AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Dim 17 Mar - 18:43

Cela était … déboussolant. En moins de cinq secondes ma bonne humeur se volatilisa en même temps que ses dires. Droite comme un « i » Kaïla se redressa devant moi, me pointant du doigt comme si je n’étais qu’une vulgaire voleuse prise aux faits, pour me faire la pire des demandes. La pire, oui. Encore si elle me demandait de me trancher la gorge devant elle, cela était déjà mieux que ça. Oui, je n’avais d’autre mot pour le décrire tellement que j’étais choquée et cela se peignit sur mon visage en même temps que ses dires se heurtèrent à mon ouïe.

- Je... Laissez-moi épouser Yume ! ... Aha.

Il en était hors de question. Entrouvrant la bouche sous la stupeur de ses paroles, je me retenais de lui sauter à la gorge pour la décapiter. Restant impassible, ne laissant nul mouvement prétendre mon envie, seul l’étonnement se marqua sur mon visage. Déviant le regard vers les gloussements incessants d’Akiha, je croisais son regard alors que son ombre ne cessait de jacasser dans mes oreilles. « Ça doit faire un choc à Ayame ~ Regarde la. Haha », justement, ne me regarde pas ! Fronçant les sourcils en sentant ma patience me perdre, je fermais les yeux pour inspirer profondément, laissant les nouvelles paroles de cette … Dieu, j’allais la tuer. Ce ne fut que trois secondes après que ses paroles se sont tussent que je sentis une certaine personne à mes côtés, jouant de mes nerfs pour venir me dire à voix basse ;

- Je suis certaine que vous saurez magnifiquement préparer ce mariage !

Sentant une veine se gonfler sur mon front, je refermais les yeux, laissant les paroles moqueuses d’Akiha de côté. Du moins, c’est ce que je voulus faire, mais les rires, gloussements ou je ne sais quels bruitages incessants ne m’aidaient en rien. Toussotant à mon tour en soupirant terriblement fort, je redressais mon regard sur Kaïla. Kaïla Kurayami. Comment cette chose avait-elle osé ? La folie était certes de rigueur chez cet être insignifiant, mais de là à oser … J’allais la tuer … Oui, j’allais le faire, maintenant et ce, tout de suite. M’apprêtant déjà à y aller, je repoussais Akiha d’une main alors qu’elle me disait de sa voix plus que torride « Quelle journée riche en émotions, Ayame-Sama ~ ». Qu’elle se taise, elle aussi, qu’elle se taise maintenant ! Avançant d’un pas sûr vers Kaïla, j’attrapais celle-ci par le col avant de … de ne rien faire. Je regardais ce bout de chair pendouillant dans mes mains, prête à lui arracher son dernier souffle. Mettre fin à sa vie pour que la mienne soit meilleure. Oui, je faisais ça dans mon intérêt, mais dans le sien aussi. Vivre après m’avoir demandé une telle chose était impossible, oui, j’allais … Non. Me calmant aussi vite que je m’étais emportée, j’attrapais Kaïla par le côté de manière à la porter. Me retournant vers Akiha en la foudroyant du regard un court instant, je changeais mon expression par un fin sourire avant d’avancer vers elle et poser mes lèvres sur son front, glissant entre deux souffles « Tu me payeras cette moquerie ~ Viens avec moi ~ ». Lui adressant un petit sourire moqueur, je me dirigeais d’un pas rapide, la chose dans les bras, en direction de l’étage où mes deux servantes m’attendaient sagement.

- Laissez Yomi-Chan ici, quant à Yume-Chan, déposez là dans sa chambre et désencombrez moi de cette … chose.

Laissant l’une des servantes lâcher -dans tous les sens du terme- Yomi qui s’écrasa sur le sol, j’enjambais celle-ci pour venir suivre mes dites aides dont l’une me débarrassait donc de Kaïla. Regardant par dessus mon épaule pour voir si Akiha était des nôtres, je marchais d’un pas calme et posé vers ladite pièce de ma tendre enfant qui venait de se faire demander en mariage. En quelque sorte, mais je ne risquerai certainement pas de lui en dire deux mots. Un mariage ! Si jeune, c’était de la folie ! Dieu, je devais redresser ces enfants oui, seule ma personne savait comment faire pour … leur extraire de telles idées de la tête. Rien qu’y penser me mettait de mauvaise humeur.

Laissant ma tendre Yume se poser dans son lit, je m’avançais vers celle-ci pour venir caresser son visage pendant que sa chose se posait à ses côtés. Les mettre ensemble dans le même lit ? Huhu ~ Laissant une idée « dépravée » me passer par l’esprit, je me redressais en me dirigeant vers Akiha. Lui adressant un sourire disant bien que j’allais sans doute faire quelque chose de mal, il ne fallut qu’un clignement de cils pour que la chambre bleutée de Yume ne se transforme. Laissant des bouquets dignes d’une grand mariage princier se tapisser dans la chambre, des cadeaux divers suivis de quelques photos montrant « le jeune couple ». Agrandissant mon sourire en matérialisant dans mes mains un papier sur lequel j’écrivis un petit mot.

« Félicitation pour votre mariage, j’attends avec impatience des petits-enfants ~ Je vous laisse mes appartements pour cette semaine, je reviendrai Dimanche soir. Je vous aime ~

Dead Master ~ »


Déposant la lettre sur la table de nuit, je dématérialisais les vêtements des deux femmes se trouvant devant moi, les mettant dans une position dite étrange avant de glousser. Une vengeance comme une autre ? Oui, en quelque sorte, mais mon but était beaucoup plus noble que celui qu’on pourrait croire ;

- Je refuse ce mariage, il en est hors de question. Autant jouer de leurs stupidités en leur faisant croire que celui-ci est déjà passé ~

Gloussant en sortant de la chambre, j’attendais qu’Akiha soit en dehors pour venir fermer la porte. Dimanche avais-je dit sur le papier ? Nous étions Dimanche, quelle coïncidence ~ Me décidant de rejoindre l’étage plus bas, je m’arrêtais cependant sur le cadavre étendu de Yomi. Ramassant sa dépouille par le bras, je traînais celle-ci jusqu’au salon, laissant son corps taper contre les marches avant de la balancer sans plus de ménagement sur le sol du salon. Mauvaise humeur ? Non, j’étais de bonne humeur sinon je l’aurais bêtement lancée d’en haut, bien évidemment ~ Me posant devant sa personne dans un siège, je levais les yeux vers Akiha pour venir lui dire d’un ton amusé ;

- Alors mon cœur ~ Que voulais-tu donc savoir à son sujet ? ~

Devrais-je la réveiller ? Sans doute, je ne comptais pas dire à mon amante, aussi ouvertement, que Yomi faisait partie de ma famille. Tapant d’un coup direct dans sa tête en lui envoyant une sorte de fin filet qui disparu en touchant sa peau, je laissais sa personne se réveiller. Se réveiller était un grand mot puisque ma dite nièce ouvrit les yeux pour nous juger de son air nonchalant avant de nous faire dos, s’étendre sur le divan et se rendormir. Monstre, j’allais la tuer. Soupirant lourdement en envoyant un regard las à Akiha, je lui demandais intimement de venir la réveiller avant que je ne la tue.

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Lun 18 Mar - 0:32

Quelle fut ma réaction quand la directrice me repoussa afin de secouer un peu le petit chaton qui l'eut certainement déstabilisé avec ses paroles ? Eh bien, je n'ai pas arrêté de rire pour autant, préférant me mettre debout pour toute éventualité de se faire balancer des assiettes dessus afin d'avoir plus facile à les éviter. Malheureusement pour cette femme, je n'étais pas du genre à me laisser facilement impressionner, et sur le coup, j'étais trop « joyeuse » pour que quiconque puisse me stopper dans mon délire. Non mais sérieusement, ces jeunes chatons de nos jours... Ils étaient tellement mignons et suicidaires. C'en était désespérant pour certains, mais moi -personnellement- je trouvais cela juste trop divertissant. Arrêtant de rire tout de même quand Ayame-Sama me lança un de ses regards tueurs, je ne fis pas moins de sourire de toutes mes dents devant sa personne. Moi, la provoquer ? Non pas vraiment, j'étais juste assez à l'aise pour ne pas m'évanouir à l'instant où la femme aux yeux verts tombe en colère. Non, j'ai vu pire de sa part.

