AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Mar 13 Nov - 0:31

J’étais une déesse, je valais mille fois ce que tout homme réuni était. J’étais la meilleure, j’étais parfaite, frôler la perfection n’était pas satisfaisant à mon niveau, non, j’étais au-dessus de cela, au-dessus de tout et c’est avec tant d’insolence que je marchais la tête haute. Parcourant les couloirs pour rejoindre ma salle de classe, je ne fis pas la sourde oreille quand mes chers camarades me saluèrent, d’un signe de la tête accompagné de mon éternel sourire, je leur répondis avec la douceur du monde. Ils allaient faire partie de mon avenir, ces plantes décoratives sont là pour décorer mon château, elles étaient là pour plaire à ma vue et sachez qu’une défaillante n’était guère permise dans mon entourage. Après tout, quand on est belle, à quoi cela servait-il de rester avec des laiderons ? Tacher sa réputation, pourrir son aura de leurs présences belliqueuses et peut être même risquer de me tuer les poumons en respirant le même air qu’eux ? Jamais, ils étaient inférieurs et moi, moi j’étais tout.

Prenant place à mon bureau, je rangeais mes affaires sous les yeux avisés de mes camardes, si leur but était de chercher des défauts à ma personne, ils pouvaient encore me fixer longtemps en vain. Oui, Dieu était parfait, et je l’étais. Mais ce jour là, ma perfection en prit un sacré coup, je ne rentrerai pas dans les détails vis-à-vis de cet instant de ma vie. Disons plutôt que des gens plus forts ont profité de ma personne, du rang de tortionnaire, j’avais acquis celui de victime … honteux n’est-ce pas ? Oui, les premiers jours, mais cela me passa rapidement, tellement rapidement que cette défaite me rendit plus forte dans le sens qu’en plus de vouloir trouver une Mamina, j’avais une personne à égorger. La miauleuse en rut … cette chère Aria qui, par et pour je ne sais quelle raison avait interféré la programmation de mon rendez-vous avec Kaïla en m’enfonçant des … choses dans le corps. Non, ce n’était pas celles-là que je préférais, j’avais des penchants plus sur les choses … plus douces, plus souples et moins … moins tranchantes. Mais ni mes envies, ni mes goûts étaient le sujet de mon débat, mais plutôt ce qui m’arriva par la suite.

C’est une semaine ou peut être plus que je me réveillais après l’attaque subite par la catin, bandée de partout, si il me restait des trous pour respirer et voir quelque chose c’était formidable. Mais là n’était pas ma plus grande douleur, mais plutôt celle de me retrouver devant deux visages méprisables pour ma personne me fixant avec tendresse. Ces satanés parents qui, quand leur fille tombait trop et se faisait trop mal, devait se faire ramasser, ce genre de parents qui n’étaient là qu’aux pires moments en omettant de se montrer présents lors des petits instants que j’aurais tant voulu partager avec eux. Des imbéciles qui me prenaient toujours pour la chère petite Naoko, frêle et fragile …

- Naoko-Chan, Oka-Sama va rester avec toi le temps que tu guérisses, Oto-Sama lui, doit déjà nous quitter. Tu n’es pas triste n’est-ce pas mon ange ? Oka-Sama s’occupera bien de toi.

Une mère, pouvait-on seulement appeler cette femme ainsi ? En pensant que c’était cette femelle qui m’avait mise au monde, comment une telle horreur pouvait créer quelque chose d’aussi magnifique que ma personne ? Le monde était fou, et malheureusement il n’y avait pas de remède pour se faire réparer pour le moment, mais une fois reine, je saurai y remédier. Toutes maladies, tous défauts, tout cela sera banni de la nouvelle terre se dessinant dans mes desseins. Cette maison brûlera avec mes chers parents dedans, mon enfance torturée s’envolera, seul l’arbre sous lequel je me prélassais avec Mamina persistera dans cet endroit. Oui, un rêve bien enfantin vous allez me dire, mais un jour viendra où vous me supplierez tous que je vous donne grâce de vos pêchers. La mort n’était-elle pas belle venant de la part d’un être supérieur ? Je n’en doute pas un seul instant, si je devais mourir maintenant, c’était de celle qui surplombe tout l’univers, Dead Master-Onee-Sama sera ma seule délivrance dans ce monde ~

Et c’est donc sur ces pensées absurdes que ma covalence commença réellement, je ne saurais déterminer combien de temps je suis restée chez moi et encore combien de temps il m’eut fallut pour retrouver équilibre et aisance gestuelle. La douleur s’estompa grâce aux médicaments et les douceurs féminines que m’apportaient les femmes de ménage, l’envie prit le dessus sur la colère et mon monde d’égocentrisme ne faisait que tourner à merveille en attendant avec impatience mon retour à Undai. J’eus même la chance d’avoir un appel de la directrice, me demandant comment je me portais et quand je comptais rentrer dans son institut qui était à présent mon unique résidence. Sa voix me rendait toute chose … sa voix me … Je l’aimais tellement, mais j’en avais tellement peur que l’excitation à l’adrénaline me faisait jouir de plaisir en y pensant. Dead Master ~

Aujourd’hui était le grand jour, le jour de mon retour et le jour de mes retrouvailles avec ce monde. Mère s’était enfin détachée de moi pour retourner auprès de mon cher Père, de son aisance déconcertante, elle changea ses priorités en me mettant sous la tutelle d’une quelconque femme dont j’eus la chance d’avoir comme nourrice les deux dernières années que j’ai passé à la résidence familiale. Une femme rigide qui ne m’appréciait pas plus que ça et dont la laideur me repoussait. On s’aimait autant l’une que l’autre, n’était-ce pas magnifique ? A s’en tordre de rire oui. Me retrouvant devant le pont reliant Undai au monde extérieur, je souriais en voyant l’infrastructure de l’école se dessiner sous mes yeux, Undai, ma chère Undai ~

Il ne fallut pas un instant de plus pour que ma boucle scintille de sa couleur azurée et que je pose le pied au sol, laissant la femme inutile (afin qu’elle soit utile) se charger de déposer mes affaires aux dortoirs, je courrai avec entrain en direction du bureau de la directrice. M’arrêtant devant la porte de celle-ci, je frappai à la porte une première fois, prête à signaler mon retour à cette femme qui me faisait terreur et envie. Une deuxième fois avec un peu plus d’insistance pour finalement abandonner en posant la main sur la clenche, ouvrir la porte et jeter un coup d’œil dedans … Elle n’était pas là. Déçue, je me promettais de revenir plus tard, oui, je devais lui faire part de ma présence, après tout, n’étais-je pas spéciale ? Évidemment, j’étais parfaite.

Longeant les couloirs en direction de la réception, je me déposais sur le bureau en m’asseyant sans plus de ménagement sur le rebord de celui-ci, laissant balancer mes jambes dans le vide, je regardais par dessus mon épaule celle qui avait l’air outrée premièrement par ma présence et deuxièmement, avant que son regard ne change en quelque chose de plus mignon, plus gênée peut être … adorable. D’un rire rempli de sous-entendu, je me penchais directement dans sa direction afin de lui murmurer x et x choses dont nous étions les seules concernées. Mais mon plaisir prit vite fin quand une personne tierce s’approcha de nous, sans doute pour demander je ne sais quoi à ma chère réceptionniste. Regardant ladite personne s’approcher de nous, mon sourire s’étira en voyant que celle qui me faisait face n’était autre que la psy de l’école, cette folle qui soi-disant torturait ses élèves à coup de mots fraîchement révélateurs. Sousei si je ne m’abuse ? Descendant du bureau, je me penchais dans un premier lieu devant elle, pour finalement prendre la parole et lui demander d’un ton mielleux :

- Sousei … Sousei-Onee-Sama. Puis-je vous parler dans votre office ? J’aimerai que … vous m’aidiez pour certaines choses que je ne préfère pas dévoiler à haute voix ici, si vous avez le temps pour, il va de soi ~

D’un petit sourire timide, je posai mes mains dans mon dos en attendant avec une impatience folle qu’elle réponde positivement à ma demande. Sousei hein ? Une femme que je voulais connaître pour … Maaah, cela vous le découvrirez bien vous-même ~

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Dim 18 Nov - 14:02

Aujourd'hui était un jour magnifique : Le temps était superbe, ma nuit avait été des plus douces et il y avait nombre d'élèves que j'allais pouvoir terroriser, ayant obtenu de la directrice - en récompense de mon travail acharné - un unique mais fabuleux jour de repos.
Pouvoir me consacrer entièrement à mes premières années, voir couler les larmes sur leurs joues et la colère dans leurs veines, c'était ce que je souhaitais plus que tout au monde et j'allais profiter de tout ce temps que l'on m'octroyait pour m'y atteler avec soin.
Ah ! Tempus rerum imperator ! Temps, maître de toute chose, me laisseras-tu cultiver ce jardin que Deady Sama tente courageusement de préserver ? Je n'obtins évidemment aucune réponse et ayant quelques convocations à annoncer, je me dirigeais directement vers la réception au lieu de rejoindre mon cabinet comme à mon habitude.

