AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Dim 22 Juil - 15:40

Je restai indifférente lorsqu'une fille blonde et plus petite que moi, entourée de ses amies, me regarda de ses yeux bleus en ricanant, murmurant probablement des insultes à mon égards, faisant rire son cercle d'amies. J'étais assise dans la cour sur l'un des bancs, espérant me trouver seule un moment, mais ces filles étaient arrivées il y a peu de tems, et dès qu'elles m'avaient vues, elle ne s'étaient pas gênées pour me faire comprendre que je figurais dans leur liste noire. Elles me jetaient des regards noirs, parlaient avec mépris, et me regardait comme si je n'étais qu'une moins que rien, me faisant sentir comme si j'étais un déchet ou quelque chose du genre. Probablement des soupirantes de Jun qui, encore une fois, me jetaient leur haine et leur jalousie en pleine face. Au bout d'un moment, n'en pouvant plus de leurs commentaires et de leurs regards incessants, je me levai et décidai de partir. D'un pas rapide et le menton haut, je passai à côté d'elles et entendit clairement l'une d'elle dire "chienne". Je l'ignorai et continuai mon chemin sans m'en offusquer, me dirigeant vers les dortoirs en ignorant toutes personnes que je croisai. Là encore, je me récoltai quelques regards en coin, mais sans plus. J'avais aussi découvert il y a peu que certaine filles, au lieu de me mépriser, tentaient d'attirer mon attention sur elles, se faisant séduisante et cherchant toujours à attirer mon attention. Faut dire qu'avec mon apparence mystérieuse et me jolis yeux rouges, j'en exitais plusieurs. Mais je restais indifférente et ignorais leurs regards, continuant mon chemin comme si elles n'existaient pas. Je ne voulais pas m'embarquer dans ce genre de problèmes. Qui sait ce qu'une vraie relation m'apporterait? Des problèmes, sans aucun doutes.
Une fois arrivée dans ma chambre dans les dortoirs, je décidai de faire un somme, m'endormant en quelques minutes à peine. Lorsque je me réveillai, il faisait déjà nuit noire à l'extérieur et une respiration lente et profonde m'apprit que Melody dormait dans le lit non loin du mien. J'avais toujours été une personne nocturne, donc être dans le noir ne m'effrayait pas. J'aimais la nuit parce que mes yeux sensibles ne souffraient pas de la luminosité de la lune, et dans le noir, il était toujours plus facile de cacher ses sentiments qu'en plein jour. Je me levai sans faire de bruit et me dirigeai vers l'un de mes bureaux pour y dénicher des vêtements. Je me dirigeai par la suite vers la salle de bain et fermai doucement la porte derrière moi avant d'allumer la lumière. Je décidai de prendre une douche, prenant plus de temps que nécessaire, laissant l'eau chaude couler sur mon corps long et svelte. Mes cheveux blancs tombaient dans mon dos et me collaient à la peau tandis que je restai là, sous le jet chaud sans bouger. Après un moment, je me savonnai le corps, puis nettoyai mes cheveux. Une fois bien nettoyée, je coupai l'eau et sortis de la douche, m'entourant dans une serviette. Je m'habillai de pantalons noirs et d'un pull puis accorchai ma serviette au mur avant de sortir de la salle de bain sans faire de bruit. Melody dormait toujours et je ne voulais pas la réveiller. Elle était grincheuse lorsqu'on la réveillait, je l'avais appris à mes dépends. Je fouillai dans les armoires, évitant de faire du bruit, et dénichai quelques petites collations à grignoter. Je sortis un sac d'amandes que je fourrai dans ma poche de pantalon, puis retournai à mon lit. Je m'agenouilai au sol et passai la main sous le lit. Je trouvai finalement le coffret de mon violon que je tirai vers moi. Je le pris en main et, une fois bien prête, je sortis de la chambre, verrouillant derrière moi.
Je marchai silencieusement dans les corridors, évitant les sources de lumières. Je ne voulais pas être vue par des élèves et être suivie, que ça soit par des admiratrices de ma personne ou des soupirantes de Jun. Je sortis finalement des dortoirs sans être vue et sans hésitation, je me dirigeai vers la forêt. Je marchai pendant un moment, jettant des coups d'oeils aux alentours de temps à autres afin de m'assurer qu'on ne me suivait pas. Je voulais être seule et n'avoir personne pour me critiquer, me mépriser ou me déranger. Mes pas me menèrent bientôt jusqu'au temple sans que je m'en rende compte et je restai figée un moment devant le bâtiment, dont la lune donnait un air sinistre avec ses rayons bleutés. Je regardai autour un moment, mais il était peu probable que qui que ce soit se trouve dans les parages. Ce n'était pas tout le monde qui aimait les escapades nocturnes, et surtout, ce n'était pas tout le monde qui approcherait le temple de nuit. Je posai le coffret de mon violon sur un rocher plat et l'ouvrit pour en sortir mon violon. J'empoignai pas la suite l'archet, ajustant la tension dans les fils, puis, positionnai mon violon sous mon menton. Je pris une grande inspiration et fit lentement glisser mon archet sur les cordes du violon, tirant une longue note qui se perdit dans la nuit. J'enchainai pas la suite avec quelques petits coups experts du poignet, tirant une mélodie complètement inventée. Je ne jouais aucun morceau en particulier, seuivant seulement mes instincts et mon oreille musicale, jouant les notes comme je les sentais, jouant à la fois une mélodie nostalgique et puissante. Je ne pensais pas que les personnes à Undai entenderait la mélodie. Au pire, si elles l'entendaient, ça ne serait que faiblement puisque les arbres bloquaient une partie du son.
Je continuai de jouer, yeux fermées, faisant glisser mon archet sur les cordes, faisant sortir les sons comme bon me semblait. Je jouai ainsi un moment, partageant mes émotions à la nuit en jouant cette mélodie. Au bout d'un moment, je tirai une dernière note que je fis traîner, puis le silence revint. J'ouvris les yeux et soupirai avant de remettre mon violon dans son coffret, le gardant ouvert cependant. Je sortis les amandes de ma poche et ouvris le sachet. Je pris une amande que je fourrai dans ma bouche, la mâchant lentement. Mon regard se posa sur le temple tandis que je mangeait ma collation. L'endroit avait l'air à la fois sinistre et réconfortant. En général, les temples servaient de réconfort, non? Mais celui-si avait un petit côté sombre que je ne pouvais pas expliquer. Je fini de manger ma collation puis fourrai le sac vide dans ma poche avant de me lever et de m'étirer, bras au dessus de la tête. Avec un soupire de satisfaction, je laissai retomber mes bras à mes côtés puis repris mon violon en main pour entamer une autre mélodie, nostalgique elle aussi. Je ne sais pas combien de temps je jouai ainsi, loin des regards et complètement perdue dans ma bulle. Mais je sais que je jouai longtemps, évacuant toutes les émotions de mon être.





____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Jeu 2 Aoû - 3:50

Il y avait bien longtemps que j'avais envie de sortir de la chambre. Non pas que ma camarade de chambre soit insupportable (étrange serait le mots le plus juste), mais j'avais envie d'être seul. Il m'arrivait souvent de l'être avant. Ne plus pense à rien d'autre que à moi. Non je n'étais pas égoïste. Juste que parfois penser que à soi c'est une très bonne chose pour son propre mental. Pour ce remettre toute les idée en ordre, pour savoir ce que le monde pourrais encore nous apporté ou nous enlever. J'avais toujours eu cette habitude mais jamais je n'avait réellement sentit le besoin. A part ce soir. Pourquoi? je ne sais pas. Peut-être juste pour sortir, pour sentir l'air du vent dans mes long cheveux noirs que pour une fois j'avais détacher. J'avais enfiler qu'une simple robe de chambre que j'avais emprunter à Aria. Les pied nu je me dirigeais nonchalamment vers la foret là ou j'avais pour la première fois vue Mon Modèle et l'écervelé au lapin. On avait finit cette curieuse aventure d'une façons fort particulière surtout pour moi qui ne pouvait m'approcher des lapins... Je me mit à rire seul. Puis les larmes montèrent. Pourquoi? j'aurais tellement voulu le savoir. Je n'étais pas particulièrement sensible mais ce soir la nostalgie me prit. Je repensais à mes longue heure passer à écouter Mikhaïl me raconter toute ce qu'il savait et jamais il ne c'était répéter. Jamais je n'avais douter de ceux qu'il m'avait raconter. Cet homme avait représenter et représente toujours tout ce que j'admire. Bien sur, en venant ici j'avais tout fait pour quitter son emprise, tout fait pour que mon esprit l'oubli car je savais que mon cœur ne le ferais jamais pourtant je sais que cela n'arriverait pas.
Soudain j'entendis un air de musique. Je n'y fis pas attention. Me disant que c'était ma mémoire qui me jouait des tours. Pfft... Penser à ce passé m'avais fatigué plus que de raisons. J'essayais de me retrouver, puisque que comme à ma grande habitude je m'étais perdu.
La musique reprit, nostalgique elle aussi. Par contre cela montrais que ce n'était pas dans ma tête vue que Mikhaïl avait horreur de joué des musique à consonance triste au violon, avec n'importe quel instrument d'ailleurs...
Je suivis la mélodie et découvrit une jeune fille au cheveux blanc joué du violon. Les yeux fermé, elle jouait sa musique avec beaucoup de faciliter, inventant surement au rythme de ces pensée. Je ne voulais pas la dérangé, parce que moi même je n'aimais pas que l'on me dérange quand je jouais mais j'aurais voulut entendre quelque chose de plus entrainant. Mais je ne fit rien car c'était moi qui m'imposait et pas le contraire...
Je m'avançais jusqu'au marche du temple et m'assis.
Les larmes se remirent à couler et cette fois si je ne fit rien pour les arrêter. Bien au contraire, je me félicitais d'être sortit cette nuit au moins j'avais put entendre la mélodie de cette être tourmenté devant moi. J'allais peut-être l'aidée. si bien sur elle voulait que je l'aide...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Jeu 2 Aoû - 14:13

