible que ceci avait été programmé mon cœur ? ~ Huhu ~

Pardon ? Un coup d’œil à droite, puis un à gauche, et je compris de quoi elle parlait. Devrais-je préciser que j'eus même le malheur de rougir sous son rire taquin ? Heureusement qu'il faisait nuit, ainsi elle n'a vu que du feu. Et comme bonne personne réfléchissant que j'étais, j'eus même le malheur de vouloir me justifier. Car non, je n'ai en aucun cas prévu de faire l'amour près d'un autre couple qui jouissait carrément dans le buisson à coté de « notre » arbre. Alala... Quelle soirée des plus étranges, tout allait à l'envers. D'autant plus qu'Ayame ne laissa en rien me justifier ou placer une remarque quelconque, me traînant déjà en dehors de ce « lieu de jouissance naturelle » comme je pourrais le surnommer. Voilà qui lui laissera un souvenir moins amer de notre escapade ~ Finissant tout de même par sourire à ses paroles, je hochais positivement de la tête quand elle me soumis ses envies de retourner à l'hôtel. Après tout, il était tard, autant se poser et demain sera une nouvelle journée ~

Il faut que je mette un petit accent sur une chose qui peut paraître anodine pour ceux qui ne connaissent pas la valeur d'Ayame, mais qui sera de la plus haute importance à ceux qui savent et qui jalousent ma personne se trouvant dans ses grâces. De quoi parlais-je ? De ses bras. Se sentir en sécurité dans son étreinte, jouir de la chaleur glaciale de ce toucher, c'était merveilleux. C'était tellement... Bon ~ Et c'est dans cet état d'esprit que je me retrouvais au milieu de notre suite, et que je soupirais quand Ayame s'éloigna de moi pour se préparer. La laissant faire, je me posais près de la baie vitrée qui donnait sur la ville, plongée dans mes pensées je regardais les lumières défiler. « J’essuierai avec plaisir tes actes ~ » Merci. Détournant le regard de ce spectacle quand j'entendis Ayame dans mon dos, je la rejoins à pas de loup dans le lit, enlevant à la va-vite mes vêtements, je restais en sous-vêtements et me posais dans ses bras sous les draps.

- Pour ce qu’il en est de l’accident survenu plutôt, je te remercie d’avoir pris ma défense de la sorte ~ Il est rare de te voir dans tous tes états également, désires-tu me faire part de quelque chose Akiha-Chan ? ~

Surprise de l'entendre avancer ce sujet, je ne répondis rien tout de suite, me plaisant du contact de son corps contre le mien, me satisfaisant de ce petit moment de répit avant que tout ne se chamboule sous des pensées moins agréables. Ayame... Elle n'avait l'air affectée par ce qui s'est passé, contrairement à moi. Mais en même temps, de quoi m'étonnais-je ? Dead Master était un monstre lunatique, qui oubliait rapidement ce qui la dérangeait. Mais moi... Moi je réfléchissais trop. Secouant de la tête en signe de négation, je déposais mes lèvres sur la chevelure soyeuse de mon amante avant de soupirer légèrement pour lui répondre à sa question.

- Ne vous en faites pas Ayame, je vais bien ~ Par contre, il est vrai que vous aviez eu droit à une facette de moi que je ne désire guère montrer... Mais, vous représentez tant à mes yeux que je ne laisserai personne vous approcher de la sorte, vous êtes trop importante pour être souillée par autrui, et ce qu'ils ont fait fut inacceptable.

