AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.   Dim 17 Fév - 14:44

Je n'aurais jamais cru que Ryuko aurait autant de force dans ses poings. Ne vous y trompez pas, je l'avais vu combattre avec un balai, je savais qu'elle était forte. Mais j'en eu la confirmation lorsque son premier coups de poing me fit voir des étoiles et qu'un bourdonnement assourdissant se fit entendre dans mes oreilles. Un autre coup et je goûtai le sang sur ma langue. Elle n'y allait pas de main morte, et je n'étais pas en état de me défendre. Heureusement pour moi, tout ça cessa brusquement lorsque Ryuko se fit tirer vers l'arrière par une masse indéfénie. Je pris une grande respiration, en douleur. J'avais envie de vomir. Je vis l'infirmière s'approcher de moi et son poids s'ajouta à mon lit. Elle enroula une mèche de mes cheveux à son doigt et, comme si de rien n'était, me posa une question d'une voix calme et presque désintéressée.

- Miyuki-Chan, mon chaton... Oui, tu l'as tué. Mais, ne le savais-tu pas avant de me le demander ?

Je compris qu'elle ne me croyais pas totalement. Merde. Je me plaquai un sourire (déformé à cause de la douleur) sur les lèvres et répondit d'une voix enrouée:

-J'avais autre chose à faire que de vérifier si le corps était encore en vie ou non. Disons que j'étais occupée a repousser une vague d'étudiants en furie. La mort de cette fille m'est comlètement passé au dessus de la tête.

L'infirmière resta silencieuse un moment, et j'en profitai pour regarder en direction de Ryuko. Un... double? de l'infirmière maintenait l'albinos paniquée en place. Je pouvais voir dans les yeux de Ryuko qu'elle était quelque peu éfrayée par l'apparition du double. Un claquement se fit entendre à côté de moi, et peu après, le double disparut, libérant Ryuko. Mais cette dernière, trop en état de choc, resta allongée sur le lit, n'osant pas bouger. Je reportai mon attention sur l'infirmière lorsqu'elle me poussa légèrement, ses mains sur mes épaules, afin de me forcer à m'allonger à mon tour. Elle s'occupa de mes blessures par la suite, et je tentai de rester calme autant que je le pouvais.

- Je ne compte pas alléger la punition. Il faut que vous compreniez toutes les trois que les règles sont absolues ici. En plus, je n'aime pas soigner mes petits chatons pour qu'ils se tapent sur la tête une seconde après.

Après avoir refait mes bandages, l'infirmière se leva et alla chercher quelque chose dans une armoire, que je reconnus comme étant une seringue. Elle se dirigea vers Ryuko et n'eut aucun mal à lui administrer l'injection, la pauvre albinos ne remarquant presque pas la présence de l'infirmière à ses côtés, toujours en état de choc. Je me sentis quelque peu coupable de son état. C'était à cause de moi qu'elle se retouvait ainsi. En quelques secondes à peine, ses yeux rouges se fermèrent et elle sombra dans un sommeil qui, je l'espérais, lui serait réparateur.

- Raconte-moi en détail ce qui s'est passé sur ce toit, Miyuki-Chan.

Je restai silencieuse un moment et hochai la tête avant de raconter ce qui s'était passé. Bien sûr, je modifiai les parties où Kaïla avait été impliquée dans la mort de l'élève, racontant le récit pour me faire passée pour la tueuse et laisser Kaïla en position de complice. Je racontai comment tout ça avait commencé (par ma faute), comment j'avais attaquée la première lorsque d'autres élèves étaient encore sur le toit. L'infirmière m'écoutait parler tout en rangeant l'infirmerie et néttoyant les traces de sang encore visible à certaine place. Une fois mon récit terminé, un silence s'installa dans l'infirmerie. Je me redressai légèrement et regardai en direction de Ryuko, toujours inquiète quant à son sort. Elle ne méritait pas une punition. Si il y avait une personne à Undai qui n'avait pas sa place, c'était bien l'albinos. Je n'arrivais toujours pas à comprendre pourquoi une fille si douce comme elle s'était ramassée à Undai. Sentant un regard posé sur moi, je relevai la tête et vit que l'infirmière me regardait. Je me sentis obligée de justifier pourquoi je regardais Ryuko ainsi.

