AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
anipassion.com
Partagez | .
 

 Prof violent et élèves dangereux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shizuo Nakagaze

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 21
Localisation : Comme si j'allais te le dire !

MessageSujet: Prof violent et élèves dangereux.   Dim 27 Mai - 10:37

Tokyo, Ville capitale du Japon. Diviser en X arrondissements diverse et varier. De nombreux monument t'el que le tout de Tokyo, ou la mairie de la ville elle-même font de Tokyo un pole culturelle... Un de ses plus grand est connu quartier est celui de Shibuya. Homme en costume cravate et jeune en jean et sweater se croisent dans les artères de cette arrondissement ou des bureaux de grande entreprises et simple magasin s'amoncellent...

Il me faut de nouveau vêtement. Voila ce qui me vint a l'esprit, aujourd8hui alors que je mettais mon nez dans l'armoire en début de matinée. Dans cette armoire, costume cravate et kimonos S8entassait au pendait accroche a un cintre... Mais pas un seul vêtement dit "décontracté" ne venait agrémenter mes habits de touche blanche ou colores...

Je décidais donc d'aller en fin de journée faire un tour a Tokyo pour aller en acheté. J'aurais pu aller en acheter dans une des villes environnantes d’Undai. Mais ne souhaitant porter que le meilleur des qualités. Tokyo était le seul lieu ou je pouvais trouver mon bonheur...
C'est donc après avoir corrigé des copies toute la matinée et a prépare mes prochain cour tout l'après midi, Que je pris le train pour Tokyo.... Le train étant à moitie vide, J'eu un voyage très agréable. Et c’est au bout d8une environ sue j’arrivai à destination....
Comme d'habitude. Les rues étaient bonde, et des gens de toutes les origines s’entrecroisaient dans une cacophonie des plus dérangeantes. Je ne passais pas beaucoup de temps dans l'arrondissement principal. Sachant à l’ avance au je devais aller. Je pris le métro en direction de Shibuya et descendit au terminus. Ici aussi, La population était très impotente. Bien que la communauté était plus Européenne que dans Tokyo lui même...

Je déambulais dans les rue de Shibuya, mes pas me guidant par habitude vers ma destination. Ils me menèrent donc dans une des nombreuses galeries marchandes qui parsemait L8arondissement. Ou plus précisément dans un magasin que l'on pourrait définir de chic. Il ne fait pas croire. Mais nous somme bien payer a Undai. Et nous avons de plus une assez grande liberté en se qui cons3erne les sanctions des élèves... C'est en somme un lieu assez proche de l'idée que je me fais du paradis....
Dans la boutique, Je fus saluer par quelques vendeurs qui me reconnaissait et L'un deux vint vers moi.

"Que puis-je pour vous" Me demanda t'il
"Je cherche des vetement classe et décontracté" fut ma réponse. Bien qu'elle frôlait L'antithese...

Le vendeur me conduis vers un certain rayon, et sortie une sélection de vetement qu'il me laissa regarder. Je prenais les vetement un par un et les posait par dessus les miens pour avoir une vague idée de ce qui pourrait m'aller. Et au bout D8un moment ma sélection se rétrécie a une dizaine de T-shirt et a quelque pantalon en toile et en jean... Mais voila que je me mettais à hésiter entre deux haut. Le vendeur étant occuper autre part, je ne pu lui demander don avis... dilemme...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 19
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Lun 28 Mai - 3:52

L'arrondissement de Shibuya, connu comme un centre de la mode et c'est un quartier bien animé. Un symbole de ce quartier pour les jeunes est la tour 109 qui renferme une centaine de boutiques consacrées aux dernières tendances de la mode. J'avais l'idée d'aller dans la tour 109 pour me trouver de nouveaux vêtements. Les miens... bah au départ, quand j'ai débarqué à Undai, j'avais pas énormément de vêtements voyez-vous... Et donc, depuis le temps, je mettais tous ce que j'avais et aujourd'hui je mettais décidé qu'après avoir cassé la gueule d'un ou deux cons, j'irais à Shibuya me trouver de nouveaux vêtements. Mais je pense que, autant être dans un quartier comme celui-ci, je pourrais aller acheter une Basse et son Ampli. Mais après que les vêtements seront achetés. Continuant à me balader dans la galerie marchande, malgré le fait que les gens me regardaient de travers, je continuais d'avancer comme si de rien n'était, le casque sur les oreilles. Puis, j'enlevais mon casque, le laissant entouré mon cou pendant que j'entrais dans une boutique assez... chic ? C'est ce qu'il me fallait. J'avais assez d'argent donc c'était pas un soucis.
Une fois entrée dans le magasin, j'observais les alentours. Putain... c'était grand. Très grand. Je passais une main dans mes cheveux, ne savant pas où aller.