Sentant que la colère revenait sous mes mots, je laissais échapper un petit rire amusé pour détendre l'atmosphère. Attrapant le menton de mon amante entre l'indexe et le pousse, je relevais sa tête pour avoir plus facile à déposer mes lèvres sur les siennes dans un baiser doux, presque inexistant quand je frôlais ses lèvres délicatement. Lui faisant un clin d’œil, je le relâchais en resserrant mes bras mieux autour de son corps. Laissant le silence planer doucement après mes dires, je fronçais les sourcils en me demandant s'il était bon de venir ici finalement. « Bien évidemment ~ » Si mon alter-ego était persuadée que tout allait à merveille et que cette escapade à l'autre bout du monde était incroyablement plaisante, je restais mitigée. Un dernier soupir de ma part, et je me redressais, prenant tout de même soin de ne pas secouer mon amante dans mon mouvement. Sa tête tombant sous le coussin, je lui adressais un petit sourire en coin avant de dégrafer mon soutien bleu nuit et le laisser tomber au bas du lit. Restant seulement avec un sous-vêtement pour cacher mon intimité, je passais ma jambe par dessus son corps pour me mettre à califourchon sur elle. Narguant cette entité de haut pendant un court instant, je m'abaissais jusqu'à son visage, soufflant quelques paroles à son encontre dans un murmure désireux.

- Je sais que je m'emballe, vous n'avez guère besoin d'être protégée, mais je n’ai pus faire autrement. J'espère que j'aurai la chance d'effacer ce malheureux épisode de votre mémoire par d'autres, beaucoup plus plaisants ~

Sur ce, je caressais son épaule du bout de mes doigts, sous des promesses d'une nuit torride. J'ai dit plus tôt que j'étais fatiguée ? Quand ça ? ~ Un sourire emplit de passion, je collais mon corps au sien avec douceur et vint lui voler un baiser chargé d'amour. J'avais encore... et encore envie d'elle. Et puis, pourquoi se préoccuper de détails quand je pouvais faire l'amour à Ayame Eimin ~ « Obsédée... Tu vas la tuer sous tes plans baises, heh » De quoi ? Alala...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Ven 30 Aoû - 22:50

Ce moment était aussi plaisant que les autres depuis notre départ du Japon, que ce soit pendant notre long voyage durant lequel nous avons jouit de nos corps, ou encore notre arrivée à Londres … Tout ceci était plaisant. Terriblement plaisant. Fermant les yeux en laissant la fragrance de mon épouse chatouiller mes narines, c’est avec un petit sourire heureux que je l’écoutais répondre à mes questions.

- Ne vous en faites pas Ayame, je vais bien ~ Par contre, il est vrai que vous aviez eu droit à une facette de moi que je ne désire guère montrer... Mais, vous représentez tant à mes yeux que je ne laisserai personne vous approcher de la sorte, vous êtes trop importante pour être souillée par autrui, et ce qu'ils ont fait fut inacceptable.

C’était si beau que j’en fondrais presque devant ses paroles ~ L’entendre me décrire de la sorte, ce n’était pas un rêve, c’était encore mieux. Et dire qu’il y a de cela une année, je lui avais tant demandé de me rendre l’amour que je lui portais, lui avouant même d’attendre s’il le fallait pour qu’un jour, un « Je t’aime » sincère et sans ambiguïté sorte d’entre ses lèvres si désireuses. Souriant de plus belle sans vraiment montrer mon excitation, je me blottis d’autant plus contre son corps, me délectant des doux baisers qu’elle m’accordait entre deux respirations. Personne ne pouvait lever la main sur ma si grandiose personne … Voilà des termes qui flattaient mon ego ~ Gloussant légèrement en l’entendant parler, c’est avec une once d’amusement que je la comparais à Yume-Chan. Après tout, cette enfant eut également, un jour, de tels sentiments à mon égard. D’après Yume-Chan, seule sa personne avait le droit de me toucher, quiconque oserait poser ses mains sur mon corps sans mon consentement devait périr ~ C’est aussi pour cela que je ne restais que très peu de temps avec mes conquêtes, les voyant disparaître du jour au lendemain sous une explication farfelue de mon chef-d’œuvre ~ Et qu’en serait-il d’Akiha-Chan si un beau jour, je me trouvais une nouvelle personne à aimer ? Maaah ~ Nous verrons cela quand ce moment arrivera … En y pensant, revenons deux pensées plus tôt … Cela faisait un petit moment que je n’avais nulles nouvelles de mon ange, allait-elle bien ? Avait-elle livré le colis ? ~