- Vous devez probablement savoir l'histoire de Ryuko, non? Avoir accès à son dossier? Je ne comprends toujours pas pourquoi elle est à Undai. Comment est-ce qu'une personne aussi gentille qu'elle, une personne avec un si grand coeur peut-elle se retrouver entre les murs d'Undai, un endroit remplis de fous et de tueurs sans scrupules?


Je secouai la tête. Je n'étais probablement pas la seule à se poser cette question. Presque tout le monde à Undai connaissait Ryuko (par sa mauvaise réputation au début, a cause de l'histoire avec Itsuko). Bien que sa réputation avait mal partie, cela avait changé, et les gens commençaient à craidre l'albinos. Oh, pas beaucoup cependant, seuls les élèves qui avaient eu la chance (ou la malchance?) de se battre en duel contre elle. Bien qu'elle ait l'air complètement innofencive, la belle aux cheveux blancs savait se défendre, et ça, plusieurs personne ne semblait pas y croire.
Je regardai l'infirmière, attendant une réponse. Je me doutais qu'elle allait garder les choses confidentielles pour elle, mais il y avait bien quelque chose à propos de Ryuko qu'elle pouvait me dire, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.   Dim 17 Fév - 14:56

Je frappais à l'aveuglette, essayant de ne pas trop blesser Miyuki, mais faisant en sorte que mon acte ait l'air réel. Je blessai la blonde au visage et je la vis grimacer. Je dus me retenir pour ne pas tout arrêter et la serrer dans mes bras. Elle faisait pitié à voire toute amochée comme elle l'était. C'est alors qu'une force inconnue me retira de Miyuki et me plaqua solidement contre le matelas d'un lit non loin. Je tentai de me libérer mais ce que je vis me figea dans mon mouvement. C'était comme un... double de l'infirmière? Je ne sais pas trop... mais mon instinct me criais que j'étais en danger, qu'il me fallait m'éloigner de cette chose. Je tentai de me soustraire à son emprise, mais il n'y avait rien à faire. Elle était trop forte. Je vis un sourire mauvais apparaître sur les lèvres du double et commençai à paniquer. Ce que cette chose me réservais était probablement loin d'être bon.
Incapable de crier à l'aide, aucun son ne voulant sortir de mes cordes vocales, je fus réduite à une poupée sans défense, tandis que mon corps commençait à me faire défaut. Mes bras et mes jambes ne m'obéissaient plus, tout ce que je pouvais faire, c'était suivre chaque mouvement de la chose avec mes yeux. Je tentai de rester calme, de me convaincre que rien de mal ne m'arriverait. C'est à ce moment que j'entendis un claquement, et que la chose disparue. J'entendis vaguement l'infirmière et Miyuki discuter, puis des bruits de pas se firent entendre. L'infirmière apparue dans mon champs de visions et je me raidis instinctivement, mon cerveau l'associant immédiatement à ce double éffrayant. Puis je vis la seringue dans ses mains, et me doutai de ce qu'elle allait faire. Impuissante, je la vis injecter le liquide dans mon bras et, peu après, je sombrai dans un sommeil vide de rêve.

Hrp: C'est court, mais il n'y avait pas grands choses a dire avec Ryuko XD dans les prochains posts, ce ne serai que Miyu/Akiha.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.   Dim 24 Fév - 13:55

Les histoires concernant ces jeunes gens ne sachant pas comment gérer leurs vies, étaient intéressantes à analyser. Je me retrouvais plongée dans le monde des cas sociaux, entre des assassins du bas âge et les malades défaillant psychologiquement, j'étais servie pour exercer mon métier de plein exercice. Je me demandais parfois, comment l'autre psychopathe de Sousei gérait son métier de psychologue dans l'enceinte de cette Académie. La connaissant, elle rendait ses petits patients encore plus dérangés qu'ils n'étaient avant d'arriver dans son cabinet.Je détestais cette femme. Mais revenons à un sujet plus passionnant -laissant les déchets derrière- pour nous focaliser sur cette fille aux manières brutales qui se trouvait sous mes yeux.

