AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 ♛ Ma première journée ♛

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Ven 18 Mai - 22:17

-Non ?

Elle venait de refuser ma demande, je n’étais pas forcément étonnée de ce refus mais je dois avouer que cela m’avait quand même serré le cœur. Il fallait être honnête avec soi-même, elle venait de me dire « non » à … un baiser. Imaginez,vous vous ramassez un refus alors que vous tentez d’embrasser votre aimée, votre tête en dira long sur votre pensée. Oui, il ne fallait pas non plus que je classe Kaïla comme étant mon aimée … elle ne l’était pas, du moins pas dans le sens fou amoureux d’elle, je n’étais pas amoureuse, je n’avais jamais été amoureuse et je ne comptais pas l’être. Je mentais très mal hein ? Vous-vous en doutiez également n’est-ce pas ?

-Non ! Je veux dire, je serai honorée que tu m’entraînes de nouveau Yume-San ! Et oui ! Oui ! Je veux bien apprendre comment faire, enfin... Je veux essayer !

Elle voulait essayer, mais elle devait « s’offrir » corps et âme dans ce cas. J’en demandais beaucoup je le savais, mais que vouliez vous ? J’espérais le meilleur pour cette fille, je la voulais au premier rang dans ma conquête du monde, je la voyais à mes côtés sur le trône. Oui, sur mon trône. Pourquoi ? Devais-je donc tant me répéter que ça ? Elle était comme elle, elle était celle que j’avais tué, elle était celle avec qui je pourrai … me sauver.

-Mais je vais pas... c'est indécent ! Et heu... pourquoi ?

Je continuais à la fixer tandis qu’elle, elle évitait mon regard le plus possible. Soupirant lourdement, je croisais les bras en fermant les yeux. Oui, avant de lui demander de m’embrasser j’aurai sans doute dû lui expliquer la raison et ne pas lui lâcher de but en blanc, embrasse moi. Mais c’était ma manière d’agir, je faisais toujours comme ça, pourquoi tourner autour du pot quand vous pouviez rentrer dedans directement ?

- Le partage de pouvoir.

Ma voix sonnait comme un écho dans la pièce vide, mes yeux toujours rivés sur mon élève, je me décidais à lui donner plus amples explications espérant ainsi qu’elle accepte ma demande. Non pas que je veuille à tout prix l’embrasser et puis, je ne voyais rien d’indécent à ça et surtout venant de sa part, cela sonnait plus « tu n’es pas mon type, j’ai mieux avec les deux avec qui tu m’as surprise ».

- Offre toi à moi et mon pouvoir sera tien. Sans celui-ci il te sera impossible de matérialiser ton corps et de te téléporter.

Devais-je en rajouter, devais-je lui dire que le seul moyen qu’elle ait accès à mon pouvoir soit par un contact plus que physique, qu’elle n’a pas le choix si elle a tant soif de puissances ? Je savais qu’elle aspirait à plus que ça, qu’elle voulait un jour se tenir à la même place que moi, que sa puissance soit à mon égale. Il ne fallait pas se voiler les yeux, c’était visible même pour un aveugle. La motivation de Kaïla, sa détermination et surtout l’expression qu’elle eut quand je repris mon titre de professeur et elle d’élève.

- Je pourrais presque être offusquée de ton refus. Tu te refuses à moi alors que je t'ai … surprise avec deux déchets.

C’était froid, mais il fallait que je le lui rappelle que je n’oubliais pas cet épisode. Oh non que je n’allais pas l’oublier de si tôt…

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Ven 18 Mai - 23:26

- Le partage de pouvoir. Offre toi à moi et mon pouvoir sera tien. Sans celui-ci il te sera impossible de matérialiser ton corps et de te téléporter.

À ce stade là, je la fixais dans les yeux incrédules. Et elle, elle était toujours autant impassible, me disant ces informations comme si cela coulait de source. Comme si elle voulait presque m'offrir une partie de son pouvoir, pour... pour je ne sais quelle raison. Je savais qu'elle voulait être mon professeur parce que je le lui ai demandé, j'ai découvert l'Arène avec elle, je me suis entraînée avec elle, je l'ai vu sourire, pleurer, crier, s'énerver, me mépriser. Mais ce que je me posais comme question, c'était pourquoi j'eus droit à cela. Je n'en savais rien, je n'étais pas forcément la plus douée en matérialisation ou en cours en eux mêmes, je n'avais rien de vraiment intéressant en moi, au contraire, ma phobie du monde me rendait presque repoussante. Je ne comprenais pas les motivations de Yume. Mais vraiment pas. Mais d'un autre coté, je voulais justement qu'elle me porte une telle attention, non pour je ne sais quelle raison obscure... Je ne le cachais pas, je voulais être puissante, je voulais arriver à son niveau, si ce n'est plus haut même si c'était de la folie que d'y penser. J'aimais la matérialisation, j'étais une passionnée de cela, je trouvais que c'était un art qui demandait des sacrifices. Je crois même que je saurais tuer pour avoir plus de puissance, s'il le fallait. Oui, je voulais, je vivais, je respirais pour le pouvoir. Pour arriver à mon but, pour avoir assez de puissance et enfin, enfin faire ce que je voulais... Qui n'était autre que d'éradiquer les minables qui ont détruit cette planète qui me faisait rêver dans mon enfance. Adepte de la nature ? Non, j'aimais juste la vie... Oui, c'était avant que je ne découvre que d'autres détruisaient ce que je chérissais tant. Et maintenant, vous allez me dire que si j'aimais tant la vie, alors je ne devrais pas vouloir tuer pour mon but... Oui, sauf que je haïssais ces maudits êtres vivants si semblables à moi, mais si différents en même temps. Et même si je devais briser tous mes principes pour les abattre, je le ferai... Justement !

- Je pourrais presque être offusquée de ton refus. Tu te refuses à moi alors que je t'ai … surprise avec deux déchets.

Sa voix froide m'atteint en plein dans le cœur. Elle a frappé là où cela faisait le plus mal. Je ne sais pas si elle l'a fait exprès où non, mais en tout cas cela a bien tapé dans ma tête. Je restais ainsi bouger à la regarder criant presque à l'injustice. Elle n'allait quand même pas me prendre par les sentiments du culpabilité à présent... Non mais une chose me frappa dans ses mots si glacials et précis. Oui, je ne le disais pas souvent, mais elle détestait les humains, encore plus que moi certainement. Je ne connaissais pas forcement les raisons de sa haine, mais je savais qu'elle fut provoquée par quelque chose d'énorme et que ma propre aversion envers les humains était moindre par rapport à la sienne. Alors je crois que ouais, je devrais me sentir honorée d'être sous l'aile, dangereux pour moi qu'elle peut être, de Black Rock Shooter, incontestablement la plus puissante femme au monde derrière Dead Master. Peut être pas avec tant d'influences vu qu'elle doit être fermement tenue en laisse par la directrice pour justement ne pas la renverser du trône, mais elle était assez dangereuse pour mettre à genoux beaucoup de gens, par la seule force de son poing. Alors ouais, je devrais me la fermer et ne pas discuter, juste apprécier et même vénérer cette « gentillesse » de la part de Kuroi-San de vouloir me prêter de l'attention, même si ses motivations étaient des taches noires pour moi. Tant que j'ai de la puissance... Si c'était si facile...

- Je... Ce n'est pas la même chose, je ne me suis jamais... de cette façon à... qui que ce soit...Ne compares pas ces situations là à toi.

C'était vraiment injuste de voir les choses ainsi. Elle m'en voulait, si c'est pour cette raison qu'elle m'a attaquait le mois dernier... Alors c'était parce que elle, elle voulait me donner de son pouvoir, et les autres rien, et que pourtant c'est elle que je ne laissais pas le plus m'approcher ? C'était assez tiré par les cheveux, je l'avoue. Mais bon... Ce qui s'est passé avec Izaya, c'est parce que j'étais bourrée, et d'ailleurs c'était la première fois que j'étais en état d'ivresse et ce Pervers, bah lui il a juste eu de la chance de se trouver là à ce moment, si je puisse le dire ainsi, en omettant ce qui s'est passé par la suite. Et pour l'autre gamine que je venais de rencontrer ici... Je ne sais pas ce qui l'a prit, mais dans ce cas là, je n'étais pour RIEN. Je sens que Yume c'était une têtue tout de même, et qu'elle jouerait ses cartes en sa faveur, peu importe comment je lui expliquerais en large et en travers que je n'étais que la victime du cour de la vie. Elle n'en entendrait que dalle.

-Ouais d'accord... Mais j'attends à ce que tu m’expliques comment ce geste... ce partage ou je ne sais quoi, pourra m'aider à... voilà.

À t'arriver ne serait-ce que à la cheville. Eh bien la seule manière de le découvrir c'est de céder à la demande de mon mentor, une demande qui serait certainement plus profitable à moi qu'à elle. Et d'ailleurs pourquoi refuser si une telle chose était mise en jeu. Parce que si j'ai embrassé un saoulard pour le fun, alors pourquoi ne pas le faire avec de la puissance. Oui, je voyais cela un peu étrangement, rien que du profit vous dites ? Je ne sais pas, en tout cas c'est ainsi que voulait tourner les choses Yume. Mais par, s'offrir à elle, que voulait-elle dire ? Enfin... si ce n'est qu'un baiser alors, bon sang, je peux briser mes principes rien que pour une fois non ? Non... Oh et puis merde, j'étais curieuse d'apprendre, j'étais étonnée par les nouvelles choses, et si parfois il fallait aller dans ses limites pour découvrir des nouveautés par rapport à la matérialisation, alors autant se sacrifier, sacrifier tout une devise d'une vie. Oui, et je l'ai déjà fait non ? Alors à quoi bon se poser tant de questions et hésiter ainsi... Aller du nerf, sinon je resterai toute ma vie faible, et un jour, je regretterai de n'avoir pas accepté cela. Voilà !

Avec tout ce mélange de pour et de contres, je m'approchais d'un pas hésitant vers Black Rock Shooter sans vraiment la regarder, non je préférais éviter ses yeux bleus, par gêne d'être si... si misanthrope ou peut être parce que j'ai cédé au mot « pouvoir » ? Difficile à dire, mais après une grande inspiration, je plaquais mes lèvres sur les siennes. Le contact fut là et au moment où je voulais le briser, donc après une fraction de seconde, quelque chose d'étrange m'envahit. Je ne savais pas ce qui se passait mais tout mon corps voulait de cette sensation nouvelle, parce que ouais, une vague de puissance me submergea d'un coup, sans prévenir. Et là je venais de réaliser que le baiser baveux d'Izaya ou encore l'approche maladroite de la gamine, Naoko, n'avait rien à voir avec... cela. Ce n'était même pas au niveau de la sensation désagréable d'étouffement, non. C'était pour ce qui se passait avec mon corps, ainsi que ma robe. J'avais le sentiment de flotter mais en même temps d'être écrasée par quelque chose de trop... trop fort ! Mais le genre de fort quoi ! Trop fort pour mon corps pas habitué à cela. Je me reculais de Yume, tout en la regardant droit dans ses yeux avec un air... de je ne sais quoi.

-Ah... Comment cela se fait-il... ?