Arrivée dans le hall, je m'approchais de la réceptionniste, la salua à peine et lui tendit le document sur lequel j'avais noté le nom et prénom des élèves à convoquer sans rien lui dire.
Elle savait très bien ce qu'elle avait à faire. Elle s'empressa donc d'allumer son micro et de faire retentir sa voix dans l'ensemble des pièces de l'établissement, énonçant d'une voix neutre les horaires des entretiens sans oublier d'omettre à chaque fois le nom d'un élève et sa classe.
Je ne pouvais, malgré moi,m'empêcher de jubiler en imaginant la tête de ses insectes à l'annonce des convocations mais je fus interrompu dans ma jouissance par une petite tête blonde que je ne connaissais que trop bien :

- Sousei … Sousei-Onee-Sama. Puis-je vous parler dans votre office ? J’aimerai que … vous m’aidiez pour certaines choses que je ne préfère pas dévoiler à haute voix ici, si vous avez le temps pour, il va de soi ~

Mon sourire s’agrandit. Mais que pouvait bien me vouloir cette frêle chose ? Et d'ailleurs depuis quand était-elle revenue à Undai ? Si je me souvenais bien, elle avait du faire face à la colère d'une autre élève ... Quel était son nom déjà ? Mah peu importe. La question était de savoir ce qu'elle faisait ici et ce qu'elle voulait de moi. Aussi, je me penchais vers elle, approchant délicatement ma main de ses soyeux cheveux de catin pour y plonger mes fins doigts et les laisser glisser dans toute cette blondeur obscène, me soulevant le cœur.
Certes j'avais quelques affections pour cette demoiselle qui avait su tourmenté l'élève la plus victimisée de toute l'histoire d'Undai Gakuen mais elle restait cette créature lubrique et écœurante qui sautait tout ce qui bougeait sans aucun remord.

-Que me veux donc cette chère Naoko Oshima ? Devrais-je annuler l'un de mes entretiens pour ma prometteuse élève ? Mah mah, je pense pouvoir me libérer d'une heure ou deux ~ Attends donc moi là, jolie colombe


Je porta mon attention de nouveau sur la réceptionniste et lui demanda poliment de bien vouloir reporter mon premier rendez vous à 18h avant de tendre ma main vers mon étudiante et de l'entraîner avec moi dans les couloirs de l'établissement, sans plus attendre.
Je profitais de notre court déplacement pour la questionner sur sa convalescence et son retour à l'Académie puis ouvris la porte de mon bureau avant de l'inviter à entrer et de la refermer derrière nous, sans pour autant la faire disparaître. Il ne s'agissait là que d'une invitation à discuter calmement, cela ne nécessitait pas de précaution particulière et de toute manière, je ne m'en prenais jamais aux élèves les plus prometteurs, sachant pertinemment qu'ils seraient ceux qui supporteront fidèlement la directrice.

Je m'assis rapidement sur mon confortable fauteuil, donnant un unique coup de pied pour le faire tourner plusieurs fois sur lui-même avant de l'arrêter d'un autre coup de talon, en ricanant joyeusement.
Ce fait je reportais mon attention sur mon invitée et l'invita à s'asseoir sur le divan à côté de mon bureau d'un léger geste de la main.
J'étais heureuse de pouvoir discuter de si bon heure, en si "bonne" compagnie. Je faisais effectivement face à l'une des légendes de Undai, celle qui passait son temps à dévorer toutes les demoiselles attrayantes sur son chemin sans oublier d'en tourmenter une bonne partie et dieu seul savait à quel point le tourment et la discorde faisait mon plaisir.
J'attendis que la frêle blonde ne prenne place pour lui demander, gaiement :

-Alors que puis-je pour toi, jolie colombe ?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Lun 19 Nov - 14:15

Un rire saugrenu, peut-être attractif pour certains et repoussant pour d’autres, les humains étaient des créatures plaisantes et rien que pour leurs survies, je tuerai avec plaisir ceux qui désireraient les exterminer. Me lever contre Dead Master-Sama ? Jamais, elle était du bon côté, elle voulait le bonheur des autres, elle était magnifiquement aimable, pleine de bonté … une vraie Marie-Thérèse, Dead Master-Onee-Sama était la déesse de la bonté. Rien qu’à penser qu’un jour je rentrerai dans ses grâces me rendait toute chose, rien que penser qu’elle eut la gentillesse de m’appeler lors de ma convalescence … Dead Master-Sama, je suis votre. Kufkufkuf ~ Mais ce moment ne pouvait pas être conjugué au présent, j’étais encore trop jeune, trop enfantine pour être vraiment quelque chose d’utile pour cette puissance. Un jour, un jour elle remplacera peut-être Mamina. Oui, Dead Master pouvait convenir pour être ma nouvelle Mamina. Mais allait-elle l’accepter ? Allait-elle m’accorder ce désir d’amour que je voulais tant d’elle ? Je ne savais quoi dire sur le sujet, après tout … N’avait-elle pas déjà tant de monde à ses côtés ? Akiha, Akiha-Onee-Sama, cette chienne qui léchait les bottes de la directrice ou encore son adorable toutou, Yume-Onee-Sama qui elle, elle restait elle. Mais que faire ? Moi qui suis si parfaite, pourquoi ne puis-je acquérir aussi vite ce que je convoite tant ? Pourquoi devais-je continuer à errer dans ce monde alors que mon trophée était hors de ma portée ? Un objet, une femme, un amour, pour moi qui deviendrai reine, cela ne sera qu’un plus dans ma vie que d’avoir un Dieu comme épouse non ? Maaah, Dead Master-Sama ! ~

-Que me veux donc cette chère Naoko Oshima ? Devrais-je annuler l'un de mes entretiens pour ma prometteuse élève ? Mah mah, je pense pouvoir me libérer d'une heure ou deux ~ Attends donc moi là, jolie colombe.

C’est après l’avoir attendue un court instant que je laissais mes pensées de côté pour m’engager à ses côtés dans les couloirs, durant ce court parcourt, elle me demandait brièvement comment s’était passée ma réhabilitation. Il est vrai que j’avais frôlé la mort, mais comment la vie aurait-elle osé emporter une créature si magnifique que moi de ce monde ? Même la mort me trouvait trop belle et trop parfaite pour me voler, les enfers ne m’étaient guère destinés, le paradis sera celui que je cultiverai sur terre et il ne me fallait que du temps pour, et par une chance incroyable, j’avais ce temps justement. C’est donc ainsi que je lui expliquais que j’étais rentrée chez moi pour me soigner, qu’après un long repos j’étais sortie de cette cage pour retrouver Undai de toute ma grandeur, d’un sourire charmeur j’avais fait mes premiers pas, d’une main douce, j’avais caressé la gloire qu’allait m’apporter cette école et que si j’étais là, ce n’était pas pour moisir dans un creux de cet institut. Oui, Undai était et allait être mon royaume, le premier lieu sous ma gouvernance et c’est en prenant mes aises dans le bureau de la psychiatre que je me relâchais en soupirant de bien aisance.

-Alors que puis-je pour toi, jolie colombe ?

Croisant les jambes en me redressant légèrement, je vins déposer mes coudes sur mes genoux avant de soupirer doucement tout en fermant les yeux. Affichant un petit sourire avant d’aborder un air sérieux sur le visage, je plongeais mon regard dans celui de la femme se trouvant devant moi avant d’afficher avec la plus grande des délicatesses un sourire rayonnant. Elle était donc ça ? Maaah, si on me l’avait dit sans la voir, je n’y aurais jamais cru. D’un mouvement de la main pour faire valoir ma voix mielleuse, je commençais premièrement par lui expliquer que si j’étais là, c’était plus pour savoir qui était cette femme, plus que pour parler de mes problèmes personnels, problèmes insignifiants pour une future reine non ?

- Disons que je m’intéressais à vous, vous n’avez pas la meilleure des réputations à Undai … Une psychologue complètement folle appelée « le crapaud baveux » ou la fanatique de la directrice, mon cœur balance. Mais ne soyez pas outrée de mes paroles, ce ne sont que des dires de personnes insignifiantes, après tout, nous sommes peut être bien les seules à Undai à reconnaître la valeur de Dead Master-Sama ~

Oui, les autres n’étaient que des vipères jetant leurs venins à qui voulait bien être infecté. Mais moi, moi j’étais splendidement intelligente pour ne pas me laisser avoir, moi j’étais différente, spéciale et si … parfaite.

- Je me sens confuse, elle est si belle, si parfaite, si grande mais ses choix me laissent perplexes. Pourquoi se coltiner un chiot mouillé et une catin du dimanche ? Dites moi Sensei, pourquoi n’est-elle pas mieux accompagnée ? Cela me blesse de voir cette personne si parfaite s’entourer de déchets. Sensei, croyez-vous qu’elle … qu’elle puisse ne pas être celle que je crois qu’elle est ?

