AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Jeu 26 Avr - 18:27

Il n’était que … que, que … que trois heures de l’après-midi quand je me décidais de me lever de mon lit. Je n’étais pas paresseuse, nous étions un dimanche et je dois avouer que j’étais crevée morte de la journée de hier, et comme il pleuvait comme pas possible, que vous avez sans doute pu voir mon ombre courir partout dans l’académie sous une pluie battante, j’avais la crève. La crève était un grand mot, je n’avais qu’un petit rhume, mais c'était trop pour moi. Je n’étais malade qu’une fois par an et voilà qu’aujourd’hui, c’était la première fois de l’année. Me tournant dans mon lit en soupirant, je fermais les yeux pour les rouvrir toutes les cinq minutes, attraper mon cellulaire, lire l’heure, le taper contre le sol et refaire ça inlassablement depuis sept heures du matin. Oui, j’étais un cas à moi toute seule.

Me décidant finalement qu’il était temps de me lever, je me dirigeais vers ma salle d’eau pour aller ouvrir un bain. Regardant l’eau couler, j’ajoutais du savon bulle dedans et regardais la mousse se former. C’est fou comme … quand on se fait chier, qu’on est malade et qu’on à le moral à zéro, les choses les plus futiles peuvent être intéressantes. Des bubulles, des bulles, du savon, où est mon canard ?

J’avais une âme d’enfant sous mes airs de grande méchante policière de Undai, j’étais une vraie … une vraie petite fille mignonne et gentille quand je n’étais pas accablée par les regards des élèves de l’Académie. En temps normal, à l’extérieur donc, je faisais régner la terreur, bien que je ne l’aie pas voulu. Ma réputation s’est faite depuis la mort de mon amie lors de mon obtention de diplôme, depuis lors les gens me regardaient comme une personne sans cœur, froide, méchante et tellement asociale que parfois, je préférerais me crever les yeux que voir mon comportement avec les gens. Mais je ne faisais pas exprès … J’étais devenue comme ça.

Cependant, depuis l’arrivée et ma première rencontre avec Kurayami, on pouvait voir un léger changement dans ma manière d’être avec ces ordures, j’arrivais à adresser la parole à quelqu’un sans le tuer de mes yeux ou encore, le glacer de ma voix. J’arrivais même à avoir … des … des conversassions, oui, parler avec les autres. Évidemment, cela ne durait pas plus de cinq minutes, mais tout de même, c’était cinq minutes. En plus de cela, je lisais des livres sur les relations sociales, je ne sais pas quel a été mon déclique pour que je me mette à essayer de converser et même d’être amical, mais voilà.

Rentrant dans mon bain après avoir ôté le seul vêtement dont j’étais pourvue, ma petite culotte préférée remplie d’étoiles, j’attrapais mon petit canard se trouvant sur le bord du bain et le laissais flotter dans l’eau en le fixant intensément. Ce n’est qu’une petite demi-heure après que je me décidais de me laver, de sortir de l’eau en retirant le bouchon, m’essuyer rapidement en laissant les essuies dans la salle de bain et me diriger vers ma chambre.

La suite … la suite. Je vis ce que je n’aurai jamais voulu voir dans de telles circonstances. Complètement nue devant la porte de ma salle de bain, ma porte d’entrée légèrement entre-ouverte et une personne, une fille les jambes croisée sur mon lit. Levant le doigt dans sa direction en devenant rouge, je bégayais quelque mots avant de me mettre à crier, matérialiser une arme et me lancer corps et âme sur la … la terminale se trouvant devant moi. Me retrouvant à califourchon dessus, une lame tranchante sous la gorge de celle-ci, je sifflais des mots colériques de ma bouche :

- Mais qu’est-ce que ?! Mais tu fous quoi chez moi toi ?!