- Tu me payeras cette moquerie ~ Viens avec moi ~

C'est pour cela que quand elle vint à ma rencontre -Kurayami sous le bras- pour me dire ces quelques mots de menace, je ne fis rien d'autre que sourire tout en profitant de son baiser doux. Tellement doux que cela contrastait terriblement avec son humeur. « Elle sourit ! Ça y est, elle va faire un carnage, rentrons avant que ça n'éclate ici ! » Rentrer ? Mais j'avais encore tellement de questions à poser et de réponses à avoir, sans oublier que je ne pouvais manquer pour rien au monde ce qui allait suivre. Trois gamines dans les appartements de la grande Dead Master, dont une qu'elle n'avait pas l'air d'apprécier, l'autre qui lui a demandé la main de Yume et, justement Yume qui était en mode « je dors partout où je peux ». Amusant. Terriblement distrayant. Et peu importe l'humeur de la directrice, je n'allais manquer cela pour rien au monde. C'est pour cette raison, un dernier rire cristallin s'échappa de ma bouche avant que je ne suive les pas de la propriétaire des lieux. Lieux que j'occupais assez souvent, surtout quand on parlait de la chambre de cette personne plus que grandiose.

Regardant d'un œil désapprobateur les deux servantes qui traitaient les corps de ces enfants comme des chiffons, je ne pouvais m'empêcher de vouloir m'occuper de cette jeune fille dénommée Yomi qui -inconsciente- gisait sur le sol sans plus de cérémonie. Laissant mon ombre rire au fond de moi, je m'arrêtais au seuil de la porte de la chambre de Yume. Croisant les bras, tout sourire disparut de mon visage pendant que je fixais les agissements -encore inconnus à ma personne- de Dead Master-Sama, me posant de plus en plus de questions sur son état mental en vue de ce qu'elle dut subir comme choc. « Hah... Elle a vraiment pris au sérieux les paroles de la gosse ! » Et c'est ce que je constatais quand la chambre -d'un bleu omniprésent- se changea de tout au tout pour laisser place à une chambre d'hôtel pour des nouveaux mariés. Clignant des yeux en voyant cela, je ne pus que froncer des sourcils quand la directrice passa à la vitesse supérieure allant jusqu'à déshabiller les deux jeunes étudiantes et les... Bon sang, si ce n'était pas moi, je crois que je rougirais en comprenant où elle voulait en venir. Mais heureusement, je n'étais pas moins sournoise qu'elle.

- Je refuse ce mariage, il en est hors de question. Autant jouer de leurs stupidités en leur faisant croire que celui-ci est déjà passé ~

Laissant échapper un ricanement mystérieusement lugubre, je sortis de la pièce après un dernier coup d’œil aux petits chatons dans le lit. Combien parieraient qu'elles allaient se réveiller ne comprenant rien à la vie et croyant justement à cette mascarade ? Rien que pour cette raison, je m’efforcerai de rester ici jusqu'à ce qu'elles émergent. « T'es tout aussi diabolique, Akiha ». Je l'étais. Mais pas au point de regarder le corps de Yomi se faire traîner par Ayame-Sama au sol, tel un sac de pommes de terres. Cela devait lui faire mal non ? Peut-être bien, même si elle ne montrait aucun signe de vie. Serait-ce à cause du combat contre Yume qu'elle soit à ce point amochée ? Probablement. Il lui suffirait d'un bon souffle de matérialisation, et ce serait fait. Mais la directrice n'avait pas l'air d'être du même avis.

- Alors mon cœur ~ Que voulais-tu donc savoir à son sujet ? ~

Me postant non loin du corps étendu de Yomi, je n'attendais que le feu vert pour déverser ma curiosité au grand jour. Pourquoi être si intriguée par cette fille maintenant que j'avais tout ce dont j'avais besoin ? Par simple intérêt que j'apportais à Dead Master-Sama, je me devais de savoir tout ce que je pourrais sur elle quitte à me coltiner tout son arbre généalogique. En plus, on ne savait pas dire si un jour ou l'autre, cette information me serait utile. Et comme nos bases étaient reconstruites, je ne me cachais plus quand je voulais savoir quelque chose, préférant demander à la concernée que fouiner derrière son dos... Enfin, pas pour tout, mais pour la plupart des choses. Souriant jaune quand je croisais le regard plus que exaspéré de ma chère amante après que sa « nièce » eut une réaction des plus indisciplinées, je me décidais à prendre les choses en main. « Ayame n'a pas l'air d'apprécier beaucoup cette fille... Je crois que je vais l'aimer après l'avoir dressé. » Évidemment, tout ce qui allait à l'encontre du contentement de la directrice et qui l'énervait, amusait ma deuxième moitié diabolique. La satisfaction de voir cette femme cruelle au bout du rouleau était tellement jouissive pour mon deuxième moi, que je pouvais sentir toute son extase sous ma peau. Frissonnant tout en m'avançant vers la gamine étendue au sol, je ne laissais paraître qu'un sourire amusé en programmant la meilleure manière de réveiller cette impertinente.

- Vous êtes pleines d'idées saugrenues, Ayame-Sama ~ Et j'attends votre « punition » avec impatience pour ce qu'il s'est passé plus tôt ~

Gratifiant mon interlocutrice d'un sourire plus qu'explicite, je me penchais sur la jeune Yomi pour déposer ma main sur sa tête. Usant de mon pouvoir, je propulsais des images d'une Dead Master plus qu'enragée, dans son subconscient devant être déjà bien détraqué. Me reculant de sa personne pour voir son réveil instantané, je la fixais sans moindre expression sur le visage. « Cette gamine est encore pire que tu ne peux le croire, autant la clouer avant de lui poser tes questions ». Un conseil à saisir, je le savais au fond de moi, mon instinct me criait de me préparer au pire avec ce chaton encore inconnu à mon registre. Plissant les yeux, je tendis ma main jusqu'à son front pour bloquer le système nerveux de la dénommée Yomi afin de la paralyser instantanément. Autant avoir le calme, et je n'avais en aucun cas envie qu'Ayame-Sama la tue avant que je n'aie mes réponses. M'approchant donc du jeune chaton, j'hésitais un instant à m'en saisir pour l'asseoir sur un siège, optant finalement à laisser ma masse noire s'en charger elle-même.

- Je constate que c'est à elle que mes questions devront s'adresser... Bien. Yomi, j'espère que tu aimes parler de toi, chaton ~

Renvoyant mon ombre dans mon corps afin qu'elle ne nous dérange pas, je me posais sur un autre siège du salon que j'approchais assez pour avoir Yomi dans mon champ de vision. Ne laissant qu'un sourire -neutre- transparaître sur mes lèvres, toute mon attention se fit dévorer par le regard mauve de la gamine. J'espérais qu'elle allait me répondre sans rechigner, sinon... « Nous savons être très persuasives, heh ». Effectivement. Croisant mes jambes tout en déposant mes mains sur mes genoux, je ne laissais pas plus de temps s'écouler pour lui poser mes questions et ainsi, juger tout de sa personne. Son caractère, son lien avec Dead Master, ses buts dans la vie. Tout était à ma portée et j'allais m'en saisir.

- Je t'ai immobilisée, mais si tu te tiens tranquille, je te libérerai dans peu. Tu es en Terminale, cela fait donc près de trois ans que tu es à Undai. Je crus comprendre que la directrice fait partie de ta famille ? Pourtant, je n'ai jamais entendu parler de toi ~ Aurais-tu une explication à cela ?

Laissant une expression franchement intéressée se peindre sur mon visage, je me décidais tout de même à alléger mes questions de façon à mettre cette enfant plus en confiance. Pourquoi aller directement au but, si je pouvais mettre plus de subtilité dans cette entrevue. Toujours dans la même position, je laissais ma voix calme résonner dans la pièce, faisant en sorte de ne plus prêter attention à Ayame-Sama, laissant croire à Yomi qu'elle était la seule à être mon centre d'intérêt sur le moment. Oui, j'adorais jouer en me cassant la tête au lieu de lui faire dire tout ce que je voulais par le biais de mon pouvoir.