Oui, elle aurait dû forcement faire quelque chose pour... pour cela. Maintenant, c'est limite que je voulais de nouveau y goûter, rien que pour ressentir cette vague d'énergie déferler dans tout le corps. Parce que ouais, c'était magique. Je regardais mes mains un moment avant de reporter mes rubis sur ma prof de fortune. J'éclatais d'un rire nerveux tout en détournant mon regard, non pas dégoûtée mais plutôt honteuse ouais.

-Alors ?

Ce ne fut qu'un murmure, en mode « je crois que je vais aller me cacher quelque part à présent ». En plus pour couronner le tout, ma robe venait de disparaître. Allez chercher à comprendre ce qu'il se passait autant dans ma tête que avec mon corps.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Sam 19 Mai - 0:22

- Je... Ce n'est pas la même chose, je ne me suis jamais... de cette façon à... qui que ce soit...Ne compares pas ces situations là à toi.

Je devais me sentir heureuse de ce qu’elle venait de dire ? Elle me considérait tout de même autrement que ces choses avec qui elle passait son temps, oui, je devais me sentir satisfaite mais étrangement c’est le contraire qui se passa dans ma tête. Allez savoir ce qu’il y avait qui clochait en moi pour que à chaque fois que j’entendais sa voix résonner, je ne faisais que me brusquer, me renfermer pour finalement me mettre à bouder. J’étais incompréhensible, je le savais étant donné que moi-même je ne me comprenais pas.

Flash Back On

- Yume-Chan ? Veux-tu goûter à la puissance ?

Étonnée par ses dires en me rappelant vaguement un épisode de mon passé, je me voyais dans le bureau de la directrice en pleine discussion existentielle sur le comment du pourquoi de la matérialisation. Incrédule devant ses paroles, je me voyais me lever brusquement en répondant positivement à une Ayame tout sourire aux lèvres, n’attendant sans doute que cette réponse pour passer à l’acte. Se levant de sa chaise de bureau, elle s’était avancée vers moi pour déposer ses lèvres sur les miennes. Comme à mon habitude je fermais les yeux pour savourer ce toucher que je détestais tant.

- Ne t’es-tu jamais demandée pourquoi j’aimais tant tes lèvres ? N’as-tu jamais sentis la chaleur monter en toi quand je t’accordais mes lèvres ?

Pour seule réponse de ma part, ce fut un « Non, je devrais ? » que ma chère directrice reçu. Oui, déjà à l’époque j’étais froide et je manquais énormément de tact. Mais ce n’était pas là le plus important, hormis ma réponse des plus stupides, il fallait plutôt se concentrer sur la suite ou plutôt sur les explications que j’eus de Dead Master. Je devais avouer qu’à l’époque ce qu’elle me disait n’avait pas de sens pour moi, vraisemblablement, en y repensant maintenant, tous les mystères de ma vie s’éclairaient les uns après les autres telles des lucioles en une soirée chaude de printemps.

- Je t’accorde mon pouvoir Yume-Chan, je te l’offre à chaque fois que je t’embrasse c’est pour ça que tu me dois d’être redevable, c’est pour ça que tu es à moi, Yume-Chan.

Oui, comment pouvait-elle m’accorder son pouvoir avec ce baiser, comment était-ce possible ? Tout simplement parce qu’elle insufflait du pouvoir en moi par ce moyen parce qu’il était plaisant pour elle de le faire de ce geste tendre, qu’elle aimait utiliser ses moyens pervers pour me soumettre à sa force. Mais je ne sentais nullement la différence, non, je ne savais pas non plus comparer avec la première fois où j’eus reçu un baiser de Dead Master, c’était bien trop lointain pour que je m’en souvienne, c’était bien trop difficile pour que je sache si cette première fois quelque chose de spécial s’était passé. Mais alors, pourquoi je ne ressentais plus « cette chaleur » ? Serait-ce à cause de mon dégoût, de ma haine envers cette femme ?

- Née dans la puissance, je me demande ce qu’il se passerait si tu perdrais tes pouvoirs, Yume-Chan … Comprendrais-tu peut être pourquoi je te suis si indispensable ?

Flash back Off

-Ouais d'accord... Mais j'attends à ce que tu m’expliques comment ce geste... ce partage ou je ne sais quoi, pourra m'aider à... voilà.

Retombant sur terre en secouant légèrement la tête je ne compris que très rapidement la suite des événements. La voyant se rapprocher de moi, je reculais automatiquement de trois pas, mais celle-ci avançait bien trop vite, bien trop hésitante pour que je m’enfuisse devant un geste que je lui réclamais. Instinctivement, je fermais les yeux, comme à mon habitude quand je recevais ce genre de geste de Dead Master. Attendant moins de trois secondes avant qu’un doux contact se dépose sur mes lèvres, je soupirais intérieurement en levant légèrement ma main. C’était doux … sucré, mielleux, différent des lèvres d’Ayame. Oui, c’était … Ouvrant les yeux en une fraction de seconde je sentis cette sensation que j’eus oubliée depuis bien longtemps déjà. La première fois, le premier baiser, comment avais-je oublié ce moment là ? Ce moment qui avait marqué ma vie ?

Flash Back On

- Yume-Chan est une jolie enfant, Yume-Chan veut-elle bien que je lui donne un baiser ?

J’étais sur une chaise, Dead Master me tournait autour en me regardant de haut en bas, de gauche à droite. Incrédule devant un tel mouvement de la part de la directrice que je considérais comme ma sauveuse à l’époque, je restais immobile sur ma chaise, jouant de mes mains avec le canard en plastique que j’avais en main. Je ne devais pas être âgée de plus de dix ans, oui, cela devait être peut être ma première semaine à Undai … j’étais si jeune. Pour répondre à la femme qui me regardait de ses amandes suppliantes, je lui adressais un petit sourire tout en affichant un petit air gêné en lui tendant ma joue. Mais ce n’est pas ma joue que désirait la femme, non, ce fut mes lèvres dont elle s’empara sans demander son reste. Je me rappelais de ce doux contact, ce premier doux contact. Ce n’était pas le premier baiser que je reçus d’un adulte mais là c’était différent. Oui, ce n’était pas dégoûtant, ce n’était pas la même chose que les lèvres de mon ancien maître, c’était … chaud et rempli de tendresse, d’attention et d’amour. Je me rappelais avoir levé mes petites mains vers le visage de la femme pour les déposer sur ses joues. Les yeux fermés, je sentais une sensation de bien être me bercer le corps. Comme si j’étais sur un nuage, libre et en sécurité.

La suite se passa tout aussi chaleureusement, pour la première fois de ma vie ma robe de combat s’était matérialisée en dehors de l’arène. A cette époque je n’avais pas encore eu la chance de connaître et même de comprendre toutes les règles de l’académie, je n’étais encore qu’une enfant innocente venant de se faire délivrer des mains d’un monstre pour atterrir dans les bras d’un autre. Mais ce ne fut pas seulement ma robe de combat qui se créa cette fois-là, non, ce fut encore plus fort, plus grandiose, une puissance folle avait prit possession de mon corps, bercé par la puissance d’une certaine personne je pouvais tâter des mains le flux de cette puissance invisible s’étant hissé dans mon corps, ayant pris possession de tous mes muscles, s’étant infiltré jusqu’au plus profond de mon être.

- Yume-Chan est une gentille fille, Yume-Chan devra se sentir digne d’un tel pouvoir …

Flash Back Off

-Ah... Comment cela se fait-il... ? Alors ?

Rouvrant les yeux en entendant ses questions, je plongeais mes regards bleutés dans ses pierres rouges, brillant d’une intensité envoûtante. Essayant de cacher un petit rougissement s’étant dessiné sur mes joues, je détournais le regard tout en me rappelant de ce à quoi je venais de repenser. Comment avais-je oublié un moment pareil ? Comment avais-je pu omettre de me rappeler d’une chose si importante qui marqua sans doute le début de ma vraie histoire, de la vérité se cachant derrière chaque tache noire de mon esprit ? C’était invraisemblable, mais tellement compréhensible maintenant, je découvrais moi-même des parties de moi en enseignant mon savoir à mon élève, doublement gagnantes allais-je dire ? Touchant mes lèvres me rappelant le doux contact, je me décidais à répondre à Kaïla d’une voix douce et peut être trop calme pour qu’on ne s’en étonne pas :

- C’est … parce que moi aussi, je l’ai reçu de cette manière d’Ayame. C’est le vrai pouvoir … celui de changer le court d’une histoire.

Avançant d’un pas décisif vers Kaïla, je déposais ma main sur sa joue tandis que j’attrapais son autre main dans celle qui me restait de libre. Les yeux toujours rivés dans les perles rouges de mon élève, je lui adressais un petit sourire avant de lui demander de fermer les yeux tout en m’excusant de ma proximité. Une fois que cela fut fait, je déposais pour la première fois de moi-même, mes lèvres contre celles de la jeune fille. Me concentrant sur son flux d’énergie que je voyais se mélanger au mien pour la première fois, j’eus un petit sourire sans pour autant décrocher mes lèvres de Kurayami. Me concentrant sur un lieu que je connaissais par cœur, je vis ma chambre, je nous visionnais dans cette même position dans cet endroit. Ouvrant les yeux en sentant que quelque chose changea sur Kurayami, je vis sa robe de combat se matérialiser avant que nos deux corps se voient aspirer dans ce qu’il semblait être une porte invisible semblable à celle de l’arène. C’est en rouvrant les yeux que je me reculais de ma jeune élève, prenant place sur mon lit qui se trouvait juste derrière moi. Oui, nous avions réussi. Prenant le temps de cependant regarder Kaïla histoire de voir si elle était entière, je fus soulagée en remarquant qu’elle avait toujours ses cornes sur la tête. Affichant un petit sourire, je lui dis d’un ton amusé :

- Nous avons … réussi. Tu as toujours tes choses sur la tête de plus …

Ne pouvant me retenir un éclat de rire, je me laissais aller, contente de cet exploit. C’était la première fois que j’essayais vraiment de matérialiser mon corps ainsi que celui d’une autre personne dans un endroit grâce à la téléportation. Et pour une première fois, c’était tout simplement une réussite, une réussite dont je ne comptais pas me venter non plus. Personne d’autre que nous trois serons capable de le faire, tout simplement parce que nous venions de suivre involontairement un cycle qui allait être incassable. J’eus reçu ce don d’Ayame, je l’ai transmis à Kaïla dont je n’autoriserai pas qu’elle l’apprenne à qui que ce soit. Pour ma part, je me voyais mal aller embrasser je ne sais qui et pour ce qui était de Dead Master, elle savait très bien qu’un faux pas et je l’égorgeais. Oui, j’inversais un peu les rôles parfois, mais c’était bien ainsi.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Sam 19 Mai - 16:21

- C’est … parce que moi aussi, je l’ai reçu de cette manière d’Ayame. C’est le vrai pouvoir … celui de changer le court d’une histoire.

Les paroles qu'elle dit me firent l'effet d'une révélation des plus importantes pour l'humanité, ou plutôt pour ma vie en elle-même. J'étais incrédule mais en même temps contente si pas heureuse, d'apprendre qu'un baiser, enfin pour certain un simple bécot, était synonyme de pouvoir. Je n'ai jamais vu la matérialisation comme une chose aussi étrange. Je voulais dire par là, que je ne savais pas qu'on pouvait partager un pouvoir. Je n'avais aucune idée de ce genre de processus, même au cours de la matérialisation on ne nous parlait pas de cela. Alors oui, j'étais des plus étonnées à cette découverte. Mais aussi, je me rendais compte, oh ouais, je m’apercevais enfin quel énorme pouvoir détenait Yume en sa possession. Je suis sûre qu'elle ne me fit qu'un avant goût de ce dont elle était capable en terme de puissance. Et rien que avec cela, mon corps se vit écraser sous une tonne de puissance incontrôlable. Maintenant je pourrais presque comprendre le mode Insane, quand elle perdait contrôle de ses actes, ouais, je me demandais comment son corps faisait pour retenir tant de force en lui, c'en devenait hallucinant que d'y penser.