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Lun 19 Nov - 15:10

- Disons que je m’intéressais à vous, vous n’avez pas la meilleure des réputations à Undai … Une psychologue complètement folle appelée « le crapaud baveux » ou la fanatique de la directrice, mon cœur balance. Mais ne soyez pas outrée de mes paroles, ce ne sont que des dires de personnes insignifiantes, après tout, nous sommes peut être bien les seules à Undai à reconnaître la valeur de Dead Master-Sama ~

Allons donc, les étudiants de cette Académie ne savait plus quoi inventer pour me porter préjudice. Je comprenais tout à fait qu'ils n'aient plus que leurs mots vilains et faux pour noyer toute cette peine que je leur avais apporté. La critique facile était de toute façon la meilleure arme des faibles et je ne pouvais pas leur en vouloir de se débattre un peu. Cela rendait leurs existences d'autant plus palpitantes et ravivait la mienne par la même occasion.
Je contemplais mon élève, fraichement revenue et pleine de vie qui abordait là le sujet le plus profondément intéressant et je ne pouvais m'empêcher de ressentir un peu d'affection pour cette chose aussi immonde que délicate alors qu'elle ouvrait de nouveau la bouche :

- Je me sens confuse, elle est si belle, si parfaite, si grande mais ses choix me laissent perplexes. Pourquoi se coltiner un chiot mouillé et une catin du dimanche ? Dites moi Sensei, pourquoi n’est-elle pas mieux accompagnée ? Cela me blesse de voir cette personne si parfaite s’entourer de déchets. Sensei, croyez-vous qu’elle … qu’elle puisse ne pas être celle que je crois qu’elle est ?

Ce que Deady Sama était ? Ce qu'elle avait toujours été : La dame véritable, divine et élégante qui accordait à nous, pauvres créatures insignifiantes, un soupçon d'espoir quand à notre avenir.
Ce que nous pouvions espérer de notre vie ? Soulever cette femme fabuleuse aussi haut qu'il nous est possible et la soutenir, pour que de tout la haut sa puissance puisse éblouir les hérétiques fous et désespérés, n'attendant rien qu'une apparition, une seule de notre idole dans toute sa splendeur.
Devait-on se méfier d'une divinité victime de "on-dit" aussi sournois que futiles ? Je ne crois pas.
Aussi je me levais gracieusement, m'approchant de cette frêle fidèle pour m'agenouiller devant elle à sa hauteur et saisir délicatement ces mains fines et tièdes de fillette dans les miennes, mon sourire le plus tendre au bout des lèvres.

-Mah, mah, nous nous devons d'avoir confiance en Deady Sama. Ces choix sont justes et censés, nous en ignorons simplement les conséquences et l'étendue. Et s'il s'avérait qu'elle se soit trompée alors nous nous devons d'être la à ses côtés pour mieux l'encourager à rattraper ses erreurs et à se hisser plus haut encore, pour dominer toutes ces choses futiles et vaines qui s'entêtent encore à lui cracher leurs venins.

Je me redressais gracieusement et m'approchais de ma fenêtre les bras croisés sur la poitrine, méprisant de mon regard chacune de ses bestioles putrides qui erraient au beau milieu du parc sur lequel mon bureau donnait, sans but, aucun. Toute cette vermine qui d'ici peu serait décimer par mes chiens trop influençables ou leurs camarades toujours si bestiales. Cette masse informe de poussières qui serait bientôt balayée pour mieux périr dans l'ignorance la plus totale. Oui ~ Ces petits agneaux naïfs et pathétiques servant de repas à des loups trop affamés ... Tout ce petit monde qui sombrera et alors Undai Gakuen reconnaîtra sa gloire la plus brillante ~
Je me retournais vers mon interlocutrice et lui adressa un plus léger sourire avant que ma voix mielleuse ne ronronne à nouveau :

-Mah, mah, j'allais en oublier mes bonnes manières. Désires-tu une collation ? N'hésites pas, je me ferais un plaisir de te servir une délicieuse friandise ~


Un thé pourrait très bien faire l'affaire et quand à l'accompagnement, une fondante tarte au citron serait certainement plus que bienvenue. Oui, la collation idéale pour une Lady~
Et alors que je la servais, je ne pu m'empêcher de me demander si la demoiselle avait quelques nouvelles de ce petit animal blessé que j'avais pris grand soin de terrifier, il y a plusieurs semaines de cela, sans jamais la revoir. Cette Kurayami, ma plus misérable étudiante, qui n'avait apparemment pas franchement apprécier notre petit entretien et dont j'aurais aimé pouvoir requérir une nouvelle fois la présence, malgré mon emploi du temps chargé. Il faut dire que son malheur faisait mon plus grand bonheur ~

-Je suppose que vous connaissez bien, Mlle Kurayami ? Elle avait l'air de vous être très intime à ce que j'ai pu comprendre lors de notre petit tête-à-tête ... Allez savoir pourquoi, aucun mot à votre sujet n'a su trouver de chemin entre ses lèvres et je dois dire qu'à part plusieurs blasphèmes portés contre notre chère directrice et moi-même, je n'ai pas obtenu grand chose de cette jolie bouche. Mais quant à ses gémissement, je dois dire que je n'en ai jamais entendu de plus mélodieux ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Lun 19 Nov - 22:31

Le doute me rongeait alors que l’incapacité de faire quelque chose ayant assez de puissance pour détourner le regard de la directrice me glaçait le sang, pourquoi eux … Oui, pourquoi eux et pas moi ? N’était-ce pas la directrice qui m’avait invitée à Undai ? N’était-ce pas elle qui avait répondu à mes questions alors que j’étais dans le néant le plus total ? Sa douce voix, je m’en rappelais encore la première fois que je l’avais entendue lors de notre conversation téléphonique, elle qui m’expliqua la raison de son statut, le but qu’elle comptait acquérir et finalement … finalement pour que je me prenne un mur en voyant ce qu’il lui servait de divertissement dans cet institut. Outrée, j’avais été outrée de voir tant de bons à rien alors qu’elle n’avait qu’à demander, pour que je sois à ses côtés.

-Mah, mah, nous nous devons d'avoir confiance en Deady-Sama. Ses choix sont justes et censés, nous en ignorons simplement les conséquences et l'étendue. Et s'il s'avérait qu'elle se soit trompée alors nous nous devons d'être là à ses côtés pour mieux l'encourager à rattraper ses erreurs et à se hisser plus haut encore, pour dominer toutes ces choses futiles et vaines qui s'entêtent encore à lui cracher leurs venins.

La confiance, je l’avais. Cette femme que j’admirais tant mais qui m’effrayait tout autant, cette femme puissante dont tout désir était servit sur un plateau d’or, une femme hors de notre temps dont l’appellation d’humain serait minime en vue de sa grandeur. Dead Master, Ayame-Sama … je devais avoir confiance en vos choix, si elles étaient là pour vous, ce n’était que parce qu’elles étaient puissantes et que d’une manière digne de vous-même vous aviez réussi à les apprivoiser, ces chacals sauvages en réclamant qu’amour et savoir de votre part. Indigne de votre service, mais je devais m’y faire, le moment venu, je me hisserai au plus haut à vos côtés et les exterminerai sans la moindre once de pitié. Des mains douces me saisirent, alors qu’elle m’adressait un fin sourire amical, je le lui rendis sans en demander plus, Sousei-Sama était une personne digne d’être l’employée de la directrice, elle connaissait sa valeur et c’est sans doute ce qu’il me plut le plus dès ses premiers mots, elle ne se cachait pas derrière de faux semblant, elle serait parfaite à nos côtés. J’en ferai une duchesse, que dis-je, une princesse servant avec fierté sa reine et mon épouse future, oui, je voyais déjà un grand dessein pour cette personne qui m’était tierce il y a de cela quelque mois d’ici.

-Mah, mah, j'allais en oublier mes bonnes manières. Désires-tu une collation ? N'hésites pas, je me ferais un plaisir de te servir une délicieuse friandise ~

Tout en se relevant pour me demander cela, je lui répondis positivement d’un signe de la tête, il était vrai qu’une conversation sans thé n’en était pas une, entre femmes de la haute société, il allait de soi que ce détail était primordial. En parlant de cela, en faisait-elle partie ? Elle avait de bonnes manières, une voix disant et montrant son savoir de la communication et puis … Elle avait l’air d’une vraie Lady, que ce soit sa gestuelle ou le reste. Sousei, vous m’intéressez, dites-moi, qu’êtes-vous au juste ? Ce fameux crapaud baveux ou une catin voulant se faire Ayame-Sama ? Non, je vous verrais dans de plus belles grâces, comme voulant … Je ne saurais quoi dire, vous êtes perturbante pour ma personne si jeune. Maaah, le temps et mes recherches m’en diront sans doute d’avantage sur vous.