- Ou alors, préfères-tu parler de toi tout simplement ? Évidemment, si ton histoire sera intéressante et satisfaisante pour moi, tu pourras me demander quelque chose en retour. Je t'écoute ~

« Tu comptes lui donner quoi en retour, Akiha ? » Eh bien, je pouvais tout non ? Tout ce qu'elle voudrait, mais pas entièrement ~ Je sens que je vais bien m'amuser. Sauf si son caractère détestable -selon la directrice- m'obligera à utiliser les grands moyens, moins divertissants.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yomi Tsuchimiya

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/12/2012
Localisation : A beaucoup d'endroits ~ La chambre de Yume-Sama sans doute, héhé ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Yaban'na kyōki
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Lun 18 Mar - 1:19

La destruction. Le mot d’ordre dans ma vie, je n’avais pas de vie d’ailleurs. Avoir des amis, sortir, suivre les cours, être heureuse, avoir un copain. Non, moi je ne me plaisais pas dans la simplicité, je préférais encore me baigner dans les tripes de mes victimes. Soupirant lourdement, je déviais mon regard vers ce qu’il semblait être une porte. Où étais-je ? Je ne sais pas, il y avait du bruit, de la douleur et une odeur putride. Non, je n’aimais pas cette odeur, qu’est-ce qui puait autant ? Je ne savais pas. Fronçant les sourcils en me bouchant les narines, je me dirigeais vers l’encadrement d’un semblant de porte pour m’immobiliser. Foudroyée, paralysée par ma vision. C’était magnifique, une vraie boucherie. Devant moi, attachés à des harnais se trouvaient des corps, tous nus et ensanglantés. Qui, qui avait peint un tel chef-d’œuvre ? C’était beau, tellement beau que je ne sus retenir les étoiles briller dans mes yeux, touchant l’un des corps se fut un gémissement d’extase qui traversa mes lèvres quand je sentis la froideur du corps. Mort, ils étaient tous morts ~

- Alors mon cœur ~ Que voulais-tu donc savoir à son sujet ? ~

Silence, je dors. Levant un œil vers le bruit que venait de faire la vilaine bouche de ce qu’il semblait être Ayame, je lui fis dos pour revenir dans mon rêve. Oui, le corps donc, froid, beau, nu. Caressant celui-ci en y collant ma joue, je soupirais une fois de plus. J’aimais … mais cela serait encore mieux si … Oui, un couteau. Attrapant un couteau sur une certaine table, je l’enfonçais sans plus de cérémonie dans le corps de la femme … C’était chaud tout d’un coup ~ Gloussant en prenant mon temps pour venir l’ouvrir, je laissais la lame découper sa peau dans des bruits de glissements et de giclements, petit à petit, ses entrailles fuyaient de leurs places pour venir pendre sous mon nez. Ranguren, oui, je devais appeler Ranguren pour qu’il voit ça. Lui aussi sera heureux, j’en étais sûre … Yume-Sama, oui, Yume-Sama devait … Dead Master.

Non … Non ! Tous les corps se réveillèrent et reprirent vies sous mes yeux, ils souriaient, ils avaient l’air … Non. Ouvrant tous les yeux en redevenant chauds, j’avais beau leur enfoncer mon couteau dans le corps, les plaies se refermaient et ils partirent … Ils allaient tous dans la même direction, pourquoi partaient-ils ?! Ayame. Oui, ils allaient vers Ayame ! Cette putain, je devais la tuer ! Courant vers sa personne, couteau en main … Je me réveillais. Essoufflée.

Ouvrant les yeux pour voir … une blonde devant moi, je fronçais déjà les sourcils, prête à la décapiter pour m’avoir réveillé. Essayant de bouger tant bien que mal sous une douleur vive qui me prit, je me retrouvais étonnée de ne pas réussir à lever le petit doigt. Que ?

- Je constate que c'est à elle que mes questions devront s'adresser... Bien. Yomi, j'espère que tu aimes parler de toi, chaton ~

Grimaçant en la voyant s’approcher, je m’attendais déjà au pire de la part de cette femme. Celle qui courtisait avec Ayame, cette pauvre fille qui allait finir dans la baie de Kyoto d’ici peu. Oui, Ayame n’aimait personne et ne respectait qu’elle même. Égocentrique de merde, un jour je la crucifierai. Affichant un petit sourire à mon tour sur cette pensée, je laissais descendre mes yeux sur Akiha. On pouvait au moins dire que la directrice avait bon goût, bien que je ne m’intéressais pas à la gente féminine ni masculine d’ailleurs, je savais reconnaître quelque chose de beau. Après tout, n’était-ce pas sur ces critères là que je trouvais mes victimes ? Si ceux-ci étaient des thons, croyez-vous que cela serait aussi jouissif de les amadouer ? Évidemment que non, il me fallait toujours les plus beaux, les plus « mieux ». Akiha pourrait-elle être une de mes victimes ? Héhé, non, je ne touche pas à la viande souillée.

- Je t'ai immobilisée, mais si tu te tiens tranquille, je te libérerai dans peu. Tu es en Terminale, cela fait donc près de trois ans que tu es à Undai. Je crus comprendre que la directrice fait partie de ta famille ? Pourtant, je n'ai jamais entendu parler de toi ~ Aurais-tu une explication à cela ?

Non, tu es sûre ? J’ai un instant cru que je n’arrivais pas à bouger à cause de la présence d’Ayame tiens ! Sérieusement et on appelle ça une scientifique ? Un cerveau qui carbure à l’eau plate, y a que ses formes qui l’ont propulsées au somment ? Ce serait encore possible d’ailleurs. Affichant un petit sourire carnassier suite à ses dires, je justifiais ma pensée par ses dires. Pourquoi ne me connaissait-elle pas ? Parce qu’elle n’était pas assez intelligente pour avoir la chance de me connaître ~ Héhé … Maintenant que j’étais debout, il était temps de jouer non ? Intimidée ? Moi ? Par qui ? Ou plutôt par quoi ? Lui donner le titre d’humain alors qu’elle couche avec un monstre et qu’elle a en elle une sorte de poubelle ambulante ? Ne vous foutez pas de moi, dans mon esprit Akiha était égale à une chienne en chaleur depuis que ma tendre Yume-Sama l’avait traitée de putain. Héhé.

- Ou alors, préfères-tu parler de toi tout simplement ? Évidemment, si ton histoire sera intéressante et satisfaisante pour moi, tu pourras me demander quelque chose en retour. Je t'écoute ~

Écarter, croiser, écarter, croiser ? Essayait-elle de me faire du charme tant que nous y sommes ? Élargissant mon sourire en l’entendant s’adresser à moi, je me demandais jusqu’où sa connerie pouvait aller. Lui montrer qui j’étais contre une récompense ? Héhé. Pauvre conne. Yume-Sama, est-ce seulement possible que nous soyons les deux seules entités intelligentes de ce monde ? Devrais-je lui épargner sa connerie ? Héhé … Non ~ Levant les yeux vers Ayame qui se trouvait juste derrière la chose devant moi, je laissais un rire moqueur traverser mes lèvres avant de lui dire d’un ton joyeux ;

- A croire que tu ramasses vraiment n’importe quoi ~

Levant à présent les yeux vers Akiha, je lui adressais un nouveau sourire sournois avant d’essayer de bouger -inutilement d’ailleurs-. Soupirant légèrement sans décrocher mes yeux de ses billes bleues plus pâles que celle de Yume-Sama, je penchais mentalement ma tête sur le côté pour venir « combattre » son regard. Le silence est la meilleure réponse pour les imbéciles, et qu’en était-il des attardées mentales ? Héhé.

- Ne pas savoir qui je suis hum … Héhé. Avec un peu plus de perspicacité vous aurez peut être découvert ma présence Akiha-Sensei ~ Passez-vous peut être trop de temps entre les jambes de ma chère tante, ma chère ?