- Je peux faire quelque chose pour vous ?


La voix du vendeur me fit sortir de mes pensées. C'était un gars avec les cheveux bleus et une mèche jaune. Original le look. J'approuve. C'est stylé quoi. Levant un sourcil je lui répondis :

- Je recherche des vêtements plutôt Rock et un peu coloré ou alors soft... Enfin... si vous voyez ce que je veux dire.

Il hocha la tête avant de me demander de le suivre. Lâchant un léger soupir, je le suivis. J'arrivais dans un rayon... parfait. Il y avait tout ce que je souhaitais. Même des accessoires et... des chaussures ? C'est bien ce que je disais ! Parfait. Je pris plusieurs jeans dont un noir et un blanc, plusieurs tee-shirts, une veste, une paire de lunettes et deux bonnets. Je verrais pour les chaussures plus tard.
Gardant mon air neutre et calme, je partis en direction des cabines d'essayages. Il y avait pas mal de monde dans ce magasin dis donc. Soudain, quelqu'un me donna un coup en plein dans la face, je titubais légèrement en arrière avant de secouer la tête et de hurler :

- Non, mais vous pouvez pas vous contrôlez ou quoi ?! Faites gaffe quand vous faites des gestes merde !

Je posais mon regard écarlate foudroyant en plein sur la personne. Cette personne me disait quelque chose... Soudain, ce visage me revint à l'esprit. Gardant en mains mes vêtements ainsi que mes accessoires je fis un pas vers la personne concernée. Je levais un sourcil de nouveau.

- Toi ?

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aria P. Hirazaki

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 19
Localisation : Trop loin pour toi, Honey ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kasaï no Tsubasa ~
★ Age : 18 pommes de terre et pas une ride 8D
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Ven 8 Juin - 0:23

- Je veux plus de vêtements.

Voilà une remarque qui avait sonnée toute la matinée, la journée, le soir, la nuit, et j'en passe. Depuis des jours, je n'avais pas eu une minute de temps libre pour faire chier demander conseil au personnel de mon magasin préféré. De plus, ma garde-robe actuelle m'endormais, et quand j'ouvrais mon dressing le week-end, une seule pensée me venait à l'esprit : "Han, j'ai rien à me mettre." et ça me dé-pri-mait. Dooonc, là, tout de suite, maintenant, à 19h30, Vendredi soir, j'ai décidé de prendre un peu de bon temps. Et comme j'étais assurée de refaire entièrement toute mon armoire, j'avais fais un geste de charité en donnant la moitié de mes affaires à Miharu (celles qui lui allaient, du moins) et le reste au harpies qui me servaient de fan. C'est alors qu'armée de ma Carte Gold et de mes plus belles fringues (les seules que j'avais pas voulu donner !), cachée sous un merveilleux chapeau fabrication italienne, je me suis embarquée dans les rues animées aux passants frénétiques de Tokyo. Enfin, enfin, enfin ! Le paradis pour une sale gosse de riche telle que moi ! Trottinant joyeusement dans les rues emplies, je me dirigeais lentement en direction de ma Mecque, mon nid d'amour, ma maison, le... le summum, le Carré VIP du Paradis, créé par Dieu (de la mode) pour Dieu (de la mode)... La Tour 109. Tss, saviez-vous que j'avais ma propre marque, là-bas ? Et qu'en général, je n'achète pas les articles avec moins de quatre zéro... Pas assez coûteux, voyons !