D'un déplacement rapide, ma chère prof s'approcha de moi pour refaire ce qu'elle venait de produire quelques minutes au part avant. Par automatisme, j'eus un mouvement de recul et de dégoût. Parce que quoi qu'il en soit, se faire assaillir par une main froide d'un coup, me donnait l'impression d'être piégée dans une boite ou j'étouffais comme pas possible. Mais cette sensation désagréable se changea rapidement en une vague agréable que j'acceptais sans sourciller. Oui, je pourrais presque m'habituer à se touché unique, non parce qu'il était rempli de puissance mais parce que, l'air de rien... c'était agréablement doux et... et soit ! Je fermais les yeux comme à la demande de mon instituteur de fortune et je sentis ma robe de combat se matérialiser sur moi sans que je ne le veuille. Serait-ce lié d'une façon ou une autre à ce qu'elle faisait ? Sûrement, mais maintenant ce que je me demandais c'était de savoir à quel point pouvait je perdre contrôle de mes envies sous cette forme, parce que vouloir ou ne pas vouloir faire apparaître sa robe, c'était quand même beaucoup... Un système comme dans l'Arène où la elle apparaissait d'elle même peut être... Je ne sais pas, mais je n'eus pas le temps de réfléchir que je sentis mon corps flotter. Mais pas flotter de la même façon que quand Yume m'insuffla de son pouvoir... Enfin cela aussi, mais il y eut aussi une... un truc qui me fit ouvrir les yeux. Et quand je le fis, je me trouvais, non dans la chambre déserte où nous nous sommes cachés, mais bel et bien dans la chambre de Black Rock Shooter.

-Nous avons … réussi. Tu as toujours tes choses sur la tête de plus …

Je fixais Yume sans rien dire, tandis que elle était éclatée de rire sur son lit. Ensuite comme sortie d'un rêve, je commençais à regarder partout autour de moi pour voir si c'était vraiment possible d'avoir pu faire cela, se téléporter... Et... comme pour souligner les paroles de Yume, je me mis à me relooker sur toutes les coutures à la recherche d'un bras ou d'une partie du corps manquant pour, finalement attraper une de mes cornes et, avec un soupir de soulagement... réaliser ce qu'elle venait de dire. Je lui fis une moue boudeuse en dématérialisant ma robe de combat, faisant disparaître par la même occasion mes... « choses sur la tête ». Et puis, comme il se doit pour une personne qui change d'humeur en un clin d’œil, je m'exclamais enfin, tournant sur moi même.

-Génial ! Non mais génial ! T'as vu cela ! On était là-bas... et on est là ! Comme par magie.

Un enfant avec un cadeau sous le sapin qu'il regarde et qu'il est super heureux quand il peut enfin l'ouvrir, et qu'il y découvre le vélo qu'il voulait depuis des mois. Et bien oui, on pouvait me voir ainsi en ce moment. Mais la seule différence, ce que je n'étais pas un enfant, mais bel et bien une jeune fille assez mature pour se demander comment ce vélo marchait aussi. Parce que réussir à faire ce genre d'exploit, c'était grandiose, mais ce serait aussi bien que je sache comment l'a-t-elle fait et aussi, si je saurai le faire seule, et combien de temps me faudra-t-il pour l'apprendre et... et encore une chose très importante qui me trottait dans la tête depuis un petit moment... Ouais. Toujours avec mon sourire heureux, et mes yeux pleins de soif de connaissances, je m'arrêtais net devant Kuroi-San et lui demandais, buvant déjà la réponse qu'elle me donnerait.

-Mais... comment l'as-tu fais précisément ? Je veux dire... Comment ? Parce que je n'ai que sentis un genre de flottement avant de me retrouver là... Alors, je sais pas.

Oui c'était vrai, il fallait certainement suivre un processus bien défini pour savoir faire cela. Et ce procédé, je ne le connaissais pas, à part le fait que j'étais trop faible pour le faire et donc qu'il me fallait puiser dans l'énergie même de Yume. Je trouvais cela tout de même assez honteux, attendez vous vous voyez faire ce genre de chose à quelqu'un, à un inconnu par exemple ? Je ne pense pas, donc bon. Et en plus, je n'allais pas aller l'embrasser à chaque fois que l'envie de sentir cela me viendrait, je n'étais pas perverse ou je ne sais quoi. Ce serait vraiment indécent !

-Mais... Il n'y a pas de risque à utiliser la téléportation ? Après tout c'est assez... puissant et donc bon... Et en fait ! Tu veux quoi en échange ?

Toutes ses questions sortir de ma bouche comme des sentences de peine de mort. Parce que l'air de rien, il devait y avoir un hic à tout ce qui était trop beau pour être vrai, non ? Eh bien voilà, mon esprit de paranoïaque faisait des siennes. De un, si cela venait de Dead Master et que personne d'autre ne savait le faire à part Yume, alors qui dit que la directrice serait d'accord que Kuroi-San m'apprenne cette technique de téléportation... Et si, et d'abord, pourquoi Yume-San voulait me l'apprendre, c'est quoi l'intérêt si elle pouvait trouver quelqu'un de plus doué, je sais pas moi, un Terminale par exemple ! Cela lui rapporterait d'avantage si elle avait un but quelconque. Toutes ces questions tourbillonnaient dans ma tête encore enivrée par la sensation du baiser et de la puissance. Et c'est là que je me rendis compte qu'il était déjà tard, en vue du temps qu'il faisait dehors que je pus voir par la fenêtre en face de moi, et aussi que j'étais crevée de fatigue, sous l'excitation du moment, je ne m'en suis pas rendue compte, mais là, j'en étais accablée presque par le manque soudain de force vitale. C'est pourquoi, je lançais un regard incertain à Yume avant de lui dire d'une petite voix :

-Hm... Mais si tu veux pas me répondre aujourd'hui, alors c'est pas grave Yume-San... En plus il se fait tard, donc je ferai mieux de retourner dans ma chambre, et on en reparle demain ?

Je ne voulais pas vraiment partir de là, même si j'étais fatiguée. Je voulais savoir le pourquoi du comment de mes précédentes questions même si je devais en mourir, je stockerais les informations avant. Et en plus de cela, je n'avais pas forcement de retourner dans la chambre où se trouvait Naoko... Pourquoi ? Parce que ce gosse me mettait mal à l'aise, surtout après ce qui venait de se passer avant que je ne quitte la pièce. Donc bon. Mais d'un autre coté, c'était vraiment irrespectueux de rester dans la chambre de quelqu'un ainsi, en plus quand l'heure était déjà tardive. Yume devait être fatiguée aussi, et je ne me devais pas de l'ennuyer d'avantage après ce qu'elle venait de me faire découvrir, il fallait que je la laisse respirer hein.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Sam 19 Mai - 17:05

-Génial ! Non mais génial ! T'as vu cela ! On était là-bas... et on est là ! Comme par magie.

Sautant presque de joie devant moi, je continuais à rire en vue de ses mouvements brusques et enfantins. J’avais l’impression de lui avoir offert un monde accessible seulement à nous deux, une chose dont seules nous pouvions jouir, un monde dans lequel tout était à la convenance de nos désirs les plus fous, où nous pouvions jouir de liberté, de joie de bien-être. Oui, c’était l’impression que me donnait Kaïla à cet instant précis. Je me sentais sereine, ne cherchant pas à me moquer des faits et dires de mon élève, je ne faisais plus que poser un regard doux sur celle-ci.

-Mais... comment l'as-tu fais précisément ? Je veux dire... Comment ? Parce que je n'ai que sentis un genre de flottement avant de me retrouver là... Alors, je sais pas.

Curieuse de savoir comment j’avais fait ça, je me demandais moi-même le processus exact de la chose. Je ne savais pas vraiment comment l’expliquer, pour moi c’était quelque chose de naturel que j’avais reçu depuis le début à mon arrivée à Undai. J’avais reçu la puissance de Dead Master, mon corps fut toujours habitué à cette sensation de suprématie tandis que pour d’autres, cela pouvait sembler étouffant, écœurant ou peut être même mortel. C’était une sorte de donation, essayons de faire ça de manière compréhensible, prenons deux personnes en exemple A et B. A embrasse B, ce qui fait qu’ils se touchent. A sent l’énergie et voit l’énergie initiale de B. A modifie en donnant de son énergie à B par la bouche, un genre de souffle de puissances. B sent l’énergie de A parcourir son corps. Et en rompant le contact, il est possible que B utilise l’énergie de A qui s’est placée dans une boite dans son corps par exemple mais si il ne reçoit pas constamment de l’énergie de A, la boite se vide d’elle même, se mélangeant à la puissance de B pour finalement trouver un équilibre entre les deux. Par contre, si A embrasse par exemple tout les 2 jours B continuellement pendant une longue période, B reçoit donc constamment de l’énergie de A qu’il stock dans sa boite et au bout d’un moment, cette boite interminable ne se mélangera plus à la puissance B et B sera donc capable de puiser de lui-même dans la boite pour utiliser l’énergie qu’il a besoin. Donc pour conclure, B aura beaucoup d’énergies de réserves de A si ils s’embrassent continuellement et une fois que B aura atteint le niveau de A, son énergie se mélangera donc à celle de la boite pour n’en forme plus qu’une, très, très immense. Compris ? Non, moi non plus.

-Mais... Il n'y a pas de risque à utiliser la téléportation ? Après tout c'est assez... puissant et donc bon... Et en fait ! Tu veux quoi en échange ?

Souriant jaune à sa première question, je détournais le regard en me disant que j’avais omis de lui parler des risques. Non pas que je ne voulais pas lui en parler, mais je me demandais si je lui avouais qu’elle venait de risquer de crever, si elle voudrait bien encore le faire. Parce que oui, c’est bien beau que je lui donne ma puissance, si son corps n’est pas assez fort pour contenir celle-ci, il se meure … ou explose, au choix. Soit, pour ce qui en était de sa deuxième question, je restais incrédule en vue de ses dires, ce que je demandais en échange ? je n’attendais pas vraiment grand chose de sa part, non, si je lui accordais ma puissance c’était pour qu’elle rallie mes rangs et non pas pour qu’elle devienne mon petit chien-chien. Que pouvais-je demander de plus ? Sa question était comme une proposition à demander quelque chose à son petit être si inutile à cet instant ?

-Hm... Mais si tu veux pas me répondre aujourd'hui, alors c'est pas grave Yume-San... En plus il se fait tard, donc je ferai mieux de retourner dans ma chambre, et on en reparle demain ?

Regardant la fenêtre de ma chambre, je remarquais sous ses remarques que le ciel était déjà bien sombre. On pouvait même y discerner quelques étoiles tandis que la lune plombait le ciel de sa beauté. Soupirant légèrement en détournant le regard, je portais à présent attention sur mon réveil, m’indiquant qu’il était déjà minuit passé. Levant donc mes yeux sur Kaïla, je lui adressais un visage inexpressif avant de détourner le regard en cachant un petit rougissement tout en jouant de mes doigts, oui j’adore taper mes indexes les uns contre les autres en prenant une moue timide, pour lui dire d’une petite voix :

- Si mon lit n’est pas trop étroit pour toi, tu peux rester avec moi cette nuit.