Je savais qui elle était, une petite nouvelle qui venait de rentrer en terminale et dans le corps du conseil des étudiants. J’avais assisté à son combat contre un autre terminale, elle avait achevé le pauvre type devant elle en moins de cinq minutes, le passage en rang le plus rapide que j’eus pu voir de ma vie. Toujours aussi dénudée, j’attrapais ma couverture pour m’en couvrir, si elle répond par quelque chose de bon, je la laisse en vie, sinon, je lui tranche la gorge.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kiyo Noaki

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Localisation : Quelque part entouré de fille !

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Dim 29 Avr - 12:34

Ce dimanche était un jour plutôt ennuyeux. Il faut dire que durant toute la semaine la pluie était au rendez-vous. Enfin bon le week-end était quand même une bonne période, car c'était là que je pouvais me permettre d'aller voir de jolies filles et m'amuser un peu. En parlant de m'amuser, je ne vous ai jamais parlé de mon combat pour mon passage de grade. Durant le combat, il y avait une jeune fille très jolie avec une peau assez blanche qui avait décidé du vainqueur. On m'avait fait combattre un homme. J'étais surprise mais j'ai gardé mon sang froid. J'ai seulement matérialisé deux chaînes en eau que j'ai envoyé sur mon adversaire. Flagellais de toute part comme le chien qu'il était.

Mais revenons à cette journée, ce dimanche, vers trois heures de l'après-midi. J'étais dehors profitant du beau temps après les trombes d'eau qu'il était tombé. J'avais vraiment envie de m'occuper et le visage de cette jeune fille si froide revint à ma mémoire. Tout le monde la connaissait sous le nom de Black Rock Shooter, son vrai prénom était Yume. J'avais eu l'honneur de la croiser quelques fois. Elle faisait aussi partie du conseil des étudiants. Mais elle était très connue dans l'académie, pas comme moi la petite nouvelle qui venait de passer en terminale. En fait j'étais connue de la gente masculine pour avoir un profond mépris pour ses animaux, ses choses que sont les hommes. Je me décidais finalement de partir à sa recherche. Pourquoi ? Le simple plaisir des yeux, de voir une femme à la peau si blanche qui a l'air si faible, mais qui cachait en réalité un coeur de pierre et une très grande force.

Je marchais dans l'académie rentrant d'abord à ma chambre, changeant ce Yukata si sombre qui n'allait guère pour ce que je prévoyais de faire. Entré dans une chambre de fille avec une tenue proche de celle d'un enterrement. Non, j'avais donc choisi mon Yukata favori. Je sortis de ma chambre prenant grand soin de refermer la porte derrière moi. Je marchais d'un pas léger traversant le couloir qui me mènerait vers cette chambre.
J'ouvris la porte en bois. Une chambre individuelle au nom de Yume Kuroi, c'était sa chambre la porte était fermée. Je l'ouvris et me glisser à l'intérieur avec la souplesse et la discrétion d'un chat. J'avais laissé la porte entrouverte, je m'étais assise en croisant mes jambes sur son lit si doux et moelleux. Elle était dans sa douche. J'entendais le clapotis de l'eau et le couinement d'un canard en plastique. Elle sortait de l'eau. Je le savais, car le doux son du corps émergeant du bain ce fis entendre. Naturellement, elle pensait être seule. C'est pour cela qu'elle se présenta devant moi totalement nue, un mélange de surprise et de colère sur son si beau visage. Elle me pointait du doigt. Je la trouvais vraiment à mon goût. Elle se jeta sur moi avec une arme à la main. Elle se retrouva à califourchon au-dessus de moi, je dois avouer que ça me plaisait beaucoup. Ce qui avait le mérite de me refroidir légèrement était la lame tranchante posé sur ma gorge, ainsi que sa voix colérique.

-Mais qu’est-ce que ?! Mais tu fous quoi chez moi toi ?!

C'était évident non ? Je venais la voir, une fille comme elle il n'y en avait pas cent, enfin bon si je me trompais dans ce que j'allais dire elle me trancherait sûrement la gorge. Je la regardais en lui faisant un petit clin d'oeil discret activant ma robe de combat au préalable.