M'engouffrant joyeusement dans le magasin, appréciant à sa juste valeur la bouffée d'air frais et climatisé que me procurait son luxe, je fus aussitôt accueillie par une vendeuse à la limite de la rupture d'anévrisme. Ah, ouais, c'est elle, que j'avais manqué brûler parce que la robe qu'elle m'avait conseillée ne m'allait pas du tout. En fait, elle était mal coupée, et même si j'étais à tomber, dedans, cette robe faisait tâche, sur mon corps parfait. Elle s'inclina, s'inclina, s'inclina, et... s'empara de ma veste en cuir, avant de me diriger vers le coin des nouveaux articles très chers, que je commande moi-même. Désignant l’amoncellement de vêtements chics sur un énorme stand d'exposition, j'aboyais un ordre à un vendeur tremblant qui s'empara d'une pile qui constituais le magnifique tas, avant de commencer à tout ranger dans des sacs, pour moi. Moi. Moi... Raaah, je m'adorais trop, là ! Soupirant, je martelais le parquet très clair de la boutique, et me mis tranquillement à fouiller, en chantonnant, tandis que les autres clients chuchotaient entre eux. Je m'aime, je l'aime, je t'aime, Aria Hirazaki ! J'allais appeler un vendeur afin qu'il m'embarque carrément tout le rayon, lorsque je reconnus, au bout d'une allée, une certaine gamine qui m'avait dérangée lors d'un désagréable séjour dans la forêt : Bonnie la Maso. M'armant d'un sourire machiavélique qui dût paraître cruelle à la plupart de l'Assemblée, je marchais rapidement dans sa direction, avisant sa mine sérieuse face aux vêtements superbes qui étaient pliés devant elle. Sans aucun remords, et d'un air blasé, je lui balançais mon bras en pleine tronche. Littéralement. Le plus fort possible. Je peux vous assurer que ça l'a tué, vue sa réaction pourrie !

- Non, mais vous pouvez pas vous contrôlez ou quoi ?! Faites gaffe quand vous faites des gestes merde !


Et là, elle entra en mode "Devilish Eyes", vous voyez ? Le genre de regard nul, qui devrait faire frissonner jusqu'aux os, mais qui vous fait juste marrer... ? Bah c'était exactement ça. Elle eut l'air d'avoir une subite illumination, et leva un sourcil, visiblement agacée.

- Toi ?

Me retenant de pouffer, je me contentais de lever les yeux au ciel, et ne retins pas mon envie de répondre tout aussi débilement à sa question... débile. Quoique... Il n'y a pas de questions idiotes... Juste des imbéciles ignares et pas naturellement pas doués.

- Ouais, moi. Qui d'autre veux-tu que ce soit, Bonnie la Maso ?

Secouant la tête, je fixais mon regard sur une vendeuse qui s'occupait d'une autre cliente tout en gardant un oeil sur moi. Désignant le stand sous les yeux de Bonnie, je lui indiquais de tout me mettre de côté. La jeune femme quitta brusquement sa cliente, et tira la table sur roulette en direction de l'entrepôt. Satisfaite, je reportais mon attention sur une Bonnie probablement médusée. Décidément... Étant dans un bon jour, je décidais de l'aider. Ouais, vous avez bien compris, moi, j'allais utiliser ma magnifique personne pour donner des conseils de mode, et accessoirement, lui foutre quelque chose de potable sur le dos, à une pauvresse misérable telle qu'elle. N'étais-je pas angélique ? Le zieutant de la tête aux pieds d'un air sérieux et méprisant, je finis par lui faire signe de me suivre. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais quand je suis en mode Shopping, tant que je suis pas lancée, je parle pas beaucoup... Amenant la jeune fille aux cheveux blancs dans un autre rayon bien plus éloigné, je m'attelais à la tâche (non sans difficulté) de lui trouver un tee-shirt un peu rock. Je parcouru les rayons, entre les têtes de morts et les doigts d'honneurs tagués sur le col, en quête de l'absolue, de la parfaite représentation de cette foutue musique. Dégageant un haut des autres, je le mis à hauteur de mes yeux, et l’observais un instant. Ouais, ça devrait lui aller, ça ! Et comme j'ai un œil parfait, que je déteste m'occuper de ce que les gens disent, et que je viens de repérer mon futur mari à travers les rayonnages, je lui fourrais tout un tas de fringues du même entre les bras, en la sommant d'un ton autoritaire et sans réplique, style "A l'armée" tu vois ?

- Maintenant tu vas m'essayer ça, et tu le fais bien ! Sinon... je te crame, ma fille. répliquais-je en plissant les yeux, lui interdisant toute réflexion.

Lui adressant un signe de bye-bye, je la poussais en direction des cabines, avant de pratiquement la pousser dans les bras d'une vendeuse en intense transe devant les numéros de chaque porte. Tandis que ces deux dames, donc, se prenaient le chou, je me dirigeais d'un bon pas vers un homme aussi blond que moi (presque, sauf que moi, c'est encore plus beau, et que ça penche vers le blanc ! Niark, je suis juste parfaite... Passons.) et plaçais un joli et chaleureux sourire sur mon visage lumineux. M'approchant imperceptiblement de lui, je vis - non sans contentement - qu'il regardait intensément deux chemises différentes sur quelques points. Attitude typique de quelqu'un qui hésite. D'un regard dur, je virais le vendeur à proximité, le motivant silencieusement à aller rejoindre La Folle, la Brute, et les autres imbéciles dans son genre. Affichant une mine intéressée et connaisseuse, je tapotais sur l'épaule du Monsieur qui avait l'air hyper occupé.