- Je sais que je m'emballe, vous n'avez guère besoin d'être protégée, mais je n’ai pus faire autrement. J'espère que j'aurai la chance d'effacer ce malheureux épisode de votre mémoire par d'autres, beaucoup plus plaisants ~

Me jurant de l’appeler dès demain, j’en oubliais presque mes principes quand ma tendre amante se plaça sur mon corps. Sourire aux lèvres en découvrant sa poitrine, c’est sans demander mon reste que je me détachais de ses lèvres pour se poser sur ses petits bouts de chair, pleinement excités par les idées de leur maîtresse ~ De la perversité en litres, si pas en tonnes ~ Je ne pouvais que m’en délecter, et c’est ce que je fis, éteignant les lumières en jouant sur le circuit électrique de la chambre, c’est dans un dernier claquement de doigts que je laissais nos gloussements se faire engloutir dans l’obscurité. Tantôt des gémissements, tantôt d’autres, mais toujours, cette passion sans fin, cet amour débordant, ce plaisir charnel me faisant gémir de plaisir ~ Maaah, et dire que je crus un court instant que mon cœur était fatiguée ~

C’est vers cinq heures du matin que nous partîmes enfin dormir, du moins Akiha-Chan tandis que moi, moi … Je n’étais nullement fatiguée ~ Me levant donc du lit une fois que mon épouse fut assoupie, je m’enroulais dans un peignoir en passant par la porte vitré donnant sur un petit balcon. M’accoudant contre la protection en fermant les yeux, je laissais mes poumons s’enrichir de cet air froid, si anglais, si londonien. Rouvrant les yeux en laissant mes pupilles se perde sur l’horizon, c’est avec une once de sérénité que je restais ainsi. Regardant les lumières défiler alors que le petit matin se levait … Quelle heure était-il au Japon à présent ? Un peu plus de treize heures je présume, les cours n’avaient pas encore repris, mes chers élèves devaient encore se plaire dans la cafétéria ou je ne sais où ~

Silence. Me figeant instinctivement en posant mes yeux sur mon cristal se trouvant accroché autour de mon cou, je fronçais les sourcils en cherchant la lueur de mon enfant. Introuvable ? Laissant un petit air dérangé se peindre sur mon visage, j’essayais de retracer la position de mon enfant, en vain. Yume-Chan aurait-elle encore disparue ? Non, cela serait impossible ~ Cependant, même si elle avait été à Undai, j’aurais pu la percevoir, alors … Où se trouvait-elle ? Une nouvelle fugue? Non, elle n’avait nulle raison pour. M’inquiétant ne serait-ce qu’un peu, je matérialisais mon cellulaire, composant instinctivement le numéro de la seule personne de confiance que j’avais à Undai. Serait-il possible qu’elle se soit enfuie avec Kaïla-Chan ? Voilà une chose amusante ~ Gloussant légèrement en attendant que mon interlocuteur réponde, c’est sous une voix douce de sa part que je m’exprimais ~

- Konichiwa Miri-Chan ~ Sais-tu me dire où se trouve Kaïla-Chan ? ~

Pourquoi demander après sa personne alors que c’était Yume que je cherchais ? Par simple principe et système de déduction pour savoir si je devais m’inquiéter ou non ~ Recevant comme réponse que Kaïla était en compagnie de Miri, c’est en fronçant ne serait-ce qu’un peu plus les sourcils que je poursuivis sur mes questions ;

- Et qu’en est-il de Yume-Chan dans ce cas, je ne sens plus sa matérialisation, Miri-Chan ~

Un long silence avant qu’un délicat rire ne vienne jusqu’à mon oreille. Une simple excuse me disant que mon enfant s’était battue en dehors d’Undai et que celle-ci avait brisé sa boucle -une fois de plus- mais que malheureusement, son cellulaire n’avait pas assez de batterie donc, il était impossible de la joindre … Devrais-je croire à un mensonge aussi gros ? Je ne savais pas, mais c’est tout de même avec une pointe d’inquiétude que je raccrochais, demandant tout de même à ce que l’on me prévienne une fois que Yume-Chan sera de retour. Dématérialisant mon téléphone, je portais instinctivement mon pouce à ma bouche, prenant un air songeur en laissant ma personne vaguer à mes idées … Pourquoi me sentais-je si mal devant cette nouvelle ? Ce n’était pas la première fois que mon ange faisait l’école buissonnière, Yume-Chan était assez puissante pour se défendre, autant qu’elle était assez distraite pour se faire prendre dans des entourloupes. Décidément … Serait-ce un mauvais pressentiment ?