-Je suppose que vous connaissez bien, Mlle Kurayami ? Elle avait l'air de vous être très intime à ce que j'ai pu comprendre lors de notre petit tête-à-tête ... Allez savoir pourquoi, aucun mot à votre sujet n'a su trouver de chemin entre ses lèvres et je dois dire qu'à part plusieurs blasphèmes portés contre notre chère directrice et moi-même, je n'ai pas obtenu grand chose de cette jolie bouche. Mais quant à ses gémissement, je dois dire que je n'en ai jamais entendu de plus mélodieux ~

Laissant un léger rire traverser mes lèvres, je me penchais légèrement sur mon dossard pour laisser ma tête se reposer sur le tissu du fauteuil, fixant la jeune femme avev ambiguïté, je me décidais à lui répondre sans plus tarder par un « N’est-ce pas ? » avant d’enchaîner ma tirade sur mon aventure des plus délicieuses avec Kurayami-Onee-Sama.

- A présent cela n’a plus beaucoup d’importance, disons que j’ai eu le plaisir de découvrir mille et une chose au sujet de Kaïla-Onee-Sama. Si elle n’avait pas été le louveteau de Yume-Sama, peut être qu’elle serait à présent plus docile. Il eut beaucoup de complications à notre affaire et c’est sans doute en m’attaquant à un trop grand poisson que je me suis retrouvée dans un état tel que ma survie relève du miracle. Je crus entendre que vous aussi et ma chère Onee-Sama aviez eu … une discussion tierce ?

Décroisant les jambes en me levant, je demandais du regard si je pouvais faire moi-même le thé, suite à une réponse je me dirigeais vers ce qu’il semblait être un petit plan de travail pour commencer ma besogne tout en parlant. Plaçant des tasses, allumer la bouilloire et préparer ce qu’il y avait à préparer, je laissais chantonner ma voix d’une manière subtile tout en déclarant avec un calme fou :

- Si vous l’auriez vu jouir autant que j’eus la chance de l’entendre, vous comprendriez mon intérêt pour cette créature. Mais évidemment, je ne crois pas que j’aurai la chance de retenter ma chance. Malheur quand tu nous tiens, me voilà seule à présent dans ma chambre. N’est-ce donc pas si malheureux de laisser une jeune enfant à la portée d’une nuit sombre et hostile ?

Déversant le liquide chaud dans les tasses, je servis en premier la jeune femme avant de reprendre place sur le divan, croisant les jambes tout en soufflant doucement sur le thé chaud, je goûtais des lèvres une première fois avant de prendre un fine gorgée de peur de me brûler la langue. Si vous saviez à quel point elle m’était utile, vous ne me charrierez pas en me disant que je suis une petite nature, la perfection se mérite pauvres imbéciles. Mais je n’y arriverai sans doute pas seule, pas maintenant et bien que ma puissance augmentait rapidement, celle de Kurayami décuplait également trop vite. Dieu, n’est-ce pas immonde qu’un objet dépasse celui qui joue avec ? Disgrâce.

- Que penseriez-vous d’avoir une élève sous votre tutelle ? Accorderiez-vous à mon humble personne de vous nommer comme son précepteur ?

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Lun 19 Nov - 23:02

Je jubilais. Oui, j'outrepassais mes propres règles en encourageant de tels comportements de débauche mais allons, le sexe lui-même faisait parti des stratagèmes de la discorde et de ce fait pouvait montrer au monde une face acceptable. Et puis, cette fillette me plaisait vraiment ! De la courtoisie, de la grâce et un sadisme délicieux, voilà le genre d'élèves qui se démarquaient du lot et réussissaient dans la vie, juste parce qu'ils étaient là et que nous les savions simplement présents à nos côtés. Les étudiants prometteurs étaient ce genre d'individus : nous les connaissions tout simplement et en soit c'était déjà un fabuleux exploit !
De plus, ce qu'elle me contait de cette Kurayami me ravissait, alors oui, elle attirait ma sympathie.
Alors cette catin avait bien laissé son corps entre les mains d'une gamine ? C'était encore plus jouissif et répugnant que je ne le pensais. Ah, que le monde pouvait bien se tromper en admirant ce déchet et quelle erreur n'avait pas t-il fait de s'en prendre à cette charmante tête blonde, plus serviable que mille d'entre eux !

Je regardais Oshima préparer docilement le thé et ne pouvais m'empêcher de lui adresser mon sourire le plus affectueux. Ce petit bout de chose était exceptionnel et pour une fois - depuis bien longtemps - dans le bon sens du terme. Quel n'avait pas été mon mal de ne pas l'avoir invitée plus tôt. Heureusement je me rattrapais aujourd'hui et me régalais de ses paroles venimeuses comme il se le devait.
Si seulement ma petite vermine était présente parmi nous pour partager le thé et ces croquantes histoires, je suis certaine qu'elle serait la plus ravie et demandeuse de détails.
Mah, mah, c'est fort dommage mais nous devions nous passer de sa présence particulière. Espérons que le thé pour lequel je n'ai guère d'amour, me console de cette tragédie plus grande encore que ma longue séparation avec Ayame Sama ... Bon, d'accord, ma peine n'était pas à ce point incommensurable et je devais bien avouer que je pouvais me passer de son odeur fétide.
J'acceptais poliment la tasse que l'on me proposait mais ne m'empressais pas d'y poser mes lèvres, trop peu friande de cette boisson si peu goûteuse qu'était le thé. De toute façon, j'étais beaucoup plus intéressée parce que pouvais dire mon élève que par le contenu de l'objet :

- Que penseriez-vous d’avoir une élève sous votre tutelle ? Accorderiez-vous à mon humble personne de vous nommer comme son précepteur ?

Voilà une proposition qui valait réflexion ~ Il était vrai que j'avais grandement besoin de quelqu'un pour m'aider dans ce grand ménage que je faisais parmi les premières années et que ces petites mains tièdes et potelées pouvait m'être d'un grand secours. Mais pouvais-je leur faire confiance ?
Je reposais ma tasse sur mon bureau sans l'entamer et entremêlais mes doigts avant de me plonger dans une courte mais profonde réflexion.
Oshima était l'une des fidèles de Deady Sama : De ce fait elle n'avait pas de raison d'aller à l'encontre de mes décisions, étant moi-même tournée vers la gloire d'Undai Gakuen et c'était là une raison valable de la prendre sous mon aile. Mais les enfants de l'Académie était souvent des plus lunatiques et imprévisibles et j'aurais à me méfier des vilains tours qu'elle pourrait me faire. En même temps ...
Je lui jetais un coup d’œil intéressée et portait enfin ma tasse à mes lèvres, goûtant avec un haut-le-cœur le liquide pour mieux annoncer ma décision.

-Mah, mah, jolie colombe, tu as la langue bien pendue et de la suite dans les idées. Je me demande si je peux vraiment d'accorder ma confiance car il est vrai qu'en ces temps de troubles, je devrais me méfier ... Mais allons, si tu venais à me faire défaut, il me sera plus que facile de t'éliminer ~ Laissons donc de côté les aprioris et fais en sorte de me servir comme le plus fidèle des cerbères.

Je sortais de mon bureau une feuille vierge que je m'empressais de remplir à l'encre rouge avec soin avant d'y apposer ma signature et de la tendre - ainsi que ma plume - à mon interlocutrice qui promettait de faire des merveilles rien qu'en affichant son beau sourire d'enfant.

Moi, Sousei Seiki, connue sous le nom de Discorde, je prends officiellement sous ma tutelle, Naoko Oshima, élève d'Undai Gakuen, ici présente en ce beau matin d'Automne et lui promet protection et savoir, en contrepartie de son allégeance et de son obéissance.
Suis, ici, les différentes conditions nécessaires à l'application du contrat : A savoir, le respect du règlement et de ceux qui l'ont écrit, la reconnaissance par l'administration de cette affiliation et la signature des deux parties prenantes indiquées ci-dessus.
La Discorde ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Mar 20 Nov - 22:35

Le thé avait l’air de lui plaire autant qu’un babouin trouverait la crotte de son voisin intéressante, ne relevant pas cela, je continuais à regarder la silhouette féminine de Sousei vaguer par-ci par là avant de se poser pour finalement accepter ma proposition d’un manière très subtile en mettant en avant ses choix ainsi que ses réticences :

-Mah, mah, jolie colombe, tu as la langue bien pendue et de la suite dans les idées. Je me demande si je peux vraiment d'accorder ma confiance car il est vrai qu'en ces temps de troubles, je devrais me méfier ... Mais allons, si tu venais à me faire défaut, il me sera plus que facile de t'éliminer ~ Laissons donc de côté les aprioris et fais en sorte de me servir comme le plus fidèle des cerbères.