Miyuki Nomura, une étudiante pouvant être considérée comme banale dans ces murs mais qui -en dehors- ne valait pas mieux qu'une meurtrière tuant les autres sans ciller. Que pouvais-je dire à son sujet pour ne pas commencer à la blâmer de ses actions des plus déshonorantes ? Rien, mais je pouvais me convaincre que -si j'étais là- je n'avais le droit de juger mes petits chatons sur leurs comportements bestiaux. C'est pour cette raison aussi que l'on engageait des personnes ayant vécus dans ces murs pour prendre soin de ces enfants instables. C'est donc ainsi, ne montrant pas mon outrance vis-à-vis des paroles abjectes de cette fille, que je me concentrais sur l'histoire qu'elle avait à me raconter, notant chaque détail sur ce qu'il s'était passé sur ce toit. Toit qui fut désormais désaffecté, ne laissant qu'un mort -déjà envoyé à la morgue- ainsi qu'une multitude de blessés se trouvant déjà dans les lits de l'infirmerie. Quel massacre « amusant ».

-J'avais autre chose à faire que de vérifier si le corps était encore en vie ou non. Disons que j'étais occupée a repousser une vague d'étudiants en furie. La mort de cette fille m'est complètement passé au dessus de la tête.

Fermant un instant les yeux, je me laissais aller à imaginer ce qu'il ait bien pu se passer exactement sur ce toit. Un combat déclenché par les hormones de ces gamins qui tourna à la boucherie. Nomura qui s'attaque à une étudiante qui le prend mal et qui ramène ses amis. Un clan qui combat contre cette fille, et donc Kurayami qui intervient par devoir. La bataille éclate et ne laisse pas place à la pitié et aux remords, les uns combattant pour la survie là où la mort est monnaie courante, les autres voulant se venger d'une offense à leur amie. Un schémas banal qui se transforme en une mini-guerre pleine de sang. Les âmes qui s'échauffent, les lames qui deviennent plus précises et meurtrières et une tragédie arrive dans la mort d'un des adversaires. La folie éclate, tous commencent à se haïr et donc leurs pouvoirs deviennent plus incontrôlables. Les deux filles voyant leur désavantage, s'enfuient et tombent sur une autre âme en peine du nom de Ryuko qui les aide pour je ne sais quelle raison. La suite ? Très simple, tous se retrouvent à l'infirmerie. Et ce cercle de haine allait continuer dès le réveil de tout ce petit monde. Sauf si je le stoppais avant. Mais qui était le vrai coupable de cette scène ? Miyuki qui eut tué, la fille qui eut déclenché la bataille, Kurayami qui eut intervenu au lieu de demander de l'aide à un surveillant ou encore Ryuko qui s'est interposée élargissant par la même occasion les dégâts ?

-Vous devez probablement savoir l'histoire de Ryuko, non? Avoir accès à son dossier? Je ne comprends toujours pas pourquoi elle est à Undai. Comment est-ce qu'une personne aussi gentille qu'elle, une personne avec un si grand coeur peut-elle se retrouver entre les murs d'Undai, un endroit remplis de fous et de tueurs sans scrupules?

Plongée dans mes pensées, je soulevais mon regard surpris à la hauteur de celui de ma patiente. Restant un instant silencieuse, je jetais un regard au lit d'à coté où Ryuko dormait et -au même moment- mon esprit logique s'illumina. Laissant apparaître un mince sourire, je me relevais laissant le silence planer dans la pièce. Depuis quand Miyuki Nomura, la terreur des Premières, s'inquiétait-elle pour quelqu'un d'autre qu'elle ? Étrange. Serait-ce là, la réponse du pourquoi Hirano eut intervenu dans cette bataille ? Possible. Probable. Ces jeunes sont vraiment intéressants, surtout que j'avais l'impression qu'aucune d'elles ne le comprenait pour l'instant. « Détruis ses illusions, Akiha ». Soupirant, je m'assis à mon bureau tout en croisant les jambes et rivant mon regard sur la fenêtre. Il commençait à se faire tard, et je devais faire encore quelques petites manipulations dans le laboratoire...

- Ryuko Hirano, une étudiante de Seconde assez douée qui s'élève dans cette école avec habilité. Une personne ayant un passé tragique, un peu comme chacun ici. N'ayant pas où aller pour se libérer, recevant une invitation pour une vie nouvelle.