Riant à pleine voix en laissant la douleur de côté alors que je sentais mon corps entier se voir percer de l’intérieur sous mes gloussements, je laissais retomber mes yeux sur la femme devant moi. Toujours mon air hautin peint sur la face. Me présenter me demandait-elle ? Autant égailler son intelligence avec ces informations à compter que cela ne sera pas trop dur pour elle de retenir les informations qui suivront. Je n’aimais pas me répéter après tout ~

- Yomi Tsuchimiya, je suis une Eimin. Élève de Terminale faisant partie nouvellement du conseil ~ J’ai dix-huit ans et j’ai un penchant particulier pour les meurtres prémédités ~ Chaque vendredi, « Ayame-Sama » à la chance de recevoir une tête fraîchement coupée ~

Mon rituel était sacré et jamais je n’ai oublié ou même pensé à arrêter celui-ci. Ayame devait voir ce que je savais faire, tant qu’elle n’acceptera pas mon sang, je continuerai à tuer … Oui, voilà une drôle de manière de penser à ce que je faisais. Sérieusement, c’est bien la première fois que je voyais les choses ainsi ~ Disons que cette pensée sera destinée aux esprits purs ~ Héhé.

- Vais-je trop vite pour vous Akiha-Sensei ? ~

Un cerveau lent ? L’insultais-je ouvertement ? Oui ~ Héhé.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Lun 18 Mar - 16:40

Je voyais. Dès que cette enfant ouvrit sa bouche... Non même avant, dès qu'elle forma son sourire moqueur sur le visage, je sus que j'aurais dû mal à converser avec elle. Non que je sois médium, loin de là, mais quand on rencontre une personne hostile, on le voit tout de suite. Et ce n'est quasiment sans surprise que j'entendis ses paroles, sans sourciller. Sans broncher en apparence, tandis que mon ombre sifflait déjà d'une colère soutenue sous l'ennui que cela créait. Pourquoi les choses ne pouvaient pas être plus simples ? Parce que ce ne serait pas autant amusant. C'est pour cette raison que je laissais ce petit chaton user de sa salive, sans moindre protestation.

- A croire que tu ramasses vraiment n’importe quoi ~ Ne pas savoir qui je suis hum … Héhé. Avec un peu plus de perspicacité vous aurez peut être découvert ma présence Akiha-Sensei ~ Passez-vous peut être trop de temps entre les jambes de ma chère tante, ma chère ? 

La provocation. C'était la règle d'or dans le monde, et surtout à Undai. Pourquoi donc s'épuiser à contrer des insultes en tout genre, si l'interlocuteur ne pense qu'à aboyer tel un animal en chaleur. Et si c'était justifié, je comprendrai encore, mais dans ce cas de figure, c'était de la provocation gratuite. Chose à laquelle je n'allais pas répondre en ne me lançant guère dans ce genre de jeu qui ne faisait qu'énerver et gaspiller du temps précieux. Et du temps, j'en avais pas tant que cela devant moi. « Je vais l'étriper ! Comment cette chose ose nous parler de la sorte ?! » Parfois -souvent- je me disais que mon alter-ego n'était pas à la hauteur de mes attentes et avait sa propre volonté de vivre. Comme nous étions un, ne devrions nous pas penser de la même manière ? Si, et là, ce n'était pas le cas. Mais après tout, au fond, je ne voulais pas réagir tel ce primate pour lui montrer sa place dans ce monde ? Si, mais cette pensée était bien fermentée dans mon esprit décuplé. Ainsi donc, je ne fis que sourire à cette fille, attendant impatiemment qu'elle me donne enfin des informations intéressantes au lieu de baratiner dans le vent. Yomi... Cette fille dont Dead Master-Sama ne parlait jamais -ne lui apportant aucune signification, je supposais- avec un sens d’égocentrisme surdimensionné... Et qui par ailleurs, voulait se rendre intéressante, sortant des remarques qu'elle ne pouvait dire si elle ne s'intéressait pas un temps soit peu à la directrice. Voilà qu'était le profil de cette gamine aux airs trop grands pour son petit être. La jugeant du regard tandis que mon ombre voulait limite s'arracher de mon être pour venir arranger le sourire de cette fillette, je ne fis qu'analyser son comportement sans plus prêter attention à ce qui m'entourait.

- Yomi Tsuchimiya, je suis une Eimin. Élève de Terminale faisant partie nouvellement du conseil ~ J’ai dix-huit ans et j’ai un penchant particulier pour les meurtres prémédités ~ Chaque vendredi, « Ayame-Sama » à la chance de recevoir une tête fraîchement coupée ~

Fronçant les sourcils d'un air contrarié, j'échappais un son de gorge étouffé avant de soupirer de frustration. Non mais sérieusement, ma deuxième moitié a déteint sur moi depuis le temps. Yomi Tsuchimiya... qui m'a donné son nom avant de donner celui de la directrice d'une manière prouvant bien qu'elle tenait à cette appartenance avec la famille d'Ayame. Pourtant, elle n'est pas assez honorée pour respecter la représentante de la famille en question. Pourquoi ? Quel était le problème ? Sachant que cela allait dans les deux sens et que la directrice n'appréciait pas cet enfant non plus. Pourquoi Yomi détestait-elle la seule famille des Eimin qu'elle avait ? La réponse s'illumina dans mon esprit en même temps qu'un sourire ravageur apparu sur mon visage. C'était simple. Les vendredis ! Pourquoi tuer des gens ? Pour mettre des bâtons dans les roues de la directrice ? Oui, mais pas seulement. C'était une manière de lui dire qu'elle était là. Elle voulait sa reconnaissance, mais -en vue du comportement de Dead Master- elle ne l'eut pas, et donc à présent, elle se venger avec sa vulgarité, mais cherche tout de même... « À la surpasser. Stop l'analyse, elle nous apprendra rien, laisse-moi tuer cette gamine impertinente ! ». Et c'est là, à sa dernière remarque plus qu’outrageante, je me levais avec grâce pour me détourner de son corps immobile et faire face à Ayame-Sama avec un air ennuyé sur le visage.

- C'est ennuyant... Cette enfant ne m'est d'aucune utilité.

Disant cela d'un tant presque boudeur, en mode « Alala, je perds mon temps », je n'eus pas le plaisir de m'exprimer ouvertement que mon ombre vint faire du tapage suprême. Prenant ma place tandis que j'étais toujours en état de frustration totale, il n'a pas fallut longtemps qu'un sourire mesquin s'affiche sur mes lèvres. Changeant de comportement de tout au tout en moins de trois secondes, je déviais de la directrice -comme si sa personne m'importait peu- pour venir en face de la dénommée Yomi. Un sourire carnassier plaqué aux lèvres, l’empoignant par les cheveux pour tirer sa tête en arrière et me placer donc dans son dos.

« - Stupide gosse sans intérêt. Je pense que tu n'as aucune objection à formuler Ayame ? ~ »

Devrais-je dire que cette question sortit de ma bouche plus comme une affirmation qu'une vraie demande de permission ? Non, je ne crois pas que cette précision serait nécessaire pour se rendre compte que mon ombre venait de péter un câble. Soupirant intérieurement, je ne m'opposais même pas à ses envies meurtrières en vue de ma propre rancœur étouffée. Plaçant ma main sous la gorge de la jeune Yomi, il n'a pas fallut longtemps pour qu'un scalpel s'y matérialise. Un coup sec, un seul geste rapide et ma conscience serait lavée de l'outrage enduré. Sauf que... « Akiha ! » Sauf que son corps mort -Si il a de l'intérêt- ne m'apporterait aucune utilité. Un soupir sortit de ma bouche, tout sourire disparut pour laisser place à une mine plus que agacée, et mes mains craquèrent d'un geste sec le cou de ma potentielle victime, ne laissant que sa tête pendre dans le vide.

« - Ça m'énerve. »

Et voilà que ma chère deuxième partie s'enfouit au fond de mon corps, me laissant à nouveau la place dans un dernier sifflement furieux. Reprenant donc le droit sur mes mouvements, je défroissais mes vêtements en lançant un petit sourire désolé à Ayame-Sama pour lui montrer que je n'étais pas forcément à l'origine de cette attaque surprise. Ou plutôt cette poussée de folie meurtrière. M'éloignant du corps inconscient de la gamine, je me rapprochais de la directrice pour m'asseoir à ses cotés, l'air embarrassé.

- Alala... Mes excuses pour l'état de votre nièce.