Il allait de soi que je n’étais pas du genre à tenir ma langue, si quelque chose devait être dit, je serai sans doute la dernière à m’en retenir. Mais n’était-il pas mieux de faire ainsi ? Rappelez vous en même temps de cette jeune fille que j’avais rencontrée au tout début de mon histoire à Undai, oui, Miharu si je ne m’abuse, cette métisse grosse comme une vache. Si elle n’avait pas pris soin d’être si dérangeante, je ne l’aurais sans doute pas traité de « grosse vache » ou encore « de bison ». Je n’étais pas mécontente de mes dires, loin de là ! Au moins, j’avais fait ce que les autres auraient dû faire, la remettre à sa place d’obèse. Pour ce qui était de la confiance, je ne l’accordais à personne et je ne me dirais pas non plus fiable, disons qu’en cas d’utilité pour ma part, il allait de soi que je savais me tenir aux directives. Sousei n’avait rien à craindre, si elle me prenait sous son aile, je ne serai pas la seule à en profiter et c’est suite à cette pensée que je vis la jeune femme prendre place à son siège. Commençant à taper de la plume sur un papier, j’attendis avec grande impatience de voir ce que cette gente demoiselle allait me rédiger, une fois la note sous les yeux, seul un léger sourire apparu :

Moi, Sousei Seiki, connue sous le nom de Discorde, je prends officiellement sous ma tutelle, Naoko Oshima, élève d'Undai Gakuen, ici présente en ce beau matin d'Automne et lui promet protection et savoir, en contrepartie de son allégeance et de son obéissance.
Suis, ici, les différentes conditions nécessaires à l'application du contrat : A savoir, le respect du règlement et de ceux qui l'ont écrit, la reconnaissance par l'administration de cette affiliation et la signature des deux parties prenantes indiquées ci-dessus.
La Discorde ~


Maaah, n’était-il pas merveilleux de procéder ainsi ? Moi qui croyais un court instant qu’elle allait me passer ce contrat au fer rouge, m’en voilà déçue. Il y avait mille et un moyens de le faire, que ce soit corporel ou autre, je ne cachais pas ma déception, je préférais le corps à corps, quitte à en laisser des plumes. Un côté sado-maso ? Je n’irai pas aussi loin, mais mes dires et mes envies diverses, si je puisse dire ainsi, dans ma tête reflètent allègrement ce que je désire de la réalité. Imaginez, une marque de Sousei, son symbole d’appartenance, n’était-ce pas là le meilleur moyen pour unir deux personnes ? Elle sera mon maître, l’unique pour le moment ~

Attrapant délicatement un objet contondant sur le bureau, j’affichais un petit sourire avant de me fendre légèrement le doigt, laissant un peu de mon sang rouge couler sur la feuille en trois taches distinctes, je me saisis à la suite d’une plume dont j’usais mon sang comme encre pour finalement poser ma signature sur le document. A présent, mes chances de survies déjà très fortes allaient dépasser l’entendement, je n’avais plus rien à craindre, du moins à ce que je croyais. Nous ne pouvons jamais être sûr de savoir ce que son maître lui réserve, et pour ce fait, je laissais une instance de soupçon dans le futur qui se dessinait à présent sous nos pieds, je suivrai les pas de Sousei, jusqu’à ce que force et domination aura prit le dessus sur cette magnifique créature ~

- Je vous remercie de m’accorder ce privilège, Sousei-Sama. De ce fait, que pensez-vous de voir l’étendue de ma puissance actuelle ? Je suis loin d’être forte, je dois même avouer ma faiblesse dans la matérialisation, je n’attendrai plus que vos conseils pour m’améliorer.

Me penchant respectueusement, je me redressais avant de poser mes mains derrière mon dos. Un seul endroit m’était permis pour matérialiser quoi que ce soit à mon stade, l’arène allait-elle nous ouvrir ses portes ?

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Dim 25 Nov - 13:55

Je regardais mon apprentie s'ouvrir le doigt et répandre quelques gouttes de son sang, ici et là, sur mon précieux document qu'elle avait tôt fait de souiller de son essence rouge. C'était inutile et plus masochiste qu'autre chose : de l'encre simple aurait largement suffit mais allez savoir pourquoi ceux qui vivaient entre nos murs, ne cessaient de se faire du mal dès qu'ils en avaient l'occasion. Je ne fis pourtant aucun commentaire me contentant de matérialiser une enveloppe pourpre pour y ranger le contrat taché et de lécher lentement le bord collant pour mieux la refermer.
Ce fait je reportais mon attention sur mon élève, glissant le tout dans la poche de mon tailleur, le papier foncé ressortant légèrement au niveau de ma poitrine.

- Je vous remercie de m’accorder ce privilège, Sousei-Sama. De ce fait, que pensez-vous de voir l’étendue de ma puissance actuelle ? Je suis loin d’être forte, je dois même avouer ma faiblesse dans la matérialisation, je n’attendrai plus que vos conseils pour m’améliorer.

Cette fillette était bien pressée, ses desseins devaient être encore plus intenses que la couleur de ses yeux pétillants. J'osais espérer qu'elle se montre aussi "conciliante" avec mes propres désirs et qu'elle s'élance dans la seconde au moindre de mes ordres, mais allez savoir, peut être allait-elle se montrer plus farouche que je n'aurais pu l'imaginer ? Mah, mah, ça n'en serait que plus amusant ~
Je glissais une nouvelle fois mes doigts fins dans sa chevelure blonde et l'ébouriffait tendrement d'un vague geste de la main avant de porter mon index à son menton, l'obligeant à visser son regard dans le mien.
Il y avait une toute dernière chose à faire avant de quitter mon antre pour l'arène, une chose minuscule mais nécessaire ... Je prenais délicatement dans ma paume sa petite main, la remontant légèrement vers mes lèvres pour mieux l'effleurer et y faire apparaître mon sceau, un as de pique sanguin que j'arborais moi-même sur ma propre chair, symbolisant a jamais mon rêve de Discorde.

-Sois fière de porter ma marque. Elle est celle utilisée, dans les guerres, porteuses de mort et d'infortune ou encore l'unique carte d'un jeu trop bien dessiné qu'elle perce de sa pointe. Maintenant allons voir ce que ce petit corps peut bien cacher ~

Je gardais ses frêles doigts serrés contre les miens et sortait de mon bureau, l'incitant à me suivre silencieusement jusqu'à l'arène. Je descendis les marches du grand hall et m'approcha de la réception pour lui remettre la lettre bordeaux que j'avais enfourné plus tôt dans ma poche en lui indiquant de la transmettre à l'administration, ce qu'elle fit immédiatement en se courbant poliment.
Je repris mon chemin vers l'arène et ne m'arrêta que quelques secondes devant l'entrée pour mieux contempler la sublime œuvre de Deady Sama avant de pénétrer dans ce lieu de mort et de douleur que je ne connaissais que trop bien.
Ma tenue de combat se matérialisa dans l'instant et au lieu de mon épée fétiche, je fis apparaître mon arc qui me servit à décocher une flèche au beau milieu d'une foule trop grouillante et bruyante qui se régalait devant un massacre aussi écœurant qu'inutile. Elle se planta dans la cuisse d'un élève laid et faible et dissipa la masse qui remarqua enfin ma funeste présence après quelques secondes de confusion.

-Il nous faut un peu de place, n'est-ce pas ?

L'espace enfin dégagé, je lâchais finalement la main de ma protégée pour me placer devant elle, sous les chuchotements de ses camarades, encore interloqués. Il ne leur fallait décidément pas grand chose pour attirer leur curiosité et les étonner ... J'entendais clairement leurs questionnements qui sautillaient et se mélangeaient les uns et autres. Ce que je faisais avec Naoko ? Depuis quand elle était revenue ? Et qu'était-ce ce symbole rougissant sur le dos de sa main ?
Mah, mah, j'avais d'autres choses à faire que de m'occuper de leurs interrogations et c'est donc avec une rapidité étonnante que je décochais une nouvelle flèche en direction des gradins assourdissants, histoire d'apeurer tout ce petit monde futile. Un gémissement de douleur se fit entendre puis plus rien et je pu m'exprimer enfin dans un calme délicieusement sordide :

-Montre-moi un peu ce que tu sais faire, jolie colombe ~ Je suis enseignante, je n'ai pas le droit de me battre sérieusement ici, alors n'hésites en aucun cas ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Dim 25 Nov - 20:08

-Sois fière de porter ma marque. Elle est celle utilisée, dans les guerres, porteuses de mort et d'infortune ou encore l'unique carte d'un jeu trop bien dessiné qu'elle perce de sa pointe. Maintenant allons voir ce que ce petit corps peut bien cacher ~

C’est en sentant des picotement dans ma main que mon regard s’illumina en voyant la marque de mon professeur, un as rouge … de cette couleur sanguinaire qui contrastait avec ma paume blanchâtre, j’admirais les courbes du dessin avant que je ne me fasse saisir par une poigne ferme mais douce de Sousei. La suivant sans un mot vers l’étage plus bas, mon impatience montait alors que nos pas nous menèrent à l’arène. Excitée comme jamais, je ne fis guère des bons de cinq mètres pour montrer mon contentement, seul un sourire amusé se dessina sur mon visage angélique alors que je traversais la porte de l’arène. Ce mur invisible me faisant sortir ma vraie nature, cette même nature qui se matérialisa sur moi. Ma robe de combat. Une robe rouge au froufrou remplaçait mon uniforme si terne, des couleurs en forme de cristaux divers poussèrent de mon dos, tenu sur une branche dite desséchée d’un arbre mort. Plus j’avançais dans l’arène, plus les formes prirent sur mon corps, mes mains vides se virent remplir d’un crane alors que mes chaussures classiques se changèrent en une autre paire bien plus arrogante. D’un sourire malsain, je suivais ma chère professeure sans prendre en compte les dires divers m’entourant.