Je ne savais pas, et je restais une bonne heure à me creuser la tête sur ce sujet. Décidant de rentrer dans la chambre avant que je ne me frigorifie, je me dirigeais vers le petit bureau, fermant la porte derrière ma personne pour ne pas réveiller Akiha. Un dernier regard vers sa personne suivi d’un petit sourire comblé et je me posais devant le bureau. Allumant l’écran se trouvant devant moi, je cherchais le numéro de l’industrie dans laquelle mon ange devait faire sa livraison. Trouvant celui-ci relativement facilement, j’appelais sans plus attendre ce lieu. Aucune réponse. Serait-il fermé ? Fronçant les sourcils une fois de plus, un fin bruit de complainte traversa mes lèvres avant que je ne me lève, fermant le tout et me dirigeant dans notre chambre. Devrais-je retourner à Undai ? Non, Miri-Chan saura s’occuper de ce cas … D’autant plus, je ne comptais ruiner notre voyage, ne serait-ce que pour Akiha-Chan ~

Me posant dans le lit en faisant attention de ne pas réveiller mon cœur, je me couchais à ses côtés, enroulant son corps de mes bras froids. Fermant les yeux en cherchant à mon tour du repos, c’est après maints essais que je n’arrivais à m’endormir. Optant finalement par rester tout de même dans cette position, je ne bougeais pas, contemplant le corps de mon amante. Et ce jusqu’à ce que le soleil ne vienne filtrer la chambre de ses rayons, que je me lave, que je commande le déjeuner et que je vienne réveiller mon épouse en caressant sa joue avant de déposer mes lèvres sur les siennes. Un fin sourire, un petit « Good Morning ~ » Si beau avec mon accent de Kyoto, et j’ouvris la porte au room service qui arriva avec notre nourriture ~ Décidant de laisser Akiha-Chan manger dans le lit, j’apportais le buffet à ses côtés, poussant la charrette en congédiant le jeune serveur. Devrais-je dire qu’il était rare de me voir si silencieuse de si bon matin et que ma mine, montrait pleinement que quelque chose me dérangeait ?

- Nous avons une longue journée qui nous attend ~ Il serait donc préférable que tu prennes des forces mon amour ~

Affichant un sourire rayonnant, contrastant pleinement avec le visage que je lui ai accordé plus tôt, c’est en essayant de détendre l’atmosphère que je me posais sur son corps à califourchon, prenant un croissant entre mes mains pour venir lui demander d’ouvrir la bouche dans un « Ahhh ~ » dit relativement mignon de ma part ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Sam 31 Aoû - 0:41