C'était le schémas habituel, cette école piochait dans des jeunes personnes n'ayant pas droit à un avenir heureux, ne pouvant refuser cette invitation qu'ils considéraient comme une bénédiction. Et même après se voir victimiser à Undai, ces jeunes y restaient -fidèles à Dead Master- parce qu'elle les a sortis d'un autre enfer, ou alors ils y restaient par peur de se voir tuer en voulant s'extraire de ce monde qu'ils ont acceptés d'intégrer. Ryuko n'en faisait pas exception, victimisée par le passé, elle était la candidate parfaite pour rendre grâce à cette lettre de la mort. En plus de cela, elle était douée, un élément dont Undai ne pouvait se passer. Le seul problème ? Ce qu'elle était toujours elle, ne se battant que par nécessité, ne voulant le mort de personne sauf de ceux qui lui voulaient du mal. Un adversaire de taille quand on la provoque au maximum. Me tournant vers mon interlocutrice, un sourire aimable sur les traits, je poursuivis, cette fois avec un ton plus naturel, plus gentil.

-Miyuki-Chan, ne penses-tu pas que chercher le bonheur ailleurs est suffisant pour accepter cette lettre tombée de je ne sais où au meilleur moment ? Si, et Ryuko dut penser ainsi aussi, jusqu'à ce qu'elle y a mis les pieds et s'est rendue compte de ce qu'était Undai. Je ne peux pas te dire d'avantage, mais si tu veux, demande lui directement quand elle se réveillera.

Lui faisant un clin d’œil, je m'approchais du premier lit m'étant découvert pour enlever le bracelet de l'étudiant qui y agonisait. Oui, la punition sera donnée à tous... ou presque. Continuant ainsi, passant par les autres ainsi que par Kurayami, je m'arrêtais devant Miyuki tout en lui expliquant ce que je faisais, les cristaux de couleurs vertes et rouges dans ma main.

-Je vous enlève vos pouvoirs jusqu'à nouvel ordre, en attendant que j'interroge ce petit monde et que j'estime la durée de cette privation. Si tu veux un conseil Miyuki-Chan, évite de t'attirer des ennuis pendant ce laps de temps.

M’approchant d'elle, je me saisis de son cristal vert avant de reprendre tous ces bijoux avec moi et les enfermer à double tour dans une boîte fraîchement matérialisée qui allait se retrouver dans le bureau de la direction dans peu. « Cela pourrait paraître inoffensif... mais ça ne l'est pas. » Effectivement, retirer les pouvoirs aux étudiants, était comme les condamner à mort. À une mort lente parsemée de la peur de tous les jours. Combien d'eux allaient mourir avant la fin de la semaine à cause de leur habitude de monstre ? La plus grande moitié certainement. Cruel, mais tellement subtil. Et cela apprendre à ces petits chatons qu'était le respect et la vraie peur. Oui, une bonne leçon de vie.

-Tu devrais te reposer pour le moment.

Retournant à mon bureau, je me lançais dans la rédaction d'un rapport pour cette affaire. Que dirait la directrice sur mes choix ? Rien, elle me demanderait d'éliminer ces petits insolents qui font du grabuge dans son école. Et c'est ce que je suis en train de faire là, mais à une échelle plus terrifiante, moins voyante et surtout, plus lente. « Bonne idée, hehe. »

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miyuki Nomura

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 06/07/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Dead Whisperer
★ Age : 18
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.   Mer 24 Avr - 19:04

J'attendis que l'infirmière brise le silence qui s'était maintenant installé suite à ma question. Je la vis jeter un coup d'oeil vers Ryuko, avant de me regarder de nouveau. Quelque chose dans son comportement m'intriguais et je penchai légèrement la tête d'un côté, tentant de savoir ce à quoi pensait l'infirmière. Mais moi, les jeux psychologiques, ce n'était pas mon fort. Je me résignai donc à attendre sa réponse, même si je me doutais que je n'allais pas aimer (en fait, pas tout a fait) ce qu'elle allait me dire. Elle soupira tout en s'asseyant à son bureau, croisant ses jambes élégamment.

- Ryuko Hirano, une étudiante de Seconde assez douée qui s'élève dans cette école avec habilité. Une personne ayant un passé tragique, un peu comme chacun ici. N'ayant pas où aller pour se libérer, recevant une invitation pour une vie nouvelle.