Me levant de mon dit lit, je me dirigeais vers mon bureau sur lequel je saisissais une feuille et un Bic. Invitant à présent la jeune fille à venir voir ce que je faisais, je dessinais sur celle-ci deux personnes devant nous représenter. Tout en montrant les mouvements des deux personnes avec des flèches et d’autres consignes, je lui disais d’un ton explicatif :

- C’est comme si en t’embrassant, je t’enfonçais dans le corps mon énergie qui se loge dans une petite boite. Elle ne se mélange pas encore avec ton énergie à toi parce que c’est encore trop nouveau. Au fil du temps, l’énergie que je te donnerai  se mélangera avec la tienne. Plus tu gagneras de la puissance, plus tu n’auras pas besoin de mon énergie pour faire ce tour de passe-passe. Pour ce qui est de moi, disons que j’ai toujours baigné dans ce flux de puissance depuis mon plus jeune âge, la puissance que j’eus reçue d’Ayame est devenue la mienne grâce à mon expérience.

Espérant que je sois compréhensible dans mes explications, je regardais la jeune fille plongée dans la feuille. Vas y, tu peux le faire, déchiffres ce que je te dis ! Soit, tout en montrant du doigts une personne à laquelle j’avais pris la peine d’ajouter des cornes, je lui dis d’un petit ton moqueur avant de poursuivre mes explications :

- Regarde c’est toi ça. Et sinon, je ne te demande rien en échange, si je t’accorde cela c’est tout simplement parce que tu me rappelles une personne qui m’était chère et que j’aspire à un dessein à tes côtés.

J’avais sorti cela avec un calme fou dans la voix, mais c’est en repensant à mes dires que je virais littéralement au rouge tomate en comprenant le double sens de ma phrase. « J’aspire à un avenir à tes côtés » genre … un avenir radieux rempli de mignonnes petites licornes ? Plus sérieusement, non, sérieusement quoi, ca fait genre, après les baisers, on couche ensemble ? Toujours aussi rouge, je toussais légèrement pour me rappeler à l’ordre avant de poursuivre d’une voix hésitante :

- La mort est le seul risque. Dans le sens que nos corps se voient transporter entre deux mondes parallèles, si tu ne sais pas poursuivre ton chemin par manque d’énergie, tu te fais écraser entre les deux … et tu meurs. C’est aussi pour cette raison que je t’accorde mon pouvoir, sans lui, tu ne serais jamais arrivée à faire un tel exploit sans risquer ta vie. Compris ?


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Sam 19 Mai - 19:42

Comme si elle savait lire dans mes pensées, Yume me proposa de passer la nuit dans sa chambre, avec une expression que je trouvais, oui je le dis, mignonne. Non mais vous voyez souvent la Black Rock Shooter en train de rougir gênée de quelque chose qu'elle venait de dire... Bah moi je la voyais de plus en plus souvent comme cela. Et c'est avec plaisir que j'acceptais en ne voulant pas revenir dans la chambre où se trouvait le petit monstre. Et après tout, cela ne sera pas forcement difficile de se serrer dans un lit, au pire, je dors par terre. Ouais, je préférais dormir sur le sol que de revenir dans la même chambre que l'autre gamine du nom de Naoko. C'était si étrange que cela ? Non, à part les petits gâteaux tout sucrés, il n'y avait rien qui m'attirait dans cette pièce. Donc oui, j'étais heureuse de pouvoir rester ici, quoi que un peu honteuse de me sentir soulagée de cette information, parce que ouais, on dirait presque que j'avais peur d'un enfant... donc bon.

- C’est comme si en t’embrassant, je t’enfonçais dans le corps mon énergie qui se loge dans une petite boite. Elle ne se mélange pas encore avec ton énergie à toi parce que c’est encore trop nouveau. Au fil du temps, l’énergie que je te donnerai se mélangera avec la tienne. Plus tu gagneras de la puissance, plus tu n’auras pas besoin de mon énergie pour faire ce tour de passe-passe. Pour ce qui est de moi, disons que j’ai toujours baigné dans ce flux de puissance depuis mon plus jeune âge, la puissance que j’eus reçue d’Ayame est devenue la mienne grâce à mon expérience.

Donc, si j'ai bien compris, si elle est si forte c'est que Dead Master la... le... soit ! En tout cas, je savais à présent d'où venait une telle énergie à Yume mais aussi, en quelque sorte, pourquoi la directrice gardait un œil et une emprise si puissante sur la Terminale, depuis tant d'années. Elle devait presque égaler cette dernière en vue du temps et des expériences qu'elle dut gagner en s'entraînant et obtenant souvent une telle énergie. Je trouvais cela assez glauque sur les bords, mais en même temps, très efficace pour former une personne. Mais il y a une autre partie de ses paroles qui attira mon attention tout aussi bien que le reste, sans oublier de zieuter sur la feuille qu'elle me tendait pour bien me montrer de quoi elle voulait parler. C'était le fait qu'elle a dit, je cite, « au fil du temps, l'énergie que je te donnerai... ». Vous avez compris ce que je voulais dire ? Non ? Tant pis, moi je comprenais et je grimaçais et puis je pâlissais et puis j'étais contente en quelque sorte et puis honteuse et puis... et puis, je chassais mes différentes pensées de ma tête et me concentrai sur les paroles de mon professeur, impassible, et avec un grand intérêt pour ses mots.

- Regarde c’est toi ça. Et sinon, je ne te demande rien en échange, si je t’accorde cela c’est tout simplement parce que tu me rappelles une personne qui m’était chère et que j’aspire à un dessein à tes côtés.

Je vis une sorte de personnage avec deux tiges sur la tête. Je devais rire ou pleurer de sa blague du mauvais goût ? Je ne fis rien, je mémorisais le schéma en essayant de bien comprendre ce qu'elle voulait me dire par là, concentration suprême avec tout de même un début de surprise et, une autre question à se mettre quelque part dans la tête et de la lui poser plus tard. Oui, parce que madame « je t'embrasse parce qu'il le faut, et on s'en fout », dit quelque chose d'étrange. Donc comme ça, elle ne me voulait rien, et tout ceci parce que je ressemblais à quelqu'un ? Yume n'était pas du genre à raconter sa vie, et donc, je me demandais quoi. Ouais, la curiosité quand tu nous tiens. Mais ce qui était encore plus bizarre, c'est qu'elle est devenue rouge d'un coup... J'ai pas compris pourquoi. Ah... Si, en fait... hum !

- La mort est le seul risque. Dans le sens que nos corps se voient transporter entre deux mondes parallèles, si tu ne sais pas poursuivre ton chemin par manque d’énergie, tu te fais écraser entre les deux … et tu meurs. C’est aussi pour cette raison que je t’accorde mon pouvoir, sans lui, tu ne serais jamais arrivée à faire un tel exploit sans risquer ta vie. Compris ?

Oui, je trouvais qu'elle avait une façon délicate de dire les choses. Donc voilà le risque à prendre dans tout cela. Pourquoi cette réponse ne m'étonnait pas du tout... La mort, que c'était original. Je pâlis en me rendant compte que j'ai faillit donc, crever il y a de là un petit moment. Ouais à la longue j'en prendrai l'habitude, j'en suis sûre. Mais, je dois avouer qu'une telle mort serait beaucoup plus douce que celles qui m'ont collés au cul ses derniers temps... Oui, au moins, je sentirais que je mourrais en faisant quelque chose de grandiose, et non de la main d'autrui. Quel réconfort. Mais elle dit aussi qu'en quelque sorte, grâce à elle, je ne risquais rien mais aussi que, elle ferait en sorte à ce que je ne risque rien dans le futur non plus. C'était assez bien pour un argument non ? Oui, mais Yume... voilà pour elle risquer rien cela pourrait aussi dire « tu perdras une jambe... mais tu resteras en vie ». Donc bon, je ne sais pas si je devais m'en réjouir ou pleurer. C'était vraiment à double tranchant, jusqu'au jour où je serai assez forte pour y arriver... Et que de mieux que de tester, essayer et s'entraîner, surtout sous l'aile attentive de Black Rock Shooter. Oui, il n'y avait rien à redire. Je hochais la tête avec compréhension en prenant une mine songeuse avant de sortir d'une voix hésitante et peu sûre d'elle, me tenant le menton et fronçant les sourcils :

-Donc, si je comprends bien, tu es fortes grâce à la directrice et, car tu as assimilé son savoir, qui est maintenant tien. OK. Et ensuite... je risque de crever donc... Mais si t'es là, cela devrait aller, c'est cela? Et il me faudra beaucoup du temps pour savoir le faire, à ton avis ?

Oui, j'étais sûre qu'elle n'était pas certaine à cent pour cent que je ne risquais pas de me retrouver morte du jour au lendemain en essayant de faire le ninja. Et aussi, je n'étais pas adepte ou heureuse de devoir jouir de son énergie non plus, surtout dans des circonstances... voilà quoi. Donc il me serait favorable de savoir combien de temps il me faudra pour l'assimiler, juste pour me préparer mentalement à... à des choses. Mais qu'elle me mente et me rassure, et je fonce la tête baissée dans cette expérience. Non, je ne faisais pas confiance à Kuroi-San, au point d'aller à l'aveugle sur ses pas, et je trouve que cela était logique, elle a faillit me massacrer à plusieurs reprises. Mais si ce qu'elle venait de me montrer aujourd'hui était en signe d'excuse ou au moins en tant que réconciliation, alors je dois dire qu'elle faisait fort. Je dirais même qu'elle me caressait si bien dans le bon sens du poil, que j'en étais carrément sous le charme. Je me raclais la gorge en s’asseyant sur son lit avant de poursuivre d'un ton plus sombre, plus sérieux, mais aussi plus gênée d'aborder des sujets peut être pas abordables.

-Heu... Yume-San, et... je peux savoir à qui je te fais penser pour que... voilà ? Et aussi... quel dessein ? Enfin, t'es pas obligée de me répondre si tu ne veux pas.

Oui elle n'était pas obligée de me parler de la personne, mais je voulais quand même savoir quoi. Pourquoi ? Parce que cela m'intéressait tiens. Je me grattais l'arrière du crâne tout en me demandant intérieurement si elle allait m'envoyer à la merde de son beau ton froid glacial qui fait tuer les phoques, ou non.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Sam 19 Mai - 20:42

-Donc, si je comprends bien, tu es fortes grâce à la directrice et, car tu as assimilé son savoir, qui est maintenant tien. OK. Et ensuite... je risque de crever donc... Mais si t'es là, cela devrait aller, c'est cela? Et il me faudra beaucoup du temps pour savoir le faire, à ton avis ?