Perdue dans ma mélodie, je ne via pas le temps passer. Je jouais, sans arrêt, tirant une note à la suite de l'autre, créant une musique envoutante, calme et apaisante. Je ne voulais pas m'arrêter, car par la musique s'échappait mes émotions. J'avais eu des jours assez bouleversants dernièrement, et il me fallait me débarrasser de mon stress. Mon sang froid avait été mis a rude épreuve (merci à cette Lyuba) et de voir Jun se faire injecter une substance inconnue qui l'avait laissée dans le coma pendant au moins quatre jour, ça m'avait plus qu'atteinte. Je n'avais pas revu Jun depuis, et je crois bien qu'il me serait plus facile, et pour ma santé mentale et physique, si je l'oubliais. J'avais commencé à sombrer depuis l'incident avec la folle au seringues, la raison de ma présence ici, à jouer du violon. Il me fallait me remettre les idées en place et calmer mes émotions qui se bousculaient sans arrêt en moi. Une dernière et longue note fut tiré de mon violon et je cessai de jouer, ouvrant les yeux et abaissant mon instrument. Un sentiment de malaise venait de me prendre, et je ne savais pas trop d'où ça venait. Je me sentais observée, mais je ne parvenais pas à trouver d'où ça venait. Je fit courir mon regard discrètement autour de moi et je captai finalement la source de mon malaise. Une jeune fille s'était assise sur les marches du temples et m'observait, sans mot dire. Je restai figée un moment, ne sachant pas trop comment réagir. Je là, sans bouger, la fixant du regard. Même si ça faisait maintenant plus d'un mois que je me trouvais à Undai, la vie en communauté n'étais toujours pas faite pour moi et mes anciennes peurs étaient toujours sur le bord de ma conscience, prête à ressortir à tout moment.
Je détournai finalement le regard de la fille et rangeai mon violon dans son coffret, surveillant l'étrangère du coin de l'oeil. Le fait qu'elle était apparue sans bruit, en pleine nuit et sur les marches de ce temple sinistre laissait mon esprit en prise avec un malaise grandissant. Une fois mon violon bien rangé, je me relevai et fit face à la jeune fille qui n'avait toujours pas bougé de où elle se trouvait. Grâce aux rayons de la lune, je captai une traînée humide sur les joues de la fille et je restai interdite un moment avant de réaliser qu'elle pleurait. Sans réfléchir, je m'approchai lentement d'elle, gardant une distance respectable.

-Est... est-ce que ça va? Est-tu blessée?


Je ne savais pas trop ce qui avait bien pu la faire pleurer. Peut être que je m'adressait à un fantôme et je ne le savais même pas! Et pas la peine de préciser que j'étais nulle dans ce genre de situation. Comment voulez-vous que je la réconforte si je ne savais pas quoi faire?! Vraiment, une vie de mutisme, ça vous colle à la peau plus longtemps que vous ne le croyez! Je restai donc là, plantée comme une idiote, ne sachant pas quoi faire pour aider cette fille. Puis une pensée me traversa l'esprit. Peut être que c'est ma mélodie qui l'avait attristé? Je portai mon regard sur elle et lui fit un timide sourire.

-Gomen si c'est ma musique qui t'a fait pleurer... Je ne savais pas que quelqu'un m'écoutais jouer.


Le silence revint, et je sautillai sur me pieds, mal à l'aise. Ce n'était pas facile pour moi de faire la conversation. Habituée au silence et au mutisme, c'était toujours une grosse épreuve pour moi lorsqu'il me fallait parler. J'avais toujours l'impression de dire des choses de travers, ou de vexer la personne avec qui je parlais. Parfois, la meilleure solution était de garder le silence et de partir comme si rien ne s'était passé. Mais je n'étais pas ainsi, et voir que cette fille pleurait me rendais quelque peu vulnérable. Lorsque quelqu'un avait besoin d'aide, j'étais toujours prête à l'aider. Un côté de ma personnalité que je n'avais pas souvent mis en pratique cependant.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 7 Aoû - 1:05

Quand elle s'arrêta de jouer je ne fit aucun geste. Je n'avais pas envie de l'effrayer. A près tout, je m'imposais dans son univers. Elle ne remarqua pas tout de suite ma présence. Avec ma robe de chambre je devais ressembler à un fantôme. Elle me fixai de ses grand yeux plein de tourment.
Je n'arrivai pas à sourire remettant un semblant d'ordre dans ma tête.

- Est... est-ce que ça va? Est-tu blessée?

Pourquoi cette question? Ah oui j'avais pleuré. Sa vois était attentionné même si réservé. Je ne répondit pas tout de suite. D'ailleurs je ne savais pas quoi lui répondre. Si je pleurais ce n'était certainement pas de sa faute mais à cause de ma propre faiblesse.

-Gomen si c'est ma musique qui t'a fait pleurer... Je ne savais pas que quelqu'un m'écoutais jouer.

Sa musique? J'avoue qu'un mélodie plus enjoué m'aurait fait plaisir mais ce n'était pour sa musique que je pleurais. Je réussi enfin à sourire:

-Non bien sur que non! Si je pleure ce n'est pas à cause de toi.

Je me levai avec souplesse, sentant ainsi passer le vent entre mes jambes nue. Je frissonnai de froid. J'aurais du m'habiller un peu plus chaudement. Déjà que mon allergie m'avais pris énormément d'énergie, manquerais plus que j'attrape un rhum.

-Je m'appelle Miharu. Tu doit être Ryuko-san. J'ai entendu parler de toi. Ne craint rien, je ne suis dans aucun camps.

Il est vrai que cette jeune fille avait déjà beaucoup de problème. Par amour si j'avais bien comprit.
Ma famille n'acceptait pas ce genre de relation. Ce rangent à l'avis de la bible comme argument pour leur plaidoirie. Moi je l'acceptais. Alors je ne la jugeait pas. Elle avait déjà bien des difficultés.
De plus son aura dévoilé une violente dispute avec elle même. Je ne voulais pas m'avancer. Bonnie avait été déjà surprise de ma logique. Même si j'avais réussi à être son"amie", je ne voulait pas réitérer ce coup de force de peur de la froisser.
Ou peut-être que je me trompais, que ce n'était pas elle et que je venais de faire une énorme gaffe.

-Désolée je suis un peu brusque. Mais je suis pas méchante. murmurais-je avant de reprendre un sourire chaleureux. Je ne comptais pas beaucoup d'amis dans cette école de "fou" peut-être qu'elle en fera partie?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 7 Aoû - 16:16

-Non bien sur que non! Si je pleure ce n'est pas à cause de toi.

Je soupirai de soulagement aux paroles de la fille et secouai légèrement la tête. Je ne voulais pas être la cause de sa tristesse. Tout ce que j'avais fait, c'était jouer du violon afin de calmer mon esprit, et non faire pleurer quelqu'un. Je ne voulais que me vider de mes sentiments afin de pouvoir tenir le coup sous la pression à Undai. La jeune fille se leva souplement et un coup de vent passa, la faisant frissonner. Je ne la quittai as des yeux, toujours sur mes gardes. On était quand même à Undai, il me fallait rester prudente.

-Je m'appelle Miharu. Tu doit être Ryuko-san. J'ai entendu parler de toi. Ne craint rien, je ne suis dans aucun camps.


Je me crispai instinctivement et fit un pas de reculons à ses paroles. Cette fichue réputation me collait à la peau et il m'était impossible de me présenter aux autres avant qu'ils ne sachent déjà qui je suis. Soit on me fuyait parce qu'on me prenait pour une garce dévergondée qui vendait son corps pour le plaisir charnel, soit on me courait après parce qu'on croyait que j'étais une fille facile. Et c'était devenu pire depuis que Jun s'était détournée de moi. Voyant qu'elle s'était peu à peu désintéressée de moi, certaines filles tentaient leurs chance, m'interceptant toujours à la fin des cours ou lorsque je sortais des dortoirs. Je me grattai l'arrière du crane, mal à l'aise. Je me demandais ce qu'avais bien put entendre Miharu à mon sujet. Probablement tout. Ce genre d'info circulait rapidement entre les murs d'Undai. Je soupirai de découragement et laissai retomber mon bras, évitant de regarder Miharu dans les yeux. Je me demandais ce qu'elle pouvait bien penser de moi, et je n'osais pas croiser son regard, de peur d'y voir du dégoût.