Je fronçai les sourcils, me demandant ce que Ryuko avais dû vivre dans le passé. Qu'est-ce qui l'avait poussée à accepter l'invitation d'Undai? Pourquoi avait-elle intégré cette école de fous sans seconde pensées, sans même avoir pris un instant pour hésiter? Qu'est-ce qui, dans son passé, avait déclencher chez elle un instinct de jouer contre la vie, au sein d'Undai? Je n'avais aucune idée, et je ne pensais pas avoir le courage de lui demander un jour. Ryuko était différente des autres élèves sous plusieurs coutures. Elle était studieuse (non mais, qui est studieux dans une école où on s'entretue? Pas moi en tout cas), ne se battais que lorsque sa vie était menacée et elle cherchais à éviter les ennuis (je dois avouer que sur ce dernier point, elle craint a max). Mais plus que tout, elle étais encore humaine. Plusieurs d'entre nous avait perdu le peu d'humanité qui nous restais. Transformés en machine à tuer, nous ne pensions à rien d'autre que de devenir meilleurs afin d'être capable de décapiter notre adversaire. Chaque journée était un combat contre la mort, que ce soit dans l'arène ou hors de celle-ci. On étais comme des animaux affamés prisonniers d'une cage, et le seule moyen de nous en sortir était de faire du chacun pour soit. Car si on essayait d'aider notre prochain, sois on se retrouve avec tout le monde contre nous (un peu avec ce qui s'était passé sur le toit), soit on se retrouve avec notre soit disant "partenaire" nous poignardant dans le dos. Faire confiance était une notion inconnue à Undai. Je restai silencieuse un moment, analysant ces pensées. Ryuko n'était pas à sa place ici. Elle était vulnérable. Et ça m'inquiétais. Je sais, je ne devrais pas, mais je suis arrivée à apprécier l'albinos, et savoir qu'elle pouvais mourir du jour au lendemain me pesait sur la conscience. Pareil avec Kaïla. Cette tête de linotte était parvenue à se frayer inconsciemment un chemin vers mon coeur, et maintenant, je m’inquiétais pour elle aussi. Je soupirai et reportai mon attention sur l'infirmière et surpris son sourire en coin.

-Miyuki-Chan, ne penses-tu pas que chercher le bonheur ailleurs est suffisant pour accepter cette lettre tombée de je ne sais où au meilleur moment ? Si, et Ryuko dut penser ainsi aussi, jusqu'à ce qu'elle y a mis les pieds et s'est rendue compte de ce qu'était Undai. Je ne peux pas te dire d'avantage, mais si tu veux, demande lui directement quand elle se réveillera.


Elle me fit un clin d'oeil et se leva, se dirigeant vers les lits occupés par les élèves blessés. Je la vis enlever un a un les gemmes de pouvoir et je sus que la punition serait une des plus cruelles entre ces murs. Je sentis mon estomac se nouer mais gardai mon calme, ne quittant pas l'infirmière des yeux.

-Je vous enlève vos pouvoirs jusqu'à nouvel ordre, en attendant que j'interroge ce petit monde et que j'estime la durée de cette privation. Si tu veux un conseil Miyuki-Chan, évite de t'attirer des ennuis pendant ce laps de temps.

Je hochai la tête, ne sachant pas quoi dire. Moi, éviter les ennuis? Je vais vous expliquer. Lorsqu'il pleut, essayez d'éviter les gouttes. Voilà. C'était ma situation. Peu importe où je vais, il y a des ennuis qui m'attendent. J'étais en grande partie responsable à cause de mon caractère de merde, je sais. Il va falloir que je me terre dans ma chambre pendant un moment, et passer le moins de temps possible hors de celle-ci. L'infirmière me retira ma gemme et je la suivi du regard lorsqu'elle plaça sa récolte dans une petite boîte matérialisée sur son bureau.

-Tu devrais te reposer pour le moment

Elle s'installa par la suite à son bureau et travailla dans la paperasse. Me reposer. Comment voulait-elle que je me repose dans la même pièce que ceux qui m'avaient attaquer sur le toit? Il avaient beau être moins dangereux sans leur gemmes, cela ne voulait pas dire qu'ils étaient inoffensif pour autant. N'importe quel objet peut se transformer en arme. Ryuko en avait fait la démonstration. Je restai un moment silencieuse, incapable de trouver le sommeil. Après un moment, je relevai la tête et regardai l'infirmière.

-Au fait, c'était quoi votre truc plus tôt? Votre "double"? Ryuko à semblée quelque peu effrayée par ce dernier.