La nuit fut longue, extrêmement langoureuse et pleine de pratiques sexuelles en tout genre. Je peux aisément placer ces deux journées comme digne de rattraper le temps que nous avions perdues pendant notre dispute des plus futiles. Telles des femmes en chaleur, nous passions près de quatre heures à se faire jouir mutuellement sans arrêt, sans pitié, si je puisse le dire ainsi. Il va de soi qu'en aucun moment, je ne voulais stopper ce moment purement magique qui me liait à Ayame. C'était si bon, si parfait que je voudrais que cette nuit continue à jamais, du moins, jusqu'à ce que mon corps n'en puisse plus et que je m’effondre d'épuisement. Car oui, je l'ai compris à force de poursuivre ces ébats des plus endiablés... Ayame était infatigable, là où mon corps d'humain flanchait, elle pourrait poursuivre sans moindre effort. Il était étrange de se dire que j'arrivais à tenir ne serait-ce qu'assez pour satisfaire cette bête sexuelle qui me faisait chavirer rien qu'avec un de ses sourires taquins. Dans certaines relations, le sexe prévalait tout, solidifiant même ce lien entre deux personnes humaines. Qu'en était-il de la directrice de Undai et ma propre personne ? Je ne saurais dire si c'était le point crucial qui nous tenait liées, mais il était important, cela va sans dire, il suffisait de regarder une journée de notre quotidien pour s'en rendre compte. Et même, si c'était le seul point, je pourrais me sentir rassurée sur la question. J'étais extrêmement endurante aux envies de mon amante, tellement que je me demandais si elle était déjà tombée sur quelqu'un qui assouvissait ses efforts avec tant de tact et passion incessante. Du moins, j'étais persuadée qu'elle aurait du mal à tomber sur une personne aussi performante que moi -sans me venter-. « Bah, elle aurait qu'à en avoir une différente tous les jours ~ » Pour diversifier, c'est ça ? Cette déduction était sans doute juste, mais pourquoi prendre la peine de devoir se chercher un être à baiser jour pour jour si on pouvait se contenter d'un seul corps tout aussi habile ? Question de préférences je dirais, et de temps.

Quoi qu'il en soit, je ne me faisais aucune allusion sur la question, tant qu'Ayame m'aimait, tant que je répondais à son idéale, j'étais dans une position de force oppressante. Si certains diraient que je vivais avec l'épée de Damoclès au dessus de la tête, je leur répondrai sans doute que c'était vrai, mais que j'arrivais à gérer ce même fin fil me séparant de la mort, au point même que je pouvais oublier les dangers qui l'accompagnaient. Comment dire... J'étais sûre que Dead Master ne me tuerait pas sur un coup de tête comme elle l'a si bien fait avec de nombreuses personnes. D'où me venait une telle assurance ? J'étais le maître de l'esprit, et je savais comment me comporter avec ma femme. D'ailleurs, la preuve de notre amour était là non ? Ayame Eimin était mon épouse ~ Étrange non ? Parfois je me posais des questions sur cette réalité. Mais qu'importe, elle me plaisait ~

Après la nuit, car oui, après le sommeil, vient le réveil. Et celui-ci arriva avec douceur, comme je prenais de plus en plus l'habitude d'en avoir des comme ça. Ce n'était plus l'alarme de mon portable qui me réveillait les matins pour que j'aille donner cours ou autre chose, non, depuis près d'un an -avec quelques arrêts pendant les disputes ou quand nous n'étions pas ensemble- c'était Ayame qui venait me tirer des bras de Morphée pour mieux m'engloutir dans les siens, bien plus pervers ~ Tellement que je pourrais presque m'étonner de ne pas voir ses mains se faufiler sur ma peau me donnant des frisons sous son toucher froid, dès mon réveil. À la place de cela, ce fut un léger baiser suivi d'un simple « Good Morning ~ » qui me servit de bonjour. Soupirant doucement en ouvrant les yeux, je voulus attraper le monstre qui m'extirpait de mon sommeil mais je n'eus l'occasion de me réjouir d'une petite séance de sport matinal, car mon amante partit tel un spectre dans les profondeurs de la suite. Fronçant légèrement les sourcils sous le manque de contact au réveil, je me redressais sur le lit, position assise et les coussins comme dossier. Plongeant mon regard sur la pièce, je l'étirais tout en entendant le room service arriver. « Tiens... Qu'avions-nous manqué pendant le sommeil ? Heh ~ » Toujours aussi indécise de ce que je devais faire, et surtout interloquée par le comportement de mon amante, je ne dis rien, observant les mouvements de cette dernière, tandis que même mon alter-ego, se demandait ce qui se passait au juste avec cette femme. Car oui, même sous son ton et démarche détendus, Ayame présentait des signes d'une inquiétude ne lui seyant guère, et il va de soi que je le percevais aisément.