-Désolée je suis un peu brusque. Mais je suis pas méchante.


Je relevai doucement mon regard vers elle, la regardant timidement. Elle n'avait effectivement pas l'air méchante, là toute tremblante dans sa robe de chambre. Mais je savais aussi qu'il ne fallait pas se fier aux apparences. Je posai le coffret de mon violon au sol et enlevai mon pull. Je m'approchai d'elle de quelques pas et lui tendis mon pull, lui souriant timidement.

-Tien. Je crois que tu en a plus besoin que moi.

J'attendis qu'elle le prenne avant de laisser retomber mon bras, mal à l'aise. Après un moment, ne sachant pas trop quoi faire de mes mains, je les fourrai dans mes poches et regardai Miharu.

-Donc, qu'est-ce qui t'amène au temple en cette nuit de pleine lune? Probablement pas ma mélodie à faire pleurer les pierres...


Je lui fit un petit sourire gêné et me penchai pour reprendre mon coffret. Je m'assis par la suite sur une des marches du temple, un peu à l'écart de Miharu, n'osant pas trop m'approcher. Malgré son air inoffensive, je ne voulais pas prendre de risque. Qui sait ce dont elle était capable? Tant que je ne serais pas certaine qu'elle était sans danger, je préférais rester sur mes gardes. Je n'avais qu'a me rappeler l'exemple de Lyuba. J'avais baissé ma garde devant son air de fifille et voilà où j'en étais.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mer 8 Aoû - 3:15

Elle me tendit son pull et je l'acceptais machinalement ayant trop froid pour refuser.

-Tien. Je crois que tu en a plus besoin que moi.

je l'enfilais le plus vite possible sentant son odeur. Je souris de plaisir en me réchauffant. La prochaine fois j'essaierais de ne pas oublier mon pull.

-Donc, qu'est-ce qui t'amène au temple en cette nuit de pleine lune? Probablement pas ma mélodie à faire pleurer les pierres...

A faire pleuré les pierre? Qu'elle expression particulière! Elle me fit rire. Au moins je ne l'avais trop froissé. Même si le fait de ne pas trop vouloir m'approchai montrait que j'avais quand même toucher un point sensible. Mihaïl m'avait toujours fait la remarque que je ne m'embarrassait rarement de mensonge. J'avais cette manie de dire ce que je pensait. Pas d'être franche juste spontané. Trop d'ailleurs.Mais javais fait avec. Et puis je m'en sortait toujours très bien. donc pourquoi m'en faire?

-Oh si je sis là c'est parce que j'avais besoin de sortir pour penser un peu, prendre du recul. Et effectivement ce n'était pas pour ta musique. Qui à mon avis ne peut être qualifié de mélodie à faire pleuré les pierres.

lui rétorquais-je avec un grand sourire. A vrai dire heureusement qu'elle était venue avec sa mélodie, autrement je serais encore en train de ma lamenter sur un sort qui n'est à bien y réfléchir pas vraiment triste. Je ne pensais pas trouver qui que ce soit non plus à cette heures si ce baladant dans la forêt aussi près du temple interdit qui plus ai! Mais après tout moi aussi j'y étais.

-Je pourrai quand même dire que je suis contente d'avoir entendu ta mélodie. Même si elle étais nostalgique elle ma permis de me sortir de mon désarroi.

Je me retournai vers le temple. Avec cette entrée peu éclairée. Cela ne donnait pas envie de ci aventuré pourtant, quand je me tournai vers Ryuko une nouvelle lueur c'était allumé dans mes yeux:

-Tu m'accompagne?...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mer 8 Aoû - 4:37

-Oh si je sis là c'est parce que j'avais besoin de sortir pour penser un peu, prendre du recul. Et effectivement ce n'était pas pour ta musique. Qui à mon avis ne peut être qualifié de mélodie à faire pleuré les pierres.

Je lui souris gentiment, penchant légèrement la tête sur le côté. Elle aussi était venue dans un endroit calme pour faire le tri dans son esprit. Qu'est-ce qui pouvait bien la troubler, ça, j'en avait aucune idée, et ce n'était pas de mes affaires. J'étais assez bien élevée et polie pour savoir qu'il serait mieux que je ne pose pas de questions quant à ses problèmes. Si elle voulait en parler, elle le dirait. Quant à moi, elle savait ou avait deviné une grande partie de mon malaise et de mon stress. Comment, aucune idée. Mais elle avait touché droit au but, mais avait au moins la délicatesse de ne pas poser de questions embarrassantes concernant mon état. Une brise fraiche se leva, faisant voleter mes cheveux devant mes yeux et je les repoussai de ma main, frisonnant légèrement. Maintenant que Miharu avait mon pull, je me retrouvais seulement vêtue d'un t-shirt mince qui laissait passer l'air frais de la nuit. Mais je n'allais rien dire, visiblement, la jeune fille en avait plus besoin que moi. Je levai la tête vers le ciel et regardai la lune un moment. Perdue dans mes pensée, je n'entendis presque pas Miharu lorsqu'elle me parla.

-Je pourrai quand même dire que je suis contente d'avoir entendu ta mélodie. Même si elle étais nostalgique elle ma permis de me sortir de mon désarroi.


Je la regardai un moment sans rien dire et lui sourit timidement. Ainsi donc, elle aussi était troublée et cherchait refuge là où personne ne pourrait la déranger.

-Je suis contente de t'avoir aidé dans ce cas. Et désolée si c'était nostalgique. Parfois, quand je joue, tout ce qui sort de mon instrument réflète mes sentiments, et en général, c'est que de la mélancolie...

Je reportai mon regard sur le ciel et identifiai plusieurs constellation et étoiles dans ma tête. Grande ours. Petite Ours. L'étoile polaire. La constellation d'Orion. Le petit Chien. Le Cygne. Je les nommais dans ma tête dès que je les trouvais, laissant mon regard parcourir cette imencité stellaire. Ce fut la voix de Miharu qui me ramena, une fois de plus, à la réalité.

-Tu m'accompagne?...


Je me tournai vers elle et vit qu'elle me désignai le temple. Je restai interdite un moment et fronçai les sourcils. Je ne savais pas trop. Le temple avait comme une énergie négative qui me pesait, et seulement être assise sur les marches me rendait mal à l'aise. Alors là, y entrer... Mais le regard que me lança Miharu fini par me convaincre et je soupirai tout en secouant la tête.

-Pourquoi pas? Je n'ai rien de mieux à faire de toute façon.


Je me levai souplement et m'étirai, levant mes bras au dessus de ma tête. J'empoignai ensuite le coffret de mon violon dans ma main gauche et tendis ma main droite à Miharu afin de l'aider à se relever.

-Allez, tu viens? Je me demande ce qui peut bien ce cacher dans ce temple.


Je lui fit un sourire gêné, attendant qu'elle attrappe ma main.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 14 Aoû - 1:01

-Pourquoi pas? Je n'ai rien de mieux à faire de toute façon. Allez, tu viens? Je me demande ce qui peut bien ce cacher dans ce temple.

Je souris et lui répondis en prenant la main qu’elle me tendait. Me relevant le plus délicatement possible, connaissant mon adresse qui risquait de la faire tomber et moi avec.

-Allons-y ! Lançais-je avançant d’un pas déterminé vers l’entrée du temple. J’ai toujours aimé découvrir les endroits lugubres.

Dans un sens lugubre était un faible mot vue comment ma motivation et mon entrain ce sont volatiliser au moment ou j’ai passé le seuil du temple. Je n’avais, encore une fois, pas fait attention ou je m’étais les pieds.
Des flambeaux s’allumèrent au fur et à mesure que nous avancions et s’éteignirent après notre passage. J’aurais du pensée à faire déroulé un fils d’Ariane. On ne sait jamais que l’on se perde. Le long couloir que nous suivions se dessina en une légère pente, nous menant à une grande salle qui s’éclairât entièrement à notre arriver. Ce distinguait sur chacun des mur une tache sombre, une entré.
Je ne suis pas une grande courageuse je le reconnais. Mais je n’aimais pas, mais alors pas du tout, l’aura que dégageaient chaque une de ces portes. Hélas, par expériences je savais que la ou c’est plus « amusant » c’était souvent l’endroit le plus sinistre (et le meilleur moyen de trouver la sortie).
Mais je n’étais pas seul et même si je n’avais qu’une envie c’était de fuir, je me retournais vers Ryuko :

-Alors camarade ? Où allons nous ?

Le sourire aux lèvres cachant ma peur. J’avais eu de cinq ans pour apprendre à le perfectionner. Je le maîtrisais parfaitement.
Je savais (enfin j’anticipai) qu’elle allais accepter, moi-même j’aurais accepter si je n’avais pas cette foutu capacité à voir les auras. En y repensant bien même avec cette faculté je fonçait tête baisser dans les problèmes. La preuve de ce temple ce dégage une forte auras de « Mauvais » mais non j’y suis rentrée. Pareil pour Undaï Gakuen. Une aura Noir, mais non je l’avais ignoré et me voila ici. Pour le moment il est trop tôt pour regretter mais….