Aussi intelligente qu’elle pouvait l’être, devait-elle se faire rassurer par mes paroles pour bien comprendre ce que je disais ? Lui répondant d’un simple mouvement de la tête positif, je continuais à gribouiller sur la feuille. Mon dieu que j’étais fière de mon dessin, j’étais tellement douée que je m’auto-complimentais de ce chef-d’œuvre que je comptais bien conserver quelque part dans ma chambre. Allais-je en faire un poster ? Oui, un poster géant que je placerai au dessus de mon lit. Ma chambre était ce qu’il y avait de plus impersonnel, je n’appréciais guère les couleurs c’est pour cela que les seules présentes étaient noires, blanches ou bleues marines. La seule chose de personnel que je pouvais avoir dans ma chambre était mon petit canard en plastique, se trouvant toujours au même endroit, sur le rebord de ma baignoire. Oui, je ne comptais pas quitter cette chose qui m’était tant chère, allez savoir pourquoi, je l’avais depuis mon arrivée à Undai, j’avais reçu celui-ci de la main de Dead Master, Pyon-Kun avait eu le plaisir de connaître cette fille dont je ne savais plus le nom, mais dont l’odeur était encore présente sur certains de mes habits.

Flash Back On

- Yume, je rêve où t’as bouffé le dernier gâteau là ?!

Sortant de mes couvertures avec un bout de pâtisserie visible sur les lèvres, je répondis négativement à l’attaque de ma camarade de chambre. Voyant que j’étais coupable et que douée que je pouvais être à l’époque, je ne l’avais pas caché, je reçus sur la tête mon jouet préféré, qui s’avérait être Pyon-Kun. Me ramassant celui-ci sur la tête, je ne bougeais pas vraiment, regardant d’un air vide le visage de la jeune fille en face de moi, me tirant la langue.

- Tu as blessé Pyon-Kun, excuse toi.

Ces mots étaient sortis tel une tempête glaciale de ma bouche, attrapant mon animal de compagnie et mon ami en plastique, je le tendis vers la fille se tenant devant moi, le regard sévère et le visage fermé. Pour seule réponse de l’intéressée, je n’eus qu’un ricanement grossier et un :

- Et tu veux que je l’embrasse aussi tant que tu y es ?!

C’était clair, elle n’allait pas s’excuser et pour ce fait, je me devais de protester que ce soit pour le comportement mesquin de ma camarade ou pour l’atteinte qu’elle eut faite à mon cher ami en caoutchouc. Levant la main vers le plafond, je matérialisais dans celle-ci des centaines de Pyon-Kun volants en rond dans la chambre avant de les balancer tous en même temps contre ma protagoniste. Se voyant ensevelie sous une tonne de jouet de bain, seul un cri de stupeur sortit de ma bouche. Affichant un petit sourire en vue du comportement de ma victime, j’eus rapidement réponse à mes rires quand celle-ci, jaillissant des Pyon-Kun me sauta dessus pour attraper mes joues et tirer dessus comme une forcenée.

- YUME KUROI ! Toi et t’es Pyon-San à la con, vous me faites chier ! Brûlez en enfer !

Flash Back Off


-Heu... Yume-San, et... je peux savoir à qui je te fais penser pour que... voilà ? Et aussi... quel dessein ? Enfin, t'es pas obligée de me répondre si tu ne veux pas.

Le regard vide, je penchais ma tête sur le côté en fixant intensément Kaïla. Ouvrant la bouche la première fois afin de répondre à sa question, je la fermais aussi tôt en prenant un air penseur. Croisant les bras en faisant une petite moue, j’avançais vers mon lit avant de lever le doigt, comme si la réponse venait de tomber du ciel pour lui répondre, sourire aux lèvres :

- Une fille.

Me relevant de mon lit pour me diriger vers ma garde robe, je retirais de l’armoire deux pyjamas, gardant bien de prendre le bleu pour moi, même si il était tous les deux bleus, je déposais à côté de Kaïla l’un des vêtements de nuit composé d’un T-shirt blanc avec une étoile dessus et un petit short bleu comme le T-shirt, mais aussi parsemé de carrés. Pour ma part, je restais avec un dessus identique à celui de Kurayami, à la seule différence qu’est le fait que j’avais non pas un dessous court, mais un pantalon de nuit.

- Elle était ma colocataire, nous avions passés les classes et les grades ensembles, quand nous combattions pour sauter les classes, nos combats se finissaient toujours en Exe quo. Elle était mon amie mais je ne me souviens plus que de son visage et d’une odeur lui étant propre. Une même odeur que je retrouve sur toi. C’est peut être pour ça que tu m’intrigues tant …

Laissant ma phrase en suspens, je me dirigeais à présent vers mon coin cuisine, sortant deux canettes de mon frigidaire ainsi que quelque incas de mon placard remplis de bouffes, je déposais tout sur le lit avant de poursuivre la narration de mes souvenirs.

- Elle était un peu comme toi, chiante mais appréciable. Elle n’était pas vraiment puissante non plus, disons que je n’usais jamais de ma véritable puissance en sa compagnie. Elle avait un rêve, celui d’être à la tête du conseil des étudiants, faire partie de l’élite de Undai. Elle voulait le pouvoir pour rendre les gens heureux … Quand j’y repense, c’était dénué de sens pour moi mais je restais quand même à ses côtés, cherchant à l’aider à accomplir son rêve.

Oui, je voulais voir jusqu’où cette humaine sans véritable histoire, sortant du placard pouvait aller. Jusqu’à quel point elle pouvait monter en grade, monter en puissance, peut être que j’espérais qu’elle m’arracherait un jour du joug de Dead Master, qu’en étant avec elle, la directrice allait me laisser partir, être libre et jouir de la vie comme toutes personnes normales, mais ce n’était aussi qu’un rêve n’est-ce pas ?

- Je l’ai tué.

Ces mots claquèrent dans la chambre tel une rafale de vent glaçant sur son passage tout être vivant. Coupant le souffle, arrêtant la circulation sanguine jusqu’à ce qu’elle reparte trop rapidement, trop influente jusqu’à procurer à son haute un haut le cœur, si pas la crise cardiaque. Assise à présent sur mon lit les jambes croisées, j’ouvris un paquet de chips dont je dévorais déjà le contenu des yeux.

- Mon rêve à moi … C’est de tuer Dead Master et d’éradiquer les déchets de ce monde. Et je te veux à mes côtés, pour le faire.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Dim 20 Mai - 20:47

-Une fille.

Elle dit cela simplement, comme si c'était logique, comme si cela devait me suffire comme réponse. Et tout cela avec un sourire sur le visage. Je devais le prendre comme une moquerie ou comme une invitation à ne pas poursuivre le sujet. Toujours assise sur son lit, je ne dis rien parce qu'elle poursuivit ses paroles, cette fois y ajoutant plus de détails, et un ton moins... Je ne sais pas quoi.

-Elle était ma colocataire, nous avions passés les classes et les grades ensembles, quand nous combattions pour sauter les classes, nos combats se finissaient toujours en Exe quo. Elle était mon amie mais je ne me souviens plus que de son visage et d’une odeur lui étant propre. Une même odeur que je retrouve sur toi. C’est peut être pour ça que tu m’intrigues tant … Elle était un peu comme toi, chiante mais appréciable. Elle n’était pas vraiment puissante non plus, disons que je n’usais jamais de ma véritable puissance en sa compagnie. Elle avait un rêve, celui d’être à la tête du conseil des étudiants, faire partie de l’élite de Undai. Elle voulait le pouvoir pour rendre les gens heureux … Quand j’y repense, c’était dénué de sens pour moi mais je restais quand même à ses côtés, cherchant à l’aider à accomplir son rêve.

Elle me raconta son histoire avec une facilité déconcertante, réfléchissant à ce qu'elle pourrait me dire. Pendant ce temps, je la vis faire des va et vient dans la chambre. Cherchant quelque chose dans son armoire qui s'avéra être des pyjama dont elle me tendis un d'eux. Un simple T-shirt bleu avec un short sobre, parfait. Pratique pour dormir surtout avec le temps assez printanière et donc chaud de dehors. Ensuite, toujours en continuant de parler elle alla vers le coin-cuisine et revient avec de la nourriture et des canettes de boisson. Sans attendre, je pris le pyjama si gentiment offert par Yume que je plaçais sur mes genoux tout en me saisissant de la canette et l'ouvrant en goûtant au liquide qui se trouvait dedans. Sans tout de même décrocher mes yeux rougeâtres de sa silhouette qui était déjà sur le lit, installée et prête à manger. Alors comme cela, elle avait une amie donc, avant. Moi qui croyait qu'elle était du genre à passer tout son temps avec Dead Master, je me trompais donc. Mais alors, son amie est partie à la fin de son cursus, et Yume-San ne pouvait pas quitter les lieux à cause de la directrice... Et donc leur amitié s'est dissipée peu à peu ? Je ne savais pas, mais je savais qu'elles étaient proches, en tout cas c'est ce qui résultait de la manière dont elle parlait de cette amie. Mais alors pourquoi Yume ne se rappelait pas de son nom... et... bon.

-Je l’ai tué.

Je recrachais ce que j'avais dans la bouche en rivant mes yeux dans ceux bleus de Yume. Cette affirmation sortit d'un coup, froid, logique, oui comme si c'était une évidence à ne pas contrarier ou se reprocher. Je ne sais pas pourquoi, mais ce n'est pas le fait qu'elle a tué son amie qui m'étonna, mais la raison pour laquelle elle a pu le faire. Attendez, elle venait de dire qu'elle était super amie avec non, alors... Je pâlis. Bon sang, c'est quoi ce monde, ne me dites pas qu'elle tue toutes ses amies pour des raisons plus étranges les unes aux autres.

- Mon rêve à moi … C’est de tuer Dead Master et d’éradiquer les déchets de ce monde. Et je te veux à mes côtés, pour le faire.

Je laissais échapper un rire nerveux. Tuer Dead Master, son mentor ? Et elle voulait que je fasse quoi, que j'aille demander à la directrice de bien vouloir se faire tuer ? Ou jouer la diversion, sorte de chair à canon, pendant que Black Rock Shooter troue cet être maléfique. Je vois bien pourquoi elle appelait cela étant un rêve. La créatrice de la matérialisation, de Undai, de Yume en quelque sorte, ne se laisserait pas tuer par son propre élève... Et d'abord... Pourquoi ? Elle avait tout ce qu'elle voulait pourtant, le pouvoir, le titre de Black Rock Shooter, les bonnes grâces d'une personne puissante... Alors pourquoi voulait-elle la mort de celle qui était son tout... ouais son tout, vu qu'elle n'a pas pu sortir d'ici depuis longtemps. J'ai même cru comprendre que Dead Master était celle qui lui a sauvé la vie, alors c'est quoi l'enroule ? Je restais perplexe à ses dires dans le froid ambiant de la situation. Je me raclais la gorge en revenant sur terre, serrant d'avantage les vêtements qu'elle m'eut donné, je déposais la canette et me levais d'un coup.

-Je... Je vais me changer.

Donnant mouvements à mes paroles, je partis en direction de la salle de bain. Fermant la porte derrière moi, je me changeais rapidement. Enlevant mon uniforme pour le plier soigneusement et enfiler le pyjama que j'avais déposé sur le rebord de la baignoire. Encore heureux que Yume n'était pas grosse ou complètement fine, sinon j'arriverais jamais à mettre le short court sur moi. Mais ce qui posa problème, ce fut le T-shirt... Parce que quand je l'ai enfilé, eh bien, j'eus du mal à le faire passer au niveau du buste. Je savais bien que Black Rock Shooter était un peu plus plate que moi, mais au point que je ne puisse pas bien mettre un de ses vêtements... Hum... Je me regardais dans la glace. C'était étrange de voir que en taille ses vêtements pourraient être un peu trop grands, mais que en... soit, je me retrouvais en short et un T-Shirt qui me serrait assez fort au niveau de la poitrine. Je pris mon uniforme et déposais ma main sur la clenche, hésitant un moment à sortir. Après une grand inspiration, j'ouvris la porte et je me plantais devant la jeune femme qui n'a toujours pas bougé de sa place.