C’est en voyant une flèche se planter dans la jambe d’un mollusque quelconque que mes yeux se décidèrent enfin à se poser sur la jeune femme m’accompagnant, elle … elle était sublime. Non pas l’habit de la putain qui pourrait me plaire, mais bel et bien un vêtement mettant en valeur toute sa personne, une robe si similaire à la mienne alors que finalement tout nous opposait. C’était splendide à m’en faire mourir de jouissance, serai-je comme elle plus tard ? Je l’espérais, cette femme avec son charme et sa manière si prononcée de nous dire qu’elle seule était le maître me ferait gémir sur place. Oui, mon admiration pour sa personne si banale ne faisait que grandir, que ce soit pour sa voix douce et ferme quand elle me demanda avec la plus grande des innocences « Il nous faut un peu de place, n'est-ce pas ? », je ne sus que répondre par un petit rire amusé. Oui, elle ne valait en rien Dead Master, loin de là, mais elle faisait partie de la catégorie des femmes pouvant servir ma cause, Sousei, bien que je suis tienne pour le moment, un jour ce ne sera plus ta marque que je revêtirai, mais ce sera bien toi qui aura mon seau gravé dans tes entrailles.

-Montre-moi un peu ce que tu sais faire, jolie colombe ~ Je suis enseignante, je n'ai pas le droit de me battre sérieusement ici, alors n'hésites en aucun cas ~

Se retournant vers ma personne pour me demander cela, je lui répondis positivement d’un signe de la tête alors que je déposais juste à côté de mes pieds le crane de ma tendre. Fermant les yeux un court instant, je tiraillais mon pouvoir en mon centre pour que celui-ci se matérialise en l’image que j’avais en tête, contrairement aux attentes des spectateurs, ce ne fut pas une arme que je créai, loin de là cette idée sanguinaire. Dans mes mains jointes se trouvait une sorte de boule d’eau. Vaguant entre mes doigts fins tout en formant des sillons par-ci par-là. D’un mouvement de rotation de mes doigts, j’essayais de donner une nouvelle forme à ce liquide si commun. Et c’est après au moins deux minutes de concentration intense que des papillons d’eau se dégagèrent de ma sphère avant d’éclater en de fines gouttelettes de pluie. Levant les yeux vers mon maître, je lui dis :

- Je ne me plais pas dans les armes, mais ne croyez pas que je sois inoffensive dans ce lieu exaltant.

D’un mouvement souple du poignet, je stoppais les gouttes qui tombèrent pour finalement les geler. D’un simple liquide inoffensif, ce fut des piques glaciales qui se transformèrent sous nos yeux. Je n’étais pas forcément douée en matérialisation, cependant, j’avais une certaine aisance pour transformer les matières. Mon rang de seconde était égal à mon pouvoir, faible comme jamais. Mais tout de même, je restais fière de mon avancée dans ce lieu. Question force physique … je restais un enfant, mais un enfant ayant apprit à se défendre avec aisance que ce soit en usant de la vulgaire arme jusqu’à ses mains. De là à dire que j’arriverais à écraser un gorille de la force de mes poings était mensonger, mais un adversaire dit « normal » me donnerait certes, du fil à retorde mais pas au point de m’achever en une seconde. Petite et fine, j’avais facile à me faufiler un peu partout, de plus mon corps fin me permettait une vitesse légèrement supérieure aux autres de mon niveau. L’utilité d’être un enfant, tout pouvait être un atout.

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Dim 25 Nov - 22:49

- Je ne me plais pas dans les armes, mais ne croyez pas que je sois inoffensive dans ce lieu exaltant.

Je la regarda silencieusement faire et resta déconcertée. Je lui avais implicitement demandé de m'attaquer, pas de faire mumuse avec de la foutue flotte ! Mais ... Soit ! J'allais de toute évidence être obligée de lui secouer un peu les plumes pour la réveiller, pour lui donner l'envie de se battre un peu.
Faisant un bond rapide en arrière, j'élevais donc mon talon à hauteur de mon épaule pour mieux l'abattre sur cette petite caboche fragile et blonde qui avait bien du mal à comprendre ce que je souhaitais d'elle. Un gémissement se fit entendre et j’espérai vaguement que ma protégée ai eu l'intelligence de garder sa langue dans sa bouche, sans quoi, je n'osais imaginer son état.
Je me recula un peu et banda mon arc en faisant apparaître une longue flèche métallique dont la pointe tendait vers son crâne. Si elle désirait réagir c'était le moment idéal ...

-Mah, mah, ce n'est pas un peu de manipulation de matière qui va faire de toi un combattant d'exception. Tu n'aimes peut être pas les armes mais c'est grâce à elles que tu obtiendras la victoire, alors je te conseilles de t'en élaborer une ... Rapidement ~

Je décocha ma flèche qui effleura son doux visage et alla se planter contre l'une des croix de pierre à moitiés démolies qui envahissaient l'arène. Mon regard malicieux se vissa ensuite dans le sien et je pouvais affirmer avec exactitude que mon geste n'avait certainement pas été apprécié, au contraire.
Du sang coula un peu d'entre ses lèvres, je m'approcha donc lentement pour mieux l'essuyer à l'aide du revers de ma manche et vérifier que mon élève n'avait pas été trop gravement blessée. Ce n'était pas le cas : Seul sa fierté était touchée, et quelle fierté, je dois dire ... C'était à en frémir de plaisir ~
J'adorais ces petites choses orgueilleuses, trop faciles à remettre à leur place, trop plaisantes à voir souffrir.
J'approchais mes lèvres de son oreille, la chatouillant de mon souffle venimeux et y glissa en ronronnant cruellement :

-Ne sois donc pas si fâchée, jolie colombe. C'est toi qui voulais t'améliorer et jouer ~

Je pinçais délicatement sa joue et faisais disparaître mon arme en m'éloignant d'elle d'un pas assuré et élégant. Mah, mah, cette petite n'était définitivement pas prête : Je risquais de lui faire plus de mal qu'autre chose ... Pas que je n'en ai pas envie - au contraire - mais à quoi allait me servir un cadavre ambulant, aussi plaisant soit-il ? Probablement à rien ...
Avant de l'affronter, je me devais donc de lui enseigner deux ou trois trucs de base et décider avec qu'elle d'une arme performante et adaptée à sa petite taille, un arc ou une dague, par exemple. Quelque chose de léger mais d’efficace qui lui permettrait de se battre aisément sans jamais la gêner. Elle était rapide après tout, il ne fallait pas gâcher cet atout ! Aussi je me retournais de nouveau vers elle et faisait apparaître une petite arme blanche dans le creux de ma main, la lui présentant longuement.

-Je pense qu'on va devoir mettre au point quelques leçons ensemble mais pour ce qui est de ton arme, j'ai une proposition à te faire. Je pense que ce genre de stylet te conviendrait parfaitement. C'est une arme à la lame triangulaire très fine, conçue pour produire des blessures très profondes et donc difficiles à guérir. C'est l'une des armes favorites des assassins : Elle est facilement manipulable et dissimulable. Elle serait donc parfaite pour une fillette aussi agile que toi mais dont la force laisse à désirer.


Il lui suffisait d'infliger un unique coup pour que la pointe longue et fine ne pénètre au cœur de l'un des organes de son adversaire, comme un couteau dans du beurre, et l'immobilise pour une longue durée.
Bien sûr, je n'allais certainement pas prendre mal un refus de sa part : Il y avait plusieurs armes qui pouvaient s'adapter à sa morphologie et j'avais d'ailleurs d'autres propositions à lui faire. Mais, de mon point de vue, il était préférable qu'elle s’approprie elle-même sa lame et pourquoi pas profiter de ses talents de "chimiste" de la nature pour s'en procurer une unique et d'autant plus fabuleuse !
Mah, mah, n'était-ce pas ce qu'elle avait essayait de faire quelques minutes plus tôt ? Hum, peut être bien ... Mais faire disparaître son sourire de son visage était décidément trop tentant ~

-Et pourquoi pas un stylet de glace, toi qui aimes tant l'eau ? Une lame solide et froide qui plongée dans la chair de ton adversaire y déverserait toute sa consistance pour mieux se glisser dans ses poumons ou son sang ?

Je ricanais joyeusement et m'accroupissais devant ma frêle protégée, déposant mes lèvres contre sa tempe salie et rougie de douleur. Quelle excitante chose que d'être l'institutrice privée d'une élève si jeune et pourtant, Ô, si divertissante ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Dim 2 Déc - 20:19

Avais-je mal interprété ses demandes ? Je ne voulais pas un quelconque combat dans lequel je savais pertinemment, qu’une défaite cuisante allait se faire sentir pour ma part. Fronçant les sourcils dès sa première attaque, je fus forcée d’user de mes bras pour que sa jambe ne s’abatte par sur ma tête. Un angle de 90° tellement bien tracé que je pus contempler alors que Sousei-Sama me présenta un nouveau visage, les femmes, tellement incompréhensibles mais d’une beauté exemplaire pour la race masculine.