-Je viens saluer une certaine personne.

Encore une fois mes mains ne pouvaient pas rester dans leurs poches. Elles s'approchaient lentement du corps de Yume alors qu'elle venait de se couvrir d'une couverture. Ce qui me laissait le temps de me retirer de son emprise en prenant grand plaisir avec mes yeux qui se baladaient le long de son corps.

-Je veux bien me mettre nue si tu le souhaites.

Un autre petit clin d'oeil, c'était certainement la chose à ne pas dire. Mais bon, j'avais envie de sentir cette fille de près. Pouvoir glisser ma main dans ses cheveux et là, ben je n'ai pas su contrôler mes pulsions. Je venais de matérialisé mes chaînes en eau. Je ne voulais pas me battre contre elle, je voulais une autre sorte de combat. Mais elle allait certainement me sauter dessus pour m'arracher les yeux.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Dim 29 Avr - 13:08

-Je viens saluer une certaine personne.

Je pouvais voir ses mains s’approcher de mon corps, d’un mouvement brusque, je me reculais sur le côté la laissant également s’échapper de mon attaque. Fusillant la nouvelle arrivante du regard, je me demandais ce qu’elle voulait dire par « saluer une certaine personne ». Si elle voulait me voir, elle aurait pu le faire bien autrement, me croiser dans le conseil des étudiants ou encore dans les couloirs, mais de là à se glisser dans ma chambre … mais c’était quoi cette fille bon sang ?!

-Je veux bien me mettre nue si tu le souhaites.

Me tapant la main sur le front en fermant les yeux, je me disais que cette fille en face de moi n’avait rien de censé. J’avais déjà entendu parler d’elle « la femme à femme », celle qui méprisait les hommes et qui désirait qu’une chose, se faire toutes les filles de Undai. Évidement, je pouvais comprendre ce qu’elle ressentait, moi non plus je n’aimais pas les hommes, mais je n’aimais pas les femmes non plus, pas dans ce sens là du moins. Je trouvais toutes créatures inférieurs à mon être tel que des déchets. Évidemment, il y avait quelques exceptions, mais là n’était pas le sujet de ce qu’il se passait en ce moment, dans MA chambre.

La voyant matérialiser des chaînes d’eaux, je soupirais légèrement en activant à mon tour ma robe de combat. Vêtue de celle-ci, je me sentais bien plus à l’aise, oui, je n’étais plus nue au moins. Me levant sur mon lit, je fis disparaître la lame que j’avais matérialisée. Je ne comptais pas combattre, j’avais déjà assez détruit cette académie durant les jours passés. Entre le conseil des étudiants qui s’était vu réduire en miette et la cour avec ce fameux combat contre Hibari, je ne comptais pas me ramasser encore plus, les foudres d’une certaine personne connue sous le nom de Dead Master.

- Non.

Ma voix venait de claquer dans l’air, c’était froid, plat et sans émotion face à sa demande de se dézapper. Me laissant tomber sur mon lit en position assise, je croisais mes jambes tout en croisant les bras avant de fermer les yeux et de prendre une mine songeuse.

- Je n’ai pas besoin de … soit. Si tu n’as rien à me demander, dispose avant que je m’énerve. Si c’est tout autre, je t’écoute. Mon temps est précieux.

Relevant les yeux en direction de la jeune fille, je détaillais celle-ci rapidement du regard. Elle était vêtue de sa robe de combat qui était assez similaire à ses habits habituelles, la seule différence résidait peut être en la longueur de son Yukata qui montait un peu plus haut que ses genoux. Oui, je suis d’accord avec vous en disant qu’elle était habillée comme une Geisha.

- Parle.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kiyo Noaki

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Localisation : Quelque part entouré de fille !