Attirant la tête d'Ayame jusqu'à moi, je déposais mes lèvres sur les siennes dans un geste tendre. Excuses faites, ce n'était pas compter sur mon ombre pour se taire, rechignant déjà dans mon esprit que je n'avais aucun besoin de m'excuser et que j'aurais dû lui laisser la tuer. Me relevant, j'allais jusqu'à la cuisine sans mot dire pour y préparer deux tasses de thé fumantes. Et pendant que l'eau chauffait dans la bouilloire, je me faisais assaillir par les reproches dans ma tête. « Et maintenant quoi ? Comment tu vas demander ça à Ayame ? Ça m'énerve ! » Comment demander ce que je voulais ? Eh bien... Revenant les tasses en main, j'en déposais une sur la table devant la directrice tandis que l'autre atterrit devant moi -assise dans le siège à coté. Affichant un sourire des plus charmant, je sortis du but en blanc d'un ton relax tandis que mon ombre criait dans mon esprit ma folie:

- Sincèrement. Si Yomi m'intéresse, c'est parce que je voudrais savoir si elle a votre gêne. L'a-t-elle ?

Plus direct, je ne saurais l'être.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Lun 18 Mar - 17:54

L’ennui était à son comble, je restais là impassible, les jambes croisées à regarder Yomi « insulter » Akiha. Devrais-je intervenir ? Non, ma tendre amante était assez grande pour se débrouiller seule. Et c’est sur cet avis que je ne bougeais pas, analysant la situation d’un air ennuyé. Penser retirer des informations de Yomi ? Oui, cela était faisable, mais en même temps, il y avait le revers de la médaille qui passait en même temps que le bon côté. Et encore, en vue de ses réponses, cela n’était que jacassement inutile. Pauvre Akiha, j’en serais peinée si je ne me plaisais pas dans le malheur des gens ~

- Yomi Tsuchimiya, je suis une Eimin. Élève de Terminale faisant partie nouvellement du conseil ~ J’ai dix-huit ans et j’ai un penchant particulier pour les meurtres prémédités ~ Chaque vendredi, « Ayame-Sama » à la chance de recevoir une tête fraîchement coupée ~

Daignant lever une fois de plus les yeux vers sa personne, je ne lui répondis que d’un regard las. Dieu, que croyait-elle en disant cela ? Que cela m’apportait beaucoup ses rituels ? Certes, cela me donnait un certain lot d’ennuis sur « la raison  des cadavres non-Undai’ens à Undai », mais tout de même. Et qu’était l’autre raison pour laquelle cette fille me gratifiait de têtes décapitées ? Ma reconnaissance. Oui, cette petite chose innocente ne cherchait qu’une seule chose, ma reconnaissance. Cela était amusant, je me faisais valoir par cette enfant et d’une certaine manière toute gratification, qu’elle vienne d’un clochard ou d’un milliardaire, je les prenais. C’était ces personnes, celles comme Yomi-Chan qui accordaient à ma personne tant de valeur. Bien que seule, j’en avais beaucoup ~

« - Stupide gosse sans intérêt. Je pense que tu n'as aucune objection à formuler Ayame ? ~ »

Laissant l’ombre d’Akiha sortir, je pus me plaire -pour la première fois depuis le réveil de Yomi- à voir un spectacle digne de ce nom. Tranchant premièrement la gorge de ma tendre enfant au scalpel, elle finit d’un coup sec à déboîter son cou dans un craquement pouvant en faire pâlir plus d’un. Affichant un petit sourire amusé en vue de ce comportement barbare, je laissais un fin soupire traverser ma gorge. Et dire que je faisais attention pour ne pas être « brusque » avec mes étudiants quand Akiha était présente … Oui, pour moi brusque rimait avec mort. Décroisant les jambes pour venir les recroiser en penchant la tête, je regardais d’un air enjoué ma chère nièce inconsciente une fois de plus ~ Souriant au parole de l’ombre, je lui répondis d’un mouvement de la tête alors qu’elle laissait place à son maître, retrouvant « Ma Akiha » dans toutes ses grâces.

- Alala... Mes excuses pour l'état de votre nièce.

Se posant dans le fauteuil sur lequel j’étais assise, je vins automatiquement coller mon corps aussi, cherchant toujours ce contact tant apprécié par ma personne. La laissant attirer mon visage délicatement, je savourais avec plaisir le doux baiser qu’elle m’accordait. Laissant mon corps se détendre sous ce toucher, je ne pouvais que sourire de contentement, prenant déjà la présence de Yomi comme inexistante. A croire que cela ne me dérangeait pas de coucher devant une personne sans vie, je dirais plutôt que j’avais mieux à faire que m’arrêter sur des présences non désirables ~

- Sincèrement. Si Yomi m'intéresse, c'est parce que je voudrais savoir si elle a votre gêne. L'a-t-elle ?

Levant un sourcil sous temps de franchise, je laissais mon sourire s’agrandir alors que je me reculais ne serait-ce qu’un peu plus de ma chère scientifique. Dieu, que je l’aimais et ce de plus en plus depuis notre réconciliation. Au moins notre dispute avait servi à quelque chose, sans celle-ci croyez-vous qu’Akiha m’aurait demandé aussi clairement si Yomi avait mon gêne ? En vue des paroles de son ombre, c’était sûr que non. Dieu, quelle vulgarité, je n’étais pas un monstre sans cœur qui allait tuer Akiha sous prétexte qu’elle m’eut demandé avec toute sa franchise ce qu’elle voulait ~

La laissant partir dans la cuisine pour venir nous apporter deux tasses fumantes, je la gratifiais d’un sourire en signe de remerciement. Finalement, si cette personne n’était pas Akiha, oui, elle serait morte à cet instant ~ Gloussant légèrement en venant poser mes mains sur celle de la femme en face de moi, je laissais un fin soupir traverser mes lèvres avant de lui répondre, usant du ton aguicheur de ma voix pour faire résonner mes mots dans cette atmosphère détendue ;

- Pour le savoir, il faudra l'autopsier Akiha-Chan ~

Gloussant une fois de plus en venant saisir la tasse se trouvant devant moi, je pris une gorgée avant de poursuivre avec toujours autant d’entrain. La laisser ouvrir Yomi ? Cela ne me dérangeait pas plus que cela, mais lui dire franchement que non, cette gamine pouvait être plus fair-play envers sa personne. Du temps qu’elle utilisera là-bas avec « ma nièce » sera du temps en moins qu’elle pourrait passer avec moi. Croisant les jambes en me posant un peu plus sur le dossier du fauteuil, je faufilais mon regard dans celui d’Akiha ;

- Plus sérieusement, non elle ne l’a pas ~ Encore heureux, sinon elle serait déjà morte Akiha-Chan ~

Mais pourquoi la garder alors ? Il devait y avoir une raison pour. La tuer maintenant arrangerait le tout, mais en même temps, ce n’était aussi que par esprit scientifique que je voulais la garder à ma portée ;

- Cependant, cette enfant pourrait un jour engendrer une personne porteuse de ce magnifique gêne qui t’intéresse tant mon cœur ~ Ne sait-on jamais ce qu’il se passera si c’est le cas, ce n’est que par utilité que je la tiens sous mon aile, mais de là à lui accorder plus que ce qu’elle ne vaille ~
Ma folie à des limites ~

Gloussant en reposant ma tasse, je vins poser le coude sur le genoux pour poursuivre, prenant une pose plus détendue, sachant que nous n’étions que deux « réveillées » dans cette demeure alors que mes servantes vinrent de passer la porte de mes appartements ;

- Ne t’aurais-je guère donné assez la dernière fois ? Comment se passe ta progression, je crus savoir que tu essayais de décupler cette cellule unique entre tes mains ma chère ~

Gloussant en lui montrant bien que oui, je savais et que oui, une fois de plus je savais « tout » ce qu’il se passait à Undai, j’attendais d’un sourire amusé sa réponse. Autant parler directement, il est inutile de tourner autour du pot ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Mar 19 Mar - 22:04

La méfiance et la haine de ma personnalité enfuie n'avaient pas de limites. Je me demandais parfois pourquoi étais-je aussi perfide dans mes agissements avec n'importe quelle personne, que je l'aime ou non. Je ne saurais le dire, surtout que la vie ne m'a pas déçue dans mes choix ou que je dusse cacher mes vraies intentions pour monter jusqu'aux sommets. Si... Si j'ai dû le faire et ce tellement de fois que j'ai appris à jouer dans cette cour des grandes et puissantes personnalités. Si j'en suis sortie bien placée avec tout ce à quoi mon esprit pouvait aspirer de son vouloir de pouvoir, c’est justement parce que j'ai joué la double face avec tous ceux qui m'entouraient. Que ce soit la famille ou les amis, aucuns ne connaissaient ma vraie nature, tapie entre deux sourires doux et entre quelques paroles coquines.