-Mah, mah, ce n'est pas un peu de manipulation de matière qui va faire de toi un combattant d'exception. Tu n'aimes peut être pas les armes mais c'est grâce à elles que tu obtiendras la victoire, alors je te conseilles de t'en élaborer une ... Rapidement ~

Je ne comptais pas l’être, je ne voulais pas m’amuser à user de la violence pour x et x motifs pouvant soulager la conscience de qui que ce soit, si je combattais, c’était pour mon amour propre et à présent, pour servir Sousei, mais de toute manière, j’avais d’autres ressources que matérialiser, comme cette magnifique femme, un arc accompagné de ses flèches. Les armes ne me mèneraient jamais à la victoire, seuls les barbares pouvaient penser ainsi, une Lady use de son charme voyons ! Me serai-je trompée de professeur ? Je ne saurais le dire, seul un grincement de dents de ma part alors que la flèche de ladite enseignante venait se loger dans l’une des croix derrières moi, je n’avais que pivoter ma tête de quelques centimètres pour l’éviter, m’user à courir pour éviter une quelconque arme ? Banalité.

Énervée par cette situation ne suivant pas mes plans, une situation dont je n’avais pas le contrôle dessus, je me mordis légèrement la lèvre, accentuant ce geste par un léger sillon de sang coulant de celle-ci. Mes yeux rivés dans ceux qui se faisaient ma tortionnaire, je restais aussi muette que fixe tout en fusillant du regard sa personne. Que comptait-elle recevoir de ma part ? Une hache dans sa tête pour se « soulager » les neurones ? J’aurai trop peur de détruire le peu qu’il lui restait. Admirative devant elle, je l’étais, mais future reine que j’allais être, je me devais de rester la supérieure, que ce soit en lui faisant croire que je serai un fidèle toutou ou encore en l’idolâtrant assez, elle et Dead Master pour qu’elles m’apprécient. Voilà comment combat une jeune fille éduquée.

-Ne sois donc pas si fâchée, jolie colombe. C'est toi qui voulais t'améliorer et jouer ~

Usant de sa salive pour rien tout en me chatouillant le cou de son souffle chaud, je ne bougeais toujours pas. S’améliorer ne voulait pas dire se tuer dans des attaques déshonorantes, jouer, j’avais une autre signification pour ce terme, personnellement. Me pinçant la joue pour se reculer, elle me regarda longuement en affichant une mine songeuse, penchant ma tête tout en me demandant ce à quoi elle pensait, je fus forcée de faire apparaître un air surpris sur mon visage quand sa main se tendit devant moi.

-Je pense qu'on va devoir mettre au point quelques leçons ensemble mais pour ce qui est de ton arme, j'ai une proposition à te faire. Je pense que ce genre de stylet te conviendrait parfaitement. C'est une arme à la lame triangulaire très fine, conçue pour produire des blessures très profondes et donc difficiles à guérir. C'est l'une des armes favorites des assassins : Elle est facilement manipulable et dissimulable. Elle serait donc parfaite pour une fillette aussi agile que toi mais dont la force laisse à désirer.

Serait-ce une moquerie mal dissimulée ? Se foutait-elle vraiment de moi en me présentant cette espèce de Shuriken ?! Non, cela n’était que âneries pour me faire perdre patience ! Regardant le bout métallique qui se logeait dans sa paume, je suivais ses paroles à la lettre avec cette seule pensée : « Me prenait-elle pour une incapable ? ». Sa puissance était cent fois plus haute que la mienne, l’expérience, la vieillesse, les vergetures … et tout ce qui caractérise une personne âgée, mais de là à me prendre pour un enfant n’ayant rien dans la cervelle, c’était culotté, tellement que … Qu’une seule envie se pointa à présent devant moi. Matérialiser cette chose et la planter dans ses yeux pour complètement lui crever les yeux. Aveugle de mon talent qu’elle pouvait être, je me devais de rétablir ce monde ! Outrage.

-Et pourquoi pas un stylet de glace, toi qui aimes tant l'eau ? Une lame solide et froide qui plongée dans la chair de ton adversaire y déverserait toute sa consistance pour mieux se glisser dans ses poumons ou son sang ?

Riant telle une hyène pathétiquement macabre, elle me proposa d’user de mon eau sacrée pour en faire des stalagmites. Je ris ? Je pleure ? Non, je souris. Me penchant respectueusement devant sa personne, je lui adressais un sourire enfantin avant de me reculer et de montrer mon envie d’apprendre en abordant un visage studieux. Retournons en maternelle si ma chère maîtresse me le demandait si poliment, Dieu, que ne faut-il pas faire pour arriver à ses fins ? Fermant les yeux, je matérialisais, comme elle me l’avait proposé, une tige de glace dans ma main, rendant sa pointe acérée à en crever un œil, j’hésitais un instant de le lui lancer dessus. Avec la chance que j’avais, je l’aurais atteinte, avec le pouvoir que j’avais, il m’aurait été renvoyé.

- Sousei-Sama, merci de vos conseils, je suis contente de pouvoir savourer votre savoir de la sorte. Je m’excuse de n’être pas puissante … En espérant que vous n’aurez guère trop de difficultés avec ma personne.

Crève. Enflure de satanique, cette femme … lui lécher les bottes ? Je lui lécherai volontiers autre chose, mais ce n’était pas à l’ordre du jour. Lui faisant dos pour me trouver un cobaye, je rivais mon regard sur un jeune garçon qui zieutait sur ma personne depuis mon arrivée. Lui accordant un signe et un sourire, je suivis mon geste de la main pour lui envoyer cette même pique de glace que je venais de créer. D’un mouvement souple de la main, je divisais ce même « instrument de tortures » en plusieurs parties de manière à ce qu’il s’écrase volontairement à des endroits clés du corps humain, souffre sale pédophile.

Me retournant sourire aux lèvres, je pris une mine interrogative dans sa pose adaptée, bras croisés, main gauche remontée au visage dont le menton vint se poser entre le pouce et l’indexe. Après une réflexion de quelques secondes, je descendis mes billes de flammes vers Sousei avant de lui demander, de la manière la plus « adaptée » à sa personne :

- Pensez-vous qu’il serait plus utile de se servir de glaçons acérés à la place de … de la petite arme que vous m’avez montré précédemment ?

Vraiment, je me tuerai à être si courtoise.

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Dim 2 Déc - 21:16

- Sousei-Sama, merci de vos conseils, je suis contente de pouvoir savourer votre savoir de la sorte. Je m’excuse de n’être pas puissante … En espérant que vous n’aurez guère trop de difficultés avec ma personne.

Mah, mah, quelle ravissante fillette, elle était à croquer, vraiment ! Je scrutais son visage enfantin et souriait ironiquement. Hum, il ne fallait pas que j'oublie qu'une véritable petite pècheresse se cachait en elle et qu'elle n'était pas ce qu'elle essayait de paraître. Sans ça, je risquais de me faire attaquer sans le voir venir, comme une vulgaire débutante que je n'étais pas. Le démon savait prendre des apparences d'ange, n'est-ce-pas ~ C'est pour cela qu'il fallait percer ses secrets : Quoi de mieux que de connaître celle qu'on avait juré d'entraîner et qui pouvait à tout moment se retourner contre nous ?
Elle matérialisait un stylet de glace comme je le lui avais demandé et s'empressa d'attaquer un pauvre jeune homme qui n'avait rien demandé, transperçant son corps de plusieurs pointes de glaces bien acérées. Puis, elle se retourna vers moi, apparemment satisfaite et me questionna :

- Pensez-vous qu’il serait plus utile de se servir de glaçons acérés à la place de … de la petite arme que vous m’avez montré précédemment ?

J'appuyai mon doigt contre mon menton, en signe de réflexion et m'approcha de la demoiselle, lentement.
La violence ne lui seyait absolument pas. C'était laid, disgracieux, trop convenu. Il lui fallait quelque chose de plus subtil, quelque chose de plus "elle" et en soit, j'étais sûre d'avoir trouver en elle un bon élément. Une recrue digne de la Discorde qui, à mon image, avait les facultés de tromper aisément les gens, de les duper par son physique et ses mots pour mieux les manipuler.
Alors quoi ? Qu'avions-nous à lui apprendre ? Tellement de choses, trop de choses et si peu de temps ~
Je l'attrappais par la main et la traina dans mon sillage. Il était inutile de rester, ici, plus longtemps ... Inutile ? Mah, finalement, j'avais bien quelque chose à lui apprendre. Je m'arrêta donc à quelques mètres de la sortie et me retourna vers elle, un sourire amusé aux lèvres.

-Mah, oublies ce que je viens de dire. Nous verrons pour les armes plus tard ! "Je me penchais ensuite vers son oreille, comme pour lui chuchoter un secret et y ronronna délicieusement" Aimerais-tu pouvoir changer d'apparence ?