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Lun 14 Mai - 19:21

Yume cette fille encore à moitié nue me faisait rêver. Elle avait un réflexe amusant à ma demande de me dévoiler. La petite préférée de Dead Master devait forcément entendu parler de moi. J'étais connue pour être la « femme à femme », pour moi je me considérais comme la fille la plus sexy de cette académie.

Elle avait également activé sa robe de combat. Une tenue plutôt sexy également. Une simple veste ouverte et un soutien gorge pour cacher sa poitrine. Son arme disparue de ses mains. Je lui souriais amusé.

-Non. Je n’ai pas besoin de … soit. Si tu n’as rien à me demander, dispose avant que je m’énerve. Si c’est tout autre, je t’écoute. Mon temps est précieux.

Elle était très froide, sa voix était cassante sans aucune émotion. Je commençai à défaire ma ceinture la faisant tomber sur le sol en souriant. J'approchai d'elle, mes deux chaînes me suivaient. Yume s'était installée sur son lit. Assisse, les jambes croisées.

-Parle.

Était-ce un ordre ? Une demande ? Je n'arrivais pas très bien à cerner l'iceberg devant moi. Elle me plaisait à vouloir me résister. Sa chambre était des plus banales. Je trouvais une chaise dans un coin. Je l'attrapai et posai mon doux postérieur dessus. Je souriais toujours, croisant mes jambes laissant visible mon sou- vêtement noir à dentelle. Je fermais yeux quelques instants avant de les rouvrir en déclarant souriante.

-Je m'ennuyais, Je t'ai déjà vu plusieurs fois. Et je me suis toujours dit que j'aimerais te violer parce que tu me plais. Donc oui je suis là pour te violer !

Je lui souriais toujours en lui faisant un petit clin d'oeil coquin. J'étais satisfaite, je m'imaginais déjà, les mains parcourant son corps si froid. La réchauffant un peu. Oui cela allait être un moment inoubliable si je parvenais à mes fins. Malheureusement, la personne en face de moi n'était autre que Yume Kuroi, aussi appelée Black Rock Shooter. Déjà lors de mon passage en terminal, elle avait assisté à la punition que j'avais donnée à l'homme qui avait osé être mon adversaire. Elle connaissait donc mes capacités de matérialisation. Mais, il ne fallait pas oublier un détail. Elle était Black Rock Shooter, un combat face à elle se solderait certainement par un échec. Mais je ne pouvais pas résister à son air froid, oui elle me faisait fondre littéralement.

-Alors, Satisfaite de ma proposition ?

Je souriais lui adressant un autre clin d'oeil coquin. Je me levai approchant lentement d'elle.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Lun 14 Mai - 19:52

-Je m'ennuyais, je t'ai déjà vu plusieurs fois. Et je me suis toujours dit que j'aimerais te violer parce que tu me plais. Donc oui je suis là pour te violer !

Je ne compris pas directement ce qu’elle venait de me dire, restant incrédule devant elle, je ne bougeais pas n’émettant guère la moindre expression ou ne laissant pas un seul bruit traverser mes lèvres. Me violer ? Me violer ? Me violer ?! Était-ce une blague ? Elle venait donc de déranger mon repos, moi la personne la plus occupée de Undai tout simplement pour jouir de mon corps sans mon accord ? Oui, dans un viol, la personne n’est pas consentent, sinon nous appelons ça communément une partie de jambes en l’air. Mais ce qui me choqua le plus, était la manière dont elle me dit cela, de but en blanc, comme si vous demandez à quelqu’un comment sa journée s’était passée.

D’un air souligné par la grâce et une démarche décrite comme sexy, elle tira à elle une chaise pour se poser dessus juste devant moi. Croisant les jambes en laissant ses sous-vêtements visibles à n’importe quel pervers, elle me fit un clin d’œil incitant à accepter sa proposition. Pour une personne normale, que vous soyez gay ou hétéro, vous ne refuseriez pas les avances d’une telle femme, non, mais voyez-vous, je ne suis pas n’importe qui. Je suis Yume Kuroi, Black Rock Shooter, le chien de la directrice et sans doute, la personne la plus terrifiante après celle-ci. En sachant cela, je suis persuadée que vous connaissez ma réponse qui se qualifiera d’un « non » froid et sans dérogation.