- Pour le savoir, il faudra l'autopsier Akiha-Chan ~

Levant un regard un temps soit peu étonné vers cette femme se trouvant à quelques centimètres de moi, je ne pus que la fixer d'un regard pénétrant pour déceler dans sa voix et son expression du visage quelque chose qui me montrerait sa moquerie. Me permettrait-elle vraiment de faire des expériences sur un membre -éloigné soit-il- de sa famille afin que je puisse découvrir quelque chose en cette enfant ? Je ne pensais pas que c'était possible. Après tout, Dead Master-Sama cachait bien ce qui pouvait lui nuire. Alors... « On s'en fout, découpons cette môme ! » Oui, c'est ce qu'il fallait que je fasse. Mais qui pourrait être sûr que la directrice ne voudra ma mort si j'attente à la vie de cette gamine... Ou si je découvre quelque chose d'intéressant. Trop de probabilités. Mais alors, si je ne voulais pas risquer ma chance, je ne lui aurais pas demandé aussi directement ce que je voulais savoir. Maintenant à connaître le fin mot de cette histoire, il ne fallait pas courir loin pour le trouver.

- Plus sérieusement, non elle ne l’a pas ~ Encore heureux, sinon elle serait déjà morte Akiha-Chan ~ Cependant, cette enfant pourrait un jour engendrer une personne porteuse de ce magnifique gêne qui t’intéresse tant mon cœur ~ Ne sait-on jamais ce qu’il se passera si c’est le cas, ce n’est que par utilité que je la tiens sous mon aile, mais de là à lui accorder plus que ce qu’elle ne vaille ~
Ma folie à des limites ~


Je soupirais aux paroles de cette femme. Savoir qu'elle a perdu tous ceux qu'elle aimait dans sa jeunesse et que cela ne changeait en rien le fait qu'elle ne veuille pas retrouver des membres de sa famille, m'était incompréhensible. Pourquoi s'acharner à détruire son sang ? « Pour être l'unique, la plus grande, la plus forte, le dieu de la mort. » Oui, deviens poète tant qu'on y est Akiha. Non mais sérieusement, cela ne changeait en rien que c'était du gâchis selon ma personne rationnelle. En plus, je ne croyais pas ce que Dead Master-Sama pouvait bien vouloir dire par le fait que Yomi lui serait utile dans un futur proche ou éloigné. Sincèrement, cette gamine mourrait avant de quitter Undai et si elle le quitterait, elle serait certainement emprisonnée pour ses excès de folie meurtrière. Une telle personne ne saurait vivre dans le monde réel. Si elle n'avait pas de gêne, autant s'en débarrasser justement pour ne pas devoir courir derrière une -improbable- descendance de Yomi afin de voir si eux aussi auraient le gène de « l'immortalité ». Cela ne serait que problème en plus tandis que sa mort... Non. C'était plus subtil que cela, le projet de la directrice de cette Académie, dépassait l'entendement d'une vie humaine. Un fin sourire apparut sur mon visage, tandis que je hochais de la tête en signe d'abandon. Cette enfant ne valait rien à mes yeux à présent.

- Ne t’aurais-je guère donné assez la dernière fois ? Comment se passe ta progression, je crus savoir que tu essayais de décupler cette cellule unique entre tes mains ma chère ~

Mon sourire se figea tandis que le sien resplendissait sur son visage. Restant silencieuse un instant, j'essayais de déceler le ressenti de la directrice par rapport à mes faits et gestes dans son dos. Elle savait. Une fois de plus me voilà contrariée dans mes recherches. Quoi que... Elle connaissait mes projets et pourtant, elle ne m'a pas arrêté. Voudrait-ce dire que je peux les poursuivre ? « Ça ne m'étonne même pas qu'elle le sache, c'est une fouineuse suprême. » Même mon ombre était agacé par le fait de savoir qu'aucune liberté ne nous était accordée dans ce lieu, finalement. Dans un sens, il était oppressant de sentir ce regard vert posé sur chaque fait et geste venant de ma personne. Et des choses, j'en faisais que ce soit au grand jour ou dans l'ombre. Soupirant doucement pour décharger cette ambiance devenue plus qu'électrique, je n'eus d'autre choix que de me résoudre à cette situation embêtante. Que pouvais-je lui dire à ça ? Nier l'évidence serait plus que stupide, il ne me restait qu'à jouer franc-jeu sans me poser plus de questions.

- Effectivement... Une cellule unique c'est petit, j'aime avoir une sortie de secours au cas où. Même si avec vous rien ne passe inaperçu ~

Laissant échapper un petit rire pour appuyer mes paroles, je m'assis plus confortablement dans le fauteuil sans pour autant quitter un instant Ayame-Sama du regard. Nous parlions entres monstres, alors autant le faire bien, dans l'art des conversations. Si elle savait ce que j'avais en tête pour mes projets, elle devait tout autant savoir que je ne réussissais pas forcément pour l'instant à parvenir au résultat attendu. Imitant une mine embêtée, je tapotais mon indexe sur l'appui du siège et continuais à parler d'une voix posée, pesant chaque mot qui sortait de ma bouche sans pour autant aller dans le mensonge.

- Le clonage d'une cellule n'est pas compliqué en soi. Pourtant -comme vous devez déjà le savoir- je n'arrive à rien avec celle que j'ai... Elle meurt après quelques heures, ce qui n'est pas logique au sens propre et scientifique, vu que je devrais savoir la maintenir en vie ne serait-ce qu'une semaine de plus...

Lui exposant ma frustration part rapport à cette fichue cellule, je m'agaçais moi-même de parler aussi librement de mon échec. Je détestais cela, je n'étais pas faite pour échouer dans ce que j'entreprenais. « Et tu crois quoi ? Qu'elle va te donner la solution miracle ? Elle même n'est pas au point avec ce qui concerne le clonage. » Sauf que là, n'était pas ma question. Je savais pertinemment que rien ne ressortirait de cette conversation. J'étais au courant que si j'ai reçu cette cellule de sa part, c'était pour ma satisfaction personnelle. Là n'était pas le problème. Le souci c'était, de un, que j'enfreignais ses conditions dans un sens, mais aussi parce que je n'y arrivais pas aussi facilement que je m'y attendais. Quoi que... Je ne faisais rien de mal pour l'instant. Décupler la cellule en question n'allait pas à l'encontre de notre accord, c'est utiliser ces cellules sur les autres qui serait plus délicat. Même si mon but était justement de sauver les autres...

- J'aimerais que vous me donniez une indication. Je sais parfaitement que ma réussite risque de vous contredire, parce que vous savez pourquoi je voudrais l'utiliser... Je ne vais pas la faire, cela va de soi, mais...

Mais qui sait peut-être un jour, elle me laissera sauver les gens... « Crois-tu ? ~ » Peu importe. La seule chose que je voulais lui demander, sans qu'elle ne me donne la réponse à mon problème c'était de savoir si oui ou non, elle était pour quelque chose en rapport avec mon échec. Parce qu'il n'y avait aucune raison rationnelle pour que je ne réussisse pas, n'est-ce pas ? Si ? Pourquoi... Pourquoi meurt-elle aussi vite.

- Je veux juste savoir si oui ou non, l'obstacle n'est autre que votre cellule ?