Ça avait été si soudain que moi même j'étais restée surprise. Ça devait être le pouvoir de l'infirmière. Un pouvoir étrange mais qui semblais être efficace. J'attendis sa réponse. Je ne savais pas trop ce qu'elle allait répondre, mais bon. Comme je ne pouvais pas dormir, autant causer pour passer le temps, non?

Hrp: C'est court, et je m'en excuse D: Je reprends peu a peu mes rp~ un retour actif à Undai? très probable~ et désolé pour la couleur, j'ai oublié comment faire ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akiha Ketsuki

avatar

Messages : 449
Date d'inscription : 03/06/2012
Localisation : Dans ton coeur

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Hyouri Shi
★ Age : 26 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.   Jeu 30 Mai - 19:45

J'adorais travailler dans l'infirmerie, que ce soit pour préparer mes cours ou pour soigner les chatons y atterrissant. Et là, devant mes yeux, j'avais un tas de papiers à remplir dans une pièce relativement pleine d'étudiants convalescents. Par exemple là, je signais une fiche de la morgue montrant le bilan d'élèves morts cette semaine. Je n'ai jamais vu un taux de mortalité aussi élevé dans les écoles, ni ailleurs d'ailleurs. Pire que dans une armée, armée qui va à la guerre, j'entends bien par là. Quoi qu'il en soit, j'étais consternée de voir tant de pertes. Un jour la directrice aura sans doute des problèmes avec ceci, mais ça ne me concernait pas, n'est-ce pas ? Si, je me sentais concernée, je ne voulais pas voir ces pauvres chatons que je soignais si souvent, mourir par simple stupidité ou envie d'un des professeurs. Mais était-il juste possible d'arrêter des monstres de s'entre-tuer ? Non, ce n'était pas si facile à faire quand des jeunes comme eux, démunis de tout, se retrouvaient en possession d'un pouvoir pouvant changer toute leur vie -si ils survivaient au cursus scolaire de Undai. Quoi qu'il en soit, c'est avec un mélange d'outrance et de désespoir que je m'attelais à mon travail sans exagérer mon sens de la justice et de la bienveillance. Même si je voudrais aider toutes les personnes de cette Académie, je ne pouvais me permettre de crier haut et fort ce que je pensais du système interne qui y procédait sous la main ferme de la directrice. Après tout, je n'étais pas forcément une personne pouvant se faire entendre dans un endroit où seule la mort avait le droit suprême de décider de tout. « Ouais, bosse au lieu de réfléchir à comment sauver le monde, Akiha. » C'était un conseil comme un autre de mon mauvais coté, pourtant je n'étais pas à cent pour cent d'accord avec ses paroles qui se fracassaient dans mon crâne d'une manière plus que désobligeante. Travailler pour sauver les gens, c'était mon but premier, et même si je savais que Undai était une cause perdue, jamais je n'arrêterais d'ajouter mon grain de sel pour qu'il y est plus de vivants que de morts dans ce lieu dépourvu de toute logique.

Je pensais cela, je le disais même, et pourtant, c'était moi qui avais enlevé les boucles de pouvoir à ces chatons allongés sur les lits, sachant pertinemment que je les condamnais à une mort certaine, vu leurs compétences intellectuelles à se protéger de tout danger. Je n'en étais pas fière, loin de là, mais le choix que j'eus pris était meilleur que de les envoyer se faire tuer dans le bureau directorial sous un prétexte de discipline suprême n'ayant pas été inculquée de manière efficaces à ces étudiants. Parfois je regrettais que la matérialisation existe, ou du moins le fait qu'elle était accessible à des jeunes sans scrupules, mais cela aussi, je ne pouvais changer. Le monde ne m'appartenait pas, du moins, pas pour le moment.

- Au fait, c'était quoi votre truc plus tôt? Votre "double"? Ryuko a semblé quelque peu effrayée par ce dernier. 

Levant la tête de mes papiers tout en chassant les pensées m'ayant assaillies, une réponse fusa comme par magie dans mon esprit, parole que je ne dis pas à haute voix. « Oh, je suis Akiha, celle qui t’arrachera la tête avec une lenteur incroyable pour que tu sentes tous tes nerfs s'arracher un par un dans ton cou, mais seulement si tu continues à poser des questions, gamine. » Secouant la tête doucement, je me levais ne laissant paraître qu'un sourire parfaitement impénétrable sur mes traits du visage. Alala, et croire que mon ombre était la face cachée de ma personnalité. Soupirant à nouveau comme pour accentuer mon agacement, je fis un geste anodin vers Miyuki, pour lui signaler que la réponse à sa question n'avait aucune importance.