-Alors, Satisfaite de ma proposition ?

Satisfaite me demandait-elle ? Sérieusement, je pleure ou je ris ? Non parce que là en plus d’être complètement choquée et perdue, j’étais hilare et je le montrais. Étouffant premièrement un petit rire, je finis par céder à mes émotions et éclatais littéralement de rire devant celle-ci. Mon regard toujours rivé dans ses yeux hypnotisant, je ne sus garder plus longtemps mon sérieux devant cet énergumène. Je n’étais pas déçue de ses dires, au contraire, elle devait être une des seules personnes dans Undai à m’avoir vu rire depuis mon arrivée. Déviant un court instant mon regard pour trouver l’emplacement exact de ses chaînes, je créais une matérialisation en forme de piques métalliques que je lançais sur celles-ci pour les emprisonner. Manque plus qu’elle essaye de me ligoter avec pour me prendre « entièrement ». Son visage toujours à trois centimètres du mien, j’agrandissais mon sourire, dévoilant mes dents d’une blancheur impeccable pour lui dire, tout en caressant son visage de mon souffle :

- Je suis effectivement satisfaite de ta proposition, mais tu te doutes également que je ne l’accepte pas. Aussi amusante que tu puisses être, tu n’es pas mon genre.

Parler de genre alors que vous n’en avez pas ? C’était présomptueux, mais c’était une manière polie que j’avais trouvé pour me refuser à elle. Je n’appartenais qu’à une seule personne, et tant qu’elle sera vivante, je ne donnerai pas mon corps à n’importe qui pour satisfaire les désires d’autrui. Cependant, elle pouvait déjà se sentir chanceuse d’avoir eut une réponse si calme et si « amicale » de ma part, moi qui répondais les ¾ du temps en monosyllabe. C’est quand je voulus rajouter quelque chose de plus à mes dires que le pire arriva, du moins, de mon point de vue étant donné que ma porte, entre ouverte, se fit ouvrir complètement par une certaine personne, inconnue à mes yeux.

- Oh ! Mes excuses Kiyo-Sama, Yume-Sama !

Comme un vent, une fille venait d’ouvrir la porte de ma chambre pour je ne sais quelle raison à la con. Alors maintenant, imaginez ce gosse nous ayant vu, moi dans mon lit, assise les bras croisés devant une certaine femme à même pas trois centimètres de moi dans le mouvement décrit de celui du « bisou ». Elle va penser quoi ? Elle va dire quoi, elle va répéter à qui ? Comment cela allait être déformé ? Répondez-moi. Pas de réponse, logique. Étonnée donc par cette arrivée et ce départ des plus fulgurants, je reculais instinctivement de Kiyo, avoir une mètre de distance entre elle et moi, était sans doute la meilleure des défenses, mais ce qui suivit de ma part, moi-même je trouvais cela étrange :

- Retrouve là, même si tu dois la traîner par les pieds ! Mais retrouve là et apporte la moi !

Cela sonnait comme un ordre, un ordre une fois de plus.  A croire que je finissais toujours mes dires par demander ou donner un ordre à quelqu’un.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Kiyo Noaki

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/04/2012
Age : 22
Localisation : Quelque part entouré de fille !

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Ven 18 Mai - 20:47

Effectivement j'avais su la faire rire. C'était un bon point, ou pas. Elle avait commencé par un petit rire retenu, pour finalement se laisser aller totalement. Elle ne se retenait plus, son rire sonnait comme une douce musique dans mes oreilles. Les hommes, oui c'est porc sans scrupule disait souvent « Femme qui rit, femme à moitié dans ton lit ». Je les aurais tués pour avoir sorti cette phrase. Une femme n'est pas un objet, une femme est raffinée et belle qui plus est.
Elle avait bloqué mes chaînes avec des piques en fer. Elle souriait devant moi, son visage à trois centimètres du miens. Je pouvais sentir son souffle sur ma peau. C'était exquis, je n'avais qu'à approcher un peu ma bouche pour l'embrasser. Je me retins écoutant sa réponse attentivement.