- Si je peux me permettre, je vous conseillerais de prendre celle de gauche. Le bleu royal, ça rehaussera votre teint
, ajoutais-je en riant visiblement amusée de mon propre ton.

Tendant la main, je pris délicatement la chemise bleue que j'avais choisie pour lui - sans demander son avis, sinon c'est beaucoup moins marrant ! - et la déposais doucement sur mon bras, avant de fixer l'homme d'un air curieux. Il me rappelait... quelqu'un. Soudainement, sans transition possible, je lui demandais de but en blanc :

- Dites, vous me rappelez quelqu'un, mais... On ne se serait pas déjà rencontrés ?

Aïe, merde. Là, je viens pas de dire une connerie ? Genre, une grosse gaffe inévitable ? J'aurais dû choisir une tournure de phrase plus naturelle, hein... O.K, maintenant, je priais intérieurement : Faites qu'il ne me prenne pas pour une dragueuse à blagues à deux balles, faites qu'il ne me prenne pas pour une dragueuse à blagues à deux balles, faites qu'il ne me prenne pas pour...

Faites qu'il le prenne pas trop mal ? Et... pourquoi je voyais Bonnie commencer à tabasser ma vendeuse, bon sang ?!


HRP : Désolée du retard, s'il vous plaît, m'en voulez pas trop, pleins de petits problèmes en ce moment >_<

____________________________
Aria Mode : Insane.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-kiss-happy-girl.overblog.com
Shizuo Nakagaze

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 21
Localisation : Comme si j'allais te le dire !

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Jeu 14 Juin - 9:09

Dix minutes... Voilà dit bonne minute que je suis en train de fixer de t-shirt... Ce n'est pas très constructif me direz vous... Mais je ne sais pas lequel prendre moi... Ayant une forte envie de taper du pied comme un gosse de 5 ans, je me retenais et retourna à ma fixation de t-shirt... quand on me tapota sur l'épaule...

- Si je peux me permettre, je vous conseillerais de prendre celle de gauche. Le bleu royal, ça rehaussera votre teint dis une jeune fille un léger sourire aux lèvres, riant doucement.
Et avant que j'eusse pu faire un geste, elle prit mon t-shirt et la posa doucement sur son bras. C'est quelle ce gênait pas celle là ! Je fronçais légèrement les sourcils en me répétant intérieurement mon mantra " Je suis Pacifique... Je suis Pacifique... Je suis Pacifique... Je suis Pacifique"
Quand elle parla de nouveau :

- Dites, vous me rappelez quelqu'un, mais... On ne se serait pas déjà rencontrés ?

Et je ne pu m’ne empêcher… Un léger rire s’échappa de mes lèvres… EN voilà une qui n’avait pas l’habitude de dragué, la fixant de haut en bas, je la regardais… Elle était assez mignonne bien que je préférais les cheveux bruns… Mais en la fixant un peu plus, je remarquait aussi quelle me disait quelque chose… Je l’avais déjà croisé quelque part celle là…

« Tu ne serais pas..."

Mais elle ne m’écoutait plus, elle fixait quelque chose derrière moi, suivant son regard, je remarquais qu’une jeune fille tabassait une vendeuse… Et mon sang ne fit qu’un tour. Posant mes affaires par terre, je remontais mes manches, montrant mes bras musclé et me dirigea vers la cliente devenue violente.
Devant elle, je la séparai de la vendeuse, en l’attrapant par la peau du cou et la balançant légèrement plus loin. Je me tournant alors vers la vendeuse, et lui demanda si tout allait bien… Tremblante, elle me dit que oui, et je la laissais aux mains de ses collègues, après avoir bien sur payé une somme modeste, pour payer tout les soins médicaux dont elle aurait ou non besoins.