-Pourquoi ? Je veux dire... Pourquoi ?

Ce « pourquoi » il était autant pour demander la raison pour laquelle elle a tué son amie, la raison pour laquelle elle veut tuer Dead Master, mais aussi la raison pour laquelle elle croit que je la suivrais dans son but. Mais aussi, comment savait-elle que je n'aimais pas les gens au point de vouloir les... éradiquer. Ouais comment...

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Dim 20 Mai - 21:55

-Je... Je vais me changer.

Je pouvais voir la confusion se peindre sur son visage, mes paroles l’avaient sans doute choqué, je lui avais avoué mes désirs sans tourner autour du pot, je lui avais lancé de but en blanc que je comptais éradiquer la planète de ses habitants et prendre la place sur le trône de Dead Master. Je ne savais pas encore si j’étais capable, mon niveau n’était sans doute pas encore assez haut pour pouvoir ne serait-ce que penser, mais je mettais toutes mes chances de mes côtés pour un jour y arriver.

Flash Back On

- Yume-Chan a été une gentille fille aujourd’hui, veut-elle que je lui offre quelque chose ?

Je me voyais entrer dans le bureau de Dead Master, je n’avais sans doute pas plus de douze ans à cette époque. Vêtue de mon uniforme que je trouvais très inconfortable, je fis une petite moue timide tenant dans mes mains une affiche que j’avais reçu en m’étant promenée en ville. Sur celle-ci se trouvait l’invitation d’un spectacle se déroulant au centre de Kyoto. Un cirque plus précisément, je n’avais jamais eu la chance d’assister à ce genre de spectacle et sachant qu’il y avait des clowns, animaux sauvages et trapézistes, j’étais curieuse de découvrir ceci de mes pupilles bleutées. Avançant vers le bureau de Dead Master, je pris un temps avant de déposer cette feuille sur son bureau, quémandant des yeux que la directrice y jette un coup d’œil. Se saisissant de celle-ci tout en souriant, je fis le tour de son bureau, prenant place à côté du siège imposant de la femme puissante.

- Yume-Chan aime les cirques ?

Répondant positivement à sa demande, je regardais celle-ci, les yeux remplis d’étoiles espérant qu’elle m’y emmène … en vain. Déposant la feuille sur son bureau, Dead Master se tourna vers moi en déposant ses lèvres sur mon front, d’un mouvement souple de son corps, elle me prit dans ses bras pour me déposer sur ses genoux. Déposant ma tête contre sa poitrine, je fermais les yeux en vue de ce doux touché, entendant le cœur battre de la femme, je soupirais d’aisance jusqu’à ce que sa voix retentisse.

- Si Yume-Chan veut aller au cirque, elle doit d’abord faire quelque chose … Sortir de Undai, même pour aller en ville est dangereux. Si Yume-Chan accepte ma demande, je répondrai à la sienne …

Me poussant légèrement du corps de Dead Master pour déposer mon regard dans ses amandes verdâtres, je fis une petite moue boudeuse, me demandant ce qu’elle voulait de plus. J’étais une bonne élève, j’étais gentille, j’acceptais sans gémir ses expériences, je m’entraînais tous les jours pour être plus forte, plus résistante, pour qu’elle soit fière de moi, pour qu’elle continue à me sourire … Pour qu’elle continue à me garder à ses côtés.

- Yume-Chan doit me promettre de ne jamais me trahir … Yume-Chan doit me considérer comme la chose la plus importante pour elle.

Flash Back Off


-Pourquoi ? Je veux dire... Pourquoi ?

Sortant de ma stupeur, je tournais les yeux vers une Kaïla vêtue de mon pyjama. Descendant mes yeux sur sa silhouette, je souris jaune en voyant que le T-shirt que je lui avais passé était bel et bien trop petit pour la poitrine de mademoiselle. Restant fixée sur ce détail, je fis une petite moue boudeuse. Sérieusement, c’est possible d’avoir des seins aussi gros ? Non, ses seins n’étaient pas gros, mais je vais pas vous dire non plus que je suis plate, un peu de bon sens voyons. Croisant les bras en détournant le regard, je restais une bonne minute comme ça avant de soupirer et de lui faire un signe de la main, de revenir sur le lit. Décroisant les bras, je baissais les yeux avant de répondre à sa question. Elle me demandait pourquoi, pourquoi j’avais tué celle que je considérais comme mon amie ou pourquoi je comptais tuer Dead Master ? Les deux sans doute, mais pouvais-je lui expliquer mon histoire ? Pouvais-je lui dire mes secrets à elle, que je considérais comme une amie ?

- Ayame … Ayame m’a demandé de la tuer. Ayame … Ayame disait qu’elle était un obstacle pour mon avenir.

Flash Back On

- YUME ! YUME ! YUME !

Mon regard était rouge de sang, ma main qui tenait la gorge de mon amie ne voulait se relâcher, je regardais le corps frêle de mon adversaire se peindre de mort, se vider de son énergie tandis que je continuais à écraser sa trachée. La flamme bleu de mon œil dansait en contre sens du vent s’étant propagé dans l’arène, seul les cris de stupeurs du public et ceux de douleurs de mon amie me parvenaient aux oreilles. Elle me quémandait de la lâcher, disant qu’elle préférait déclarer forfaits que de mourir. J’aurai aimé la lâcher, lui garder la vie, mais c’est en desserrant ma main légèrement que je croisais le regard verdâtre d’une certain personne se trouvant dans l’arène. Me fixant tout en souriant, elle me posait un ultimatum rien que d’un regard … la puissance ou l’amitié ? Oui, c’était ce qu’elle me disait, allais-je être assez forte en tuant mon amie pour pouvoir supporter tant de puissance ? Avais-je les nerfs assez solides pour le faire, si c’était le cas, cela voulait dire qu’un avenir glorieux m’attendait, du moins, c’était comme ça que j’avais compris les choses, oui, c’était dans ce mensonge là que je m’étais persuadée que je pouvais la sacrifier.

- Yume … Ne fait … Yume … S’il te plaît … Épargne …

Elle n’eut le temps de finir sa phrase que je vins complètement lui écraser la gorge. Laissant donc tomber le corps presque mort de la jeune fille que je considérais comme une amie, avec qui j’avais passé ma vie à Undai, avec qui j’avais créé des souvenirs toujours plus beaux les uns que les autres et là … là. Attrapant ses cheveux pour la lever à ma hauteur, j’attendis qu’elle entrouvre les yeux pour plonger mon regard dans le sien. Aucune expression ne s’était placée sur mon visage, je n’exprimais ni tristesse, ni joie. Les seuls mots, ou plutôt le seul mot qui sorti de ma bouche fut un « désolé » dépourvu de sens. En réponse à cela, elle usa de ses dernières ressources pour me dire d’une voix cassante :

- Aide-moi …

Flash Back Off


Secouant de la tête en essayant de chasser ses images de ma tête, je fermais les yeux en grimaçant légèrement. Prenant une bonne minute pour me vider l’esprit, je relevais les yeux sur ma jeune élève, incrédule sans doute devant ce que j’avais dis plus haut. Perdant mon souffle entre deux respirations, je me raclais la gorge avant de lui dire, d’une voix presque sourde :

-C’était sa demande, je me devais de lui obéir et c’est aussi pour cette raison, qu’à présent, je veux sa mort.

Prenant une position plus confortable, je pris mes coussins que je plaçais contre le mur auquel mon lit était collé. Une fois bien installée, je perdis mon regard sur un point invisible de ma chambre, repensant à ce que je venais de dire. Pour qu’elle puisse comprendre, il fallait sans doute que je lui raconte moi aussi mon histoire. L’historie de black Rock Shooter, une histoire dont personne ne connaît l’existence, une histoire en deux parties, celle d’avant mon arrivée à Undai, et celle qui se déroula jusqu’à maintenant entre les murs de cette école maudite. Prenant mon souffle, je me décidais à faire vibrer mes cordes vocales et de commencer ma narration.

- Je suis arrivée jeune à Undai, je te l’avais déjà dis je crois. Mais pour que tu comprennes mon histoire, il faut que je commence bien avant mon arrivée à l’institut. Je suis née … je ne sais pas où je suis née, je n’ai pas connu mes parents, je n’ai jamais eu d’amis avant d’arriver à Undai. J’étais seule, seule enfermée dans un orphelinat miteux. C’est un jour, parmi tant d’autres qu’un homme est venu me délivrer de cet endroit sentant la mort, croyant à la liberté, je m’empressais de le suivre. Croyant qu’en passant d’un monde à un autre, je pouvais changer ma vie, croyant dur comme fer que la vie me souriait enfin. Mais ce n’était qu’un doux rêve que je caressais, oui, un rêve qui se transforma rapidement en cauchemar. Conduite dans une demeure reculée, j’ai vécu dans un manoir tenu par un homme âgé, laid et dégoulinant de graisses autant que d’argents. Je suis devenue son objet, sa servante, sa chose … j’ai perdu mon titre d’humain en sa compagnie, pavanant devant des hommes aussi laids et grassouillets les uns que les autres, je devais plaire, me déshabiller, m’offrir à ces rats pour espérer voir le jour se lever le lendemain. Je ne crus jamais que cela prendrait fin, je me voyais déjà mourir dans ma cage entourée de ces vermines essayant de toucher mon corps d’enfant … essayant de me …

Ma voix se coupa, je ne pouvais en dire plus, pas sur ce passage là de ma vie. Secouant légèrement ma tête, je pris ma canette que j’avais laissé à l’abandon sur ma table de nuit, prenant une gorgée de celle-ci, je la redéposais une fois la chose faite.

- Ayame est arrivée et elle m’a sauvé. Je la voyais comme une héroïne, oui, elle était mon héroïne. C’est pour cela que je me laissais à elle, parce qu’elle m’offrait une liberté dont je rêvais tant, elle ne me montrait pas le même visage que mon ancien maître, non … elle me montrait une autre forme de servitude. Elle était douce, gentille et me berçait d’un amour inconcevable … mais elle n’était pas mieux que le porc qui m’avait prit mon humanité, et je le compris bien assez tard. C’est en comprenant les desseins de cette femme que je perdis confiance en elle et que je me jurais d’être celle qui la détrônerait. Oui … je serai celle qui prendrait sa vie.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Dim 20 Mai - 23:59

- Ayame … Ayame m’a demandé de la tuer. Ayame … Ayame disait qu’elle était un obstacle pour mon avenir. C’était sa demande, je me devais de lui obéir et c’est aussi pour cette raison, qu’à présent, je veux sa mort.