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 14 Aoû - 13:08

Miharu me sourit et accepta la main que je lui avais tendue, se relevant lentement. Je la relâchai par la suite et me tournai vers le temple, pas trop certaine de vouloir y entrer.

-Allons-y ! J’ai toujours aimé découvrir les endroits lugubres.


Je jetai un coup d'oeil à Miharu et lui sourit à mon tour. C'est vrai que découvrir des endroits sombres et lugubres pouvait être excitant parfois. Mais quelque chose à propos de ce temple ne me disait rien qui vaille et mon instinct me criait de m'en aller, de laisser le temple tranquille. Mais pas question que je laisse Miharu s'y aventurer toute seule. Qui se porterait à son aide si quelque chose n'allait pas? Non, je préférais l'accompagner et pouvoir l'aider si jamais elle était dans le pétrin. De plus, si on est deux on a moins de chance de se perdre.
Dès que nous nous engagions dans le temple, des flambeaux s'allumèrent d'eux mêmes pour éclairer nos pas, s'éteignant lorsque nous les avions dépassé. Je restai sur mes gardes, tenant mon coffret de violon dans une main et laissant mon regard courir partout autour de moi, attentive à tout ce qui se passait. Si quelqu'un se cachait dans les ombres, j'aurais plus de facilité que la majeure partie des humains à la repérer, puisque mes yeux sensibles filtraient mieux la faible luminosité. Ainsi, je pourrais anticiper toutes personnes voulant nous jouer un mauvais tour. Au moins, l'espérais-je.
Nous continuâmes d'avancer pour finalement arriver à une espèce de grande salle où la voute se perdait dans les ténèbres. Dès qu'on y entra, elle s'éclaira entièrement et je restai immobile un moment, totalement aveuglée. Je n'osais pas faire un pas de plus. Me connaissant, ainsi aveuglée, si je posais le pied devant une fois de plus, j'allais me retrouver par terre en moins de temps qu'il n'en faut pour dir "ouf". Une fois que ma vue se fut acclimatée à la soudaine luminosité, je regardai autour de moi et remarquai que chaque mur était muni d'une porte, comme si on nous donnais un choix ultime: où aller? J'avais un mauvais pressentiment, mais je tentai de rester calme. Peut être que ce n'étais que mon imagination après tout. Ces portes ne pouvaient pas vraiment cacher quelque chose de dangereux, si?

-Alors camarade ? Où allons nous ?


Je regardai Miharu et vit qu'elle me souriait. Elle était probablement excitée par le choix que nous avions devant nous, et voulait mon opinion qunt à la marche à suivre. Je pris le temps d'examiner chaque porte du regard. Celle de droite me donna un tel sentiment de froid que je la rayai de la liste immédiatement. Pas question que j'aille me promener là après avoir ressentis un tel malaise. Celle de gauche, lorsque je la regardai, me donna le tournis et un peu plus je me retrouvai au sol, toute étourdie. Restant miraculeusement debout sur mes jambes branlantes, je regardai la porte du milieu et ne ressentis qu'un faible picotement au bout de mes doigts, comme pour dire "C'est dangereux, mais moins que les deux autres". Je soupirai et pointai la porte du milieu du doigt, me tournant par la suite vers Miharu.

-Allons dans celle du milieu. Les deux autres ne me disent rien de bon.


Je ne savais pas pourquoi j'avais ressentis de tels malaises, mais j'espérais honnêtement que je ne me trompais pas quant à la porte du milieu. J'écoutais mon instinct, et ce dernier me disait que celle du milieu était, et de loin, beaucoup moins dangereuse que les deux autres. Je souris faiblement à Miharu et lui fit un signe de tête.

-Tu viens?


Je m'avançai par la suite vers la porte, attendant que Miharu m'y rejoigne.


____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Ven 17 Aoû - 9:17

-Allons dans celle du milieu. Les deux autres ne me disent rien de bon.

Celui ou il était en gros et gras ne pas entré? Ah non pas dans le même sens, effectivement celle du milieux était moins effrayante (même si elle le restait quand même dans une très grande mesure.) Je pris une grande inspiration que j'aurais du éviter connaissant les aura malveillante qui fourmillaient dans cette espace trop petit pour autant de ... On arrête la c'est moi qui est voulu entrer maintenant il faut assumer. Au moins je ne suis pas seul. Ryuko est avec moi, et je me sent un peu rassurer (en plus elle a su choisir la moins effrayante des entrés.

-Tu viens?

J'aurais voulu lui dire non. Mais tout ce que je réussi à faire c'est d'opiné docilement la tête avec mon sourire qui disais que j'étais toujours d'attaque. Pauvre cloche que j'étais. Incapable de dire non, même quand je savais que la situation l'indiquer. Facilement manipulable diriez vous? Je crois oui mais quand même lucide.

-Tu crois que l'on va trouver quoi? Parce que si il existe à labyrinthe c'est qu'il doit forcement cacher quelque chose,Non?

pardon pas trop d'imagination ^^'


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Sam 18 Aoû - 16:15

-Tu crois que l'on va trouver quoi? Parce que si il existe à labyrinthe c'est qu'il doit forcement cacher quelque chose,Non?

Je me grattai le derrière du crâne, incertaine. Je ne savais vraiment pas ce qu'il y avait dans ce temple, et si je continuais à m'y avancer, ce n'était que pour Miharu. Je ne voulais pas la laisser y aller seule, au cas où elle se perdrait ou aurait d'autres problèmes. Je n'étais pas très rassurée à continuer, mais voyant que Miharu ne voulait pas faire marche arrière, je me décidai de continuer avec elle.

-J'en ai aucune idée, honnêtement. C'est la première fois que je viens ici, donc, quant à savoir ce qui se trouve derrière ces portes... c'est un mystère.

Je m'avançai vers la porte qu'on avait choisi et je m'arrêtai devant, posant ma paume à plat dessus. Il y émanait une étrange vibration quelque peu malfaisante et je ne savais plus trop si je voulais continuer. Je me tournai vers Miharu et la regardai dans les yeux.

-Tu es certaine que tu veux continuer? Parce que, si tu veux faire marche arrière, tu n'as qu'a me le dire, et on quitte cet endroit.


J'attendis sa réponse avant d'ouvrir la porte. Je ne savais pas ce qui se trouvait derrière, mais pas la peine de le découvrir si ma compagne voulait quitter les lieux. Je quitterais moi aussi.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Dim 19 Aoû - 11:53

-J'en ai aucune idée, honnêtement. C'est la première fois que je viens ici, donc, quant à savoir ce qui se trouve derrière ces portes... c'est un mystère.

Je crois que c'est à ce moment la que j'ai commencer à me sentir mal, vraiment mal. Comme si au fond de moi, il y avait un immenses vers qui voulait sortir. Je m'appuya sur le mur tentant de reprendre mon souffle. J'avais dans la bouche ce gout infecte de charogne. Je l'avais souvent sentit lorsque j'avais visiter le château familial de Mihaïl. Cette pestilence annonciatrice de mauvaise augure. Je me pris la tête entre les mains pour me chasser les images d'horreur qui avaient toujours suivit cette odeur. Ryuko ne du pas le remarquer quand elle ce retourna. je n'entendit pas ce qu'elle me dit, mais je devinais au son que ce n'était pas l'envie de continuer qui la consumait, loin de là.
Je fis quelque pas mal assurer pour me porter à sa distance. Elle ce tenait devant une porte qui ne me disait rien qui vaille la peine d'y entrer. Je pris la main de ma compagne de mésaventure, et la tirais le plus loin et le plus vite possible de ce couloir. Si elle n’apprécia pas mon geste, je n'y fis pas attention. Je traversais la grande salle, trop vite pour que mes yeux identifie vraiment l'endroit mais , mes jambes, elles n'attendirent pas l'accord de mon cerveau trop embrouillé pour s'aventurer jusqu'à la sortie. Une sortie ou je tomba dans la dizaine de marche de l'escalier. Je me mis à vomir du sang, mes poumons étaient en feu d'avoir trop courut avec si peu d'air. Je me roulis par terre, reprenant haleine.
Jamais je n'aurais du sortir de la chambre. Jamais je n'aurais du écouter cette mélodie, et surtout jamais je n'aurais du rentré dans ce temple. Surtout dans l'état ou j'étais. Je savais que mon allergie m'avais pompé trop d'énergie mais je m'en était moqué comme le fait que cette endroit pué le mal.
Je m'assis sur l'herbe fraîche qui me coupa les jambes. Heureusement que Ryuko m'avait passer sa veste. D'ailleurs ou est-elle. Dans ma course je l'avais embarqué, mais j'avais du la lâcher. Ma peur dominant tout autre pensée. Je me relevais, trop vite car j'eu des vertiges. Essayant de mettre un pas devant l'autre je regardais autour de moi...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Dim 19 Aoû - 13:33