- Nous avons une longue journée qui nous attend ~ Il serait donc préférable que tu prennes des forces mon amour ~

Un sourire relativement calme planait sur mon visage tandis qu'Ayame prit place sur moi, un croissant à la main pour m'inviter à manger. Devrais-je préciser que c'est avec automatisme, plongée dans ma perplexité que je mordis dans la viennoiserie qu'elle me tendait ? Non, je crois que cela s'est compris quand mon sourire disparut pour que je transperce mon amante de mes billes claires. Silencieuse un instant, je jugeais Ayame sans rien laisser paraître, comme si ce silence pesant la fasse parler sans que je n'ai à la questionner. Pourquoi étais-je si intriguée tandis qu'elle me souriait comme si de rien était ? Parce que même sous son air enjoué, je pouvais limite voir qu'elle était déstabilisée. Claquant ma langue contre mon palais montrant mon scepticisme, je finis par accorder raison à mon amante en lui disant -enfin- bonjour.

- Une longue journée... effectivement ~ Mais...

Et sur ce « mais » des plus allongés, je déposais le plateau à moitié entamé sur le lit à mes cotés, avant de prendre le visage de mon amante entre mes mains. Un sourire flottait sur mes lèvres tandis que je l'attirais à moi pour enfermer sa bouche dans un baiser tendre et délicat, caressant sa langue de la mienne, je relevais mes mains à ses tempes avant de fermer mes yeux qui -je savais- changèrent de teinte tandis que mon pouvoir s'éveillait dans mes veines. Plongeant dans l'esprit de mon amante sans décoller ma bouche de la sienne, c'est dans un « pardon » mental lui étant adressé que son flux irrégulier de matérialisation envoya ses craintes comme sur le plateau tout droit vers mon esprit qui visualisa le tout en moins d'une seconde. Me détachant de mon amante dans un soupir effaré, je laissais tomber mes mains le long de mon corps tandis que mes sourcils se froncèrent profondément pour montrer une certaine inquiétude qui m'envahit. L'inquiétude d'Ayame. Prenant directement la parole sans lui laisser le temps de dire ou faire quoi que ce soit, c'est d'un ton relativement calme mais ferme que je lui posais la question.

- Yume... Elle n'a sans doute rien mais... Voulez-vous qu'on rentre à Undai pour que vous ayez le cœur net ?

Franchement inquiète -pour Ayame plus qu'autre chose d'ailleurs- je la questionnais du regard, prête à une téléportation directe vers Undai. Non, ce n'était pas seulement ce que je vus qui me poussa à vouloir abréger notre séjour. De ce que j'ai compris, Yume a disparu, ou du moins, son pouvoir s'est volatilisé et mon amante ne savait plus suivre son flux. Ce qui selon moi n'était pas si grave, vu que Yume était adulte et savait sans doute ce qu'elle faisait, et puis... « Un monstre tel qu'elle ? Que peut-il lui arriver ? » Justement, Yume était puissante. Mais c'est surtout l'inquiétude d'Ayame -que je ressentis en plongeant dans son esprit- qui me poussait à cette résolution. Me redressant encore plus, la main posée sur la joue de mon amante, je soupirais légèrement, les sourcils froncés.

- Ayame ? Ça vous perturbe énormément, alors autant voir ce qui se passe. Si finalement on découvre que ce n'est rien, c'est tant mieux. Mais dans l'intérêt général de la quiétude de votre bien-être, autant aller vérifier.

Je connaissais l'attachement d'Ayame envers son toutou, ainsi que son besoin maladif de la tenir sous sa coupe. J'avais eu l'occasion de démanteler pièce par pièce cette relation qui les liait, ainsi que la connaissance naturelle de décrypter en profondeur ce même lien. C'est pourquoi, je ne négligeais pas les ressentis de ma chère femme envers cette fille asociale. Après tout, Yume était la seule capable de changer l'avis d'Ayame, malgré moi. De plus, je m'entendais assez bien avec Kuroi ces derniers temps, et il va de soi qu'il serait préférable qu'elle soit en bonne santé. Et comme dirait mon ombre « On ne perd pas le pouvoir d'un coup, sauf si la boucle se brise... étrange, venant de ce toutou. » étrange, c'était le moins qu'on puisse dire, oui.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   Sam 31 Aoû - 14:50