Je pris une grande inspiration, et me tourna vers la délinquante, que j’avais balancé avant. Je sortie une cigarette de ma poche, et la main tremblante, de colère contenue l’alluma et la porta à mes lèvres. Prenant une ou deux bouffés, je me dis,

« Si tu n’est pas capable de te tenir correctement gamine… Tu dé-ga-ge… Pigé ? »

Et je retournai vers mes affaires, prit doucement mon t-shirt des bras de la jeune fille qui n’avait pas bougé, les ramassant, je me dirigeai vers la caisse…

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 19
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Ven 29 Juin - 21:34

J'y croyais pas, la personne qui m'avait foutu son bras en plein dans ma tronche c'était la Schizo du parc, Aria ?! Génial ! Quand je pense que ma journée se passait bien et bah maintenant elle est complètement gâchée. Gâchée à cause de c'te fille qui se croit reine de tous. Se retenant de pouffer, elle leva juste les yeux au ciel avant de me répondre :

- Ouais, moi. Qui d'autre veux-tu que ce soit, Bonnie la Maso ?

Tu te fous de moi là ?! Tu m'as appelé comment ? "Bonnie la Maso" ?! Je vais la frapper celle-là. Est-ce que je t'appelle Sisi L'impératrice moi ? Enfin bon, j'aurais juste préféré qu'elle se taise, qu'elle hausse les épaules et qu'elle soit loin de ma vue. Après tout, je suis venue pour être tranquille et fallait que, de tous les batîments à la mode elle vienne dans celui-là. Décidément c'est pas mon jour. Lâchant un long, mais très long soupir face à sa question des plus emmerdantes, je la voyais en train de fixer une vendeuse. Désignant le stand sous mes yeux, elle lui indiqua de tout lui mettre de côté. La jeune femme lâcha brusquement sa cliente pour ensuite tirer la table sur roulette en direction d'un des entrepôts. Je levais un sourcil en ne me disant qu'une seule chose " Mais à quoi elle joue c'te meuf ?!"
Elle se mit à me regarder de la tête aux pieds d'un air... méprisant mais aussi sérieux. Elle ne disait pas un mot, genre elle était devenue aphone quoi. C'était plutôt désespérant à voir ça. Lâchant un soupir de nouveau, elle me fit signe de la suivre. Je penchais la tête sur le côté avant d'avancer d'un pas lent aux côtés de Aria. Parcourant un rayon bien plus loin de celui où nous étions, elle fouillait avec sérieux le rayon, cherchant... je ne sais pas quoi. Soudain, elle me donna une tonne de fringues entre les bras avant de me dire d'un ton du genre autoritaire :

- Maintenant tu vas m'essayer ça, et tu le fais bien ! Sinon... je te crame, ma fille.

Elle plissa des yeux en me disant cette phrase qui pour elle ressemblait à un ordre qu'elle m'avait donné. J'étais censée te dire quoi ? " Oui Mamaaaaaaaaaan !" Et puis quoi encore, plutôt crevée. J'allais lui répondre quand elle m'adressa un petit bye-bye, me poussant en direction des cabines puis dans les bras d'une vendeuse. Avant de tomber, j'eus le temps d'envoyer toutes les affaires que j'avais dans un panier à côté. Apparemment, j'étais tombée sur une vendeuse "stagiaire", en clair, une ado en pleine crise. Me relevant d'un coup, je me retournais pour engueuler la Schizo qui m'avait poussé dans les bras d'une putain de stagiaire, mais elle était déjà partie batifoler on ne sait où. J'échappais encore un soupir. Je me retournais vers la stagiaire qui me mit une grosse baffe.

- Wo la vieille ! Fais gaffe où tu marches !

Posant mon regard écarlate sur celle qui avait osé me défier, j'eus un large sourire, montrant mes dents blanches et mes canines pointus et acérés. Style je suis un démon et je vais te bouffer quoi !

- Eh ! Sympa tes cheveux de vieille pour une jeune !

- Non mais tu t'es pas vue la vache ! T'as tellement de boutons sur la face qu'on dirait une calculatrice !


Je lui envoyais mon poing dans sa joue d'un coup sec ! Faut pas me chercher, c'est moi qui te le dit ! Nous continuâmes à nous battre jusqu'à ce que quelqu'un m'attrape et me balance un peu plus loin. Retombant sur mes jambes en mode accroupi comme un chat sur ses pattes, je me relevais lançant un regard noir envers la personne qui m'avait balancé sur le côté comme ça. C'était un gars, les cheveux blonds, il ne m'était pas inconnu celui-là. Je l'avais déjà rencontré quelque part. Je sais pas où, mais si j'ai le courage je chercherais. Sortant une cigarette de sa poche, le gars alluma une cigarette en tirant une ou deux fois dessus.