Je vis immédiatement que Miharu ne se sentais pas bien lorsque je me retournai vers elle pour entendre sa réponse, qui ne vint jamais. Elle avait l'air pâle et faible. Je reportai mon regard sur la porte, me demandant si c'était cette dernière qui lui faisait cet effet. Est-ce que Miharu aussi ressentait cet énergie maléfique que je ressentais derrière la porte? Probable. Je me fis soudainement attrapée par ma main et tirée. Je me retournai vers Miharu tandis qu'elle me traîna vers la sortir, courant à moitié, sans même regarder derrière elle. Lorsqu'on arriva finalement à la sortie, Miharu s'effondra dans les escaliers et se mit à rendre tripes et boyaux. Doucement, je ramenai ses cheveux vers l'arrière afin d'éviter qu'ils ne la gênent et j'attendis patiemment qu'elle ait terminé. Lorsqu'elle alla finalement un peu mieux, je me relevai et... Une soudaine puissance inconnue me souleva de terre et je me retrouvai de nouveau dans le temple, tout juste devant l'entrée. Sous la surprise, j'échappai mon coffret qui tomba lourdement au sol. Je tentai de bouger, de me libérer, mais autre que de me tortiller, je ne pouvais ni avancer, ni reculer. Je commençai à paniquer. Quelque chose n'allait pas. Mais vraiment pas. Je vis Miharu regarder autour d'elle comme si elle me cherchait. Je sentis la force inconnue se resserer autour de moi et un grand froid m'envahit tandis que l'air dans mes poumons commençait à se faire rare. Il fallait que je parte, il fallait que je m'éloigne de cet endroit.
Finalement, Miharu se tourna vers moi et me remarqua. Elle ne sembla pas remarquer immédiatement le fait que je paniquais, mais bientôt, elle vit sur mon visage la panique et la peur. Je plongeai mon regard dans le sien, la suppliant silencieusement de me sortir de là. Mais comment? Comment vaincre une chose qu'on ne voyait pas.

-Miharu...

Ça n'avait été qu'un murmure, une supplique silencieuse. Je me mis à trembler de peur. Un étrange grondement nous parvint du temple, comme si une quelconque créature s'y était réveillée. Je ressentis le danger avant même qu'il ne se produit. Soudainement, on me tira brusquement et à une vitesse phénoménale vers l'arrière, m'entraînant dans le temple, et je ne pouvais rien faire pour empêcher ça. Une main tendue vers Miharu, je ne fis qu'une chose: crier à l'aide, crier son nom.

-MIHARUUUUUUU!!!

Mais la porte du temple se referma entre nous dans un fracas assourdissant et je me retrouvai bientôt dans le noir total, les flambeaux s'étant complètement éteint. La force cessa finalement de me tirer et je me retrouvai bientôt roulant au sol, érafflant mes coudes sur le tapis. Une fois mes roulades terminées, je n'osai pas bouger, restant étendue au sol, tremblante. J'avais peur, bon dieu que j'avais peur. Qui allait me sortir de ce merdier, maintenant? Une soudaine douleur à mon flanc gauche me fit hurler à la fois de douleur et de terreur, et je me roulai sur moi même, entourant mes côtes de mes bras. Je me reculai sans rien y voir jusqu'à un mur et m'y accotai, toute tremblante. Je vis soudainement deux yeux rouges luminescent apparaître non loin de moi. Qui me fixaient. Puis la force maléfique revint, envahissant mon corps une fois de plus. Quelque chose me cogna la tête, la faisant rebondir sur le mur. Je basculai sur le côté et... et je crois bien que je perdis connaissance.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Jeu 23 Aoû - 0:20

-Miharu....

Juste une voie, qui est ce? Non on ne m'appelle pas c'est juste ma tête qui me fait des tours. J'ai la tête qui bourdonne. Mes pas ne sont pas droit. Je finis par m'écrouler. Mais la voix résonne encore. Je l'ai déjà entendu... Où? je crois que c'est une fille... La mémoire me reviens petit à petit.

-MIHARUUUUUUUUU.....


Ce cri! c'est Ryuko! Où est-elle? Le coffre de son violon ce trouve devant l'entré du temple. les vertiges commencent à être mon violent et je réussi à remettre en place le peu que je réussi à me souvenir.
Je m'étais sentit mal, trop mal. J'avais couru pour sortir,prenant Ryuko avec moi. Elle était sortit cela je le savais. J'avais sentit ces mains sur mon front pendant que je crachais du sang. Puis elle c'était éloignée et après le trou noir. Je m'étais relevée puis effondré comme si on m'avais assommer. A vrai dire j'avais heurté un caillou en tombant. Je devais avoir l'air effrayante. Je bavais encore un peu de sang, et je le sentais coulé le long de mon mes joues. Si je n'avais pas entendu le cri de Ryuko je ne crois pas mettre réveiller enfin pas de suite. Je ne savais pas quoi faire. Si j'étais sortie aussi précipitamment de ce temple ce n'étaie pas pour y rentrer aussi sec. Mais le cri qu'avait pousser Ryuko ne me laissait pas tranquille. Sa voix terrifier résonnais encore dans ma tête et je comprit que ce n'était pas la douleur qui me donnait des vertiges mais son cri. Je m'avanças jusqu'à la porte, réprimant de terribles envies de vomir. Je ramassas son Violon et après avoir inspirer une dernière fois l'odeur de la forêt je m'engouffrais dans le couloir ou les lampes ne s'allumait plus sur mon passage. Je n'étais plus la bienvenue...

Je ne voyait que grâce à la vision des auras. Les mur étaient particulièrement néfastes et brulé au touché. Je ne savais même pas ou Ryuko se trouvait, ce qui n'est pas pratique.
Soudain un bruit fort retentit. Au fur et à mesure que j'avançais des pans du plafond tombait. Je me mit à courir le violon dans une mains et de l'autre je ressentais les murs pour ne pas me perdre pour ne pas me les prendre. enfin j'arrivais à la grande salle. LA porte par laquelle j'étais entré ce ferma dans un énorme fracas et les lumières s'allumèrent d'un seul coup plus lumineuse que tout à l'heure. Une silhouette ce détacha Bien trop masculin pour être celle de Ryuko, je me mis en défense. Je fermas les yeux pour ne pas souffrir de la lumière. Je voyais aussi Ryuko, elle était allongé sur le sol derrière la porte qui m'avais tant retourner. Qu'allais je bien pouvoir faire?
Je redoutais par dessus tout de devoir aller la chercher. Je le ferais bien sur, mais je le sang ce remis encore à couler, la silhouette disparut de mon champs de vision mais restais présente dans le temple. Je ne savais ou. Et là était le problème, cette personne connaissait le temple par cœur...Et moi j'étais bien trop faible pour opposer toute résistance.
J'arrivai enfin à la porte. Je du m'arrêter plusieurs longue minutes pour ne pas prendre mes jambes à mon cou et fuir, laissant Ryuko là ou elle ce trouvait.

Enfin, après avoir ouvert la porte je trouvais ma camarade sur le sol. immobile. Elle avait du sang sur ces cheveux couleur soie. Qui que ce soit cette personne n'y allait pas de main morte. J'essayais de la réveillé quand l'aura de la silhouette s'approcha. Il n'était pas dans la salle bien sur, il me cherchait. Je courus à la porte pour la refermé. J'avais bien trop peur pour faire attention au fait qu'il entende la porte se fermé. J'eus le temps malgré tout de voir ses yeux: un rouge de haine, un rouge de violence qui ne voulait que le mal. Dans ses yeux passa des la surprise. il ne pensait pas que je serais là. Il? Non elle. Son hésitement m'avais laissé entrevoir sa vrai nature. C'est une femme, blessé...
Oh! Non! pas ça! Cette fille était pour Ryuko pour ce venger...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Jeu 23 Aoû - 2:21

Mon subconscient me criait que j'étais en danger, qu'il me fallait me réveiller et quitter l'endroit où gisait mon corps. Je luttai contre l'inconscience, tentant de revenir vers la lumière. Je sentis tout d'abord qu'on me secouait légèrement l'épaule, comme pour m'inciter à me réveiller. Je reprenais bientôt contrôle de mes sens, je pouvais maintenant entendre, ressentir et sentir. Je sentais quelque chose de métallique et de pas très rassurant. J'entendais... comme un bourdonnement assourdissant. Et je ressentais un mal de crâne qui me battait les tempes. J'essayai d'ouvrir les yeux, mais ne vis rien lorsque je parvins à le faire. Puis je sentis une présence à mes côtés. Non, deux. Puis tout me revint. Ma promenade nocturne, la mélodie que j'ai jouée, la rencontre avec Miharu...
Dès que ce nom sonna dans ma tête, j'ouvris immédiatement les yeux et me redressai à la vitesse grand V, m'étourdissant par le fait même. Je me tint la tête entre mes mains en gémissant et regardai autour de moi par la suite. Je vis Miharu à mes côtés, puis son air apeurée. Assez compréhensible, lorsqu'une silhouette fantomatique flottait à quelques pouces de votre nez et vous fixais de ses yeux rouges luminescents. Puis le regard se tourna vers moi et je sentis quelque chose s'enrouler autour de mon cou pour m'étouffer. Je fus bientôt rapidement soulevée du sol, mes pieds ne touchant plus le plancher, se balançant inutilement à quelques centimètres du sol. J'étouffais et par réflexe, portai mes mains à mon cou. Mais il n'y avait rien. Je lançai un regard de détresse vers Miharu, mais tout comme moi, elle était impuissante. Usant de mes dernières forces, je regardai l’entité et plantai mon regard rubis dans le sien, avant d'articuler difficilement:

-Q...qui...êtes...vous? Q...que me... v...voulez...vous?