Son explication avait l'air de coller, non que je me réjouisse de l'entendre dire qu'elle a tué son amie sous demande de la directrice. Mais juste qu'elle ne l'a pas fait, poussée par une envie de meurtre ou quoi que ce soit. Mais alors la question, pourquoi Dead Master a demandé cela à Yume, pourquoi obliger quelqu'un de tuer une personne qui était peut être très proche de ce quelqu'un. Qu'avait la directrice dans la tête pour demander de faire une telle monstruosité à sa protégée. Oui, je savais que cette femme mystérieuse l'était autant qu'elle était mauvaise sous ses airs enfantins mais cruels. Mais ce qu'il y avait dans sa tête, cela même Yume ne doit pas vraiment le savoir. Par contre une autre question se posait dans mon esprit torturé par toutes ces révélations. Pourquoi Yume l'a écouté, brisant son cœur. Pourquoi avoir fait une telle chose rien que parce que la directrice de Undai le lui a ordonné. Quels étaient les enjeux de ces actes... à quel point Dead Master avait le pouvoir sur l'esprit et le corps de Yume... Grand. Oui, elle devait vraiment être le modèle de Black Rock Shooter au point de contrôler cette dernière comme bon lui semblait. Une sorte de petit soldat parfait. C'était terrifiant. Mais maintenant, la femme aux yeux bleus me disait vouloir tuer ce monstre tapis dans son bureau directorial. Alors à quel point a-t-elle changé d'avis sur la directrice pour oser croire la tuer ? Toutes ces questions dont je crois ne pas vraiment vouloir de réponses, de peur d'entendre quelque chose qui me glacerait le sang et me ferait fuir au loin de cette école de fous, de meurtriers, de psychopathes et traîtres.

Je m'assis aux cotés de Yume, prenant un coussin pour m'adosser contre le mur, tout cela sans interrompre les dires de ma nouvelle amie. Je pouvais l'entendre parler de sa vie d'avant. Je me demandais pourquoi me faisait-elle assez confiance pour me raconter son histoire, l'histoire avant qu'elle n'arrive à Undai. Je savais juste qu'elle habitait dans une grande maison où elle ne se plaisait pas, c'était tout. Et là, là elle me racontais le pourquoi du comment de sa venue à Undai, le pourquoi d'être la protégée de Dead Master mais aussi, la façon dont elle devait voir les gens l'entourant, par les actes qu'elle a subit. Je l'écoutais sans détacher mes yeux des siens que je trouvais tristes. Oui, tristes dont la voix se cassait plus son histoire prenait des envergures plus graves, plus tragiques. Qui aurait pensé que Yume Kuroi était un être avec un passé si horrible, abominable même à la seule entente. Passant d'un orphelinat où elle devait se sentir abandonnée par ses propres créateurs, elle ne devait pas être un enfant vraiment heureux de la vie. Ensuite traîner chez des monstres qui... qui... je n'osais même pas imaginer ce qui lui est arrivé quand elle fut sortie d'un trou pour tomber dans une cage encore pire. J'imaginais un enfant triste qui se croyant sauver, réalisait après un moment d'être tombé encore plus bas, souillée, tuée à petit feu. J'eus un frisson d'horreur en détournant mon regard de sa silhouette, fixant un point invisible. Alors, la personnalité de cette femme ne m'étonnait plus. Comment voir le monde avec des couleurs si toute sa vie il était parsemé de noir... Non pas de blanc et noir qui donnait du gris, non. Du noir ténébreux, le noir qui ne s'efface jamais de la vie, dont parfois une lumière perce pour se faire ensevelir sous ce néant dès qu'il pointerait trop son nez dans cet espace. Moi qui me plaignais d'être un animal enfermé dans une cage sans pouvoir bouger, entravée par la puissance d'autrui, je me voyais honteuse de trouver ma vie horrible, par rapport à ce que j'entendais là. Oui, c'était complètement d'un autre calibre.

Mais son histoire ne s'arrêta pas là. Après s'être fait arracher d'un orphelinat et être tombée dans les bras d'un... d'un quoi ? Un pédophile, un dealeur d'enfants, un monstre ? Elle atterrit dans les bras d'une femme puissante dont elle devint aussi le jouet, en quelque sorte. Oui certainement. Alors ainsi Yume-San voyait son enfance parsemée d'espoir pour comprendre qu'elle était en fait attirée vers d'autres ténèbres. Parce que même si la directrice l'ayant sortit de son enfer, elle l'a remis dans une autre cage. Peut être plus douce et chaleureuse mais qui étaient aussi entourée de noir. Que penser de cela ? Je voyais déjà un enfant triste mais souriant à chaque fois qu'on le sortait des enfers pour revenir triste quand elle réalisait qu'elle retombait dedans. Un cercle infernal qui n'épargna pas l'innocence d'un enfant. Et là, elle était coincée dans le dernier cercle, le plus long, le plus puissant, qui peut être, si elle ne réagit pas, ne s'arrêterait jamais. C'était cruel, je trouvais cela vraiment horrible, vraiment trop... trop injuste. Maintenant cela ne m'étonnait pas du tout qu'elle voulait s'échapper de là, trouver peut être une lumière quelque part...

Je soupirais en faisant un non de la tête, plongeant mon regard rouge et chaud dans les yeux si triste et inexpressifs de Yume-San. Oui, se cacher derrière un masque froid, oublier ce que sont les sentiments pour ne plus souffrir. Oui voilà, c'était devenu tellement plus clair maintenant que je pouvais toucher la réalité de mon mentor des doigts. Je fermais mes yeux un moment, essayant de ne pas montrer ma tristesse en vue de ses dires. Je les rouvris d'un coup et bougeais mon indexe devant les yeux de Yume d'un mouvement désordonné. Pourquoi ? Comme ça, sans raison. Avant de faire un geste selon moi déplacé, mais considéré dans le monde comme normal même, je déposais ma main sur sa tête et frottais dessus un moment avant de me relever, de la toiser du regard et de dire d'une voix calme :

- T'as de ces idées, Iceberg ! Viens, madame plate!

Sans attendre sa réponse où même qu'elle comprenne ce que je voulais. Je matérialisais ma robe de combat et l'attrapais dans ma main. Oui le contact humain m'horrifiait, mais pas quand j'étais en tenue de matérialisation. Je la soulevais du lit, prenant au passage un paquet de chips et la traînait dans la salle de bain. Arrivée à destination, je la déposais par terre et dématérialisais ma robe. Je croisais les bras en sentant le tissu craquer. Je décroisais les bras en soupirant, ses vêtements étaient vraiment étroits.

-Laves toi, tu pues. Si tu veux accomplir ton rêve, autant que tu sois propre !

J'éclatais de rire, sentant déjà le roussi arriver. Mais je pense que c'était la meilleure chose à faire. Si je devais devenir son amie, je prendrais en compte son histoire sans enfoncer le clou là où cela faisait mal. Oui voilà, autant lui changer les idées. Elle se devait d'être forte pour arriver à se libérer de ce cercle. Elle se devait de continuer à faire les choses comme il se devait. Mais aussi apprendre peut être à être plus humaine. Je ne dis pas arrêter de tuer ceux qui lui font chier, mais ne plus mordre tout ce qui bougeait. Oui, voilà, ajoutons de la lumière dans ses ténèbres. Mais attendez... Non en fait, oui.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Lun 21 Mai - 0:35

Je n’eus pas vraiment le temps de réagir quand elle fit un signe de son doigt devant mes yeux, tel un chat dont on donnait une pâlotte de laine, je suivais celui-ci à la lettre. Gauche droite, droite gauche, haut et en bas, bas et haut ? Gauche, bas, haut, gauche, droite. Presque désorienté par ses mouvements, je me remis à faire le poisson dans son bocal jusqu’à ce que je sente quelque chose se poser sur ma tête. Comprenant qu’elle m’ébouriffait les poils de tête, je fermais un œil en scrutant de l’autre le sourire trop enjoué ou trop je ne sais pas quoi de Kaïla. Mais ce ne fut pas tout, étant donné qu’elle matérialisait sa robe de combat, pour finalement … me prendre. Oui, elle vient de me prendre.

- T'as de ses idées, Iceberg ! Viens, madame plate!

Madame plate ? Grimaçant en l’entendant me dire ça, je la foudroyais du regard tout en faisant une moue boudeuse. Ouais alors imagine la scène, je suis dans la main de mon élève, les bras croisés, les joues grossies en regardant un point invisible pour être sûr de ne pas croiser les yeux de cette fille qui me portait … jusque dans ma salle de bain. En arrivant sur le sol, je tirais toujours cette même tête froide et sans pour autant broncher, fixant les seins énormes de Kaïla. Entendant un craquement, je souriais jaune une fois de plus me disant qu’il serait peut être intéressant que je lui offre une réduction mammaire. Parce que oui, quand t’as une grosse poitrine c’est pas la joie pour courir, sauter, et tout simplement combattre, tandis qu’avec une poitrine convenable à cet effet, cela était trois milles fois plus facile quand on devait éviter … éviter une épée longeant votre torse par exemple ! Imaginez si j’avais des seins tout gros et des tétons tous dressés ! Je me les ferais couper à la première minute et puis, plate non je ne suis pas plate, mais avec mes seins décrits comme faibles par moi-même, je m’en sortais très bien !

-Laves toi, tu pues. Si tu veux accomplir ton rêve, autant que tu sois propre !

Regardant incrédule la fille qui était avec moi dans la salle de bain, je ne bougeais pas, continuant à fixer sa poitrine et ses yeux avant de lâcher un long soupir en me frottant les cheveux et regarder ailleurs d’un air désapprobateur. Me décidant d’obéir à sa demande, non pas que je puais hein ! Je m’avançais vers mon bain pour ouvrir celui-ci, laissant l’eau couler, je me dirigeais à présent vers mon lavabo comme à mon habitude pour me brosser les dents, ignorant la présence de mon élève qui n’avait pas l’air de vouloir sortir d’ici. Une fois l’haleine fraîche et le bain rempli, je dématérialisais ma robe de combat, parce que oui, je l’avais toujours sur moi, laissant apparaître la tenue que je pris au moins vingt minutes pour choisir aujourd’hui. Me demandez plus à quoi elle ressemble, allez lire plus haut. Soit, avant de retirer mes vêtements et … de me retourner en sous-vêtements devant Kaïla. Penchant la tête sur le côté, je lui dis, enfin depuis le silence froid qu’il s’était placé :

- C’est pas moi qui pue, c’est toi.

Levant la main dans sa direction, j’agrandis mon sourire et mes yeux avant de matérialiser une barre métallique, d’un mouvement direct je découpais ses vêtements sans ne serait-ce que toucher de ma lame froide sa peau. Surprise de voir les rebonds de ses siens, ma bouche fit un « O » tandis que mes yeux se remplirent d’étoiles. C’était comme de la gélatine, ca rebondissait ! Après ma tête rouge en comprenant que Kaïla, sans vêtement voulait dire nue, je me retournais en toussotant avant de rentrer dans le bain après avoir retiré le reste de mes vêtements. Ajoutant également de la mousse assez rapidement pour cacher mon corps avec celle-ci, je fis un signe de la main à Kaïla de me rejoindre sans vraiment la regarder. Préférant fixer avec intensité mon canard jusqu’à ce que je sente l’eau bouger et monter tout en croisant les yeux rouges de mon élève, sentant mon pied toucher son corps nu et doux. Me saisissant de Pyon-Kun, je le tendis à Kurayami en lui disant de ma petite voix :

- Je te présente Pyon-Kun, soyez amis.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Lun 21 Mai - 2:08

- C’est pas moi qui pue, c’est toi.