Oui, il n'y avait aucune autre explication à cela. Me levant de mon siège, je vins m'asseoir à coté de la directrice. L'attrapant par la taille, je vins nicher ma tête dans son cou, la gratifiant de mon souffle chaud dans la nuque. Je ne savais pas où cette relation me mènerait, si un jour ou l'autre mon apprivoisement serait récompensé ou je devrais me résoudre à une vie où mes rêves ne seraient réalisés. Cette femme était montreuse... et j’avais follement envie d'elle. « Non. Ça ne sent pas bon là. » Comment ? Relevant la tête, je caressais sa peau de mes lèvres jusqu'à ce que je croise son regard pour la juger d'un air intrigué.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dead Master

avatar

Messages : 637
Date d'inscription : 12/03/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Master
★ Age : Plus que tout le monde, mais personne ne saura jamais combien précisément. Un petit indice, cela fait plus d'une dizaine d'année que je règne sur Undai Gakuen !
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Mer 20 Mar - 17:22

La vie était une chose terrible pour le commun des mortels, du jour au lendemain tout pouvait s’effondrer au point tel que plus aucunes de leurs bases ne soient debout, que leurs vies se transforment en survies … Mais cela ne s’appliquait malheureusement pas qu’à cette race inférieure. Les soucis de la vie pouvaient également m’arriver, je pouvais tout perdre en un claquement de doigts, c’était la raison pour laquelle je ne laissais rien de côté. Regardant à tous les détails pouvant chambouler mon quotidien jusqu’à me décider à détruire lesdits obstacles de cette vie. Que ce soit un homme, une femme, un enfant ou un vieux, si ils étaient néfastes, seule la mort était leur salut. Une façon de voir comme une autre, digne d’un meurtrier me diriez-vous, mais je ne m’en cachais pas. Je tuais et j’assumais. Avalant leurs âmes pour les stocker en moi, attendant le jour fatidique pour les relâcher. Et encore, relâcher ces âmes en les contrôlant.

- Effectivement... Une cellule unique c'est petit, j'aime avoir une sortie de secours au cas où. Même si avec vous rien ne passe inaperçu ~

Laissant un rire traverser mes lèvres à l’entente de ses dires, je me déplaçais ne serait-ce qu’un peu plus, optant pour la position de travers en signe d’intérêt vers sa personne. Mon regard croisant le sien, je ne pus que sourire de plus belle. Dupliquer pour ne pas en manquer. Tout le monde faisait cela, je ne pouvais lui en vouloir, au contraire. Au moins, en sachant cela et qu’elle me le dise si ouvertement, je pouvais en conclure -même si je le savais déjà-, que nous étions sur la même longueur d’ondes ~ Et quoi de mieux dans un couple ?

- Le clonage d'une cellule n'est pas compliqué en soi. Pourtant -comme vous devez déjà le savoir- je n'arrive à rien avec celle que j'ai... Elle meurt après quelques heures, ce qui n'est pas logique au sens propre et scientifique, vu que je devrais savoir la maintenir en vie ne serait-ce qu'une semaine de plus...

« Elle meurt après quelques heures » donc, ce qui voulait dire qu’elle avait « essayé » d’expérimenter le fonctionnement de celle-ci sur un être vivant. Puis-je lui rappeler la clause de notre contrat disant que j’interdisais totalement que ma cellule, qu’une partie de moi aide à soigner x et x personnes ? Tout le monde devait mourir un jour, que ce soit maintenant ou plus tard, « l’humain » avait signé ce contrat en naissant. Nous, du moins Akiha n’avait pas le droit de rallonger la vie des gens, que son sens de l’humanité soit plus qu’admirable, il n’en valait rien que ce n’était pas son rôle de permettre à qui que ce soit de vivre plus longtemps. Du moins, c’est ce que je pensais avant de lui accorder « cette cellule ». Et encore, à dire vrai, si je la lui avait accordée, ce n’était que pour rentrer dans ses grâces ~

Je devais avouer que je restais perplexe sur ses dires et ses non-dits, je me contredisais sur mes propres propos. Refuser d’aider mais accepter de donner la clé à quelqu’un voulant aider, mais cette personne n’était pas n’importe qui après tout … Et si je regardais la chose sous un autre angle, si une personne m’étant cher venait à risquer de mourir … n’aurais-je pas utilisé mon sang pour la guérir ? Maaah ~ Dans mon cas la question ne se pose pas, je n’aime que moi ~ Et bien même, autant Akiha que Yume étaient des êtres exceptionnels, aucune maladie ne pouvait les atteindre ~

Et dans un autre cas de figure ? Si Yume-Chan venait me supplier de venir sauver Kaïla, une fois que sa maladie l’aurait rongé … Que ferais-je ? Je ne saurais répondre pour le moment. Ma tendre Yume savait la technologie que j’avais entre mes mains, mais en même temps celle-ci savait Ô combien mon amour pour Kurayami-Chan était grand ~ Huhu, nous aviserions le moment venu ~

- J'aimerais que vous me donniez une indication. Je sais parfaitement que ma réussite risque de vous contredire, parce que vous savez pourquoi je voudrais l'utiliser... Je ne vais pas la faire, cela va de soi, mais... Je veux juste savoir si oui ou non, l'obstacle n'est autre que votre cellule ?

Levant un sourcil en me retenant de l’applaudir sur ses remarques, je ne sus que lui répondre par un sourire premièrement. Restant silencieuse alors que je sentais l’impatience de la réponse titiller Akiha, je ne comptais guère lui dévoiler tout mon savoir sur la question tant que je n’avais pas pesé le pour et le contre. Lui avouer que la cellule que je lui avais donné était incomplète serait un mensonge, elle était complète. Mais de là à dire qu’elle s’utilisait comme son apparence le présumait, je n’étais pas folle ~ Devrais-je peut être lui cacher et frôler l’ignorance en lui disant que je ne comprenais pas pourquoi elle n’allait pas, autant lui dire clairement que l’erreur venait d’elle, j’arriverai au même résultat. ~

Soupirant légèrement en fermant les yeux un instant, je laissais le silence s’installer, laissant le calme prendre place, cachant de sa présence l’impatience de ma tendre amante. Laissant échapper un rire doux en rouvrant les yeux, je me levais sans plus de modération -gardant mon délicat naturel- ;

- Maaah ~ Quelle franchise mon cœur, oser me tenir pour responsable d’un de tes échecs ~

Gloussant une fois de plus en me dirigeant vers ma bibliothèque, je regardais les livres entreposés dessus avant de me retourner, mains dans le dos, sourire aux lèvres. Devrais-je aller dans nos laboratoires pour lui expliquer le comment du pourquoi ? Non ~ La cuisine pouvait être utilisée, nul besoin d’avoir « des appareils spéciaux ». Et puis même, je n’allais pas m’arracher le bras pour le prendre comme exemple ~

Matérialisant dans mes mains une peluche quelconque, je lui arrachais le bras sans plus de cérémonie. La montrant à ma scientifique adorée, je pris place à ses côtés en enfonçant une aiguille dans le corps de ladite poupée. La laissant incrédule de mes actions, je décidais enfin à dire mot sur mes agissements ;

- Disons que cette personne est un être vivant, en lui injectant la cellule dans le cœur, nous rallongeons sa vie n’est-ce pas ? Mais la est l’erreur mon cœur ~ En lui accordant directement une chose dont il n’est habitué, le corps combat cette dite cellule, perçue pour lui comme un antigène ~ Mais la mort ne vient pas du corps en question, mais de la rection avec mon gène, ma puissance n’a certes pas de limite selon toi, en schématisant ce principe, tu comprendras qu’en me mettant devant un novice, il ne me faudra pas plus d’une seconde pour le tuer ~ Ma cellule est moi, le novice est le corps ~

Me penchant sur la peluche pour lui extraire l’épingle, je vins l’enfoncer dans sa jambe, expliquant que n’importe où celle-ci sera mise, le résultat sera le même. Injecter directement la souche chez autrui serait idiot ~ Gloussant une fois de plus en levant mes yeux vers Akiha, je me reculais cette fois-ci en faisant dématérialiser notre cobaye. Mais quel était donc le moyen de réussir si la formule donnée censée détruire ne faisait que tuer ? Ici, ce n’était qu’une question sur les deux, j’attendrai encore avant de dévoiler la deuxième clause du contrat ~

- Il te faudra donc trouver un moyen pour qu’en injectant la cellule, celle-ci ne tue pas « ton patient » mon ange ~

Me levant pour aller me chercher quelque chose dans la cuisine, je la laissais réfléchir sur le sujet en attendant mon retour. Allait-elle le découvrir en ce petit laps de temps ? Deux minutes pour sauver l’humanité ? Laissez moi rire ~ Revenant avec un soda en main et un plateau de fruits frais, je le déposais devant elle tout en me servant moi-même des quelques raisins se trouvant dessus. Jouant avec l’un deux avec ma langue, je mordis avant de lui répondre ;