L'entité sembla chercher au fond de mon âme quelque chose que je n'avais probablement pas. Je ne savais pas pourquoi elle m'attaquait moi, et non Miharu. Pourquoi étais-je la cible? Qu'avais-je fait bon sang pour mériter ça? Sans crier gare, l'emprise se relâcha et je tombai durement au sol, toussant comme une débile, cherchant mon air. Mes yeux se remplirent de larmes et je rampai vers Miharu, cherchant instinctivement de la protection vers elle. Je la regardai, cherchant des réponses, comme si elle, elle savait ce qui se passait ici. Mais j'avais l'impression que, tout comme moi, elle ignorait les motifs de l'entité, et elle ignorait pourquoi je me faisais attaquer. Je m'arrêtai aux côté de Miharu, massant mon cou endoloris et m'accotai dos au mur. L'entité n'était nulle part en vue pour le moment, mais on pouvait toujours sentir sa présence néfaste près de nous. Je lançai un regard fatigué vers Miharu et secouai la tête.

-Une idée... pourquoi cette chose... m'en veut?


J'avais encore du mal à parler, reprenant toujours mon souffle. Cette chose avait bien failli m'asphyxier. J'avais hâte que tous ça finisse. Je voulais quitter cet endroit au plus vite, mais j'avais l'impression qu'on était coincées ici pour un moment, Miharu et moi. Je laissai retomber mes mains à mes côtés et fixai le coffret de mon violon du regard avant de sourire faiblement. Miharu avait pensé à l’emmener avec elle, malgré les circonstances. Drôle de jeune fille, quand même.

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 25 Sep - 3:49

Je restais paralysée par la peur. Depuis bien longtemps je m'étais débarrasser de ma peur phobique du noir grâce à ma vision des auras. Mais cette fois ci j'étais tout aussi démunis que la pauvre Ryuko. J'essayais de ne pas trembler. Ce lieu était tellement froid, tellement vide de sentiment, ou peut-être y en avait-il trop? Je cherchait à tâtons le violon que j'avais pris avec moi. Je ne savais pas pourquoi mais mon instinct me disais que c'était une bonne chose de l'avoir pris. Après avoir pris une grande inspiration je me tourna vers Ryuko et le li tendit, un petit sourire au visage:

-Tu devrais en joué. Il parait que la musique adoucit les mœurs. Peut-être qu'Il aimeras.

Je fit une pose essayant de ne pas penser que cela pourrait faire redoubler sa colère. Je me leva espérant trouver un air plus frais. Cette fois si je crois que toute personne m'ayant connu avant ne m'aurait surement pas reconnu. Enfin je crois. Évidemment doué comme je suis comme je le suis, je tombas sur une espèce de crocher, m'ouvrant ainsi le pied. Je sentais le sang couler, et je ne put contenir mes larmes. Je me mit à crier contrer tous et rien, je crois même que je frappa Ryuko quand elle essaya de m'aider. La pauvre, elle qui n'avait surement rien demandé, et surtout pas à être ici, enfermé dans une salle avec pur seul compagnie: Moi.
Après m'être calmé, une étrange pensée me traversa. Je ne sentais plus la douleur dans le pied. Pourtant la blessure était bien présente, mais plus la douleur. Je me leva subitement: rien juste le froid mordant de la salle mais rien d'autres.
Je me dirigeas vers Ryuko, la pinças; aucune réaction. Mais que ce passait-il?

Spoiler:
 

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Sam 13 Oct - 0:28

Miharu me tendis mon violon et je la regardai sans comprendre. Elle croyais vraiment que c'était le temps d'en jouer? En présence d'un esprit maléfique qui me voulait du mal, et dont j'en avais aucune idée du pourquoi?! Je secouai la tête et soupirant et attrapai mon instruments. Pourquoi pas! Qu'est-ce que j'avais à perdre, à part ma tête? Rien.

-Tu devrais en joué. Il parait que la musique adoucit les mœurs. Peut-être qu'Il aimeras.


Je hochai la tête et me mis en position, calant l'instrument sous mon menton et posant l'archet sur les cordes. Je pris une grande inspiration et, après un moment, fit glisser l'outil sur les cordes. Une mélodie mélancolique ayant des soupçons de joie s'éleva alors dans les airs et je me laissai guider par mon oreille musicale, improvisant une mélodie comme à mon habitude. C'était comme si, tout d'un coup, je me retrouvais ailleurs, dans un autre monde, où les problèmes présents s'évanouissaient pour laisser place à un calme imperturbable. Je ne sais pas combien de temps je jouai, mais au bout d'un moment, un cri me déconcentra et la mélodie s'arrêta tandis que j'abaissai mon instrument pour regarder autour de moi. Je vis Miharu non loin et l'entendis sangloter. Je posai mon instrument au sol et me dirigeai vers elle, tendant mon bras.

-Miharu, est-ce que ça va?


À peine avais-je posé ma main sur son épaule qu'elle se retourna vers moi pour me frapper. En plein visage. Je tombai assise au sol sous la surprise et la douleur et la regardai sans comprendre, un oeil à demi fermé. Je portai une main à mon visage, sentant la peau devenir brûlante là où j'avais reçu le coup. J'allais lui poser une question, mais soudain, un froid mordant nous enveloppa et... je ne pouvais plus bouger. Mon corps, on aurait dit une statue! Je pouvais voir, sentir, ressentir, entendre, goûter. Mais bouger, impossible! Je commençai à paniquer. Miharu sembla remarquer que quelque chose clochait car elle se retourna vers moi et me pinça, probablement pour voir si j'allais réagir. J'aurais bien aimé lui crier un "OUCH" sonore, mais j'en étais incapable. Miharu, s'il-te plait, dit moi que je n'ai pas créé ça avec ma mélodie?
____________________________

Gomen pour le retard ^^' Avec la reprise des cours, l'envie d'écrire m'avais peu à peu quitté~

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 16 Oct - 4:35

****** !! Que ce passe t-il ici ? Ma peur panique commençais à s’effacer pour laissé la place à un colère sourde que j'avais du mal à contenir- et pour peux que je m'en souvienne la dernière fois que je m'étais lâchée..., la personne ce trouve encore dans le coma- mais dans ce cas précis j'avais ma vie en danger et celle d'une autre. L'espèce de chose qui nous avais attaqué n'étant présente (ou en instance de nous faire du mal), je décidais de reprendre un semblant de calme.Je m'assis en tailleur sur le sol froid prés de ma camarade toujours immobile. Je laissai filé mes sens en espérant comprendre un peu mieux la situation.
La première chose qui me vint à l'esprit, c'est un reproche- de ma conscience- « Si tu t'amusais pas à t’inquiète pour le reste du monde... tu n'en serai pas là ».Franchement ? Parfois je me passerais de cette conscience moralisante. Enfin passons. J’analysais les pièces autour :il y avait deux salle sur les coté et une derrière. Toute sans possibilité d'entrer.
A quoi avait t-elle bien put servir ? Des images d'ossement humains me vinrent à l'esprit et je les effaçait tout de suite. On était dans une école et pas dans un lieu de tortures et ténèbres. Je m'en convainquit le plus possible. Un part trop importante de la folie des occupants de cette académie me restait en travers de la gorge.
Je scrutais le reste du temple et a part de nombreux passages secret – plus terrifiant les uns que les autres- et notre kidnappeur, je ne vit rien de réellement propice à notre évasion. Quoi que l'attitude de notre agresseur me préoccupait, il avait l'air de pomper de l'énergie quelque part vue celle qui s’ajoutait à la sienne. Je focalisais ma vision sur l’énergumène qui assit dans une position équivalente à la mienne était bardé de fils comme ceux des araignées légèrement rouge ...trop rouge.
Je sortis de ma transe quand je comprit ce que faisait cette araignée pompeuse d'énergie.
Me relevant, je saisis l'archer de Ryuko, et me servant de ce dernier je coupas les fils qui la paralysais et commençais a entièrement l'ensevelir. Un cri quasi humain retentit faisant trembler le mur. Je rattrapas ma camarade, du sang coulais des nombreuse coupures laissé par les fils d'araignée, ma chemise de nuit en fut vite souillé. Elle ne bougeais plus. c'est ce constat qui me fit craquer. Je me mit à frapper sur tout les mur pour finir par m'écharner sur la porte en pleurant toute ma colère et ma peur. Sûrement que je serai rester longtemps à faire cela si la douleur avait continuer à rester supportable. Je retournas au prés de Ryuko, continuant à pleuré :
- Je suis désolée tellement désolée de n'avoir rien put faire... Si j'avais été plus forte...