Perturbée. Là était le mot, j’avais beau faire quoi que je veuille, je savais pertinemment que mon épouse ressentait mon stress. Gardant mon sourire sur les lèvres, je plissais les yeux pour qu’elle exécute ma demande de prendre une bouchée. Gardant un air calme teinté sur le visage alors que mon esprit vaguait à ses tourments, je me demandais un court instant ce qu’il se passait à Undai. Il est dit qu’un corps pourvu de matérialisation restait imprégné de celui-ci … Qu’il fallait au moins douze heures si pas plus pour qu'on ne puisse plus retracer son flux … Mais alors, qu’en était-il de Yume-Chan ? Miri m’avait gaiement dit qu’elle s’était battue, mais cela n’expliquait pas pourquoi je n’avais plus sa flamme bleue virevoltant dans mon cristal. Une chose grave est arrivée … J’en avais le présentement … Mais que faisais-je alors encore ici ? Tellement de choses que je ne savais me résoudre à savoir si c’est mon inquiétude maternelle sur-développée qui me faisait penser de la sorte, ou juste une simple folie passagère. Yume-Chan était forte, je n’avais à m’en inquiéter … n’est-ce pas ?

- Une longue journée... effectivement ~ Mais...

Levant le regard vers mon amante quand elle se saisit de mon visage, c’est avec un petit sourire coquin que j’acceptais son baiser, enroulant ma langue autour de la sienne sans plus attendre, me délectant de ce baiser pouvant me faire oublier tout le reste ~ Ceci n’est qu’une manière de formuler les choses, parce que non, je ne me coupais pas tant que ça du monde extérieur et encore moins de mon monde intérieur. Fronçant les sourcils en sentant une barrière se former dans mon esprit, j’ouvris instinctivement les yeux alors qu’Akiha-Chan continuait à me donner son baiser, ses mains posées sur mes tempes, se faufilant sauvagement dans mon esprit. Choquée, perturbée, assez pour qu’elle entrevoit mes inquiétudes. Sentant mon visage se décomposer sous la colère, je me reculais de sa personne, en laissant un fin grognement de mécontentement traverser mes lèvres. Puis-je savoir pourquoi sa si  charmante personne venait-elle de me fouiller l’esprit ? Fâchée, je l’étais. Comme il était facile de me mettre de si mauvaise humeur ~

- Yume... Elle n'a sans doute rien mais... Voulez-vous qu'on rentre à Undai pour que vous ayez le cœur net ?

Soupirant en lui faisant un mouvement de la main disant qu’il était inutile de rentrer maintenant, je fermais les yeux en essayant de calmer la colère qui grandissait en moi. La dernière fois qu’elle eut souillé mon esprit fut pour découvrir ma personne, cette pratique était … dérangeante. Je n’appréciais guère qu’elle fasse cela, j’aurais préféré qu’elle me le demande tout simplement plutôt que de venir arracher les informations elle-même. Alors pourquoi agir de la sorte ? Tout simplement parce qu’elle savait que jamais je ne lui ferai part de mes appréhensions, préférant faire semblant de rien et poursuivre notre voyage. Voilà ce qu’il se passait quand on se mariait avec une personne comme Akiha-Chan. Rouvrant les yeux en déviant le regard de son corps pour se perdre sur un point invisible de la pièce, je laissais mon visage montrer mon état, ne dévoilant nul sourire, ne laissant que froideur et suspicion.

- Ayame ? Ça vous perturbe énormément, alors autant voir ce qui se passe. Si finalement on découvre que ce n'est rien, c'est tant mieux. Mais dans l'intérêt général de la quiétude de votre bien-être, autant aller vérifier.