« Si tu n’est pas capable de te tenir correctement gamine… Tu dé-ga-ge… Pigé ? »

Il se retourna vers ses affaires avant de prendre son tee-shirt et de partir en direction de la caisse. Je me redressais, mettant ma main sur ma hanche, levant un sourcil, je le voyais en train de partir, genre je dis une phrase cool et je m'en vais ! Rêve pas toi...

- Non mais vas-y te gêne pas, gars. Soufflais-je d'une voix agacée.

Vu comment il était loin, il est impossible qu'il l'entende. A moins qu'il soit un super héros et qu'il est une oreille super fine... Enfin bon, maintenant qu'il est parti, il est parti hein ! Bon débarras. Décidément... je crois que cette journée ne peut pas être pire.

- Tu me le paieras salope !!

- Moi ? Eh Oh ! C'est toi qui as commencé alors joue pas à la victime toi !

Lui jetant un regard méprisant par la suite, je me demande bien pourquoi on me fait toujours chier dans ce genre de journée. Non mais je vous jure, les gens de nos jours. Pas moyen d'être tranquille on dirait... Mettant ma main devant ma bouche avant de bailler, je fixais le ciel. Finalement j'aurais dut rester dans ma chambre pour dormir au lieu de sortir. Je m'en souviendrais pour la prochaine fois. Posant mes deux mains derrière ma tête ensuite, je fixais un autre point : Les rayons. Bon, est-ce que je peux être enfin tranquille ou je dois m'attendre à un autre truc qui va encore m'emmerder ?

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aria P. Hirazaki

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 19
Localisation : Trop loin pour toi, Honey ~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Kasaï no Tsubasa ~
★ Age : 18 pommes de terre et pas une ride 8D
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Dim 8 Juil - 14:40

Bonnie n’avait pas eût enchantée de m’obéir, mais elle l’avait fait, c’était le plus important. De plus son regard chargé de vengeance m’avait assez informé de ce qui m’attendrait plus tard. Je l’avais laissée se débrouiller avec la seule vendeuse réellement chiante… Je n’aurais pas dû.

- Tu ne serais pas...

Malgré un regard des plus étonné, il eût un début de phrase concluent, aussitôt interrompu par son détournement d’attention. Bordel, on s’en fout de cette vendeuse, je suis sûre qu’elle pourrait se faire tabasser vingt fois de plus pour le quart de mon argent de poche ! Agacée que l’admiration potentielle de cet inconnu puisse disparaître, je m’élançais à sa poursuite, bien décidée à jouer aux supers-justicières. Je stoppais net en observant – avec un sourire moqueur – la tentative d’intimidation de mon « client » envers Bonnie. Alors qu’il lui adressait froidement la parole, écartant la pauvre grue qui sanglotait au milieu du magasin, écroulée au sol, je fusillais du regard le personnel et les autres clients, fortement agacée qu’une scène pareille se déroule dans un établissement qui m’appartenait tout de même, à la base. Devais-je le leur rappeler ? Sûrement. M’écartant un instant de l’engueulade sur le point de commencer, j’attrapais un vendeur par l’oreille, et l’entraînais à l’écart, avant de siffler d’un air menaçant :

- Celle qui vient de chialer, là, c’est quoi son nom ? Je veux rien entendre, tu la vire tout de suite, ou c’est toi qui va y passer.

Partant sans lui laisser le temps de répliquer, je me contentais de lui adresser un majeur triomphant, avant de revenir vers Bonnie, martelant le parquet brillant du talon de ma bottine, de toutes mes forces. Je haussais un sourcil en voyant l’homme s’allumer tranquillement une cigarette en plein milieu du rayon, tandis qu’il récupérait ses affaires. Encore plus énervée, je saisis sans aucun ménagement le col de sa chemise – stoppant brutalement sa progression – et lui lançais froidement, oubliant soudainement toute amabilité.

- Excusez-moi, mais… ceci est un lieu public, un magasin de luxe de plus. Vous ne pensez tout de même pas que, après avoir enfumé ma boutique, et engueulé l’une de mes clientes, vous allez vous en sortir indemne ?
Plaquant un sourire forcé et sadique sur mon visage, je lui adressais un clin d’œil machiavélique.


- De plus, Riko-Chan est très susceptible, et il est possible qu’elle ait quelque peu provoquer Bonnie-San, ce qui aurait fait débuter la bataille. Désolée de tout ce remue-ménage, ajoutais-je avec une mauvaise foi à peine décelable.