Je ne savais même pas pourquoi je m'excusais, je me sentais coupable... tout simplement. Coupable de ne rien pouvoir faire de concret, être présente mais incapable de pouvoir faire quoi que ce soit. J'essuyais tant bien que mal le sang qui commençais à sécher sur le visage trop pâle de Ryuko. Je me mit à fredonné plus pour moi que pour elle.
Je m’aperçus que je fredonné la mélodie que jouait Ryuko quand je l'ai rencontrer. Voila pourquoi je me sentais coupable, si je ne lui avait pas demandé, jamais elle ne serait rentrer dans le temple, et jamais il ne lui serais arriver ce genre de problème. De fatigue je m'endormis sur le ventre ensanglanté de Ryuko

Spoiler:
 

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 16 Oct - 15:00

J'essayais de me libérer de cet emprise qui me clouait sur place, mais rien n'y faisait. C'était comme si je m'étais soudainement transformée en une statue de béton et mes membres refusaient de bouger, pas même un petit doigt. J'aurais bien voulu grogner, mais même mes cordes vocales semblaient avoir fait la grève. Du coin de l'oeil, je vis Miharu s'asseoir au sol, comme pour méditer. Je ne savais pas trop ce qu'elle faisait, mais je n'étais pas en position pour lui demander. Un sentiment d'étourdissement commença à me prendre à la tête et un froid mordant commença à se faire sentir dans mes membres. Suite au froid, ce fut la douleur. J'avais l'impression que de milliers d'aiguilles se plantaient dans ma peau.
Je vis Miharu se mettre soudainement en mouvement. Elle me pris l'archet des mains et... donna un coup dans le vide, en tenant l'archet comme une épée. Immédiatement, je fus relâchée de cette énergie qui me maintenait sur place et je m'effondrai au sol, mes jambes trop faibles pour me porter. Miharu m'attrapa avant que je n'atteigne le sol et ce n'est qu'a ce moment, en voyant ses vêtements se tacher de sang, que je réalisai que j'avais de nombreuses coupures sur mes bras, mon torse et mon visage. Le sang coulait lentement et mes blessures, maintenant que j'en avais connaissance, commençaient à me chauffer. J'étais toujours incapable de bouger cependant. Peut être à cause du choc? Du surplus d'évènement traumatisant? Aucune idée.
J'entendis plus que je ne vis Miharu se lever pour aller s'acharner sur la porte, essayant probablement de l'ouvrir afin de nous faire sortir d'ici. Après un moment, elle revint vers moi et je vis qu'elle pleurait. Elle était probablement à bout de force.

- Je suis désolée tellement désolée de n'avoir rien put faire... Si j'avais été plus forte...

Je voulu lui dire qu'elle n'avait pas à s'en faire, qu'elle avait fait son possible, mais aucun son ne sorti de ma bouche. Je sentis Miharu nettoyer tant bien que mal le sang sur mon visage et l'entendit fredonner. Ce n'est qu'au bout d'un moment que je remarquai qu'elle fredonnait la mélodie que j'avais joué lorsque nous nous étions rencontrées. Je serrai les mâchoires, sentant les larmes me monter aux yeux. Il fallait que je nous sorte d'ici. Pas question que je laisse cette entité nous avoir moi et Miharu. Je baissai les yeux sur cette dernière lorsqu'elle s'endormit tout simplement sur mon ventre, complètement vidée d'énergie. Je commençai à paniqué. Est-ce que cette entité était en train de s'en prendre à Miharu? Je ne la laisserai pas faire! La colère me gagna une énergie nouvelle me submergea. Il fallait que je sauve Miharu, à tout prix. Je réussi à briser l'enchantement qui me maintenait immobile et pris Miharu dans mes bras, serrant son petit corps contre ma poitrine. Je me levai tant bien que mal sur mes jambes, tremblant un peu au début. J'entendis un étrange hurlement de colère, devinant que l'entité était folle de rage. Probablement parce que j'avais réussi à briser son emprise sur moi. Sur une impulsion, je me mis à fredonner cette mélodie que j'avais joué à Miharu. Un autre cri, cette fois de douleur. Je restai surprise un moment, puis décidai de fredonner plus fort, fredonnant encore et encore cette mélodie. La porte, lorsque je m'arrêtai face à elle, s'ouvrit d'elle même. La sortie était toute proche. Je continuai de fredonner, serrant Miharu contre moi, mes pas me menant peu à peu à la sortie. Dès que je retrouvai l'air extérieur, je me sentis beaucoup mieux. La présence maléfique n'était plus là. À bout de force, je tombai au sol, me jetant sur le dos afin d'éviter de tomber sur Miharu. Je restai ainsi un moment, coincée sous Miharu et incapable de bouger. Je n'avais plus de force. Un faible sourire étira mes lèvres avant que je ne ferme les yeux.

-On a réussi Miharu... grâce à toi, on à réussi.


C'était elle qui m'avait donné l'idée de fredonner cette mélodie lorsqu'elle l'avait fredonné avant de s'endormir. J'avais ressentis un changement d’atmosphère lorsqu'elle l'avait fredonné. J'avais donc décidé de tester mon hypothèse. Complètement épuisée, je m'endormis, un bras autour des frêles épaules de Miharu tandis qu'elle dormait paisiblement sur moi.
______
HRP: voilà ^^ si t'aime pas, juste me le dire et je ferai des modifications~

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Mar 23 Oct - 10:07

C'est le froid qui me réveilla. un froid doux, plein de couleur, me révélant que j'étais dehors, dans l'herbe, légèrement humide. Je reprenais mon souffle tout doucement, ressentant un poids sur mes épaules je sursautais de peur que ce ne soit l'esprit maléfique qui ce soit emparé de mon cou. Je fut agréablement surpris de constater que c'était Ryuko qui c'était endormit un bras protecteur autour de moi.
Il faisait encore nuit mais on pouvais voire que le soleil allais bientôt ce lever. Quelque oiseaux trop matinal (ou éveillé par notre présence, se mirent à chanter. Je souris pour la première fois: ce n'était pas un rêve ou une illusions. Il était impossible de reproduire ces chants si harmonieux qui avait la sale habitudes de me casser les pied. Mais cette fois si c'était différent.
J'aurais voulu chanter, crier, hurler pour me défouler pour sortir le trop plein de stress, de peur, de pleures...que j'avais en moi. Mais je me retiens mon amie, car je la considérais ainsi, venait de traverser une terrible épreuves et un long sommeil lui ferait sûrement un grand bien.
En repensant à ce que je venais de vivre, l'amertume me prit à la gorge. La culpabilité aussi. J'avais beau chercher je ne me comprenais pas. Pourquoi avais-je voulu entrer dans ce temple? Je savais qu'il représentais un danger mais j'y étais quand même aller, engageant avec moi Ryuko. Je lui caressa le visage. Les cicatrice sur son visage avaient cesser de couler mais elles ne s’effaceraient pas de suite. Je ne me mit pas à pleurer mais ce fut juste.
Je ne sentais plus beaucoup son pouls, passant à la vision avec l'auras je remarqua qu'il restait encore de ces fils d'araignées incrustés dans ses blessures. Une mou de dégouts passa sur mon visage. Pour me donner du cœur à l'ouvrage je me mit à fredonner, la même mélodie qu'avant, celle qu'elle avait jouer.
Je commenças par les fils ce trouvant dans les jambes. Le premier fut difficile à retirer et je reçut même un cou de pied. Le deuxième fut plus coopératif et quand je le lâchât il s'évapora, comme un peu prés tout les autres. De surprise je m’arrêtas de fredonner. L'évaporation de même. Je recommença et elle aussi. Jusqu'à que tout les fils est complétement disparut, je fredonnais. Enfin tout fut finit.