-Je suis effectivement satisfaite de ta proposition, mais tu te doutes également que je ne l’accepte pas. Aussi amusante que tu puisses être, tu n’es pas mon genre.

Pas son genre hein ? Qu'elle dommage, cette fille était tout à fait parfaite exquise. Je n'approchais pas bouche. J'attendais, Au moins elle avait ri ce qui était très rare chez elle. J'avais pus remarquer qu'elle était plutôt froide. Sans sentiment. Pourtant, elle était bien capable de sourire. Ce qui veut dire que sous ce masque de froideur, se cacher un coeur, qu'il fallait réchauffer.

La suite se passa très vite. La porte s'ouvrit sur une jeune fille aux cheveux blond. Elle devait être en première. Une autre douce femme pour moi ? Je souriais Yume-san c'était reculé d'au moins un mètre. Et la fille partie en disant.

-Oh ! Mes excuses Kiyo-Sama, Yume-Sama !

Yume semblait énervée, choquée. J'étais plutôt contente, cette fille serait mon excuse. Je comptais bien la violer aussi. Effectivement, Yume voulait la retrouver.

-Retrouve là, même si tu dois la traîner par les pieds ! Mais retrouve là et apporte la moi !

Je souriais à cette demande. Cessant ma matérialisation, j'envoyais un clin d'oeil coquin à Yume avant de partir dans les couloirs en courant. Je portais encore ma robe de combat. J'eus vite fait de retrouver la jeune fille. Je souriais, nous étions seules dans un couloir étrange. Imaginez vous ce que la pire, des perverses d'Undai pourrait faire dans ce couloir. Je me contentais d'obéir à Yume. Matérialisant mes chaînes en eau. Je les envoyais sur la jeune fille qui fuyait. Elles s'enroula autour de son corps. Je la ramenai à moi. Elle était exquise et totalement à ma merci, la traînant jusqu'à la chambre en souriant.

-Tiens elle est là.


Je gratifiais Yume d'un autre clin d'oeil, j'espérais qu'elle me laisse m'amuser avec cette petite. Elle me laissa finalement carte blanche. Je souriais à la première en caressant ses beaux cheveux blond légèrement ondulé. Ma tête s'approchait de ses lèvres, je la forçais à m'embrasser tout en là plaquant contre le mur. Commençant à faire jouer mes doigts sur son corps. La température de l'eau augmentée au fur et à mesure. L'autre fille était déjà trempe. Je pris un grand soin d'ôter ses vêtements avec la plus grande des délicatesse. L'embrassant encore pendant que Yume regardait.


____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yume Kuroi
★ Admin ★

avatar

Messages : 1001
Date d'inscription : 11/03/2012
Age : 25
Localisation : Undai Gakuen

★★★ Personnage ★★★
★ Surnom: Black★Rock Shooter
★ Age : Hum ? Ca te regarde ?
★ Relationship:

MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   Ven 18 Mai - 21:30

Me ramenant la fille, je regardais celle-ci d’un air froid et dur, son visage exprimait la peur tandis que ce qui me servait de membre du conseil s’attaquait déjà à la petite blonde tétanisée par la peur. Je n’étais pas friande de ce genre de spectacle, cela ne m’amusait ou ne m’excitait pas, mais cela n’était pas non plus répugnant à ma vue. J’avais tellement l’habitude de voir ce genre de scènes quand la directrice traquait une proie que je ne bougeais pas de mon lit, le regard vide sur les actions de Kiyo.