Je m’y refusais, je ne voulais pas partir maintenant pas tant que je ne serai pas certaine de ce qu’il se passait là bas. Undai n’était pas sans défense non plus, Miri-Chan s’y trouvait, et au moindre de ses dires j’agirais en conséquence. Soupirant en laissant naître un fin sourire sur mes lèvres, je secouais de la tête négativement en venant poser mes mains sur les joues de mon amante. Me rapprochant de son visage en venant caresser son nez du bout du mien, je laissais ma voix mielleuse résonner dans la pièce, doucement, tel un murmure venant chatouiller vos sens ~

- Yume-Chan est assez grande pour se débrouiller seule, il m’arrive souvent de m’inquiéter inutilement à son sujet ~ Après tout, au moindre problèmes, Miri-Chan m’en informera, profitons donc de nos vacances mon cœur … D’ailleurs ~

Me levant du lit pour venir me saisir de mon épouse s’y trouvant, je la pris telle une mariée avant de la conduire dans la salle de bain sous un gloussement de ma part. La posant dans la baignoire en allumant l’eau, je lui fis un petit clin d’œil avant de venir caresser ses lèvres des miennes dans un chaste baiser tout en lui glissant un petit « Prépare-toi, nous partons dans peu ~ ». Quittant la salle de bains en allant préparer les vêtements de mon épouse, je posais le tout sur le lit avant de retourner dans l’espace du petit bureau. Me posant sur le siège en soupirant, je restais un instant immobile, seule ma fine respiration faisait bouger ne serait-ce qu’un peu mon corps. C’est après cinq minutes de longues pensées que je finis par matérialiser mon cellulaire, me connecter sur le net tout en appelant des personnes ayant un cercle assez grand pour m’aiguiller sur mes besoins. Leur demandant s’ils savaient me dire où mon enfant a été vu la dernière fois, c’est avec une pointe d’étonnement que je ne reçus aucune réponse … Un camouflage ? Non, Yume-Chan ne penserait pas à cela, alors qu’en était-il ? Des vidéos effacées ? Pour quelles raisons ? Fronçant les sourcils en demandant à mon contact de m’envoyer le parcours qu’aurait dû prendre Yume depuis Undai pour Kagoshima, c’est avec étonnement que je reçus des vidéos dont certains morceaux avaient été coupés. Un humain normal n’aurait fait attention à cette fraction de seconde durant laquelle les images se sont brouillées … Devrais-je dire que je m’inquiétais de plus en plus ? ~

Me levant de mon bureau pour rejoindre la chambre où Akiha-Chan s’habillait, je laissais couler mon regard sur sa personne en m’approchant de son corps à pas de loup. Me glissant dans son dos en posant mes lèvres dans sa nuque, je laissais mon souffle chaud caresser sa peau avant de venir lui murmurer un petit « Tu sens bon ~ » entre deux baisers embrasés de ma personne. Fermant les yeux en me plaisant à la fragrance de sa peau, je me relaxais instinctivement dans cette douce étreinte que je lui accordais.

- Préfères-tu que l’on fasse du shopping en intérieur ou plutôt en extérieur ? Les rues commerçantes sont également intéressantes, bien qu’il y a plus de choix dans le centre commercial Londonien ~ Peut être que nous pourrions … faire les deux.

M’arrêtant à la fin de ma phrase avant de poursuivre quand mon téléphone sonna, je décrochais sans plus attendre. Recevant la voix de Miri-Chan à l’oreille, c’est sous un « Je ne sais pas où elle se trouve, Ayame. » de sa part que je matérialisais ma robe de combat instinctivement, sentant cette bouffée de noirceur émaner de mon corps alors que je fis tourner Akiha-Chan, la perçant de mon regard d’un vert brillant avant de lui glisser un « Nous rentrons. » alors que je nous téléportais déjà vers Undai. Suivant le flux de Miri-Chan quasiment invisible, c’est en arrivant dans ses appartements, je me plaçais dans son dos, remplissant l’atmosphère de mon aura noire. Et à présent, qu’allait-il donc se passer ? ~



____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un voyage de noces au pays de ses racines ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un voyage de noces au pays de ses racines ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Noces en pays bredan. [PV]
» Petit moment de poésie : voyage au pays des songes ...
» Traversée d'un pays hostile...
» Voyage au pays des merveilles
» PPS voyages (divers)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Le monde :: Le monde :: L'Europe-