- Tu me le paieras salope !

Je me retournais immédiatement en entendant l’insulte fuser, et mon sourcil se leva encore plus haut alors que Bonnie lui répondait. Si elles voulaient énerver encore plus le joli blond à côté, c’était bien parti, croyez-moi.

- Moi ? Eh Oh ! C'est toi qui as commencé alors joue pas à la victime toi !

Me dirigeant vers Riko – alias « Je suis celle qui fout la merde alors qu’on essaie de m’aider » - je me délectais lentement de son visage blêmissant à vue d’œil alors que j’approchais. Claquant la langue, je levais ma main droite, et sans plus de cérémonie, l’abattis sur sa joue. Oui, je venais carrément de lui mettre une gifle magistrale. Gardant un visage impassible, je lui adressais une seule parole.

- Maintenant, vous la mettez en veilleuse toute les deux. Toi, dis-je en désignant la vendeuse du doigt, tu dégages. MAINTENANT !

Voyant qu’elle mettait du temps à intégrer l’information, je soupirais et fis un geste dans le vide, afin de presser quelqu’un de la faire partir. Me calmant immédiatement, j’accordais un magnifique sourire éclatant à mes deux clients.

- Bien, vous êtes refroidis, désormais ?

____________________________
Aria Mode : Insane.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kiss-kiss-happy-girl.overblog.com
Shizuo Nakagaze

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 06/05/2012
Age : 21
Localisation : Comme si j'allais te le dire !

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Sam 14 Juil - 23:09

Alors que je me dirigeais vers la caisse, la jeune qui m'avait conseiller peu de temps avant apparut devant moi,et me prit par le col de chemise.

- Excusez-moi, mais… ceci est un lieu public, un magasin de luxe de plus. Vous ne pensez tout de même pas que, après avoir enfumé ma boutique, et engueulé l’une de mes clientes, vous allez vous en sortir indemne ?
Plaquant un sourire forcé et sadique sur mon visage, je lui adressais un clin d’œil machiavélique.

- De plus, Riko-Chan est très susceptible, et il est possible qu’elle ait quelque peu provoquer Bonnie-San, ce qui aurait fait débuter la bataille. Désolée de tout ce remue-ménage.


Sa voix était froide, complètement différente de la voix mielleuse qu'elle avait utilisé, pour me conseiller et me... draguer avant. J'allais lui répondre calmement, et m'excuser de ma mauvaise interprétation de la situation. Quand un :

- Tu me le paieras salope !

attira notre attention... Il semblerais donc que cette vendeuse soit à l'origine du problême...

- Moi ? Eh Oh ! C'est toi qui as commencé alors joue pas à la victime toi !

Et que la gamine que j'avais envoyer baladé, lui est répondu par les poings, réponse digne d'un primaire... J'étais près à intervenir, pour mettre fin à cette querelle se maternelle, quand la jeune fille toujours présente à mes côtés, s'avança et parla au fauteur de trouble.

Maintenant, vous la mettez en veilleuse toute les deux. Toi, dis t-elle en désignant la vendeuse du doigt, tu dégages. MAINTENANT !

Pour ensuite soupirez, et ce tournez vers nous, avec un grand sourire

- Bien, vous êtes refroidis, désormais ?

Et nous laisser sur le cul. Me reprenant, je me gratta la gorge, et me tourna vers elle pour prendre la parole

"Hum, premièrement, je m'excuse de mon comportement de tout à l'heure, j'ai mal apprécier la situation, et ai réagis aux quart de tour, sans chercher, à savoir, qui était à l'origine du problème, même si votre amie est en partir aussi responsable." commençais-je en lançant un regard noir à la dénommé Bonnie. Et pour se qui est de ma cigarette, mettez un panneaux interdit de fumez devant l'entrée chose qui n'est pas présente, et je ne fumerais pas, bien que je fasse attention à ne pas fumer près des vêtements pour leur eviter de prendre trop l'odeur du tabac... Enfin bref, voilà quoi" finissais-je, en m'étirant, et me grattant la nuque, pour evacuer tout le stress accumuler en quelque minute. Passant à côté de la jeune fille la saluant, je repris mon chemin pour les caisses, et paya tout les habits que j'avais pris ainsi que le t-shirt bleu. Pour ensuite sortir. Dehors, je jetais ma clope dans la poubelle, et jeta un coup d'eil à ma montre. 20h15, la petite engueulade avait quand même durez 3/4 d'heure, et je sentais mon estomac grogner dans un appel à la nourriture. Je décida donc d'aller manger au restaurant, et regardant autour de moi, commença à chercher...