Penchant légèrement la tête en apercevant les chaînes de la manipulatrice des eaux monter sur le corps de la victime, je souriais légèrement. Je n’avais jamais compris à quoi pouvaient servir ces chaînes dans un moment pareil et maintenant, je le découvrais en première classe pour se divertissement. Kiyo était réputée pour sa… manie à s’attaquer à toutes femmes errant dans Undai impunément, mais elle était aussi connue pour le nombre d’hommes qu’elle eut massacré parce que l’un deux l’aurait trop approché ou encore mieux, aurait essayer de la draguer. Étrangement, Dead Master n’avait jamais été contre les actes de la jeune fille, non, en temps normal, elle se serait faite virée de l’institut pour massacre d’étudiants, mais à la place, elle avait intégré le conseil et pouvait à présent jouer de son titre pour ses méfaits. Je trouvais ça quelque peu répugnant mais j’étais la moins bien placée pour commenter de tels actes. Oui, les hautement placés de Undai n’étaient que des folles psychopathes n’ayant guère de pitié pour tuer, violer ou encore même jouer d’une personne. Quelle belle réputation pour notre école n’est-ce pas ?

- Tu ne devrais pas … Elle risque de ...

Je n’eus le temps de finir ma phrase que la jeune fille en face de Kiyo venait de lâcher un hurlement de plaisir monstre. Souriant jaune en vue de ce qu’il se passait devant moi, je regardais la victime se transformer peu à peu en … dominatrice. Elle avait repoussé Kiyo par je ne sais quelle manière, elle lui avait sauté dessus, se retrouvant donc à califourchon sur la terminale. Moi incrédule et surprise de tant de force, je restais dans mon lit à compter les moutons tandis que deux femmes en rut utilisaient mon parquet comme « surface de sexe ». Je ris, je pleure ? Non, je ne bouge pas et je regarde en baillant.

Donc, la petite là qui nous avait surprise s’attaquait donc à la femme aux cheveux noirs, mais pas dans le sens attaquer pour se défendre, non attaquer dans le sens donner du plaisir à l’autre. Déboutonnant ce qu’il semblait être la robe de combat de la terminale, elle passa sa main sur sa poitrine avant d’y déposer ses lèvres. Embrassant, suçant, mordillant le téton visible de la terminale. Passant également ses mains sous le bassin de son aînée, elle avait l’air trop expérimentée à mon goût. Me levant de mon lit pour aller me servir dans mon frigo, j’en sortis une pomme avant de retourner sur mon lit, les jambes croisées, regardant ce qu’il se passait devant mes yeux telle un reportage sur les mammifères en chaleur à la télévision. Mordant dans ma pomme sans prendre en compte les cris qu’il y avait sous mes pieds, je vis la chose blonde se hisser de manière à ce que son intimité se retrouve juste au dessus du visage de Kiyo. Attrapant mon pied, la première me sourit doucement avant de me quémander elle aussi de les accompagner dans leur jeu de plaisir. D’un mouvement peut être trop brusque du pied, je l’envoyais valser de l’autre côté de la pièce, moi, on ne me touche pas. Foudroyant du regard la chose qui se relevait le visage en sang, elle s’approchait de Kiyo comprenant clairement que ce n’était pas avec  moi qu’elle allait avoir ce genre de choses. Soupirant lourdement, lasse de ce spectacle, je cherchais quelconque divertissement en attendant qu’elles finissent de jouer. Attrapant mon livre, je me mis à zieuter dedans d’un air las.

- Si ce n’est pas trop vous demander, allez faire cela ailleurs, je suis lasse de ce spectacle.

____________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://academieundai.forumactif.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La rencontre d'un Iceberg et d'une perverse en rut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Iceberg [...ou les chroniques de Bobby Drake] (Fiche terminée)
» Monde Libre
» Salade iceberg [pv Terranos Coeurdefoudre]
» ICEBERG | Le pouvoir de la glace

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Undai Gakuen RPG :: Académie Undai :: Dortoirs :: Dortoir Filles :: Chambres individuelles Filles :: Chambre de Yume Kuroi-