Je me redressais et la contemplais de toute ma hauteur, bienveillante. Cette petite chose allait devenir la meilleure d'entre toutes. Pourquoi ? Ne m'avait-elle pas en professeur ? Ce critère était amplement suffisante pour justifié ses chances de régner et de vaincre. Alors si en plus de cela, elle arrivait à moduler son physique au gré de ses envies, il n'y aurait plus aucune chance qu'elle se fasse battre.
Devant son regard curieux, je pris la peine d'illustrer mes dires en transformant mon bras en une longue lame rouge qui remplaça ma chair et mes os.
Je n'étais pas dupe, la plupart des élèves d'Undai Gakuen arrivaient à créer ce genre d'illusions mais il s'agissait, ici, d'une vraie métamorphose, d'une véritable modification de mes cellules et de mes gènes, palpable et curieuse. Et cette lame enfoncée dans le corps d'un malheureux étudiant qui sortait de l'arène en était la preuve. Je le dégagea d'un coup de pied et re-matérialisa mon bras désormais couvert de sang.

-Si tu arrives à faire la même chose, je t'offrirais de croustillants secrets sur tes petits camarades. Il te sera ainsi plus aisé de les corrompre ~

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoko Oshima
★ Modo ★

avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 11/05/2012
Localisation : Toujours là, où tu ne t'y attends pas

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kyosei♛Kaifuu
★ Age : 11 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Lun 3 Déc - 20:23

-Mah, oublies ce que je viens de dire. Nous verrons pour les armes plus tard ! Aimerais-tu pouvoir changer d'apparence ?

Pourrai-je porter plainte pour ses mots à doubles sens ? Il fallait que j’y réfléchisse, cela serait encore amusant de voir Sousei-Sama se fondre en excuses tout en s’exclamant qu’elle ne m’avait rien fait. Je voyais déjà la scène, moi devant les policiers disant avoir été « touchée » par mon enseignante, moi affichant une mine enfantine, moi que tout le monde croyait, moi qui étais si innocente et pure aux yeux des inconnus et elle ? Elle, la méchante professeure, la femme vilaine et sans scrupule ~ Oui, cette idée je n’allais pas la mettre en action, loin de là, bien que j’aurais espéré dans mon hypothèse qu’elle se fasse interner, je parierais beaucoup pour dire que sa colère allait exterminer ceux qui auraient le malheur de me croire ~ Mourir si jeune, n’est-ce pas horrible ? Ma pauvre Mamina …

Mais quoi qu’il en soit, son idée murmurée à l’oreille me tentait plus que tout, changer d’apparence … n’était-ce pas magnifique ?! Je pourrai le faire pour diverses raisons, qui sait, peut être un jour aurai-je assez de talent pour me faire passer pour Black Rock Shooter et ainsi, prendre sa place dans le creux des bras de Dead Master. Une idée qui me tentait tellement que j’accordais à cette femme qu’elle m’explique comment procéder et c’est, avec des yeux pétillants d’étoiles que je lui montrais mon impatience.

-Si tu arrives à faire la même chose, je t'offrirais de croustillants secrets sur tes petits camarades. Il te sera ainsi plus aisé de les corrompre ~

Avant qu’elle ne me souffle cette phrase des plus alléchantes, elle transforma son bras en une espèce de … d’arme à lame tranchante. Ce n’était pas qu’une simple matérialisation, j’aurais cru voir des veines passer dans le métal alors que toute cette partie « fausse » de son corps vivait. C’était incroyable, j’hallucinais complètement ! Était-il vraiment possible de faire ça ? Ne se moquait-elle pas de moi une fois de plus ? Est-ce que cette chose était vraiment devenue une partie de son corps à part entière ? Si je « pinçais » le métal, allait-elle ressentir une quelconque douleur ? J’en restais perplexe, tellement que je restais un instant à fixer cet artifice des plus innovateurs. Me penchant pour regarder ceci de plus près, je me reculais avant de river mon regard dans celui de Sousei, cherchant une quelconque explication dans ses yeux.

- C’est hallucinant … Est-ce vraiment … ? Non, je n’ai guère à douter de vous Sousei-Sama … Cependant …

Me reculant d’un pas en arrière, je fermais les yeux, cherchant l’image de ce que je voulais créer dans ma tête. Le point central de mon énergie, la matérialisation dans mes veines, j’essayais de visualiser tout cela du mieux que je pouvais. Je n’avais guère de problème pour me concentre sur quoi que ce soit, pour cela, j’avais un certain talent, mais de là à retrouver quelque chose d’invisible en soi, c’était une autre pair de manches. Fronçant les sourcils après avoir trouvé un fil conducteur, je parcourais mentalement le réseau énergétique de mon corps alors que je sentais le bout de mes doigts chatouiller. Oui, concentration, il fallait cela et du talent, j’avais déjà une partie, pourquoi pas l’autre ? Allez savoir, ce que j’espérais, n’était pas aussi audacieux que ce que Sousei-Sama avait créé de son pouvoir, non, je ne voulais que changer mes doigts en de fines lames métalliques tranchantes, oui, je veux et j’aurai.

Que les enfants sont audacieux de croire qu’à une seule demande, ils avaient ce qu’ils voulaient. Alors qu’un halo de matérialisation entourait ma main, je pouvais sentir ma peau s’étirer pour changer de forme, le froid du métal remplaçant le sang chaud de mes veines et là … Ouvrant les yeux pour regarder ce que je venais de faire, je grimaçais alors qu’une douleur sourde m’emprisonnait le poignet, sans que je ne puisse faire ou même dire quoi que ce soit, voilà que ma main, ma paume, mes os ainsi que mes ongles explosèrent.

Me penchant dans un cri de douleur en laissant taper mes genoux contre le sol, j’apportais cette même main sur laquelle trônait la marque de Sousei, à ma poitrine. Pliée de douleur d’avoir perdu ce membre, il me fallut un instant pour réussir à concentrer le peu de pouvoir qu’il me restait pour refaire cette dite main. Chose assez complexe, mais que j’eus tout de même appris durant mon séjour à Undai. Paralysée sur le sol par le manque de puissance, je ne savais même plus bouger un doigt et encore moins relever ma tête. Une fois que nous perdions tout pouvoir dans l’arène, nous étions finis, bouger n’était même plus possible. Connerie.

- Je devrai me passer de vos secrets, Sousei-Sama … Je n’ai plus aucune réserve …

____________________________

♛♛♛:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sousei Seiki

avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 28/05/2012
Age : 24
Localisation : Quelque part ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom:
★ Age :
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   Jeu 6 Déc - 19:50

- C’est hallucinant … Est-ce vraiment … ? Non, je n’ai guère à douter de vous Sousei-Sama … Cependant …

Elle tenta d'imiter maladroitement ma transformation et certes, elle y parvint presque mais sa technique était bien trop hasardeuse pour que sa métamorphose aboutisse. Sa main explosa, comme je m'y attendais, presque aussitôt après sa transformation, lui arrachant un hurlement de douleur. Elle tomba donc au sol, son moignon contre sa poitrine et fit tout son possible pour reconstruire ce qu'elle avait perdu alors que je réfléchissais à un moyen de lui transmettre mon savoir faire.
Pour une fois, je pensais qu'Akiha Ketsuki pourrait m'être utile. N'était-ce pas la personne la mieux placée pour apprendre à mon élève à connaître son si petit corps en profondeur ? Alors quoi ? Je n'allais certainement pas lui demander de donner à ma protégée des cours particuliers. Il n'était pas question que je m'abaisse à ce point ... Par contre, Oshima ~
Je dirigeais mon regard vers mon élève qui avait enfin réussi à ré-matérialiser sa main et lui souriait en la soulevant lentement.

- Je devrai me passer de vos secrets, Sousei-Sama … Je n’ai plus aucune réserve …

Je la jetais sur mon épaule et commençais mon chemin vers la sortie de l'arène en fredonnant une chanson lugubre mais délicieuse que je venais tout juste d'inventer. J'étais contente de notre petite séance : Mon étudiante allait très vite progresser et propager ma discorde dans les rangs de vermines frétillantes qui ne connaîtront bientôt que mort et haine. La confiance déjà si désuète disparaîtra, remplacée par le doute constant et la peur frénétique et enfin, enfin ! L'école reconnaîtra sa gloire d'antan et retrouva sa renommée si belle et sanguinaire.
Je ricana silencieusement et passa enfin les portes de l'arène, me dirigeant vers les dortoirs où je comptais déposée mon "fardeau" léger et peu encombrant pour qu'il se repose et reprenne du poil de la bête. Il fallait qu'elle soit prête et fraîche pour l'entrainement acharné que je lui prévoyais et devait se préparer mentalement à passer ses journées à voir et sentir ses membres explosés devant sa maladresse évidente. Après tout, c'est en essayant qu'on apprend ~

-Suis les cours de biologie assidument. Il faut que tu connaisses ton corps sur le bout des doigts et peut être alors trouveras tu le levier de la métamorphose et les secrets de la manipulation génétique.


END

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une douceur infime dans un laps de temps éternel ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Depart pour un laps de temps indeterminer ...
» Un rat dans la cave ? [En cours]
» Relevé des dates à inscrire dans la Ligne du Temps.
» Créatures rares et nommés - Monts Brumeux
» Tell me this is a joke - Adonis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Bureau de la direction :: Cabinet de psychologie-