- Ce n'est que de la matérialisation, Miyuki-chan. Comme tu as tes armes, moi j'ai ce... cette ombre ~

Ma lèvre tressaillit tandis qu'un sifflement contrarié résonna dans ma tête. Évidemment que mon alter-ego n'aimait guère cette comparaison des plus fausses, mais je n'allais pas expliquer à une étudiante qu'en fait, cette chose qui m'habitait et qui était plus que monstrueuse, n'était autre que mon deuxième moi, le montre qui s'amusait à tuer les étudiants dans d'affreuses souffrances n'attendant que mon feu vert. Non, cela ne collerait pas à l'image de la gentille infirmière qui soignait le monde depuis mon arrivée à Undai. Me demandant s'il serait bon d'endormir cette fille afin qu'elle ne pose davantage de questions indiscrètes, c'est avec une certaine appréhension que mon regard se détacha d'elle pour se poser sur un étudiant retrouvé sur le toit, qui était en train de s'éveiller. Voilà que les soins fonctionnaient fort rapidement sur les chatons de cette école, et c'est tout aussi rapidement que je saisis le téléphone blanc accroché au mur près de mon bureau pour appeler des infirmières en urgence. Pourquoi ? Parce qu'il faudra quelqu'un pour vérifier l'état de ces gamins, et surtout de les empêcher de faire n'importe quoi -comme se battre- dans ce lieu de repos. Et surtout, parce que j'avais énormément de boulot et je avais tout sauf l'envie de rester ici à écouter les plaintes liées à la punition générale que j'eus administré à ces étudiants. Raccrochant après confirmation, je me redressais pour mieux regarder tous les lits occupés de la salle.

- Bien, on dirait que tes... amis ou ennemis si tu préfères, commencent à se réveiller. La plupart sortiront sans doute encore aujourd'hui, mais pour le reste, ne t'en fais pas, tu ne seras pas en danger ici ~

Quitte à les attacher afin qu'ils ne s'entre-tuent pas, je le ferai sans moindre hésitation. Sans oublier que mon but était d'interroger ces mêmes enfants pour qu'ils me disent ce qu'il s'est vraiment passé sur ce toit. « Laisse tomber, de toute façon ils sont punis et beaucoup vont mourir dans les prochaines heures ~ ». Peut-être oui, peut-être non. Quoi qu'il en soit, c'est avec soulagement que je vis mes infirmières arriver, je leur expliquais en vitesse de quoi il retournait tandis que les premières réactions haineuses de mes patients se faisaient entendre.

- Vérifiez si ils sont en bon état, pour ceux qui le sont, faites les sortir, pour les autres... calmez les si il le faut.

Intimant mes ordres d'une voix impériale, je m'assis à mon bureau, continuant à remplir mes papiers dans le brouhaha général. Définitivement, je ne supportais pas le bruit quand j'étais occupée... Au point de prendre congé. Me levant en ramassant tous mes papiers dans un tas que je fourrais dans la mallette, je pris le tout et me dirigeai vers la porte, décidée à finir ma journée dans un endroit plus calme. Attrapant la poignée de la porte, je m'arrêtais tout de même en lançant une dernière parole à Miyuki.

- Finalement, vous ne serez pas poursuivi pour l'incident du toit, essayez juste de survivre sans vos pouvoirs... disons pendant une à deux semaines.

Un dernier geste d'au revoir, et je claquais la porte derrière moi. « Tu es trop gentille. » Oui, je l'étais. Mais en même temps non. C'est avec une demi douzaine d'étudiants en danger sur le cœur, que je partis à la recherche d'un endroit paisible pour finir mon travail.

HRP: no souci, mon code c'est #09538e. Désolée du retard ^^ J'espère tout de même que tu reviendras activement sur le forum :) Sans oublier qu'un passage en rang t'attend :o

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nouvelle rencontre? Non, juste la catastrophe assurée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» NOUVELLE INTERVENTION MEURTRIERE DE LA MINUSTAH/FLASH
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» Comment créer sa nouvelle équipe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Toit-