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie A.Sâto

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 03/04/2012
Age : 19
Localisation : Dans mes pensées, loin de toi~

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Seven☆Rings
★ Age : 17 Ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   Lun 5 Nov - 2:27

Après m'être défendu face à l'autre imbécile de vendeuse, Aria se dirigea vers elle avant de lui en coller une. Je vis alors l'expression abasourdi de celle-ci, comme une enfant ne comprenant pas pourquoi il venait de se prendre une claque par sa mère, ceci me fit sourire. Tandis que Aria gardait son visage impassible, elle se mit à meugler comme pas possible :

Maintenant, vous la mettez en veilleuse toute les deux. Toi, dit-elle en désignant l'emmerdeuse du doigt, tu dégages. MAINTENANT !

Après avoir bien hurler, elle lâcha un soupir avant de se mettre à sourire et de se tourner vers nous. Qu'est-ce que je disais... Cette meuf est une vraie schizo voir pire...

- Bien, vous êtes refroidis, désormais ?

Je penchais la tête sur le côté. J'en restais... 'Fin bref. On s'en fout ! Elle nous prend pour du charbon ou quoi ? Du charbon qui brûle encore et toujours et dont elle serait le seau qui pourrait tout éteindre ? Nan mais LOL. Bref (n°525). L'autre imbécile se racla la gorge avec de s'exprimer.

"Hum, premièrement, je m'excuse de mon comportement de tout à l'heure, j'ai mal apprécier la situation, et ai réagis aux quart de tour, sans chercher, à savoir, qui était à l'origine du problème, même si votre amie est en partir aussi responsable."
commença-t-il en me lançant un regard noir dont je répondis par un haussement d'un sourcil. Et pour se qui est de ma cigarette, mettez un panneaux interdit de fumez devant l'entrée chose qui n'est pas présente, et je ne fumerais pas, bien que je fasse attention à ne pas fumer près des vêtements pour leur eviter de prendre trop l'odeur du tabac... Enfin bref, voilà quoi"

Bah à la base... on ne fume pas dans une boutique ! C'est purement logique ! Abruti. Les fringues puent un peu beaucoup voir TROP le tabac après ! J'adore fumer mais pas au point de vouloir que mes fringues sentent la clope ! Il s'étira avant de passer à côté avant de saluer Aria et de reprendre son chemin vers les caisses. Nan mais j'hallucine... Ce mec est complètement... bizarre. Une autre espèce de E.T ? J'en sais pas trop. Mais en tout cas, il m'a bien gonflé celui-là. Posant mes deux mains sur mes hanches je me mis à lâcher un long soupir d'agacement.

- Quel imbécile celui-là. Des panneaux pour ne pas fumer... dans une boutique de fringues... Son cerveau est parti avant qu'il entre ici ou quoi ?


Haussant lourdement les épaules, je levais les yeux au ciel. Me demandant bien pourquoi je n'ai jamais de journée CALME. Une journée où je peux faire ce que je veux, quand je veux, où je veux, sans qu'on vienne me gueuler dans les oreilles, sans que je vois quelqu'un de Undai. J'y penserais la prochaine fois. Parce que... putain... c'est gavant. Déjà que croiser des gens que je connais dans l'Académie même ça me les brise... Alors les voir en DEHORS c'est trois fois plus pire ! Surtout que en ce moment ça me saoule de voir trop de gens... Erf. J'ai qu'une hâte, rentrer. Pouvoir rentrer dans ma chambre, m'effondrer dans mon lit et m'enrouler dans ma couette pour faire une longue nuit de 12 à 13 heures de sommeil. Pour être en forme en cas de bataille ! Ou d'entraînement. Si j'ai pas la flemme. On en reparlera bande de petits... euh... petits pois sans cervelle. Comment ça, ça ne veut rien dire ? Je t'emmerde toi ! Et Pan. Retourne chez ta mère petit~

____________________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prof violent et élèves dangereux.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prof violent et élèves dangereux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sénateur Carlos Fritz Lebon: un homme malhonnete et dangereux
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Haïti : Un dangereux précédent par Patrick Elie
» Les relations entre élèves de Beauxbâtons
» Panneau d'Affichage des élèves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: D'autres Villes :: Tokyo-