-Voila Ryuko, maintenant tu soigneras. Enfin je l’espère. Au moins que tu te réveille

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Ryuko Hirano

avatar

Messages : 103
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 23

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Ruby Dragon
★ Age : 19
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Lun 17 Déc - 2:31

J'étais emprisonnée dans une sorte de toile invisible, mes membres refusant de m'écouter. J'avais beau tirer de toutes mes forces, essayer de me défouler, rien ne bougeait. Un cauchemar? Encore une fois? Je regardai autour de moi. Rien. Que du vide, noir, atrocement noir, comme une présence pesante qui vous résduisait à néant peu a peu. Je cherche mon souffle, lui aussi inexistant. Étais-je morte? Avais-je finalement perdu le combat contre cette...chose? Cette entitée menacante qui s'en était prise à moi et Miharu? Miharu... Je jette un regard autour de moi, mais rien. Il fallait... il fallait que je la retrouve! Que je l'aide! Si elle se retrouve seule contre cette chose, qui sait ce qui peut lui arriver! Mais ces maudits liens invisibles, qui m'empêchaient de bouger. Je sens la panique me gagner. Je n'arriverai jamais à temps. Je ne pourrai jamais sauver Miharu. Déjà, je sens l'angoisse me gagner, l'impression que quelque chose de horrible va arriver. Et puis un cri strident, une alarme qui sonne dans ma conscience. Je tire sur mes liens, je veux crier, mais aucun son ne sort de ma gorge. Le silence me renvoie mon cri silencieux. Puis soudain... la lumière, et une vive douleur au yeux, le soleil m'aveuglant soudainement.
Je grognai et remarquai que je me m'étais redressée. Puis le vent ainsi que le chant des oiseaux attirèrent mon attention. Je mis une main en visière au dessus de mes yeux. Je étais dans la forêt. Je étais en vie. Et Miharu...? La panique me gagne de nouveau, mais un demi tour sur moi même m'apprend la présence de mon amie non loin. Je soupire de soulagement. Cet espace vide n'avait été qu'un cauchemar.
Un faucon prends son envol et lâche un cri, et ce n'est qu'a ce moment que je me rends compte que le cri que j'avais entendu dans mon rêve provenais de l'oiseau. Je prends une grande inspiration pour calmer la cadence irrégulière de mon coeur. Cette aventure dans le temple m'affectais toujours. D'ailleurs, une douleur au visage me fit porter une main sur ma joue, où je sentis plusieurs coupures assez profondes. Je grimaçai, devinant que j'allais me ramasser avec de nombreuses cicatrices. Mes jambes me chauffaient également, ainsi que toutes les surfaces de mon corps. Quoi que cette chose m'avait fait, elle n,y était pas allé de main morte. Je me relevai difficilement sur mes jambes, grimaçant lorsque mes vêtements frottèrent contre mes blessures. D'un pas mal assuré, je me dirigeai vers Mihau, qui se tenait légèrement en retrait et m'assis à côté d'elle. Elle ne sembla pas surprise de me trouver à ses côtés, je gardai donc le silence un moment. Après quelques minutes de silence, je lui adressai la parole.

- Je... je tiens à te remercier, pour avoir pris soins de moi. Tu m'as libérée de cette chose... comment, je l'ignore, mais je te dois la vie.

Je baissai mon regard sur mes mains où on pouvait voir plusieurs coupures dont le sang avait déjà séché. Je soupirai et regardai Miharu du coin de l'oeil. Elle me semblait tendue, comme si elle tentais de contenir quelque chose en dedans d'elle. Je devinai qu'elle se sentais coupable de mon état. Elle se sentais coupable de la soufrance que j'avais subie dans ce temple maudit. Il fallait que je lui dise que rien de tout ça n'était de sa faute. Oui, c'est elle qui avait eu l'idée de s'aventurer dans le temple, mais c'est aussi de ma faute d'avoir accepté.

-Miharu, regarde-moi.


J'attendis patiemment qu'elle s'exécute avant de plonger mon regard dans le sien. Il semblait fuyant.

-Rien de tout ça n'est de ta faute, tu m'entends? Ne te culpabilise pas de mon état. J'ai déjà vécu bien pire. C'est moi l'idiote qui à décidé de te suivre au lieux d'essayer de te dissuader de t'aventurer dans le temple.


Je lui souris pour lui montrer que je ne lui en voulait pas. Certes, cette expérience fut traumatisante, et je ferai probablement des cauchemars pendant un bon moment, mais rien de tout ça n'était la faute de Miharu.

-Tu as été très forte, tu sais? Comment as-tu pu faire face à cette entitée avec autant de calme, alors que je tremblais de peur au moindre son?

____________________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miharu Yamamura

avatar

Messages : 317
Date d'inscription : 12/05/2012

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Shadow dream's
★ Age : 15 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   Lun 17 Déc - 10:58

- Je... je tiens à te remercier, pour avoir pris soins de moi. Tu m'as libérée de cette chose... comment, je l'ignore, mais je te dois la vie.

Moi autant qu'elle je ne savais pas. J'étais rester près d'elle à fredonner, sans pouvoir me stopper, me rattrapant à ce seul son. J'étais rester près d'elle, espérant, priant un Dieu invisible à mes yeux de la sauver de ce qui ne devait être qu'une simple ballade nocturne, une nuit affreuse dont les cauchemars allait ce ressentir sur de nombreuse nuit. J'avais épuiser toute mes larmes depuis bien plusieurs heures, ou peut-être minutes. Je ne savais plus, je ne voulais peut-être pas savoir. Je me sentais bien trop coupable. Encore plus car je savais qu'il y avait du danger et j'avais entrainer Ryuko avec moi. Je repassais en boucle et en horreur les images de ces qu'elle que moment passer dans ce temple. Qu'est que cela cachait-il réellement? Pourquoi avait-elle attaquer Ryuko et pas moi? Cette mélodie, avait-elle un réelle pouvoir de protection contre la chose? Toute ces questions ce bousculait dans ma tête sans que je puisse mettre de réponse dessus. ou même un début de réponse c'était juste le vide. Jusqu'à qu'elle me parle. Qu'elle me remercie. Je n'osais la regarder dans les yeux. tout était dans de ma faute comment pouvais t-elle me remercier?

-Miharu, regarde-moi.

Je ne voulais pas, je ne voulais pas encore avoir à regarder son visage blesser par ses fils d’araignées. Mais elle insista, et je ne pouvais lui refuser cela. Je dégluti s et je la fixa dans les yeux, c'est grand yeux, qui malgré tous le mal que je venais de lui faire subir n'éprouvais aucune haine envers moi. Si il y en avait eu, elle aurait été dirigée vers la chose qu'il l'avait blesser. Je repris un peu confiance en moi, même si ma culpabilité n'avait pas disparut, bien au contraire. J'aurais surement préférer qu'elle me déteste. Je me serais fait une raison mais la...

-Rien de tout ça n'est de ta faute, tu m'entends? Ne te culpabilise pas de mon état. J'ai déjà vécu bien pire. C'est moi l'idiote qui à décidé de te suivre au lieux d'essayer de te dissuader de t'aventurer dans le temple.

Vécue bien pire? Je me demande ce que cela pouvais bien être? Parce que si elle avait connue pire, je ne veut pas être sa place. Affronter un ennemie invisible c'est déjà limite donc pire... J’esquissais un petit sourire. Qu'elle était gentille de prendre pour elle la responsabilité de notre escapade dans ce temple. Escapade est quand même un bien gentil mot pour le sang que l'on y à laisser enfin surtout Ryuko. Je regardais pour la première fois ses blessures. Je n'avais pas fait grand chose. Et si on continuait à rester la dehors, au grand air, elles allaient s'infecter et ce ne serait pas très jolie à voir. C'est dommage car il est plutôt rassurant.
Levant le visage vers le ciel je me mis à apprécier les rayon du soleil levant. Que cela était bon. Cette nuit avait été affreuse mas ces quelques rayon me redonnait confiance.
Ryuko me souris à son tours. Cette nuit nous laisserais des cicatrices plus profonde que celles sur notre corps,et surement une question sans réponse sur la venue de ce mal, mais c'était finit. En tout cas je l’espérais vraiment.

-Tu as été très forte, tu sais? Comment as-tu pu faire face à cette entitée avec autant de calme, alors que je tremblais de peur au moindre son?

Ca question me fit rire. Moi forte? Je n'avais absolument rien fait. Ou presque... En tout cas je ne me trouvais pas forte, mais ça fait quand même plaisir qu'on nous le dit.

-Oh tu sais je pense que j'étais aussi terrifier que toi... Mais on va dire que j'ai un peu l'habitude.

L'habitude? Oh oui ça... Avec Mihail, je crois que je passais mon temps à cacher ma peur, même si derrière il y avait une véritable admiration transformé en amour. Je me levai, et encore un peu chancelante j'aidais Ryuko à faire de même. Un peu de sommeille dans un bon lit ne nous ferais pas de mal bien loin de la je pense. Et si je loupe les deux premières heures, ce n'ai pas trop grave. Je remis en place mes cheveux et épousseta ma robe de chambre. Je ne devais pas être très présentable mais quand même. Je repris ma discutions avec Ryuko en commençant à me diriger vers l'académie, en prenant soin de prendre le violon, objet magique au qu’elle je doit surement la vie:

-Je suis contente que tu aille mieux, enfin que tu sois vivante. Tu sais j'ai vraiment crue que tu allais mourir. Mais tu ai la. Et... Et même si tu dit que ce n'ai pas de ma faute je suis coupable. Je savais que cette endroit été dangereux... Pourtant une force me disait dit aller. Et je l'ai écouter. Excuse moi...

Cette force qui m'avais pousser à entrer, ça devait être l'entité, il n'y à aucun doute dessus, mais cela veut dire qu'il est facile de m'influencer par mes sens. Je soupirai avant de me retournée vers Ryuko:

- On passe d'abord à l'infirmerie c'est mieux, Non?

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stduncanacademy.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Melodie nocturne sous la pleine lune [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Piège sous la pleine lune [PV Eowen Sauloon] terminé
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Un soir de pleine lune
» Les Histoires de la Pleine Lune
» Pleine lune, sombre présage. [Moyen, privé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Alentours de l'Académie Undai :: Forêt :: Temple Interdit-