- La reproduction est impossible ~ Si tu veux l’utiliser c’est en divisant l’originel, plaçant 0,1% de ce qui est mien dans un corps ~ Ce qui te donne en comptant correctement de soigner un peu beaucoup de monde, mais pas le monde entier. Tu n’es pas encore prête pour avoir la redevance du monde, mon cœur. Ton problème s’écoule donc en trois clés, la quantité, la manière et le temps ~

La quantité pour savoir combien celle-ci devra mettre dans un corps, la manière, où l’injecter, et finalement le temps, combien de temps cette personne vivra avec ~ La mort après la résurrection ? Une chose simple, la crise cardiaque, il est inutile de faire souffrir la personne une fois de plus … Bien que cela serait encore amusant. Oui, très amusant … Devrais-je modifier les principes même de cette cellule ? Huhu ~

____________________________

★ Dead Master ★:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    Jeu 21 Mar - 22:27

Mon impatience vibrait dans l'air tandis que j'attendais une réponse concrète à mon problème. Réponse qui ne se pressa guère à venir m'éclairer. Cette femme était une sadique, elle savait que j'étais frustrée dans cette ambiance, surtout après que j'eus déballé mes doutes sur la table sans prendre soin de modérer mes dires. Pourquoi l'avoir fait ? Peut-être que j'étais de plus en plus fatiguée de vivre dans un mode de mensonges et de profits ? Qui sait... Moi, je sais, mais je ne compte pas l'approuver aussi facilement, même à moi-même. Pour dire vrai, même si j'attendais une réponse, quand je la reçus enfin, j'aurais préféré ne jamais l'entendre.

- Maaah ~ Quelle franchise mon cœur, oser me tenir pour responsable d’un de tes échecs ~

Grimaçant sous son rire doucereux, je croisais les bras sous ma poitrine dans une pose contrariée. Un échec... Je détestais ce mot, et je m'en rendais encore plus compte de cela après que j'eus accepté l'emploi dans cette académie. Oui, depuis que j'étais là, j'essuyais échec sur échec... Toute fois, je n'en suis pas sortie perdante non plus, c'est pourquoi, je ne m'avouais pas vaincue dès ces mots sortis de sa bouche. « C'est toujours elle la fautive de nos contraintes ! » Je fis un non de la tête tandis que je suivais la directrice du regard. Non, mon sombre coté voulait faire ressortir ma haine au grand jour, sauf que je ne comptais pas blâmer Dead Master-Sama pour tout ce qui a bien pu m'arriver en ce laps de temps. J'étais moi aussi en tort pour beaucoup de choses dans cette histoire parsemées d'horreurs.

C'est avec un certain intérêt que j'écoutais les dires d'une Ayame maltraitant une peluche. Fronçant les sourcils sous ses dires de moins réconfortant, je ne pus empêcher une esquisse de sourire se dessiner sur mon visage tandis que mon ombre déballait des remarques plus dérisoires les unes aux autres. « Ha... Retour à la maternelle donc ! Heh.» ou encore « elle reste une monstruosité jusqu'à dans la plus petite cellule, quelle plaie. » Quelle plaie oui... Mais une affliction qui me rendait tout de même les choses un peu plus faciles, m'expliquant délibérément ce qui n'allait pas avec mes manipulations scientifiques. Restant tout de même perplexe à ses dires, je me sentais dupée. Si je n'étais pas aller fouiner dans les profondeurs de ce cadeau, jamais je n'aurais découvert le problème qui le régit, et mon ignorance aurait fait mon bonheur. Oui, j'étais en colère. Mais en même temps, j'étais soulagée de constater que non, je n'étais pas à l'origine de mon échec. Enfin si, mais qu'à moitié. Maintenant il ne me restait qu'à trouver une solution radicale. Chose qui risquerait de me prendre beaucoup de temps, n'est-ce pas Ayame ? C'était son but... Devrais-je abandonner ici et briser notre « contrat » ? Pas encore.

- Il te faudra donc trouver un moyen pour qu’en injectant la cellule, celle-ci ne tue pas « ton patient » mon ange ~

Je restais toujours avec le même rictus désappointé sur le visage tandis que mon hôte partit dans la cuisine pour rapporter un plateau de fruits avec elle. La laissant s'installer, fixant un point invisible devant moi, je ne daignais m'exprimer sur la question, mijotant mes idées au fond de mon esprit. C'était problématique. Comment faire pour ne pas tuer mais sauver, surtout quand je me retrouvais avec la cellule d'une femme ayant tous les pouvoirs et donc, m'empêchant d'arriver à mes fins ? Et même si j'aurais la solution, j'étais en peine de l'utiliser, vue que cela irait à l'encontre de notre accord. Non, je ressortais perdante dans tous les sens du terme, et cela me faisait bouillir de l'intérieur.

- La reproduction est impossible ~ Si tu veux l’utiliser c’est en divisant l’originel, plaçant 0,1% de ce qui est mien dans un corps ~ Ce qui te donne en comptant correctement de soigner un peu beaucoup de monde, mais pas le monde entier. Tu n’es pas encore prête pour avoir la redevance du monde, mon cœur. Ton problème s’écoule donc en trois clés, la quantité, la manière et le temps ~

Première pensée à l'unisson avec mon mauvais coté ? « Tout est possible » quand on cherche à parvenir à un but précis. Sauf que personne ne saurait dire combien de temps me faudrait-il pour y parvenir, et combien de victimes mourraient sous mes expériences entre temps. Je n'étais encore pas prête... selon elle. Et quand le lserai-je donc ? Quand elle se lasserait de moi ? Ou quand je saurais l'approcher de sorte à ce qu'elle me donne tout ce dont j'ai envie ? Aucun des deux. J'allais y parvenir par mes propres moyens. Je ne savais pas encore comment, mais j'allais faire en sorte que cela se passe comme je l'aurais voulu. Quitte à tout laisser derrière moi sous des ruines. J'étais si près du but mais si loin en même temps, c'était invivable. Tellement que je sortis de mes sombres pensées avant de tomber en dépression. Arrêtant de tapoter mon indexe sur l'accoudoir, je me levais de ma place, un sourire ravageur sur les lèvres. Larguant une seconde Ayame de mon regard insistant, je laissais échapper un rire amusé avant de m'installer sur ses genoux prenant sa tête entre mes mains.

- Vous êtes cruelle à me compliquer la vie de la sorte. Devrais-je vous le faire payer à ma manière ? ~

Un rire cristallin sortit d'entre mes lèvres, vite étouffé par le contact de celles de ma tortionnaire. Un sourire malicieux sur le visage, je laissais mes mains se balader sur les formes généreuses de cette magnifique créature, tout en sentant mes pulsions et envies prendre le dessus. Ce qui était le plus étrange dans mon comportement à cet instant ? Ce devait être mon mauvais alter-ego qui ne disait rien sur mes agissements, tellement il était agacé. Ce qui me donnait toute la liberté d'assouvir mes besoins premiers. Quelle meilleure solution de décompresser que les pratiques sexuelles. Me relevant soudainement de ses genoux, je larguais sa silhouette débraillée par mes soins avant de l'attraper par la main et l'attirer jusqu'à moi. Soufflant à son oreille quelques paroles amusées, je la traînais déjà dans sa chambre.

- Cela vous dérangerait-il de coucher avec moi alors que les chatons sont à coté ? Moi pas ~ Mais je préférerai que l'on joue dans un semblant d'intimité ~

Badinant ainsi avec sa personne, il ne nous fallut pas plus longtemps pour arriver dans sa chambre. Nous avions pris encore moins de temps pour nous allonger sur son lit, chauffant l'ambiance sous une intensité passionnée. Et ce qui se passa par la suite... Restera dans cette chambre.
Pour ce qui est des chatons? C'est une autre histoire ~

END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Un, deux, trois, tu seras ma proie ! ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Un, deux, trois. Mickey, Donald et moi ♫
» Un, deux, trois : TA GUEULE ! [PV Arth]
» Un deux trois quatre cinq six sept... Québec !
» Un, deux, trois, nous irons au bois [PV Kazeigan]
» Un deux trois, trois p'tits chats...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Cour-