Et voilà que madame Kuroi de nom, prenait la mouche. J'éclatais de rire à son air boudeur ou froid, ou appelez cela comme vous voulez. Elle ne me faisait pas peur avec ses expressions de renfermée de la vie, en tout cas pas à ce moment précis, là, dans sa salle de bain. Vous allez me demandez qu'est-ce que je foutais encore là au lieu de sortir, tandis que elle faisait couler l'eau dans des vêtements plus normaux que sa robe de combat habituelle. Eh bien, je vais juste dire que je restais là parce que je trouvais cela normal, non que je jouais les voyeuse, mais elle n'avait pas l'air de vouloir se déshabiller, donc, logiquement, je partirais quand elle se tournera vers sa baignoire non ? Eh bien, quand elle fut en sous-vêtements, je pouvais assurer avec bonne vue d'expert qu'elle n'avait vraiment pas de poitrine, pas que je trouvais cela... comment dire, mal. Non, pas du tout, ce n'était qu'un constat par rapport à son corps. Je m'attardais un instant sur ses cicatrices qui longeait son corps pâle comme la mort. Je secouais de la tête avant de m'imaginer comment elle put les avoir. Et d'ailleurs, cela m'est vite sortit de la tête quand elle me dézappa d'un coup rapide de matérialisation. Ma réaction ? Je ne bougeais pas, ne comprenant pas pourquoi une brise froide est passée sur mon corps, ni pourquoi mes seins n'étaient plus compressés. Je devins rouge en laissant échapper un cri de stupeur et en essayant de cacher les parties de mon corps qui furent dénudé, quand au Iceberg qui prenait mes paroles assez mal, se contente de rentrer dans son bain. Je restais figée un moment, toujours aussi gênée avec mes joues brûlantes et mes yeux exprimant une colère naissante. Après un signe de la main de Yume, j'hésitais un moment de rentrer dans le bain ou non. Mais je me voyais mal sortir de la salle de bain à poil pour tracer dans le couloir jusqu'à la chambre où se trouvait l'autre gamine, et encore pire rester là devant le bain toujours dans la tenue de Eve. Alors le mieux c'était de rentrer dans cette baignoire remplie de mousses, au moins je ne risquais pas d'exposer ma nudité.

On disait que les japonais étaient assez libre quand à leurs corps, que les bains public c'était chose commune. Mais moi, moi je ne voyais pas cela ainsi, pour ma personne assez misanthropique et horrifiée du touché, seul fait de me faire regarder était un calvaire, et me faire regarder à poil était la mort en elle-même. Avec ce constat, je rentrais dans le bain, faisant bien attention de ne pas trop me rapprocher de Yume. C'est quand son pied butta sur quelque chose appartenant à mon corps que je laissais échapper un petit cri suivit d'un rougissement avant de me reculer dans un éclaboussement et des vagues monstres. Tandis que elle... elle...

- Je te présente Pyon-Kun, soyez amis.

Pyon-Kun ? Des sueurs froides me parcoururent le dos quand je vis cette chose jaune. Je laissai échapper un rire nerveux en me rappelant comment j'ai faillit crever le jour où je l'ai surpris avec ce même canard en plastique dans son bain. Je devais prendre cela aujourd'hui comme un signe de confiance ? Ou comme une menace disant que la mort est à ma porte ? Je préférais l'option numéro une. Je m’éclairais la gorge et décidai de jouer le jeu en me concentrant sur la petite chose dans ses mains blanchâtres.

-Pyon-San donc... Je suis sûre qu'on va bien s'entendre... Quant à Yume-San, elle n'est qu'une perverse.

J'appuyais bien sur le dernier mot. Avant d'éclater de rire. Non mais sérieusement, cela ressemblait à rien, mais voir notre chère monstre de Undai aussi enfantin c'était... marrant. Oui, vous imaginez une femme d’environ vingt-cinq ans avec un canard en plastique qu'elle me présente. Et encore pire, me dézapper comme si de rien était dans sa salle de bain avant de se rendre compte que c'était un geste assez déplacé. Oui, notre chère Yume était un cas, unique dans son genre. J'étais éclatée de rire, mais genre vraiment. N'ayant pas froid aux yeux, je lançais un sourire carnassier à ma chère camarade de bain.

-Laves-toi. Et... Attention les yeux.

D'un mouvement brusque, j'envoyais une rafale d'eau en plein dans son visage, attrapant par la même occasion un gel douche... ou un shampoing, je n'ai pas eu le temps de lire l'étiquette, que je déversais en plein sur la tête de la jeune femme en face de moi. Attrapant par la même occasion son canard que je déposais sur le rebord de la baignoire. Oh oui qu'on allait bien s'entendre. Je ramenais la mousse sur moi, rien que par précaution, toujours un énorme sourire plaqué sur le visage.

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 26
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Lun 21 Mai - 13:06

-Pyon-San donc... Je suis sûre qu'on va bien s'entendre... Quant à Yume-San, elle n'est qu'une perverse.

M’offusquant de ses dires, j’ouvris la bouche pour lui dire que ce n’était pas vrai ! Que j’étais pas du tout une perverse, que je ne faisais pas partie de cette catégorie de personnes s’étant éloignée du droit chemin que Dieu nous avait tracé, que c’était dérisoire de penser que je puisse être ce genre de chose, reluquant les corps nus ou s’adonnant à la … à la perversité. Mais je n’eus le temps qu’en ouvrant la bouche, à part m’avoir reçu de l’eau dedans et sur tout le visage également, une vague monstre inonda ma salle de bain. Mais la plainte de mes dires ne s’arrêta pas là étant donné que même pas cinq secondes après avoir été aveuglée par l’eau chaude c’est mon gel douche qui se déposa, oui se déposa, de son intégralité, donc une petite bouteille ca fait plus ou moins 50ml non ? Et c’est 50ml de savon que je me ramassais sur les cheveux.

-Laves-toi. Et... Attention les yeux.

Surprise et plus que désorientée, la seule chose logique que je trouvais à faire fut de poser mes mains sur ma tête et de commencer à frotter mes cheveux. Usant de la mousse pour laver mon buste, je continuais à fixer mon élève hilare. Laissant mes yeux tomber une fois de plus sur sa poitrine, je rougis légèrement avant de détourner mon regard, d’une petite moue boudeuse et de lui dire :

- Je suis pas une perverse … c’est ta faute avec tes « oppai » trop gros.

Tout en continuant à me laver, je gardais un œil ouvert pour voir les expressions faciales de la personne se trouvant dans mon bain, soupirais légèrement avant de me décider de faire payer à ma chère élève son affront, j’agrandis mon sourire avant de me lancer, oui, je me suis littéralement lancée sur elle, de mes mains douces et fines, je les déposais sur ses hanches et ses cotes avant de me mettre à les bouger de manière à chatouiller la jeune Kurayami. Toujours le même sourire sur le visage, je m’arrêtais en glissant sur son corps savonneux et de me retrouver la tête la première dans ou plutôt entre ses seins - ses gros seins plus précisément. Étouffant presque, je relevais ma tête tout en reprenant ma respiration pour finalement éclater de rire. Me retournant à présent, je pris son corps comme dossier pour mon dos, sentant sa poitrine et son corps nu sur mon dos.

- Et puis mes seins ils sont parfaits … ils sont pas trop gros, ni trop petits … et si tu les aimes pas, t’as qu’a pas les regarder. Perverse.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kaïla Kurayami
★ Admin ★

avatar

Messages : 959
Date d'inscription : 10/03/2012
Age : 24
Localisation : Sur le toit en train de dormir

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Silver★Sword
★ Age : 18 ans
★ Relationship:

MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   Lun 21 Mai - 13:37

- Je suis pas une perverse … c’est ta faute avec tes « oppai » trop gros.

Mon rire se perdit dans un étouffement d’offuscation, ou de gêne à vous de voir. J'étais outrée de ses mots, comment ça... trop gros ? Ils étaient parfaits, proportionnels, ne pendaient pas, des vrais belles boules que... Non mais c'est quoi son problème ? Non mais c'est quoi le mien ? Je n’allais pas lui faire un caca nerveux pour des parties de mon corps, je n'étais pas égocentrique. Mais si elle me dit que mes seins sont trop gros, c'est qu'elle les regarde, et c'est que... Perverse de première classe qui ne s’assume pas derrière ses airs froids ! Yume, monstre ! Et ce même monstre n'a pas fini de faire des conneries, oh non. Avec son agilité de félin, elle se jeta sur moi, faisant de sa salle de bain une piscine, pour... me faire des attouchements ! La seule chose que j'ai réussi à faire ? C'est de mettre plein d'eau partout, d'essayer de la repousser, de gigoter dans tous les sens comme un ver nu et pour finalement stopper tout acte et me pétrifier, en mode paralysie totale tant au niveau physique que mental. Parce que madame Kuroi, la chose la plus normale qu'elle a trouvé à faire après être atterrie dans ma poitrine, c'est de déposer son corps nu, sur le mien qui l'était tout autant. Je pouvais sentir sa peau chaude à cause de l'eau, ainsi que glissant sur ma propre peau.

- Et puis mes seins ils sont parfaits … ils sont pas trop gros, ni trop petits … et si tu les aimes pas, t’as qu’a pas les regarder. Perverse.

Ma réaction ? C'était de pousser un hurlement digne d'un oiseau en train d'agoniser, de me hisser hors de l'eau sans faire attention à ce qui se trouvait dans la baignoire, de faillit m'éclater la tête contre le lavabo, pour finalement m'entourer dans les premiers essuies que j'ai trouvé. Rouge comme pas possible et le souffle coupé, je pointais un doit horrifié sur elle tout en m'exclamant, mes yeux écarquillés au maximum :

-C'est toi l'obsédée ! Je regarde pas tes... seins, moi !

Pétant un câble de première classe, je m'amusais à faire des gestes monstres avant de sortir de la salle de bain en claquant la porte. Je sortis de mon uniforme, mon portable pour voir qu'il était déjà bien 2 heures du matin. Je soupirais en me demandant combien de temps devrais-je rester avec une serviette autour du corps, vu que madame Kuroi, dans sa plus grande intelligence m'a littéralement découpé les vêtements, et donc les a détruis. Je m'assis sur son lit, et vis un T-shirt dépasser de sa garde-robe que j'enfilais d'un coup, trouvant mes sous-vêtements non loi de là.

-Petits seins va...

Me plaignant à moi même, je m'installais dans le lit et fermai les yeux, avant même que Yume-San n'arrive. Mais je l'ai rouvris rapidement et matérialisais un indélébile. Qu'est-ce que j'ai fait avec celui-là ? Eh bien, j'ai tracé une ligne verticale pour séparer les deux moitiés du lit. Avant de faire disparaître mon objet de trace et de m'exclamer tout en fermant les yeux :

-Tu dépasses pas ma partie, tu me touches pas, perverse ! Bonne nuit.

Je n'entendis même pas sa venue, ni ce qu'elle m'a répondu, que submergée par la fatigue, je laissais libre cour à Morphée qui n'hésita pas à venir me chercher pour me prendre dans ses bras. Après tous ces évènements et nouvelles... Dormir.


END

____________________________
Silver ★ Sword:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♛ Ma première journée ♛   

Revenir en haut Aller en bas
 

♛ Ma première journée ♛

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Première journée de travail ... (Pv Vadim)
» Première journée à Minas Thirith
» [Libre]Première journée sur Seikan.
» Première journée, impression & opinion ღ feat JS
» Ma première journée en tant qu'assistant [PV Sele'][Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Dortoirs :: Dortoir Filles :: Chambres individuelles Filles :: Chambre de Naoko Oshima-